• Qu'il était attendu ce Avengers : Infinity War qui arrive finalement en avril 2018 pour les 10 ans de Marvel Studios et Avengers : Infinity War - Russo Brothersdu MCU ! Pour vous donner une idée de l'attente, le film a fait autant de préreservations aux USA que pour les sept plus gros Marvel ! En fait, ce film nous est teasé depuis le premier film de la franchise, Iron Man en 2008 - et surtout le premier Avengers de 2012 qui introduisait le personnage de Thanos. Thanos, c'est la grande réussite du film et le personnage central de l'intrigue !

    Patiemment, pendant 10 ans, les pontes de Marvel derrière Kevin Feige, nous ont bâtit un univers partagé sans équivalent au cinéma (à part Star Wars mais Star Wars, c'est aussi des romans et des comics !). Contrairement à DC Comics et la Warner qui se sont  plantés avec leur Justice League, Marvel Studios mène sa barque à bon port ! A la réalisation de ce Avengers : Infinity War de 2 heures 30, on retrouve les Frères Russo, Joe et Anthony, de Captain America : Civil War.

    Ce film est donc une réussite et on ne s'ennuie pas des 2 heures 30 qu'il dure ! C'est un subtil mélange de scènes d'action et d'émotion et les Russo savent très bien filmer les moments épiques - on n'est jamais perdu !

    Dans un premier temps, je livrerais une critique sans spoilers puis je spoilerais en mettant une balise car il est difficile d'entrer dans le vif du sujet sans spoiler !

    Avengers : Infinity War  est le film qui réunit tous les héros des films précédents - hormis Ant-Man et Hawkeye !  On retrouve donc les Avengers : Captain America, Thor, Iron Man, Black Widow, Hulk, Falcon, War Machine, mais aussi Spider-Man, Docteur Strange, Black Panther, le Soldat de l'Hiver, les Gardiens de la Galaxie et tous les personnages secondaires qui leur sont liés : Pepper Potts, Wong, le Collectionneur, Loki, Heimdall, Shuri, Nebula etc,... C'est un casting étoffé et pléthorique et je vous renvoie à mes billets sur les films précédents pour les noms des interprètes !

    Thanos est à la recherche des six Pierres d'Infinité : l'Espace, la Réalité, l'Esprit, le Pouvoir, le Temps et l'Âme ! Une fois ces gemmes rassemblées sur son Gant de l'Infini, il compte effacer la moitié des habitants de l'Humanité d'un simple claquement de doigts ! La menace est donc extrême ! Pour le seconder, il peut compter sur les membres de son Ordre Noir : Proxima Midnight, Ebony Maw, Corvus Glaive et Black Dwarf !

    Nos héros vont devoir faire front d'un seul bloc ! Enfin pas tout à fait car on suit plusieurs groupes en différents lieux  - les bandes-annonces révélaient déjà en fait pas mal de choses sur ce film et notamment les lieux visités ! On pouvait ainsi déduire qu'une partie se passe à New York, une autre en Écosse. On va aussi au Wakanda et sur Titan, le monde natal désormais désolé de Thanos ! Le risque était, avec autant de personnages, de se disperser dans les intrigues secondaires et de ne pas leur donner le traitement approprié ! En fait, on évite cet écueil !

    Thanos, personnage très réussi - encore plus que Killmonger dans Black Panther, c'est dire ! - porte le film sur ses épaules ! Ce n'est pas juste un vilain pas beau qui veut faire régner le mal de plus mais un antagoniste fouillé à la fois humain et monstrueux ! Ce n'est pas vous spoiler que de vous dire que son but est d'éradiquer la moitié des êtres pensants de l'Univers avec les Pierres afin de ne pas épuiser les réserves limitées en ressources dont ils disposent ! C'est donc un but "noble" mais le moyen pour y parvenir est tout simplement affreux ! Mais Thanos assume ses choix et poursuit son entreprise funeste ! Y parvient-il ? Voir la partie spoilers !

    Mention spéciale à Josh Brolin dans le rôle de Thanos !

    Ce concept des Pierres d'Infinité nous vient de Jim Starlin, l'architecte du "délire cosmique" de Marvel ! Chez Marvel, dans les comics, on mélange allégrement SF, magie, mythologies et espionnage ! On tends vers cela aussi désormais avec les films Marvel Studios ! Ce film, c'est un "rêve de fan devenu réalité" !

    Passons maintenant à la partie SPOILERS !

    Les scènes de combat tout d'abord sont épiques ! Le premier combat avec Iron Man, Docteur Strange et Spider-Man contre deux membres de l'Ordre Noir dans les rues de New York montre d'entrée que "Ça ne rigole pas !" ! A la fin, ces trois là sont emmenés dans l'espace !

    En Écosse, deux autres membres de l'Ordre Noir affrontent Vision et Wanda Maximoff ! Nos deux héros ont le dessous ! Heureusement Steve Rogers, Black Widow et Falcon débarquent ! L'entrée de Captain America est très réussie à ce propos, quand il sort de l'ombre, avec sa belle barbe !

    Sur la fin du film, la bataille au Wakanda qui réunit une douzaine de super-héros contre les troupes de Thanos, est un moment d'anthologie ! Dans le même temps, nos trois héros embarqués dans l'espace, alliés aux Gardiens de la Galaxie, tentent de contrecarrer Thanos qui a déjà quatre gemmes ! Contre toute attente, Docteur Strange - qui a vu les futurs possibles - , lui donne la Pierre du Temps ! Le Titan est presque au summum de sa puissance en faisant tomber une lune sur la planète !

    L'émotion maintenant ! Il y en a ! La relation entre Wanda et Vision en fait partie et celle entre Thanos et Gamora, sa fille adoptive ! Si on mets les deux relations en parallèle, on comprends que le méchant du film prends des décisions graves tandis que la Sorcière Rouge n'a pas le courage d'assumer ses choix ! La défaite des héros s'ensuivra !

    Car c'est la grande surprise de ce film, Thanos gagne à la fin et éradique la moitié des habitants de l'Univers ! Beaucoup de super-héros disparaissent ! Si les fans de comics s'y attendaient un peu, le grand public risque d'être choqué ! Et même le fan sera secoué ! D'autant plus étonnant pour un film Disney !

    FIN DES SPOILERS !

    Des tas de bonnes scènes donc dans ce film qui est un petit "miracle" ! Il faut absolument le voir car c'est peut-être le meilleur film Marvel de tous les temps ! Avengers 4  est supposé résoudre les questions posées à la fin de cet opus 3 !

    Dans le film adapté de comics, il y aura un avant et un après Avengers : Infinity War !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Guerre des mondes - Steven SpielergMinority Report ayant été une franche réussite, Steven Spielberg décide, de nouveau, en 2005, de collaborer avec l'acteur bankable Tom Cruise, une fois de plus dans l'adaptation d'une pointure de la SF - après Philip K. Dick, ce sera H.G. Wells et sa Guerre des mondes - dont l'action sera transposée en ce début de XXIème siècle !

    La Guerre des mondes est un savant mélange de SF et d'action avec ses scènes de massacres collectifs de foules anonymes - réduites à l'état de cendres ! - que j'affectionne tant (j'ai déjà eu l'occasion de vous mentionner mon aversion pour les massacres de masse au cinéma !).

    Lorsque les Martiens débarquent - à l'allure de poulpes munis de becs et réalisés en images de synthèse, c'est la panique et Ray Ferrier, un père divorcé - interprété par Tom Cruise, vivant dans le New Jersey, doit se démener pour protéger ses deux enfants des horribles envahisseurs ! On a d'une part Robbie Ferrier  - joué par Justin Chatwin - et la très jeune Rachel Ferrier - jouée par Dakota Fanning  que Spielberg avait déjà fait tourné dans la sérié-télé Taken, une autre histoire d'extraterrestres et d'abductions !

    Notre trio va devoir se rendre à Boston au milieu du chaos ! L'armée est impuissante à contenir les Martiens et leurs tripodes projetant des lasers destructeurs et de la brume mortelle ! Il ne vous échappera pas que ce film est sorti peu de temps après le 11-septembre 2001 - quelques années après du moins - dans le contexte aussi des guerres de représailles en Afghanistan et en Irak ! C'est donc une façon de critiquer l'arrogance des Etats-Unis et du monde occidental qui sont ici mis à mal par l'ennemi ! Pas de terroristes salafistes mais des Martiens !

    Dans la même optique, H.G. Wells était un ferme opposant au colonialisme et avec son roman, il mettait les colonisateurs dans une position inverse de colonisés. Post-11- septembre, juste après les événements, aborder les attentats était encore délicat et ne pouvait se faire que par le biais de la fiction !

    Tom Cruise est aussi pris à contre-emploi ! Le film montre la terreur et notre "héros", le surhomme de Top Gun et de Mission : Impossible, perds ici son assurance et montre sa vulnérabilité comme une Amérique déstabilisée, un géant aux pieds d'argile !

    Tim Robbins fait également partie du casting dans une scène de huit-clôs culte et oppressante !

    Bien évidemment, la musique est de John Williams, le compositeur attitré de Spielberg et Lucas !

    On pourra regretter cependant le happy end où toute la famille se retrouve à Boston ! On est à Hollywood, il ne faut pas l'oublier ! Ce film va néanmoins lancer toute une vogue d’œuvres autour du tête des invasions - on pense en premier lieu aux invasions de zombies !

    Ça reste un excellent film, mais pas le meilleur de Spielberg à mon avis - et comme j'apprécie moyennement Tom Cruise en raison de ses liens avec la Scientologie !...

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Autant le premier film de la série Taxi pouvait être amusant, autant ce Taxi 2 - réalisé par le tâcheron Gérard Taxi 2 - Gérard KrawczykKrawczyk, produit et écrit par Luc Besson et sorti en 2000 - est pour moi sans conteste la pire expérience de cinéma qu'il m'ait été donné de connaître ! C'est une immonde bouse ! Pire encore que Les Visiteurs ou La Captive du désert avec Sandrine Bonnaire (pour d'autres raisons) !

    On retrouve Daniel Morales - joué par Samy Naceri (qui a fait de la prison par la suite mais aurait déjà du être envoyé en taule suite à ce film !) - qui pousse toujours à fond les pédales au volant de sa Peugeot 406, son taxi  ainsi que Émilien Coutant-Kerbalec, le jeune inspecteur incarné par Frédéric Diefenthal ! Ce dernier obtient enfin de guerre lasse son permis de conduire.

    La police de Marseille - car cela se passe toujours à Marseille, la cité phocéenne ! - et le commissaire Gibert - joué par le lourdingue Bernard Farcy !  - s'apprête à recevoir le ministre de la Défense japonais pour voir la protection anti-gang de la ville ! Cela donne à l'occasion un certain nombre de "bonnes" blagues racistes bien grasses contre les Asiatiques qui ne m'ont pas du tout fait rire pour le coup ! On est déjà dans la Beaufitude dès le début du film !

    Les Yakusas sont bien décidés à faire échouer la collaboration France-Japon en matière de sécurité ! Bonjour les clichés et les facilités scénaristiques ! On voit donc débarquer des ninjas dans les rues de Marseille ! Ceci donne l'occasion de faire travailler les Yamakasis !

    Le ministre japonais ainsi que la bombasse de service, la dénommée Petra - jouée par le mannequin Emma Sjoberg - sont kidnappés par les Yakusas !

    L'action se déplace ensuite à Paris  - car c'est bien connu hormis Paris et Marseille, il n'y a pas de villes en France ! Les Yakusas préparent un attentat durant le 14 juillet pour jeter un froid avec le Japon. On a alors droit à une scène qui a provoqué chez moi un gros malaise, le parachutage du taxi - littéralement  ! - sur la capitale ! C'est con, débile et tout ce que vous voulez ! Bref totalement ridicule et surtout pas drôle ! A tel point que j'avais envie de me lever, de quitter la salle et de demander à être rembourser de ma place !

    Côté racolage, on a aussi droit à une scène ou une Petra qui a enlevé sa culotte exécute des prises de karaté où par ses grands jeux de jambes, on peut voir par arrêt sur image qu'elle n'a en effet pas de culotte ! Là encore pitoyable !

    Besson n'a jamais été un grand scénariste - il est juste un technicien un peu doué et encore ! Un producteur certes ! - mais là c'est le summum de la médiocrité ! Si des films comme Nikita ou Le Cinquième Eléments avait encore des qualités - mais déjà le côté racoleur ! - ici, on touche le fond !

    Il est inutile de dire qu'après ce fiasco, n'ai plus jamais remis les pieds dans une salle pour voir les films suivants de la série Taxi,  j'ai été vacciné !

    Si le seul intérêt de ce film, c'est à la limite sa bande originale où pour cet opus le collectif One Shot - avec Disiz, Faf Larage, Nuttea et Jalane - succède à Akhénaton !

    Signalons enfin la présence de Marion Cotillard, alors jeune et innocente, en Lilly Bertineau, la petite amie de Daniel, bref un rôle de potiche !

    A oublier très vite !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Fugitif - Andrew DavisIl est rare que les adaptations de séries-télé sur le grand écran soient des réussites ! Qu'on se souvienne du désastreux Chapeau Melon et Bottes de Cuir ou de X-Files : Fight the Future ! Bilan mitigé aussi pour la franchise Mission : Impossible !

    Par contre, Le Fugitif, la série de Roy Huggins, développée et produite par Quinn Martin, diffusée de 1963 à 1967 aux USA, sur ABC, fut l'objet d'un film Le Fugitif - en 1993 - réalisé par Andrew Davis et qui connut plus de succès ! C'est une adaptation de qualité pour un récit assez prenant !

    Peut-être ce film de 1993 doit-il aussi son succès à son casting !? En effet, Harrison Ford reprends le rôle du Docteur Richard Kimble, l'homme traqué du titre, tandis que Tommy Lee Jones - dont la carrière allait bientôt décoller (Men In Black, Volcano,...) est le marshall Samuel Gerard qui le traque !

    On notera qu'Andrew Davis retrouve ici Tommy Lee Jones qu'il avait déjà dirigé dans Piège en haute mer !

    Le Fugitif, c'est l'histoire d'un notable qui est accusé à tort d'un meurtre qu'il n'a pas commis, celui de son épouse ! Un mystérieux manchot en serait l'auteur ! Kimble est condamné à la peine de mort ! Pas cool ! Un film qui pointe ainsi les erreurs d'un système judiciaire implacable que les hommes essaient de corriger !

    Car cela va être au bon docteur parfaitement innocent de corriger le tir - et de prouver son innocence en retrouvant le vrai coupable ! Il va en avoir l'occasion car lors du transfert en bus vers son lieu d'incarcération le véhicule se renverse suite à une bagarre et Kimble s'échappe ! Il va devoir traquer le manchot et être lui même traqué !

    Un film donc avec une bonne dose de suspens et d'action ! Dans ces années-là, l’interprète d'Indiana Jones se spécialisait dans les films d'action - certes pas dans le même registre que ceux d'un Van Damme mais avec pas mal de courses-poursuites et de bagarres quand même ! Que l'on songe aussi à Air Force One !

    Un film dans la lignée des productions hitchcockiennes ! Le film obtint un beau succès en salles et Tommy Lee Jones - en marshall avec des principes mais juste ! - décrocha notamment l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle en 1994 ainsi que le Golden Globe dans la même catégorie la même année !

    Un spin-off fut produit par la suite, U.S. Marshals,  toujours avec Tommy Lee Jones, traquant cette fois Wesley Snipes, sorti en 1998 ! Le film comique Le Détonateur est une parodie du Fugitif !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • William Shakespeare est peut-être l'auteur anglo-saxon le plus célèbre - ne dit-on pas "la langue de Shakespeare" !?Roméo + Juliette - Baz LuhrmannLes nombreux drames qu'il a écrit pour la scène ont une portée universelle et résonnent encore aujourd'hui : Othello, Hamlet, Le Songe d'une nuit d'été et bien sûr Roméo et Juliette !

    D'autre part, Baz Luhrmann est un réalisateur de talent qui a l'habitude de sortir des sentiers battus - j'avais adoré son Moulin Rouge ! Le film de 1996, Roméo + Juliette allait être une confrontation entre le côté classique d'un Shakespeare et la tendance iconoclaste de Luhrmann ! En fait, notre petit génie du cinéma allait proposer une réécriture contemporaine du mythe tragique des deux amants maudits de Vérone - se déroulant à notre époque, sur fond de musique rock ! Luhrmann est en effet aussi un habitué des comédies musicales et les siennes comptent parmi ce qu'il y a de meilleur dans le genre !

    Dans le rôle de Roméo, on retrouve un jeune Leonardo DiCaprio - alors entamant sa carrière - pas encore auréolé du succès de Titanic - mais déjà avec une image de sex-symbol ! Le rôle de la jolie Juliette qui fait tourner le cœur du jeune premier, on retrouve Claire Danes - que pour ma part, je connais surtout pour son rôle principal dans la série Homeland !

    Je ne reviendrais pas sur l’intrigue de la pièce de Shakespeare ! Elle est connue et aurait l'occasion de m'attarder dessus si un jour je produis un article plus spécifique sur la dramaturgie du maître ! Rappelons qu'à Vérone, deux familles s'opposent, les Capulet et les Montaigu ! Dans ce contexte, Juliette, une Capulet, et Roméo, un Montaigu, tombent éperdument amoureux ! Mais la rivalité de leurs familles respectivement va avoir raison d'eux et ils vont même y perdre la vie au terme d'un quiproquo tragique !

    Dans le film de Luhrmann, qui fait partie avec Ballroom Dancing et Moulin Rouge, de la "Trilogie du Rideau Rouge", l'"action" est transposée dans un quartier chaud des Etats-Unis, à Verona Beach, de nos jours ! Les meurtres et les règlements de compte y sont légions !

    Le moment crucial du film est lorsque Mercutio se rends à un duel adressé à Roméo, à la place de celui-ci ! L'ami de Roméo est tué et Roméo le venge en tuant à son tour Tybalt, son meurtrier ! Hélas, Mercutio a eut le temps de proférer une malédiction : "Le peste soit sur vos deux familles !". Et la malédiction s'accomplira !

    La scène de la rencontre entre les deux jeunes amants - classiquement autour d'un balcon - est remplacé ici - si j'ai bonne mémoire par une scène, dans une soirée déguisée, autour d'un aquarium et dans un ascenseur - toujours la verticalité donc ! Elle est en ange et lui en chevalier !

    De même, le signe "+" du titre qui remplace la conjonction de coordination "et" fait penser à ces messages que les amoureux gravent sur les troncs des arbres !

    Juliette - qui n'a que 13 ans ! - est promise au Comte Paris ! Roméo lui est exilé ! Juliette feint alors la mort en utilisant un poison, voulant signifier son refus d'épouser Paris ! Trouvant son corps inerte, Roméo se donne alors la mort puis la jeune fille se réveille et constatant la mort qui n'est pas feinte de son amoureux, elle se suicide par balle ! A la fin, les Montaigu et les Capulet se réconcilient car leur rivalité à tué leurs enfants ! Malheureusement, il est trop tard !

    La bande originale du film de Luhrmann est évidemment primordiale ! Lors de la scène du bal masqué, on voit notamment la chanteuse Des'ree interpréter sa chanson "Kissing You" - de circonstances ! La musique du film contient par ailleurs des titres de Garbage, Radiohead, ou The Cardigans - pour ceux que je connais ! Deux versions de cette B.O. sont disponibles. A signaler aussi une reprise de "When Doves Cry" de Prince !

    Ewan McGregor, pour le rôle de Roméo, Natalie Portman et Sarah Michelle Gellar (Buffy) pour celui de Juliette, avaient été pressentis pour figurer au casting mais cela ne se fit pas pour diverses raisons (trop jeune, refus du rôles, etc...).

    Enfin, la carrière de DiCaprio fut lancée avec ce film puisqu'il reçut l'Ours d'Argent du Meilleur Acteur au Festival de Berlin !

    En ce qui me concerne, je trouve ce film très réussi ! L'émotion ressort très bien et vous prends à la gorge ! Le film oscille entre drame et réjouissances - avec la musique endiablée !  Les acteurs sont excellents, tout en intensité ! Je vous le recommande fortement donc !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Couleur pourpre - Steven SpielbergEn ce mois de mars 2018, sort un numéro spécial de "Tout Savoir - Arts & Média" - excellent magazine ! - qui revient sur la carrière de Steven Spielberg de manière exhaustive ! Je vais donc me reposer sur cet ouvrage - plutôt que sur Wikipédia - pour écrire présentement un article sur La Couleur pourpre, film de 1985 de Spielberg qui s'attarde sur un sujet peu traité alors, la condition de la femme noire peu après la fin de l'esclavage aux USA ! Film que j'ai par ailleurs vu il y a une vingtaine d'années !

    A l'origine, La Couleur pourpre  est un roman d'Alice Walker, première femme noire a remporter, en 1983,  le Prix Pulitzer et la National Book Award. Le livre aborde des thèmes délicats tel la violence contre les femmes ou l'homosexualité féminine avec une représentation sans détour du sexe ! Rapidement, ce livre devient un symbole pour la culture afro-américaine et sa communauté !

    C'est Kathy Kennedy - oui, celle-là même qui est actuellement en charge de Star Wars et Lucasfilm chez Disney et qui a longtemps été l'"assistante" de Spielberg - qui propose l'idée au réalisateur de faire une adaptation du roman d'Alice Walker. - "pas en tant que productrice à un réalisateur mais en tant que femme à un homme" ! Notre homme est emballé par ce livre si révolutionnaire et emprunt d'authenticité !

    Dans ce film qui lança la carrière de Whoopi Goldberg, on retrouve Celie - joué par Goldberg donc - , au début du XXème siècle, dans une plantation de coton de Georgie. A 14 ans, la jeune femme noire est abusée sexuellement par son père, même après la mort de sa mère. De cette relation incestueuse, elle a deux enfant que le paternel lui prends pour les faire adopter.

    La seule consolation de Celie est la relation qu'elle entretient avec sa jeune sœur,Nettie. C'est alors qu'Albert Johnson, dit Monsieur - joué par Dannt Glover - , un autre noir, père de quatre enfants et veuf pour avoir tué sa femme, jette son dévolue sur Nettie. Mais le père de Celie et Nettie parvient à convaincre Johnson d'épouser plutôt Celie, celle qui a perdu sa virginité !

    Monsieur dispose donc avec Celie d'une nouvelle épouse soumise à ses ordres, qu'il traite comme sa bonniche, bref qu'il maltraite ! Le calvaire de la pauvre Celie continue donc aux mains des hommes !

    De son côté, épuisée par les avances de son père, Nettie demande à vivre avec sa sœur et Monsieur, ce qui est un réconfort pour Celie ! Nettie apprends alors à sa sœur à lire mais le fait que la nouvelle venue refuse ses avances déplaît à Albert qui finit par la chasser !

    Nettie promets alors d'écrire à Celie mais aucune lettre ne parvient à cette dernière dans une boite aux lettres qu'elle n'a pas le droit d'ouvrir par ailleurs ! Le seules lettres sont celles de Shug Avery, une femme noire libérée, chanteuse dans un club de Memphis - jouée par Margaret Avery.

    De son côté,  Harpo, le fils ainé d'Albert prends pour femme la très volontaire Sofia - jouée par Oprah Winfrey - qui ne se laisse pas dicter sa conduite par les hommes ! On devine la tempête qu'elle va apporter sous ce toit !

    Ce sont en fait cette Sofia et Shug Avery qui vont montrer à Celie comment redresser la tête et résister à la vindicte des hommes ! c'est donc une histoire d'émancipation féminine ! Il est assez marrant de voir comment Albert est soumis à Shug qui ne s'en laisse pas non plus compter ! Les rôles sont inversés !

    Le musicien noir, Quincy Jones, s'est aussi impliqué dans ce film dont il a composé la musique.

    Et avec ce film, Spielberg qui n'avait jusque là réalisé que des films "pop-corn" mâtinés de SF et de fantastique acquiert ici sa réputation de réalisateur capable de tourner des films sur des "sujets sérieux" - ce qui lui demanda de changer complétement sa méthode ! Ceci lui permit aussi de tourner pas mal des films qui allaient suivre en commençant par La Liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan  ou encore Munich !

    Le film suscita de vives critiques de la communauté afro-américaine n'acceptant pas qu'un réalisateur blanc s'approprie ce sujet et l'accusant de dénaturer le livre (ainsi la relation homosexuelle entre Celie et Shug Avery est complétement gommée !). On pointa aussi la caricature d'un homme noir immoral sans parler des conditions de vie du peuple noir de cette époque ! Le petit génie du cinéma de SF venait de filmer un drame de société et quelque part, on n'était pas habitué !

    Malgré ces critiques et réserves, le film rencontra un vif succès en salles ! Spielberg avait gagné son pari  ! La Couleur pourpre  est aussi nominé dix fois aux Oscars 1986. Ni leçon d'Histoire, ni critique sociale, c'est là le récit d'une survivante qui nous laisse penser que même dans les heures les plus noires, il reste de l'espoir ! De plus, cette fois-ci, avec Whoopi Goldberg, la femme noire passe du statut de rôle secondaire au cinéma au premier rôle, ce qui constitue en soi une petite révolution !

    Concernant  mon avis personnel, j'avais beaucoup aimé ce film il y a vingt ans qui contient une certaine dose de jubilation dans une intrigue particulièrement dramatique ! Je me souviens d’ailleurs très bien de ce film marquant si longtemps après !

    Spielberg est décidément un grand et c'est pourquoi j'ai traité beaucoup  de ses films sur ce blog !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les jeux vidéo possèdent leurs panthéons de personnages emblématiques, depuis Pac-Man jusqu'à Jaina PortVaillant - en passant par Mario ou Sonic the Hedgehog !

    En novembre 1996, est lancé la longue série de jeuxTomb Raider  - par Core Design (voir le billet que j'ai déjà fait sur le sujet !) - qui mets en avant, dans ces récits d'explorations de vieux temples en 3D, l'héroïne Lara Croft, une aventurière archéologue dans la lignée d'Indiana Jones, mais terriblement plus sexy ! Puis les jeux s’enchaînent et le succès ne se dément pas !

    Très vite, lors des conventions de jeux vidéo, se pose la question de trouver un avatar humain à la jeune Lara Croft, pour la personnifier sur les stands et dans les médias ! Un certain nombre de top-models vont endosser le petit haut moulant, le short tout aussi moulant et brandir les guns/pistolets de l'aventurière ! Les plus connues et parmi les premières sont l'actrice britannique Rhona Mitra ou Neil MCAndrew (qui posera dans le plus simple appareil dans le Playboy US mais pas en tant que Lara !). Des comics sont publiés et Hollywood s'empare aussi du phénomène !

    Les jeux vidéos portés à l'écran n'ont jamais donné rien de fameux, que l'on pense au film sur Super Mario Bros. ou Street Fighter. Tomb Raider est donc adapté au cinéma dans une Dilogie - incarnée par la magnifique Angelina Jolie - et dont le premier des deux films, Lara Croft : Tomb Raider, sort en 2001 sous l'égide de Simon West !

    Dans ce film, Angelina Jolie retrouve d'ailleurs son père à l'état civil, Jon Voight qui joue le père de Lara dans le récit ! On retrouve les mêmes recettes que dans les jeux vidéo et -pour le cinéma, dans les Indiana Jones !

    Lara se mets sur la piste d'un trésor ancien, gardé par maints pièges et embûches ! Elle devra résoudre des énigmes et allier le physique au mental. .Il y a bien sûr un antagoniste et ici ce sont les Illuminatis, très à la mode depuis les années 1990 et la vague X-Files ! Lara hérite d'une mystérieuse horloge de la part de Lord Richard Croft, son père et cet objet étrange doit la mener sur un trésor ancien permettant de contrôler l'espace et le temps !

    Le film débute en Égypte où Lara affronte un robot géant ! Puis, au Cambodge et à Venise ! Au casting, Daniel Craig - notre James Bond ! -  joue Alex West, un allié de l’héroïne tandis que Iain Glen - le Jorah Mormont de Game of Thrones - est Manfred Powell, le méchant du film et chef des Illuminatis ! Un bon film d'énigmes et d'action !

    Comment conclure sur ce film ? Ce n'est pas une catastrophe comme la plupart des films tirés de jeux vidéo mais ce n'est pas un chef d'oeuvre non plus ! Un film honnête mais assez moyen et pas l'équivalent d'un Indiana Jones ! A noter qu'en 2018, Angelina Jolie étant trop "vieille", un reboot est tenté avec la jeune actrice suédoise Alicia Vikander ! Je ne l'ai pas encore vu mais vous en parlerais dès que ce sera le cas, en tant voulu ! Mais ce n'est pas ma priorité !

    La licence Tomb Raider pourrait avoir du potentiel au cinéma pour peu qu'on sorte des sentiers battus et de l'attendu !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Piège à grande vitesse, film d'action et de castagne américain sorti en 1995 et réalisé par Geoff Murphy est la suite de Piège en haute mer ! C'est ce qui constitue en VO la saga des Under Siege ! Par la suite, Steven Seagal a joué dans divers téléfilms de piètre qualité qui ont parfois repris en VF le titre "Piège en..." même si je ne pense pas qu'il y ait de lien !

    On retrouve donc Seagal dans la peau du très dangereux Casey Ryback qui cette fois prends le train, alors qu'il a pris sa retraite de marine et se rends, en train, à travers les Rocheuses, à Los Angeles avec sa nièce Sarah Ryback pour se recueillir sur la tombe de son frère, le père de Sarah ! La jeune fille est jouée par Katherine Heigl dont c'est là l'un des premiers rôles principaux !

    Mais un hélicoptère se pointe et dépose des terroristes sur le train qui va donc stopper. Marcus Penn, leur chef - joué par Everett McGill abat les conducteurs et prends le contrôle du convoi ! En fait, il obéit à Travis Dane - joué par Eric Bogosian -, un génie de l'informatique qui a été licencie du Ministère de la Défense U.S. Dane ne fait pas de cadeau puisqu'il commence par assassiner un couple d'employés de son ancien ministère qui ont une liaison secrète afin de récupérer les codes de "Grazer One" un satellite muni d'une arme laser dont il veut faire usage pour ses nouveaux clients et pour se venger de Washington !

    On remarque au passage que les armes satellitaires étaient depuis cette époque des années 1990 très à la mode dans les scénarios hollywoodiens puisque la même année, 1995, on retrouve les satellites Goldeneye dans le James Bond éponyme !

    Dane menaçant de détruire Washington, Casey, encore embarqué dans une histoire de fou, se retrouve le dernier rempart ! Le Pentagone est impuissant car le train constitue une base mobile et l'informaticien a conçu des "satellites-fantômes" ! Ryback senior va devoir jouer des coudes pour neutraliser les terroristes un par un dans l’exiguïté des rames et sans tomber du train !

    Penn va alors se servir de Sarah pour exercer un odieux chantage ! Casey va pouvoir compter sur Bobby Zachs, - joué par Morris Chestnut - un porteur du personnel du train qui va lui servir de porte-messages !

    On aura droit au lots de bastons et de rebondissements ! C'est un film d'action de facture assez classique et qui se regarde bien - quoi qu'est un peu de mal avec Steven Seagal, accusé depuis des années d'être un prédateur sexuel, scandale qui a éclaté de nouveau avec l'Affaire Wenstein !

    Penn et Dane auront le sort que ces deux affreux méritent puisque Casey Ryback leur réglera leurs comptes !

    Voilà, je n'en dit pas plus sur ce film dont le gros défi est d'arriver à maintenir le rythme tout du long, ce qu'il réussit fort bien !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Duel - Steven SpielbergDuel, long-métrage de Steven Spielberg, à l'origine un téléfilm diffusé sur ABC en 1971 - et par la suite exploité en salles, est le film qui fit connaître le nom de son réalisateur ! Il y avait déjà là des ingrédients de ses futures œuvres ! Je ne citerais que Les Dents de la Mer, de 1975, où ici le requin est remplacé par la menace du camion !

    Duel est inspiré d'une nouvelle de Richard Matheson et c'est un film qui s'inscrit résolument dans le genre suspens ! David Mann, un représentant en informatique, joué par Dennis Weaver, parcourt, au volant de sa voiture, les étendus vides de monde du désert de Californie et ne croise qu'un camion poids lourd !

    Or pour son plus grand malheur, ce camion est conduit par un psychopathe qui a très mal pris le fait que le représentant l'ai doublé sur la route ! Le film est donc tout du long une course-poursuite entre la voiture et la camion et l'horreur vient du fait qu'à aucun moment on ne voit le visage du conducteur du poids lourd ! On subodore que ce dernier a très mal pris une action du représentant au volant de sa voiture mais en réalité, on ne sait pas pourquoi il s'en prends aussi "gratuitement" - et avec un tel acharnement ! - à cet automobiliste ! Un film sur la folie de nos contemporains et du monde moderne !

    Ça talonne, ça percute, ça zigzague et David Mann retrouve le camion dans toutes les stations services  et peine à s'en débarrasser ! D'autant que le monstre transporte des matières inflammables !

    L'histoire originale de Richard Matheson est tirée d'un fait divers qui est réellement arrivé à l'écrivain, le jour ou submergé par la nouvelle à la radio de l'assassinat de J.F.K. il fait une embardée avec sa voiture, devant un routier, qui par vengeance, essaie alors de l'écraser avant de disparaître ! "On dirait du Hitchcock !" s'exclamera Spielberg à la lecture de cette anecdote et de la nouvelle qui en fut tirée !

    Ce téléfilm fit connaître Spielberg ! Il fut pourtant tourné en treize jours avec un budget ridicule de 375.000 dollars ! Ce fut  filmé sur des routes telles la Highway 5, la Route 14, la Sierra Highway, l'Indian Canyon Road et la Soledad Canyon Road  ! La présence du désert, si empli de vacuité, fait d'autant ressortir le climat d'angoisse du film ! David Mann est en effet livré à lui-même, dans la plus profonde solitude, face au routier fou et ne peut guère bénéficier de l'aide de la civilisation !

    Duel remporta le Grand Prix International au Festival d'Avoriaz 1973, grande messe du cinéma fantastique et fut du coup adapté pour les salles de cinéma ! Le temps du métrage fut rallongé à 90 minutes - avec donc des scènes supplémentaires et une rallonge de budget !

    Succès d'audience et donc aussi succès critique pour ce film ! Du côté des références, Spielberg lorgne du côté du western spaghetti alors très en vogue ! Un récit aussi de proie et de chasseur !

    Pour l'anecdote, le camion est un vieux Peterbilt des studios Universal !

    Par la suite, des téléfilms assez pitoyables tenteront de faire des remakes avec la formule de Duel ! Je me rappelle notamment un téléfilm dans les années 1980 ou un camion était carrément possédé par un esprit ! Rien de bien folichon donc ! Il y a Spielberg, génie et gloire du cinéma - et les suiveurs !

    Je vous renvoie à toutes les autres critiques que j'ai pu faire des films de ce réalisateur emblématique : Jaws, E.T. l'Extraterrestre, Indiana Jones, Amistad, Lincoln, Minority Report, Rencontres du troisième type, Le Terminal, Jurassic Park, La Liste de Schindler - que je cite ici dans le désordre comme il me vient !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Un justicier dans la ville, film d'action de Michael Winner, sorti en salles en 1974, est le premier opus d'une série de Un justicier dans la ville - Michael Winnerfilms autour de l'autodéfense mettant en vedette l'austère Charles Bronson !

    On y suit Paul Kersey, un homme sans histoire, travaillant dans un cabinet d'architectes ! Non violent, ex-objecteur de conscience pendant la guerre de Corée, le pacifiste Kersey va devoir remettre en question tout ce à quoi il croit le jour où le destin se fait violent autour de lui !

    En effet, trois voyous vont agresser violemment la femme et la fille de Kersey ! Son épouse, Joanna, en décédera et sa fille, Carol, violée, en sera profondément perturbée ! Kersey noie alors son chagrin dans son travail sachant que la police et la justice ne feront pas leurs offices !

    Notre architecte va alors connaître un changement radical ! Il s'équipe d'une arme à feu et parcourt les rues, les parkings et le métro semant la mort parmi les voyous et autres délinquants ! Celui qui pratique alors la loi du Talion se verra surnommé par la presse, le "Justicier" ! Un inspecteur va alors se lancer sur sa piste sanglante !

    Que dire de ce film ? Sinon que c'est assez édifiant ! Le personnage principal, un pacifiste, devient un pratiquant des armes à feu ! On sait qu'aux Etats-Unis le port d'armes est un droit constitutionnel et que les lobbies associés - la NRA - y sont puissants ! Mais que dire des mass-murders et des fusillades qui surviennent régulièrement de ce fait, encore récemment, en Floride, en ce début 2018 ?

    Si on ajoute à cela le fait que les voyous de cette série de films sont souvent des Noirs ou des basanés, doit-on voir dans la série des Death Wish (titre en VO) des films fascistes ? Sur une ligne droitière en tout cas à telle point que la série qui va se prolonger dans d'autres métrages par la suite, devient une caricature d'elle-même avec un Bronson vieillissant et bedonnant dans des films tout juste dignes du marché de la vidéo !

    Pourtant à l'époque, dans les années 1980, lorsque j'ai vu ces films pour la première fois, je les aimais bien et les voyais plus comme des sortes de westerns urbains !

    A signaler que ce film est librement adapté d'un roman de Brian Garfield publié en 1972.

    La BO signée par Herbie Hancock fut nommée aux Emmy Awards en 1975 et possède donc certaines qualités !

    Avec Un justicier dans la ville, Charles Bronson devint une icône du film d'action tandis que Jeff Goldblum faisait ses débuts au cinéma dans le rôle d'un des voyous agressant Joanna et Carol et enchaînera les figuration avant la consécration avec La Mouche en 1986.

    Un film qui laisse une impression mitigée du fait de son sujet, de son message sous-jacent, volontaire ou non ? - et de son extrême violence !

    Un remake de ce film a été réalisé et est sorti en 2017 avec Bruce Willis, autre star du film d'action !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Il arrive souvent au cinéma que l'on mélange les genres et c'est le cas de ce World Invasion : Battle Los Angeles, film de Jonathan Liebesman, sorti sur les écrans en 2011 - qui mêle la SF et le film de guerre !

    Il est certain que de montrer de courageux soldats - Américains bien entendu ! - se battre contre des extra-terrestres est plus "politiquement correct" que de les montrer en train de guerroyer contre des Arabes en Irak ou en Afghanistan, avec tous les dommages collatéraux qui surviennent ! La contrepartie est que dans ce film, on se bats dans les rues de nos métropoles et pas dans un pays lointain !

    Les aliens sont de retour, après La Guerre des Mondes et Independance Day ! Ils sont une fois de plus hostiles et veulent nous exterminer avec leurs armées ! Ils en veulent aussi à nos ressources, en particulier l'eau ! Le dernier rempart : les Marines des Etats-Unis d'Amérique qui ne "reculent jamais" telle est leur devise !

    Un film qui fait donc l'apologie de l'armée ! On n'y trouvera donc aucun propos anti-militariste, on n'est pas dans Full Metal Jacket ! Par contre, évidemment, beaucoup d'action ! Et des combats dont la réalisation retranscrit bien le chaos !

    A l'été 2011, la Bataille pour Los Angeles est engagée au moment où des "météores" s'écrasent dans les eaux, au large des principales métropoles côtières, un peu partout dans le monde ! Dans ce contexte, on suit une compagnie de Marines, sous le commandement du sous-lieutenant, tout frais émoulu et major de promo de l'école militaire, William Martinez - joué par Ramon Rodriguez ! Devant l'ampleur de la menace, tout le monde est mobilisé, même le sergent-chef  senior Michael Nantz - joué par Aaron Eckhart - qui était sur le point d'être mis sur la touche après une opération qui a mal tourné !

    Nantz se retrouve sous les ordres de Martinez ! On nous dresse les portraits de la plupart des soldats de la petite troupe sous leur commandement - mais il faut être attentif pour s'y retrouver vu la multiplicité des protagonistes un peu tous identiques (des soldats !). Nantz est de plus précédé de sa "mauvaise réputation" !

    La troupe doit se rendre dans un commissariat de Los Angeles récupérer des civils avant un bombardement de la zone ! Ils vont encaisser des pertes bien naturellement et l'ennemi - dont on en sait rien au départ ! - se révèle retors !

    Au casting, signalons aussi la présence de l'actrice latina Michelle Rodriguez - vue dans la Saison 2 de Lost et dans Resident Evil ou Fast &Furious, habituée aux séries B et Z semble-t'il -  qui joue une militaire spécialisée dans les communications et le repérage et chargée de localiser le HQ - ou QG - des aliens !

    Le plan va changer au fil du déroulement des opérations ! Les Terriens essuient des revers mais Nantz et ses hommes se révèlent plein de ressources et très combatifs ! Ils vont parvenir à détruire le centre de commande de l'ennemi dans une opération de la dernière chance !

    Que dire de ce film ? Sinon qu'on est dans l'action pure ! Mais certainement pas un film mémorable ! Ça aurait pu sortir tout aussi bien en "Direct-To-DVD" ! Un éloge des militaires !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Tatie Danielle - Etienne ChatillezÉtienne Chatiliez avait fait un carton en 1988 avec son premier film La Vie est un Long Fleuve Tranquille et sa célèbre chanson "Jésus revient !". Il avait alors déjà montré son goût pour l'humour caustique !

    En 1990, Chatiliez récidive avec Tatie Danielle, l'histoire d'une mamie insupportable, avec un vrai fond de méchanceté, qui va tyranniser sa famille et ses proches. La vieille peau est jouée par Tsilla Chelton. On est là encore à fond dans l'humour noir !

    Le réalisateur sait bien croquer les mœurs du temps et les petits et gros travers des gens ! Pour ma part, j'avais moyennement aimé ce film à l'époque, n'appréciant pas qu'on se réjouisse à propos d'un personnage foncièrement antipathique ! Il y a notamment une scène où la Tatie et son acolyte abandonne un pauvre chien ! La cruauté n'est pas un spectacle qui m'amuse ! Et Chatiliez n'est pas Desproges !

    Mais bon, on a parfaitement le droit, pour une fiction, de concevoir des personnages avec des travers du moment que cela sert l'intrigue !

    En fait, ai un peu de mal avec ce réalisateur ! Déjà la bêtise de la famille Groseille dans le premier film - avec une pauvre gamine qui n'a rien demandé qui en fait les frais ! On a parfois l'impression avec lui que les anti-héros sont glorifiés, ne sont jamais puni en tout cas ! Tatie Danielle est insupportable et le côté jugement et donneur de leçons de son autre film Tanguy m'insupporte aussi ! Et oui, les jeunes restent plus longtemps chez leurs parents - et en quoi cela te dérange imbécile ?

    Au départ de sa carrière, Chatiliez faisait des pubs pour la marque de chaussures Eram. Il est d'ailleurs possible que j'ai été, au début des années 1980, dans la même école primaire que sa fille qui se vantait d'avoir un père qui "faisait les publicités pour les chaussures Eram" !

    Revenons à Tatie Danielle ! Danielle Billard, 82 ans, est la veuve sans enfant d'un colonel ! Elle vit dans sa maison à Auxerre avec sa bonne Odile très âgée aussi ! Or Odile a un accident domestique et décède - accident provoqué par la vieille bique aigrie ! Ça commence fort !

    La cruelle Danielle n'a alors plus que sa grande-nièce Jeanne et son grand-neveu Jean-Pierre chez la famille duquel elle va vivre à Paris. La famille va vite se rendre compte que derrière ses airs aimables, la grande-tante est une vraie saloperie ! Dans le rôle de Jean-Pierre Billard et sa femme Catherine, on retrouve Eric Prat et Catherine Jacob !

    Mais la famille décide de partir en vacances - en Grèce - sans Tatie Danielle et la confie aux soins de Sandrine Vonnier - jouée par Isabelle Nanty. La vieille acariâtre va alors tomber sur un os car la jeune femme se révèle forte tête et aussi revêche qu'elle. Pire elle lui tient tête ! La jeune et la vieille vont alors se jauger, se lancer des défis et finalement développer une relation bizarre de respect entre amour et haine !

    La vieille est un temps placée en maison de retraite - pendant que ses proches sont en procès/jugement pour "défaut de soins" - mais sont acquittés ! Dans l'établissement, elle se montre à nouveau infecte - envers le personnel et les résidents - et finit par fuguer pour rejoindre Sandrine.

    Trois nominations aux Césars en 1991 - pour Tsilla Chelton, Catherine Jacob et Isabelle Nanty mais aucune statuette de décrochée !

    Au final, un film assez bizarre dont je vous livre la chronique et dont je en vous cache pas que je ne l'ai pas trop apprécié, pas vraiment détesté mais bon !... Et évidemment Tsilla Chelton est probablement une personnage très gentille à la ville - rôle de composition ! Elle est décédée en juillet 2012.

    La chanson La complainte de la vieille salope conclut le film et est interprétée par Catherine Ringer à la voix aisément reconnaissable !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Black Panther, crée en 1966, chez Marvel, est le premier super-héros noir des comics, deux ans avant le Faucon ! On Black Panther - Ryan Cooglerl'avait déjà vu à l'écran, lui et son royaume d'Afrique fictif du Wakanda dans Avengers : Age of Ultron et Captain America : Civil War ! Mais le film de 2018 de Ryan Coogler - le réalisateur de Creed - était très attendu et a battu les records de réservations de places de cinéma aux USA !

    Ce film, Black Panther, a une particularité qui saute tout de suite aux yeux ! Son casting est presque entièrement afro-américain. Dans le rôle du roi T'Challa, on retrouve Chadwick Boseman, très convaincant et très charismatique. Il est assisté de sa famille et ses proches :  Lupita Nyong'o est Nakia, l'amour de sa vie, Danai Gurira (Michonne dans The Walking Dead - que je n'avais pas reconnue !) est Okoye, la commandante des Dora Milaje, la force spéciale entièrement féminine du Wakanda, Letitia Wright apporte de la légèreté au film dans le rôle de Shuri, la géniale férue de technologie de cette nation d'Afrique.

    Complétons le casting ! On a aussi Angela Basset dans le rôle de Ramonda, la mère de T'Challa. Forest Whitaker, lui, est Zuri, le gardien de l'herbe sacrée qui donne tous ses pouvoirs à la Panthère Noire ! Martin Freeman est l'un des seuls blancs du film qui joue Everett K.Ross, un agent de la CIA qu'on a déjà vu précédemment dans le MCU !

    Il faut évidemment de bons méchants ! Ici, c'est Michael B. Jordan - qui collabore à nouveau avec Ryan Coogler - qui est Erik "Killmonger" Stevens, en fait le cousin de T'Challa ! On a ici un méchant très nuancé et très bien développé - avec une psychologie et une backstory intéressantes ! Un méchant réussi comme l'était le Caid dans le série Daredevil  sur Netflix !

    Et enfin, on retrouve Andy Serkis dans le rôle d'Ulysses Klaue qui hérite ici de son bras sonique mais qui diffère beaucoup de sa version comics !

    Le Wakanda est une nation qui repose sur un gisement de vibranium, le métal le plus solide de l'univers, capable de résister à tout et d'emmagasiner l'énergie ! Des tribus se sont battus pour lui et la Panthère Noire / Black Panther les a unies et a formé le Wakanda ! La technologie de cette nation - qui vit cachée pour protéger son trésor, en se faisant passer habilement pour de pauvres éleveurs ! - repose sur le vibranium. Ce pays africain semble en réalité le plus développé de la planète !

    Au début du film, T'Challa succède à son père, mort durant un attentat dans Captain America : Civil War  ! La tâche est ardue et le nouveau roi va devoir "tuer le père" en quelque sorte quand il se rends compte que celui-ci a commis une faute presque 30 ans avant ! Il va falloir assumer les "Péchés du Père" ! Un secret d’État longtemps caché !

    Le film parle de déracinement, du désir de rester à l'écart des affaires du monde, d'engagement... "Killmonger" souhaite apporter la technologie militaire du Wakanda à tous les Noirs opprimés du monde alors que T'Challa poursuit la politique d'isolement de son père !

    Un film qui est aussi dépaysant ! Les paysages africains sont magnifiques ! Cela déborde de couleurs et le Wakanda est un mix entre traditions africaines et technologie ultra-futuriste.

    Niveau scénario, c'est très bien construit ! On voit l'ascension de T'Challa puis sa chute et le moment où il se relève. Les acteurs sont tous très bons !

    Black Panther, le personnage, et la nation du Wakanda sont appelés à jouer un rôle central dans le futur Avengers : Infinity War, à sortir en mai 2018 ! Les courageux guerriers wakandais seront-ils le dernier rempart contre Thanos et son Black Order ?

    Voila pour ma part ! Je vous conseille ce film qui propose une nouvelle variation sur le genre super-héroïque et amène aussi des réflexions fortes intéressantes et assez inattendues précisément dans ce type de films de pur divertissement !

    La bande musicale du film est signée Kendrick Lamar et a fait beaucoup parler d'elle.

    A bientôt !

    PS : Seul point négatif, ma salle Pathé connaissait des problèmes de son durant la séance - des coupures ! Mais bon, on a eu droit à une place gratuite ! Alors on ne va pas se plaindre !


    votre commentaire
  • Kingsman : Services secrets - Matthew VaughnLes grands noms du monde des comics nous pondent régulièrement de petites merveilles en dehors des écuries Marvel et DC Comics ! Puis, des réalisateurs talentueux nous les adaptent au cinéma !

    C'est ainsi qu'après Kick-Ass, le même Matthew Vaughn adapte une BD du même Mark Millar à savoir The Secret Service publié à l'origine avec Dave Gibbons ! Cela donne le film Kingsman : Services secrets, sorti en 2015 ! Il s'agit d'une histoire d'agents secrets assez atypique et largement grand-guignolesque qui renouvelle le genre - en donnant toutefois un peu dans l'ultraviolence !

    Au casting, on retrouve Colin Firth qui interprète Harry Hart/Galahad, qui va chapeauter le jeune Gary "Eggsy" Unwin - joué par Taron Egerton  ! -  pour que ce dernier devienne un "Kingsman" sur les traces de son père !

    Qu'est-ce que le Kingman ? C'est une agence d'espionnage internationale et indépendante, ultra-secrète, qui dispose de larges moyens, fondée après la Première Guerre mondiale par les tailleurs du roi d'Angleterre qui avaient perdu leurs héritiers durant le conflit, disposait d'immenses fonds et bien décidés à en plus voir se reproduire pareille boucherie !

    C'est aussi un groupe de gentlemen qui reprends l'imagerie de la Table Ronde et dispose de tout un arsenal technologique et des gadgets chers à tout bon James Bond : parapluie bouclier, briquet grenade, chevalière à impulsions électriques, chaussures à pointe empoisonnée, stylo à poison activable, etc,...

    Dans ce premier film, les Kingsmen luttent contre le richissime Valentine - joué par Samuel L. Jackson - une sorte de Steve Jobs maléfique (comment ça Steve Jobs était déjà maléfique ?) qui a décidé de résoudre le problème du réchauffement climatique en procédant à une drastique réduction de populations ! Il conçoit ainsi une sorte d'Arche de Noé où seuls les riches survivront !

    Évidemment, cela ne va pas se passer comme ça ! Les Kingsmen vont agir ! Il y aura des trahisons, des retournements inattendus - comme dans tout bon film d'espionnage ! On suit en parallèle la formation de "Eggsy" pour devenir un Kingsman et la sélection du prochain de ces élus !

    Pas mal de scènes appelées à devenir cultes dans ce film - ainsi que nombres de répliques ! On retiendra la scène du massacre à l'église qui serait tragique si elle n'était tournée façon grand-guignol - donc avec exagération ! - et si il en s'agissait pas en l’occurrence d'une bande de fondamentalistes religieux haïssant "les pédés, les nègres et les débauchés" ou voyant le SIDA comme une punition divine ! Le genre de consanguins qu'on trouve hélas de nos jours au fin fond des États américains les plus intégristes et arriérès ! Les voir se massacrer est donc assez jouissif en fait !

    Et des personnages bien caractérisés forment l'ossature de ce film ! Qui dit génie du mal dit un second couteau/porte flingue digne de ce nom, ici, c'est Sofia Boutella qui interprète Gazelle aux jambes de métal coupantes comme des rasoirs !

    Pour compléter le casting, on a Michael Caine qui joue Chester King/ Arthur, Mark Strong qui est Merlin et la charmante Sophie Cookson qui joue Roxy ! Mark Hamill fait aussi une apparition clin d'oeil aux geeks !

    Beaucoup d'action - des passages qui font penser un FPS dans la base du méchant, pas mal d'humour, et un peu de propos politique forment l'essence de ce film ! Pour ma part, j'ai adoré ! C'est agréablement "déjanté" et outrancier !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les films catastrophe se veulent des divertissements à grand spectacle ! Ils étaient à la mode dans les années 1970 San-Andreas - Brad Peyton- je ne reviens pas sur les modèles du genre d'alors (La Tour infernale, L'Aventure du Poséidon, Airplane...), firent un come-back dans les années 1990 (Volcano, Twister, Armageddon,...) et reviennent encore une fois sur le devant de la scène après 2010 (2012 par exemple !). San Andreas de Brad Peyton, film de 2015 s'inscrit dans cette logique !

    Un ami bibliothécaire, Jean-Philippe, m'avait parlé de ce San Andreas comme d'un horrible nanar plein de clichés ! Il est vrai qu'il les accumule et les personnages sont très caricaturaux ! Pour ma part, il y a un autre problème, je n'aime pas trop les films qui montrent des morts de masse ! c'est montrer un mépris pour la vie humaine que de l'afficher ainsi en spectacle à mon avis ! Mais bon, c'est ce que fait le journal télévisé tous les jours et là, ce n'est pas de la fiction hélas !

    Dans le rôle principal, on retrouve le monolithique Dwayne Johnson qui incarne Ray Gaines, un sauveteur, modèle de courage et de probité ! Mais Ray est en instance de divorce car l'une de ses deux filles est morte par noyade dans un accident et il n'a pas pu la sauver !  Sa femme, Emma, jouée par Carla Gugino, est en passe de se remettre en couple avec l'homme d'affaires Daniel Riddick, joué par Ioan Gruffudd (plus héroïque en Reed Richard dans les films des 4 Fantastiques !). Pour compléter le tableau, il y a la débrouillarde Blake, jouée par la jolie Alexandra Daddario - qui tient bien de son héroïque sauveteur de père et qui est fille unique depuis la mort de sa sœur Mallory.

    La Faille de San Andreas est comme une Épée de Damoclès au dessus de la Côte Ouest des Etats-Unis entre Los Angeles et San Francisco qui dans le film va être secouée par un tremblement de terre d'amplitude 9,6 sur Richter ! Avec toutes les joyeusetés qui l'accompagne, tsunami, scènes de pillages et incendies ! La famille Gaines va se retrouver prise au cœur de la tourmente !

    Et c'est bien là le côté "manichéen" du film ! Évidemment, le nouveau compagnon de la femme de Gaines se révèle un lâche et meurt misérablement tandis que Ray est un véritable Superman qui sauve tout le monde - mais surtout sa famille ! Il est censé être le chef des secouristes et pourtant il ne se préoccupe que des siens ! Déjà, cela c'est très discutable ! Il retrouve assez vite sa femme et les deux se mettent en quête de Blake qui ne se débrouille pas si mal pour sa part !

    Un tsunami survient et Blake manque de finir noyée comme sa sœur ! Ray rejoue donc la scène tragique avec son autre fille ! Parviendra-t'il à la sauver cette fois ? Ce n'est pas un scénario, c'est une démonstration !

    A part cela, il y a des scènes de destructions massives avec moults effets spéciaux pas trop ratés pour le coup ! Les villes sont complétement détruites et à la fin du film, la famille Gaines, à nouveau réunie, contemple les secours qui s'organisent sous le soleil couchant ! Ray déclare alors " nous allons reconstruire !" tandis que flotte la bannière étoilée ! Ce qui est un peu "too much" je vous l'accorde ! Je pourrais même dire carrément risible mais je suis dans un bon jour !

    Ce film est bien comme me l'avait dit Jean-Philippe, un "gros cliché" ! Cependant je m'attendais à pire, ayant été bien "conditionné" par mon ami ! Ça se regarde mais cela s'oublie vite !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Jumanji : Bienvenue dans la jungle - Jake KasdanCe dimanche, je me suis fait une séance de cinéma avec un petit groupe de connaissances et nous sommes allés voir Jumanji : Bienvenue dans la jungle, film de 2017 de Jake Kasdan, une comédie d'aventures calibrée au millimètre !

    Il s'agit de la suite du film Jumanji de 1995, de Joe Johnston avec Robin Williams à l'époque qui racontait comment un groupe de jeunes se retrouvait embarqué dans un jeu de société magique et exotique. A la base, c'est tiré du livre pour enfants du même nom de Chris Van Allsburg publié en 1981.

    Dans la version de 2017 - qu'on peut voir aussi comme un reboot ! - c'est à peu près la même formule ! Du moins il me semble car n'ai jamais vu le film de 1995 ! Des jeunes adultes se retrouvent embrigadés dans une aventure dans la jungle mais cette fois pas de jeu de plateau et il est remplacé par un jeu vidéo !

    Au début du film, on a quatre lycéens, un peu clichés, les deux introvertis, Spencer, le nerd solitaire et Martha la fille mal assurée, Bethany la fille populaire accro au téléphone et Fridge la star du football américain qui finissent placés en retenue. Ils tombent alors sur le jeu vidéo Jumanji et ont la mauvaise idée de lancer une partie ! Ils se retrouvent alors aspirés dans la console !

    Le musclé Dwayne Johnson interprète le Dr Bravestone, l'avatar de Spencer, le génial Jack Black est celui de Bethany, le docteur Sheldon Oberon, un cartographe. Fridge lui devient "Mouse" Finbar, le zoologue - joué par Kevin Hart et Martha entre dans la peau de Rudy Roundhouse, beauté sensuelle et experte en arts martiaux - interprétée par Karen Gillan (Nebula dans Les Gardiens de la Galaxie ) ! Le coup de génie du film est de propulser nos quatre ados dans des corps à l'opposé de leurs personnalité  - mention pour la bimbo superficielle qui se retrouve dans le corps d'un petit gros intello ! Une grande partie de l'humour du film repose sur cette situation !

    Comme dans un jeu vidéo, chaque avatar a ses points forts et ses points faibles ! Désunis au départ, les "héros" devront agir en équipe !

    Nos quatre "aventuriers" vont devoir rapporter un joyau dans l'oeil d'une statue de jaguar géante ! Ils leur faudra passer un certain nombre de "niveaux" comme dans un jeu vidéo. Il est vrai qu'à Hollywood désormais industrie du video game et cinéma convergent et les codes du premier monde se retrouve sur le grand écran (voir Ready Player One ! le prochain film de Spielberg si vous n'êtes pas convaincu !). C'est particulièrement vrai ici et nos héros ont un nombre de "vies" limité.

    Le jeu leur fait traverser une jungle hostile avec son lot d'hippopotames mangeurs d'hommes, de serpents, des hordes de mercenaires motorisés.Un cinquième "joueur" les rejoints - joué par Nick Jonas pour Jefferson "Seaplane" McDonough qui est l'avatar d'Alex, un jeune qui a disparu dans le jeu vingt ans plus tôt !

    Ces épreuves vont révéler ce qu'il y a de meilleurs en nos quatre ados qui vont devenir des héros et seront désormais liés par une solide amitié ! Un film très optimiste sur ce que l'on décide de faire de sa vie !

    Bref, j'ai passé un très bon moment ! C'est, comme je l'ai dit du divertissement efficace !

    Ceci constitue mon 1000ème billet sur mes Skyblogs (public et secret confondus !) ! Il me reste toutefois plus d'un autre millier d'articles écrits entre 2009 et 2015 à rapatrier sur la plateforme de Skyrock depuis Overblog et eklablog !

    Je vous souhaite enfin aussi une bonne année 2018 - en vous faisant remarquer qu'en septembre 2018, nous fêterons les dix ans du blog !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Gremlins 2 : La Nouvelle Génération - Joe DanteEn 1990, Joe Dante donnait une suite à son succès de 1984 avec le film Gremlins 2 : La Nouvelle Génération. Les affreuses petites bestioles hargneuses sont de retour !

    On retrouve Billy et Kate qui habitent maintenant New York. Mr Wing, le propriétaire du mogwai Gizmo décède et Billy récupère la sympathique créature au potentiel si dangereux. Le cadre de vie de nos jeunes héros a donc changé  et désormais ils travaillent pour de grandes sociétés du CAC 40 dans un immeuble de Manhattan, la tour Clamp. 

    Gizmo atterrit dans cet immeuble et se retrouve mouillé par le réparateur de fontaines à eau. Les nouveaux mogwai se transforment vite en gremlins et partent à l'assaut du gratte-ciel. Ils vont même jusqu'à utiliser le laboratoire de génétique ultra-sophistiqué que recèle le bâtiment pour s'upgrader en une nouvelle génération de gremlins mutants et OGM !

    Comme pour le premier film, on a dans ce second opus une critique en bonne et due forme de la société moderne - mais cette fois-ci on change d'échelle ! Exit la petite ville de province avec ses bouseux et bonjours la mégalopole avec ses cadres dynamiques !

    Au casting figurent à nouveau Zach Galligan  - qui ne fit pas une grande carrière par la suite ! La jolie Phoebe Cates est également présente ! Parmi les acteurs notables, on n'a véritablement que Christopher Lee - avec références appuyées à son personnage de Dracula - qui joue un savant généticien fou ! Hulk Hogan, le catcheur, fait aussi une apparition !

    La bande sonore, très dynamique, est signée Jerry Goldsmith ! Le film est assez désarçonnant à la moitié du récit qui présente une comédie musicale ! A tel point qu'à l'époque, cela fit dire en pleine séance à mon camarade Thomas : "Qu'est-ce que c'est que ce film ?!". Mais bon Thomas n'était pas très malin et il ne faut pas l'être pour planquer des pierres dans des boules de neige et sa carapater ensuite comme un lâche - fin de la digression (et du règlement de compte !).

    Il y a aussi d'intéressantes mises en abyme et destruction du quatrième mur dans ce film !

    Contrairement à mon camarade, j'avais trouvé ce film plaisant mais certes pas aussi réussi que le premier ! On murmure qu'un troisième opus serait en production pour avant 2020 ! Gremlins 2 eut un accueil critique assez favorable mais fut un échec commercial, rapportant moins en Amérique du Nord que ce qu'il avait coûté !

    De nombreuses références sont visibles ! Daniel Clamp est une caricature de Donald Trump, qui deviendra le 45ème  -et actuel  ! - Président des Etats-Unis ! Mise en abymes du premier film, allusion à E.T. l'extra-terrestre, à Rambo 2, à Batman, à King Kong, au Magicien d'Oz, à Marathon Man, à SOS Fantômes ou encore à L'Aventure intérieure, à Blanche-Neige et les Sept Nains - la liste n'est évidemment pas exhaustive ! Un film assez riche donc !

    Pour être complet, j'avais, à cette époque-là, 1990 à 1992, le jeu Gremlins 2 : The New Batch sur Game Boy et c'était très divertissant ! J'en ferais sans doute la critique ailleurs sur ce blog !

    Un classique de la culture pop et geek !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'avais entendu le plus grand bien sur Christopher Nolan, à propos de ses films Inception ou Interstellar ou encore saDunkerque - Christopher Nolan Trilogie Batman ! Mais jusqu'à présent, je n'avais vu aucune de ses œuvres ! C'est chose faite avec Dunkerque, film de 2017 ! Verdict ! C'est très réussi mais je suis mitigé sur certains points de détails !

    Dunkerque  est une grosse production américano-britannico-franco-néerlandaise ! C'est aussi accessoirement, au moment de sa sortie, le plus grand succès mondial de tous les temps pour un film de guerre, en termes de recettes !

    Au début de la Seconde Guerre mondiale, en mai 1940, les Allemands, pratiquant la Blietz-Krieg - la "Guerre-Eclair", piègent les armées britannique, canadienne, française et belge dans la poche de Dunkerque ! Ce sont au total 400000 soldats alliés qui sont encerclés. On mets alors en place l'Opération Dynamo pour évacuer par mer le Corps Expéditionnaire Britannique depuis les plages, sous le feu ennemi !

    Passons d'entrer sur un point qui a fait polémique, en 1940, déjà et à propos du film de Nolan ! Les troupes françaises sont les grandes oubliées de l'Histoire ! Les Français se sont en effet dévoués pour permettre aux Britanniques de prendre la mer en retardant les troupes allemandes. 200000 Britanniques seront évacués in-extremis et 140000 soldats français ! 40000 soldats alliés seront capturés, là encore en grande partie des Français à 90 pourcents ! Le journal Le Monde a parlé de trahison à propos du film de Nolan car justice n'est pas rendu aux Français et à leur rôle crucial et on a trop l'impression que les Anglais se sont débrouillés tous seuls !

    Le film n'en reste pas moins intéressant même si parcellaire - un défaut du aussi à la narration hachée, point sur lequel je vais aussi revenir ! On suit en effet trois sous-histoires différentes qui s'entremêlent. On a ainsi un récit sur l'Embarcadère qui débute une semaine avant la conclusion du film, une autre histoire sur un petit bateau de plaisance réquisitionné avec son équipage à J moins un Jour et enfin le récit de trois pilotes de la RAF qui couvre le désastre militaire des Alliés à J moins une Heure ! Il faut donc être attentif pour ne pas perdre le fil et c'est un reproche que je ferais au film ! C'est une façon hyper-moderne de raconter des histoires mais je ne suis pas sur que tout le monde comprennent la dynamique du film, comme mes parents de l'ancienne génération par exemple !

    Le premier récit nous fait suivre Tommy, un soldat du CEB, joué par Fionn Whitehead. Qui ça ? Et oui, il y a en effet dans ce film de nombreux jeunes acteurs de la nouvelle génération  britannique. On retrouve pêle-mêle un soldat français qui dépouille - et enterre ! -  le cadavre d'un soldat britannique pour essayer de sauver sa peau, des soldats des Argyll & Sutherland Highlanders, un commandant de la Royal Navy - joué par Kenneth Branagh, un acteur confirmé donc, ou encore un colonel du CEB - joué par James D'Arcy. Et parmi les jeunes acteurs, citons encore Harry Styles, chanteur de One Direction, Aneurin Barnard, Elliott Tittensor, Jack Lowden, Kevin Guthrie, Barry Keoghan, Brian Vernel ou Tom Glynn-Carney !

    Le second récit nous montre un courageux capitaine dans le civil qui mets le cap sur Dunkerque, accompagné de son fils et d'un ami pour sauver ce qu'ils peuvent de soldats. En effet, l'Amirauté décida de réquisitionner le plus de navires - de plaisance notamment  - pour évacuer le plus d'hommes afin de mener la Bataille d'Angleterre et les combats de la revanche qui allaient suivre !

    Le troisième récit nous montre une formation de Spitfire qui combat au-dessus de la Manche préfigurant là encore ce qui allait suivre !

    La reconstitution historique a été la plus soignée possible ! Nolan a essayé le plus possible de tourner dans les vrais décors d'époque - même si il n'a pu éviter quelques anachronismes comme la présence d'immeubles et de maisons construits après-guerre ! Le plus grand soin a surtout été apporté aux navires prenant part aux opérations ainsi qu'aux avions ! Plus d'un millier de figurants et des rôles pour la famille de Nolan !

    L'image de ce film est de plus superbe ! La façon dont l'ensemble est filmé fait ressentir l'angoisse du moment où le sort de l'Europe est en jeu ! La musique de Hans Zimmer contribue beaucoup à cette ambiance ! Nolan revendique de nombreuses influences : Alfred Hitchcock, Henri-Georges Clouzot, Robert Bresson, le cinéma muet mais aussi littéraires comme Franz Kafka avec l'aspect bureaucratique de l'évacuation ou encore Joseph Conrad et son Au cœur des Ténèbres.

    Bref, c'est du très grand cinéma ! Seules réticences donc, le flou sur la situation des Français et aussi la narration entrecoupée entre trois chronologies, qui fait des retours en arrière et des bonds en avant inopinés, technique qui est à la fois la grande faiblesse et la grande force et originalité du film pour peu qu'on arrive à suivre !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Trilogie Retour vers le Futur a marqué son époque et on ne saurait concevoir histoire plus alambiquée concernant les voyages dans le temps !

    On retrouve Michael J.Fox et Christopher Lloyd qui reprennent respectivement leurs rôles de Marty McFly et "Doc" Emmett Brown dans le troisième et dernier opus, Retour vers le Futur 3 qui cette fois nous emmène du temps de la Conquête de l'Ouest et de la fondation de Hill Valley !

    En effet, à la fin du film précédent, la foudre frappait la DeLorean volante, ce qui d'une part bloquait Marty en 1955 et d'autre part, envoyait "Do"c au temps du Far West ! Mais notre jeune héros va découvrir la pierre tombale de son vieil ami et en conséquence demander à la version 1955 de Doc de l'expédier au siècle où notre savant loufoque s'est reconverti maréchal-ferrant !

    Ce troisième volet est un peu à part - et moins trépidant à mon avis ! On explore une nouvelle époque, le Far West - alors que les deux précédents films tournaient autour de 1955 tous les deux et assuraient ainsi une certaine continuité ! Cette fois-ci, on croisera donc des cow-boys et quelques crapules dont les ancêtres de Biff Tannen ! Il y a donc des motifs qui se répètent d'un film à l'autre !

    Le volume 3 des aventures de nos héros se termine par un périple en train ! La fin est ouverte et pourrait appeler une quatrième opus un jour ! Il en a été question à un moment d'ailleurs ! On le voit la nostalgie des années 1980 fonctionne à plein avec tous les reboots de franchises de ces années-là et des séries-télé comme Stranger Things ou Mindhunter !

    Signalons l'adjonction d'un personnage féminin aux périples de nos deux héros, à savoir Mary Steenburgen qui joue l'institutrice Sarah Clayton !

    Ce Retour vers le Futur 3 a été tourné la même année que l'opus 2, les scènes ont été filmées à Monument Valley. Le film est sorti en 1990 et je l'avais vu au cinéma avec mon pote Franck M.

    On passera sur les paradoxes temporels que ces films n'ont pu éviter et on profitera du spectacle !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Matrix Reloaded est le deuxième opus de la Trilogie Matrix, sorti sur les écrans en 2003, production australo-américaine des Frères Wachowski !

    A l'époque, je fondais beaucoup d'espoir sur l'Univers de la Matrice, espérant que nos deux réalisateurs allaient nous livrer un nouvel "univers partagé" décliné sur plusieurs médias ! En fait, c'est assez vite retombé comme un soufflet ! Matrix Reloaded et Matrix Revolution, deux films proches temporellement dans l'intrigue ont déçu pas mal de monde !

    Peut-être est-ce du à l'aspect volontairement - trop ! - cryptique de ce volumé 2 !? A l'image du discours de l'Architecte à la fin de Matrix Reloaded, discours auquel on ne comprends rien et qui fait plutôt pompeux ! L'Architecte est certes une I.A. supérieure qui affiche un mépris envers l'Humanité, mais nul besoin de perdre aussi le spectateur ! Il fallait compter avec l'effet de surprise du film de 1999 qui était passé !

    Un plan transmédia vit le jour en 2003 ! En parallèle aux films, on eut droit à une collections de courts-métrages en anime : Animatrix, par ailleurs assez bien conçus, à un jeu vidéo plus douteux nommé Enter the Matrix  - où on suit l'équipage de Niobé, la compagne de Morpheus, et un peu plus tard, on eut également des comics ! L'échec relatif des films mis un terme à tout ce développement ! On eut bien par la suite un MMORPG mais plus rien, jusqu'à récemment - 2017 - où des rumeurs de Matrix 4 ont refait surface - avec Keanu Reeves mais sans les désormais Sœurs Wachowski ! Animatrix et Enter the Matrix ont déjà fait l'objet de billets spécifiques sur ce blog !

    Dans Matrix Reloaded, l'équipage sous les ordres de Morpheus se rends à Sion, la dernière ville humaine dans le monde réel ! La cité est enterrée dans les profondeurs et n'est pas à l'abri de la menace puisque 250000 sentinelles robotiques creusent pour l'atteindre !

    Dans ce contexte, Néo devra trouver sa voie et sauver les derniers humains ! Il retourne dans la Matrice pour rencontrer l'Oracle. La mystérieuse vieille femme - qui est en réalité un programme informatique complexe - l'informe qu'il y a eu d'autres occurrences de la Matrice - et d'autres Élus - avant lui !

    Par la suite, Néo rencontre l'Architecte qui lui confirme ces propos ! Néo est l'élément qui doit permettre de rebooter la Matrice ! L'Humanité est condamnée ! Un peu désespérant ?

    A côté de cela, on a l'Agent Smith, qui suite à son contact avec Néo dans le premier film, est devenu un programme libre qui en veut plus rien d'autre que contrôler la Matrice et le monde réel ! Seul Néo se dresse contre lui ! Cela nous donne une hallucinante scène de combat de rue où l’Élu affronte pieds et poings une centaine d'incarnations de Smith avant de prendre la fuite !

    On a aussi le Mérovingien - joué par Lambert Wilson - accompagné de son épouse Perséphone - interprétée par la troublante Monica Bellucci. Ce méchant aux buts flous détient le Maître des Clés capable d'ouvrir toutes les "backdoors" de la Matrice pour permettre à Néo d'accéder à l'Architecte ! Cette fois, on va assister à une scène de gunfight dans le château du Mérovingien où Néo stoppe les rafales de mitraillettes en slow-motion, où Morpheus et Trinity affronte des Jumeaux albinos qui jouent du coupe-choux et où l'ensemble se termine par une époustouflante scène de poursuite sur une autoroute !

    En plus de Wilson et Bellucci, on a un casting trois étoiles pour ce film ! Dans les rôles principaux, on retrouve Keanu Reeves, Laurence Fishburne et Carrie-Anne Moss ! Hugo Weaving endosse à nouveau le costume trois pièces de l'Agent Smith, Gloria Foster est l'Oracle et Jada Pinkett Smith - l'épouse de Will Smith à la ville ! - est la capitaine Niobé; Harold Perrineau joue le plus anecdotique Link ! Enfin, Helmut Bakaitis, acteur peu connu, est le glaçant Architecte !

    On ne peut nier que le film a "une ambiance" ! Les personnages ont du style et il ressort une atmosphère ! Mais dans l'ensemble, le scénario a des lacunes ! L’héroïsme de Néo est réduit à néant par la révélation qu'il n'est pas l’Élu mais "un" Élu parmi d'autres ! Les effets spéciaux sont tantôt très abouti, tantôt un peu brouillon et illisible ! Quitte à faire un choix entre l'opus 2 et l'opus 3 - en gardant le premier film hors du choix - je préfère Matrix Révolution qui se passe plus dans le monde réel ! Je n'aime pas non plus l'intrigue autour de l'Agent Smith qui prends un peu trop facilement le pouvoir à mon goût ! Bref, ce suites étaient-elles nécessaires ? L'attente était grande en effet et le résultat pas à la hauteur même si des revues comme Mad Movies ne cessaient à l'époque de s'extasier sur Matrix - pour ne pas dire "se masturber" !

    A vous de vous faire votre avis !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Rocky 2 : La Revanche - Sylvester StalloneAvec son film Rocky, Sylvester Stallone tenait là un bon filon puisque de nombreuses suites devaient voir le jour ! Il était évident qu'après le film de 1976, qui s'était achevé sur la victoire aux points d'Apollo Creed, on ne pouvait en rester là ! C'est pourquoi Stallone, réalisateur et interprète principal de ces péripéties sortait un Rocky 2 : La Revanche en 1979.

    La première rencontre entre Balboa et Creed fut un moment épique durant lequel le challenger tint bon durant les 13 rounds face au champion du monde en titre ! Les deux boxeurs finissent à l'hôpital et Rocky annonce qu'il prends sa retraite !

    Mais Creed, lui, de son côté est amer ! Sa victoire n'a pas été aussi franche qu'il l'aurait voulu car il n'a pas mis K.O. son adversaire ! Il va donc exiger une revanche !

    On retrouve le casting du premier opus ! Stallone, bien sûr mais aussi Talia Shire - qui joue Adrian, Burt Young est le boulet Paulie, Carl Weathers est Apollo Creed et Burgess Meredith est l'entraineur donneur de leçons de vie Mickey Goldmill !

    Rocky va devoir finalement remettre les gants ! Ceci entraîne des réticences de la part d'Adrian qui attends un enfant ! Lorsqu'elle tombe dans le coma suite à l'accouchement, Rocky se sent responsable et arrête l'entrainement - guère brillant jusque là -pour rester à son chevet ! Lorsqu'elle se réveille, la jeune femme comprends que la boxe est la raison de vivre de son mari et lui donne dès lors sa bénédiction ! Libéré de questions existentielles, l'outsider va pouvoir se donner à fond !

    Le match final est le moment d'anthologie d'un film qui se batit crescendo ! Rocky va finalement l'emporter et devenir le nouveau champion des points lourds ! Ce sera aussi le début d'une amitié avec Creed - surtout développée dans le film suivant : Rocky 3 : L’œil du Tigre !

    Stallone est à la réalisation de ce film et connut quelques problèmes sur le tournage ! Il fut en effet hospitalisé lorsqu'un haltère de 100 kilos lui tomba sur la poitrine et lui déchira quelques muscles ! De ce fait, l'acteur ne pouvait utiliser son poing droit d'où l'idée de refaire boxer Rocky en "fausse patte" avec le poing gauche ! De plus, le combat final fut parfois sur le tournage d'une rare violence, presque pas simulé - ce qui montre l'implication des deux acteurs, Stallone et Carl Weathers ! Un tournage de 45 jours assez mouvementé au final qui se traduit par beaucoup de "punch" à l'écran !

    La musique de Rocky, composée par Bill Conti, mérite son pesant d'or et est emblématique !

    Un très bon film au bout du compte, et le meilleur de ce que peut donner Stallone ! A voir même si on n'aime pas la boxe, pour le souffle épique !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Body Snatchers, l'invasion continue est un film de science-fiction et d'horreur, réalisé par Abel Ferrara et sorti en Body Snatchers - Abel Ferrara1993. C'est en réalité la troisième adaptation du roman de Jack Finney, après L'invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel en 1956 et L'invasion des profanateurs  de Philip Kaufman en 1978. Cependant, les films de Kaufman et Ferrara s'éloignent fortement de la trame du roman !

    C'est donc le récit d'une invasion extraterrestre ! Mais ici nul débarquement de soucoupes volantes - avec maintes explosions et effets pyrotechniques à la Michael Bay ! L'invasion est plus insidieuse ! Tout se passe dans une petite ville américaine, près d'une base militaire - où les habitants sont progressivement remplacés par leurs doubles d'origines alien et végétale !

    On suit une famille d'Américains moyens, les Malone, composée du père, Steve, de la belle-mère Carol, du fils de six ans Andy et surtout de la fille Marty, une adolescente un tantinet dépressive ! Marti est jouée par Meg Tilly. Au début du film, tout ce beau monde est en voiture et se rend au camp militaire, Fort Daly, où le père s'est vu confié une mission d'assainissement !

    Des faits étranges ne tardent pas à se produire ! Dans une station service, un homme hirsute prends à partie Marti en l'avertissant  : "ils sont là ! Ils vous prennent dans votre sommeil !"? Puis, les militaires forts inquiétants ne tardent pas à se montrer ! Toutefois, Marti se fait une amie de Jenn, la fille d'un haut gradé du camp, jouée par Christine Elise !

    Les bizarreries des gens du coin sont mises sur le compte d'une possible contamination ou pollution de l'environnement ! Un major a d'ailleurs une conversation avec Steve Malone sur le sujet. Il y aurait multiplication des cas de psychoses avec hallucinations et paranoïa dans les environs !

    En réalité, les extraterrestres sont déjà là et placent d'étranges cosses dans les plafonds et sous les lits des maisons ! La mère Carol est la première de la famille Malone a faire l'objet d'une "substitution" sans que le reste de la famille ne soupçonne quoi que ce soit  ! L'"original" tombe en poussières tandis que le double prends sa place !

    Ils semblent en réalité que les doubles connaissent une certaine forme d'apathie et d'oblitération des sentiments - une sorte de "paix" chère payée au dépends de ce qui fait leur humanité ! Il faut voir dans ce film - et dans le roman original ! - une sorte de métaphore sur la société moderne qui rends les gens indifférents à tout et les dépersonnalise en quelque sorte !

    Par la suite, Marty va échapper par deux fois à la substitution - une première fois dans sa baignoire où son double lui tombe littéralement dessus ! Elle parvient à enlever les filaments qui sortent de la cosse et lui entrent dans le nez, à temps pour avoir la vie sauve ! Un temps ? L'invasion semble se propager et être inéluctable ! La question se pose "qui a été remplacé ?".

    Toute la famille de Marti ainsi que Jenn et sa famille à elle aussi va être remplacé ! Marti s'enfuit à bord d'un hélicoptère de combat, accompagné de Tim Young - joué par Billy Wirth, un jeune militaire de la base, qui fait un peu office de compagnon - petit ami ?- à la jeune femme ! Le duo s'échappe donc de la ville ! Mais qui les croira quant à cette histoire d'invasion extraterrestre ?

    Marti réclame vengeance pour n'avoir pas pu sauver son petit frère Andy ! Les missiles de l'hélico plongent sur les camions militaires qui transportent les cosses aux quatre coins des USA ! Une fin ouverte mais assez frustrante !

    Que dire de ce film ! Je suis mitigé ! L'histoire est intéressante - il y a du suspens et une vraie réflexion philosophique sur "qu'est-ce que l'identité ?" mais c'est au final un long-métrage assez oppressant, le genre de film qui moi me fait faire des cauchemars ! Body Snatchers  m'a un peu traumatisé à vrai dire par les scènes où les humains sont réduits à l'état de poussière, déshumanisés et par l'absence de "Happy End" !

    La seule star au casting est Forest Whitaker qui joue un général !

    J'avais vu le film de Don Siegel des années auparavant dans "La Dernière Séance" d'Eddy Mitchell mais n'en ai plus le souvenir - ne ferais donc pas de comparaison !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • The Faculty - Robert RodriguezGénéralement, on classe les films au cinéma par genre ! Mais il arrive que certains longs-métrages appartiennent à plusieurs catégories ! C'est le cas de The Faculty, film de Robert Rodriguez, sorti en 1998... C'est à la fois un film de science-fiction, un film d'horreur - et accessoirement une sorte de teen-movie !

    Ce film est le récit d'une invasion extraterrestre ! Le lieu est la high school américaine de Herrington High. Un jour, on découvre dans les environs des salles de classe, un étrange organisme vivant que le professeur de sciences naturelles n'arrive pas à identifier, une espèce de petit tétard avec des tentacules ! Devant l'ignorance de tous, la curieuse bestiole est placée dans un aquarium où elle reprends vie !

    Mais les choses deviennent vite étranges ! Des professeurs et des élèves adoptent un comportement étrange ! Un autre groupe d'élèves décide de mener une investigation. Bien vite, il se rends compte qu'une invasion extraterrestre est en cours et que de minuscules organismes vivants comme celui qu'on a placé dans l'aquarium sont entrés dans le corps de certains membres de Herrington High et en ont pris le contrôle ! Dès lors, à qui peut-on faire confiance ? La parano s'installe !

    Dans la distribution de ce film, on retrouve Elijah Wood  (avant son succès dans Le Seigneur des Anneaux  de Peter Jackson) et Josh Harnett, ainsi que, pour les présences féminines, Clea DuVall, Jordana Brewter et Laura Harris qui incarnent les élèves ! Parmi les professeurs, on a Bebe Neuwirth - qui incarne la principale, Robert Patrick (ex T-1000 !) en prof de sport, Famke Janssen, Piper Laurie (ex-Twin Peaks) ou encore la latina Salma Hayek - qui campe l'infirmière !

    La grande question est "qui est contaminé par les parasites ?", les dits-contaminés s'arrangeant pour isoler et contaminer à leur tour d'autres professeurs et d'autres élèves ! C'est un film avec un climat d'oppression et qui est sans doute  - cela mériterait une réflexion que je n'ai pas creusé ! - une métaphore sur l'adolescence et le passage à l'âge adulte !

    A la genèse et à l'écriture du scénario de ce film, on a entre autres, Kevin Williamson qui est surtout connu pour s'être illustrer précédemment sur la saga Scream - un autre teen-movie ! - spécialiste du film d'horreur ! A noter aussi que c'est pour Robert Rodriguez, ce qu'on appelle un "film de commande" ! Néanmoins, le réalisateur a pu bénéficier d'une certaine marge de manœuvre notamment en embauchant sur ce film sa compagne Salma Hayek qui avait déjà travaillé avec lui sur ses précédents films Roadracers, Desperado et Une nuit en enfer !

    Enfin, au rayon des anecdotes, Charisma Carpenter devait à l'origine tenir le rôle attribué à Jordana Brewster mais préféra participer à Buffy contre les vampires -  qui débuta à la même époque choisissant ainsi le monde des séries-télé à celui du cinéma ! Sarah Michelle Gellar et Jessica Alba, d'autres jeunes stars de séries télé, avait également auditionné pour des rôles dans The Faculty ! Parmi les stars seniors - et là aussi en lien avec la télévision, Gillian Anderson était le premier choix pour la principale ! Signalons aussi que le chanteur de R'n'B Usher fait sa première apparition au cinéma avec ce film !

    Des classiques du rock ont été repris pour ce film notamment Another Brick in the Wall de Pink Floyd ou encore du Alice Cooper. Mais d'autres artistes réputés ont contribué à la bande originale : The Offspring, Soul Asylum, Garbage, Sheryl Crow ou Oasis pour n'en citer que quelques uns !

    Au final un certain succès en fréquentation de salles pour ce film mais un accueil critique mitigé !

    Des références sont aussi faites à des romans de science-fiction qui abordent aussi la thématique de l'invasion extraterrestre : L'invasion des profanateurs de Jack Finney et Les maître du monde de Robert A. Heinlein.

    Mais au bout du compte, cela reste un teen-movie, vite visionné, vite oublié mais qui génère quelques légers frissons et s'achève par un combat contre une énorme bestiole dans la piscine du lycée (nos parasites ayant en effet un esprit de ruche et donc une Reine !) !

    Un seul conseil : séchez les cours !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Flash Gordon  - Mike HodgesVous ne le savez sans doute pas, mais je suis Parisien de naissance et ai passé les dix premières années de ma vie dans la capitale ! Avec mon père - qui était pourtant harassé par ses journées sur les chantiers, on avait un "rituel" quand j'étais enfant, c'est lui de m'emmener au cinéma le soir et moi de l'accompagner ! J'ai ainsi vu des films comme L'Incroyable Hulk, les Canons de Navarone ou les longs-métrages fait de compilations d'épisode de Goldorak ou d'Il était une fois l'Espace  ! Sans oublier les Star Wars alors encore appelés "La Guerre des Étoiles" !

    Parmi ces films, il y eu le Flash Gordon de Mike Hodges, sorti sur les écrans en 1980. C'est une coproduction américano-britannique sous la supervision de la compagnie de Dino de Laurentiis - qu'on ne remerciera jamais assez au passage d'avoir privé George Lucas des droits d'adaptation de ce héros, forçant le réalisateur de Modesto à créer sa propre œuvre, son propre univers qui donna ce que l'on sait !

    Flash Gordon, le film, s'inspire de la BD assez ancienne d'Alex Raymond, datée en effet de 1934 - et qui paraissait dans ces mêmes années- les années 1980 -  sous le titre Guy l'Eclair et sous forme de strips dans le quotidien France Soir (et qui y fut remplacée par la suite par la sulfureuse Blanche Epiphanie dans un tout autre style !).

    Au casting, on retrouve comme acteurs et actrices notables, Max von Sydow qui - avant d'incarner Lor San Tekka - joue ici le perfide empereur Ming aux traits orientaux, directement inspiré du Péril Jaune et de Fu Manchu ! Ornella Muti est la princesse Aura et un Timothy Dalton alors encore relativement anonyme joue le prince Barin ! Brian Blessed - vu dans La Menace fantôme en motion capture - est le prince Vultan qui commande les légendaires hommes-oiseaux !

    Mais les acteurs principaux sont Sam J. Jones qui joue Flash Gordon, Melody Anderson qui est sa promise Dale Adren et Topol qui incarne le Dr Hans Zarkov ! Des acteurs dont je ne me souvienne pas qu'ils aient marqué l'Histoire du cinéma !

    La journaliste Dale Arden, la jeune star de football américain Flash Gordon et le scientifique Zarkov sont propulsés, lors d'un voyage en avion, dans un monde extra-terrestre assez exotique où ils rencontrent le tyran intergalactique l'empereur Ming de Mongo, entouré de sa cour hétéroclite et qui menace directement la Terre !

    Ming décide de faire de Dale Arden sa nouvelle promise, Flash est promis à une exécution et Zarkov remit à l'âme damnée Klytus pour subir un lavage de cerveau et servir le tyran ! Flash est sauvé par la princesse Aura, la fille de Ming, laquelle n'est pas insensible aux charmes des Terriens ! Le héros se retrouve alors à lutter contre le prince Barin, le fiancé d'Aura, échappe à des plantes carnivores géantes et se retrouve, ainsi que Barin, entre les mains du rival de ce dernier, le prince Vultan, chef des hommes-oiseaux !

    Dale et Zarkov ont aussi réussi à fuir Ming et tout le monde se retrouve chez Vultan lorsque Ming passe à l'action et les attaque ! Dès lors, tous nos héros comprennent qu'il est nécessaire de laisser de côté leurs rivalités et de s'unir ! On a alors droit à la scène de l'attaque de la nef spatiale de Ming par la tribu des hommes-oiseaux, scène qui constitue le summum du film, sur la musique de Queen ! Finalement, le bon droit l'emportera !

    En effet, comme je l'ai mentionné, la bande originale fut composée et interprêtée par le groupe Queen de Freddie Mercury qui s'essayait dans ce registre avant la bande originale d'Highlander quelques années plus tard ! Une bande son très rock et décapante donc !

    Le film fut nommé pour trois Saturn Awards 1981 et trois BAFTA la même année - pour pêle-mêle les costumes, la musique, le design ou encore le meilleur acteur dans un second rôle ! Sam J. Jones fut nommé lui pour le Razzie Award 1981 - qui récompense les navets ! - du pire acteur ! Le blondinet n'a donc pas emporté l'unanimité !

    Depuis 2004, la rumeur d'une nouvelle adaptation au cinéma de Flash Gordon est dans l'air, rumeur réactualisée en avril 2014 ! Pas de nouvelles depuis ?

    Je me souviens que ce film avait aussi été adapté en comics/bandes-dessinées aux USA - mais aussi disponible en France aux Éditions des Deux Coqs - sur un scénario de Bruce Jones et des dessins de la légende Al Williamson - qui opéra aussi sur les strips Star Wars au début des années 1980 ! Par la suite, d'autres aventures inédites des mêmes auteurs devaient paraître en magazines de BD et prolonger l'histoire du film ! Je possédais cet album et ces quelques magazines rares !

    Le film Flash Gordon était en lui-même assez divertissant et fournissait un bon spectacle pour nous faire patienter en attendant les autres films Star Wars qui avaient relancé la science-fiction, genre et mode sur lequel le film de Mike Hodges surfait allégrement ! Mais aujourd'hui, ce film parait bien kitsch et daté ! C'est aussi culte en un sens !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Thor : Ragnarok - sorti en 2017 et réalisé par Taika Waititi - est le dix-septième film du Marvel Cinematic Universe - Thor : Ragnarok - Taika Waititiet le troisième opus des aventures du Dieu du Tonnerre ! Le meilleur des trois Thor en réalité ! Il s'inspire des comics Ragnarok et Planet Hulk !

    On retrouve Chris Hemsworth et Tom Hiddleston (Loki) qui vont affronter la Fin des Temps ! Loki a usurpé le trône d'Odin en se faisant passer pour son père (à la fin de Thor : Le Monde des Ténèbres !) mais Thor le démasque au début de ce troisième film ! Les deux frères retrouvent leur père qui est à la fin de sa vie ! La mort d'Odin signe le retour d'Hela, sa fille aînée et son Exécutrice qu'il a banni car elle voulait conquérir plus que les Neuf Royaumes ! La Déesse de la Mort est jouée par la talentueuse Cate Blanchett !

    Après avoir perdu son père, Thor perds Molljnir, son marteau d'Uru et se retrouve exilé sur la planète Sakaar où règne le Grand Maître, un Ancien de l'Univers - joué par l'inénarrable Jeff Goldblum ! Celui-ci a organisé le Tournoi des Champions. Thor - qui a traversé un portail - est capturé par la dernière Walkyrie - interprétée par Tessa Thompson (vue dans Creed : l'Héritage de Rocky Balboa et la série Westworld !) qui le livre au Grand Maître !

    Pendant ce temps, Hela impose sa domination sur Asgard - en réduisant ses soldats à l'état de cadavres ! Elle recrute Skurge - dont elle fait son Exécuteur - ainsi qu'un armée de guerriers morts et le loup géant Fenrir ! Seul Heimdall - joué par Idriss Elba - résiste encore !

    Sur Sakaar, Thor est expédié dans l'Arène du Grand Maître ! Là, il retrouve Hulk  - dont la voix dans la version originale est celle de Lou Ferrigno (le Hulk de la série des années 1970 !) - et son alter-ego Banner - joué par Mark Ruffalo ! Le Titan Vert, parce qu'il est la propriété d'Universal n'a pas encore droit à son film solo ! Alors il fait pour l'instant des apparitions dans Thor et les films Avengers ! Thor et Hulk s'affrontent donc dans un combat épique !

    Mais Thor est inquiet pour Asgard ! Il doit impérativement y retourner et pour cela échapper au Grand Maître ! Il va former une équipe constituée de lui-même, de Hulk, de la Valkyrie et de Loki ! Les Revengers ! Le combat de la revanche sur Asgard est imminent ! Thor sortira-t'il vainqueur ?

    Je dois aussi signaler un certain nombre de caméos fort plaisants dans ce film très agréable ! Benedcit Cumberbatch y apparaît au début en Docteur Strange ! On retrouve Natacha Romanoff  (Scarlett Johannson) sous forme d'hologramme ainsi que Stan Lee - maintenant fort âgé mais toujours vert ! - en coiffeur extra-terrestre ! On a aussi Sam Neill, Matt Damon et Luke Hemsworth, le frère de Chris, en acteurs de théâtre ! Enfin le réalisateur Taiki Waititi joue l'alien Korg !

    Ce film introduit aussi et développe les éléments cosmiques du MCU ! Avec la planète Sakaar ! On sait déjà par les bandes-annonces du dernier Comic-Con que Thor finira sur le capot du vaisseau des Gardiens de la Galaxie ! Mais ça se sera pour Avengers 3 : Infinity War !

    J'avais lu des critiques élogieuses sur ce film ! Je suis assez d'accord même si cela ne vaut pas le 99% que le site Rotten Tomatoes attribut au film (soit plus que pour Le Parrain 2 !) ! D'autres critiquent plus mitigées ont accusé Marvel Studios de "casser ses jouets" ! En effet, le film a tendance à forcer sur l'humour - un peu trop même ! - à tel point qu'on se croirait dans un film des Monty Python par moments ! Ça va même jusque dans le scabreux avec "l'anus du Diable" par exemple mais pas mal de blagues font mouche ! L'action et le suspens ne sont pas délaissés pour autant ! Les effets spéciaux et l'aspect visuel sont de plus au TOP ! Et aussi la musique de Led Zeppelin !

    Bref, j'aime beaucoup ce Thor : Ragnarok ! Et je le recommande ! L’achèterais en tout cas  en DVD pour compléter ma collection de films et de séries du MCU !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Ennemi d'Etat - Tony ScottDans la famille de Ridley Scott, on a le frère Tony Scott lui aussi réalisateur ! Il est surtout connu pour Top Gun  ou Jours de Tonnerre, deux films qui ont lancé Tom Cruise !

    Je vais vous parler ici de son film de 1998, Ennemi d’État, avec un Will Smith qui joue Robert Clayton Dean, un avocat et citoyen américain comme les autres qui va se retrouver malgré lui au cœur d'une conspiration d'une agence type NSA !

    Ce film est donc une dénonciation de nos sociétés modernes hyper-connectées, hyper-surveillées ! Et encore le film date d'avant 2001 et le World Trade Center et donc on ne peut pas dire que la situation dépeinte dans le film - certes de manière un peu outrée ! - se soit améliorée depuis ! Caméras dans les rues, flicage par internet et nos Smartphones,... Ne tombons certes pas dans la paranoïa !

    Qu'arrive-t'il à Robert Clayton Dean ? Disons qu'il se trouve au mauvais endroit au mauvais moment et se retrouve mêlé à une sale affaire de meurtre mettant en cause l'agence de renseignement ! Celle-ci va chercher à éliminer tous les témoins pour couvrir ses arrières ! Ceci est le fait d'un électron libre du renseignement qui agit pour son propre compte et de manière très officieuse !

    Une nouvelle loi - afin de fournir plus de sécurité aux Américains - la liberté ou la sécurité ? - est sur le point d'être voté, visant à renforcer les écoutes téléphoniques et à mettre plus de caméras ! Bref le très calculateur Thomas Brian Reynolds - joué par Jon Voight -  haut responsable de la NSA espère voir son pouvoir personnel renforcé ! Il fait assassiner un sénateur opposé à cette loi et maquille le tout en accident ! Mais un étudiant qui observait les canards a filmé la scène sur une vidéo, est éliminé à son tour mais passe la bande à l'avocat joué par Will Smith - qui mettra du temps à se rendre compte de quoi il est en possession et ne comprendra pas pourquoi il a la NSA sur le dos !

    L'Agence va tout faire pour détruire la réputation de Robert Clayton Dean - dévoilant notamment qu'il a une maîtresse !  Il va pouvoir compter sur l'aide d'un ancien expert de la même NSA, lequel connaît toutes les ficelles des espions et vit même dans une Cage de Faraday ! C'est ainsi qu'on retrouve Gene Hackman  qui joue le vieux briscard très rusé, Edward "Brill" Lyle ! Avec le jeune avocat, il vont retourner les méthodes de la NSA contre la NSA pour faire avouer le meurtre au méchant !

    Un bon film, assez édifiant ! On aura compris la leçon : "la surveillance, c'est pas bien !". De bons retournements de situations et une intrigue rondement menée ! Mais ça reste au final assez attendu !

    Ce billet est mon 400ème billet/film chroniqué sur Overblog - sous réserve que j'ai oublié de recenser certains articles ! 400 films, ça commence à faire - et c'est la plus grosse rubrique du blog ! En plus, si on ajoute la presque centaine de critiques de films classés X sur mon Skyblog secret !...

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Là où Star Wars - alors encore appelé par chez nous La Guerre des Étoiles a redéfini le genre science-fiction, les Indiana Jones et le Temple maudit - Steven Spielbergfilms mettant en scène l'archéologue baroudeur Indiana Jones ont redéfini le genre aventure ! Quoi qu'il en soit ce fut une révolution dans le cinéma et l’avènement du format blockbuster ! On voit à quel point Lucas - qui est allé puiser dans les serials et les pulps de son enfance - et Spielberg - alors jeune réalisateur surdoué (il est toujours surdoué mais il n'est plus jeune !) ont été des visionnaires !

    Si on laisse de côté le film de 2008, Indiana Jones et le Crâne de Cristal  - qui est le film de trop ! - on peut dire que Indiana Jones et le Temple maudit  est le mal aimé de la trilogie d'origine (lorsqu'on avait encore que trois films d'Indy dans les années 80), là où Indiana Jones et la Dernière Croisade est sans doute celui qui est le plus abouti - surtout par l'interaction entre Harrison Ford et Sean Connery !

    Pourquoi un tel désamour pour ce film de 1984 ?

    L'action commence à Shanghai en 1935 - soit un retour en arrière par rapport aux Aventuriers de l'Arche perdue qui se passe plus tard ! Indy est confronté à Lao Che un dangereux gangster chinois, propriétaire du Club Obi-Wan (clin d'oeil ultra-célèbre à Star Wars !) et doit récupérer un diamant pour l'échanger contre les cendres de Nurhachi, un empereur chinois !

    Indy utilise toujours des méthodes peu orthodoxes, n'hésitant pas à faire s'exprimer ses poings ou à faire claquer son fouet, façons de procéder très éloignées de l'archéologie traditionnelle !  Les choses tournent mal dans le club et notre archéologue prends la fuite avec Demi-Lune , un jeune gamin chinois de 11 ans et la meneuse de revue Willie Scott - jouée par Kate Capshaw - alors l'épouse de Spielberg le réalisateur !

    Le trio quitte la Chine dans un avion  qui appartient en fait à Lao Che ! Les pilotes les laissent en plan après avoir vidé les réservoirs au dessus des sommets de l'Inde ! Il faudra toute l'ingéniosité de notre héros - et un canot pneumatique détourné de son usage habituel ! - pour se sortir de cette situation périlleuse !

    Par la suite, nos trois compagnon déambulent dans la campagne indienne et trouvent un village dont les enfants ont été enlevés ! En fait, ces gamins travaillent dans les mines d'un culte de Thugs tout proche, obéissant à l'autorité du Prêtre Mola Ram. Indy, Willie et Demi-Lune se dirigent alors vers le palais de Pankot désigné par les villageois comme la source du mal dans la région !

    En réalité, le jeune Maharadjah et son conseiller sont sous l'emprise de Mola Ram qui recherche les Cinq Pierres de Sankara qui sont supposées attirer fortune et gloire ! Le prêtre maléfique espère à terme pouvoir défaire le colonisateur anglais et c'est pour cela qu'il a dérobé une des Pierres aux villageois !

    On a droit à quelques scènes restées célèbres : le repas à base de cervelles de singes, la confrontation à la fosse remplie de vermines - qui remplacent les serpents dans ce film (c'est un passage obligé des films de la franchise : la fosse pleine de bestioles !). Plus tard, on aura un remake de la scène du premier film où Indy descend un sabreur avec son pistolet mais cette fois, il y a une variante et le "truc" ne marche plus !).

    D'où vient donc le malaise qu'on put éprouver certains spectateurs à la vue de ce second film ? Et bien précisément de son aspect très sombre ! Les scénaristes ont sans doute voulu réitérer le jackpot de L'Empire contre-attaque en proposant une séquelle plus noire ! Mais là c'est hors de propos ! Ce qui a choqué particulièrement , c'est une fameuse scène dans les mines où Indy est ligoté face à un feu rougeoyant et où le Prêtre lui extirpe le cœur ! C'est gore et grand-guignolesque au possible !

    Indiana Jones parviendra à se sortir d'affaire au prix d'une longue poursuite en chariots de mine dans la dite mine ! Au final le bien triomphe ! Et les troupes de sa Majesté arrivent à temps pour mater/éliminer les Thugs ! Mola Ram finit dans le ventre des crocodiles - si j'ai bonne mémoire et les villageois retrouvent leurs enfants !

    Voilà ! Cela reste néanmoins un film intéressant ! C'est toujours du Indiana Jones à vrai dire et Harrison Ford est épatant et très charismatique ! Et Spielberg rectifiera le tir au film suivant de l'archéologue où il retrouvera ces "bons vieux nazis" !

    Et puis le thème d'Indiana Jones !

    "L'aventure a un nom, c'est Indiana Jones !".

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Rançon  - Ron HowardRon Howard est un réalisateur talentueux, qui ne paie pas de mine mais transforme souvent en or tout ce qu'il touche ! Je l'attends avec impatience en mai 2018 sur le spin-off Star Wars - Solo ! Bref, c'est une valeur sûre, qui plus est Oscarisé d'Hollywood !

    En 1996, Howard signe le thriller La Rançon - avec Mel Gibson alors au sommet de sa carrière, dans le rôle titre, incarnant le personnage de Tom Mullen, un père de famille richissime, marié à Kate Mullen (Rene Russo vue dans L'Arme fatale 3 et 4, déjà avec Gibson !). Le couple a un jeune fils, Sean Mullen, qui va être au centre du film !

    En effet, le petit Sean est enlevé par des kidnappeurs qui réclament une forte rançon ! Les Morlocks sont sortis des cavernes pour emporter un Eloi, tel est le crédo du chef des ravisseurs qui se pose en Robin des Bois contre le nanti ! Tim va d'abord coopérer et remettre la rançon !

    En réalité, la remise de rançon échoue et le père de famille comprends qu'on ne lui rendra pas son fils car c'est un témoin gênant ! Il tente alors un magistral coup de bluff : il mets à prix la tête des ravisseurs ! TIm est néanmoins, malgré sa détermination affichée, en proie au doute tout au long du film quant à sa décision !

    La suite et la fin du film voit le groupe de bandits se déchiré, manquant de confiance les uns dans les autres ! Le chef du groupe, qui est en fait un policier crapuleux, l'inspecteur James Shaker - joué par le Gary Sinise de Forrest Gump  puis des Experts : Manhattan - va même jusqu'à trahir/ trucider ses complices et à se faire passer pour le sauveur de l'enfant afin de toucher la récompense !

    Mais au moment de lui signer le chèque, Tim découvre la supercherie ! En effet, son fils Sean se fait pipi dessus devant le policier ce qui mets la puce à l'oreille du père ! Le gosse avait certes les yeux bandés mais il a reconnu la voix de son bourreau/geôlier ! D'un point de vue scénaristique, c'est un retournement de situation assez bien amené !

    Un assez bon film - comme toujours avec Ron Howard ! Carré, efficace et bien réalisé ! Avec un bon suspens ! Mel Gibson joue une fois de plus les adultes responsables, au caractère bien trempé, sur l'épaule desquels les pauvres mères éplorées - comme Rene Russo - peuvent se reposer ! Certes on évite pas certains personnages et situations clichés mais le film est prenant dans son ensemble !

    Ce film est basé à l'origine sur un épisode marquant d'une série télé des années 1950, série US intitulée The United States Steel Hour, l'épisode "Fearful Decision" et qui fit déjà l'objet avant le film d'Howard d'autres adaptations ciné : La Rançon en 1956 par Alex Segal et le fil italien Colère noire de Fernando di Leo en 1975 ! Pas un scénario original donc !

    Howard Shore écrivit une bande musicale complète pour le film néanmoins, Ron Howard, sans doute pas satisfait, le remplaça au pied levé par l'autre célèbre compositeur James Horner qui composa une nouvelle bande originale !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Règne du feu est un film fantastique - et aussi en quelque sorte post-apocalyptique - réalisé par Rob Bowman et Le Règne du feu - Rob Bowmansorti en 2002 !

    A Londres, au début du XXIème siècle, des ouvriers de chantier réveillent un dragon en hibernation qui dès lors prends son envol, ravage tout et se multiplie en milliers d'individus qui dominent la planète et anéantissent l'humanité !

    En 2020, Quinn Abercromby - joué par Christian Bale - fait partie d'un groupe de survivants qui se cachent ! Quinn est par ailleurs le fils de Karen, l'ingénieur qui a découvert le premier dragon !

    Un film qui se déroule dans le futur donc, un futur désolé où tout n'est que cendres mais un film aussi avec des accents moyen-âgeux : références aux chevaliers - les chevaliers Jedi en l’occurrence, places-fortes où se terrent les derniers humains et évidemment la présence des dragons foncièrement maléfiques !

    Les survivants combattent les dragons et vivent -survivent - sur leurs maigres ressources et récoltes ! Ils ont évidemment développé des techniques spécifiques pour lutter contre les cracheurs de napalm ! Quinn et son ami Creedy - joué par Gerard Butler -  payent le prix fort au cours de cette lutte et rencontrent un jour, Denton Van Zan - joué par Matthew McConaughey, un autoproclamé chasseur de dragon à la tête de sa colonne blindée américaine ! Van Zan a découvert un point faible chez les dragons : leur vision trop sensible !

    Van Zan a rapidement l'occasion de montrer ses talents, aidé par Alexandra Jensen - jouée par Izabella Scorupco - une pilote d'hélicoptère mais le chasseur perds trois de ses hommes dans la bataille ! Un certain dragon va leur donner va leur donner bien du fil à retordre !

    Le chasseur de dragon parvient à enrôler certains des habitants du château de Quinn et tous se lancent à la poursuite du dragon ! La bête anéantit la colonne entière - mais Van Zan en réchappe et reconnaît alors son erreur ! Le monstre atteint ensuite le château et brûle tous les adultes, Creedy compris !

    Quinn, Van Zan et Alex vont alors se lancer dans la confrontation finale avec le dragon ! Tous n'y survivront pas !

    Un film intéressant qui trouve une nouvelle variante sur une post-apocalypse : après les zombies, les barbares, les robots, les aliens, ce sont les dragons qui détruisent ce monde ! Le Règne du feu  a au final assez moyennement marché peut-être en raison d'un accueil critique très défavorable ! Pourquoi tant de haine !

    Le film a été en partie tourné dans des décors du parc Walt Disney Studios - on est dans le pur divertissement ! Il a été adapté en jeu vidéo sur PlayStation 2, Xbox, Gamecube et Game Boy Advance.

    Il y a eut des précédents ! J'ai connu un scénario du jeu de rôles Cthulhu by Gaslight - paru dans un magazine, Casus Belli , il me semble, où des ouvriers du métropolitain de Londres déterraient un dragon ! M'en suis moi-même inspiré pour ma nouvelle Tigres et dragon paru initialement dans Le Calepin Jaune  ! Une idée pas si originale que ça finalement !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Tron - Walt Disney PicturesTron est un film de Science-Fiction, réalisé par Steven Lisberger pour le studio Disney, sorti en 1982 et révolutionnaire en son temps !

    Tron est le premier film à utiliser largement les effets spéciaux générés par ordinateur. Avant lui, le Star Wars - Épisode IV  de 1977 y avait eu recours pour la bref séquence du briefing de l'attaque de l’Étoile Noire mais cela c'était limité à cela !

    Le début des années 1980 est en effet l'époque où les micro-ordinateurs commencent à entrer dans les salons des familles ! Le film raconte l'histoire de Kevin Flynn - joué par Jeff Bridges, un programmeur de jeux vidéo qui va se retrouver digitalisé et propulsé dans le monde numérique sous l'identité de CLU.

    Flynn a crée plusieurs jeux vidéo dont la paternité a été usurpée par Ed Dillinger - joué par David Warner qui l'a ensuite fait licencié de sa société, ENCOM. Flynn est devenu tenancier d'une salle d'arcade où tournent ses propres jeux au bénéfice d'ENCOM. A l'aide de son programme CLU, Flynn tente de pénétrer dans le système informatique de la boite, afin de prouver sa spoliation, mais est bloqué par le "MCP" ou "Maître Contrôle Principal", une intelligence artificielle.

    Flynn pénètre dans les locaux d'ENCOM et se retrouve dématérialisé par un laser faisant partie d'un programme de téléportation. il se retrouve alors dans l'univers des bits et des puces. Dans l'univers virtuel, Flynn rencontre les programmes du système qui ont l'apparence de leurs concepteurs, ses collègues et amis Lora (Programme YORI) et Alan (Programme TRON) et même Ed Dillinger (Programme SARK).

    On a droit à quelques séquences d'anthologie: les combats de disques et les courses de motocycles lumineux. Concernant les courses, les motos ultrarapides laissent des traînées solides derrière eux et il s'agit d'enfermer les ennemis qui viennent se fracasser dessus ! Flynn devra lutter contre le MCP et SARK !

    Les effets spéciaux ont été réalisés par Syd Mead, Jean Giraud (Moebius) et l'illustrateur Peter Lloyd sur un supercalculateur Cray qui avait alors une capacité de 8 Mo de Mémoire Vive ! C'est néanmoins tout un monde virtuel qui a été crée ainsi ! On est loin des moyens techniques actuels de 2017.

    Je me souviens très bien de ce film ! A l'époque, au début des années 1980, j'avais dix ans et habitait à Paris. Mon père m'emmenait régulièrement au cinéma le soir et j'avais vu ainsi L'Incroyable Hulk - avec Bill Bixby et Lou Ferrigno, Il était une fois l'espace : La Revanche des Humanoïdes, Les Canons de Navarone, Goldorak ou les trois premiers Star Wars !

    Tron  est un film qui a innové en son temps. Par la suite, les progrès seront constants avec les étapes de Jurassic Park ou Avatar pour ne citer que ces deux films !

    En 2010, les studios Disney ont réalisé une suite : Tron - L'Héritage.

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique