• Les Editions Lieux Dits publient toute une série de petits guides, qui se lisent très aisément, autour de plusieurs métiers, à même de susciter des vocations ! On a ainsi, dans cette collection "être" : "Etre Sage-Femme', "Être Artiste de cirque", "Être militaire dans l'armée de terre", "Être Libraire" ou encore "Être Vétérinaire", la liste est encore plus longue ! Mais ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est "Être Bibliothécaire", métier auquel je me destine - car il me permettra de partager ma culture à l'instar de ce que je fais sur ce blog et de continuer à me former et apprendre tout au long de ma vie ! Je prépare une formation dans ce sens et entends passer les concours !

    Le métier de Bibliothécaire est un métier en mutation constante ! Je veux parler bien sûr de l'irruption du numérique dans nos sociétés et dans tous les domaines ! Le Bibliothécaire a un rôle de passeur, voire de prescripteur en matière de culture et il doit se tenir constamment informé dans tous les domaines : littératures, musiques, cinéma, géopolitique, économie, sciences sociales, j'en passe et des meilleures !

    On peut avoir une vision du Bibliothécaire assis derrière un bureau et qui n'en bouge pas de la journée ! Quoi de plus faux ! C'est un métier extrêmement varié ! Ses deux missions principales peuvent paraître antagonistes, d'une part conserver le Patrimoine et d'autre part, communiquer ces ouvrages aux publics. Dans les faits, le Bibliothécaire accueille le public, prête des livres, conseille en matière de culture, fait des animations (expositions, ateliers d'écritures, Heure du Conte,...), dispense des formations, fait du catalogage (une de ces activités invisibles !), commande de nouveaux livres, gère un budget, gère du personnel, discute avec les élus et que sais-je encore ! Les compétences sont tout aussi variées : d'une connaissance de la culture et de l'actualité, à un sens du relationnel en passant par la maîtrise des outils informatiques. Vous vous doutez bien que moi, grand amoureux des livres et de l'érudition et aimant partager, j'ai décidé de ne pas moisir un an de plus dans un ESAT (le traitement des handicapés en France est un véritable scandale, soit dit en passant mais cela j'en parlerais une autre fois !).

    Ce petit livre propose des rappels historiques mais très brefs et présente les différents établissements et métiers. On doit compter avec la BNF, la BPI, les Bibliothèques Universitaires (BU) (où j'ai fait un stage par le passé !), ça c'est pour la Fonction Publique d’État ! Mais on a aussi la Fonction Publique Territoriale, avec les Bibliothèques Départementales (de prêts - qui alimentent les Bibliobus) et les Bibliothèques Municipales ! Ensuite on a bien évidemment les CDI dans les collèges et lycées (mais qui là dépendent d'un autre ministère, celui de l’Éducation Nationale et plus de la Culture) et aussi des bibliothèques dans les prisons et les hôpitaux, des bibliothèques associatives ou privées et d'entreprises.

    Au niveau des métiers et plus spécifiquement de ce que l'on appelle les grades, le livre a le mérite de nous présenter les portraits d'une demi-douzaine de Bibliothécaires, qui occupent différents fonctions, dans différents types d'établissements et c'est très instructif car ils nous parlent de leur semaine type ! La passion ressort mais aussi un certain nombres de contraintes !

    L'ouvrage se clôt par un topos sur les avantages et les inconvénients du métier car il ne faut pas se voiler la face, tout n'est pas rose - par exemple, le métier manque un peu de reconnaissance et les salaires ne sont pas extraordinaires. Et surtout, les concours en rendent l'accès difficile ! Mais je me prépare pour !

    Voilà, si ça vous intéresse davantage, n'hésitez pas à me contacter et à me poser des questions dans les commentaires !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans le domaine de la BD érotique, il y a de petites perles et Esmera de Zep (dont l'oeuvre la plus connue est Titeuf Esmera - Zep & Vinceet qui a aussi commis Happy sex !) et Vince fait partie de ces choses précieuses ! Un dessin superbe, très affriolant mais jamais vulgaire et un scénario intéressant qui nous livre une réflexion sur la différence homme/femme et le rapport des uns et des autres à la sexualité en fonction des genres.

    Esmera est une jeune fille coincée/cloitrée dans un pensionnat pour jeunes filles où les anges veillent sur leur conduite ! On est en Italie, à Gênes, en 1965. La pauvre jeune fille aimerait bien goûter au fruit défendu mais elle ne le peut guère ! Mais elle a un petit espace de liberté que lui octroie sa meilleure amie qui partage sa chambre et qui reçoit des garçons en cachette. C'est dans les bras de celle-ci qu'Esmera va connaître son premier orgasme !

    Et à partir de ce premier moment de plaisir, notre héroïne découvre sa particularité ! A chaque orgasme, elle change de sexe et est donc tantôt l'Esmera que l'on connaît, tantôt son alter-ego Marcello. Ca va la mettre dans un certain nombre de situations tantôt cocasses et drôles tantôt dramatiques - le récit oscille entre la farce et la tragédie !

    Autre conséquence de vivre deux vies, Esmera/Marcello vieillit deux fois moins vite que la normale et à 70 ans, en parait 35 ! Ca permet aux deux auteurs de nous retracer l'évolution des moeurs et de la sexualité des années 1960 à nos jours  - avec passage obligé par Mai 68 et les années SIDA !

    Zep et Vince avait auparavant collaboré sur une série jeunesse à partir de 2008,  avec également Stan au dessin, Les Chronokids. A partir de 2015, Zep scénarise les aventures d'Esmera et Vince dessine !

    Esmera - Zep & Vince

    J'ai adoré ce récit Esmera qui lorgne aussi du côté du fantastique ! Esmera a des traits à la Audrey Hepburn, ce qui l'assagit un peu ! C'est le Tome 87 de la collection Hachette "Les Grands Classiques de la BD érotique" qui se poursuivra jusqu'au Tome 108 avec notamment la publication de la série très célèbre La Survivante de Gillon que je vous commenterais aussi dans ces blogs !

    Esmera - Zep & Vince

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Marvel et DC Comics sont historiquement les deux plus grosses sociétés américaines éditrices de comics et inondent littéralement le marché avec un avantage flagrant pour Marvel ! Dans ces univers, les Vengeurs sont un peu l'équivalent de la Justice League.

    Par le passé, les deux éditeurs, toujours à la recherche d'une recette pour faire plus de ventes, nous ont livré d'improbables mais épiques rencontres entre leur super-héros. On eut ainsi plusieurs crossovers entre Spider-Man et Superman ou entre les X-Men et les Jeunes Titans ! Et dès les années 1980 commence à germer l'idée d'un crossover entre les Avengers/Vengeurs et la Justice League/Ligue de Justice !

    Il faudra attendre près de 20 ans pour voir ce projet se réaliser, en 2003, à cause de désaccords entre les deux maisons. Ce seront finalement Kurt Busiek au scénario et George Perez au dessin qui nous donnent JLA/Avengers cette année là, publié en 4 tomes par Semic en France en 2004.

    C'est épique à souhait ! Nos deux équipes se croisent dans ces pages et on accentue les différences entre les deux mondes ! Qui n'a pas rêvé d'une confrontation entre Superman et Thor !? Ici, l'Homme d'Acier se révèle même "digne" de porter Mjolnir !

    Des méchants, en l'occurrence Metron et le Grand Maître, menacent les Multivers dans un événement à la hauteur d'un "Crisis on Infinite Earths". Ces deux-là vont manipuler tous les héros car le Grand Maître et Krona ont fait un pari dangereux. Il va s'agir pour les deux équipes de super-héros de retrouver des artefacts dans leurs univers respectifs !

    Comme dans tout crossover où des super-héros se rencontrent, les deux groupes sont d'abord dans l'antagonisme et la méfiance, histoire de savoir qui est le plus fort, puis à la fin, ils s'allient dans une bataille épique contre Krona qui veut annihiler les Multivers afin de connaître l'origine de ceux-ci ! On a alors droit à un affrontement qui fait figurer tous les membres qui ont jamais fait partie des deux groupes !

    Un scénario efficace, bien servi par un graphisme tout aussi réussi ! Pas mal d'idées intéressantes ! Aucun des deux groupes n'est mis plus en avant que l'autre et c'est assez équilibré, bref c'est du tout bon à dévorer !

    C'est notamment par cette BD que j'ai repris les comics en 2004 après une ellipse personnelle de 20 ans !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Ce soir, moi et mon voisin Yves avons regardé en commun un petit film très sympathique, première réalisation de la Je vous trouve très beau - Isabelle Mergaultcomédienne truculente, voix des Grosses Têtes, Isabelle Mergault, Je vous trouve très beau,  sorti au cinéma en 2005.

    Ce film, c'est un peu L'Amour est dans le pré, un long-métrage qui parvient à partir d'un sujet triste, ces jeunes filles des Pays de l'Est qui épousent le premier venu pour avoir une meilleure vie à l'Ouest, certaines finissant dans la prostitution, sujet transformé ici en comédie réjouissante avec des acteurs excellents !

    Finalement, on a là un film sensible, touchant et attachant ! Aymé Pigrenet - joué par Michel Blanc - est un paysan bourru de la Drôme dont la femme s'est électrocutée avec une trayeuse à vaches ! Souhaitant trouver quelqu'un pour l'aider à la ferme, notre agriculteur passe par une agence matrimoniale qui l'envoie en Roumanie d'où il ramène la jeune, fort jolie et très gentille Elena - interprété par une actrice alors dans la trentaine qui deviendra une "gloire nationale" en Roumanie, Medeea Marinescu !

    Aymé fait passer Elena pour de la famille éloignée de sa femme venue faire un stage ! Mais Elena a caché au paysan qu'elle avait une fille de 6 ans, Gaby ! Elle s'adapte progressivement à la vie en France tandis que peu à peu, Aymé tombe amoureux ! La jeune femme, à  l'image du chien sauvage de la ferme, parviendra à amadouer le veuf !

    Mais Elena a la mélancolie et la nostalgie de son pays ! C'est alors un déchirement pour ces deux là lorsqu'elle part retrouver sa fille ! Découvrant alors les sacrifices que Aymé a fait pour elle par amour, elle revient à la ferme à la fin avec sa fille !

    J'ai adoré ce film ! Ca fait un peu penser à un téléfilm mais c'est très plaisant ! Michel Blanc joue tout en finesse ces paysans désespérés par la solitude extrême ! Il est extrêmement convaincant ! On regrettera cependant qu'Isabelle Mergault n'ait pas un peu plus pimenté son film qui reste assez politiquement correct !

    Au casting, on retrouve aussi le jeune comédien Arthur Jugnot qui est le fils de Gérard Jugnot qui joue Pierre et le mime Benoit Turjman, dans le rôle d'Antoine, l'aide muet de Aymé à la ferme !

    Le film devait d'abord s'appeler La Fille de l'Est puis Le Premier venu. Je vous trouve très beau est la phrase type qu'apprennent les candidates roumaines au mariage lors de l'entretien de l'agence matrimoniale.

    A bientôt !

    PS : A une époque, à la fin des années 1990, j'avais moi aussi des correspondantes dans les Pays de l'Est et je dédie ce billet à Oksana G. , une Lituanienne, qui après m'avoir réclamé de l'argent, s'est trouvé un autre "pigeon" aux Etats-Unis ! On est en plein dans le sujet !


    votre commentaire
  • Sylvain Tesson est l'écrivain des grands espaces et des contrées éloignées où l'on recherche la solitude et la paix de l'âme ! Ses récits - autobiographiques - sont particulièrement apaisants pour nous autres victimes de la vie moderne et de ses élans effrénés ! Sur les chemins noirs est le quatrième récit que je lis de lui, l'ayant découvert avec Dans les forêts de Sibérie où il vantait déjà la vie d'ermite dans l'Est lointain de sa Sainte Mère Russie ! Coup de coeur aussi pour Bérézina où il nous relatait la fuite de la Grande Armée Napoléonienne en 1812 !

    Dans Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson mets une nouvelle fois en avant les vertus de la fuite ! J'ignorais qu'il avait eu un grave accident, tombant d'un toit, échappant de peu au trépas puis rabiboché, vissé de partout ! En guise de méthode de rétablissement, notre écrivain de la Nature choisit de s'éloigner de la civilisation ! Mais cette fois-ci, il n'opte pas pour une destination lointaine ! Il décide de retrouver et visiter les "chemins noirs", ces pistes oubliées qui traversent la France de "l'hyper-ruralité", communion avec la nature, fuite, ressourcement sont les ingrédients de cette escapade !

    Le récit que nous fait notre littérateur est celui d'une sorte de pélerinage païen, de retour aux sources, une "géopsychique" ! On assiste à son rétablissement progressif à ses états d'âmes, mais aussi à de superbes et nombreuses descriptions de paysages, de chemins, de bosquets, à travers plein de petits détails anodins mais pourtant si riches de sens !

    On sait depuis Aristote et les Péripatéticiens que la marche est propice à la réflexion philosophique et Tesson en ponctue abondement son texte sans être jamais édifiant ! Un propos politique émerge aussi à travers l'évocation du recul de ces zones préservés de la main de l'Homme, les transformations de ce monde rural notamment sous l'effet des politiques nationales, européennes ou de la mondialisation ! Ce sont enfin de véritables leçons de choses ! Et c'est lyrique et bucolique à souhait !

    Notre déambulateur, à l'opposé de la tendance actuelle de beaucoup à placer leur foi en l'avenir dans l'émergence et la progression du numérique et de l'internet, et autres réseaux sociaux, croit davantage au besoin de renouer avec l'observation direct de la Nature, en contact étroit avec les choses authentiques et le vivant, plutôt que d'"intercaler des écrans entre nous et le monde" ! Et aussi le contact humain avec le paysan, la lavandière ou l'ermite plutôt qu'une vision biaisée de la réalité à travers les statistiques ministérielles mauvaises conseillères !

    Bref, c'est une remise en cause de nos certitudes de citadin, de notre mode de vie qui consiste à accumuler des objets inutiles pour combler un vide intérieur ! Privilégier la contemplation, le retrait, la solitude et la passivité !

    L'itinéraire de Sylvain Tesson coupe la France en son centre ! Il part de Nice, traverse la Provence, bifurque par le Massif Central, remonte à travers Gévaudan, montagne limousine et Touraine jusqu'au Cotentin, après le pays mayennais, et arrive enfin à la Hague à l'extrémité nord ! Un "périple" fait de découverts et de surprise s'étendant du 25 août au 8 novembre, soit environ deux mois et demi à raison d'entre 10 et 40 kilomètres par jour ! Loin de la Modernité donc !

    Par moments, des amis l'accompagnent dans sa marche, comme Cédric Gras ou Thomas Goisque, déjà de la partie dans Berezina ! Et d'autres !

    Finalement, on a là un superbe éloge de la Fuite à travers les Ombres, à l'opposé de ceux qui choisissent les "chemins de Lumière" en voulant changer le monde !

    Vous aurez évidemment compris que j'ai beaucoup aimé ce récit d'une rare authenticité et revigorant, pour son auteur comme pour ses lecteurs ! Sylvain Tesson ne m'a une nouvelle fois pas déçu !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On le voit très bien depuis le début du Mouvement des Gilets jaunes, le président Emmanuel Macron, "président des riches" n'a que mépris pour le peuple. Ami des Niels, des Bolloré, des Gattaz, des Lagardère - dont il défends les intérêts, Macron ne fréquente pas les Marie, les Angelyne, les Zoukir, tous ces individus qui ne se nourrissent plus que de biscottes dès le 9 du mois ! Bref, Macron est totalement dénué d'empathie !

    François Ruffin est l'exact contraire de Macron ! Député de la France Insoumise, il a publié en ce début 2019 un livre surprise et très édifiant, Ce pays que tu ne connais pas, un pamphlet adressé au président Macron son adversaire politique. Ruffin est un journaliste proche des gens, qui travaille à Fakir notamment, qui soutient les déclassés, ces "gens qui ne sont rien". Notre homme intègre reverse par ailleurs les droits d'auteur de son livre à une association de Picardie.

    Dans cet ouvrage remarquable et efficace, le constat contre Macron est affligeant ! Les deux hommes, Macron et Ruffin, ont fréquenté le même lycée. Mais Ruffin était plutôt effacé là où le jeune Macron était perçu comme un "élève brillant", doté d'une grande culture et à l'éloquence remarquable et qui charmait déjà tout le monde ! Mais très vite, Ruffin montre que tout cela n'était qu'esbrouffe ! Et ce sont nos échecs qui forment notre empathie !

    Car Macron ne serait en fait qu'un courtisan des riches, cette classe qui s'est enrichie encore plus ces trente dernières années et est complétement déconnectée des réalités de la base, voulant après le pouvoir économique accaparer le pouvoir politique. Ce Macron, fabriqué par les médias, détenus par les oligarques, va être leur instrument.

    Macron se targue de "s'être fait tout seul" alors qu'il est davantage un "pistonné" ! Dans ce contexte, l'explosion sociale actuelle s'explique très bien ! Les GJ sont dans leur bon droit mais le Pouvoir n'écoute pas, Macron ne voyant même pas ces "invisibles", et réplique par la répression policière. Il donne avantages à ses amis puissants (Ruffin illustre notamment avec le cas scandaleux de Sanofi avec son médicament contre l'épilepsie dont la firme savait depuis la fin des années 1960 qu'il provoquait des autismes !).

    Mais les "Gaulois réfractaires" ne se laissent plus berner et il y a une prise de conscience massive dans ce pays ! On tente de faire taire la contestation notamment au moyen des médias aux ordres.

    Voilà, je ne développerais pas plus ! Si vous êtes - comme la majorité dans ce pays -, opposés à Macron, il vous faut absolument lire ce livre et le partager autour de vous ! Ruffin a fait ici un travail remarquable ! J'adore !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'événement littéraire de ce début d'année 2019, c'est bien sûr la parution du nouveau roman de Michel Houellebecq, intitulé Sérotonine, nom de la "molécule du bonheur" ! Tiré à 320.000 exemplaires (là où un tirage moyen de livre est de 5.000 exemplaires), ce déjà best-seller s'est vendu à 90.000 exemplaires en seulement trois jours et connaît déjà un deuxième tirage de 50.000 volumes ! Gros carton pour l'auteur et Flammarion !
     
    Pour ma part, j'ai toujours adoré Houellebecq ! Et disons-le d'emblée Sérotonine ne m'a pas déçu ! On y retrouve la description clinique d'une société en déliquescence, et des héros déchus et en fin de vie, incapables de s'épanouir et de trouver l'amour dans un monde néolibéral vide de sens !
     

     
    Dans ce nouveau roman, le récit est fait à la première personne, du point de vue du narrateur, un certain Florent, homme de 46 ans, qui estime -à  juste titre ? - qu'il a raté sa vie car il est passé deux fois à côté de l'amour véritable ! Entré dans une profonde dépression, il survit grâce à la prise de molécules de Captorix, un psychotrope qui agit sur son taux de sérotonine, l'hormone du plaisir mais effet secondaire, ce médicament annihile sa libido !
     
    Note anti-héros décide donc de tout plaquer, son boulot de fonctionnaire dans le domaine de l'agriculture (le personnage a fait des études d'agronomie comme l'auteur du roman !), son appart et sa compagne du moment, Yuzu, une Japonaise adepte de gang-bang et de zoophilie (au niveau sexe, on a également la description de pratiques pédophiles !). L'homme au centre du récit va alors revenir sur son passé pour dresser un bilan, particulièrement sur les deux femmes qui ont compté, Kate et Camille ! On a donc un recours à la technique du flash-back !
     
    Le seul véritable amour de sa vie aura été Camille mais là encore la chance est passé et ne reviendra pas deux fois ! Semblant basculer dans la folie, le narrateur envisage un moment l'impensable, à savoir le meurtre de sang-froid d'un enfant de cinq ans !
     
    Les lieux de l'action sont Paris et la région parisienne, Caen et ses environs,la Manche et l'Orne ! Quelques petites imprécisions d'ailleurs concernant le complexe commercial "Les Rives de l'Orne" ,près de la Gare de Caen  - nommé ici "Les Bords de l'Orne" qui contrairement à ce qu'écrit Houellebecq mal renseigné, ne remonte pas à il y a 20 ans mais date des années 2010 ! Mais bon, ce n'est pas très important ! Juste que je remarque ce genre de détails habitant pas loin de Caen !
     
    Il est aussi question dans ce roman d'un aristocrate-fermier - de la célèbre famille d'Harcourt  - qui remonte aux vikings ! - un personnage très émouvant  nommé Aymeric et qui connaitra un sort funeste ! Notre agriculteur est victime de l'Europe néolibérale qui planifie un vaste plan social cynique pour les éleveurs et voit sa ferme péricliter ! Houellebecq se montre fin analyste et prophétise ici l'équivalent rural du Mouvement des Gilets Jaunes (Gilets Jaunes que je soutiens à 100% au passage !) et qui se termine dans le sang (en espérant que le despote Macron n'infligera pas pareil sort à son peuple qui ne l'a pas choisi !).
     
    C'est du tout bon que ce roman ! L'humour désabusé de l'auteur est présent tout du long ! Houellebecq sort des "horreurs" - particulièrement dans le domaine sexuel avec ses mentions nombreuses  à des "bites" et des "chattes" dans un style assez neutre - un peu à la manière d'un "sale gosse" ! Mais bon notre "zozo" n'a pas besoin que je lui fasse de la pub car il cartonne déjà le marché du livre ! Qui le détrônera ? Michel Onfray et son Sagesse  (dont je vous donnerais aussi une recension dans un futur pas si lointain) ? Sérotonine est un roman qui remplit tout son cahier des charges !
     
    A bientôt !

    votre commentaire
  • A côté des comics - et accessoirement des films, la Maison des Idées sort régulièrement des guides sur son trèsMarvel - Le Guide du Cosmos riche univers de papier ! Marvel - Le Guide du Cosmos, écrit par un certain  Marc Sumerak - et paru en France chez la "prestigieuse" société Huginn & Muninn (qui s'y connaît en beaux livres sur la culture pop et geek !) entre dans cette logique ! C'est un ouvrage de petit format, richement illustré et qui est assez intéressant !

    Ce petit opuscule présente différentes destinations de l'Univers Marvel ! On aborde le point de vue des non-terriens et on commence avec les civilisations et empires extragalactiques, Kree et Shi'ar ! Puis on aborde la Terre dotée de nombre de lieux et de nations d'importance ! Enfin, comme si cela ne suffisait pas, il est question d'autres dimensions !

    Le petit bonus amusant du livre est qu'il est rempli d'annotations des cinq Gardiens de la Galaxie : Star-Lord, Gamora, Drax, Rocket et Groot ! On reconnait le style charmeur et roublard de Peter Quill, la nature belliqueuse et prête au combat de Drax, la retenue de Gamora ou encore les bonnes blagues de Rocket ! Ça apporte indéniablement un plus à cet ouvrage !

    A noter que le livre est assez récent et peut-être hormis le crossover "Secret Empire" et Marvel Legacy tient compte de développements très récents de cet univers !

    On commence donc avec Kree, Shi'ar, Badoons, Chitauri, mais aussi Ego, le Demi-monde ou la planète des Symbiotes ! Tant d'endroits que nos Gardiens de la Galaxie ont sillonné durant leurs aventures !

    Puis, c'est au tour de la Terre et là il y a matière ! La Planète Bleue est en effet un carrefour de l'univers, dotée d'une très forte concentration de surhumains et qui a joué un rôle éminent dans l'Histoire galactique ces dernières décennies ! On n'évite pas la Latvérie, Atlantis, la Terre Sauvage ou le Wakanda, pays imaginaires qui cotoient une New York plus réelle mais ici revisité par la fantaisie de Marvel ! Des lieux moins connus comme l’Île aux Monstres - qui date de la période des comics de monstres de Marvel qui a précédé les super-héros ! - sont également révélés !

    La dernière partie est très intéressante puisqu'elle présente les dimensions parallèles ! On sait qu'il y en a une infinité chez Marvel mais ici on nous présente les plus emblématiques ! On a bien sûr droit aux Dix Royaumes autour d'Asgard, qui nous sont détaillés par le menu, un par un. Mais, on a aussi le Pays fantastique, monde du héros Crystar, peu connu ! Quand je vous disais que ce livre tient compte des récentes péripéties, c'est bien le cas avec Battlerealm, survivance de Battleworld, de l'événement "Secret War" !

    Pour continuer la liste, on a aussi K'un-Lun, Hors-le-Monde, le Cancerverse ou encore les Limbes - sans oublier la bonne vieille Zone négative, à l'honneur dans "Annihilation" ! Les derniers chapitres m'ont particulièrement intrigués avec le Superflux - cet espace du rêve entre les dimensions ou plus encore par la Zone neutre, l'espace au delà de tout peuplé de Shoggoth tirés de Lovecraft !

    Au final, c'est un livre très intéressant, je l'ai déjà dit ! Qui permettra à chaque fan de Marvel de tester ses connaissances à travers les différentes allusions ! Pour ma part, suis de nouveau fan assidu de comics Marvel depuis 2005 - après une pause de 15 ans dans les années 1990 !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • [Dans le cadre d'un Atelier d'écriture pour le cinquantenaire de la Bibliothèque de la Guérinière]

    Pour qui pousse la porte de la Bibliothèque de la Guérinière, fondée en mai 1968, année contestataire, c’est prendre un ticket pour une invitation au voyage ! Accueilli par d'aimables « Gardiens des livres », le curieux, aguiché par la perspective de côtoyer le savoir et la fiction, trouve à sa disposition des milliers d’ouvrages de tout genres, romans, essais, BD, livres d’arts,…

    Expériences de lectures à la GuérinièreMais la nuit, lorsque les lumières s'éteignent et que les portes se ferment, les précieux tomes de papier s’éveillent et vivent une existence parallèle. Des êtres hétéroclites se faufilent hors de ces pages et discutent entre eux, échanges sur leur destins.

    En ces lieux, il est encore possible de Croire au merveilleux avec Christophe Ono-dit-Biot ou comment les classiques grecs sauvent un suicidaire, le journaliste César, abordé par Nana avec laquelle il tente déjà un expédition dans le rayon « Mythologies » tandis que les pages du livre nous invite sur les rives de la Mer Égée et se termine au « dernier Pays Civilisé ».

    De son côté, Karine Tuil nous fait partager son Insouciance et nous relate une époque où « les humoristes étaient drôles. »

    D’innombrables livres nous font découvrir les « Territoires de l’imaginaire » . Il suffit de scruter les rayonnages, de tendre la main vers les précieux opus et de solliciter les services des dévoués bibliothécaires.

    Bien cachée parmi d’autres ouvrages, Virginie Despentes souffle un vent d’anarchie à travers son Vernon Subutex. Le génial DJ vit sans liens ni attaches et nous invite à le suivre entre les lignes.

    Mais Vernon n’est pas un perdant, contrairement à Cyril de Stéphane Lavarenne, empêtré dans la dépression décrite avec humour dans son Journal d’un looser ! Et dont le lecteur trouve un plaisir à se délecter sans culpabilité.

    Cessons de broyer du noir et fuyons la Berezina avec Sylvain Tesson en traversant la rivière du même nom sur les traces des soldats de la Grande Armée ! L’odeur du gas-oil provenant du réservoir du side-car du baroudeur est perceptible entre les pages.

    Si l’on peut se demander si Tesson est un héros, Olivio et sa mère clament haut et fort Nous serons des héros en page titre du livre de Brigitte Giraud qui nous avait préalablement affirmé J’apprends !

    De ces bouquins, jaillissent des leçons de vie ! La lecture est un enchantement et depuis cinquante ans la Bibliothèque de la Guérinière y contribue !


    votre commentaire
  • Je vous ai dit il y a peu tout le bien que j'avais pensé du roman Vernon Subutex - Tome 1 de Virginie Despentes ! Et Vernon Subutex - Tome 2 - Virginie Despentesbien, ai fini la lecture des 400 pages du tome 2 en une journée - ce qui est un signe qui ne trompe pas  ! - et en pense tout autant du bien !

    On retrouve Vernon, devenu SDF, là où nous l'avons laissé à la fin du Tome 1. Notre "héros" squatte aux Buttes-Chaumont, avec Olga, la colosse au coeur tendre, Laurent le rebelle et Charles, le vieux qui a gagné au Loto.

    Ce Vernon est vraiment un personnage atypique. On a confirmation dans ce Tome 2 qu'il est touché par la grâce, arrive à apaiser les gens et à les faire fraterniser. Ancien disquaire et DJ, il a un goût certain pour la musique qu'il veut fédératrice. Les anciens amis et clients de la boutique de Vernon le retrouvent au Rosa Bonheur, en bas des Buttes-Chaumont, un bar où travaille la jeune Céleste.

    Là, Vernon sert de point de ralliement à Emilie, une ancienne bassiste, à Xavier Fardin, le "scénariste frustré" tout juste sorti du coma, à Lydia Bazooka, la critique de rock, Pamela Kant et Daniel, les ex-stars du porno, Patrice, le mari violent. Même Sylvie, la "virago" est apaisée ! Un petit index au début du Tome 2 nous réintroduit tous ces personnages ! La Hyène rejoint ce petit groupe et tout le monde visionne finalement les cassettes VHS testaments du chanteur Alexandre Bleach.

    Et ces cassettes dévoile un secret que Laurent Dopalet, le producteur,  ne voulait pas voir révéler et qui concerne Vodka Satana, également ex-star du porno, morte d'une overdose comme Bleach ! Mais quelle est la part de vérité et de manipulation dans ces révélations ? Ceci va conduire la jeune Aïcha - qui s'est réfugiée dans la religion - fille de Vodka Satana, à des extrémités regrettables ! Au désespoir de son père Sélim ! Un acte politique ? La lutte des classes ?

    Le livre reprends la formule du tome 1 - à savoir des "tranches de vie" et des "récits croisés". Virginie Despentes sait amener ses effets et construire son suspens ! Ses personnages désabusés, qui vivent dans une société désespéré et aliénante - la nôtre ! - sont très attachants ! Il y a un peu du style de Houellebecq chez Despentes mais en plus "lumineux" ! Est-ce parce que l'auteure est une femme qu'elle est plus "indulgente" ?

    Je me saurais donc que vous conseiller la lecture de cette trilogie ! Vais pour ma part me rendre chez mon libraire acheter le Tome 3 ! 

    A bientôt !

    PS : Le Tome 1 de Vernon Subutex a obtenu de nombreux prix : Prix Anaïs Nin 2015, Prix Landerneau 2015, Meilleur roman français du magazine Lire 2015, Prix de la Coupole 2015, Prix Roman du Palmarès du Point 2015 ! Amplement mérités tout ça !


    votre commentaire
  • Virginie Despentes traîne derrière elle une réputation sulfureuse !Vernon Subutex - Tome 1 - Virginie Despentes

    Dès son premier roman, Baise-moi, en 1993 au titre particulier et qui a donné lieu à un film dérangeant éponyme en 2000 avec l'actrice porno Coralie Trinh Thi à la réalisation et l'autre actrice porno Karen Lancaume et qui s'est suicidée depuis, en 2005, on constate que son écriture à une patte particulière et cette première oeuvre porte déjà sa "marque de fabrique".

    Par la suite, il y eut Les jolies choses, en 1998, adapté là encore au cinéma avec Marion Cotillard et Stomy Bugsy dans les rôles principaux ou encore Apocalypse Bébé en 2010.

    Les univers de Virginie Despentes sont déjantés, comme des trips à l'acide et rock'n'roll underground, où on croise punks, porn-stars, SDF et toute une foule hétéroclite.

    Vernon Subutex est une trilogie, débutée en 2015 - dont le tome 3 vient de sortir en 2017. Il est question ici du tome 1 que je classe en "coups de coeur". Vernon Subutex est un ancien disquaire à Révolver, sa boutique, fermée depuis, un "passeur", cinquantenaire et toujours "beau gosse", qui tombe dans la galère, "crèche" à droite à gauche et finit SDF à la fin du tome 1.

    Ce livre, ce sont des "tranches de vies". Par un "jeu de dominos", on passe d'un personnage à l'autre. La construction de ce roman est remarquable, faite de chassés-croisés et le ton est incisif !

    L'intrigue tourne autour d'une star du TOP 50, Alex Bleach, séducteur black, qui décède d'une overdose. Vernon va acquérir des enregistrements vidéos de ce chanteur, qu'il connaissait bien, et qui font office de testament ! Vernon s'en "vante", un producteur en a vent, Laurent Dopalet, et charge une vieille lesbienne, la Hyène, de mettre la main sur Vernon et sur les cassettes vidéos !

    On croise de nombreux personnages dans ce roman : Vernon, Alex, Sylvie, une bourgeoise "trahie" et en colère, Xavier, un scénariste dépité, Pamela Kant, une star du porno, Daniel, une transsexuelle, Marion, un autre transsexuel, brésilien, Olga, une SDF bourrue, Laurent, un SDF militant, Sophie, la mère en deuil de Xavier, Gaëlle et Émilie, des bonnes copines, Céleste, la fille d'un ancien client du disquaire, Patrice, un mari violent, Loïc, Julien et Noël, trois petites frappes racistes, ou encore Aïcha, une jeune fille voilée et quantités d'autres.

    Il vaut mieux lire ce roman d'une traite pour ne pas s'y perdre !

    Le roman, enfin, aborde avec une crudité de légiste des thèmes cruciaux de notre temps, des tendances de la société. On a aussi une sorte de satire du monde du porno un poil cynique, la lutte des classes, les bobos, une analyse fine du pourquoi des hommes violents et des femmes battues, la vie des SDF au quotidien, une critique subtile du racisme ordinaire (distinguez propos des personnages et opinion de l'auteur !).

    Pour prendre le cas du voile islamique dont on a tant parlé, la jeune fille voilée du roman porte ce vêtement en réaction à l'attitude outrée sexuellement de sa génitrice, ex-star du porno et aussi parce que son père n'a jamais été accepté par la société française ! Ne nous leurrons pas le voile n'est pas qu'une simple mode vestimentaire et ici, il est une revendication politique ! Une analyse inédite et profonde ?

    Je ne vais pas m'attarder davantage sur ce livre car vous parlerais bientôt des tomes 2 et 3 et donc aurait l'occasion d'y revenir et de développer/compléter mon propos.

    Mais c'est du tout bon ! Un roman de qualité à lire d'urgence, toutes affaire cessante ! Mon amie Ophélie, prof de lettres, partage mon avis !

    Je dédicace ce billet à mon oncle René qui vivait en quelque sorte une "vie de bohème" et qui est décédé cette semaine et dont les obsèques ont eut lieu ce matin !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nous nous retrouvons, moi avec Damien, Chrystelle, Luc et Sylvie, encadrés par Marie pour le deuxième Atelier Cuisine de cette Saison - en réalité, c'est le troisième mais comme je n'ai pas pu venir au précédent, en octobre 2016 à cause d'une rhino-pharyngite !

    Un fois encore, nous nous sommes tous affairés aux fourneaux, dans la bonne humeur, pour préparer un bon et copieux repas pour un coût de reviens de seulement 5 euros par personne !

    Le menu, cette fois, tournait autour de classiques spaghettis bolognaises ! Je n'en donne pas la recette ici et vais plutôt vous parler de l'entrée : potage aux carottes - et du dessert : tiramisu aux fruits !

    Tout de suite, les recettes, tirées du site Marmiton et surtout, testées et approuvées !

    Potage aux carottesAtelier Cuisine - Saison 2 - Séance 2

    Temps de préparation : 20 minutes
    Temps de cuisson : 30 minutes


    Ingrédients (pour 6 personnes) : - 5 oignons
    - 1 kg de carottes
    - 1 bouillon KUB
    - 1 bouillon de volaille
    - 1 grosse poignée de riz
    - poivre
    - crème fraîche : 1 pot de 20 cl

    Préparation de la recette :

    Faire revenir les oignons en rondelles et également les carottes en rondelles.
    Couvrir de 2 litres d'eau.
    Ajouter le bouillon Kub et le bouillon de volaille, le riz.
    Poivrer.
    Cuire 30 min.
    Passer au mixeur.
    Ajouter de la crème au moment de servir.

    Et ensuite, le dessert !

    Tiramisu aux fruits

    Temps de préparation : 15 minutes
    Temps de cuisson : 0 minutes

    Ingrédients (pour 6 personnes) : - 15 biscuits à la cuiller
    - deux jaunes d'oeuf
    - trois blancs d'oeuf
    - 4 cuillères à soupe de sucre fin
    - un mascarpone
    - 1/2 boite de fruits au sirop
    - 1 cuillère à soupe de rhum
    - du cacao amer (Van Houten par ex)

    Préparation de la recette :

    Récupérer le jus de la boîte au sirop de fruits, y verser un peu de rhum.
    Imbiber légèrement les biscuits de cette préparation et les disposer dans un plat. Verser les fruits au sirop égouttés.
    Battre les jaunes d'oeufs, avec un peu de sucre environ 4 cuillères à soupe. Ajouter le mascarpone et battre mais cette fois-ci légèrement.
    Ensuite monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à la préparation que vous verserez sur les biscuits et fruits. Avec un tamis (style passoire pour les tisanes) saupoudrez de cacao sur toute la surface du plat.
    Mettre au frais quelques heures avant de servir.

    Voilà ! En vous souhaitant un très bon appétit !

    Sortez vos couverts !

    A bientôt !

    PS : J'ai repris trois fois du potage aux carottes !


    1 commentaire
  • Voici un roman court mais néanmoins formidable, Le liseur du 6 h 27, de Jean-Paul Didierlaurent dont la thématique est le pouvoir d'évasion de la littérature et sa capacité à rapprocher les êtres !

    Pourtant, cela ne commençait pas bien pour Guylain Vignolles - que le langage a affublé Le liseur du 6 h 27 - Jean-Paul Didierlaurentd'un nom qui est une contrepèterie de "vilain guignol" ! Engoncé dans une vie monotone - avec pour seuls amis, un poisson rouge, un estropié et un versificateur, le jeune homme "trouve l'évasion" dans les "peaux mortes" ainsi qu'il appelle les feuillets qu'il arrache à la Zerstor 500, l'énorme machine à broyer les livres invendus, dans l'entreprise où il travaille !

    Tous les matins de la semaine ouvrables, notre "héros" s'adonne à la lecture à haute voix de ces quelques pages isolées dans la rame de son RER sur son trajet, ce qui lui donne du courage et enchante les voyageurs ! Puis il retrouve le petit chef Kowalski et active le "monstre", la "Chose" !

    Ses relations amicales sont assez "folkloriques" ! Il y a Yvon, le "portier" ou garde-barrière de sa boite, qui connaît par cœur tous les alexandrins du théâtre classique et en invente de son cru ! Quand Guylain sera appelé par deux petites vieilles sympathiques à venir illuminer les samedis des résidents de leur maison de retraite des Glycines, il finira par y amener l'alexandrophile qui y fera un tabac ! Là encore, Pouvoir de la Littérature ! Et des moments cocasses en perspectives, notamment lorsque cette institutrice à la retraite demande à faire une lecture et ne se rends pas compte qu'elle lit un texte érotique !

    Pouvoir de la Littérature aussi, quand Guylain et son ami Guiseppe, qui a été estropié de ses deux jambes par un dysfonctionnement de la broyeuse, s'engage à mettre la main sur les plus de deux mille exemplaires d'une encyclopédie de botanique, confectionnée avec le papier recyclé obtenu le jour de l'accident !

    Mais Pouvoir aussi de rapprocher les êtres ! Le jeune lecteur tombe amoureux de Julie, une jeune femme de 28 ans, qui écrit abondement et avec talent à ses heures, et dont il a retrouvé dans le RER une clé USB contenant ses productions et dont il fera la lecture à ses divers auditoires ! Comme lui, Julie mène une existence aliénante puisqu'elle est dame-pipi et pas pour autant une idiote crasse ! Des êtres en manque de considérations et de reconnaissance !

    Là où Guylain se libère par la lecture, Julie se libère par l'écriture ! Les deux sont donc appelés à se rencontrer ! Mais se rencontreront-ils ? Ils vous faudra aller au terme de ce passionnant roman pour le savoir !

    Mon avis ! Lorsque j'ai commencé ce roman, je n'ai tout d'abord pas été séduit par le style que j'ai trouvé assez quelconque ! Mais cela s'améliore par la suite et l'histoire est vraiment bien menée et intéressante ! Un petit roman par la taille mais grand par l’intérêt et vraiment à lire ! Mon dernier coup de cœur littéraire du moment !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Treize contre Un est le huitième album de la série XIII par Vance et Van Hamme ! Le titre signifie que le héros amnésique va se mettre sur la piste du numéro I de la Conspiration qui a assassiné un ancien président des USA - mais il pourrait tout aussi bien s'agir de la côte de notre héros, de ses chances de réussir !

    XIII - Tome 8 : Treize contre Un - Vance & Van HammeAu début du tome, la Mangouste, redoutable chef, très mystérieux et implacable, d'une organisation de tueurs professionnels parvient à s'échapper du pénitencier où il est détenu depuis la fin du tome 7 - La Nuit du 3 Août ! N'ayant révélé aucun secret, il va vite remobiliser ses troupes pour faire barrage à XIII notamment la redoutable tueuse de l'ex-KGB, Irina Svetlanova - qui a par ailleurs les faveurs du tome 2 de la série dérivée XIII Mystery !

    XIII est mandaté - et doté d'un laissez-passer Alpha - par le Président Wally Sheridan pour retrouver la trace du numéro I. Mais le héros soupçonne vite son commanditaire de jouer un double jeu ! Pire que cela, il s'avère que Wally Sheridan est bel et bien le numéro I ! Pour le confondre, XIII doit impérativement retrouver Kim Rowland ! Il est aidé pour cela par le Colonel Amos - grièvement blessé dans les opérations - et par le major Jones qui est toujours amoureuse de notre héros ! XIII va découvrir un secret concernant Kim tandis que les dernières pièces du puzzle se mettent en place !

    A la fin du tome, XIII a un face-à-face très tendu dans le Bureau Ovale avec le Président Sheridan ! Il va jusqu'à frapper Wally qui le menace ouvertement ! La suite s'annonce compliquée pour XIII ! Qui aura le dernier mot ? Le héros déterminé ou l'homme le plus puissant du monde ? L'enjeu est de taille !

    Côté dessin, c'est toujours aussi nickel ! Des lignes et des tracés parfaits avec un haut niveau de détails et de précision !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'adore décidément Michel Onfray et la lecture de l'un de ses derniers livres, Le miroir aux alouettes est une vraie libération ! L'auteur réponds aux attaques nauséabondes et fallacieuses qui ont été faites sur sa personne - notamment de jouer le jeu du Front National - et livre son analyse sur le système politique français ouvertement acquis au libéralisme le plus effréné !

    Que ce soit clair, Onfray ne roule pas pour le FN ! Et son livre ne saurait se réduire à un banal "Tous pourris !" populiste qui amènerait à voter pour le parti de Marine Le Pen tout aussi critiquable sinon plus ! Le philosophie dont il est question ici se revendique d'un héritage libertaire - ce n'est pas nouveau !- et d'une partie des écrits de Proudhon, un anarchiste sans crédo !

    Onfray est bel et bien un penseur libre et indépendant sur lequel une grande partie de la presse aux ordres du système s'évertue à taper afin de le rendre inaudible, ce qui est dommageable car ce sel miroir aux alouettes est des plus instructif et salutaire ! Précisons que le penseur de l'Orne ne donne nullement dans l’auto-apitoiement mais demeure acerbe et ironique !

    Dans le premier chapitre, il revient sur les termes "nazi", "résistant" , "antisémite" utilisés à tout va de nos jours et dont le sens s'en trouve dévoyé ! Petite mise au point préalable donc !

    Puis Onfray s'attarde sur le terrain de la philosophie ! Doit-elle rester pour un cercle d'élus ou être dispensée à tout un chacun, à l'instar d'un Socrate qui interpellait tout le monde sur l'agora ? Quel doit être le rôle de la télévision ? Onfray gardera à ce stade sa critique des médias subventionnés et des journalistes pour plus tard !

    Ensuite, le philosophe analyse la diabolisation du Front National, ogre crée par François Mitterrand - selon Onfray et beaucoup d'autres, thèse à laquelle je souscris ! Diaboliser les Le Pen permet à la Gauche et à la Droite de se faire (ré)élire en jouant sur la peur plutôt qu'en combattant ce parti de la Droite radicale avec des idées et une vraie politique de gauche, dit Onfray !

    Dans le chapitre suivant, Onfray fait l'éloge de De Gaulle, "homme de gauche porté par la droite" contre Mitterrand le machiavélien, "homme de droite porté par la gauche" ! Pour notre auteur, De Gaulle était un grand homme anti-libéral et personne ne lui arrive à la cheville ! Comme toujours Onfray argumente, analyse et je ne voudrais pas déflorer ici cette argumentation ! C'est amplement documenté et construit comme tous les chapitres de cet ouvrage !

    Puis, c'est au tour de l'Europe de passer sous le scalpel d'Onfray ! Cette Europe libérale dont le peuple ne veut plus et qu'on lui a pourtant imposé ! Notre écrivain démonte les manipulations des hommes d’État pour nous faire consentir à Maastricht en 1992 et les suites de cette triste affaire !

    C'est ensuite le tour de "la machine à fabriquer des abrutis", à savoir la télévision selon la formule de Patrick Le Lay ou les radios et journaux à la solde du pouvoir, formatant la pensée dominante et le politiquement correct ! Ici, Onfray démonte un certains nombre de critiques - disons plutôt d'injures ! - qui ont été lancées contre lui et dont on voit bien qu'elles ne tiennent pas la route et ressortent de la malhonnêteté intellectuelle !

    Enfin, le chapitre inévitable sur la religion et en particulier l'Islam sur lequel, selon Onfray, on ne peut rien dire sans être taxé d'islamophobe ! L'essayiste souligne qu'on peut faire dire tout et son contraire aux sourates du Coran et que l'Islam est pour certains une religion de paix et pour d'autres une religion de guerre, branche soufiste par exemple contre branches salafiste et wahabite !

    Pour finir complément, Onfray réaffirme ses affinités avec Proudhon, cite l'image du colibri et du feu de forêt - "chacun fait sa part", rappelle l'aventure de l'Université Populaire de Caen et de l'Université du Goût - et les innombrables bâtons qu'on lui a mis dans les roues - qui sont depuis 2002 des succès dont la presse évite de parler ! Il finit sur une allusion à La Boétie et la servitude volontaire !

    J'avais un peu peur en ouvrant ce livre de tomber sur un "brûlot haineux et revanchard" - certes Onfray remets les pendules à l'heure plus qu'il ne règle véritablement ses comptes - mais je ne suis pas tombé sur l'image d'un Michel Onfray qu'en donne une certaine presse partisane qui ferait bien de réviser sa déontologie et de faire un travail de "généalogie" et véritablement d'explication des faits de société !

    A lire absolument et toutes affaires cessantes !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Un Pulp est un petit roman bon marché, imprimé sur du mauvais papier et vendu aux USA à partir des années 1920 ! Dans ce genre de littérature, on a vu fleurir nombre de récits d'aventures, d'horreur, de SF ou encore de gangsters !

    Le film Pulp Fiction, du maître du culte Quentin Tarantino reprends les thèmes de cette sous-culture puisque c'est surtout un film de gangsters, composé de plusieurs petites histoires - comme des nouvelles - dans un récit non- linéaire, avec des scènes cultes et aussi nombre de répliques cultes ! Ce film est sorti en 1994, récompensé de la Palme d'Or au Festival de Cannes cette même année, salué par la critique et le public. Il a posé Quentin Tarantino définitivement comme une référence et une icône du cinéma post-moderne !

    A l'affiche aussi, un panel de star : Uma Thurman et Samuel L. Jackson, deux acteursPulp Fiction - Quentin Tarantinofétiches du réalisateur - que l'on reverra pour la première dans Kill Bill et pour le second dans Django Unchained et Les Huit Salopards ! Mais aussi John Travolta - dont la carrière fut relancée par ce film et Bruce Willis alors au sommet dans les années 1990 !

    Dans l'introduction du film, on suit un couple de petits braqueurs minables qui effectuent un coup dans un café restaurant de Los Angeles. Il s’avérera que c'est une mauvaise idée car au même moment déjeunent deux truands, Jules Winnifield (Samuel L. Jackson) et son ami Vincent Vega (John Travolta). Ces deux-là sont chargés de récupérer auprès d'une bande d'escroc une mallette au contenu mystérieux appartenant au caïd Marsellus Wallace (Ving Rhames), ce dont ils s'acquittent dans la violence !

    Il y a en fait trois récits dans ce film ! Le premier s'intitule Vincent Vega and Marsellus Wallace's wife où Vega emmène la dite femme sur une piste de danse pour un duo endiablée. La femme qui se nomme Mia est jouée par Uma Thurman - c'est elle qu'on voit sur l'affiche du film ! Cela se termine par une piqûre d'adrénaline dans le cœur de la belle qui a fait un arrêt cardiaque suite à une overdose !

    Le second récit se nomme The Gold Watch qu'on pourrait traduire par la "montre en or" ! Butch Coolidge (Bruce Willis) est un boxeur qui gagne un match truqué par Marsellus Wallace alors qu'il devait perdre et qui s'enfuit avec l'argent des paris ! Mais il a oublié une montre en or à laquelle il tenait. Dans son appartement, il récupère la dite montre après avoir abattu Vincent Vega dans les toilettes ! En chemin, il renverse Marsellus en voiture, s'engage alors une poursuite à pied où les deux finissent capturés par un prêteur sur gages mal intentionné et son ami Zed qui viole Marsellus ! Butch finit par s'enfuir et reviens délivrer Marsellus avec un katana. Le caïd laisse alors partir Butch si celui-ci garde le silence sur cette triste affaire !

    Le troisième et dernier récit, The Bonnie Situation voit Jules avoir la foi après un certains nombre de coup de chance ! On suit le périple de Jules et Vincent pour récupérer la fameuse mallette, abattre par accident un informateur, maquiller le meurtre puis se rendre au café restaurant où tout se termine par une impasse mexicaine et où Jules aura un geste de bonté envers les deux braqueurs présentés dans l'introduction du film !

    Un film qui vaut le détour donc et qui montre la vaste culture de son réalisateur à travers de nombreuses références et clins d’œil ! La bande sonore vaut également le détour !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • En 2013, on retrouve Baz Luhrmann avec un nouveau film, Gatsby le Magnifique, adapté du roman publié en 1925 aux États-Unis par Francis Scott Fitzgerald. En tête d'affiche, Leonardo DiCaprio, enfin oscarisé par la suite en 2016 pour The Revenant, acteur à l'immense talent et qui ici donne la réplique à Tobey Maguire (la trilogie Spiderman de Sam Raimi) et à la jeune actrice Carey Mulligan ! Un trio de comédiens épatants !

    Je précise que je n'ai pas lu le roman de Fitzgerald mais vous renvoie toute de même à mon billet sur Les enfants du Jazz, recueil de nouvelles de ce même auteur !

    Gatsby le Magnifique - Baz LuhrmannLe film présente le style visuel caractéristique de Baz Luhrmann ! C'est une débauche de sons et d'images, un véritable kaléidoscope, très glamour avec des décors somptueux dans les milieux de la bourgeoisie new-yorkaise ! Tout y est luxe !

    Le milliardaire et énigmatique Gatsby (Leonardo DiCaprio) donne des fêtes incroyables dans sa formidable demeure ! C'est flamboyant au possible ! Mais qui est cet homme ! Il y a un mystère de Gatsby : espion ? prince ? meurtrier ? Quel est la finalité de ces soirées festives ? Le pourquoi de ces fêtes ?

    On est au cœur d'une ambiance, celle des Années Folles, l'exubérance du jazz, du fox-trot et du charleston, la prohibition, les panorama de Manhattan et les flappers ! Au milieu de tout cela, il y a le séducteur Gatsby dont le sourire fait un peu "pub Émail diamant". En réalité, tout cela n'est que facticité ! Les mondanités cachent des choses moins reluisantes et déjà dans le roman, Fitzgerald livrait une critique de la bourgeoisie qui détruit tout ce qu'elle touche !

    Peu à peu Gatsby semble se livrer à Nick Carraway (Tobey Maguire) le narrateur, le témoin meurtri de cette histoire qui va tourner à la tragédie ! C'est le récit d'un homme désabusé à la vocation d'écrivain qui finira par écrire à la fin du film un tapuscrit intitulé The Great Gasby (mise en abyme). On se trouve face au même schéma que dans Moulin rouge, autre film de Luhrmann où Christian finissait par mettre par écrit l'histoire de ses amours avec Satine !

    En fait, le secret de Gatsby repose sur un amour de jeunesse qui lui a échappé car sans-le-sou ! L'ingénue Daisy (Carey Mulligan), par ailleurs cousine du narrateur. Ils ont été séparés par la Grande Guerre où on raconte que Gastby a tué un homme ! La pauvre jeune femme est marié à un époux infidèle et raciste mais richissime (Joël Edgerton)!

    Il y a dans ce film des aspects de comédies mais cela reste un drame ! Gatsby, si influent, si assuré, est maladroit et malheureux en amour. La vérité est qu'il est un traîne-misère, un parvenu qui a sauver la vie d'un milliardaire alcoolique. Il trafique aussi avec des gangsters. Il a donc des côtés inquiétants, une face sombre ! C'est un usurpateur mais qui œuvre au seul but de se rapprocher de Daisy et de la rendre heureuse ! Il a un rêve d'absolu brisé par l’amour et voulait être Dieu et s'est incarné dans la fusion des corps ! C'est son Pêché Originel : le créateur ou la créature !

    C'est finalement le mari trompeur qui va révéler le secret et précipiter le dénouement ! Au final, Gatsby sera abandonné par tous ces "amis", les véritables "parvenus" dans l'histoire !

    Voilà, j'ai bien conscience de vous avoir spoilé mais je voulais vous livrer mon analyse ! Il y aurait encore beaucoup à dire, sur la façon dont cela est mis en images, sur la délimitation des aires géographiques de New York notamment, sur les mœurs du film etc.. Mais je m’arrêterais là ! J'ai adoré ce film et le range dans mes "Coups de Cœur" ! Le réalisateur change tout ce qu'il touche en or !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Patient anglais est un film multirécompensé, sorti en 1996, qui a en effet obtenu neuf Oscars dont Meilleur Film, Meilleur Réalisateur pour Anthony Minghella et Meilleur Actrice dans un Second Rôle pour Juliette Binoche.

    Ce film est l'histoire d'une passion amoureuse qui finit tragiquement sur fond de SecondeLe Patient anglais - Anthony Minghella Guerre mondiale en Afrique du Nord. Au casting, outre Juliette Binoche, on retrouve Ralph Fiennes, dans le rôle de Laszlo Almasy, le "patient anglais", Kristin Scott Thomas est l’égyptologue, Katharine Clifton, l'amour du héros. Il y a aussi Willem Dafoe et Naveen Andrews, le Sayid de Lost.

    Laszlo est un explorateur hongrois qui travaillent avec les Anglais qui cartographient le désert - en vue de la guerre - et fait des fouilles archéologiques. Au début du film, un avion transportant une femme morte et piloté par le "patient anglais" est abattu. L'homme va être pris en charge par les services soignants alliés.

    En parallèle, on découvre l'infirmière canadienne Hana, qui quitte le front à la fin de la guerre et s'installe en Toscane, dans les ruines d'un monastère et prend en charge le "patient anglais" car c'est son devoir d'infirmière.

    Le film suit en parallèle la "convalescence" de Laszlo - condamné à périr à court terme - et les flash-backs sur son existence et son amour torride pour Katharine.

    A côté de cela, il y a Caravaggio (Willem Dafoe) qui recherche un traître qui a donné des cartes géographiques aux Allemands et cherche à se venger !

    On apprend en réalité vers la fin du film que c'est Laszlo qui a trahi par amour pour Katharine !

    La guerre est très secondaire dans ce film - en ce sens qu'on n'en suit pas le déroulement précis - mais a tout de même son importance puisque c'est autour d'elle que se noue le drame !

    C'est à la fois un film d'amour et de trahison qui ne se résume pas à une histoire de mari cocu ! Les dernières péripéties et le dénouement m'ont particulièrement convaincu !

    Un film à voir si vous aimez les "histoires d'amour qui finissent mal en général" !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Il est quasiment impossible de ressortir indemne du visionnage de La Liste de Schindler, drame historique américain, réalisé par Steven Spielberg et sorti sur les écrans en 1993.

    La Liste de Schindler - Steven SpielbergLe contexte est celui de la Shoah, cataclysme au sujet duquel on a dit que la littérature était incapable de restituer l'ampleur de l'horreur ! Et le cinéma ? Il y eu clairement dans l'Histoire un avant et un après. Steven Spielberg, juif lui-même, s'attaque en quelque sorte à son héritage !

    Le film raconte l'histoire d'Oskar Schindler - d'après un roman - qui sauva environ 1100 juifs promis à la morts dans les camps d'extermination. Schindler fut touché par le sort de ces hommes, ces femmes et ces enfants et usa de toutes ses relations pour les mettre à l'abri dans sa fabrique de batteries de cuisine pour l'armée allemande.

    Le film est en N&B. Seule trace de couleur, le manteau rouge d'une petite fille, petite victime, comme une tache de sang qui crève l'écran !

    Schindler est joué par Liam Neeson (Star Wars - La Menace Fantôme, Rob Roy, Non-Stop ou Taken) qui fut en quelque sorte révélé par ce film. Il est très charismatique à l'écran ! Ben Kingsley est le vieux comptable juif, bras droit de Schindler, Itzhak Stern. Ralph Fiennes, lui, incarne le diabolique nazi Amon Göth aux instincts de tueur !

    Le score (la B.-O.) de ce film est une merveille signée en grande partie par John Williams mais il y a aussi une reprise de Jean-Sébastien Bach ainsi qu'une chanson en Yiddish.

    Spielberg eut le projet de ce film après les génocides en Bosnie et le négationnisme dans les années 1990. Le réalisateur craignait une montée de l'intolérance comme dans les années 1930. On ne peut hélas que constater qu'on en prends le chemin au début du XXIème siècle !

    A côté des crimes et génocides des nazi, la Liste d'Oskar Schindler représente la Vie.

    Ce film fait partie de mes préférés avec Elephant Man. C'est un cinéma très poignant et remarquablement amené ! Un film-documentaire !

    Le film reçut une pluie d'Oscars en 1994 dont Meilleur Film et Meilleur Réalisateur !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Qu'il était attendu ce nouvel opus de la Saga Star Wars ! Star Wars - Épisode VII : Le Réveil de la Force marque le retour du mythe dans les salles, 10 ans après La Revanche des Sith et inaugure une troisième trilogie avec de nouveaux personnages et sans George Lucas aux commandes ! Est-ce un bien ? Un mal ? Réponse tout de suite !

    Je vais essayer autant que faire se peut de vous spoiler bien qu'il soit tentant de Star Wars -Episode VII - Le Réveil de la Forcementionner ici certaines grosses révélation du film ! Que vous dire sinon que j'ai adoré ! En effet, J. J. Abrams a réussi son pari sur le plan artistique - et sans doute au box-office !

    Le film enchaîne avec une nouvelle générations de héros : Rey la pilleuse d'épaves, Finn, le stormtrooper déserteur et Poe Dameron, l'as du pilotage. On retrouve dans ces rôles de nouvelles têtes - enfin pas entièrement nouvelles dans le cas de certains, à savoir respectivement Daisy Ridley - qui crève l'écran - John Boyega magnifique aussi et Oscar Isaac aussi très convaincant quoi que sous-utilisé ! Le nouveau méchant, Kylo Ren, interprété par Adam Driver est épatant aussi, personnage magnifique et torturé ! Bref, la direction d'acteurs est magistrale, bien au-dessus de TOUS les épisodes précédents avec pour une fois des dialogues très efficaces et bien pensés !

    Mais on retrouve aussi les anciens : Harrison Ford revient en Han Solo et porte à lui seul - avec Chewie quand même - une bonne partie du film, Carrie Fisher rendosse le costume de la Princesse Leia - cette fois Générale - et Mark Hamill est là aussi en Luke Skywalker encore que sa présence dans le film soit particulière bien que centrale. Le passage de témoin entre les générations se passe à merveille !

    J'ai ressenti quantités d'émotions dans la salle de cinéma en assistant à la projection du Réveil de la Force ! Je suis passé par la joie, le rire, la tristesse, le frisson ! Les nouveaux personnages fonctionnent à merveille. De même que le nouveau droïde BB-8 vole la vedette à R2D2 et C3PO. On retrouve de vieilles connaissances : Nien Nunb, l'Amiral Ackbar et quantités d'aliens et d'animatroniques à l'ancienne !

    Le combat entre la Résistance et le Premier Ordre fait rage !

    Les critiques que j'ai vu jusqu'à présent sont plutôt voire même très élogieuses ! J'ai pu lire quelques bémols : scénario calqué sur l’Épisode IV - à quoi je réponds que c'est inexacte ! Certes, il y a une histoire de plans et de super-arme mais il y a aussi des contrepieds ! La musique de John Williams moins marquante ? Il faut dire qu'on est tellement pris par l'intrigue ! De même pas de numéro de bravoure ? Regardez la scène dans le cimetière d'épaves de Jakku et vous me direz !

    Gros points forts de ce volet toutefois plus sombre : les répliques, l'histoire et le jeu des acteurs ! On ne s'ennuie pas une seconde ! L'humour - j'ai déjà dit - est bien calibré - les meilleurs répliques pour Han Solo, bien loin de l’humour pipi-caca d'un Jar-Jar Binks !

    Bref une totale réussite pour moi et je vais évidemment retourner le voir plusieurs fois ! L'intrigue se concentre surtout sur les personnages et le contexte politique globale est encore laissé dans le flou ! Mais Disney publiera certainement quantités de romans, BD et autres pour élucider tout cela !

    Est-ce à dire que Star Wars est mieux sans George Lucas ? La Prélogie est "enterrée" par cet Épisode VII ! Je ne dirais pas cela mais en tout cas la relève est là et nous serons éternellement reconnaissant au père de Star Wars d'avoir initier cette univers qui est reparti pour longtemps ! 5 autres films sont dans les starters ! Épisodes VIII et IX et trois spin-offs !

    Je n'ai qu'une chose à dire : LA SUITE, LA SUITE !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • A la poursuite de demain est un film de science-fiction de Brad Bird, sorti en 2015 basé sur le concept des parcs à thème Disney Tomorrowland !

    Ce film possède une bonne part d’inventivité ! Un scénario astucieux et plein de mystères !

    A la poursuite de demain - Brad BirdIl y a dans ce récit une opposition entre le Futur tel qu'il était envisagé dans les années 1950 - celui d'Astounding Stories, un Futur optimiste et plein de promesses, peuplé de fusées aérodynamiques, d'animatroniques, de véhicules à antigravité, de jetpacks... avec le le monde sans avenir tel que nous le concevons maintenant : désastres nucléaires, réchauffement climatique, émeutes et guerres civiles...

    Le premier Futur est celui du jeune garçon, Franck Walter, en 1964 et le second est celui de la géniale Casey Newton (interprétée par Brittany Robertson) qui n'a pas perdu espoir de changer les choses. Franck adulte est joué par George Clooney.

    A côté de cela, il existe un monde hors du temps et de l'espace, un genre d'utopie dans un univers parallèle dont Athéna (Raffey Cassidy),une sorte de robot fait office de recruteur. On y accède grâce à de fabuleux pin's !

    Ce qui est plaisant, c'est le clin d’œil au courant steampunk avec Jules Verne, Edison, Tesla et Eiffel dans une hallucinante scène dans la fameuse Tour !

    Bref, un film qui prône que fasse à la catastrophe planétaire annoncée, il faut "recruter" des "rêveurs optimistes" et que rien ne sert de se morfondre ! Ça paraîtra puéril au cyniques mais il y a là une évidence !

    Ce film est donc plein de surprises, avec de bons effets spéciaux, de l'humour, de la tendresse et de l'action. Cela s'adresse surtout aux plus jeunes et jusqu'aux jeunes adultes qui sont l'espoir du Futur !

    Un film qui pour ma part m'a bien plu ! Hugh Laurie (Dr House) figure aussi au casting dans le rôle de Nix.

    A bientôt !


    votre commentaire
  • A l'origine, Divergente est une série de romans de Veronica Roth, débutée en 2011. Elle connu le succès et fut adaptée en 2014 par Neil Burger dans le premier film de la franchise cinématographique. Un autre film a suivi en 2015, Divergente 2, et le dernier volet en 2 parties doit suivre en 2016 et 2017 !

    Divergente, le roman comme le film, fait partie de ces œuvres qui, depuis Harry Potter, Twilight ou encore Hunger Games mettent en jeu des héros qui sont de jeunes adultes - et donc, ce sont des récits à destination des post-ado ou jeunes adultes mais cela peut intéresser un plus vaste public. Un public bien-pensant pourrait trouver ces récits trop "guimauve" mais en réalité le propos de ces fictions est souvent bien plus profond qu'il n'y parait (à part peut-être pour Twilight : "je suis un vampire éternel et ma première préoccupation est de retourner au lycée !").

    Divergente est un récit SF ou d'anticipation, dans un monde post-apocalyptique, une nouvelle société s'est construite sur le modèle d'une certaine utopie basée sur la séparation en factions : les Érudits, les Audacieux, les Fraternels, les Sincères et les Altruistes. Personnellement, cela me fait penser au modèle de cité de La République de Platon avec ses spécialisations, ses gardiens ou au modèle de société tripartite décrite par Dumézil ! A côté de cela, il y a les Sans-Factions, le pire des sorts pour un individu dans ce monde !

    Béatrice - "Tris" - Prior - interprétée par la jeune actrice Shailene Woodley - est une jeune Altruiste, fille d'un des couples de dirigeants, qui doit passer le test qui décidera de sa faction définitive. Or voilà que le test n'est pas concluant ! Pire que tout, elle est une Divergente ! Elle se classe dans plusieurs catégories : Audacieuse, Altruiste et Érudite ! Elle est une menace à éliminer et doit cacher son secret !

    Le Jour décisif, elle choisit les Audacieux, rencontre Quatre,qui deviendra son ami - joué par Théo James - et doit passer une série d'épreuves, parmi lesquelles des voyages ou incursions dans sa Psyché au plus profond de ses peurs - et ses secrets ! Mais elle découvre que les Érudits préparent un coup d'état avec les Audacieux contre les Altruistes. son statut de Divergente va lui permettre d'échapper à la suggestion mentale élaborée par la machiavélique Jeannine - jouée par Kate Winslet, seule star senior de ce film !

    La morale de ce film, assez prenant au final, reposant sur les rites de passage, est qu'il faut exploiter ses habiletés pour trouver sa place au sein de la société, société parfois injuste et qui nous bride par ses cadres rigides, ses hiérarchies et ses habitus. C'est la préoccupation et le devenir des jeunes aujourd'hui qui est donc au centre du récit. Comment échapper à un destin, un avenir tout tracé, sans devenir des marginaux et sans se plier à la conformité ! Et le Libre-Arbitre contre la catégorisation !

    Je vous disais que le propos de Divergente est bien plus profond, au delà du simple divertissement !

    A bientôt !

    PS : Merci à mon amie Laurie de m'avoir conseillé ce film !


    votre commentaire
  • Qu'est-ce que le Bonheur ? Est-il encore possible dans notre époque troublée ? C'est à ces question et à beaucoup d'autres que Frédéric Lenoir, philosophe contemporain, tente de répondre dans un essai, petit de taille mais dense en matière. Il ne prétends pas donner de recettes mais indique quelques pistes pour le lecteur averti !

    Tout d'abord faut-il se poser la question du bonheur ? On recherchera au maximum ce qui apporte du plaisir et on évitera le plus possible ce qui est pénible. Les stoïciens, cités abondement, ont des choses à nous enseigner sur ce point. Mais ce n'est pas toujours facile et la vie apporte diverses entraves à la réalisation de notre bonheur. Il faut noter que nous n'avons pas toujours de prises sur la réalité et donc il faut changer notre représentation des choses. Et sans être dans une attitude de "passivité", il faut savoir "lâcher-prise".

    En matière de quiétude, un adage dit "il ne suffit pas d'être heureux encore faut-il que les autres soient malheureux". En vérité, il est plus sage de mettre fin à tout comparatisme dans ce domaine pour éviter de se "pourrir la vie" !

    C'est vous l'aurez compris un travail sur soi qu'il faut exercer dans ce domaine. Il ne s'agit pas d'oblitérer une certaine forme de lucidité mais au contraire d'être en contact étroit avec les choses qui importent vraiment !

    Frédéric Lenoir illustre son propos de références aux stoïciens - je l'ai déjà dit ! - mais aussi aux épicuriens, à Baruch Spinoza, à Aristote, Montaigne, aux sagesses orientales : Tao, Bouddhisme, Hindouisme, aux paroles de Jésus etc...

    Mais notre époque est assez déboussolée et l'homme a perdu ses racines, son contact avec la nature depuis au moins la révolution industrielle !

    Voilà, je n'en dis pas plus et vous recommande vivement la lecture de ce petit livre !

    A bientôt ! Portez-vous bien !


    votre commentaire
  • Clint Eastwood a encore réalisé un grand film, en 1988, avec son Bird, biographie assez complète sur le saxophoniste et jazzman Charlie Parker, une légende de ce genre musical avec Duke Ellington, Dizzie Gillespie ou Miles Davies, genre auquel je confesse ne pas connaître grand chose !

    Néanmoins, j'en ai appris un peu sur la carrière de ce grand artiste noir, au talent énorme et à la vie mouvementée. Parker était un virtuose dans son art mais hélas il était alcoolique et aussi junkie ! Il souffrait d'ulcères et de problèmes au foie et succomba, précocement, à 34 ans, d'un arrêt cardiaque, le 12 mars 1955.

    Charlie Parker a marqué la musique des années 1950, a formé des quintets, s'est produit en Californie et à Hollywood, a parcouru le Sud profond, a fait danser bien des gens, à fait vibrer des cœurs. Il partageait sa vie avec sa femme, Chan Richardson, avec qui il eu trois enfants, dont une fille, malade, qui mourut en bas âge !

    Les frasques de cet artiste nuirent quelque peu à sa carrière. L'arrivée du rock'n roll, au milieu des années 50, marqua un déclin du jazz.

    Ce film est une prouesse musicale ! Des enregistrements de Charlie Parker - dont certains conservés par son épouse dans un coffre fort - ont été numérisés et réarrangés ! Ceci laissa cependant perplexes les vrais amateurs de jazz. Néanmoins, Bird obtint l'Oscar de la Meilleure Musique.

    Entre autres récompenses, le film décrocha aussi le César du Meilleur film étranger en 1989, un Golden Globe de Meilleur Réalisateur pour Clint Eastwood et un autre pour Forest Whitaker qui livre une interprétation magistral de Charlie Parker. Enfin, mentionnons Diane Verona qui reçu aussi une récompense à New York pour son rôle de la femme de l'artiste.

    C'est un moment d'anthologie de l'Histoire de la musique moderne que nous livre Clint Eastwood qui n'a pas son pareil pour croquer des tranches de vie pleines de sens !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • La Reine des Neiges - Frozen en VO - est un film d'animation musical des Studios Disney qui a fait un véritable "carton" en 2013 ! Vous n'avez pas pu échapper à la chanson "Libérée, délivrée" !

    C'est un conte d'hiver, l'histoire de deux soeurs Elsa et Anna très complices jusqu'au jour où Elsa, qui a unLa Reine des Neiges - Disney pouvoir sur la glace, blesse accidentellement sa soeur au cours de jeux !

    Elsa est une princesse, la fille du roi d'Arendelle, et elle est contrainte de s'isoler. Un jour, ses parents périssent dans une tempête en mer ! Trois ans pus tard, elle monte sur le trône !

    Mais voilà, ses pouvoirs, Elsa ne va pas avoir la possibilité de les cacher plus longtemps et la moindre émotion les déclenche. Ainsi, ils se manifestent lorsqu'Anna annonce à sa soeur son intention d'épouser le beau prince Hans des Iles du Sud.

    Elsa choisit l'exil mais plonge le royaume dans les glaces éternelles ! Anna part à sa recherche pour la raisonner et peut compter sur le collecteur de glace Kristoff, son renne Sven et le bonhomme de neige Olaf... et quelques trolls !

    Un film épatant, plein de charmes et de surprises ! La voix d'Elsa et sa partie musicale est assurée dans la version française par la jeune chanteuse, Anais Delva - vue dans la comédie musicale Dracula ! Je comprends mieux maintenant pourquoi mon neveu Keagan est enchanté par ce conte !

    Le film a eu une tripotée de récompenses dont pas la moindre l'Oscar du Meilleur Film d'Animation 2014 !

    Je ne vais pas appesantir sur ce film, le mieux est encore de la visionner ! Si, ai-je dit qu'il était tiré du conte de Christian Hans Andersen du même titre, daté de 1844 !?

    Plus que jamais, Disney est une valeur sûre !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les Nouveaux Héros - Big Hero 6 en VO - est un film d'animation américain des Studios Disney, sorti en 2014... Et c'est un petit bijou aussi bien sur le plan de l'animation que des émotions que le film vous fait ressentir !

    L'action se passe à San Fransokyo, mélange de villes américaine et japonaise. Hiro Hamada, du haut de sesLes Nouveaux Héros - Walt Disney Pictures 13 ans, est un petit génie de la robotique. Pour intégrer l'école prestigieuse du professeur Callaghan, il conçoit des micro-robots. Il a de qui tenir car son grand-frère Tadashi est lui aussi un génie, et élève du célèbre professeur. L'ainé a d'ailleurs conçu un projet de robot médecin, Baymax à la personnalité empathique !

    Mais voilà, l'expo de robotique prend feu et Callagher et Tadashi sont présumés morts ! Peu de temps après, un mystérieux super-vilain, au masque de kabuki, apparait tenant le contrôle des micro-robots. Hiro décide alors de venger son frère en interpelant le voleur de son invention et le responsable de la mort de son frère !

    Il va pouvoir compter sur les amis de son frère, des ingénieurs en robotique aux personnalités bien trempées : Fred, Wasabi, GoGo et Honey Lemon. Avec Baymax, les cinq jeunes gens vont devenir une équipe de super-héros et affronter le vilain !

    A l'origine, les Big Hero 6 sont des super-héros Marvel un peu à la marge, la branche asiatique du Monde Marvel. Disney rachète Marvel en 2009 et transfert ses personnages à sa maison-mère. Désormais les Nouveaux Héros n'évolueront plus dans l'Univers partagé Marvel - aucune chance de les croiser dans le MCU donc ! - mais seront des icones Disney au même titre que Blanche-Neige ou Cendrillon !

    Ce film est enthousiasmant ! Les expressions faciales, les mouvements corporels des personnages, les environnements physiques et les lois de la nature sont retranscris à merveille. Le scénario est bien construit et propose son lot de rebondissements !

    J'espère vivement qu'on aura droit à un deuxième opus de la même qualité ! Le film sort en blu-ray et DVD fin juin 2015 et je devrais me ruer dessus !

    A bientôt !


    votre commentaire
  •  Voici un nouvel "ouvrage" luxueux de l'éditeur Huginn & Muninn, pas du tout un livre mais un simili-coffret contenant 12 grandes cartes autour du monde imaginaire de Game of Thrones !

    J'ai lu quelques part que dans les premières années où il concevait sa saga d'inspiration historique, George R.R. Martin ne s'intéressait que très peu à la géographie des terres sorties de son esprit prolifique, sinon dans les grands traits ! Les choses se sont peaufinées et on peut désormais parcourir d'un seul regard les continents de Westeros et d'Essos et d'autres contrées lointaines !

    Le coffret comporte une douzaine de cartes... Détails !

    Tout d'abord une carte générale du monde avec Westeros, Essos, et une petite partie de Sothoryos, la MerGame of Thrones - les Cartes du Monde Connu d'été, la Mer grelotte et la Mer du Crépuscule.

    Puis on zoome sur l'Ouest autour du Détroit : Westeros et les Cités Libres : Braavos, Pentos et Myr...

    Ensuite, l'Orient, la Baie des Serfs, le désert Dothrak, la cité de Quarth.

    Après cela une carte inévitable sur les Sept Royaumes et Westeros : Le Nord, le Val d'Arryn, le Conflans, le Bief, Dorne, les Iles de Fer, Peyredragon, Winterfell, Port-Réal, Castral-Roc, les Eyrié, Vivesaigue, le Mur, Château Noir, Fort-Terreur, Moat Cailin, les Jumeaux, Lancehélion, Hautjardin, Accalmie, Harrenhal... Autant de noms familiers aux fidèles des romans ou de la série-télé !

    La carte "Au-delà du Mur" s’intéresse au domaine des Sauvageons ! Domaine assez inexploré !

    Nous voici déjà parvenus à la moitié des cartes ! Il reste ensuite à voir les Cités Libres mentionnées plus haut auxquelles on ajoutera parmi les plus connues, Volantis - et les alentours de la Rhoyne ! Tout ceci gravitait autrefois autour de l'Empire de Valyria qui est une zone désolée sur la carte, ayant subis un cataclysme jadis.

    On poursuit vers l'Est avec la Baie des Serfs ! C'est là que Daenarys se débat dans ses péripéties : Astapor, Yunkaï et surtout Meereen, cités esclavagistes ! Puis vient ensuite la Mer Dothrak qui est en réalité une étendue de sable !

    Deux cartes ensuite qui sont des plans de villes ! Port-Réal et Braavos !

    Enfin, on reviens pour terminer sur une carte "générale" qui regroupe tous les parcours les voyages, des principaux héros de la saga ! Jusqu'au dernier volume paru à ce jour - soit l'Intégrale 5 en français et la Saison 5 de la série de HBO !

    C'est joli et instructif mais assez sommaire et rapidement parcouru !

    C'est plus un outil pour fan ou pour ceux qui pratiquent le "jeu de rôles du Trône de Fer". En effet, ces cartes sont de la main de Jonathan Roberts qui dessine des cartes de mondes réels et imaginaires, notamment les nombreuses cartes de Donjons & Dragons !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les Wachowski, Lana et Andy, sont de retour en 2015 avec une grosse production 3D Jupiter Ascending ou Jupiter : Le Destin de l'Univers, sorte de Space Opéra à grand spectacle !

    Jupiter Jones est une émigrée russe qui gagne sa vie en nettoyant des toilettes ! Mais un jour sa vie bascule. Un ancien chasseur militaire interplanétaire, croisement entre humain et loup, lui sauve la vie alors qu'elle se retrouve menacée par des aliens improbables ! Jupiter bascule alors dans un "autre univers", découvre qu'elle est la réincarnation d'une Reine, dirigeante de la Corporation Galactique Abrasax qui a ensemencé la Terre il y a 100000 ans !

    Eh oui ! Les Wachowski renouent ici avec leurs thèmes phares déjà abordés dans Matrix ! Tout d'abord, il y a la thématique de l"Élu - ici une Élue en l’occurrence - que rien ne prédisposait - et qui doit sauver l'Humanité ! Ensuite l'idée de cycles ou réincarnations dans Jupiter Ascending comme il y eut plusieurs Matrices dans l'autre œuvre des Wachowski ! Puis l'idée de "Moisson" où les humains utilisés comme Matière Première ! Enfin, le concept d'une autre réalité derrière la réalité, d'un niveau "supérieur" d'où l'"Ascension" de Jupiter - au propre - dans les Étoiles - comme au figuré - son statut social !

    Jupiter Ascending - Les Wachowski

    Les méchants du film sont les Abrasax : deux frères et une soeur ! Il y a Balem (Eddie Redmayne), Kalique (Tuppence Middleton) et Titus (Douglas Booth). Ils sont quasi tous malveillants et se régénèrent grâce aux "Moissons" ! La Corporation gère les planètes - dont la Terre - comme des ressources en "Nectar" et Balem résume sa politique par "vivre pour consommer" et "générer du profit" ! L'ultralibéralisme galactique en quelque sorte !

    Il faut évidement compléter cette mention du casting en citant les acteurs principaux ! Mila Kunis (Le Livre d'Eli, Black Swan - Elle est décidément magnifique de beauté cette fille !) est Jupiter Jones. Channing Tatum est Caine Wise, le soldat lupus... Il y a aussi James D'Arcy qui joue le père de Mila et que l'on peut voir en ce moment dans la série Agent Carter et l'acteur de Game of Thrones, Sean Bean, qui interprète un policier galactique.

    Un film spectaculaire, fastueux et éblouissant ! Qui a pourtant reçu de nombreuses critiques négatives !? Le problème est que le public est de plus en plus blasé des effets spéciaux numériques ou autres - ce qui est soupçonné désormais de cacher une absence de scénario - et la surabondance d'explosions peut vite devenir fatigante ! Moi, en tout cas, j'ai apprécié ce spectacle, une bonne après-midi dans le cinéma de ma commune, et je le classe en "Coup de Cœur" !

    Le film possède sa propre mythologie, sa propre signature esthétique et visuelle - c'est indéniable ! Haute technologie façon cyberpunk, sauriens belliqueux, vaisseaux antiques, villes et planètes qui font passer Coruscant de Star Wars pour un petit hameau, et plein d'autres choses !

    A voir pour tous les férus de SF qui trouveront là un bon divertissement à défaut du film SF de l'année !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'Iliade est avec L'Odyssée le récit fondateur de la culture grecque antique ! A notre époque contemporaine, Troie - Wolgang Petersenla machine à rêves s'appelle Hollywood et elle s'est donné pour tâche de recycler tous les Mythes à sa sauce ! C'est pourquoi, en 2004, Wofgang Petersen nous livre sa version du conflit antique le plus célèbre avec son Troie !

    Un récit hautement épique - avec des batailles spectaculaires et sanglantes - avec un casting de premier choix ! Jugez plutôt ! Brad Pitt est Achille, Orlando Bloom est Paris tandis qu'Eric Bana interprète Hector. On retrouve aussi Ulysse, joué par le Sean Bean du Seigneur des Anneaux et de Game of Thrones !

    L'histoire est bien connue. Lors d'une visite à Sparte pour négocier une paix, le jeune et impétueux Paris s'éprend de la femme de Ménélas, la plus belle femme du monde, Hélène (Diane Kruger) et la kidnappe. Dès lors le roi de Sparte demande de l'aide à son frère Agamemnon, ambitieux politique qui mobilise le ban et l'arrière- ban de la Grèce contre Troie. Les héros sont aussi convoqués : Achille et ses Myrmidons, Patrocle, les deux Ajax, Ulysse. La guerre est imminente, elle va durer dix ans et le malheur va s'abattre sur Troie !

    Achille, la légende, est au coeur du récit. Il a le choix entre une vie longue et morne ou un destin voué à la gloire mais impliquant une existence courte. Achille choisit la gloire au combat même si il se défie d'Agamemnon. Leur désaccord va culminer lorsque le roi de la Grèce va s'accaparer Briséis (Rose Byrne), la captive d'Achille ! C'est par cet épisode que débute par ailleurs le récit d'Homère (je vous renvoie au billet que j'ai déja fait sur le récit fondateur, L'Iliade).

    Certes, on n'évite pas la surenchère propre à Hollywood mais le réalisateur, Wolfgang Petersen, livre un film soigné - dans la reconstitution "historique"  - malgré des divergences dans le récit ! Troie est un film à grand spectacle, durant plus de trois heures, dans un genre tombé en désuétude, le péplum !

    Lisez donc le poème d"Homère et visionnez ce film de concert !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • A une certaine période, un questionnaire avait cours sur internet, concernant les goûts littéraires des blogueurs culturels ! Il n'est jamais trop tard pour se proposer d'y répondre !

    - Que contient ta bibliothèque (BD, romans, essais, documentaires, jeunesse, policiers, guide de voyages, livres d’art etc.) ?

    Ma bibliothèque est vraiment éclectique - ce n'est pas un vain mot ! Il y a des classiques de la littérature - études de Lettres obligent : Rabelais, Montaigne, Molière, Corneille, Racine, Montesquieu, Balzac, Stendhal, Zola, Proust, Aragon, Camus, Sartre... aussi bien des romans, que du théâtre mais aussi de la poésie - en moindre quantité : Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire, Ponge, Desnos...

    Aussi des romans de littérature contemporaine : Houellebecq, Carrère, Beigbeder... De la littérature étrangère : James, Poe, Lovecraft, Borges et pour rester dans les contemporains étrangers : Clancy, Follet, Roth, Auster...

    Beaucoup de livres de poche mais pas seulement...

    Pas mal de Philosophie et d'Histoire... Un bon nombre d'encyclopédies que l'on achète en kiosque : recueils par thématique du CNRS (la poésie, la science, l'amour, la guerre...), les Musées d'Europe, l'Histoire de l’Égypte, des Rois de France, du Monde occidental, Les Mathématiques, le Cinéma du Monde, les textes des "Rebelles", la Philosophie par Luc Ferry etc... Il convient d'ajouter des magazines culturels : Le Magazine Littéraire, L'Histoire, L'éléphant, Les Papiers de France Culture, Philosophie Magazine, Lire, Sciences humaines, Books...

    J'ai aussi une belle et grande collection de comics Marvel, Star Wars et Buffy. Et diverses collections de BD franco-belges: Lucky Luke, Rahan, Alix, Thorgal, XIII, Lanfeust, Blueberry... Plus diverses collections de DVD : "Cours de dessin et de peinture", Stargate, Heroes, Lost, Charmed, Buffy/ Angel, Quatrième Dimension, Les Envahisseurs, Sherlock Holmes, les Brigades du Tigre, X-Files, Game of Thrones...

    - Tous les livres de ta bibliothèque t’appartiennent-ils ?

    Oui, tous ces livres m'appartiennent mais j'en emprunte aussi de grandes quantités dans la demi-douzaine de bibliothèques où je suis inscrit ! Il m'arrive par la suite de faire l'acquisition en librairie d'un livre que j'ai emprunté en bibliothèque - mais j'attends la parution de la version poche ! Je profite aussi des "désherbages" des bibliothèques municipales !

    - Tes livres sont-ils classés d’une façon particulière ?

    Mes livres sont classés dans deux grandes bibliothèques en chêne mais il y en a aussi pas mal en piles contre les murs ou sur/sous des tables basses. J'ai calculé que je pouvais avoir la place pour sept bibliothèques dans mon salon et trois de plus dans ma chambre ! La place est une de mes grandes préoccupations et je revends des livres et les rachète contre des éditions plus compactes ou des Pléiades ! Mes livres sont classés - par exemple pour les comics et les magazines - par ordre de parution ou par collection. Mais tout les "tas" ne sont pas forcément au même endroit !

    - As-tu lu tous les livres qui sont dans ta bibliothèque ?

    Depuis 10 ans et 2005 - (re) naissance de mon intérêt pour la lecture, j'ai du lire près d'un millier de livres hors comics et BD (où là cela se compte en plusieurs milliers de lectures) et pourtant je n'ai même pas lu le sixième de ma collection ! J'ai pas mal de "lectures en cours" ! Ayant la chance d'avoir une bonne mémoire, j'ai un fichier sous Word où je note les "références" (auteur, titre, collection) de mes lectures et la page où je me suis arrêté pour reprendre parfois des mois plus tard - voire plus !

    - As-tu des auteurs préférés ?

    Oui et non ! Je suis très bon public comme vous pouvez le voir dans mes billets ! Sinon, j'aime bien Lovecraft, Emmanuel Carrère, Paul Auster, George R.R. Martin, Louis Aragon et Paul Valéry - ayant fait mes mémoires respectivement de Master I et II sur ces deux derniers écrivains ! Je me nourris aussi de mes lectures comme une éponge pour écrire à mon tour (nouvelles, billets, journal intime, carnets de réflexions et de citations...)

    - As-tu un livre préféré ?

    Je rêve du Livre Ultime comme Mallarmé !

    J'espère que ces quelques "confidences" vous auront éclairé !

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique