• Pour ce 1178ème billet, nous allons parler de Nature et de nos amies les Bêtes ! Je vous avais déjà présenté sommairement le Parc de Cerza - près de Lisieux ! Cette fois, il va être question du Parc zoologique de Jurques. C'est un peu plus petit que Cerza mais il y a peut-être un peu plus d'animations ! L'entrée est à 16 euros pour les adultes mais cela vaut vraiment le coup !

    Le Parc vous propose de suivre un trajet - mais vous êtes libres de le parcourir comme bon vous semble ! -Parc zoologique de Jurques ainsi que de petits jeux sous forme de panneaux quizz et d'énigmes pour les enfants. Il y a en outre de nombreuses notices d'information sur la vie sauvage des cinq continents !

    Le Parc de Jurques propose de découvrir de nombreuses espèces animales - dont beaucoup sont hélas menacées du fait de la pollution, de la chasse sauvage, des préjugés, du commerce, bref de l'action délétère de l'homme ! Certaines de ces espèces ne peuvent survivre que grâce au système mondial des zoos. Ainsi le tigre de Sibérie - qui est une belle bête de 180 à 300 kg - n'est plus représenté que par 400 animaux en liberté selon les meilleures estimations.

    Les zoos ne choisissent en effet pas les animaux qu'ils accueillent mais il y a une sorte de "superviseur" qui les répartis en fonction des programmes de reproduction - pour éviter la consanguinité. Jurques a ainsi un programme d'élevage en captivité pour les manchots de Humboldt entre autre. Les échanges entre zoos sont courants !

    Il est possible, dans le parc, d'assister aux repas des animaux ! En fait, il y a ces "animations" toutes les demi-heure selon la saison - c'est le cas en été ! Il y a donc toujours quelque chose à voir, à faire ! Et c'est un plus ! Repas des manchots, des makis, des loups ou des girafes !

    Je vous propose un voyage par les cinq continents en nommant pour chacun quelques espèces vues au zoo !

    Il y a l'Afrique, cette terre sauvage mais de moins en moins ! Il y a les girafes du Niger, le serval d'Afrique de l'Est, du Nord et du Sahara, la roussette d’Égypte (de la famille des chiroptères avec son système d’écholocalisation), le fennec d'Afrique du Nord, le guépard d'Afrique de l'Est (avec ses pointes de vitesse sur des temps courts à 120 km/h), le suricate (une sorte de mangouste qui vit en groupe et se dresse sur ses pattes arrières pour faire le guet) et enfin, le lion blanc (qui n'est pas un albinos ! De 150 à 200kg) ! Madagascar a aussi des représentants au zoo avec le lemur macaco.

    Passons ensuite à l'Amérique avec le capucin d'Amérique du Sud, le ouistiti à toupets blanc du Brésil, le flamant rose du Chili, le nandou (plus grand oiseau du continent américain), le tapir terrestre, le capylara (le plus gros rongeur du monde, excellent nageur), le saki a face blanche du Brésil, le conure sakil, le tamarin empereur, le toni cathene, le tatou à six bandes ou l'agouti ponctué d'Argentine ! Il y a aussi le lynx et le puma pour l'Amérique du Nord !

    Allons maintenant en Océanie, plus précisément en Australie avec évidemment les marsupiaux dont la reproduction est expliqué sur les panneaux. On trouve ainsi l'oie céréopse (avec son bec à la forme particulière si caractéristique). Sur le "territoire des kangourous", vous pourrez observer le kangourou roux, le wallaby de Bennett, l'émeu, le cygne noir et le tadorne radjah !

    C'est ensuite au tour de l'Asie où l'Asie du sud-Est est bien représentée avec notamment le panda roux. Il y a aussi le gibbon, le macaque japonais, le muntjac de Reeves, la loutre cendrée, la grue du Japon !

    Enfin l'Europe est aussi là avec le loup gris, la bernache à cou roux ou le hibou Grand Duc.

    Passons maintenant aux pavillons spécifiques tous continents mélangés ! Il y a le "Pavillon des Reptiles" où vous trouverez python molure de Birmanie, serpent ratier noir, boa constrictor, iguane vert, teju noir et blanc, tortue grecque (la Caroline de Boule et Bill) et tortue d'Hermann. Les reptiles ont souffert de la mode des NAC - "Nouveaux animaux de compagnie" et le zoo en a recueilli certains abandonnés par leurs propriétaires inconscients ! Il y a aussi une animation "contact avec les serpents" où vous pourrez les toucher voire en mettre un autour du cou !

    Ensuite, parlons du "pavillon des petites bêtes" ! De toutes petites bêtes souvent à l'origine de phobies ou d'aversions ! Mygale, python royal, escargot géant africain, grenouille de Cranwell, anole verte, grillon des steppes, blatte géante de Madagascar, scorpion empereur, serpent des blés ou gecko ! De l'exotisme en perspective !

    En fait, le parc par les informations qu'il donne détruit un certain nombre d'idées reçues comme celles sur les loups, sur les chauves-souris "vampires" etc...

    Il y a aussi la volière avec des ara, la chouette harfang des neiges (voir Harry Potter)...La volière australienne avec ses races de perruches (ondelée, calopsitte...), cacatoès à huppe orange, colombes, bernaches. Il y a aussi des sarcelles du Cap (Afrique) et des cygnes à cou noir, oies à tête barrée, cygnes muets, etc !

    J'allais oublier de mentionner le repas des maki - des lémuriens - et il y a encore bien d'autres espèces diverses et variées : spréo superbe, touraco vert, tisserin gendarme, calao terrestre de Leadbeater, paon bleu, panthère des neiges, raton laveur... Il y a vraiment de la variété !

    Les animaux semblent bien traités et le personnel est courtois ! Il y a aussi la "Cuisine des animaux" où on peut voir les soigneurs préparer les repas pour les "résidents" ! La preuve de leur bien être: il y a régulièrement des naissances - par exemple chez les loutres ou les lémuriens !

    Si vous avez des enfants, emmenez-les voir cet endroit fort plaisant - et utile en attendant de pouvoir réintroduire des espèces dans leur milieu naturel quand l'homme aura pris conscience que son intérêt n'est pas de détruire la Nature !

    A bientôt pour le 1179ème billet !


    votre commentaire
  • En 2012, je vous parlais de la Cité de la Mer de Cherbourg ! Plus récemment, je faisais une visite à Saint-Malo... Cette fois-ci, je vais donc vous parler du Grand Aquarium de Saint-Malo.

    Le Grand Aquarium de Saint-MaloL'exposition/le musée vous présente, au fil d'une soixantaine de vitrines plus d'une centaine d'espèces dans des écosystèmes reconstitués et rassemblés en thématiques : Atlantique, Pacifique, mangroves... Il y est aussi question de requins...

    Saviez-vous à propos des requins qu'ils sont à l'origine d'une centaine de décès humains par an, prenant les nageurs et les véliplanchistes pour des otaries ou des phoques ?! Ce sont des faits divers dramatiques et ma compassion va aux familles mais ce n'est pas une raison pour exterminer les sélaciens ! A titre de comparaison, le moustique cause 75000 morts par an (paludisme, malaria) et l'homme tue 3 millions de requins par an ! Il faut donc savoir raison garder !

    Après ce plaidoyer pour le requin, je vous parlerais des corsaires qui sont un emblème de Saint-Malo ! On ne les confondra pas avec les pirates, les flibustiers, les boucaniers ou les forbans. il s'agissait d'hommes embarqués sur des navires de guerre privés, autorisés par un roi à rançonner l'ennemi moyennant une part du butin. Cette guerre dite "de course" rentre dans le cadre légal de la lettre de marque. Les deux plus renommés corsaires malouins furent René Duguay-Trouin (1673-1736) et Surcouf (1773-1827).

    Ces corsaires sillonnaient les mers, notamment l'Atlantique - dont de nombreuses espèces sont présentes à l'Aquarium - océan qui s'étend de l'Islande à l'Océan Antarctique sur 15000 km, entre les continents européens et africain à l'est et américain à l'ouest. Sa profondeur maximale est de 9218 mètres, au large de Porto Rico. C'est actuellement le premier océan par l'intensité du trafic naval et il est soumis à une pêche très active !

    Le Grand Aquarium présente les merveilles des Océans et il y aurait beaucoup à dire - et j'y reviendrais - c'est un domaine qu'il faut préserver, non seulement parce que l'homme a une responsabilité vis à vis des autres espèces vivantes (cf. plus haut sur les requins) mais parce qu'il y a aussi un intérêt ! En effet, les Océans sont une mine pour les industries pharmaceutiques. Certaines espèces de gorgones possèdent des propriétés anti-tumorales, les éponges de mer pourraient permettre de lutter contre la leucémie. Les grands fonds - et les sources chaudes - recèlent par ailleurs des espèces encore méconnues !

    Voilà, si vous passez par Saint-Malo, vous savez ce qui vous reste à faire... Et vous pourrez même piloter un petit sous-marin !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nous allons maintenant faire une petite promenade champêtre, en Normandie, dans une étendue de verdure à 40 minutes à l''ouest de Caen (en voiture bien sûr), 15 minutes au sud de Bayeux et 20 minutes à l'est de Saint-Lô : la forêt de Cerisy dites aussi forêt de Balleroy (le château de Balleroy n'est pas loin, de même que la mine du Molay-Litry !).La Forêt de Cerisy

    C'est une forêt domaniale de 2130 hectares plantée de hêtres à 75% de sa surface ( et 12% de chênes et 3% de pins sylvestre). Elle est gérée depuis 1976, comme réserve naturelle, par l'Office Nationale des Forêts (ONF). La Faune et la Flore ont donc l'occasion d'y croitre à l'abri des déprédations humaines comme la pollution... excellente initiative donc ! L'ONF poursuit plusieurs programmes : planter et renouveler des arbres, observer le milieu naturel et maintenir un parfait équilibres entre les différentes espèces animales et avec les essences végétales. On y prélève également du bois de manière raisonnée et enfin la Maison de la Forêt et du Tourisme se charge de l'accueil du public et présente des panneaux d'informations sur la vie sauvage.

    Si l'on est patient - et si on a de la chance, on apercevra peut-être furtivement des cervidés, cerfs, biches et chevreuil. il y a aussi - et on les croisera peut-être (en prenant soin de ne pas les déranger !) des sangliers, des renards ou des blaireaux. Il faut toutefois faire attention en voiture lorsque l'on passe près de la forêt à ne pas percuter un animal aventureux. On peut également, si l'on sait quoi chercher, trouver des traces de la présences des animaux : crottes et empreintes caractéristiques. Je vous renvoie aux nombreux guides sur la nature qui existent dans le commerce et reparlerais peut-être un jour de telle ou telle espèce animale dans le cadre des billets "Écologie" !

    Mais la réserve de Cerisy est aussi classée comme espace ornithologique, parcourue par de nombreux oiseaux dont des rapaces !

    Il n'y a pas que des mammifères ou des oiseaux mais également des espèces plus frustres mais essentielles au biocycle, à la décomposition de la litière et des cadavres d'animaux. Je pense aux amphibiens et aux insectes, citons juste le carabe doré à reflets cuivrés (espèces protégée en France) et des papillons très majestueux !

    La Forêt de Cerisy est composée en grande majorité de hêtres. En plus des chênes et des pins sylvestres, on trouve de nombreuses autres espèces d'arbres telles que le bouleau, le châtaignier, l'aulne glutineux ainsi que des arbustes : le houx, le fragon (protégé en Forêt de Cerisy), le noisetier...et de nouvelles fleurs : l'euphorbe des bois, la digitale pourpre, l'anémone des bois Sylvie...

    Ne vous risquez pas à cueillir les baies ou les champignons sans un minimum de connaissances préalables ! Au moindre doutes, voyez un spécialiste !

    La Maison de la Forêt et du Tourisme propose une exposition permanente et diverses animations pour individuels et pour groupes sur des thèmes riches et variés du patrimoine naturel, architectural et historique. La Maison de la Forêt et du Tourisme est aussi un lieu où l'on peut venir chercher des idées de balades et de sorties autour de la Forêt de Cerisy. Tout au long de l'année, des animations pour les enfants et les adultes sont organisées.

    Si vous souhaitez des informations supplémentaires, n'hésitez pas à les contacter: 02 31 51 96 56

    J'ai pour ma part eu l'occasion à trois reprises de me retrouver en forêt de Cerisy et l'endroit est lumineux et apaisant : la première fois lors d'une escapade avec le lycée en 1987, la seconde fois en maitrise de biologie en 1995 dans le cadre de travaux pratiques et la dernière fois cette année, 2013, lors de la sortie à la Mine du Molay-Littry. il y a des bancs pour pique-niquer à condition une fois encore de respecter la nature !

    Enfin, pour être tout à fait honnête avec vous, je voulais vous parler du journal Trajectoires, que nous faisons depuis trois ans en collaboration avec une bibliothèque de l'agglomération de Caen, moi et une dizaine de collègues de travail. Ce billet sur la forêt de Cerisy est une version remaniée, différente et enrichie d'un article d'un collègue, Eric, que j'ajoute ici à mon blog comme je le ferais pour les autres articles du fanzine - après réécriture à ma sauce - que je jugerais intéressants ! Car ce sont en effet des expériences communes que je partage avec les contributeurs !

    Je remercie donc par avance Christelle, Christine, Aline, Fanny, Jean-Philippe, Anne, Denis, Eric, Vincent, Damien, Olivier, Véronique, Nathalie, Julie et j'en oublie !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Naturospace de HonfleurCette fois-ci, nous allons faire un petit intermède bucolique au milieu des papillons du Naturospace d"Honfleur.

    Il s'agit d'un espace réservé -et préservé - à la Nature, une serre de 30°C avec 80% d'humidité où des papillons de beaucoup d'espèces tropicales de trois continents volètent librement au milieu des visiteurs. Il y a aussi des carpes dans un bassin et quelques oiseaux dissimulés par ci par là parmi la végétation.

    Petit cours de zoologie pratique : les papillons sont des arthropodes, dotés de membres articulés et d'un exosquelette, c'est ce qui les distingue des mollusques et des vertébrés.

    Ensuite, les papillons appartiennent à la classe des insectes, corps en trois parties, tête avec deux antennes, thorax avec six pattes et abdomen. On voit que les araignées, qui ont huit pattes ne sont pas des insectes (mais bien des arthropodes par contre).

    Enfin, les papillons sont dans l'ordre des lépidoptères à quatre ailes

    Ces papillons proviennent de la fôret tropicale ombrophile avec des conditions telles que celles qui sont reproduites dans la serre. Dans ce monde, c'est la lutte entre les espèces, tant végétales -pour la lumière et la photosynthèse - qu'animales et les papillons ont de nombreux prédateurs dans leur milieu naturel.

    " A partir de la fin du XVI ème siècle, les explorateurs se mirent à importer à grande échelle des épices et autres richesses naturelles inconnues en Europe". C'est ce que nous apprend le "Guide de la Serre à Papillons" que vous pourrez acheter sur place pour 5 euros. Mais ce n'est que depuis peu que les serres à papillons ont été crées. Vous l'aurez compris, ces petites bêtes qui passent par un stade chenille puis se transforment dans une chrysalide, ont un meilleur taux de survie en serre que dans la Nature !

    Voilà, si vous n'êtes pas totalement insensible à la poésie de la Nature et si vous passez par Honfleur, allez à la serre aux papillons. Pour ma part, j'ai payé mon entrée 6 euros 90 ! Il y a des panneaux qui vous expliquent l'attraction le long du parcours.

    A bientôt !


    votre commentaire
  •  De nos jours, on compte de plus en plus d'espèces menacées, par la pollution, par la chasse et la pêche ou par la déforestation. C'est pourquoi les parcs zoologiques jouent un rôle de première importance dans la préservation de ces espèces.

     Le Parc de Cerza, en Normandie, dans le Pays d'Auge, près de Lisieux, se consacre à la reproduction et à l'élevage d'espèces menacées et organise des visites qui permettent d'observern quelques spécimens d'Asie ou d'Afrique, des lions, des tigres,des girafes, des rhinocéros, des ours, des bisons, des singes, des kangourous, des alligators, différentes espèces d'oiseaux ou de poissons. cerza

     

    Le parc s'organise suivant deux parcours : le Rouge et le Jaune qui requièrent respectivement une heure et une heure trente de marche en moyenne.

    Parallèlement, il est possible d'effectuer une ballade en petit train, laquelle dure 25 minutes et permet de faire le tour du parc. Il y a également une mini-ferme avec des chèvres et des chevreaux pour sensibiliser les enfants et des projections d'un film en 3D. Il est possible de se restaurer sur place dans les deux établissements : la Pagode et le Baobab.

     

    A côté de l'aspect "visite", le parc a crée une association "Cerza conservation" qui invite le public à faire des dons qui seront investis dans différents programmes : protection des rhinos, des lions, des léopards, des gibbons...

     

    J'ai eu l'occasion en avril 2011 de visiter ce parc. Il faisait beau et la journée s'est avérée agréable. Il y a plusieurs centaines d'animaux dans le parc et la diversité est une chose fort plaisante. Il est seulement regrettable que ces espèces ne puissent plus vivre dans leurs espaces naturels.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique