• Bonsoir mes amis !Trajectoires Eclectiques N°4

    Comme vous l'aurez certainement compris, j'attache beaucoup d'importance à mes blogs - et plus encore je suis fan de littératures, tant de lecture que d'écriture ! Mais "La Bibliothèque-éclectique" n'est pas ma première expérience éditoriale - loin de là ! C'est ce que je vais vous raconter aujourd'hui !

    En effet, en classe de Sixième, au Collège de Ouistreham, alors que j'avais entre 11 et 12 ans, on devait être après les vacances de la Toussaint - ou celles de Février  - et je fus captivé par un reportage dans Croque-Vacances, une émission jeunesse de TF1 de l'époque avec Claude Pierrard et des marionnettes de lapin, qui diffusa un reportage sur des enfants de mon âge qui avaient réalisé un fanzine ! Dès lors, l'idée me vint de faire pareil et c'est ainsi que je lançais Jeunes magazine  !

    Jeunes magazine était donc un fanzine, entièrement réalisé à la main - et vendu au porte-à porte dans ma petite ville ! Je composais le contenu moi-même - en m'appuyant notamment sur le pro-zine d'Albert Barillé auquel j'étais abonné et qui s'appelait Image par image ! Je rédigeais donc des articles sur Astérix, les Mystérieuses Cités d'Or, Inspecteur Gadget, des jeux, la réalisation d'un dessin animé et vendait cela pour la somme modique de 2 francs ! A l'époque, en 1983, nous n'avions pas des traitements de texte et des imprimante comme maintenant et je passais du temps à recopier les articles !

    Ce fanzine devait être le premier de mon collège et suscitait l'intérêt et même l'admiration de ma prof de Français Madame Bibault qui me proposa de le réaliser dans le cadre de la classe - ce que je refusais ! Deux autres jeunes de ma classe lancèrent un clone de mon fanzine, sacrés Yann G. et John P. qui se lancèrent dans la brèche ouverte !

    Je m'étais adjoint un comparse dès le début, un certain Thomas L. qui faillit faire capoter mon initiative en faisant rentrer dans le projet un autre type dont le père, dans l'administration, avait de gros moyen technique d'impression et qui tenta même de m'évincer ! Je ne me laissais évidemment pas faire !

    Finalement, Jeunes magazine mourut de sa belle mort après cinq numéros et un hors-série, à l'été 1984 alors que j'allais entrer en Cinquième ! Les petits enfants de bourgeois de la ville durent se réjouir et me le firent savoir, moi, le nouveau-venu de Paris, en Normandie, à l'été 1983 - pas encore accepté dans cette ville aux gens étroits d'esprits !

    "Alors Sylvain ! Tu as arrêté ta feuille de chou !" m'entendais-je dire ! Qu'importe ! Je continuais à leur damner le pion en Rédaction - cela les énervait et moi cela me réjouissait !

    Voilà ! Malgré les apparences, ne n'avais aucun ressentiment mais du par contre affronter pas mal de réticences et de jalousies ! Les jeunes étaient comme ça !

    A bientôt !

    PS : Je réalisais des années plus tard d'autres petites "brochures" - notamment en classe de Troisième - mais qui était cette fois à destination de ma seule famille - et en particulier de ma Grand-mère qui vivait à 250 kilomètres !


    votre commentaire
  • L'Américain - Franz-Olivier GiesbergL'Américain  est un roman autobiographique de Franz-Olivier Giesbert, paru en 2004 qui montre les relations père-fils ne sont pas toujours faciles (j'en sais quelque chose !).

    L'auteur est né dans le Delaware, aux Etats-Unis, en 1949. Il a eu 4 petits frères et soeurs ! Son père avait fait le Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie et ne s'en était jamais vraiment remis, ne supportant pas d'avoir vu tous ses camarades mourir alors que lui s'en était sorti !

    Passé la colère de Franz-Olivier Giesbert contre son paternel, qui les battait sa mère et lui, l'écrivain tente aussi un travail de généalogiste - pour une éventuelle réconciliation ? Il essaye d'élucider d'où venait cette violence de son géniteur, tournée contre sa famille et qui donc, puise ses sources dans la Seconde Guerre mondiale ! Nous, générations actuelles, qui avons toujours connu la paix - malgré, de nos jours la montée du terrorisme, qui reste anecdotique ! - ne pouvons pas concevoir comment nos ancêtres ont été marqués par toute cette violence des années 1940 ! Et je ne parle même pas de la Shoah !

    C'est donc un père avec des souffrances existentielles qui va faire payer chèrement sa femme et ses enfants et l'auteur a des mots très durs pour ce père ! On sent la haine palpable du fils ! Parfois, il arrive que ça aille jusqu'au meurtre (j'ai connu un cas semblable parmi mes camarades de lycée et de fac - tapez "parricide de Ouistreham" dans Google !). En tout cas le dialogue est certainement rompu ! Comment exprimer l'indicible de la guerre ?

    Giesbert ne nous épargne rien et c'est souvent glauque et pénible - mais il y a des petits moments de bonheur ! Là où certains (comme le "parricide de Ouistreham") se seraient détruits, Giesbert en a tiré une force et est devenu le journaliste et le patron de presse que l'on sait (au Point) !

    Plus tard, l'auteur découvrira que son père et sa mère s'aimaient ! Le problème est comment faire le deuil d'un parent avec qui on n'a jamais fait la paix ?

    Un court roman à l'écriture incisive et sans concessions ! Un témoignage utile !

    A bientôt !

    PS : je remercie Michel O. de m'avoir prêté ce livre - c'était avant qu'il ne connaisse une crise de démence et qu'il ne m'agresse sans raison !


    votre commentaire
  • Les années 1970 ont vu pléthores de films catastrophes sortir sur les écrans : La Tour infernale, L'aventure du Poséidon, la série Airport ! L'époque n'était pas à la légèreté ! Au début des années 1980 - la décennie suivante - le trio Jim Abrahams, David Zucker et Jerry Zucker - surnommés ZAZ ! - à la fois scénaristes et réalisateurs, semblent vouloir lancer un pied-de-nez à tous ces films de catastrophes aériennes - l'avion étant plus sûr que la voiture soit dit en passant ! - et nous livrent sur les écrans, en 1980, Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (Airplane ! en VO), une comédie décapante qui parodie en même temps nombre de classiques d'Hollywood de l'époque !

    Elaine Dickinson - jouée par Julie Hagerty - est une hôtesse de l'air qui vient de quitter son compagnon Ted Striker - joué par Robert Hays, lequel est un ancien pilote de guerre traumatisé et se culpabilisant pour la perte de son escadrille. Elaine veut refaire sa vie un Chicago mais Ted la suit dans l'avion en prenant un billet pour cette ville.

    Ted revit alors sa vie dans une série de flashbacks - parodiant, entre autres, La Fièvre du samedi soir ou Tant qu'il y aura des hommes...

    Mais hélas, le voyage en avion ne se déroule pas sereinement car l'équipage tombe malade, victime d’une intoxication alimentaire, comme le confirme le docteur Rumack - joué par Leslie Nielsen - l'acteur fétiche des ZAZ que l'on retrouvera dans la série des Y a-t-il un flic...

    Elaine demande alors à Ted - qui est le seul à avoir une expérience de pilote - de sauver la situation ! Seulement voilà, Ted a choper une phobie des avions depuis la fin de sa guerre à lui ! Grâce au docteur Rumack qui lui rapporte le témoignage d'un des hommes de Ted qui lui avait pardonné le "ratage" de sa mission sur son lit de mort, Ted trouve l'absolution et parvient à poser l'avion !

    Voilà ! C'est un film déjanté, parodique et ne respectant rien, pratiquant par moment un humour acerbe et noir mais sans méchanceté gratuite comme on le voit dans les productions des années 2000 - 2010 ! C'est un humour potache au bout du compte, servi par un casting au poil ! Signalons aussi parmi les acteurs : Lloyd Bridges, Robert Stack, Peter Graves et le basketteur Kareem Abdul-Jabbar !

    Parmi les films parodiés, on peut aussi mentionner Les Dents de la mer, 747 en péril, Midnight Express, Pinocchio, le Magicien d'Oz, Rambo  ! Y a-t-il un pilote dans l'avion ? fit l'objet d'une suite - Y a-t-il enfin un pilote dans l'avion ? et fut par ailleurs à son tour parodié dans Scary Movies 3 !

    Bref un classique de la comédie américaine !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le 30 novembre 1939, un nouveau théâtre d'opération s'ouvre dans ce Second Conflit mondial naissant ! L'Union L'invasion de la Finlande, du Danemark et de la Norvègesoviétique envahit la Finlande, craignant  que les Allemands n'occupent ce pays  pour porter une attaque contre Leningrad et prendre l'important port de Mourmansk sur l'Arctique !

    La Finlande n'avait obtenu son indépendance vis-à-vis des Russes qu'en 1918, largement détestés dans le pays ! L'Armée Rouge disposait de dix fois plus de troupes que ses opposants finlandais. Une invasion qui s'annonçait donc comme une victoire facile !

    Cependant, les Purges de Staline avaient affaibli l'Armée Rouge. Du côté finlandais, le Général Carl Gustaf Mannerheim dirigeait les troupes et se défendit vaillamment en lançant des attaques éclairs sur des terrains recouverts d'une neige épaisse. Les Soviétiques, désorganisés, vont subir de lourdes pertes dans ces conditions.

    La résistance courageuse des soldats finlandais émut les autorités françaises et anglaises qui décidèrent alors d'envoyer des contingents en soutien passant par la Norvège et la Suède, pays pourtant neutres.

    Au début du mois de février 1940, une nouvelle offensive soviétique brisa les lignes de défense finlandaise ! Début mars, les finlandais durent céder devant Staline !

    A ce moment là, Hitler décida lui aussi à s'intéresser à la Scandinavie ! La machine de guerre nazie était dépendante de ses ravitaillements et il s'agissait de ne pas être isolé comme en 1914 - 1918 ou de voir ses lignes d'approvisionnement en minerais coupées. Le minerais de Fer était en effet fourni par la Suède. En hiver, le seul chemin reliant la Suède à l'Allemagne était le port de Narvik. Hitler prépara alors l'invasion de la Norvège et du Danemark sur la route.

    Les opérations en Norvège débutèrent le 16 février 1940, prenant pour prétexte l'incident entre le destroyer de la Royal Navy HMS Cossack et le pétrolier ravitailleur allemand Altmark qui avait récupéré des prisonniers de guerre britanniques. Le 9 avril, les troupes allemandes commencent à débarquer dans cinq ports : Oslo, Kristiansand, Bergen, Trondheim et Narvik. Pendant ce temps, des homes de la toute récente division allemande parachutistes prennent les aérodromes de Stavanger et Oslo !

    Attaquées par surprise, les défenses norvégiennes sont rapidement débordées ! Même chose pour les Danois ! Le Danemark est occupé en 24 heures tandis qu'en Norvège, les Allemands étendre et relier leurs têtes de pont pour prendre les villes principales. La domination de la Luftwaffe sur les airs est totale.

    Les Alliés ne tardent alors pas à répondre et envoient une troupe de débarquement pour reprendre Narvik qui est effectivement reprise par les troupes françaises et norvégienne le 28 mai 1940. Mais six semaines plus tard, après l'arrivée d'un important contingent allemands et des combats violents, les Alliés durent se résoudre à abandonner la Norvège ! L'armée allemande avait encore une fois montré sa supériorité et de plus l'urgence était ailleurs, à l'Ouest !

    La prochaine fois nous parlerons de Blitzkrieg contre Ligne Maginot !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Star Wars - Atlas GalactiqueLa Galaxie Très Lointaine de Star Wars frappe par le caractère exotique de ses planètes ! Entre Naboo, Tatooine, Coruscant, Kamino, Utapau, ou encore Mustafar, ou Jakku, c'est le dépaysement assuré !

    Le guide paru chez Hachette Heroes, intitulé Star Wars - Atlas Galactique (à ne pas confondre avec Star Wars - L'Atlas chez Huginn & Muninn - dont il sera question une autre fois !) est un ouvrage de large format (je n'ai pas pris mon décimètre mais je dirais facilement plus de 30 cm de haut pour 25 de large, soit le format d'une feuille A3 !?) qui présente les planètes de l'univers Canon - soit les sept films de la Saga, le Spin-off Rogue One, les séries d'animation The Clone Wars et Star Wars Rebels, les romans et les comics !

    Ainsi, on a droit à des doubles pages monumentales qui représente le panorama de chacune des planètes principales de la Saga sous forme de fresque dessinée et annotée ! Ainsi par exemple, pour prendre le cas de Geonosis, on a une représentation du désert et sont mentionnés la Bataille de l'Épisode II - L'Attaque des Clones - qui ouvre la Guerre des Clones - mais aussi la Seconde Bataille de Geonosis que l'on fois dans la série The Clone Wars, les péripéties avec la Reine Karina et ses vers parasites mais aussi les événements de la série de comics Dark Vador avec l'archéologue Aphra ! Chaque planète est donc assez bien détaillée !

    Sorti en même temps que Rogue One, ce livre - qui est parfait pour les plus jeunes ! - inclut aussi la planète Jedha !

    En plus des planètes déjà citées, on trouve Dathomir, Mon Cala, Rodia, Yavin 4, Hoth, Dagobah, Christophsis, les Étoiles Noires et la Base Starkiller, Mortis, Lothal, Kashyyyk, Mandalore, Endor, Bespin et Ryloth ! D'autres planètes sont plus sommairement présentées sous forme de petits résumés à intervalles réguliers dans l'ouvrage !

    Star Wars - Atlas Galactique

    Enfin, pour être complet, il faut mentionner que ce livre contient un Who's who des principaux personnages - "Figures historiques", une chronologie, une carte générale de la Galaxie et une échelle comparative de tailles des créatures !

    Ce n'est pas trop mal fichu et cela vaut le détour car cela montre que Star Wars est un ensemble riche et cohérent !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le destin de l'homme est irrépressiblement lié à la Terre ! Nous n'avons que cette petite Planète Bleue comme foyer et nous la mettons en danger avec le réchauffement climatique et la Sixième Extinction ! Alors le salut est-il de partir pour les étoiles ?

    Tel est le thème du Papillon des étoiles, roman de Bernard Werber paru en 2006. Le récit est celui d'une colonisation de l'espace par l'humanité ! Un thème qui a été maintes fois exploré  - par moi-même dans une de mes nouvelles de même ! Le traitement de Werber ne brille pas par son originalité et c'est sans doute pour cette raison que j'ai lâché cet auteur par la suite - surtout après la déception que fut pour moi la fin du Cycle des Dieux !

    Yves Kramer est un responsable de l'Agence spatiale qui, dégouté par les tendances autodestructrices de l'humanité, décide de construire un voilier solaire ! Il s'agit pour une partie de gens triés sur le volet de fuir une planète vouée à la destruction en partant pour les étoiles !

    Mais très vite, le projet Dernier Espoir rencontre l'hostilité ! De la part des politiques, des religieux et d'une grande partie de la population qui se sent exclue du projet !

    Le roman s'articule en trois parties : les préparatifs en sont le premier mouvement puis c'est el voyage dans l'espace ! Le Papillon des étoiles est gigantesque et embarque le chiffre biblique de 144000 individus  (référence aux Elus après l'Apocalypse !). Très vite, les embarqués modifient l'environnement du vaisseau en créant montagnes, vallées et lacs ! Mais un premier crime a lieu et on doit se résoudre à renoncer à cette utopie en créant des tribunaux ! Enfin, une certaine Satine décide, à la tête d'un groupe, de se rebeller et d'utiliser le Moucheron pour retourner sur Terre !

    Le millénaire suivant à bord de l'arche n'est que guerres et violences et des 144000 voyageurs, on ne compte que six survivants !

    La troisième partie est l'arrivée sur un nouveau monde et là, Werber nous refait le coup du mythe d'Adam, Lilith et Eve ! La boucle est bouclée !

    Voilà ! Que dire de ce livre ? C'est divertissant mais sans surprise ! Quand comme moi, on lit beaucoup, on est en droit d'attendre un peu plus de la littérature ! Pour moi, Werber est plus un journaliste scientifique vulgarisateur qu'un auteur de génie - certes il a de l'inventivité mais son style, pitié !

    Au rayon scientifique, Werber relaie aussi ici les théories de la panspermie - où une des origines possibles de la vie sur Terre !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Maniac Cop - William LustigDans ma famille, quand j'étais encore ado, on a du faire l'acquisition d'un magnétoscope à la fin des années 1980, en 1988 ou 1989 ! Autant dire qu'au début, nous étions tous fan des vidéocassettes du Vidéo Store local ! Parmi les films que nous empruntâmes à l'époque figurait le nanar Maniac Cop, réalisé par William Lustig et sorti en 1988 !

    Maniac Cop ferait aujourd'hui partie de ces films qui sortent "direct-to-video" mais je crois bien qu'à l'époque, il avait effectivement eu une sortie ciné ! C'est un film à mi-chemin entre le thriller et le film d'horreur et qui bascule très vite dans le surnaturel ! En vérité, on peut aussi le classer dans le sous-genre des Slasher Movies - les films de tueurs surnaturels tels Freddy Kruger et Jason Voorhees !

    Le Maniac Cop est un tueur en série qui va semer la panique à New York  ! Il est vêtu d'un uniforme de policier et d'une matraque-épée et arrête les passants à la moindre infraction pour leur faire payer leur délit par la sentence la plus lourde, la peine de mort !  Et on parle de bavures policières !?

    Ceci crée très vite un climat de peur dans la ville et tout le monde en vient à se méfier des vrais flics qui en paient très vite le prix par des dommages collatéraux ! C'est le lieutenant Franck McCrae - joué par Tom Atkins - qui doit attraper le coupable et arrêter la psychose générale ! Notre Maniac Cop est un peu comme le requin des Dents de la Mer en un sens !

    Mais s'agit-t'il d'un malfrat qui se fait passer pour un flic ou d'un vrai flic ? La deuxième hypothèse est la bonne sauf qu'on a affaire à un flic zombie - et qui va être d'autant plus difficile à stopper ! En effet, l'officier Matt Cordell était un policier tombé pour corruption et assassiné en prison par des détenus qu'il avait arrêté et qui l'ont reconnu ! Il se venge donc en quelque sorte du système par-delà la tombe !

    Vous le constatez, le scénario est assez simpliste ! Quantités de mauvais films ont été produits sur cette trame ! Maniac Cop  est un peu au-dessus du lot mais pas de beaucoup ! Un film qu'on regardera un samedi après-midi avec des copains et du pop-corn, ou le samedi soir avec sa copine blottie contre soi ! Bref, vous l'avez compris, surtout un film pour ados !

    Il y eut deux suites, Maniac Cop 2 et 3, respectivement en 1990 et 1993 - mais je ne les ai pas vu, ce premier opus m'ayant suffit !

    "Vous avez le droit de garder le silence !... Pour toujours !"

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La série Homeland continue avec sa Saison 6, en prenant encore de nouvelles directions ! Exit le soldat NicholasHomeland - Saison 6 Brody, mais Carrie Ann Mathison - toujours jouée par Claire Danes - vit de nouvelles aventures, cette fois-ci à New York, quelques années après les événements de Berlin dans la Saison 5 !

    Carrie élève seule sa fille, la petite Franny, qu'elle a eut avec Brody ! Elle veille également sur Peter Quinn, - joué par Rupert Friend - impeccable dans le rôle d'un homme diminué suite à un AVC et son exposition à un gaz neurotoxique ! Mais Carrie qui, si elle a pris sa "retraite" de la CIA, n'est pas totalement retirée des cadres ! Elle œuvre toujours dans un cabinet d'avocats spécialisé dans la défense des citoyens musulmans victimes des abus du Patriot Act sous l'égide d'Otto Düring ! Et elle conseille en secret la nouvelle Présidente élue des Etats-Unis Elizabeth Keane - jouée par Elizabeth Marvel !

    Or Keane veut désengager son pays des actions de guerre au Proche-Orient ! Ce qui ne plaît évidemment pas à la CIA et en particulier à son responsable Dar Adal - joué par F. Murray Abraham. Les services de renseignements vont tenter de la discréditer avant sa prise de serment !

    Pour se faire, des hommes de l'ombre vont instrumentaliser un jeune afro-américain de confession musulmane qui condamne la politique des Etats-Unis - et que le cabinet d'avocats de Carrie va défendre ! Le jeune Sekou explose dans sa camionnette qu'on a piégé !

    Parallèlement, Dar Adal et le Mossad enquêtent sur une possible rupture de l'Accord anti-nucléaire avec l'Iran ! Et Saul Berenson - joué par Mandy Patinkin - a fort à faire ! En réalité, c'est encore un sac de nœuds et c'est le Mossad qui essaie de discréditer l'Iran pour pousser les Etats-Unis à plus de répression contre les Arabes !

    Dar Adal est donc l'ennemi d'une Carrie Mattison qui aimerait réformer la CIA dans cette Saison ! Tous les moyens sont bons pour contrer les héros : désinformations, pression sur Carrie via Franny sa fille, meurtres et assassinats ciblés, diffamation sur le fils mort au combat de la Présidente ! C'est une "guerre" sale !

    Et finalement, même Dar Adal se fait berner par plus extrémiste que lui ! Certains veulent carrément assassiner la Présidente ! Un des héros de la série fera le sacrifice de sa vie pour sauver la Présidente !

    Une série avec un scénario qui est très bien ficelé, avec nombres de rebondissements ! On entre dans le monde de l'espionnage à nouveau avec Carrie Mattison ! On retrouve aussi avec plaisir Robert Knepper, le T-Bag de Prison Break  en militaire vicieux !

    La Saison se termine par un grand nettoyage des services de renseignement, suite à la conspiration. Dar Adal et même Saul Berenson sont arrêtés et Carrie gagne en pouvoir - ce qui augure de nouveaux développements pour la suite - la Saison 7 !?

    Bref, j'aime beaucoup cette série !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les Faux-monnayeurs - André GideLes Faux-monnayeurs est un roman d'André Gide publié en 1925 dans la Nouvelle Revue française, la revue de Gaston Gallimard et qualifié par son auteur comme "son premier roman", les nombreux textes l'ayant précédé étant alors qualifiés par lui de "récits" ou de "soties" !

    Un roman à la construction minutieusement élaborée et réfléchie, voilà ce que sont Les Faux-monnayeurs qui comporte un grand nombre de personnages et de points de vue, une intrigue centrale et des intrigues secondaires ! Gide est alors au sommet de son art véritablement ! Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce roman, beaucoup plus que ses autres textes, en particulier L'immoraliste ou Les Caves du Vatican - dont le meurtre gratuit m'a ulcéré !

    Ce roman mets en scène un écrivain, Édouard, qui s'interroge sur la prétention du genre romanesque à reproduire le monde réel, tout le problème de l'"écriture créatrice" ! Il y a là une mise en abyme, de par là-même la structure de ce roman de Gide qui innove par rapport à l'époque en étant non-linéaire !

    Le thème de l'homosexualité est au cœur de l'action (Gide était homosexuel) ! On a d'une part la rivalité entre les deux écrivains, Robert et Édouard, l'enlèvement d'Olivier ou l'attirance des jeunes gens pour leurs aînés !

    Entrons plus dans le détail si vous me le permettez ! Les personnages de l'intrigue centrale sont Bernard et Olivier, deux amis de lycée, et Édouard, l'oncle d'Olivier désireux de créer un roman unique et innovant, mets qui n'arrive jusque là qu'à créer de "la fausse monnaie", une contrefaçon du monde réel ! Au début du roman, Bernard découvre, en tombant sur des lettres d'amour adressées à sa mère, qu'il n'est pas le fils de son père, Albéric Profitendieu qu'il va alors mépriser bien qu'il soit l'enfant favori de celui-ci !

    Bernard va retrouver l'oncle d'Olivier à la Gare Saint-Lazare après avoir rédigé une lettre d'adieux injuste et tombe sur le journal intime de l'écrivain en s'emparant de la valise de celui-ci. Bernard retrouve alors alors sa grande amie Laura, enceinte de Vincent, frère d'Olivier que ce futur papa a abandonné dans la plus grande détresse !

    Édouard s'amuse de l'épisode de la valise et invite Bernard et Laura à un séjour en Suisse en proposant au jeune homme d'être son secrétaire.

    Pendant ce temps, Olivier, jaloux de Bernard, se laisse séduire par le comte de Passavant, riche, dandy et amateurs de jeunes hommes mais aussi cynique et manipulateur et qui va avoir une influence pernicieuse sur le garçon ! Olivier devient mauvais, sombre dans la dépression et va jusqu'à se saouler au cours d'une soirée d'un club littéraire, les Argonautes, où il se ridiculise, tombe dans la torpeur et est récupéré par son oncle Édouard qui le sauve de plus d'une tentative de suicide !

    Olivier, avec l'accord de sa mère Pauline, va vivre chez son oncle tandis que Bernard finira par accepter Profitendieu comme figure paternelle et laissera Édouard pour en pas prendre la place de son ami Olivier dans le cœur de l'écrivain !

    Voila ! Je vous fais grâce des la demi-douzaine d'intrigues secondaires ! Gide s'essaie ici à reproduire la complexité du monde réel. Concernant la mise en abyme mentionnée plus haut, le personnage d’Édouard, essaie lui-même d'écrire un roman intitulé Les Faux-monnayeurs avec les mêmes intentions que Gide !

    Un très bon roman donc - l'un des meilleurs de Gide à mon avis - pour ceux que j'ai lui ! Je vous le recommande chaudement ! C'est agréable, les personnages sont bien brossés et ça se lit bien !

    Pour finir, je signale qui avec ce billet, cela fait mon 2051ème article si je compte tous les billets différents publiés sur Overblog/eklablog et sur Skyblogs ! La prochaine étape est le 2000ème article à proprement parlé sur Overblog/eklablog qui donnera l'occasion d'un compte à rebours ! 2000 billets, ce n'est pas rien ! Et c'est reparti pour 2000 billets de plus ! On vise les 4000 articles !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les années 2000, alors que le paysage rôlistique commençait à se remettre des attaques de la décennie Le Pic de Malmort - Asmodée Editionsprécédente des Dumas/ Pradel, un jeu dominait toute la scène, le classique Dungeons & Dragons qui s'offrait une superbe troisième édition aux mécanismes bien rodés ! J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de certaines des campagnes qui sortaient alors pour ce jeu de rôles - et il y en avait en quantités ! Il y eut Witchfire, Freeport, Oblivion traduits chez Asmodée Éditions/Siroz mais cette petite boite d'édition fournissait aussi des créations originales ! Comme Le  Pic de Malmort par l'auteur phare de ce milieu, Croc !

    Croc, pour l'avoir aperçu à l'Oeuf Cube, boutique légendaire près de la fac de Jussieu, a un côté rock'n'roll ! On lui doit des jeux comme Animonde, Berlin XVIII, Bitume, Bloodlust, Scales, mais surtout In Nomine Satanis/ Magna Veritas et aussi ce Pic de Malmort conçu pour des personnages de D&D3 de niveau 1 à 3 !

    Un scénario en réalité de facture très classique ! Les héros escortent une caravane de marchands et tombent dans une embuscade tendue par des gobelins ! Ils arrivent ensuite au village de Malmort protégé par l'Ordre du Griffon! Mais bientôt la menace d'une invasion gobeline massive se profile ! Les PJ doivent aller enquêter dans les montagnes où ils découvrent les forces en présence !

    Ce scénario serait parfait pour une initiation si Croc lui avait donné une suite ! En effet, Le Pic de Malmort  est conçu comme le premier volet d'une campagne en plusieurs volets et donc ce livret n'a pas vraiment de conclusion et nous laisse sur des enjeux et une action suspendus ! On en sait pas vraiment ce qui se trame dans l'ombre, le pourquoi du comment !?

    Cela reste une succession linéaire de petits donjons sans grandes envergures ! En même temps, c'est pour PJ de bas niveau ! Hélas, cette "introduction" nous laisse sur notre faim ! On ne retrouve pas non plus l'humour de l'auteur dans ce module qui reste bien sérieux et conventionnel ! Bref du commercial bien formaté !

    J'ai joué ce scénario avec mes joueurs de l'époque, Florian, Cécile, Patrick et Christopher, en 2005, moi comme MJ et ce module n'a pas laissé un souvenir impérissable ! On lui préférera largement des productions comme Retour au Temple du Mal Élémentaire  !

    Passez votre chemin donc ! Circulez y a rien à voir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Vigilante - IremVigilante est un jeu vidéo de 1988, du genre beat them all, développé par Irem sauf pour le territoire des USA où c'est Data East qui le prends en charge ! C'est évidemment à l'origine une borne d'arcade.

    Le monde est devenu un endroit encore plus violent ! La police est débordée par cette violence omniprésente et ce sont les groupes d'autodéfense, les Vigilantes, qui assure la sécurité ! Notre héros est l'un de ces fiers-à-bras, un justicier urbain dont la petite amie Madonna se fait kidnapper par des skinheads ! Il doit donc se porter à son secours et distribuer les mandales à tour de bras !

    En réalité, ce jeu n'est qu'une resucée d'un autre jeu de 1984, le hit Kung-Fu Master du même développeur (je vous renvoie à mon billet sur cet autre jeu !) ! L'action se déroule sur un plan unique - contrairement à Double Dragon, autre jeu de castagne à la même époque qui avait largement ma préférence ! Le joueur est très limité dans ses mouvements puisqu'il ne peut se déplacer que sur cet axe horizontal !

    Les ennemis - des hordes de voyous ! - arrivent par la droite et la gauche et vous disposez de deux types de coup - coups de poings et coups de pieds ! - pour vous en débarrasser. Il est aussi possible de sauter ou de se baisser ! De temps à autre, il vous est permis de ramasser un nunchaku pour encore plus d'efficacité !

    Le jeu se joue en solo mais il est possible d'y jouer à deux ! En fait pas vraiment, car chaque joueur joue à tour de rôle, en alternance !

    Les ennemis arrivent donc en nombre et agrippent à vous jusqu'à ce que vous mourriez - car il font baisser votre jauge de vie ! Ils ont souvent aussi des couteaux, des matraques voire des pistolets. Les mécanismes, vous le voyez, de Kung-Fu Master sont donc repris comme un copier-coller - avec des graphismes certes améliorés ! Et évidemment, il y a a aussi des boss de fins de niveaux ! Et un temps limite ! Il y a cinq niveaux si je ne m'abuse ! Il s'agit de ne pas se laisser déborder !

    Ce jeu connut un certain succès - pour ma part y jouais très peu et essentiellement au bar-tabac Le Havane ! Il fut porté sur différentes consoles et machines de salon, PC-Engine, Sega Master System, Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, Commodore 64 et ZX Spectrum mais je  n'eut accès à aucune de ces versions et ne jouais qu'à la borne d'arcade ! Et comme je vous l'ai dit je préférais Double Dragon, que je maîtrisais mieux et où j'étais champion ! Ah si j'aimais bien la musique de ce jeu sur la borne !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L’Étrange Réveil du Schtroumpf Paresseux est le quinzième album des aventures des petits personnages de Peyo - en fait un recueil de cinq récits de huit pages chacun parus entre avril et août 1990 dans le magazine Schtroumpf !. C'est aussi le aussi le deuxième album de la série-mère des Lutins Bleus édité par Cartoon Creation, la maison d'édition managé par Thierry Culliford, le fils de Peyo, avec l'aide de son père.

    Le point de départ de toutes ces aventures était d'adapter des épisodes de la série d'Hanna-Barbera ! Ce fut Jean-Claude De La Royère qui s'y colla ! Il dessinait les planches au fur et à mesure et les soumettait à Peyo qui apportait tellement de modifications qu'au final, cela ne ressemblait plus au dessin animé américain à succès ! La tâche fut compliquée par les gros problèmes de santé de Peyo qui faisait des crises d'hypoglycémie de plus en plus graves.

    On pourra trouver ces récits un peu ingénus, voire simplistes et enfantin ! C'est à dessein car Peyo ne s'adressait plus à des lecteurs de 7 à 77 ans mais visait désormais les 3 à 4 ans qui apprenaient à lire, comme son petit-fils John.

    Le récit qui donne son titre à l'album s'appelle L’Étrange Réveil du Schtroumpf Paresseux, un temps nommé Le Grand Sommeil du Schtroumpf Paresseux en hommage à Raymond Chandler ! Pourtant, aucun rapport avec le polar ! Le récit lorgne plus vers la logique du CosmoSchtroumpf ! Les Schtroumpfs décident de jouer un tour au Schtroumpf Paresseux en se grimant en petits vieux pour lui faire croire qu'il a dormi 200 ans ! Comme cela, il peuvent le mettre à la tâche ! Mais le Schtroumpf Paresseux découvre le pot aux roses et fait à son tour une farce ! Les choses manquent de tourner mal à base d’élixir de jouvence et d'élixir de vieillissement mais ce n'est finalement que Gargamel qui en fait les frais !

    La seconde histoire se nomme Le Petit Train des Schtroumpfs.Les Schtroumpf Bricoleur bricole une locomoschtroumpf pour aider ses congénères à ramener des vivres de la forêt ! Mais il est connu que les trains se font facilement attaquer, ici pas par les indiens mais encore un fois par Gargamel qui fabrique une déviation de rails ! Mais le Schtroumpf Bricoleur a tout prévu !

    Dans Le Schtroumpf et son dragon, on suit le Schtroumpf timide qui se désole d'être le seul à ne pas avoir de compagnon animal ! Il va alors tomber sur un petit dragon et le ramener au village, ce qui va provoquer des catastrophes en chaîne ! Il se résous alors à le ramener à ses parents ! Heureusement que la famille dragon est là lorsque le pont sur la Rivière Schtroumpf menace de céder suite à de fortes intempéries !

    L'avant-dernier récit nous fait découvrir Les Schtroumpfs pompiers - qui se montrent un peu trop zélés, allant même jusqu'à éteindre la "flamme" du Schtroumpf Poète pour la Schtroumpfette ! Mais ils ont leur baptême du feu lorsque Gargamel - encore lui ! - mets le feu à la forêt ! Heureusement, le Grand Schtroumpf sauve le village grâce à un objet magique !

    On termine avec Une taupe chez les Schtroumpfs  où le Schtroumpf Farceur chipe ses lunettes au Schtroumpf à lunettes ! Les binocles seront bien utiles à nos héros lorsqu'une taupe complétement myope déboule dans le village puis chez Gargamel en lui rendant la vue ! Une fois encore, l'affreux sorcier est le dindon de la farce !

    Voila ! Cet album applique la même recette que l'album précédent L'Aéroschtroumpf avec ses récits multiples et courts ! Peyo passait progressivement la main et son œuvre allait ainsi se pérenniser et lui survivre ! J'ignore encore quelle est la configuration des albums suivants n'ayant jamais mis le nez dedans ! Mais je vous tiens au courant !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les années 1980, outre la vague des blockbusters, voient le retour des films d'aventures avec des œuvres commeA la poursuite du diamant vert - Robert Zemeckis Les aventuriers de l' Arche perdue, Les Goonies ou encore Retour vers le Futur !

    Avant même Retour vers les Futur - et s'inspirant des périples d'Indiana Jones, Robert Zemeckis s'était déjà lancé dans ce genre aventureux avec A la poursuite du diamant vert, film sorti en 1984.

    On y retrouve alors deux stars de l'époque, Michael Douglas, le digne fils de Kirk, et la blonde Kathleen Turner. Ces deux là devaient par la suite se retrouver dans la séquelle Le Diamant du Nil et dans une espèce de comédie acerbe, à contre-emploi de leurs complicités, La guerre des Rose.

    Les deux acteurs forment ici le duo de l'aventurier et de la fille de la ville - configuration que reprendra le film Crocodile Dundee d'une certaine façon !

    On retrouve aussi le truculent Danny de Vito, acteur pour qui pour ma part je ressens une certaine aversion physique !

    Joan Wilder, une romancière, doit rapporter à sa sœur, kidnappée en Colombie, une carte que lui a expédiée le mari de cette dernière peu avant qu'il soit retrouvé mort. Après s'être trompé d'autocar à l'aéroport, elle rencontre un aventurier nommé Jack Colton. Celui-ci devine que la carte décrit la cachette d'un trésor qu'ils vont se mettre à chercher ensemble : le diamant vert.

    La jeune romancière va donc voir sa petite vie rangée bousculée par cette aventure en pleine jungle colombienne !

    De fait, le diamant vert, à l'image des Mystérieuses Cités d'Or, fait partie d'une série de précieuses gemmes à travers le monde, afin de ménager la possibilité de suites. Le Diamant du Nil  prendra d'ailleurs le contrepied de ce présupposé !

    Michael Douglas eut alors un véritable coup de cœur à l'origine pour le scénario de ce film, écrit par Diane Thomas à tel point qu'il devint producteur du projet et offrit une Porsche à la scénariste qui hélas se tua à son bord par la suite !

    Le tournage eut lieu en Amérique centrale et en Amérique du Sud, au Mexique et au Venezuela ! Si ma mémoire est bonne, c'est dans ce film que les deux héros font une époustouflante chute dans la boue en dévalant une pente !

    Kathleen Turner obtint deux récompenses pour son rôle de Joan Wilder, d'une part le Los Angeles Film Critics Association Awards 1984 et d'autre part le Golden Globe 1985.

    C'est une bonne comédie mais un peu passée de mode !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Croire au merveilleux - Christophe Ono-Dit-BiotOn a beaucoup écrit sur le travail du deuil et c'est dans ce domaine que pénètre Christophe Ono-Dit-Biot, dans son roman Croire au merveilleux ! Pour tout vous dire, la fin de ce roman m'a scotché ! C'est maitrisé de haute volée et n'ai rien vu venir - et vais essayer de na pas vous spoiler !

    César est un journaliste qui a perdu sa femme adorée, Paz, dans un accident de voiture et qui ne s'en remets pas malgré la présence de son petit garçon. Alors il décide de mourir et emploie des médicaments pour se suicider...

    Mais il est sauvé au moment ultime par sa nouvelle voisine, une jeune Grecque érudite, nommée Nana ! César est un passionné de littérature grecque et les références parsèment le livre, Hésiode, Homère bien sûr, Platon, Pline-L'Ancien, Pindare et pas mal d'autres !

    Avec Nana et en plongeant dans les mythes, César va retrouver goût à la vie mais c'est bien plus subtile que cela en réalité ! Le jeune veuf découvre toute la famille de Nana, son demi-frère Marcello, Dita sa sœur nymphomane, sa belle-mère, sa nourrice, et son terrible père !

    Le livre est ancré dans les évènements de 2016 ! Le terrorisme islamiste est mentionné, notamment l'attentat de Nice - bien que le mot "Nice" ne soit jamais écrit ! Le monde est-il devenu fou ? Les anciens mythes grecs vont-ils nous sauver ?

    Finalement, Athanis, le terrible père, convoque César sur une petite île grecque au moyen de son avion privé ! Là, le journaliste va comprendre la vraie nature des choses et toute la mythologie grecque est convoqué ! Il en ressort comme après un long sommeil !

    La problématique du roman est "que nous laissent les défunts ?". César se demande si Paz l'aime encore par delà la mort et cherche dans sa mémoire un indice qui lui aurait échappé, une réminiscence pour parler comme Platon. Athanis lui apporte la réponse !

    Le roman se conclut sur une petite ile du Japon, le "dernier pays civilisé" où César a enfin la réponse à sa question.

    Après un début assez convenu, ce livre bien écrit, étonne par sa fin. On bascule en quelque sorte dans le merveilleux ! Même si le procédé utilisé est archi-usé !

    Je vous le recommande particulièrement ! Une sorte de conte !

    Je n'avais pas compris la véritable teneur de ce récit, la nature de ses personnages, pourtant l'auteur avait laissé des indices ! Je ne dois pas assez connaître mes mythes grecs !

    A bientôt !  


    votre commentaire
  • Dark Maul est apparu pour la première fois en 1999, dans l'Épisode I : La Menace fantôme où on le pensait mort à laStar Wars - Dark Maul : Soif de sang fin, coupé en deux ! Mais il est réapparu des années plus tard dans les séries The Clone Wars et Star Wars Rebels. La plupart de ses histoires sur les autres supports, comics et romans sont devenues "Légendes" en 2014 après le rachat par Disney. Toutefois, un récit est resté dans le Canon : Dark Maul : Fils de Dathomir.

    Dark Maul : Soif de sang est un récit de 2015, en cinq parties, scénarisé par Cullen Bunn et dessiné par Luke Ross. Le premier a œuvré sur Superman/Batman chez DC puis sur Wolverine, Magneto, Venom et surtout Deadpool chez Marvel Le second est né en 1977 et s'est fait connaître dans les années 1990 sur la gamme Marvel 2099. Il est en contrat avec la Maison des Idées depuis 2008. Sur Star Wars, chez Marvel, on lui doit le dessin de l'adaptation comics du Réveil de la Force, comics sans grande originalité où il fait le service minimum ! Il est beaucoup plus inspiré sur Dark Maul : Soif de sang !

    L'intrigue de cette BD se passe avant La Menace fantôme. Dark Sidious ourdit ses plans contre la République - pour en prendre le contrôle !  - et contre les Jedi. Mais le Sith a besoin de plus de temps ! Il doit refréner les ardeurs et les instincts de vengeance de son apprenti, Dark Maul qu'il a formé au combat !

    Le début du comics contient de nombreuses références à l'univers Star Wars ! On retrouve les créatures de l'Épisode VII, les Rathtars, la planète Malachor de la série Star Wars Rebels où Sith et Jedi s'affrontèrent jadis ! Par la suite, Cade Bane et Aurra Sing font une longue apparition en hommes de main de Maul ! Et on a aussi droit au nombreux cartels et gangs que l'on voit dans la série The Clone Wars, le Syndicat Pikes, les Falleens du Soleil Noir, etc,...

    Maul va, lors d'une mission pour son maître, apprendre que Xev Xrexus, la dirigeante d'un syndicat du crime, organise la vente aux enchères d'une Padawan qu'elle a capturé suite à un crash ! Les bandits des quatre coins de la Galaxie se rendent à l'événement dans le système Drazkel ainsi que Maul avec ses hommes de main chasseurs de primes (mention spéciale à la créature en forme de moustique suceur de sang !).

    Évidemment, Maul n'a pas les crédits pour remporter l'enchère alors il use de la méthode forte et s'échappe avec Eldra Keitis la Padawan ! Mais la dirigeante du cartel fait exploser une bombe dans le vaisseau du Sith qui s'écrase sur une planète toute proche ! S'ensuit alors des combats entre les chasseurs de primes et les gangs d'un côté au cours d'une chasse à l'homme improvisée avec ticket d'entrée ! De son côté, Maul se débarrasse d'autres bandits avec la Jedi - qui est une Twi'lek au passage - et finit par l'affronter et la tuer, ce qui ne le satisfait pas complétement !

    Le soucis pour Maul est de cacher son identité de Sith lors de ses missions pour ne pas compromettre les plans de Sidious ! En effet, l'apprenti-Sith agit en secret en espérant que ses activités ne viendront pas aux oreilles de son maître ! A cette fin, il élimine tous les témoins ! Mais comme d'habitude, on apprends à la fin que Sidious est au fait de tout et à même tout manigancé comme un test pour le Zabrak ! Il est vraiment retors ce Dark Sidious autant que Dark Maul est sans pitié au combat !

    Avec Eldra Keitis, Maul tuait son premier Jedi ! il récidivera dans le Canon avec Qui-Gon Jinn !

    Un bon album - avec un début sur les chapeaux de roues qui, comme je les dit, enchaîne les références ! Par la suite, le récit est plus attendu et plus classique ! Globalement, tous ces nouveaux comics Star Wars sont satisfaisants ! Certains émettent des réserves toutefois sur la série régulière Star Wars  - qui en cette fin 2017 -  va atteindre son 40ème numéro, lui reprochant de manquer d'unité et de cohérence global - critique que je ne partage pas !

    L'album, chez Panini comics, contient à la fin en bonus un nouveau court récit humoristique - très cartoony ! - de Chris Eliopoulos et Jordie Bellaire, mettant en scène des droïdes, cette fois, les droîdes-sondes de Maul !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Avengers (V3) : Ultron Unlimited - Busiek & PerezJe fais ici régulièrement des chroniques sur les bandes-dessinées que je reçois par le biais de Hachette-collections : Lanfeust, les Schtroumpfs, Bandes-dessinées érotiques, du Star Wars... Mais je suis aussi abonné au "meilleur du comics Marvel" qui dédie des anthologies héros par héros ! Je vais ici vous parler du tome 1, une BD de 1996 par Kurt Busiek au scénario et George Perez au dessin, le Avengers - Volume 3 (V3), numéros 19 à 22, à savoir "Ultron Unlimited" !

    Ultron est une intelligence artificielle crée par le docteur Henry Pym - alors qu'au cinéma, dans le MCU, c'est Tony Stark qui crée Ultron ! Donnant naissance à cet androïde, Pym commit une grave erreur et Ultron va menacer régulièrement l'Humanité qu'il veut éradiquer et remplacer par des machines ! Sa plus récente tentative dans les comics date de "Age of Ultron" et ses paradoxes temporels ! Mais déjà, dans "Ultron Unlimited", comics dont la violence m'a surpris, la maléfique I.A. éradique la population d'un pays entier, hommes, femmes, enfants, un pays balte fictif, la Slorénie !

    Les Avengers vont se mobiliser ! L'équipe, au lendemain de son combat contre Onslaught, l'entité issue du cerveau de Charles Xavier, se compose alors de Captain America, d'Iron Man, de Thor, de la Sorcière Rouge, de Wonder Man, de Vision, de la Guêpe, de la Panthère Noire, de Firestar et de Justice ! Un mystérieux adversaire déclenche des attaques préliminaires contre des institutions publiques (hôpital où est soigné et confiné le Moissonneur, usine des Quinjet, labo de Hank Pym, etc...). Des Avengers sont kidnappés par un ennemi qui s'avère être Ultron !

    Ultron a donné lieu à toute une descendance dont la Vision ! Si Ultron est calqué sur les schémas cérébraux de Pym - avec ses problèmes psychologiques en l’occurrence, la Vision est conçue d'après l'esprit de Wonder Man ! Deux autres I.A., féminines cette fois, ont été conçues : Jocaste et la redoutable Alkhema ! Celle-ci poursuit son propre agenda - en bonne rivale d'Ultron ! - et mène ses propres attaques !

    Les Avengers vont prendre la tête des troupes de l'ONU et mener la contre-attaque en Slorénie contre la population transformé en zombies cybernétiques, des nécro-zombies ! Les pertes seront nombreuses parmi les humains et c'est ce qui m'a surpris dans cette BD pas du tout édulcorée !

    Nos héros vont affronter de nombreuses versions d'Ultron mais finiront pas le vaincre ! Parallèlement, les personnalités des Avengers sont développées ! C'est une règle depuis le premier épisode des 4 Fantastiques en 1961 : à côté de leurs aventures trépidantes, on suit les tracas des héros dans leur vie quotidienne ! Ici, Wanda Maximoff doute encore après sa séparation d'avec Vision, Justice a du mal à trouver sa place dans l'équipe, d'autant qu'il a été blessé et Firestar doit vivre avec une maladie chronique !

    Le scénario remplit sa part du contrat, de même que le dessin de Perez, dynamique et coloré ! Ce volume 3 des Avengers est intéressant à plus d'un titre et démarre bien notre collection Hachette !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Green Beret est un jeu vidéo d'action, de plateformes et de combat, développé par Konami en 1985 sur borne Green Beret - Konamid'arcade ! Il fut adapté par la suite, rapidement, sur diverses machines de salon dont la NES et l'Amstrad CPC ! C'est d'ailleurs sur l'Amstrad CPC que j'y jouais du temps où je recopiais les logiciels illégalement en les dupliquant avec des magnéto-cassettes et en jouant avec l'azimutage de l'appareil avec un petit tournevis ! Il y eut aussi des versions PC, ZX Spectrum, Atari 8-bit, MSX, Commodore 64, Famicom et même pour la délaissée machine française Thomson MO5/TO7 qui équipait les collèges !

    Dans Green Beret, vous incarnez un commando dans un décor en 2D à scrolling horizontal ! Votre soldat américain doit défaire toute une armée soviétique à lui tout seul, armé d'un couteau, mais il peut récupérer des armes secondaires sur les ennemis tels un bazooka et des grenades ! Vous devrez traverser et l'emporter sur six niveaux afin d'éviter une guerre nucléaire !

    Vous devez courir, éliminer les ennemis, grimper aux échelles - dans un jeu qui a la réputation d'être assez difficile en raison de sa maniabilité pas évidente ! Ce n'est pourtant pas le souvenir que j'en ai en ce qui concerne la difficulté !

    Certaines spécificités se rencontre dans le jeu suivant les pays où il a été commercialisé et les versions de machines ! Ainsi Green Beret se nomme Rush'n Attack aux USA - jouant sur le jeu de mots "Russian Attack" - dans un contexte encore de Guerre Froide finissante ! Pareillement, dans la version NES, figurent des bonus inédits comme l'invincibilité temporaire ou le pistolet !

    Green Beret - Konami

    Les décors traversés comportent base de missiles, aéroport, port, forêt, entrepôt et base ennemie !

    Un jeu pas extraordinaire au final et au demeurant assez classique ! Vite joué, vite oublié ! Mais bon, comme je veux être exhaustif dans cette "encyclopédie" des jeux vidéo des années 1980, je vous en parle tout de même !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Star Wars - Clone Wars - Tome 9 : Le Siège de SaleucamiLa série de BD Star Wars, Clone Wars parue entre 2003 et 2005 est sur le point de s'achever avec cet avant-dernier tome avant l'épilogue, "Le Siège de Saleucami" où Ostrander et Duursema mettent un point final aux aventures de Quinlan Vos,le personnage qu'ils ont crée quelques années plus tôt !

    On a vu dans les tomes précédents que Quinlan Vos était engagé dans une sorte de mission d'infiltration auprès de Dooku afin d'identifier et d'éliminer le maître de celui-ci ! Cette mission le fait par ailleurs dangereusement flirter avec le Côté Obscur, notamment lorsqu'il affronte des éléments de son passé sur Kiffu et Kiffex !

    Dans ce tome 9, une grande bataille a lieu, sur le monde de Saleucami entre les clones et les droïdes ! Les troupes républicaines sont menées par la maître stratège Oppo Rancisis. L'intrigue est bien menée et tout es bien lié. Des Jedi et des clones vont encore perdre la vie !

    On est tenté d'établir un parallèle entre les destinées d'Anakin et de Quinlan ! En fait, Quinlan est sauvé par l'amour de sa compagne, la voleuse Khaleen ! Il peut aussi, dans la Bataille de Saleucami, compter sur ses alliés, son maître Tholme, sa Padawan Aayla Secura et aussi l'ex-garde républicain Sagoro Autem - tous ces personnages ayant été savamment introduits dans des récits précédents !

    Il faut dire qu'en face, il y a de l'opposition ! On a en effet affaire aux Jedi noirs Skorr et Sora Bulq, aux assassins Anzati, et aux guerriers nikto Morgukaï dont fait partie le redoutable Bok ! Nos héros vont devoir infiltrer une base séparatiste et combattre tout ce beau monde afin de détruire un canon à ions et cela avant un bombardement !

    Au final, Quinlan Vos mène sa mission à bien et est sur le point de quitter l'ordre Jedi pour vivre avec Khaleen ! Hélas, l'Ordre 66 ne tardera pas à survenir ! On ne sait pas ce qu'il advient de Vos par la suite, hormis un récit isolé avec un jeune Han Solo ! Si Quinlan est cité dans l’Épisode III - "Maître Vos combat sur Boz Pity" - l'abandon de l'Univers Étendu a un peu relégué son sort aux oubliettes ! Mais comme le canon actuel puisse souvent des idées dans l'Univers "Légendes", on ne sait jamais !?

    Côté dessin, Jan Duursema est toujours au meilleur de sa forme ! C'est nerveux, dynamique et coloré ! Une aventure agréable qui se lit d'un trait !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On revient aux plus belles heures du Club Dorothée, dans les années 1990 qui virent une déferlante des mangasDragon Ball Z - Saison 2 - Episodes 40 à 79 (Akira publié chez Glénat) et des animes (Dragon Ball et sa suite Dragon Ball Z, Les Chevaliers du Zodiaque ou Ken le Survivant !).

    La Saison 2 de Dragon Ball Z - avec son générique emblématique et la chanson chantée par Ariane ! - va nous amener progressivement à un degré de plus dans l'échelle des dangers que vont affronter Son Gohan et ses amis ! C'est en effet cette Saison 2 - qui s'étend des épisodes 40 à 74 et sous-titrée la Saga Namek - qui plante le décor pour la Saison 3 - intitulée, elle, la Saga Freezer.

    Son Gohan, Krilin et Bulma se rendent en capsule spatiale sur la lointaine planète Namek afin de récupérer un autre lot de Dragon Balls pour ressusciter ceux qui ont péri lors du combat contre Végéta et Nappa ! Durant ces événements de la Saison 1, Piccolo Jr - et donc le Tout-Puissant ! - ont en effet succombé et donc la Terre n'a plus de Boules de Cristal ! Il reste à se rabattre sur celles de Namek qui est en réalité la planète d'origine de Piccolo Jr et du Tout-Puissant qui sont donc des extraterrestres au même titre que Son Goku et Végéta !

    Il est prévu que Son Goku, qui a décidé de s’entraîner dans une capsule à forte gravité, les rejoigne plus tard ! Mais en attendant, nos trois amis vont faire une mauvaise découverte sur Namek ! En effet, un tyran de l'espace, celui-là même qui a anéanti la planète des Saiyans, est sur place et recherche aussi les Boules du Dragon ! Il s'agit de Freezer dont la puissance dépasse tout !

    Son Gohan et Krilin décident alors avec sagesse d'éviter la confrontation directe du moins tant que San Goku ne les a pas rejoints ! ils vont néanmoins de voir faire face aux lieutenants de Freezer, Dodoria et Zabon, et à ses hommes ! La force des lieutenants de Freezer n'est elle-même pas négligeable mais nos trois héros vont pouvoir compter sur un allié improbable et de circonstances, Végéta, remis de ses blessures, anciennement au service du tyran Freezer mais qui a décidé de le doubler et de mettre la main sur les Dragon Balls avant lui !

    Nos héros vont aussi trouver des alliés parmi le peuple Namek, en effectif réduit, et qui se fait massacrer par Freezer et ses troupes ! Ainsi un très vieux Namek et le jeune Dendé leur apportent leur aide !

    Finalement Son Goku finit par arriver à son tour sur la planète ! Il était temps car Freezer a appelé en renfort le Commando des Forces Spéciales ou Commando Ginyu dont chaque membre possède des facultés spéciales comme arrêter le temps ou permuter de corps ! Cette troupe d'élite est au passage un hommage et une parodie des séries sentai avec des super-équipes de héros au postures très chorégraphiées, telles les séries Bioman et Power Rangers  !

    Cette Saison introduit aussi des appareils déjà vus dans la Saison 1 : les détecteurs de puissances qui se portent comme des lunettes et permettent d'évaluer les forces en présence ! Par la suite,cette idée sera abandonnée, les puissances des protagonistes ayant tendance à s'envoler !

    A la fin de cette Saison, Son Goku se retrouve dans une cuve de "bacta" et Freezer décide de prendre les choses en main personnellement, son armée s'étant faite décimée ! Une fois encore, on se trouve dans le cas de figure devenu récurrent dans cette série où les alliés du héros doivent tenir bon le temps que le héros récupère et vienne à la rescousse !

    Une bonne Saison qui monte en puissance en attendant l'éblouissante "Saga de Freezer" ou Saison 3 dont je vous parlerais plus tard !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Bonjour à toutes et tous !

    Je vous livre une nouvelle fournée de citations pour briller dans les soirées ! Sachez en apprécier toute la "substantifique moelle" ! Ces phrases contiennent en peu de mots de brillantes idées et des vérités fulgurantes ! Elles sont issues de mes lectures !

     

    Des Citations à foison - XVI - Automne 2017

    • Oscar Wilde

    « Il y a deux drames dans la vie, celui de ne pas obtenir ce que l’on désire, et celui de l’obtenir  »

     

    • « Quelle est la définition d’un pessimiste ? Un pessimiste est un optimiste bien informé ! ».

     

    • Martin Heidegger

    « Dès qu’un homme naît, il est assez vieux pour mourir ».

     

    • Michel de Montaigne

    « J’aperçois ma vie si brève en temps que je veux l’étendre en poids. »

     

    • José Ortega Y Gasset

    « La vie prend son sens lorsqu’on en fait une aspiration à ne renoncer à rien. »

     

    • Henry David Thoreau

    « La plupart des gens désirent plus avoir des vêtements à la mode […] qu’avoir la conscience nette. »

    • Denis Diderot 

    « Le premier pas vers la philosophie, c’est l’incrédulité. »

    • Thomas Edison

            « Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration. »

    • Honorius d’Autun

    « L’exil de l’homme, c’est l’ignorance ; sa patrie, c’est la science. »

    • Emmanuel Kant

    « Un haut degré d’ambition change des gens raisonnable en fous qui déraisonnent. »

    • Francis Bacon ; De la Vérité

    « La curiosité, le savoir et la foi en la vérité sont le bien souverain de la nature humaine. »

    • Albert Einstein

    « Dieu fait de nous des mortels immortels. Nous créons ensemble des œuvre qui nous survivent ».

    • Jean-Luc Godard

    « Quand le roman sera mort, la société technologique nous dominera complétement. »

    Je vous souhaite un bon week-end et vous dis à bientôt !


    1 commentaire
  • Après l'expulsion des Hyksos, et tandis que les Égyptiens découvrent de nouveaux animaux tels les chevaux et de nouvelles techniques militaires, commence la période du Nouvel Empire ! C'est une période faste et glorieuse avec des figures telles que Hatchepsout, Akhenaton, Toutankhamon ou encore Ramsès II !

    L’Égypte est alors une des grandes puissances de la Méditerranée orientale. Elle développe des relations avec ses voisins, les Hittites, les Mitanniens, ou encore les Assyriens. En témoigne une touche orientale dans l'art égyptien !

    Les XVIIème et XVIIIème dynasties égyptiennes - Le début du Nouvel Empire

    Au départ, il y eut trois souverains qui contribuèrent à l'expulsion des Hyksos qui avaient dominé la Deuxième période intermédiaire : Séqénenrê Taâ qui périt au combat,  Kamôsis qui avança avec ses troupes  jusqu'au Delta du Nil et Avaris, la capitale de l'ennemi, sans parvenir à la conquérir et Amôsis qui finit par triompher ! Les deux premiers appartiennent à la XVIIème dynastie mais le troisième inaugure la XVIIIème dynastie et le Nouvel empire !

    C'est aussi à cette période que les figures de reines égyptiennes apparaissent. On a en effet deux personnages qui règnent de concert, un roi et sa reine, même si celle-ci se fait plus discrète que Pharaon ! C'est ainsi que l'on rencontre les femmes de pouvoir que sont Tétishéri,, sa fille Iâhhotep et sa petite-fille Ahmès-Néfertari. Une véritable lignée féminine parallèle à celle des hommes !

    On n'est toutefois pas certain de la filiation de ces rois et de ces reines ! On a longtemps cru que Tétishéri était la mère de Séqénenrê-Taâ et la grand-mère de Kamôsis et Amôsis. Sa fille Iâhhotep aurait été la femme du premier Séqénenrê-Taâ et la mère de Kamôsis et Ahmès-Néfertari (mère d’Aménophis Ier), qui étaient non seulement frère et sœur mais aussi époux ! Mais une autre hypothèse pose que Néfértari aurait pu être l'épouse de Séqénenrê-Taâ et la mère de Kamôsis qui lui-même aurait été le père d'Amôsis, père et fils mariés tous les deux à des reines nommées Iâhhotep ! On estime qu'on ne connaît même pas la moitié de l'Histoire de l’Égypte ancienne à l'heure actuelle alors des découvertes sont toujours possibles pour lever les zones d'ombre !

    Quoiqu'il en soit, Tétishéri exerça une influence positive et importante dans le domaine politique, renforcée par sa grande longévité ! Elle assista en effet à l'ensemble du processus d'expulsion des envahisseurs Hyksos de Séqénenrế à Amôsis. Après ces événements, elle apparaissait encore au côté de son petit fils lors de rituels pour la réhabilitation du culte de Mentou à Thèbes. Iâhhotep prit le pouvoir à sa suite après avoir assuré la régence de son fils Amôsis, pendant l'adolescence de celui-ci.

    Puis ce fut la fille de Iâhhotep, Ahmès-Néfertari qui accéda au pouvoir et prit les titres de Grande Épouse et de "Deuxième Prophète d'Amon" et de "celle qui commande la Haute et Basse-Egypte". Elle aussi vécut longtemps et notamment durant le règne de son fils Aménophis Ier où elle exerça encore une influence non négligeable !

    Avec la mort de Ahmès-Néfertari, s'éteignit une lignée de femmes aux rôles importants ! Tétishéri contribua à expulser les Hyksos, Iâhhotep parvint à mener la réorganisation politique du royaume après la réunification du pays et enfin Ahmès-Néfertari se consacra à la réorganisation religieuse de l’Égypte !

    L'expulsion des Hyksos se déroula en plusieurs temps. D'abord, il y eut la conquête de Memphis suivit de celle d'Héliopolis puis de Tjarou (Silé) en l'espace de quelques mois. Après le siège et le pillage d'Avaris, les Hyksos se réfugièrent à  Sharouhen, ville de la côte cananéenne dont le siège dura trois ans avant qu'elle ne tombe à son tour ! Le Pharaon ne cessait de repousser et de poursuivre ses ennemis plus au nord et s'arrêta à la frontière syro-palestinienne, sur les terres phéniciennes ! L'influence des Égyptiens sur ces terres  devait mettre plusieurs siècles à s'estomper.

    A Amôsis allait succéder Aménophis Ier ! Le règne du premier dura de - 1550 à - 1525 avant J.C, date à laquelle son fils, Aménophis Ier monta sur le trône !

    Mais nous verrons cela une prochaine fois !

    A bientôt !

    (Source : "Histoire et civilisations - Tome 2 : L'Empire égyptien")


    votre commentaire
  • Solomon's Key - TecmoLes premiers jeux vidéo de l'histoire avaient un graphisme plutôt dépouillé et il fallait avoir de l'imagination pour se représenter un vaisseau spatial, un cow-boy, un magicien dans quelques amas de pixels ! Pourtant Solomon's Key, jeu de plateformes/stratégie/réflexion, édité par Tecmo en 1986 sur bornes d'arcade et à partir de 1987 sur des machines de salon, réussissait assez bien à vous mettre dans la peau de Dana, un petit sorcier armé d'un bâton magique !

    Avec son bâton magique, Dana peut créer ou détruire des blocs de pierre ! Son objectif est de mettre la main sur la Clé de Salomon (titre d'un ouvrage ésotérique dans le monde réel !) pour libérer le monde des démons qui l'ont envahi !

    Grâce aux blocs, Dana se crée un chemin jusqu'à la clé - qui ouvrira la porte de sortie de la pièce ! - en évitant les démons si possible !

    Pour trouver la clé avant le délai imparti, notre petit héros - qui ressemble à un ancêtre de Link de Zelda avant l'heure, peut aussi envoyer des boules de feu sur les démons ! Il recouvre aussi sur son chemin des objets qui lui confèrent des bonus, vies supplémentaires ou révélation d'une pièce cachée ! Les démons, eux, peuvent détruire les blocs, les contourner ou cracher du feu !

    J'ai joué à ce jeu à l'époque sur Amstrad CPC - où la version de cette machine comporte 20 niveaux - contre 50 pour la version NES / Nintendo !

    Solomon's Key - Tecmo

    Il vous faudra doser vos efforts, poser des blocs aux bons endroits, gérer les monstres intelligemment, récupérer les bons bonus au bons moments car le chrono joue contre vous !

    La difficulté va de moyenne à ardue pour un jeu qui se révélait hautement addictif ! J'ai encore la musique de ce jeu dans la tête 30 ans après ! Solomon's Key connut une suite où il faut éteindre des flammes avec des blocs de glace mais à laquelle je n'ai jamais joué !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Ça y est ! Si on mets de côté la série spin-off, Fear the Walking Dead, je suis à jour sur la série The Walking Dead ! Je pourrais donc aborder sereinement le premier épisode de la Saison 8 le 22 octobre 2017 ! Auparavant, la Saison 7  - qui compte les 16 épisodes habituels depuis la Saison 3 ! - s'est révélée très mouvementée !

    Souvenez-vous ! La Saison 6 nous avait laissé sur un cliffhanger haletant et intenable ! Rick Grimes - toujours joué par Andrew Lincoln - a pris la tête de la Communauté d'Alexandria, venait juste de nouer des contacts avec une autre communauté, la Colline mais découvre avec stupeur et horreur qu'un groupe nombreux, puissant et violent,  fait régner sa tyrannie sur ces différents îlots de civilisation !

    Les "Sauveurs" vont se révéler un problème ! Rick pensait avoir réglé le problème en abattant un certain nombre de ces hommes mais n'avait en fait réduit qu'un "avant-poste" ! Nos héros, alors qu'ils tentent d'amener Maggie voir son obstétricien à la Colline, se retrouvent acculés par les Sauveurs et se confrontent à Negan - joué magistralement par Jeffrey Dean Morgan qui décide de sévir et de faire un exemple ! L'homme à la batte se sert alors de "Lucille" pour massacrer un des héros ! La Saison 6 se clôt ainsi sans qu'on sache qui trépasse !

    The Walking Dead - Saison 7

    Et surprise, ce n'est pas un mais deux de nos compagnons d'apocalypse qui meurent ! L'un des deux étant même présent depuis le début de la série ! Le groupe est choqué et Rick se soumet à Negan ! La Saison montre comment les Sauveurs rançonnent Alexandria ! Rick essaie bien de satisfaire Negan mais de nouvelles personnes vont mourir du côté des gentils !

    De plus Negan a mis la main sur Daryl et Dwight se voit charger de le briser pour en faire un homme du Sanctuaire - le domaine des Sauveurs ! Le maître de "Lucille" réquisitionne aussi Eugène le peureux dont il a perçu les talents !

    Pendant ce temps, Morgan et Carole découvrent le Royaume, la communauté d'Ezékiel, qui dirige ce peuple paisible avec Shiva, un tigre à ses côtés ! Ezékiel a aussi un accord secret avec Negan mais les Sauveurs exigent là aussi de plus en plus !

    Alexandria, la Colline, le Royaume, les Sauveurs,... Le monde des survivants ne cesse de s'agrandir ! Quatre communautés et ce n'est pas fini puisqu'il faut aussi compter avec les Enfants de la Décharge - Garbage Kids en VO - et les Femmes du Rivages !

    Rick va décider que cela ne peut plus durer et fomenter une rébellion contre Negan en scellant des alliances ! De son côté, Maggie, éprouvée par la perte d'un être cher, prends les rênes de la Colline et Morgan et Carole convainquent Ezékiel d'une alliance avec Rick !  Les Garbage Kids se joignent aussi à la coalition - mais sont-ils fiables ? Et nos héros "empruntent" des armes à feu à la Communauté du Rivage, Negan ayant confisqué le moindre pistolet !

    La Saison se termine sur une bataille entre l'alliance des héros et une partie des Sauveurs dans l'enceinte d'Alexandria ! Negan prends la fuite et rassemble alors ses nombreuses troupes pour la guerre qui aura lieu dans la Saison 8 !

    On constate que la problématique des Rôdeurs passe un peu au second plan derrière les conflits entre communautés d'humains ! En effet, les héros savent désormais gérer les zombies et pensent à l'avenir !

    Cette série a aussi un petit côté Far-West avec une Humanité qui repart quasiment de zéro ! Le thème et le culte des armes à feu est très présent depuis le début de The Walking Dead car il ne faut pas oublier que le droit de porter une arme à feu est un droit de base des USA !

    La série a pris au final une nouvelle direction, suit vaguement la trame générale du comics - mais pas dans le détail des événements où on ne compte plus les différences !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Si l'Histoire nous est à peu près connue, la Préhistoire demeure bien plus difficile d'accès - ne serait-ce que, par Le Paléolithique - Boris Valentindéfinition, elle ne nous a pas laissé de traces écrites ! C'est le travail d'une partie de l'archéologie, la paléontologie, de lever le mystère sur ces temps reculés !

    On trouve d'excellents petits manuels dans la collection "Que sais-je ? " et notamment un ouvrage sur Le Paléolithique par Boris Valentin, maître de conférences dans ce domaine à la Sorbonne. En quatre chapitres, concis mais documentés, il nous dresse un état des lieux de la discipline qui étudie le paléolithique !

    Notre Histoire documentée doit remonter à 6000 ans mais auparavant, pendant trois millions d'années, les hommes ont vécus sans agriculture, ni élevage. Les sociétés préhistoriques ont des cheminements divers tandis que les hommes subissent des évolutions anatomiques : les hominidés et parmi eux les homininés avec le genre Homo. Surgissent du fond des âges les Homo habilis, australopithèques, Homo ergaster, Homo erectus, Néandertaliens, Cro-Magnon et Homo sapiens. Le genre humain va essaimer en Asie et en Europe à partir de l'Est Africain. Mais longtemps, les principaux sites de fouilles de la discipline sont restreints à l'Europe - en particulier au Sud-Ouest de la France, Espagne et aussi en Allemagne.

    Qu'exhument ces sites de fouilles ? Des pierres taillées, silex, bifaces, microlithes, premiers outils de l'humanité qui montrent des capacités intellectuelles et manuelles supérieures à celles de nos cousins les singes et servent essentiellement à la boucherie, la découpe de la viande. De charognard, l'homme va devenir chasseur - avant bien plus tard de se lancer dans l'agriculture qui constitue la Révolution Néolithique et l'entrée dans l'Histoire avec la formation de communautés, de villages, d’États centralisateurs et d'archives écrites ! Mais on s'en doute, toutes ces "traces" demandent un travail de reconstruction et d'interprétation - bien ardus ! - pour livrer tout leurs secrets ainsi que des précautions de conservation !

    Le Paléolithique se découpe en sous-périodes : Ancien, Moyen et Récent, avec pour ce dernier d'autres subdivisions comme Aurignacien, Gravettien, Solutréen, Epigravetien, Magdalénien, Azilien, etc, nommées en fonction de sites de découvertes !

    Deux chapitres du "Que sais-je ?" nous parlent des hypothèses et des méthodes des chercheurs, dans une recherche qui devient de plus en plus interdisciplinaire : paléontologues, ethnologues, climatologues (qui étudient périodes glaciaires et interglaciaires !), , géologues, spécialistes de l'anatomie, de la faune et de la flore etc,... Parmi les méthodes, une des plus connues est celle du Carbone 14 ! Mais l'auteur insiste bien que la datation des fossiles est une tâche délicate et que plus on remonte dans le temps, moins on trouve de sites exploitables !

    La Paléontologie ne s'est véritablement constituée qu'au début du XIXème siècle - soit 200 ans et on a droit au dernier chapitre à un rapide survol de l'histoire de la discipline avec des noms comme Boucher de Perthes, Mortillet (et son système de classification en période), Teilhard de Chardin,  l'abbé Breuil, André Leroi-Gourhan, ou encore Yves Coppens ! D'autres noms ponctuent cette histoire, Cuvier, Lamarck, Darwin et des théories et paradigmes comme le fixisme, le transformisme lamarckien ou le Néo-Darwinisme ! On mentionne aussi des institutions comme la Société préhistorique de France - fondée en 1904 - où l'Institut de Paléontologie humaine, crée à Paris en 1910.

    Évidemment toute cette recherche sur le passé de l'Homme a suscité des oppositions en particulier de l’Église car contredisant le récit de la Genèse !

    Voila ! Encore une fois je résume à grands traits ! La Paléontologie est évidemment une discipline ardu et le Paléolithique une période avec de nombreuses évolutions et péripéties ! Mais ce "Que sais-je ?" peut être un excellent point d'entrée dans une étude de cette période à titre d'autodidacte !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Highlander III - Andrew MonahanLa franchise Highlander, avec ses ambiances punk et gothique, possédait un potentiel intéressant ! Des immortels qui se combattent à coup d'épées, la nuit venue, pour rester le dernier en lice! Ca promettait des aventures se déroulant à diverses époques !

    Mais force est de constater que c'est parti en vrille ! Avec les séries-télé mais en fait dès le deuxième film, Highlander, le retour, cet univers n'a cessé d'accumuler les incohérences ! Il faudrait un story-group comme pour Star Wars !

    Le troisième film, intitulé sans surprise, Highlander III - avec le sous-titre en anglais,  The Sorcerer, sort en 1994, sous la réalisation de Andrew Morahan ! C'est une coproduction franco-canado-britannique.

    Comme l'opus précédent, le second film mentionné plus haut avait été un flop, enoutre détesté par les fans - et qui posait que les Immortels étaient en fait des extra-terrestres venus de la planète Zeist, le troisième opus efface les évènements de Highlander, le retour d'un coup de gomme scénaristique et repart sur de nouvelles bases ! La recette classique, le héros Connor MacLeod affronte un nouvel ennemi immortel dans un duel en un contre un ! Pour infos, je n'ai pas vu le deuxième opus !

    Le Kurgan n'était donc pas le dernier adversaire ! Au début du film, au XVIème siècle, Connor est au Japon et recherche un maître ! Il rencontre l'Immortel Nakano qui lui enseigne une partie de ses connaissances. Mais un autre Immortel, Kane, entouré de deux acolytes est sur la trace de Nakano ! Le méchant du film décapite le vieux sage et le Quickening qui s'ensuit provoque l'effondrement de la grotte où a eut lieu le combat ! Kane et ses deux sbires se retrouvent enterrés ! MacLeod repart.

    Au XXème siècle, Kane refait surface lorsque des fouilles archéologiques extraient les décombres de l'éboulement. Kane se mets alors à la recherche de MacLeod qui vit désormais à Marrakech avec son fils adoptif John ! Kane est un redoutable adversaire, sans pitié qui a en outre recours à la magie et aux illusions ! Un défi pour notre héros !

    Un film divertissant si on n'est pas trop exigeant ! C'est globalement décevant et du niveau d'un épisode de série-télé, la franchise se déclinera par la suite sur petit écran avec Duncan MacLeod ! Au casting, on retrouve notre Christophe Lambert national, un acteur qui a beaucoup été dénigré sur son jeu et plus discutable sur son strabisme mais qui demeure quelqu'un de généreux et un peu enfantin ! Le méchant, lui, est interprété par Mario Van Peebles.

    Ce troisième film, aux allures de clip, fut éreinté par la critique !

    A bientôt !  


    votre commentaire
  • ExistenZ  est un film de science-fiction de David Cronenberg, sorti en 1999, la même année que le premier Matrix et EXistenZ - David Cronenbergqui comme le film des Wachowski traite des réalités virtuelles ! Mais l'approche de Cronenberg est moins ragoutante que celle de l'univers de Néo, puisque dans EXistenz, on trouve des Game Pod organiques et des pistolet d'os et de chair qui projettent des dents !

    Le film se déroule dans un futur proche, où une géniale conceptrice de jeux, Allegra Geller, a inventé une nouvelle génération de produits vidéoludiques qui se connecte via des cordons ombilicaux directement sur le système nerveux des individus. Hélas, lors de la séance de présentation du jeu EXistenZ, un fanatique cherche à la tuer. C'est alors un jeune stagiaire en marketing, Ted Pikul, qui est chargé de la protéger. S'engagent alors une série d'aventures autant dans le monde réel que dans l'univers trouble et dérangeant du jeu !

    Allegra Geller est interprétée par Jennifer Jason Leigh et Ted Pikul par Jude Law ! On retrouve aussi au casting Ian Holm, Willem Dafoe et Don McKellar !

    EXistenz est en lui-même un film assez nébuleux et difficile à suivre ! Comme il ne dure qu'une heure et demie, tout va très vite ! Les Game Pod organiques "cultivés" à partir de batraciens sont assez immondes à voir et tout cela est assez sale en lui-même. Le récit est au final assez angoissant et le but est de nous faire douter tout du long du film sur ce qui est réel et ce qui ne l'est pas car quand la simulation devient aussi convaincante que la réalité, qu'est-ce qui nous dit que le réel est bien le réel ?

    En "réalité", tout le film, dès la première seconde, se déroute dans un univers virtuel et lorsque le fondu final survient, on n'est pas sur d'être revenu dans le réel ! Ce film est donc comme un "rêve éveillé" - ou plutôt un cauchemar ! Un conflit oppose les tenants de la "technologisation" de l'être humain et les "Réalistes" ! C'est donc paradoxalement un jeu sur un thème "anti-jeu" ! Et il y a plusieurs niveaux de simulation qui fait qu'on ne sait donc jamais si on est revenu dans le réel ! On est là aussi dans une vertigineuse mise en abyme ! Et si la réalité n'était qu'une simulation ?

    Cronenberg enfin joue avec les codes des jeux vidéo - personnages et actions stéréotypés, boucles d'actions jusqu'à ce que le joueur prenne la "bonne décision", cinématiques, passages de niveaux !

    Le côté angoisse est renforcé par le côté film d'horreur - avec de la tripaille exposée - le film est interdit aux moins de 12 ans ! Les joueurs d'ExistenZ laissent enfin libre cours à leurs pulsions - au fond comme le joueur de FPS !

    Ça reste un bon film mais légèrement bizarre et décalé comme souvent chez David Cronenberg !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Star Wars - L'Encyclopédie visuelleOn avait déjà eu droit aux Visual Dictionnaries pour les différents films Star Wars - toutes trilogies comprises ! On a désormais le Star Wars - L'Encyclopédie visuelle - qui est une sorte de récapitulatif des éléments de cet univers de space-opéra si riche qu'est la Saga crée par George Lucas - et reprise par Disney ! Mais la forme est légèrement différente ! en effet, c'est un peu ici à des inventaires à la Prévert auxquels on a droit ! Je vais y revenir...

    Tous les films sont couverts, de l’Épisode I à l’Épisode VII, Rogue One et les séries The Clone Wars et Star Wars Rebels - donc ça n'inclut évidemment pas l'Univers "Légendes" mis de côté et les romans, comics et jeux vidéo de l'Univers Canon !

    Le guide en question est abondement illustré avec "plus de 2500 images" ! L'ouvrage comporte cinq parties : Géographie, Nature, Histoire, Culture et Science et technologie.

    Dans la section "Géographie", on passe en revue les différentes zones de la Galaxie qui sont désormais bien connues : Noyau, Bordures Intérieure, Moyenne et Extérieure, Colonies, Espace Sauvage et Régions Inconnues ! On nous propose des photos des planètes, on passe en revue les lunes et les astéroïdes. La géographie physique avec les types de climats et de géologie est également abordée.

    La Section "Nature" présente les créatures, animaux, plantes, bref les écosystèmes mais aussi les types de peuples, aliens etc, suivant le type là encore de milieux ! C'est dans cette section que vous retrouverez les rancors, banthas, tauntauns, éopies et d'autres créatures moi connues comme le roggwart, le blixus, le ginntho ou encore le milodon ! Je vous renvois par ailleurs à l'autre ouvrage Star Wars : Le Bestiaire !

    La partie "Histoire" revient donc sur la chronologie des événements de la Galaxie, les trois guerres (Guerre des Clones, Guerre Civile Galactique, Nouvelle Guerre entre la Résistance et le Premier Ordre). On nous présente surtout les organisations et les factions : Jedi, Sith, Sénateurs, Séparatistes, les diverses armées (Clones, Stormtroopers,..), les syndicats du crime, etc,...

    L'avant-dernière section est également bien fournie puisque dans la rubrique "Culture", on nous présente tous les différents items de la vie quotidiennes ! Cela va des vêtements, des armures, des casques, des bijoux, des instruments de musique ou de la nourriture, en passant par les sacs, les cannes, les jeux de sociétés et les loisirs, l'art, les design d'intérieurs ! La liste est longue et c'est abondement illustré !

    Star Wars - L'Encyclopédie visuelle

    Le livre se conclut avec la section "Science et technologie" ! C'est là qu'on trouvera toutes les armes, les sabres-lasers, les blasters, mais aussi les véhicules, vaisseaux spatiaux, walkers, les droïdes de différents types (de guerre, de protocole, astromécanos, médecins,...).

    Un très beau livre mais je regrette un peu le côté inventaire et catalogue ! Ce n'est en fait qu'une longue énumération d'objets ! J'aurais aimé un peu moins d'illustrations et un peu plus de textes explicatifs !

    Mais c'est du tout bon et un ouvrage de référence !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'ai déjà eu l'occasion de vous dire, qu'avant même d'avoir ma première console Vidéopac, j'ai découvert les jeux vidéo dans le bar-tabac de mon parrain, Serge, au début des années 1980 ! Ces machines à pièces très archaïques mais addictives, les bornes d'arcade !

    Berzerk est l'un des jeux de cette époque, sorti en 1980, et réalisé par Alan McNeil, pour la firme Stern Electronics, société de Chicago spécialisée dans les flippers !

    Ce jeu s'inspire d'une série de nouvelles de SF, The Berzerker Stories de Fred Sabehagen où des robots venus des profondeurs de l'espace veulent éradiquer la vie sur Terre ! Le jeu qui en découla fut un énorme succès avec plus de 50000 bornes produites ! Par la suite, il devait être adapté sur Atari 2600, Atari 5200, Atari 8-bits et Vectrex, en 1982 et 1983 ! Comme pour les jeux à succès d'alors, des clones furent produits : Robot Attack et Talking Android Attack ! Et une suite, Frenzy, en 1982 !

    Déjà, en 1980, le monde du jeu vidéo suscitait des polémiques ! Comme pour Mortal Kombat plus tard, Berzerk fut accusé de promouvoir la violence ! Deux cas de morts subites devant la borne d'arcade n'arrangèrent pas les choses ! On se méfie toujours de tout ce qui est violent !

    A quoi se résume Berzerk ? Vous incarnez un humain qui doit traverser des labyrinthes infestés de robots tueurs si possible en éliminant tous ces androïdes ! Il y a différents types de robots, de différentes couleurs en réalité, qui tirent plus ou moins de projectiles, sont plus ou moins rapides et prompts à vous poursuivre ! Ce jeu peut aussi être vu comme un précurseur de Xybots, jeu en 3D de 1987, développé par Atari Games ! On retrouve aussi des humains aux prises avec des robots dans ce soft plus tardif - et on voit les avancées rapides de la technologie ! Dans Berzerk, jeu en 2D, les graphismes sont basiques et la vue est de dessus !

    L'une des innovations du jeu est la présence de voix de synthèse, parmi les premières dans ce domaine ! Vous tremblerez à la voix de "The humanoïd must not escape" ou encore "Intruder Alert ! Intruder Alert !" !

    Votre humanoïde progresse à travers les labyrinthes, dégommant les robots avec son laser ! Toutefois, il a un temps limité car bientôt se pointe l'indestructible "Evil Otto", une espèce de boule/tête qui rebondit et dont le contact est mortel ! Le contact avec les murs électrifiés est de même mortel !

    Un bon petit jeu qui réveille la nostalgie chez tous les quadragénaires qui ont grandit avec les jeux vidéo ! Il fut l'objet de maints référencements dans des œuvres de la pop-culture ! Dans le domaine de la musique notamment (Buckner & Garcia, Richard D. James, etc,..) ou à la télévision, dans des séries-télé (My Name is Earl, Futurama, The Simpsons, etc,...) !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • rs : Poe Dameron - Tome 3 : La tempête approcheLa série Star Wars Poe Dameron continue sa publication chez Panini avec ce tome 3 intitulé "La tempête approche" et qui contient les issues US #8 à 13 !

    Précédemment, on a suivi les aventures de Poe Dameron sur la piste de Lor San Tekka et Luke Skywalker sur Ovanis et Megalox Béta ! On rencontrait ainsi un nouvel antagoniste de nos héros, le perfide Terex, du Bureau de la Sécurité du Premier Ordre. Ce tome 3 nous permet de découvrir le passé de ce vilain !

    Poe part sur une nouvelle mission ! En effet, un des droïdes du réseau d'espions - pardon, d'"agents" ! - mis en place par C3PO posséderait des informations sur la position du Suprême Leader Snoke... Il s'agira donc de rapatrier ce droïde depuis Kaddak sur la Bordure Extérieure. Problème: il y a un traître dans l'Escadron Black et Poe en est très contrarié !

    Parallèlement, on revient sur le passé de l'agent Terex, peu après la fameuse Bataille décisive de Jakku ! Celui-ci rejoint des membres de la pègre et monte son propre gang, les Rancs ! Or ceux-ci opèrent depuis Kaddak ! Ce n'est nullement un hasard car en réalité cette histoire d'informations sur Snoke est un traquenard tendu par Terex pour découvrir l'emplacement de la base de la Résistance !

    Mais Poe flaire le piège et découvre dans le même temps l'identité du traître ! Un combat a lieu au dessus d'une planète puis à sa surface tandis que l'Escadron Black débarque en renfort ! Au passage, un des amis de Poe, Temmin "Snap" Wexley, fournit un coup de main à son leader en activant le programme de personnalité de Sac d'Os, son vieux droïde commando qu'on a déjà pu voir à l’œuvre dans le roman Riposte ! Mine de rien ce nouvel univers Canon tisse des liens entre ses différents supports et ses multiples récits ! Il faudra cependant du temps pour que cela atteigne la complexité - et le foutoir ? - de l'ancien UD estampillé désormais "Légendes" !

    Terex est mis en déroute et même sanctionné par ses supérieurs ! Hélas, l'Escadron Black ne s'en tire pas non plus indemne et perds un de ses membres au combat !

    Voilà ! Au départ, je n'étais pas trop fan de cette série Poe Dameron, et n'en attendais à vrai dire pas grand chose, n'aimant pas trop le personnage du pilote de la Résistance que je trouvais trop insipide ! Mais en réalité, c'est plutôt une bonne surprise que ces récits bien menés dans une série qui se prolonge et atteint désormais la vingtaine de numéros aux USA ! Et progressivement, nous allons arriver aux événements du Réveil de la Force !

    Évidemment, c'est encore Charles Soule qui est au scénario et Phil Noto au dessin - et ils remplissent le contrat !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Palme d'Or à Cannes en 1987 qui fut décerné à Maurice Pialat pour son film Sous le soleil de Satan déclencha Sous le soleil de Satan - Maurice Pialatbien des polémiques, le "milieu du cinéma" plébiscitant davantage Les Ailes du Désir de Wim Wenders pour la récompense suprême !

    Mais Pialat l'emporta sous les sifflets et fit savoir à ceux qui le conspuaient qu'il avait les mêmes sentiments pour eux !  Yves Montand, le président du jury d'alors - qui avait voté pour Pialat à l'unanimité, justifia son choix par la recherche d'un cinéma exigeant, d'une oeuvre pas d'un abord facile mais qui précisément portait le 7ème Art à un autre niveau, plus élevé ! Comme les "films de Godard ou de Resnais" !

    De quoi s'agit-il dans ce film adapté d'un roman de Georges Bernanos de 1926 ? Le propos est élevé et carrément métaphysique ! Donissan est un jeune prêtre - interprété par Gérard Depardieu - qui voit le Mal au quotidien à travers les confessions de ses ouailles ! Par ailleurs médiocre élève au séminaire, s'infligeant des séances de mortification, il est en proie au doute et s'en confesse à l'abbé Menou-Segrais - joué par Maurice Pialat lui-même ! Depardieu incarne un homme d'église avec un jeu d'acteur tout en sobriété ! Le jeu des acteurs est par ailleurs excellent dans un film tout en discours - peut-être trop verbeux ?

    Parallèlement, on suit Germaine Malhorty -  dite Mouchette !  - interprétée par Sandrine Bonnaire, une jeune fille de 16 ans, fils d'un gros brasseur de cette région du Nord, qui cherche à échapper à son père et à sa famille, oscille entre mythomanie et chantage au suicide et multiplie les amants dont le marquis de Cardignan, un noble ruiné, et le député Gallet, un médecin marié. Une fille sans repères, qui se cherche et a tout de la pécheresse !

    Mouchette va commettre un meurtre en assassinant d'un coup de fusil, à moitié par accident son amant le marquis ! Elle se confie à Gallet qui ne la croit pas, la pense à demie-folle et lui rappelle que l'enquête a conclut à un suicide ! Mouchette va alors vivre dans le désespoir et la culpabilité

    Bien évidemment, la route de Donissan va croiser celle de Mouchette ! Se rendant à un rendez-vous, dans une autre paroisse, à travers la campagne, Donissan n'arrive jamais à destination, rencontre un inquiétant personnage qui n'est autre que Satan - un peu à la manière de Jésus dans le désert pour cet abbé en voie vers la sainteté ! Le Diable propose à Donissan de se connaître lui-même - et quelques autres vérités sur le monde et les hommes ! Mais le jeune abbé résiste ! Plus loin, le prédicateur rencontre Mouchette et dans un moment de quasi-omnisciente que lui a conféré Satan, voit "claire en son âme à travers son corps" ! Il a alors la vision de son crime et ressens sa culpabilité et se décide à l'aider ! Mais il n'en a pas le temps car quelques heures plus tard, Germaine se saisit d'un rasoir et s'ouvre la carotide !

    Ce film - je n'ai pas lui le roman de Bernanos - est donc aussi un film sur la liberté et le déterminisme, sur la grâce et le Péché originel ! Ce sont des thèmes sous-jacents !

    Donissan est alors nommé curé d'un autre hameau et est alors considéré comme un saint homme ! Un paysan vient alors le chercher pour veiller son jeune fils tout juste décédé d'une méningite fulgurante ! Donissan, investit d'une mission et d'un pouvoir divin, ressuscite alors l'enfant puis meurs quelques heures plus tard dans le confessionnal de sa paroisse !

    Un film plutôt désespérant et démoralisant ! Donissan a en effet la vision que le monde n'est que désespoir et que Satan a gagné et "a le monde entre ses mains" ! Donissan, pourtant saint, n'hésite donc pas à blasphémer !

    Un film très profond donc, pas d'un abord facile - on décroche parfois ! - mais une œuvre qui a de ce fait un riche contenu ! A voir ne serait-ce que parce qu'il a obtenu la Palme d'Or !

    L'édition DVD chez Gaumont contient deux disques avec de nombreux bonus !

    A bientôt !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires