• XIII Mystery - Tome 1 : La Mangouste - Meyer & DorisonIl est fréquent désormais, dans le monde de la BD,  qu'une série iconique se voit attribuer des séries dérivées - un peu comme pour la mode des spin-offs avec les séries-télé ! On pourrait multiplier les exemples ! On a ainsi les nombreuses séries dans le monde de Troy, Blueberry, Spirou ou Lucky Luke dont on nous raconte la jeunesse, ou au contraire Alix dont on nous relate les vieux jours...

    Jean Van Hamme est un habitué de ces procédés ! En effet, sa série Thorgal a donné lieu à toute une série de récits sur Kriss de Valnor ou sur Louve. Sa série emblématique XIII  n'y échappe pas ! Le premier cycle des aventures de l'Amnésique le plus célèbre de la BD s'étant terminé, Van Hamme et son acolyte Vance se sont accordés un répit. Mais en réalité, le second cycle était déjà en chemin et entre les deux moments, nos artistes ont décidé de produire des épisodes de "transition", qui exploreraient les chemins de traverses et dont les rênes seraient confiés à des scénaristes et des dessinateurs choisis et n'ayant pas l'habitude de travailler ensemble. Le résultat n'était pas garanti !

    La série principale XIII  compte environ une centaine de personnages dont certains ne font que des apparitions fugitives. Il s'agit de développer ces individus dans des récits annexes qui viendrait apporter un nouvel éclairage à la trame principale. Parmi ces personnages, il y a en a un particulièrement fascinant qui ouvre cette série dérivée qui s'appelera XIII Mystery. Le Tome 1 est en effet consacré à la Mangouste, assassin sous contrat particulièrement aguerri et professionnel, qui ne rate - presque ! - jamais sa cible !

    A première vue, ce personnage nous semble froid et dépourvu de sentiments, et dans cet album qui ouvre la série, le scénariste Xavier Dorison (connu notamment pour Le Troisième Testament) nous livre un récit brillant ou notre méchant fait même preuve de sentiments moraux ! On se surprendra même à prendre son parti quand on découvrira les motivations qui ont fait de lui un tueur et aussi le fait que dans l'affaire Sheridan, on a voulu le doubler ! Au dessin, on retrouve Ralph Meyer - dont le style me rappelle par moments un peu celui du grand Jean Giraud/Moebius  -  toutes proportions gardées !

    Tout commence après-guerre, en 1947, dans une Allemagne ravagée où un menuisier, Herr Weber, emploie un apprenti, le jeune Schreiner, 13 ans, et recours aux service de Hans, dit "La Mangouste", un tueur sous contrat formé dans les commandos d'élite de la Wehrmarcht et qui le débarrasse de soldats russes un peu trop autoritaires. Suite à cela, le jeune garçon part pour l'Amérique afin d'être mis à l'abri mais peur après Herr Weber est arrêté par la Stasi et son crime contre l'Armée Rouge est découvert !

    Schreiner va devoir graisser la patte de la Stasi et pour cela va se mettre sous la tutelle de Hans, lui aussi aux Etats-Unis qui va lui apprendre tous les trucs du métier de tueur et notamment l'origine de son sobriquet de "Mangouste" !

    Devenu un jeune homme puis un adulte, l'ex-apprenti menuisier devient un tueur à gages accompli et on suit son évolution. Puis, vers la fin du récit, Kim Rowland croise sa route et lui propose d'assassiner le président William Sheridan. Cet assassinat qui s'inspire fortement de celui de J.F.K. mets en jeu un second tireur comme pour Kennedy. Et notre protagoniste principal a été doublé ! Son entourage le paiera cher !

    En réalité, tout ceci nous est raconté en flashs-backs, sauf la fin qui nous ramène au début du tome 1 de la série XIIII lorsque l'Amnésique échoue sur une plage.  Celui qui va reprendre le pseudonyme de Mangouste raconte son existence à Kim Rowland au large des côtes sur un navire dont il a tué tout l'équipage de gens peu fréquentables. Puis, la Mangouste se voit proposé un contrat sur XIII à la fin !

    Ce premier tome de XIII Mystery est très surprenant ! C'est son attachement à deux figures paternelles et de mentor qui ont fait de la Mangouste ce qu'il est et cela apporte beaucoup de nuances au personnage. C'est de plus très finement exécuté et on ne peut qu'être ému à la fin de cette lecture comme Van Hamme dit qu'il le fut dans une introduction au volume en lisant/découvrant la travail des deux artistes qu'il avait désigné, Dorison et Meyer ! Le passage de flambeau le temps de cet album est donc parfaitement  réussi et cette série dérivée démarre de la meilleure des façons ! Toutefois, il etst utile de bien se rappeler l'intrigue et le contexte de la série mère pour apprécier certains moments clés de ce récit hors flashs-backs !

    Bref, j'ai beaucoup apprécié cette lecture de grande qualité et il me tarde de découvrir les albums suivants ! Le Tome 2 est sur "Irina" et la série XIII Mystery  compte à ce jour - février 2019 ! - déjà 13 tomes, le dernier paru fin 2018 étant consacré à Judith Warner !

    Par la suite, Xavier Dorison et Ralph Meyer ont continué leur collaboration sur la série Undertaker !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'ai déjà eu l'occasion sur mes blogs, par le passé de chroniquer plusieurs des romans d'Eliette Abécassis, que ceClandestin - Eliette Abécassis soient ceux qui exposent ses origines sépharades ou un roman plus commercial comme Le Palimpseste d'Archimède. Ca se lit facilement, c'est élégamment écrit mais je trouve qu'il y manque le souffle d'un grand auteur !

    Clandestin est un autre de ses romans - assez court ! Il a été publié en 2003 - donc ca date un peu ! Et pour ma part, l'ai lu vers la fin des années 2000 - entre 2007 et 2009, je ne sais plus très bien !?

    C'est l'histoire d'une jeune femme - alter-égo de l'auteure ? - dont la route croise un jour celle d'un clandestin, lors d'un voyage en train ! On nous dresse alors le portrait de l'un de ces êtres déracinés - pour des raisons politiques ou/et économiques, toujours en errance et jamais en sécurité !

    Mais, on a en réalité trois voix dans ce roman : le migrant, la jeune femme et la narratrice qui est distincte de la femme ! Cette femme n'est donc pas vraiment  l'incarnation de l'auteure et l'on retrouverait plus cette dernière dans la voix de la narratrice

    La narratrice ne peut alors s'empêcher de ressentir de l'empathie pour ce jeune homme et nous donne en cela une leçon d'humanité ! Ce "problème" est d'autant plus prégnant en 2019 alors que l'on assiste à de nouvelles vagues de migrations sans précédents en Europe depuis 2 ou 3 ans - voire un peu plus et que la xénophobie ne semble pas diminuer ! Les réponses à ces défis et difficultés sont bien évidemment politiques et on ne peut que constater la grande lâcheté de nos dirigeants à l'heure actuelle !

    Mais la part de la géopolitique est très peu présente voire totalement absente dans le récit d'Eliette Abécassis ! C'est surtout le rapport entre deux êtres de passages qui se croisent brièvement ici ! Cela pourrait-il évoluer vers une romance (on a un homme et une femme dans l'équation !) ? Ce n'est pas vraiment le sujet !

    La narratrice explore la psyché et les motivations des deux protagonistes ! La femme semble moins crédible car elle est en réalité un rouage de l'administration qui "donne la chasse" aux clandestins, ceux-ci, sans papier, devant fuir constamment la police !

    Un roman édifiant, à la fois un peu psychologique et politique et qui n'évite pas les clichés ! Le "gentil migrant" et l'odieuse administration qui broie les individus...

    Ce roman ne m'a pas laissé un souvenir impérissable notamment par son parti-pris ! On peut, comme l'auteure, comme la narratrice montrer de la compassion envers les migrants, vouloir les aider, il n'empêche que ce n'est pas la solution ! Il vaudrait mieux se demander pourquoi ces pauvres gens s'exilent volontairement de leurs pays et faire en sorte d'améliorer la situation chez eux ! Ne plus piller les ressources de ces pays, voire arrêter de carrément les bombarder ou encore ne plus entretenir des républiques bananières avec des petits dictateurs ! Plutôt que de les faire bosser en Europe pour enrichir là- encore de gros capitalistes !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Secret Warriors (2017) - Matthew RosenbergSecret Warriors est une série de comics publiée par Marvel qui a connu plusieurs incarnations. A l'origine, il s'agissait de Surhumains réunis par Nick Fury dans le contexte de l'event "Secret Invasion" et de la Guerre contre l'HYDRA. Déjà, dans cette première "team", on retrouvait la jeune Daisy Johnson alias Quake que les fans de la série-télé Marvel's Agents du SHIELD connaissent bien ! En 2017, la série est relancée mais ne durera que 12 numéros, faute de succès au rendez-vous, scénarisée par Matthew Rosenberg et mis en images par une brochette de dessinateurs secondaires (à ce sujet, j'aime beaucoup le style graphique de l'artiste Javier Garron !). On est cette fois dans le contexte de "Secret Empire" !

    Le dénominateur commun des deux séries est donc Daisy Johnson ! On a cette fois une équipe d'Inhumains. Lors du déroulement de "Secret Empire", l'HYDRA, menée par un Captain America maléfique, a pris le contrôle des Etats-Unis et mets les sujets de Flèche Noire et Médusa dans des camps ! De jeunes Inhumains se rassemblent et on a donc Quake, Miss Marvel (notre chère Kamala Khan !), Dante aka Enfer, Moon Girl et son Devil Dinosaur et aussi Karnak, dernier membre présent de la Famille Royale Inhumaine !

    On a trois arcs dans cette courte série : "Rebâtir le Monde", "Quand les ennuis commencent" et "Sinistre Machination". Notre équipe de héros est sur la défensive, obligée de prendre la fuite, pourchassée par les troupes de l'HYDRA menées par Mister Hyde, le père de Daisy, puis décide de contre-attaquer en délivrant les prisonniers dans les camps. Ils se lancent aussi à la recherche d'un jeune garçon, appelé Leer, qui est en fait le fils de Karnak et qui est un "Survolteur de pouvoirs" !

    Quake et ses compagnons vont croiser la route du Fauve Noir, ce McCoy d'une autre dimension ainsi que des X-Men, retranchés dans la nouvelle cité de New Tian ! Magik/Illyana Raspoutine va se joindre au groupe.

    On explore les motivations des héros et tous ne sont pas d'accord sur le moyen de parvenir à leur fin. Daisy voit-elle uniquement ses alliés comme des pions sacrifiables ? L'empathie de Miss Marvel va-t'elle lui jouer des tours ? Dante est-il trop naïf et manipulable, Karnak trop calculateur et froid ? Moon Girl saura-t'elle utiliser son intelligence phénoménale pour  surmonter les problèmes ?

    L'intrigue tourne autour des tentatives de Karnak, de Moon Girl et de Mister Sinistre de régénérer/reconstituer les Brumes Terrigènes ! Enlèvements d'enfants Inhumains, manipulations génétiques remplissent le récit qui se poursuit après la résolution de "Secret Empire" !

    Une série qui a quelques bonnes idées mais n'a pas rempli ses promesses ! On sent un potentiel bridé ! Ce qui explique sans doute que ce comics n'a pas rencontré son public. Il est intéressant pour les nouveaux personnages qu'il développe davantage dans le cadre des efforts de Marvel de ces dernières années pour renouveler le cheptel de ces super-héros !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Marseille est un haut-lieu de la scène rap et un vivier de talents dans les traces du groupe IAM ! C'est ainsi qu'en 2004, Akhenaton découvre le jeune Samir Djoghial, à peine âgé de plus de 20 ans qui allait entamer une carrière sous le nom de L'Algérino !

    Ce jeune artiste - qui a désormais pas loin de la quarantaine ! - est, comme l'indique son nom de scène, d'origine algérienne ! Il est né le 2 mai 1981 et est un ami d'enfance des deux autres rappeurs forts attachants, Soprano et Alonzo. Une carrière musicale s'ouvre donc à lui au cours des années 2000, pourtant à l'origine, après un baccalauréat scientifique, notre homme se detine à des études d'ingénieur à forte dominante mathématiques. L'Algérino va donc à l'encontre de tous les clichés qui voudraient que les jeunes des banlieues où les jeunes issus de l'immigration du Maghreb soient tous en échec scolaire bien que sans doute victimes de "délits de faciès" et de préjugés ! Mais qui n'est pas victimes de préjugés dans notre "belle société française" qui se rassure en classant les gens dans des cases, les immigrés, les femmes, les handicapés, les gros,etc...  Mais bon, je digresse !

    Revenons à la musique ! Les débuts de notre artiste sont donc liés à la scène marseillaise, notamment aussi les Psy 4 de la rime ! En 2018, il en est déjà à son huitième album ! Mais le CD qui nous intéresse aujourd'hui (que j'ai emprunté à Rico mais ai finalement écouté sur Youtube car mon voisin ne prenant pas soin de ses disques, son album grésille !) est le second album, Mentalité Pirate !

    Mentalité Pirate sort en 2007 et se place sous les signe des écumeurs des mers ! L'Algérino se pose-t'il en pirate barbaresque, entre Alger et Marseille ? Il faut bien évidemment y voir aussi une allusion au hacker, à celui qui copie de la musique ou livre des morceaux sur la scène "Underground" ! Jack Sparrow aussi n'est pas loin !

    Le morceau emblématique de cet opus qui en constitue aussi l'ouverture et en donne le ton - et le single extrait qui a eu le plus d'écho ! - est "L'Envie de Vaincre" ! Une volonté de partir à l'abordage de la scène rap !?

    Au niveau des thématiques, rien de nouveau sous le soleil ! L'Algérino chante la rage d'une certaine jeunesse mise à l'écart, dans une "société pourrie", qui ne jure que par l'argent, néglige l'humain, et le chanteur retrace aussi des "parcours de vie" - à titre d'illustrations - avec des titres comme "Fleur Fanée"  ou "Entre 2 Flammes" ! "Le Chant des Pirates", lui, sonne comme un hymne et un cri de ralliement !

    Au niveau des sons, c'est assez mélodieux, on sent le travail ! L'inspiration est là ! Au total , 15 titres sur le CD plus une reprise live de "Entre 2 Flammes" ! C'est péchu, ça dénonce, bref, ça fait le taff ! Et c'est très ancré autour de Marseille ! Avec des titres comme "L'Enfant de Marseille" ou "Impact 13" !

    Quelques featurings à signaler sur cet album, l'un avec Alonzo et l'autre avec SINIK !

    Parmi les titres, on a aussi "Petit Bateau" (toujours la thématique pirate !), "Le Chant des Braves"  (qui fait écho au "Chant des Pirates"), "Game Over", "L’Étendard" (encore un ralliement ?), "Johnny Hama", "Venga Venga", "Liberté Conditionnée" ou encore "L'Autoroute de la Vie" !

    Est aussi abordé à plusieurs reprise la question de savoir ce que l'on va léguer comme héritage, aussi bien collectivement aux générations futures qu'individuellement à nos propres enfants !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Lorsqu'il lanca le personnage de Wolverine - Serval en VF ! - dans les pages de The Incredible Hulk #180 et 181, en 1973, Roy Thomas ne se doutait pas qu'il créait là un des personnages qui seraient parmi les plus populaires de Marvel et du comics-book ! En effet, depuis, le héros griffu a intégré l'équipe des X-Men (dès l'année suivante, 1974) puis a commencé à avoir ses aventures solo au début des années 1980 ! Il fait de plus parti de quasiment tous les films X-Men et a eu plusieurs longs-métrages à son nom !

    Logan est un être complexe ! Mutant de son état, il possède un pouvoir auto-guérisseur, des griffes et le Programme Arme X lui a greffé un squelette en Adamantium ! Très vieux car né à la fin du XIXème siècle, ce personnage bourru a une longue expérience de la Nature Humaine et se montrer en réalité très empathique ! Il est de fait, comme la plupart des héros Marvel, un individu parcouru par ses contradictions et exposé à ses faiblesses, la sienne étant de devoir lutter contre une sorte de seconde nature animale !

    En 2009,  Wolverine se confronte à son ancienne alliée devenue ennemie, la célèbre Raven Darkholme plus connue sous le nom de Mystique, une Métamorphe qui ne cesse de trahir tout le monde ! Dans ce récit scénarisé par Jason Aaron (un des Architectes de la Maison des Idées - qui officiera aussi sur Thor, Hulk, plus récemment sur les Avengers et sur Star Wars !) et dessiné par Ron Garney, Logan traque la vilaine fille entre l'Iran et l'Aghanistan car celle-ci a encore trahi les X-Men lors des événements liés au "Complexe du Messie" !

    La traque ne s'avère pas aisée car Mystique utilise tous les subterfuges, s'abrite derrière d'innocents civils, n'hésitant pas à tuer une jeune femme afghane et à faire porter le chapeau à celui qui la chasse ! Elle instrumente aussi les Marines américains ! Cette histoire a la guerre contre le terrorisme islamique en toile de fond et on comprendra ainsi aisément le climat de violence qui s'en dégage ! Le dessin nerveux de Garney sert aussi bien l'intrigue !

    Le scénariste nous emmène, de nos jours, à Téhéran, aux Montagnes de Safed Koh et donc en Iran, en Afghanistan et à la frontière syrienne mais aussi, au cours d'un flash-back (le passé riche de notre héros s'y prête !) à Kansas City en 1921 ! A cette période du passé, Logan avait déjà un contentieux avec Raven car celle-ci dirigeait un groupe de voleurs et autres vides-goussets mais a fini par trahir tout le monde ! Ca c'est terminé dans un bain de sang pour la fine équipe ! Cette super-vilaine a la trahison dans la peau !

    Pour être complet, ce récit qui a pour titre "Cible Mystique" - et a été publié en 2009 donc - couvre les issues 62 à 65 de Wolverine (vol.3) et a été republié il n'y a pas si longtemps en tant que Tome 3 de la Collection Hachette "Le Meilleur des super-héros Marvel" ! Je vous laisse le lire pour découvrir ce qu'il adviendra à la retorse et fourbe Mystique !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Même si je me suis tourné à 30 ans vers la littérature, puis les sciences humaines, ma formation initiale est scientifique (Baccalauréat D) ! J'éprouve un vif intérêt pour l'épistémologie en général et il est possible que je travaille dans ce domaine lorsque je commencerais ma période "doctorats" ! Nous allons maintenant nous intéresser à Pierre Duhem qui est un physicien, chimiste, historien et philosophe des sciences à cheval sur le XIXème et le XXème siècle ! Je l'avais étudié en seconde année de Licence de Philo !

    Quelle est la tâche de la science ? A-t'elle pour but d'expliquer le monde ? De chercher les causes des phénomènes ou simplement de les décrire ? Quelle est la part de la théorie par rapport à l'expérimentation dans tout cela ? Dans son essai, La théorie physique, son objet, sa structure, Pierre Duhem apporte des éléments de réponse !

    C'est Francis Bacon, le chancelier britannique, qui a posé, avant Descartes, les fondements de la science moderne, basée sur l'induction et l'expérience reproductible ! Plus tard, d'autres ont lié théorie et expérience, comme travaillant de concert  !
     
    Duhem arrive à une époque où la Physique dont on pensait qu'elle avait déjà tout découvert est sur le point d'accomplir sa double révolution quantique et relativiste ! La science pour lui ne doit pas rechercher les causes profondes qui se cachent sous ce qu'on observe ! La théorie n'est jamais qu'un moyen de classer les lois mises à jour par l'expérimentation. La théorie est appelée à avancer et à refouler comme les vagues mais globalement, la marée monte !

    Chercher à expliquer le monde revient à considérer des entités invisibles et à recourir à la métaphysique. On sait que dans la philosophie, les racines de l'arbre de la connaissance sont la métaphysique, son tronc la Physique et ses branches la morale ou l'éthique. Si la Science veut réellement être universelle, elle doit renoncer à la métaphysique qui comporte nombre de chapelles !
     
    L'"erreur" de Galilée, qui fit qu'il fut condamné par l'Église est d'avoir présenté sa théorie héliocentrique comme une "Explication" du monde, contredisant les Écritures qui faisaient alors encore la loi. Si l'imprudent savant avait présenté son œuvre comme un simple moyen "technique" de représentation, un "outil" permettant de s'affranchir des épicycles, il aurait éviter bien des désagréments !
     
    La science progresse-t'elle en accumulant des données empiriques ou en commencant par rechercher des explications, des théories ? Duhem cite les théories de la lumière de Descartes comme franchissant instantanément les distances, très vite invalidées par la suite alors que ses lois de la dioptrique, sur la réfraction, donc expérimentales, elle sont toujours valables !
     
    Puis, dans l'Histoire des Sciences, on eut Newton et ses Principes mathématiques de la philosophie naturelle où le grand scientifique dessine les lois de la gravité mais déclare ne pas en chercher les causes ni se risquer en hypothèses !
     
    Au chapitre suivant, Duhem exhume une distinction du philosophe Pascal qui classe les esprits en deux catégories : d'une part les esprits forts et étroits - qui ont une grande puissance d'abstraction mais ne sont pas capables d'englober la totalité du réel - et d'autre part, les esprits faibles et de grande amplitude qui brasse quantités de faits et de donner mais ne pensent pas la théorie et les concepts abstraits ! De là découleraient deux types de savants : d'abord les Français qui conçoivent des systèmes et des théories, s'appuient sur la raison et ensuite les Anglais qui procèdent de manière empirique, se basent sur l'imagination et fabriquent des modèles mécaniques ou mathématiques. La vieille dichotomie entre Francis Bacon et René Descartes, je dirais ! C'est aussi pour cela que la Révolution industrielle s'est développée plus tôt au Royaume-Uni car les ingénieurs sont davantage dans les faits bruts et les données  que les théoriciens du Continent, Français ou Allemands ! Ce chapitre est très intéressant et c'est un aspect qui se vérifie auquel je n'avais jamais pensé !
     
    Une théorie physique est donc un ensemble de propositions logiquement enchaînées, qui ne proposent pas une explication du monde, ne plongent pas dans la métaphysique et permettent de classer un ensemble de lois ! Dans une seconde partie, Duhem s'attarde sur la structure de la théorie physique.
     
    Notre savant-philosophe commence par expliciter les notions de qualité et quantité. En effet, la science physique mesure à priori des quantités et transforment aussi des qualités en quantités. Elle utilise les mathématiques mais pas à la façon d'un géomètre car la Physique est en effet mal assurée et ses données tirées des expériences ne se suivent pas avec la même netteté que les théorèmes et leurs corollaires. La Physique est donc purement quantitative et a les mathématiques comme instrument, avec la logique.
     
    Avec les mathématiques, la Physique établit des relations entre des symboles algébriques. Et à ce stade, notre science est dépendante de la précision des appareils de mesure ! Ainsi, une loi de la Physique sera opérative avec telle précision de mesure mais pas avec des précisions plus fines.
     
    Ceci nous amène, avec Duhem, à établir qu'une théorie et ses lois ne sont jamais définitives ! Elles sont affinées au cours du temps en les comparant avec les données des expériences ! Ces protocoles expérimentaux ne sont jamais neutre et pour les comprendre, il faut avoir assimiler les prérequis apportés déjà par des théories en amont ! La théorie est indispensable pour interpréter les phénomènes ! Ainsi, le fait scientifique et expérimental se distingue du fait de sens commun en ce sens qu'il est plus précis et chargé de données ! Une théorie/une loi n'est ni vrai ni fausse mais elle correspond, est validée ou pas par les faits empiriques.
     
    Ainsi, on affinera l'énoncé d'une loi en englobant de plus en plus d'exceptions et de cas particuliers expérimentaux dans cet énoncé. Duhem donne l'exemple de la loi sur les gaz parfaits qui a tenu ensuite compte de l'influence de l'électricité et du magnétisme.
     
    Une loi de la Physique ne repose jamais entièrement sur l'induction et la théorie et l'intuition jouent leurs rôles. Duhem prends l'exemple de la gravitation pour montrer qu'une théorie ne surgit jamais du seul génie d'un homme fut-il Newton ! C'est un long processus de maturation d'idées qui s'affinent au cours du temps et qui planent dans l'air d'une époque.
     
    Voilà ! Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce livre mais reviendrais assurément sur ce domaine qu'est l'Épistémologie à l'avenir car je veux en faire un de mes sujets de recherche ! Le livre se conclut sur deux annexes où Duhem parle de sa biographie personnelle et de son rapport à la foi qu'il veut bien distinct de son rapport à la science. Et aussi sur la "valeur de la théorie physique" !
     
    Personnellement, j'ai trouvé cette lecture très enrichissante et ça reste accessible à un lecteur un peu initié à ces problématiques !
     
    A bientôt !

    votre commentaire
  • Comme vous ne le savez peut-être pas, j'habite dans un Foyer/Résidence où nous organisons chaque mois un Atelier Cuisine avec nos encadrants ! Mais récemment, nous avons reçu la visite d'une jeune stagiaire qui prépare un BTS de Conseillère en Éducation Familiale, dénommée Pricilia !
     
    Dans le cadre de son stage, Pricilia a mené une action "Information à l'équilibre alimentaire" - en gros, il faut manger varié, dans les 7 groupes d'aliments, en limitant les graisses et les sucres ! Dans la prolongation de cette séance, la jeune femme nous a proposé deux Ateliers Cuisine supplémentaires, cette fois à nos domiciles ! Ai participé à ces deux soirées où on devait inviter nos voisins et néanmoins amis, selon nos affinités et partager autour de bons repas équilibrés ! Ces deux soirées eurent lieu fin janvier et début février 2019, à une semaine d'écart !
     
    Le premier repas avait lieu chez Nathalie P. et étaient invités moi et mon autre voisin, Eric.T (dit Rico, vous savez le gars qui me prête des CD musicaux !). Rico étant indisposé, il ne fit ni les courses, ni la cuisine avec nous et nous rejoignit seulement pour manger (malin le Rico !). Nous étions bien évidemment encadrés par Pricilia, aussi présente à ces deux soirées !
     
    Pour ce premier repas, nous avions en entrée, une simple salade composée d'une laitue mélangée à du bon fromage de chèvre ! En dessert, une toute aussi simple salade de fruits ! Pourquoi faire compliqué ! Pour le plat principal, ce furent de délicieuses farfalles à la carbonara ! Pricilia, Nathalie et moi, nous nous activions donc aux fourneaux !
     
    Je crois avoir déjà donné la recette des pâtes à la carbonara dans le cadre de ces billets "Ateliers Cuisine" mais la redonne ici !
     
    Pâtes à la carbonara
     
    Ingrédients
    500 g de pâtes
    50 cl de crème fraîche
    3 jaunes d'oeuf
    1 pincée de sel
    Poivre
    250 g de lardons "selon préférence"
    1 oignon
     
    Temps total : 20 minutes
    Préparation : 10 minutes
    Cuisson  : 10 minutes
     
    Étape 1
        Cuire les pâtes dans un grand volume d'eau bouillante salée.
    Étape 2
        Émincer les oignons et les faire revenir à la poêle. Dès qu'ils ont bien dorés, y ajouter les lardons.
    Étape 3
        Préparer dans un saladier la crème fraîche, les œufs, le sel, le poivre et mélanger.
    Étape 4
        Retirer les lardons du feu dès qu'ils sont dorés et les ajouter à la crème.
    Étape 5
        Une fois les pâtes cuite al dente, les égoutter et y incorporer la crème. Remettre sur le feu si le plat a refroidi.
    Étape 6
        Servir et bon appétit !
        Vous pouvez également agrémenter votre plat avec des champignons.
     
    Nous passâmes une excellente soirée, contents et repus !
     
    Le repas suivant réunissait votre "serviteur", avec Damien L. chez Jean-Marie L. Cette fois, c'était moi qui avait une bonne excuse pour ne pas faire la cuisine ! En effet, ces soirées - les deux ! - se déroulaient dans la tranche horaire 17 heures - 20 heures et cette seconde fois, il se trouva que j'avais cours à la fac jusqu'à 18 heures et il me fallait une heure pour rentrer dans les transports en commun ! J'arrivais donc à 19 heures, le repas déjà prêt et servi !
     
    En entrée, ce fut rillettes et saucisson sec et en dessert des yaourts aux fruits (fraise-framboise) d'une célèbre marque ! Le plat de résistance après avoir renoncé au pot-au-feu que voulais faire Jean-Marie (mais aurait pris à l'évidence trop de temps à cuire - compter 3 heures, moins à la cocotte-minute !), on opta pour une salade niçoise bien fraîche ! En voici la recette !
     
    Salade niçoise au thon
     
    Ingrédients
    1 salade type Scarole ou frisée
    250 g de tomate cerise
    1 grosse boîte de thon en tranches
    3 oeufs durs
    100 g d'olives noires
    8 pommes de terre Grenailles
    Poivre
    Sel
    Huile d'olive
    Jus de citron
    Vinaigre balsamique
    1 cuillère à soupe de persil et ciboulette haché
    10 feuilles de basilic frais
     
    Temps de préparation : 10 minutes
     

     
    Étape 1
        Faites cuire les pommes de terre à la vapeur environ 10 minutes.
    Étape 2
        Laissez-les refroidir.
    Étape 3
        Lavez les tomates et la salade.
    Étape 4
        Effeuillez la salade et disposez-la dans un saladier.
    Étape 5
        Coupez les tomates cerises et ajoutez-les, ainsi que le thon égoutté et séparé en tranches.
    Étape 6
        Rajoutez les pommes de terres coupées en rondelles.
    Étape 7
        Écalez les œufs et coupez-les en 4, ajoutez-les à la salade avec les olives noires.
    Étape 8
        Préparez la sauce avec 3 cuillères à soupe d'huile, 1 cuillère à soupe de jus de citron et 1 de vinaigre, sel, poivre et les herbes hachées.
    Étape 9
        Mélangez la salade avec la vinaigrette et décorez de feuilles de basilic entières.
     
    Là encore ce fut très bon !
     
    Pricilia doit d'ailleurs nous concocter un petit livret avec pleins de recettes !
     
    En conclusion, excellentes initiatives de Pricilia ! Je vous conseille ces recettes car c'est toujours mieux que des plats cuisinés du commerce tout prêt ! En plus, cela ne coûte pas cher ! Jugez plutôt :  3 euros par personne pour le premier repas et 5 euros pour le second ! C'est assez économique, et pas compliqué ni long à préparer !
     
    Après, je dis cela mais fait moi-même rarement la cuisine quand je suis tout seul chez moi ! Le parfait vieux célibataire !
     
    A bientôt ! Au 28 février 2019 pour le prochain Atelier Cuisine avec le groupe habituel complet où il y aura un plat à base de fromage, du Chaource, spécialité dont je raffole !
     

    votre commentaire
  • Le personnage de Lando Calrissian est apparu dans la Saga Star Wars en 1980 avec L'Empire contre-attaque, endossant d'emblée le rôle ingrat de traite ! Mais Lando est bien plus que cela, il est une "Légende", qu'il soit incarné par Billy Dee Williams ou plus récemment Donald Glover, dans sa version plus jeune, dans le film Solo - A Star Wars Story  !

    Le récit qui nous intéresse présentement est une BD de 2018, scénarisée par Rodney Barnes (passé du monde des séries-télé à celui des comics !) et dessinée par Paolo Villanelli (antérieurement oeuvrant  chez Marvel et IDW Publishing et sur des titres de comics tels Hellraiser, G.I. Joe, ROM and the Micronauts, Deadpool et sur l'adaptation BD de Rogue One - A Star Wars Story ! Ce BD se nomme "Lando - Quitte ou Double", se déroule juste avant les événements du film sur la jeunesse de Han Solo, se terminant d'ailleurs sur Vandor, où la Faucon Millenium a été mis à la fourrière, au moment ou Lando va disputer sa partie de Sabacc pipée avec le Corellien !

    On apprendra ici pourquoi le "vaisseau le plus rapide de la Galaxie" a été mis sous scellées ! Lando a en effet accepté une mission de contrebande - ce qui est normal pour un contrebandier ! Il s'agit pour lui d'acheminer des armes à un groupe d'esclaves pétrusiens sur l'avant-poste impérial de Kullgroon ! Notre héros n'est pas insensible au charme de la jolie Pétrusienne, Kristiss mais se garde bien de le montrer ! Néanmoins, dans cet album, il endosse déjà la cause de Rebelles avant les événements de l'Episode V !

    Bien évidemment, Lando est accompagné de son acolyte L3-37, qui a pour le moins une personnalité affirmée ! Tous les deux vont donc mener la révolte des Pétrusiens, forcés jusqu'alors de réparer des droïdes pour l'Empire ! Et on aura aussi droit à une insurrection de ces êtres mécaniques, en renfort des insurgés, sous la menée de la partenaire de Lando !

    C'est une bonne BD - avec un dessin très correct ! - mais une intrigue assez convenue ! Le duo Lando/L3-37 offre de bonnes possibilités pour d'autres histoires et je ne doute pas que Disney exploitera ce filon juteux ! La BD et le personnage de Lando profite de la bonne prestation de Donald Glover dans le film Solo, une des bonnes surprises du métrage !

    Pour ma part, j'ai bien aimé ce récit ! Je n'ai pas remarqué d'incohérences et tout est raccord ! Des liens sont tissés avec le reste de la Saga - par exemple une mention de Canto Bight ! On nous mentionne et nous présente des groupes en lien avec la Pègre et l'"Underground" comme L'Aube Ecarlate ou le Cartel de la Pluie de Zakku, ce qui étends d'autant un Univers déjà très riche et en expansion permanente - malgré sa remise à plat en 2014 !

    C'est sorti chez Panini Comics, l'éditeur officiel de Star Wars, pour le Canon, avec Delcourt pour le "Légendes" !

    Je vous recommande donc ce comics, si vous êtes fan de la Sage de Lucas, et vous dis une fois de plus à bientôt !


    votre commentaire
  • Dragon Ball Super - Tome 6 : Le Rassemblement des Super Combattants - Toriyama & ToyotaroDéjà le Tome 6 du manga Dragon Ball  Super - intitulé "Le Rassemblement des Super Combattants" - sous les crayons du jeune Toyotaro, dirigé par Maître Toriyama ! On entame un nouvel arc dit du "Tournoi du Pouvoir" - appelé aussi ici "Tournoi du plus fort" ! La qualité est encore au rendez-vous et la légende s'agrandit ! On a aussi droit à une bonne dose de fan-service avec des allusions à l'héritage des récits passés !

    L'intrigue repart pile là où elle s'était arrêtée au Tome 5 ! Les Zen-O ont organisé une Battle Royale entre les douze Dieux de la Destruction des douze Univers ! Mais très vite, nos Êtres Omnipotents lassent et changent d'idée ! On mettra en place une autre compétition, où cette fois huit des douze Univers devront réunir chacun leurs dix meilleurs combattants ! L'enjeu est de taille car les Univers perdants seront éliminés !

    L'intrigue du manga propose à ce stade des similitudes avec celle de l'anime - qui a déboulé sur les écrans avant la parution des épisodes correspondants sur support papier ! Les enjeux sont les mêmes, le recrutement des combattants de la Terre de l'Univers 6 est similaire mais il y a toutefois des ellipses ! Ainsi, l'arc de la "Ressurection de F(reezer)" est jute évoqué en trois-quatre cases. On n'assiste pas de même à l'entrainement  de Gohan, ni au combat de Goku et Freezer contre les sbires d'un Dieu de la Destruction d'un autre Univers chez Mamie Voyante ! Il y a d'autres cas mais ils ne me viennent plus à l'esprit sur le moment !

    Nos héros vont donc devoir agir en équipe - ce qui n'est pas dans la nature des Saiyans ! Déjà, Son Goku a été battu par Toppo de l'Univers 11 et celui-ci laisse entendre qu'il existe un être plus fort que lui chez les Pride Troopers ! On est alors introduit au personnage de Jiren, décrit comme un Champion de la Justice. Et à ce stade, ses motivations sont plus détaillées - mais pas beaucoup plus ! - que dans l'anime puisqu'on apprends que ce super champions tient à réaliser un voeu bien mystérieux !

    On assiste au recrutement de nos héros et l'équipe de l'Univers 7 comprendra Goku, Vegeta, Gohan, Piccolo, C-17 et C-18, Krilin, Ten-Shin-Han, Kamé Sennin et... Freezer,  à nouveau et tout juste ressuscité - dont on apprends qu'il a une nouvelle transformation : Golden Freezer !

    On nous introduit à des nouveaux personnages, comme ces femmes Saiyans de l'Univers 6 : Caulifla et Kale, aux forts potentiels !

    Au niveau du fan-service, on remarquera surtout une brève apparition du jeune Oob, qui fait le lien avec la fin de Dragon Ball !

    A la fin de ce tome, nos héros partent pour la dimension vide qu'à choisi le Grand Prêtre pour le Tournoi et les hostilités vont pouvoir commencer au Tome 7 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On retrouve le Padawan Jedi Zayne Carrick, dans le tome 2 de la série de comics "Chevaliers de l'Ancienne République", tome intitulé "Ultime Recours" et qui contient trois récits ! Les artistes impliqués sont toujours le très inspiré John Jackson Miller au scénario et Brian Ching, Dustin Weaver et Harvey Tolibao aux crayons !

    Précédemment, Zayne avait été accusé à tort du meurtre de sa promotion de Padawans sur Taris, meurtre qui avait en réalité été perpetré par Lucien Draay et son groupe de maîtres Jedi dotés du pouvoir de voyance. Comme dans la Prélogie, ce cycle de bandes-dessinées se base sur une Prophétie, certes exacte, mais là encore mal interprétée ! Qu'importe, le Padawan accusé est obligé de prendre la fuite, accompagné d'une bande de "vauriens" constituée de Marn Hieroglyph, de Campeur et Jarael et du droîde LB.

    Ceci rappelé, attardons-nous sur ce tome 2 ! Dans le premier récit intitulé "Ultime recours", nos héros bernent les mineurs d'un avant-poste sur la planète Vanquo afin de se ravitailler ! Ils ont en effet eu l'idée de faire croire à une percée du front par les Mandaloriens ! Le problème est que, suite aux événements de Taris, l'assassinat des Padawans, les ennemis de la République que sont les Mandaloriens ont réellement décider de pousser de l'avant et envahissent effectivement l'avant-poste minier !

    La belle et courageuse Jarael, qui se faisait passer pour une Jedi pour berner les mineurs, est capturée par les Mandos et emmenée auprès du Docteur Demagol, un savant fou mandalorien dont on sera appelé à reparler car il tient en fait un rôle crucial dans ces intrigues ! Jarael recroise au passage le Jedi Squint appelé à devenir par la suite Dark Malak ! Avec l'aide de Rohlan Dyre, un renégat mandalorien qui cherche des réponses sur les vrais motifs de la guerre, Zayne et ses amis parviennent à faire échapper Jarael, Squint et les autres Jedi capturés et sujets d'expériences du sinistre Démagol !

    Dans le second des trois récits, qui a pour titre "Retour à la maison", on suit Lucien Draay qui revient dans le domaine de sa mère, une célèbre et puissante voyante Jedi dont le mari est mort durant la Grande Guerre Sith contre Exar Kun quelques décennies plus tôt à peine ! On essaie de deviner les motivations de Lucien et on voit déjà qu'il n'est pas d'accord avec sa génitrice ! On assiste aussi à la création de son groupe, le Pacte Jedi et ses Ombres, voués à empêcher le retour des Sith ! Se profile aussi l'inquiétante silhouette de Haazen, un "Padawan déchu" !

    Le dernier récit de l'album se nomme "Réunion" ! Ce sont en réalité les retrouvailles entre Zayne et son père Arvan ! A l'origine, Campeur et Jarael endosse des déguisement pour tenter de récupérer les sommes sur le compte bancaire - légal ! - de Marn Hieroglyph  sur le monde de la finance nommé Telerath ! Mais Maitre Raana, la Trogruta qui est une des cinq membres du Pacte Jedi a eu l'idée de faire muter Arvan Garrick sur la planète afin qu'il serve d'appât pour piéger son fils Zayne ! Malheureusement pour elle, elle a confié la mission aux Frères Moomo, deux Ithoriens connus pour leur immense bêtise ! Il se trouve que ces deux-là n'ont même pas remarqué qu'Arvan avait eu affaire à Campeur et Jarael sous leurs déguisements ! Parfois les coïncidences, et les "facilités scénaristiques" font bien les choses !

    Un scénario à tiroirs, servi par un dessin de bonne qualité ! Cette série pose progressivement son intrigue bien pensée ! Hâte de vous faire découvrir la suite ! Comme quoi on peut bâtir de bonnes histoires en se situant loin dans le temps des films ! Mais comme vous le savez sûrement, tout ceci a été décanonisé en "Légendes" et Disney n'a pas encore (ré)exploré cette periode de la Saga dans le nouveau Canon ! Ca viendra, peut-être dans la Trilogie de Rian Johnson ou dans les futurs films de Benioff et Weiss !?

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Last Action Hero est un peu particulier dans la carrière cinématographique d'Arnold Schwarzenegger car, outre le fait que le film fut un flop aux Etats-Unis, c'est en quelque une sorte une oeuvre ou l'acteur s'autoparodie et tourne un peu en dérision son parcours d'héros de films d'action ! A la même époque, l'ex-culturiste s'essaie en effet dans le registre comique avec des films comme Un Flic à la Maternelle ou Jumeaux ! - prouvant qu'il n'est pas juste une montagne de muscles mais est capable de donner une "valeur ajoutée" à ses films !

    Last Action Hero  est un film de 1993, réalisé par John McTiernan ! Le réalisateur avait déjà travaillé avec Schwarzy, sur Predator,  qui a lancé sa carrière à Hollywood avant de connaitre un succès encore plus grand avec Piège de Cristal  avec Bruce Willis ! Spécialiste des films d'action à priori donc !

    Danny Madigan est un jeune garçon de New York qui néglige les enseignements de l'école, qu'il sèche allégrement et prends plutôt comme modèle le personnage de Jack Slater, un héros du grand écran, dans la lignée de l'Inspecteur Harry, incarné par Arnold Schwarzenegger !

    La particularité de ce film est que l'on va briser le "quatrième mur" - par l'intermédiaire d'un "ticket magique"- le jeune héros va se retrouver projeté dans le film ! Danny, grâce à la magie d'Harry Houdini, va pouvoir porter assistance au héros de Jack Slater IV -  d'autant qu'il a vu le début du film et connaît donc les secrets des méchants !

    Mais comme dans La Rose pourpre du Caire  de Woody Allen (dans un autre registre), les méchants vont se retrouver dans le monde réel,  notamment Benedict, chargé d'assassiner Slater ! Le justicier des films d'action et Danny se lancent à la poursuite du tueur à gage ainsi qu'à celle du tueur en série qui est responsable de la mort du fils de Slater dans les films ! Ce sinistre personnage va rejouer la fatidique scène avec Danny et Slater devra montrer de la prudence car dans notre réalité, il n'est plus invulnérable - et doit de plus recharger son arme !

    Un film d'action donc mais avec une bonne dose d'humour et en particulier d'autodérision ! Schwarzy chambre Schwarzy et adresse au passage quelques clins d'oeil à cet autre acteur avec qui on le mettait alors en rivalité, à savoir Sylvester Stallone ! Un film qui se regarde sans être un chef d'oeuvre !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On retrouve notre cher cow-boy Lucky Luke dans une nouvelle aventure, qui va le confronter une fois de plus aux improbables Frères Dalton aussi méchants que stupides !

    Dans Dalton City, troisième album publié chez Dargaud, en 1969 et quarante-neuvième histoire de la célèbre série, avec toujours Morris au dessin, assisté du talentueux Goscinny, les quatre bandits ont la "folie des grandeurs" puisqu'ils vont ni plus ni moins vouloir fonder une ville à leur nom ! Inutile de dire que cette bourgade sera le repaire et le point de ralliement de tout ce que la région compte de despérados !

    En réalité, le récit commence avec Lucky Luke qui arrive à Fenton Town, ville sans foi ni loi du Texas, en qualité de nouveau shérif ! Notre héros a décidé de mettre un terme aux activités criminelles qui s'y déroulent au quotidien et pour cela, il fait mouche en éliminant directement Dean Fenton, le maitre de la ville puis Luke réalise un joli coup de filet !

    De fil en aiguille, Dean Fenton se retrouve dans le même pénitentier que les Dalton, et ces derniers ont donc vent de l'existence de la ville sans foi ni loi, désormais ville fantôme, et décident de se l'approprier, et de reprendre ce projet à leur compte ! Evidemment, ils ne tardent pas à s'évader en raison de l'incompétence du personnel de la prison, en particulier d'un certain télégraphiste ! Lucky Luke se lance une nouvelle fois à leurs trousses !

    Nos méchants décident de rebaptiser Fenton Town en Dalton City et munis de marteaux et de clous, de la retaper ! Contre toute attente, nos bandits sont obligés de travailler ! Chacun se partage les tâches ! Lucky Luke se pointent sur ces entrefaits et se fait capturer ! Mais la légendaire bétise des Dalton va lui servir une nouvelle fois !

    La ville ne tarde pas à renaitre tel le phénix ! La preuve, une compagnie de danseuses de saloon, sous les ordres de Lulu Carabine est chargée de l'animation ! Mais les despérados de la région ne sont pas là et Luke suggère alors l'idée d'un mariage entre Joe Dalton et Lulu Carabine (évidemment pas mise au courant et déjà mariée à son pianiste !) pour célébrer une noce et attirer du monde !

    Une fois de plus, Luke se joue de nos malfrats et réalise un autre coup de filet ! Avec l'intervention de la Cavalerie, tout ce gratin retourne au pénitentier !

    On ne peut que saluer le talent de Goscinny qui, tout en usant un peu des mêmes ressorts scénaristiques - la bêtise des Dalton ! - parvient à chaque fois à renouveler son traitement ! Dalton City est un nouveau chapitre des aventures du quatuor qui sont aussi essentiels à la série que Jolly Jumper, Rantanplan ou même Lucky Luke et qui souvent lui volent la vedette ! De parfait anti-héros !

    A la fin, la morale est sauve et nos deux auteurs condamnent ici autant sinon plus la bêtise de ces quatre là que leur méchanceté concomitante !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Frank Thorne est un artiste du monde des comic-books, surtout connu pour son travail sur le personnage crée à l'origine par Robert Howard, Red Sonja ! Mais avec Iron Devil, conçu au début des années 1990, notre individu livre son récit le plus hard, dans la veine de l'erotic-fantasy !

    Cette histoire est un mélange de récit pornographique et de conte fantastique ! On y croise des démons et des dieux païens, et on s'y livre à des cultes impis de nature sexuel ! Tout tourne autour de deux personnages féminins au fort potentiel érotique, en deux endroits et deux moments de l'Histoire !

    On a d'une part,  Fey Brith, une beauté muette, recueillie par une sorcière et vendue pour une bouchée de pain à un bordel de l’île de Pharos, le "Iron Devil" où elle va assouvir les fantasmes lubriques d'hommes d’Église notamment. On a d'autre part Tristi Joy, une prostituée qui opère dans un des plus fameux bordels de l'Upper West Side, à New York, et qui tourne des pornos avec sa jeune sœur Roxy !

    Ces deux femmes, Fey Brith et Tristi Joy, sont en fait la réincarnation de la même Créature, la fameuse Lilith, première femme d'Adam et maudite, représentante de toutes les femmes qui se livrent au Pêché de la Chair sans but procréatif ! Toutes les deux sont capables d'invoquer les démons !

    Mais Fey Brith connaitra un sort funeste, comme toutes les pensionnaires du "Iron Devil", massacrées par une foule de Croyants ! Tristi Joy recouvrira bientôt la mémoire sur ses incarnations précédentes tandis que des démons se manifestent dans ses rêves puis dans la réalité physique ! De même, Roxy se révélera être Gadreela, la jeune épouse de Satan !

    On a là l'une des BD érotiques  les plus hards et les plus crues que j'ai jamais lues ! C'est même carrément pornographique ! Il y a des chibres énormes et des giclées de liquide séminal à quasiment chaque page ! Mais le but n'est pas tant d'exciter le lecteur que de le choquer ! On retrouve ainsi certaines pratiques classées comme "déviantes" comme la nécrophilie, l'ondinisme ou la baise sous drogues !

    Iron Devil nous est narré via le biais d'une divinité féminine païenne ! Il y a aussi une touche Art-Déco par moments je trouve, notamment  dans certaines illustrations de couvertures !

    Cette BD eut droit à une suite en 1995 avec Devil's Angel où on assiste à la naissance du Fils de Satan ! Ce second récit est inédit en France et fut victime de la censure aux Etats-Unis car qualifiée à tort de "pédopornographique" ! C'était alors une nouvelle résurgence du Comics Code Authority de 1954 !

    Frank Thorne est à n'en pas douter un grand artiste et les femmes qu'il dessinent sont de superbes incarnations de la beauté ! Le scénariste-dessinateur a grandit avec les histoires d'Alex Raymond comme modèles - et son Flash Gordon - ou de Hal Foster - et son Prince Valiant ! J'essaierais dans le futur de vous parler de sa Red Sonja !

    Iron Devil est traduit en français en 2009 au moment où il rejoints la collection "Erotix" des Editions Delcourt ! C'est réédité chez Hachette-Collection dans la gamme "Les Grands Classiques de la Bande-Dessinée Érotique" - tome 80 sur 86 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Valérian - Tome 12 : Les Foudres d'Hypsis - Christin & MézièresLe tome 12 des aventures de Valérian et Laureline s'inscrit dans l'ensemble plus large des quatre albums commencé avec "Métro Châtelet - Direction Cassiopée" ! Dans "Les Foudres d'Hypsis", les intrigues se complexifient et le scénariste Pierre Christin n'est pas à un paradoxe temporel près !

    Dans la trame générale de la série, on le sait, un cataclysme nucléaire est survenu - auquel à fait écho Tchernobyl dans notre réalité ! Là, la catastrophe semble se profiler et au début de l'album, nos deux agents spatio-temporels se réunissent dans la salle à manger de Lord et Lady Seal, en Écosse pour résumer et faire le point sur les récents événements avec le super-intendant de Galaxity, Monsieur Albert, Ralph le Glapum'tien et les trois Shingouz !

    Très vite, sachant que l'explosion nucléaire fatale doit survenir au Pôle Nord, tout ce beau monde embarque sur le navire météo britannique, le Crosswinds et va traquer un mystérieux navire école qui s'avérera être bien plus que ce qu'il parait ! La poursuite continue dans les étoiles !

    Christin abandonne un peu la SF pure et dure pour se lancer en quelque sorte dans la parodie et le registre "métaphysique" ! En effet, nos héros atterrissent sur la planète Hypsis et découvrent les trois puissantes entités qui son responsable du destin de la Terre ! Il ne s'agit ni plus ni moins que de Dieu le Père, du Fils et du Saint-Esprit, respectivement croqués par Mézières sous la forme d'Orson Welles, de Bob Dylan et d'un machine à sous !

    C'est alors que Monsieur Albert use de toute sa sagacité pour modifier le destin de notre planète ! Le Cataclysme est annulé mais du coup, Galaxity, le point d'ancrage de Valérian et Laureline, mégapole spatiale qui était née de cette catastrophe est effacée de la ligne temporelle tandis que la Terre est déplacée dans l'espace ! Nos deux héros se retrouvent "orphelins" !

    L'humour est très présent dans cet album, endossé principalement par les Shingouz ! Ce récit n'est en quelque sorte qu'un long voyage qui rebats les cartes ! Les prochains albums traiteront des conséquences !

    Cette série de BD est décidément très étonnante, atypique et novatrice !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Tandis qu'en ce mois de janvier 2019, est sorti Sagesse, le troisième - gros - tome de la "Brève encyclopédie du monde" de Michel Onfray (qui à l'origine ne devait comporter que trois volumes mais en aura trois de plus si on prête vie à son auteur !), je vais revenir sur le précédent opus, Décadence, paru en 2017 qui parle de l'effondrement de la Civilisation judéo-chrétienne 

    Onfray part d'un constat et d'un présupposé : si des civilisations comme celle de l'Égypte antique, celle des Sumériens ou celle de Rome ont disparu, rien n'indique que la notre ne subira pas le même sort ! Il va même plus loin en affirmant que le processus est amorcé depuis des siècles !
     
    Le livre du philosophe ornais compte plus de 800 pages en édition de poche et c'est une véritable somme d'érudition !  L'auteur est décidément un "bourreau de travail" ! Toutefois, beaucoup de chroniqueurs ont pointé le "pessimisme" d'Onfray voire son "ressentiment" ! L'auteur ayant connu un orphelinat catholique dont il nous rappelle régulièrement les mauvais traitements que des prêtres salésiens pédophiles faisaient subir aux enfants, s'est toujours montré depuis résolument athée !
     
    L'ouvrage procède donc en trois temps ! D'abord la genèse de la religion chrétienne, depuis la "fable Jésus", les diverses sectes des premiers temps... Ensuite l'apogée au Moyen âge, dans une société réglée sur le religieux, où les Rois tirent leur pouvoir de Droit divin ! Puis le déclin, amorcé dès la Renaissance, avec le schisme protestant, la montée de l'esprit rationnel, les Lumières, Vatican II etc,...
     
    Comme on s'en doutera, on a tous les passages obligés de l'exercice : Jésus, le déni du corps, le Péché originel, Saint Paul, Constantin et Théodose, l'Islam, les Croisades, l'Inquisition, la Découverte du Nouveau Monde et le génocide des Amérindiens, Giordano Bruno, les hérésies, les procès d'animaux, la Saint-Barthélémy, la Contre-Réforme, la Révolution française, Nietzsche et la "mort de Dieu", le nihilisme contemporain, les rapport entre la papauté et le nazisme, Mai 68, la Révolution Iranienne de 1979, Ben Laden et le 11 Septembre !
     
    Je ne reviens pas sur tous ces "événements" car aurait bien l'occasion d'en reparler un jour dans des articles dédiés dans mes rubriques "Histoire" dans mes blogs !
     
    Michel Onfray reprends aussi des éléments qui étaient déjà dans son Traité d'athéologie et dans sa Contre-Histoire de la Philosophie (notamment sur Épicure et Montaigne !). Il s'inscrit aussi en quelque sorte dans la lignée de Samuel Huntington.
     
    Notre philosophe se donne ici un peu le rôle de penseur omniscient, n'évite pas les raccourcis intellectuels et les jugements à l'emporte-pièce ! Il semble en effet difficile de brasser un aussi large éventail de connaissances sans faire des approximations ! On comprends que ça ai pu en énerver certains !
     
    Pour ma part, je suis un grand admirateur d'Onfray et ai lu du début à la fin une douzaine de ses ouvrages (et parcouru/entamé une demie-douzaine d'autres !). Je serais toutefois plus réservé sur ce Décadence qui prête à polémiques et pourra blesser quelques chrétiens sincères !
     
    Pour être complet, ce volume a donné lieu à une série de conférences, dans le cadre de l'Université Populaire fondée par l'auteur en 2002, qui s'est tenue à Deauville en 2018 - et qui constitue la dernière saison de cette manifestation, annulée au cours du cycle Décadence qui aurait du se conclure en 2019, Onfray ayant été lâché par les politiques de Basse-Normandie et par France Culture qui en assurait les retransmission l'été (la plus forte audience estivale de la chaîne de radio d'ailleurs ! Mais bon quand les ordres viennent de l'Élysée, les pantins placés par cooptation s'inclinent !).
     
    A bientôt !

    votre commentaire
  • La franchise Yu-Gi-Oh !  ne cesse de se décliner en différentes séries dérivées et Yu-Gi-Oh ! 5D's en est l'une des incarnations - le deuxième spin-off après Yu-Gi-Oh ! GX !

    L'action se passe à la Nouvelle Domino City, une ville de riches qui prospère en faisant travailler la population misérable de sa voisine, Satellite ! C'est à Satellite que vit le héros de l'anime, Yusei Fudo qui rêve de passer à Domino City pour régler un vieux contentieux avec Jack Atlas, son ancien ami, l'actuel champion du Duel de Monstres, qui lui a jadis volé sa carte du Dragon Poussière d’Étoile !

    Une compétition officielle, organisée par le Directeur Goodwin, a lieu pour le titre, la Fortune Cup, dans ce qui est la nouvelle forme du Duel de Monstre, le "Turbo Duel" qui se pratique sur des motos high-tech - les Duel Runners ! - et mets en jeu les "syntoniseurs", une nouvelle forme de fusion de monstres !

    La Saison 1 qui compte 26 épisodes raconte le "retour en grâce" de Yusei et se termine avec la finale de la Coupe Fortune et l'annonce du nom du nouveau champion !

    Les vrais enjeux se révèlent alors, ! Yusei et Jack sont  des Pactisants, possédant chacun un Dragon ! Cinq Pactisants existent dans le monde et ensemble, ils ont la capacité d'invoquer le puissant Dragon Cramoisi, seul rempart contre les Ténèbres !

    Yusei, Jack mais aussi Akiza Izinski, une jeune fille dotée de pouvoirs psychiques, la petite Luka (mais pas son jumeau Lua) et un mystérieux individu qui reste caché sont les cinq Pactisants ! Ils vont affronter les Pactisants des Ténèbres qui veulent plonger le monde dans l'Apocalypse !

    Les Pactisants des Ténèbres contrôlent les Créatures puissantes piégées sous les fresques du plateau de Nazca ! Ils recrutent notamment la journaliste Carly Carmine, une amie de Jack, laquelle se retrouve dans le camp des méchants à son corps défendant ! La série compte donc de nombreux personnages dont certains sont assez bien développés et propose des enjeux moraux !

    Dans les intrigues annexes, on a notamment le Mouvement  Arcadie - qui a recruté Akiza ! On a aussi le Directeur Goodwin, personnage ambigu qui joue peut-être sur plusieurs tableaux !?

    La Bataille finale entre Pactisants et Pactisants des Ténèbres va débuter à Satellite ! Yusei et ses amis l'emporteront-ils ? Il  y aura de nombreux duels et des surprises !
     
    Cette seconde Saison - d'une série qui en compte cinq ! - s'étend de l'épisode 27 à l'épisode 64 où les héros affrontent en groupe le vrai chef des méchants qui s'est dévoilé entre temps !
     
    A bientôt !

    votre commentaire
  • Peyo, le Papa des Schtroumpfs avait tout pour être heureux ! Artiste accompli, il avait réalisé une œuvre qui reste une référence de la BD avec ses petits lutins bleus ! Mais hélas, il était de santé fragile et fréquenta les médecins durant plusieurs décennies ! Fatalement, cela devait inspirer une aventure des Schtroumpfs !

    Docteur Schtroumpf est le dix-huitième album de ces sympathiques petits personnages, paru en 1996, après la mort de Pierre Culliford (Peyo) et le troisième album de la série aux Éditions du Lombard. C'est là encore Thierry Culliford, le fils prodigue, qui reprends la série, assisté au scénario de Luc Parthoens (qui est aussi à l'encrage) et avec des dessins d'Alain Maury très fidèles à l’œuvre originale  ! On retrouve donc les artistes des deux précédents albums ! L'esprit et la lettre sont respectés !

    Après avoir croqué le monde de la banque avec Le Schtroumpf financier, c'est cette fois l'univers de la médecine - avec tout ses abus surtout ! - qui est dépeint ici ! Comme souvent dans les récits des Schtroumpfs, le Grand Schtroumpf  est trop occupé pour voir arriver la catastrophe ! Devant les petits bobos qui surviennent à nos héros, un des lutins bleus décide de s'arroger le titre de médecin et de jouir d'une position de notable - mais sans le diplôme et l'expérience bien sûr !

    Très vite, le Docteur gagne de l'ascendant sur le village, embauche la Schtroumpfette comme infirmière - qui ne tardera pas à être surmenée de travail, prodigue potions et remèdes - et n'évite pas la surmédication et les prescriptions abusive ! Il va même conduire à la paralysie de la communauté en distribuant à tout va les arrêts maladie non-justifiés ! On le voit, on est bien dans la satire de nos sociétés une fois de plus !

    Notre médecin a pourtant de bonnes intentions par moment, comme la construction de cet hôpital, mais une fois de plus, les Schtroumpfs pêchent par naïveté !

    Les médecines parallèles et concurrentes vont se développer et je n'en citerais que deux : l'acupuncshtroumpf et  la psychoschtroumpfie !

    La catastrophe finit par arriver lorsque le Grand Schtroumpf tombe malade pour de bon - et est littéralement drogué par notre médecin - et lorsque la Schtroumpfette fait un burn-out ! Les autres héros n'ont alors plus que le seul choix de faire venir un véritable médecin depuis le monde extérieur, le monde des humains, le dénommé Maître Ludovic, un ami d'Homnibus et un collègue de... Gargamel ! Le méchant sorcier va essayer de berner tout le monde en accompagnant le médecin humain dans sa tournée mais ne pourra, une fois seul, retrouver le chemin du village qui semble protéger par un sort  !

    Evidemment, à la fin, les choses reviennent à la normale, la crise est passée et chacun est de nouveau à sa place, dans son rôle !

    C'est un album de bonne facture qui ne dépare pas dans la série ! L'équipe aux manettes fait le taf !

    En 1994, un mini-album, Les Schtroumpfs éclopés - aux thématiques assez similaires, avait été publié dans le cadre de l'Association des Paralysés de France !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le premier Atelier Cuisine de l'année 2019 est l'occasion de retrouver à nouveau notre petit groupe : moi, Chrystelle, Sylvie, François - et sa valisette d'apprenti-cuisinier - et Damien, encadrés par la charmante Claire ! Cette fois-ci, nous avions une "invitée" supplémentaire, en la personne de Pricilia, une étudiante en BTS d'Économie familiale, en deuxième année, qui effectue un stage dans la structure qu'est mon Foyer !
     
    Comme c'est l'Épiphanie, en ce début d'année, nous célébrions les Rois avec une bonne galette ! Parmi les variantes, Frangipane, pommes, chocolat, nous avions choisi groseilles et fruits rouges !
     
    Au menu :
     
    - en entrée, soupe de saison en cette hiver (à base de carottes, pommes de terre, poireaux, navets et oignons) - Ca ravigote !
     
    - en plat de résistance, croques-madames accompagnés d'une salade, en l'occurrence une laitue.
     
    - et donc en dessert, notre galette des Rois de tradition ! Qui aura la fêve ? Qui sera le Roi ou la Reine ?
     
    Passons aux recettes maintenant !
     
    Soupe de légumes d'hiver (on devrait plutôt ici parler de potage - plus épais !)
     
    Temps de préparation : 15 minutes
     
    Temps de cuisson : 30 minutes
     
    Ingrédients
    4 poireaux
    5 pommes de terre
    3 carottes
    1 oignon
    1 l d'eau
    50 cl de lait
    2 cubes de bouillon de volaille
    50 g de beurre
    Poivre
     
    Étape 1: Émincer les poireaux et couper l'oignon.
     
    Étape 2 : Faire fondre le beurre dans une marmite et y faire revenir les poireaux et l'oignon.
     
    Étape 3 : Laver, éplucher et couper en petits morceaux les pommes de terre et les carottes puis les rajouter dans la marmite.
     
    Étape 4 : Ajouter l'eau, le lait, les 2 cubes de bouillons de volaille et le poivre.
     
    Étape 5 : Faire cuire 30 min dans la marmite (ou 15 min dans une cocotte minute).
     
    Étape 6 : Mixer le tout... C'est prêt!
     
    Ce sont Damien et François qui se sont chargés de préparer ce potage !
     
    Puis...
     
    Croque-madame (la célèbre variante du Croque-monsieur sur laquelle on ajoute un œuf !)
     
    Temps de préparation : 3 minutes
     
    Temps de cuisson : 15 minutes
     
    Ingrédients (pour 2 personnes)
    4 belles tranches de pain de mie bien moelleuses
    Céréale , complet, nature...
    2 œufs bien frais
    2 belles tranches de jambon cuit au torchon, du vrai svp !
    10 g de beurre
    30 g de gruyère râpé
    Poivre
    Sel
     
    Étape 1 : Saisir d'une main une tranche de pain de mie. Couvrir d'une tranche de jambon pliée en deux. Déposer du gruyère râpé, autant que vous le souhaitez. Saler et poivrer. Recouvrez de la deuxième tranche de pain. Préparer ainsi les deux croques.
     
    Étape 2 : Dans une poêle, faire fondre le beurre sans qu'il noircisse. Casser les œufs : ils doivent être "au plat". Laisser cuire à votre goût, saler et poivrer.
     
    Bien entendu, on cuit les œufs à part !
     
    Étape 3 : Réserver.
     
    Étape 4 : Déposer ensuite les croques dans la poêle, laissez-les dorer gentiment des deux côtés puis déposer sur chacun un œuf au plat tout chaud ! Très bon appétit !
     
    Étape 5 : On les déguste avec les doigts !
     
    Cette fois, c'est moi et Pricilia qui étions aux fourneaux !
     
    Et quant au dessert, ce sont Chrystelle et Sylvie qui s'en sont occupées !
     
     
    Galette des Rois à la Frangipane et Fruits Rouges
     
    Temps de préparation : 10 minutes
     
    Temps de cuisson : 20 minutes
     
    Ingrédients
    2 pâtes feuilletées
    140 g de poudre d'amande
    100 g de sucre fin
    2 œufs
    75 g de beurre mou
    1 jaune d'œuf
    1 fève
    Et pour compléter, on a ajouté de la confiture de groseilles (ou de fraises, framboises, n'importe quel fruit rouge - un petit pot suffit !)
     
    Étape 1 : Placer une pâte feuilletée dans un moule à tarte, piquer la pâte avec une fourchette.
     
    Étape 2 : Dans un saladier, mélanger la poudre d'amandes, le sucre, les 2 œufs et le beurre mou.
     
    Étape 3 : Placer la pâte obtenue dans le moule à tarte et y cacher la fève. Ajouter par dessus la confiture de fruits rouges.
     
    Étape 4 : Recouvrir avec la 2ème pâte feuilletée, en collant bien les bords.
     
    Étape 5 : Faire des dessins sur le couvercle et badigeonner avec le jaune d'œuf.
     
    Étape 6 : Enfourner pendant 20 à 30 min à 200°C (thermostat 6-7); vérifier régulièrement la cuisson !
     
    Encore une fois, ce fut un moment de convivialité autour de plats délicieux - qui nous changent des  sandwichs du midi et des plats cuisinés préfabriqués du soir ! J'aimerais personnellement faire plus de cuisine en solo chez moi mais avec mes cours de fac, n'ai jamais le temps !
     
    Qui a eu la fève ? Ce fut Chrystelle, la Reine - qui fut dispensée de vaisselle !
     
    A bientôt !
     
    PS : Ces recettes sont extraites, comme souvent, de l'excellent site de référence, Marmiton.org !

    votre commentaire
  • Avengers : Jusqu'à la mort est l'event 2018 des "plus grands héros de la Terre", une histoire aux proportions épiques et cosmiques rassemblant toutes les équipes de Vengeurs et qui court des numéros 675 à 690, soit 16 issues, pas une de moins ! Ca fait partie de la période "Legacy" chez Marvel, un nouveau point de départ à l'issue de l'événement "Secret Wars" qui avait rebattu les cartes ! L'arc dont il est question ici se nomme No Surrender en VO !

    Pas mal d'artistes sont mobilisés sur cet arc ! Au scénario, on a Mark Waid, Al Ewing et Jim Zub, et aux dessins, pas moins d'une demie-douzaine d'artistes dont Kim Jacinto, Pepe Larraz et Stefano Caselli pour les principaux ! Malgré la multiplicité des dessinateurs, ceux-ci ayant des styles proches, l'ensemble est relativement homogène !

    La Terre est de nouveau menacée et l'enjeu de forces cosmiques ! En effet, deux Doyens de l'Univers ont décidé d'organiser une compétition sur notre planète bleue, n'hésitant pas à la "kidnapper" à l'autre bout de l'Univers ! Le Grand Maître et son Challenger sont à l'origine de ce méfait et nos Avengers se retrouvent pris entre deux camps de vilains dont l'Ordre Noir jadis au service de Thanos !

    Des sortes d'artefacts d'énergie sont le prix à remporter lors de ces combats et le camp qui en récupérera le plus gagnera la compétition ! Les Vengeurs voient le retour d'une de leurs anciennes alliées, la mystérieuse Voyager qui avait été effacée des mémoires (et Marvel de nous refaire le coup de Sentry dans une nouvelle rétro-continuité !) ! Mais pourquoi, Jarvis, blessé pendant les événements, témoins de toutes les époques de l'équipe, n'a-t'il aucun souvenir de cette fille douée du don de téléportation ?

    Les Vengeurs vont devoir une fois de plus sauver la planète des manigances d'extra-terrestres belliqueux et un grand nombre d'effectif est mobilisé ! Il y aura hélas des pertes mais on n'est pas inquiets car le trépas n'est jamais définitif pour les super-héros !

    Un arc rafraîchissant et bienvenu  - peut-être un peu trop long ! Moi, j'ai beaucoup apprécié de le lire en tout cas, la qualité est là tant niveau scénario que dessins !

    Un petit hommage en passant à Stan Lee, décédé en 2018 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Vous le savez, je passe beaucoup de temps sur internet ! Mais je ne délaisse pas les bonnes sorties avec des ami(e)s et ce samedi soir, notre petit groupe s'est rendu à la salle Tandem dans le quartier de la Maladrerie à Caen où un artiste en devenir Josef Leysen faisait un des premiers tours de chant complet devant un public !

    L'homme est Belge et professeur au Lycée Curie à Vire ! Il a récemment sorti son premier album ! Nous ne savions pas à quoi nous attendre avec cet artiste, n'ayant même aucune idée de son genre musical ! Nous avons été agréablement surpris !

    La soirée était organisée par la SMN - la Scène Musicale Normande - dans le cadre de "Caen la musique est bonne !". Le registre de ce chanteur est vaste ! Il compose lui même ses titres, chante et joue de la guitare ! Globalement, c'est plutôt pop-rock  et mon ami Rico - qui me prête régulièrement des CD musicaux ! - me souffle que cela ressemble un peu à du Neil Young ou du Bob Dylan !

    Josef Leysen nous a interprété douze titres ce soir-là, tous en anglais ! Ca parle notamment de solitude, de déambulations et d'errance sur les routes ! Car on suit un routier ! Aussi une chanson sur la vie à la campagne ! Et l'artiste ayant eu droit à un rappel, nous a interprété une chanson de Brassens qui devrait être au centre de son deuxième album ! Il donne aussi dans la Bosa Nova ! Parmi ces influences, l'artiste britannique mort précocement, Nick Drake !

    Notre auteur-compositeur-interprếte se produisait sur scène accompagné de deux musiciens : Hermine Leroy, sa percutionniste et Valentin Leclerc à la guitare électrique - et au chant sur un titre !

    Mon seul regret, n'avoir pas pris ma bourse pour acheter son CD à la fin ! Josef Leysen est très sympathique, talentueux et professionnel ! Un léger incident technique survenu au cours du concert ne l'a pas destabilisé !

    A vrai dire c'est bien meilleur que pas mal de merdes qu'on entends en ce moment à la radio !

    A découvrir donc !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • En 2015, Toriyama a relancé sa série mythique, Dragon Ball  avec son spin-off Dragon Ball Super  ! L'univers de Son Goku bénéficie d'un véritable culte au Japon avec statuettes, jeux vidéo, et jeux de cartes à gogo entre autres produits dérivés !

    Super Dragon Ball Heroes, est, à la base, un manga et un anime tirés du jeu vidéo Dragon Ball Heroes ! Le récit n'est pas vraiment canonique ! C'est de l'anime dérivé dont je vais vous parler ici, en particulier du premier Arc intitulé "Planète Prison" et qui comporte 7 épisodes de moins de dix minutes chacun !

    C'est vous l'aurez compris un anime promotionnel ! Dans "Planète Prison", Son Goku et Vegeta, qui s'entrainent sur la planète de Beerus sont contactés par un certain Fû qui leur annonce que Trunks est revenu du Futur mais est détenu sur la Planète Prison ! Les deux Saiyans se rendent en ce lieu et comprennent vite que c'est un piège tendu par Fû, cet espèce de démon !

    Fû a rassemblé différents combattants du Multivers sur sa Planète Prison ! Il y a ainsi une version Golden de Cooler - de la famille de Freezer, vu dans les OAV ! - et aussi le Super Saiyan 4 (SS4) de la série passée à la trappe, Dragon Ball GT  ! Mais surtout, il y a une espèce de Saiyan fou qui a une puissance démesurée !

    Ce monstre va d'abord mettre une bonne raclée à tous les autres héros ! Mais finalement, dans le sixième épisode, Son Goku va recourir à l'Ultra Instinct et triompher !

    En réalité, le but de Fû était de collecter de l'énergie ! Et à la fin, tandis que nos héros rentrent chez eux, le sinistre Zamasu resurgit d'entre les morts accompagné de toute une bande de vilains qui vont s'engager dans un "Conflit Universel" dans l'Arc suivant !

    Cette série est assez amusante, essentiellement du combat, sur un scénario minimaliste - mais la fin de ce premier acte - qui n'était qu'un amuse-gueule laisse augurer de choses intéressantes pour la suite !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'événement littéraire de ce début d'année 2019, c'est bien sûr la parution du nouveau roman de Michel Houellebecq, intitulé Sérotonine, nom de la "molécule du bonheur" ! Tiré à 320.000 exemplaires (là où un tirage moyen de livre est de 5.000 exemplaires), ce déjà best-seller s'est vendu à 90.000 exemplaires en seulement trois jours et connaît déjà un deuxième tirage de 50.000 volumes ! Gros carton pour l'auteur et Flammarion !
     
    Pour ma part, j'ai toujours adoré Houellebecq ! Et disons-le d'emblée Sérotonine ne m'a pas déçu ! On y retrouve la description clinique d'une société en déliquescence, et des héros déchus et en fin de vie, incapables de s'épanouir et de trouver l'amour dans un monde néolibéral vide de sens !
     

     
    Dans ce nouveau roman, le récit est fait à la première personne, du point de vue du narrateur, un certain Florent, homme de 46 ans, qui estime -à  juste titre ? - qu'il a raté sa vie car il est passé deux fois à côté de l'amour véritable ! Entré dans une profonde dépression, il survit grâce à la prise de molécules de Captorix, un psychotrope qui agit sur son taux de sérotonine, l'hormone du plaisir mais effet secondaire, ce médicament annihile sa libido !
     
    Note anti-héros décide donc de tout plaquer, son boulot de fonctionnaire dans le domaine de l'agriculture (le personnage a fait des études d'agronomie comme l'auteur du roman !), son appart et sa compagne du moment, Yuzu, une Japonaise adepte de gang-bang et de zoophilie (au niveau sexe, on a également la description de pratiques pédophiles !). L'homme au centre du récit va alors revenir sur son passé pour dresser un bilan, particulièrement sur les deux femmes qui ont compté, Kate et Camille ! On a donc un recours à la technique du flash-back !
     
    Le seul véritable amour de sa vie aura été Camille mais là encore la chance est passé et ne reviendra pas deux fois ! Semblant basculer dans la folie, le narrateur envisage un moment l'impensable, à savoir le meurtre de sang-froid d'un enfant de cinq ans !
     
    Les lieux de l'action sont Paris et la région parisienne, Caen et ses environs,la Manche et l'Orne ! Quelques petites imprécisions d'ailleurs concernant le complexe commercial "Les Rives de l'Orne" ,près de la Gare de Caen  - nommé ici "Les Bords de l'Orne" qui contrairement à ce qu'écrit Houellebecq mal renseigné, ne remonte pas à il y a 20 ans mais date des années 2010 ! Mais bon, ce n'est pas très important ! Juste que je remarque ce genre de détails habitant pas loin de Caen !
     
    Il est aussi question dans ce roman d'un aristocrate-fermier - de la célèbre famille d'Harcourt  - qui remonte aux vikings ! - un personnage très émouvant  nommé Aymeric et qui connaitra un sort funeste ! Notre agriculteur est victime de l'Europe néolibérale qui planifie un vaste plan social cynique pour les éleveurs et voit sa ferme péricliter ! Houellebecq se montre fin analyste et prophétise ici l'équivalent rural du Mouvement des Gilets Jaunes (Gilets Jaunes que je soutiens à 100% au passage !) et qui se termine dans le sang (en espérant que le despote Macron n'infligera pas pareil sort à son peuple qui ne l'a pas choisi !).
     
    C'est du tout bon que ce roman ! L'humour désabusé de l'auteur est présent tout du long ! Houellebecq sort des "horreurs" - particulièrement dans le domaine sexuel avec ses mentions nombreuses  à des "bites" et des "chattes" dans un style assez neutre - un peu à la manière d'un "sale gosse" ! Mais bon notre "zozo" n'a pas besoin que je lui fasse de la pub car il cartonne déjà le marché du livre ! Qui le détrônera ? Michel Onfray et son Sagesse  (dont je vous donnerais aussi une recension dans un futur pas si lointain) ? Sérotonine est un roman qui remplit tout son cahier des charges !
     
    A bientôt !

    votre commentaire
  • Lorsque Stan Lee et Steve Ditko lancent le personnage de Spider-Man fin 1962, dans Amazing Fantasy 15, ils ne se doutent pas encore qu'ils viennent de créer une figure majeure de la pop-culture ! J'ai déjà eu l'occasion de vous parler des débuts du Tisseur dans un article sur sa première "Intégrale" pour 1962 - 1963, parue chez Panini et je vous y renvoie !

    Mais il y a une tradition chez Marvel, c'est de publier chaque année un numéro spécial contenant plus de pages pour chacun de ses héros majeurs, ce que l'on appelle des Annuals ! L'Annual 1 de Amazing Spider-Man parait en septembre-octobre 1964 et mets en scène le groupe de super-vilains, les Sinister Six !

    Au fil de ses aventures précédentes, l'Araignée a affronté toute une panoplie de vilains dont il est parvenu à se défaire ! Ayant tous été vaincus, ces horribles méchants décident, sous l'impulsion du Docteur Octopus de se liguer contre notre héros ! Outre Doc Ock, la team est constituée d'Electro, de Kraven, de Mystério, du Vautour, et de l'Homme-Sable !

    A côté de cela, Peter Parker tombe dans une sorte de dépression qui lui fait perdre temporairement ses pouvoirs (mais cela ne dure pas longtemps et on se demande bien où le scénariste voulait en venir ?!). Les Sinister Six enlèvent Betty Brant et Tante May, mais, contrairement aux 4 Fantastiques, aux Avengers ou aux X-Men, les vilains sont incapables de former une équipe soudée et affrontent un par un le Tisseur qui se joue d'eux à nouveau !

    Spider-Man parvient finalement à stopper Otto Octavius et à délivrer ses deux prisonnières ! Tout est bien qui finit bien !

    Cet Annual est aussi l'occasion pour Stan Lee de montrer des caméos de ses autres personnages (Les FF, Thor, Captain America, Iron Man, Giant-Man et la Guêpe, les X-Men, Doctor Strange) et d'insérer une petite "pub" vers les autres séries de comics ! L'Univers Marvel était alors déjà un "Univers partagé" ! On a en outre droit à six illustrations pleines pages avec chacun des six méchants aux moments culminants des affrontements !

    Voilà, un Annual très divertissant, premier issue d'une longue lignée de hors-séries sur le Tisseur ! C'est comme je l'ai dit, publié en 1964 et j'aurais l'occasion d'évoquer à nouveau ce numéro dans un futur article qui parlera de toute la production Spider-Man de 1964 sous la forme de l'Intégrale Panini de cette année là ! Je tâcherais alors d'élargir le propos pour ne pas faire doublon ! Mais faites moi confiance pour cela !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les dauphins, c'est en général mignons et Ecco the Dolphin ne fait pas exception à la règle ! Pourtant, si on en croit la vidéo du Joueur du Grenier, ce jeu vidéo, sorti en 1992 sur Sega Mega Drive vous fera "suer du sang" ! Le jeu a en effet un niveau de difficulté effarant et de "grosses erreurs de gameplay" !

    Au début du jeu, vous contrôlez Ecco qui nage tranquillement parmi ses congénères lorsqu'une race extraterrestre "kidnappe" tous les habitants des océans de la Terre pour en faire leur réserve de nourriture !

    On a donc là un scénario assez extravagant pour le moins ! Ajoutez à cela, Cité de l'Atlantis, et Voyages dans le temps et le tableau est complet ! En effet, pour retrouver ses copains, Ecco doit rendre l'un de ses globes à l'Astérite, la "plus vieille créature sur Terre" et pour cela, il doit explorer l'Atlantis et utiliser une machine à voyager dans le temps pour débarquer en pleine Préhistoire, voler un de ses globes à l'Astérite - qui ne le reconnaît pas ! - et le ramener à celle du Présent ! Noter le paradoxe temporel : Ecco rends la sphère à l'Astérite qui est en fait celle qu'il lui avait volé !

    Ecco se rends ensuite à nouveau dans le passé mais juste avant l'enlèvement de sa famille - avec le pouvoir de voir l'invisible et donc la reine Vortex, chef des aliens, pouvoir donné par l'Astérite !

    Ecco, notre dauphin, a différentes capacités : nager dans toutes les directions, sauter hors de l'eau, foncer en avant pour défoncer ses ennemis ou émettre un signal sonar pour communiquer avec les autres créatures !

    Pour la petite anecdote, le nom du dauphin protagoniste viendrait d'un livre de John Cunnungham, Lilly, un spécialiste des dauphins un peu azimuté, ayant abusé des drogues psychotropes, couchant avec ses sujets d'études et croyant qu'une intelligence alienne dirigeait la Terre !

    Pour tous vous dire, je n'ai jamais joué à ce jeu mais je voulais vous en faire une présentation, ne serait-ce que pour son scénario on ne peut plus fantaisiste ! Pour ce qui est de la difficulté du titre et du gameplay, je vous renvoie à la vidéo : "Joueur du Grenier - Ecco le dauphin - Mégadrive" sur Youtube, qui sera on ne peut plus exhaustive que moi, je vous ai fait ici la version courte et amuse-gueule !

    Ce jeu a été développé par la société Novotrade et adapté sur d'autres consoles Sega comme la Master System ou la Game Gear ! Il aurait donné lieu à trois suites !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On retrouve le manga Dragon Ball Super avec le tome 5 - intitulé "Adieu Trunks" qui voit la fin de l'arc Goku Black/ Zamasu et enchaîne avec l'arc suivant sur le Tournoi du Pouvoir !

    Les niveaux de puissance des protagonistes, Son Goku et Vegeta, ont encore augmenté de plusieurs crans ! Et il y a encore de la marge de progression ! Dragon Ball Super a de plus bien enrichi la mythologie Dragonballesque avec les Dieux de la Destruction et les Univers parallèles !

    Goku et Vegeta ont retrouvé le Trunks du Futur qui après la victoire de nos héros contre Cell et les Cyborgs qui a restauré l'avenir ! Trunks adulte est reparti dans son époque et dans les tomes précédents, a affronté Badibi et Darbla en tant qu’élève du Kaio Shin de l'Univers 7 ! Mais une nouvelle menace apparaît : Zamasu et son acolyte/avatar Goku Black !

    On a vu dans le tome 3 que l'objectif de ces deux là était l'éradication des humains ! Le combat contre nos héros est inévitable et Goku, au terme de l'affrontement, doit revêtir sa forme de Super Saiyan Blue ! Mais Zamasu, qui a fusionné grâce aux Potalas avec Goku Black, est immortel ! L'issue semble funeste jusqu'à ce que Goku ait l'idée d'invoquer Zeno, le Dieu suprême qui aura recours a une solution radicale et définitive : il éradique les méchants ainsi que toute la réalité du Futur d'un claquement de doigts !

    La paix est revenue et on a ensuite quelques pages de transitions entre deux arcs où principalement Vegeta s'entraîne avec l'ange Whis et où Goku fait ses emplettes ! Mais voilà que Goku se rappelle la conversation qu'il a eu avec Zeno au sujet d'un tournoi des univers !

    C'est ainsi que le Tournoi du Pouvoir se mets en place ! Dans l'anime Dragon Ball Super, on a eu droit à un pré-Tournoi entre notre Univers 7 et l'Univers 9 (avec les trois lupins du "Trio de Danger") ! Dans le manga, Toyotaro va plus loin en nous montrant un pré-tournoi entre les douze Dieux de la Destruction ! Rien moins que ça ! L'enjeu ne sera ni plus ni moins que la survie des Univers !

    Le trait de Toyotaro est encore très convaincant, notamment lors du combat entre Goku et Zamasu, très dynamique et retranscrivant bien le mouvement rapide et l'énergie ! Par contre, je sais déjà, pour avoir maté sur Youtube les reviews du ChefOtaku, que l'arc du Tournoi du Pouvoir va s'avérer décevant, en anime mais encore plus en manga, avec d'impardonnables erreurs techniques du dessinateur (mauvaises perspectives et lignes de fuite notamment, le B.A.-BA du dessin !) mais cela j'y reviendrais en temps et en heure !

    Mais pour le moment, vous pouvez encore vous procurer ce tome 5 les yeux fermés !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • The Head on the Door - The CurePour moi, The Cure est associé à l'étrange et au psychédélique ! Il faut dire que l'atmosphère qui se dégage de leurs clips confine souvent au cauchemar ! Plus jeune, je n'étais guère sensible à leur musique, à leur imagerie et à leur univers mais, avec l'âge, ai fini par les apprécier même si je ne suis pas un fan !

    The Cure est un groupe de rock britannique, originaire de Crawley, dans le Sussex de l'Ouest. Son leader est Robert Smith, auteur-compositeur-interprête et producteur, figure emblématique de cette formation musicale à la fois chanteur et guitariste ! Mais le groupe, qui s'est formé en 1976 comprends actuellement Roger O'Donnell aux claviers, Simon Gallup à la basse, Reeves Gabrels à la guitare et Jason Cooper à la batterie !

    The Cure appartient au mouvement new wave mais développe ses ambiances propres, tour à tour mélancoliques, rock, pop et gothiques ! Leur univers me fait aussi penser à celui de Tim Burton, notamment Edward aux mains d'argent !

    L'album que m'a prêté mon voisin Rico est leur sixième album studio - qui date de 1985 et se nomme The Head on the Door ! J'ai surtout retenu de mon écoute les deux hits :"In Between Days" et "Close To Me" .

    Le groupe effectue avec cet opus un virage vers la pop ! L'album comprends 10 titres ! Il est aussi plus varié dans ses ambiances sonores : guitare hispanique sur "The Blood", mélodie japonaise sur "Kyoto Song". The Head onthe Door permet au groupe de Robert Smith de se faire connaître de par le monde et l'artiste évoque Kaleidoscope de Siouxsie and the Banshee et Dare de Human League comme influences.

    Les clips des deux titres que j'ai retenus plus haut, sorti en singles, ont été réalisés par Tim Pope, très vite remarqués et instantanément des hits sur toute la planète !

    En fait, c'est la version remastérisée de 2006 que j'ai eu l'occasion d'écouter !

    Voilà, je n'en dirais pas plus sur cet opus car aurais sans doute dans le futur la possibilité de revenir sur d'autres albums de ce groupe !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Avec la Saison 5 de la série Marvel's Les Agents du Shield, les intrigues se complexifient et c'est salutaire car toute bonne série doit savoir se renouveler ! Les series-télé Marvel tracent un peu leur chemin en marge du MCU au cinéma ! Cette fois, après avoir exploré la réalité virtuelle du Cadre et flirter avec la magie démoniaques, nos agents du Shield, derrière Coulson, May, Daisy, Fitz, Emma, Mack et Yo-Yo, se retrouvent dans l'espace !

    Mais la plus grosse surprise, dans cette première moitié de Saison 5 ne vient pas tant du lieu mais de "quand ?" car nos héros ont voyagé de près d'un siècle dans le futur ! Ils découvrent avec horreur une humanité condamnée et en sursis, vivant sous la botte des Kree menés par Kasius, un despote sans pitié ! Mais le pire est que la Terre a été littéralement fendue en deux par la Destructrice de Mondes qui se révéléra être Daisy Johnson, alias Quake !

    Nos agents comprennent vite qu'ils seront prisonniers d'une boucle temporelle si ils regagnent le présent ! Ils se basent aussi sur les prédictions d'un oracle et bénéficient de l'aide de Deke, un vaurien de l'espace qui s'avèrera être le petit-fils de deux de nos héros !

    Coulson et son groupe bottent les fesses de la faction Kree qui a pris le contrôle des derniers Terriens et regagnent le présent ! Dans la seconde moitié de Saison, ils vont être confronté à la dernière incarnation d'Hydra en la personne de la générale Hale, une femme implacable qui a transformé sa propre fille Ruby - jouée par la jolie Dove Cameron - en tueuse d'élite !

    Dès lors, nos héros vont tenter de sortir de la boucle temporelle, en évitant que Daisy devienne celle qui condamnera la planète ! D'autres enjeux se font jour -- comme sauver Coulson d'une maladie dégénérative qui le condamne à moyen terme ! Il y a  cependant un dilemme qu'a posé la Yo-Yo du Futur : soit sauver leur chef, soit sauver la Terre !

    Tout va se jouer autour du Gravitonium - introduit en Saison 1 - censé renouveler le prodige du Super-Soldat, notre Captain America ! Ruby deviendra-t'elle  la Destructrice de Mondes en s'injectant cette substance qui modifie la gravité ? Non, en fait, c'est un autre personnage qui connaît ce destin ! On assiste alors à la naissance du super-vilain Graviton, mentalement perturbé qui devient l'antagoniste des derniers épisodes, secondé par une Confédération alienne qui comprends les redoutables Remorath !

    Nos héros pourront-ils déjouer Graviton, sauver la Terre et aussi Coulson ? La réponse nous est donnée dans le tout dernier épisode !

    A mon avis, Marvel's Les Agents du Shield est une série largement sous-estimée qui, comme je l'ai peut-être déjà dit par le passé, a connu une Saison 1 très décevante avant de prendre son envol ! On pourrait regretter de ne pas y croiser Cap America, Iron Man ou Thor ! Mais en fait, ce n'est nullement nécessaire ! Néanmoins, la venue de Thanos sur Terre est mentionnée à la fin de cette Saison 5 ! La série a été renouvelée pour une Saison 6 plus courte - d'une douzaine d'épisodes je crois ? Reste à voir comment les showrunners vont gérer le "claquement de doigts" de Thanos à la fin d'Avengers : Infinity War  dans la série ? Il est possible aussi que cette Saison 6 se déroule après la résolution qui ne manquera sans doute pas d'intervenir dans Avengers : Endgame en avril 2019 !

    A bientôt !

    PS : je vous souhaite à toutes et tous une bonne année 2019 ! Moi, ai la résolution de faire encore plus d'articles et de publier deux nouveaux livres chez Edilivre !


    votre commentaire
  • Tom Clancy est un auteur, spécialisé dans le thriller géopolitique et technologique, très rentable, dont l'oeuvre pléthorique est adaptée en jeux vidéo et évidemment au cinéma !

    Parlons de Patriot Games - Jeux de guerre en VF - qui est la seconde apparition à l'écran du personnage de Jack Ryan, ancien analyste de la CIA. Cette fois, c'est Harrison Ford qui remplace Alec Baldwin qui incarnait Ryan dans A la poursuite d'Octobre rouge en 1990. Ce second film est réalisé par Phillip Noyce, est sorti en 1992, basé sur un roman de Clancy paru en 1987.

    j'avais vu ce film à l'époque avec un pote qui lui n'avait pas été enthousiasmé par ce métrage qu'il avait jugé trop manichéen : "les méchants terroristes de l'IRA" !

    Le film mets en avant la toute puissance technologique des services de renseignements occidentaux, leur pouvoir de décider de la vie et de la mort de quiconque leur déplait en appuyant sur un bouton ! C'était, il ne faut pas l'oublier dans un contexte post Première Guerre du Golfe - et son aspect "jeu vidéo" - mais bien avant l'utilisation des premiers drones dans les années 2000 !

    Le sujet du film tourne autour du terrorisme en Irlande du Nord ! Jack Ryan, lors d'une conférence à Londres, se retrouve par hasard sur le lieu d'un attentat et sauve la peau d'un Lord et permets l'arrestation du terroriste Sean Miller et abat le frère de ce dernier !

    Mais Sean va, avec l'aide d'un commando, parvenir à s'échapper et chercher à se venger de l'analyste ! Notre analyste qui va se retrouver en première ligne sur le terrain ! Miller va s'en prendre à sa famille obligeant Ryan à rempiler à la CIA ! Il va donc se confronter aux terroristes !

    Dans le rôle de Sean Miller, on retrouve Sean Bean, l'acteur que l'on peut revoir notamment dans Goldeneye, le premier James Bond avec Pierce Brosnan en 1995 mais surtout plus près de notre époque dans le rôle de Ned Stark dans Game of Thrones - un acteur qui a la particularité de décéder dans quasiment tous ses films ! On a aussi Anne Archer dans le rôle de Catherine Ryan, la femme de Jack !

    Que penser de ce film ? C'est efficace mais cela reste un thriller qui ne sort pas trop du lot ! On sera appelé à revoir le personnage de Jack Ryan dans d'autres films - incarné par Harrison Ford puis Ben Affleck et Chris Pine.

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Idriss Aberkane s'est fait connaître du grand public avec son essai Libérez votre cerveau ! - sous-titré "Traité de neurosagesse pour changer l'école et la société" qui est son premier ouvrage, paru en 2016 ! Il reprends certaines des idées de ce premier livre dans son second essai, L'âge de la connaissance - et ce présent billet reprendra des idées de mon précédent article mais il faut bien voir que Libérez votre cerveau ! a été écrit avant L'âge de la connaissance  !

    Notre cerveau est plus grand que l'ensemble de nos créations ! Il doit revendiquer son autonomie et sa liberté et n'être asservi par aucun système. Par ailleurs, si notre société brasse un nombre incalculable de connaissances, elle est très loin de montrer des signes de sagesse !

    Dans ce livre, Aberkane décrit le fonctionnement de notre cerveau, ses lacunes, ses manques, ses biais et tente d'évaluer comment améliorer notre fonctionnement mental !

    Nos idées doivent être comme les objets physiques que nous manipulons ! Il faut munir nos concepts d'empans, de "poignets" permettant à notre esprit de mieux les saisir !

    L'auteur  remets aussi en question notre système éducatif, qui valorise trop la note ! Or le réel présente une plus grande variété de situations que celles évaluées par l'école ! De plus, l'institution scolaire valorise des "vertus" qui ne sont pas celles de la vie ! Ainsi le travail collaboratif est traité comme de la triche alors que dans le monde, c'est la norme !

    L'essayiste introduit ici sa notion de potentiel/capital At - Attention/temps et mets aussi en avant la valeur de l'amour et de la motivation dans la recherche d'idées !

    Ce livre est en réalité issu de l'une des trois thèses de doctorat d'Aberkane, celle sur la neuroergonomie. Il enjoint l'Homme à s'inspirer de la Nature et appelle à une seconde Renaissance ! Les objectifs sont aussi de redonner l'envie d'apprendre et à respecter nos neurones !

    Bref, il y aurait encore beaucoup à dire et aurait sans doute l'occasion de revenir sur certaines de ces idées dans de futurs articles "Des Réflexions à foison" ou dans le livre que je compte éditer en 2019 - à la manière des Cahiers de Paul Valéry (sur lesquels j'ai travaillé à la fac !) - recueil qui s'intitulera "Matières à penser" !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Autant en emporte le vent - Victor FlemmingQuel est le plus gros succés de l'Histoire du cinéma ? Titanic ? Star Wars - Le Réveil de la Force ? Avatar ? Avengers : Infinity War ? Que nenni ! Si on tient compte de l'inflation, c'est Autant en emporte le vent, film de Victor Fleming, vaste fresque romanesque et historique, adapté du livre de Margaret Mitchell !

    Le roman à l'origine du film date de 1936 et le film est sorti aux Etats-Unis en 1939 ! En raison de la guerre et de le l'embargo sur les films américains exercé par les autorités allemandes, les Européens ne découvriront ce chef- d'oeuvre qu'à la Libération ce qui a largement contribué à la légende du film !

    Autant en emporte le vent est surtout connu pour son couple emblématique à l'écran, Clark Gable, au charme magnétique, et Vivien Leigh, qui incarnent Rhett Butler et Scarlett O'Hara, sur fond de Guerre de Sécession ! Lui est cynique et l'incarnation du parfait macho, elle est une femme forte prête à tout pour sauver "Tara", le domaine familial, plantation de coton, dans le Sud profond dont on sait qu'il va perdre la guerre !

    Ce film mêle donc la petite et la grande histoire ! Scarlett a un caractère bien trempé, obstinée, rusée et capricieuse et sait "manipuler" les hommes qui ne sont pas insensibles à ses charmes à l'image de Leslie Howard qui joue Ashley Wilkes le premier mari de l'héroïne ! Finalement, le seul véritable amour de la jeune femme - et celui qu'elle ne peut avoir ! - s'avérera être Rhett Butler !

    C'est véritablement un film fleuve dans tous les sens du terme, qui dure presque 4 heures (238 minutes), avec de gros moyens ! La séquence de l'incendie de la ville d'Atlanta est restée dans les mémoires !

    Au casting, on notera également la présence d'Olivia de Havilland !

    J'ai vu ce film très jeune et l'avais revu dans les années 1990 lors d'un marathon cinéma au cinéma d'art et d'essai Le Lux -  avec d'autres films comme  La Grande Vadrouille, M le Maudit  ou encore Sailor et Lula  (tous chroniqués sur ce blog !)  !

    Evidemment, Autant en emporte le vent a reçu maintes récompenses prestigieuses ! Considéré comme le quatrième meilleur film américain de l'Histoire du cinéma dans la catégorie "Films épiques" et aussi "Film préféré des Américains" selon un sondage Harris Interactive en 2008 et 2014 ! Et pour les récompenses académiques, le film a raflé dix Oscars en 1940 dont Meilleur Film, Meilleur Réalisateur, Meilleur Scénario Adapté, Meilleure Actrice (pour Vivien Leigh) et Meilleure Actrice dans un second rôle (pour Hattie McDaniel, première actrice noire oscarisée !).

    Le film de Victor Fleming - Gone with the Wind  en VO - est considéré aussi comme la plus grande histoire d'amour de toute l'Histoire du cinéma ! Il est amusant de constater qu'une des affiches de L'Empire contre-attaque, le Star Wars de 1980, reprends l'affiche d'Autant en emporte le vent ou Harrison Ford et Carrie Fisher s'étreignent et s'embrassent à la manière de Scarlett et Rhett !

    Enfin, ce film nous montre la condition des afro-américains, retranscrit toute une époque et est d'ailleurs divisé en quatre tableaux !

    Et la musique, le thème principal de Max Steiner et Lou Forbes a marqué les esprits !

    C'est donc un film qui doit faire partie de toute culture cinématographique individuelle, un Incontournable !

    A bientôt !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires