• La forme littéraire du dialogue est, depuis les dialogues socratiques de Platon, une forme très courue en Philosophie et c'est cette manière que Diderot adopte dans son Entretien entre D'Alembert et Diderot qui précède immédiatement le très célèbre texte qu'est Le Rêve de D'Alembert. Le philosophe matérialiste y prend quelques libertés avec son comparse de L'Encyclopédie et se met en scène avec lui dans la dialogue qui porte principalement sur la matière.

    Diderot rejette avec force le dualisme de Descartes qui postule une différence de statut voire d'essence entre l'esprit, la res cogitens et le corps, la res extensa. Ceci pose divers problèmes métaphysiques comme "comment un chose qui n'a pas d'étendu peut-elle mouvoir une chose qui en a ?" ou "comme la res cogitens, une et indivisible, peut-elle avoir plusieurs idées en même temps ?".

    Dès l'incipit du dialogue, D'Alembert concède que ces conceptions de l'âme ne peuvent être admises et s'intéresse à la théorie de Diderot et des matérialistes qui postulent une sensibilité à la matière, déclinée en sensibilité inerte - que l'on retrouve dans le marbre par exemple - et la sensibilité active, présente dans chaque fibre des animaux, ce qui donne la sensibilité globale de l'animal. Viendra plus tard dans le dialogue la question de comment on passe à l'être sentant à l'être pensant ?

    Diderot établit qu'il y a un continuité entre l'inerte et le vivant, par-delà la vision métaphorique de l'artiste-sculpteur changeant la pierre en chair ! Mais broyez le marbre et faites-en de l'humus, les plantes vont alors s'en nourrir puis les animaux se nourriront des plantes. On assimile donc l'inerte par l'acte de manger !

    Nos deux interlocuteurs en viennent ensuite à parler de la génération des êtres vivants et Diderot ne croit pas à la théorie des êtres préformés dans les germes car ça supposerait que toutes les générations à venir seraient contenues en l'état dans un ovule ou un spermatozoïde, ce qui suppose alors la matière divisible à l'infini, ce qui est incompatible avec l'étymologie du mot "atome" même, a-tomos : insécable !

    Concernant les êtres pensants, Diderot imagine un clavecin vivant qui serait comme la matière pourvu de sensibilité et comme les êtres vivants de mémoire, un tel clavecin ne serait pas alors instrument de musique mais aussi interprête car il entendrait les mélodies que l'on joue sur ses touches et, se les rappelant, pourrait les recréer de lui-même ! Pour peu qu'il puisse se reproduire et engendrer des petits clavecins...

    Voilà, il y a bien d'autres choses dans ce dialogue mais vous en ai là souligner quelques grandes lignes ! Comme je ne veux pas étaler ma science et en garde pour une dissertation que je dois faire ailleurs, je vais arrêter là mon exposé mais n'en doutez pas on retrouvera Diderot bientôt ! J'ai eu ma période Platon pendant deux étés et ai maintenant ma période Diderot en me plongeant dans ses oeuvres intégrales à commencer par sa philosophie !

    A bientôt !

    PS : Par ailleurs, à un ou deux livres près, ce texte de Diderot est le soixantième ouvrage que je lis en 2020 !


    votre commentaire
  • Après Scarlett Johansson, on reste dans les femmes d'action qui prennent en main leur destin avec Kate Beckinsale, alias Selene dans le film de 2006, suite de la franchise qui voit s'affronter la lignée de Vampires et celles des Lycans à savoir Underworld 2 : Evolution signé toujours Len Wiseman.

    En fait, il semble que dans l'opus 1, on n'ai eu affaite qu'aux sous-fifres, Viktor, Kraven et Lucian - et les derniers méchants du premier films sont vite éliminé au début de ce nouveau récit qui en est dans la parfaite continuité ! De l'action et des complots millénaires sont au programme !

    A l'origine du conflit entre les deux lignées de monstres, si on remonte au début du XIIIème siècle , il y a les deux fils d'Alexander Corvinus, Markus le premier Vampire et William le premier Lycan, sortes de Abel et Cain surnaturels; Aux premiers temps, William et sa meute faisaient des ravages et Viktor et Amélia le capturent alors et m'enferment en un lieu secret que seuls des médaillons peuvent ouvrir ! Markus n'est pas trop d'accord mais ronge son frein !

    Des siècles plus tard, Markus décide de passer à l'action de nos jours et de délivrer son frère ! Il se met en quête des médaillons et c'est là que Selene intervient car le secret qui entoure la mort de sa famille et la transformation de la jeune femme en vampire à trait à ces clés et au conflit originel !

    Selene et Michael Corvin - joué par Scott Speedman, le premier hybride vampire/lycan vont donc devoir contrecarrer Markus ! Le film n'est qu'une suite  de scènes d'action et de révélations ! A la fin, nos deux héros, accompagnés d'un commando de nettoyeurs vite balayé, affrontent le duo de frangins !

    Que dire ? C'est du pure divertissement et les héros l'emportent à la fin ! Ceux qui aiment des univers comme ceux d'Anne Rice ou du jeu de rôles Vampire : La Mascarade,  y trouveront peut-être leur compte mais pas certain vu qu'il ne s'agit là que d'une succession de combats ! Ca n'a pas empêché la sortie par la suite d'au moins deux opus supplémentaires !

    Voilà, pas grand chose de plus à en dire ! Passable et vite oublié ! Reste le joli minois et la jolie plastique de l'actrice principale qui enchaine les pirouettes et les sauts dans le vide avec classe !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Japon est indéniablement un pays de haute technologie, à la pointe de l'informatique et demain du transhumanisme et il était inévitable que cette culture cyberpunk inspire des auteurs  de manga dans le genre science-fiction ! C'est ainsi que Masamune Shirow publia son oeuvre emblématique Ghost in the Shell  en 1989. J'avais vu l'animé qui en avait été produit et réalisé par Mamori Oshii en 1995, premier film d'une longue franchise. Mais là il va être question du film de Rupert Sanders, adaptation américaine de 2017 du récit du Japonais.

    Un film qui mèle à la fois action et reflexions philosophiques sur ce qui fait de nous des êtres humains, la question de notre identité qui réside dans notre âme, ce que le film appelle le Ghost.

    L'interprète principale du film est Scarlett Johansson, qui endosse un rôle aussi musclé que Black Widow. L'actrice a déjà fait ses preuves dans ce genre de rôle tout en muscle mais qui endosse ici une vraie personnalité !

    Il va donc être question des relations entre humains et technologie dans un XXIème siècle que les Laurent Alexandre nous annoncent déjà ! Une époque d'humain augmentés. Mais hybridé à la machine, l'humain conserve-t'il encore son identité ?

    Le Major Mira Killian est la première de son espèce : un esprit humain dans un corps entièrement robotique ! Cette jeune femme, interprétée par Johansson, a été sauvé du trépas en transférant son cerveau dans un robot sophistiqué pour le compte de la société Hanka. Mais suite à ça, elle a a tout oublié de son passé.

    Le Major devient alors une arme au service de la Section 9 pour lutter aux côtés de Batou, un colosse au grand coeur, joué par Pilou Asbaek, contre les terroristes.

    C'est ainsi qu'elle va se mettre sur la piste de Hideo Kuze, un hackeur joué par Michael Pitt - et qui assassine les ingénieurs d'Hanka ! En réalité, Mira va en apprendre plus sur son propre passé qui va ressurgir car elle et Kuze sont tous les deux des marginaux qu'on a arrachés à la rue, puis charcutés pour en faire ce qu'ils sont, le futur des humains mi biologie, mi machine.

    A partir de là, le Major va partir dans une quête personnelle, récupérer sa mémoire et réclamer justice, notamment contre Cutter, joué par Peter Fernandino, l'initiateur du projet !

    Le film donne dans le grandiose conernant la société du futur avec ses villes à la Blade Runner, portées à l'écran en images de synthèse. Un peu au dépens du scénario mais ça reste satisfaisant !

    Au casting, on retrouve aussi la présence de Takeshi Kitano et  Juliette Binoche !

    Mira Killian va-t'elle se perdre dans le Réseau en y noyant son âme, d'où le Ghost in the Shell du titre !

    Un bon film pour rentabiliser mon abonnement forcé à Amazon Prime !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans le cadre de mon mémoire de Master M1 de Philosophie, je travaille sur le domaine ô combien ardu mais passionnant et fertile des sciences cognitives et de la philosophie de l'esprit. Je vais ici vous parler d'un livre de Jerry Fodor au titre amusant, L'esprit, ça ne marche pas comme ça.

    L'auteur y aborde ce que l'on appelle la Nouvelle Synthèse qui est dans le domaine précité, l'ensemble des Théories Computationnelles de l'Esprit (TCE). Peut-être vous êtes vous entendu dire enfant, si vous aviez de bons résultats à l'école ou si vous veniez de résoudre un problème de maths ardu que vous "fonctionniez comme un ordinateur" ?  C'est cela la TCE, comparer le fonctionnement de l'esprit humain à celui d'une machine, plus précisément d'une machine de Turing !

    Cette théorie pose que les processus mentaux sont en fait des calculs qui s'exercent sur des représentations syntaxiques. Ils ont la particularité d'être des phénomènes locaux et même modulaires ! L'esprit fonctionnerait par modules qui s'acquittent chacun d'une tâche précise (reconnaitre les triangles ou les carrés, additionner, détecter les menteurs, etc,..).

    En réalité, l'esprit ne fonctionne ni par calcul et n'est pas modulaire dans sa globalité. Nos théories scientifiques pensées par notre esprit présentent un certain nombre de caractéristiques (la simplicité, la centralité,...) qui ne vont pas bien avec des processus locaux, c'est le problème de l'abduction ou comment on restreint les hypothèses. Les représentations syntaxiques ne sont pas dépendantes du contexte ! Ainsi "Pierre aime Marie" ou "Jean aime Juliette" ont la même structure syntaxique mais des contextes différents. Comment dès lors l'esprit différencie-t'il ces contextes si ce n'est pas par des calculs locaux ? C'est le rôle de la pensée globale qui n'est donc pas modulaire !

    Noam Chomsky a balisé le terrain de ces représentations syntaxiques, à propos du langage, sur le terrain épistémique. Il pose, dans la lignée de Platon et des rationalistes depuis Descartes, qu'il existe des connaissances innées ! En effet, il observe qu'autrement, les nouveaux-nés, qui évoluent dans un environnement "pauvre en stimuli", ne pourraient faire autrement l'acquisition du langage sans ce matériel innée. C'est donc un nouveau nativisme à peu de frais !

    Et Darwin dans tout cela ? Si on pense les processus cognitifs comme des calculs, on est amené à envisager la modularité et si on croit en la modularité, alors l'adaptation évolutionnaire est invoquée. Nous aurions un bagage à la naissance qui nous permet de nous adapter "à tous les mondes" (et à interagir avec nos congénères qui partagent le même bagage) puis dans notre vie, on acquiert des connaissances empiriques et contingentes qui nous aident à interagir avec notre milieu local. Comme le monde précède l'esprit, on peut raisonnablement envisage que celui-là façonne celui-ci ! Cet argument en faveur de l'évolution tient en tout cas plus la route que ceux de la cohérence, de la téléologie (fonctions) ou de la complexité !

    C'est un domaine vraiment très intéressant comme vous pouvez le voir ici si j'ai bien fait mon boulot ! A la fin de son essai, Jerry Fodor confesse et dresse un constat qu'en un demi-siècle de sciences cognitives, on n'a pas beaucoup progressé et que notre ignorance reste abyssale !

    Ca m'intéresse d'autant plus qu'il y a 25 ans, j'ai obtenu une maitrise de neurosciences (mais c'est encore une autre approche !) et que j'envisage aussi de faire plus tard un cursus de psychologie ! Et comme vous le savez, je suis à fond pour la transdisciplinarité !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Je connaissais Pierre Pevel pour sa trilogie Les Lames du Cardinal - dans laquelle je ne suis jamais parvenu à rentrer et qui a donné un jeu de rôles confidentiel chez Sans-Détour ! L'homme est un écrivain de l'imaginaire assez bon dans le domaine de la fantasy. Il a obtenu de nombreux prix comme le grand prix de l'Imaginaire en 2002, le prix Imaginales 2005 ou le David Gemmell Morningstar Award en 2020 ! Mais pour moi, ça ne préjuge pas de son talent car je ne crois pas en ces prix qui sont souvent des renvois d'ascenseur entre copains et des combines d'éditeurs pour vendre ! Du temps où je soumettais des textes à des "fanzines de l'Imaginaires", j'avais remarqué qu'il y avait un petit cercle qui se cooptaient entre eux ! Je le dis sans amertume car j'ai trouvé ma voix ensuite sans passer par ces revues !

    Revenons à Pïerre Pevel et à une autre de ses trilogies, à savoir Le Paris des Merveilles et son tome 1 "Les Enchantements d'Ambremer". Excellent et l'ai dévoré en deux jours ! De la qualité même si ça ne reste que de la littérature de divertissement !

    Pevel y développe un univers très riche ! L'intrigue se déroule à Paris - évidemment ! - à la fin de la Belle Epoque en 1909. On y retrouve tous les éléments du genre fantasy méles à notre réalité d'alors. On croise des fées, des gnomes, des dragons, des chats-ailés, des ogres, des elfes, des gargouilles et aussi des mages regroupés en Cercle Cyan, Cercle Incarnat et Cercle d'Or. Des explications qui arrivent toujours au bon moment, sans alourdir le récit, nous sont faites, sur la magie, sur la nature des fées, etc,...

    Il y a trois mondes que l'on va parcourir dans ce récit : notre Terre, l'Ambremer (le monde des Fées) et l'Onirie (le monde des rêves et des cauchemars).

    Les héros sont en fait un couple. Il y a le mage Louis Denizart Hipppolyte Griffont, plusieurs fois centenaire mais qui parait la quarantaine (la magie, ça conserve !) et son épouse, Isabel de Saint-Gil dont il est séparé et qui est en fait Dame Aurélia, une Fée en disgrace et intrigante, cambrioleuse de surcroit !

    L'histoire va connaitre de nombreux rebondissements même si le lecteur perspicace peut les voir venir ! Au départ, un diplomate mondain, Ruycours, traine dans plusieurs affaires ! Il dirige un trafic d'objets magiques sur lequel Griffont va être amené à enquêter et il a fait dérober une correspondance et une broche en Russie par la baronne de Saint-Gil, Isabel donc, qu'il tente de doubler ! Enfin, il récupère un objet mystérieux à une vente aux enchères.

    Mais ce Ruycours n'est qu'un lampiste et très vite, il apparait que c'est la Reine Noire qui est derrière tout ça ! Dame Aurélia s'est mise dans un foutu guépier et va solliciter l'aide de son époux Louis. Je vous passe les rebondissements car je veux vous laisser la surprise ! Disons seulement que ça tourne autour de sept statuettes et d'un ancien amant-dragon de la Reine Noire !

    On retrouve aussi la géographie de la capitale (la Tour Eiffel, le Parc Monceaux, le cimetière du Père-Lachaise, l'asile Saint-Anne,...) et des éléments de l'époque (Georges Mélies, Lord Dunsany,...). Vous pourrez même croiser Valentin, Pujol et Terrasson des Brigades du Tigre ! Une lecture que je vous recommande donc si vous n'avez pas plus fondamental à lire (je veux dire si vous êtes à jour sur les classiques !) !

    A la fin de ce récit, on a même droit à une petite nouvelle intitulée"Maagicis in mobile" où Mélies fait advenir le Nautilus dans la Seine lors des inondations de 1910 en utilisant une lentille de projecteur magique !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La série de BD Valérian s'est arrêtée au bout d'une vingtaine d'albums, une fois toutes les intrigues conclues mais on n'en avait pas fini avec les aventures de nos deux agents spatiotemporels, Valérian et Laureline ! On a eu par la suite des romans, et une autre série de BD, Valérian vu par...

    Christin et Mézières ne se sentaient pas d'attaque pour repartir sur une nouvelle grande saga de leurs héros mais, le passé, le présent et le futur étant relatifs dans leur univers de science-fiction décalé, ils nous ont livré quelques numéros hors-séries dont les deux tomes d'histoires courtes intitulés "L'Avenir est avancé" dont le premier tome est sorti en 2013 et le second plus récemment !

    A la manière de deux historiens qui n'en finissent pas de gloser, nos deux auteurs présentent des petits récits de 4 à 6 pages qui reviennent sur les aventures de leurs deux héros, en dévoilent des aspects méconnus, comme l'arrivée de Valérian dans la forêt d'Arelaune où il rencontra sa compagne, sur une romance et infidélité de l'agent spatio-temporel dans le New York apocalyptique de 1986, sur la première fois où les Shingouz aperçurent nos deux aventuriers de l'espace,... On revient aussi sur Alflolol, on se confronte une nouvelle fois aux Oiseaux du Maitre, aux Héros de l'Equinoxe et on parcourt une fois de plus les Terres Truquées ou à Point Central ! Vous l'aurez compris, l'heure est au bilan et à la nostalgie !

    Et nos deux auteurs multiplient les clins d'oeil  tant dans le texte (avec une référence à Dark Vador) que dans le dessin (avec le Bain Truc d'Ingres) !

    En plus, Mézières nous gratifie de superbes illustrations pleines pages en double pages en ouverture de chaque petit récit façon pastel !

    On a en tout neuf histoires dans ce premier tome appelé à l'origine "Souvenirs de futurs" !

    Voilà, n'ai pas grand chose de plus à en dire sinon qu'on retrouve la qualité qui a fait la série et que ça nous fait aussi ici réviser nos "classiques" sur cet univers très original !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'un des attraits des aventures de Lucky Luke est de nous présenter régulièrement des personnages hauts en couleurs, voire complétement loufoques et souvent inspirés d'authentiques légendes du Far-West ! C'est le cas dans "L'Empereur Smith", le quarante-cinquième album de Lucky Luke (et le dernier scénarisé par Goscinny), paru en 1976, toujours chez Dargaud !

    Comme toujours avec Goscinny, par derrière l'aspect "divertissement et franche rigolade" du récit, il y a une critique sociale - ce qui fait que ces différents niveaux de lectures peuvent intéressés aussi bien les enfants que les adultes (et c'est vrai aussi pour les albums d'Astérix !). Ici, le génial scénariste se livre à une dénonciation des dérives du pouvoir et de tous ceux qui se laissent abuser par les avantages que celui-ci procure !

    De quoi retourne-t'il ici ? Luke va croiser la route de "L'Empereur Smith" qui est en fait un ancien éleveur à qui la richesse soudaine a fait perdre l'esprit et qui se prend désormais pour "l'Empereur des Etats-Unis" (pensez aux clichés de tous ces fous dans les asiles censés se prendre pour Napoléon !). Avec sa fortune, le nouveau monarque s'est acheté une petite armée de gardes impériaux et des dizaines de canons des rebuts de la guerre de Sécession ! Les habitants de Grass Town, amusés par cet excentrique, se plient au jeu et lui font parvenir des lettres des souverains d'Europe qu'en fait ils rédigent eux-mêmes !

    Ceci ne porterait pas à préjudice si l'armée de notre Smith n'était pas opérationnel et un bandit du nom de Buck Ritchie a vent de cette information et ça ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd ! Le desperados va alors manipuler le bon et innocent Smith - et son aide de camp, un certain Gates, ancien cuisinier, pour "reprendre le contrôle du pays" et au passage faire sauter les banques des alentours !

    Grass Town est remise au pas et une folie collective s'empare alors des notables de la ville qui assument ensuite des rôles de plénipotentiaires dans le gouvernement de Smith - oubliant à la fin du récit leur moment d'égarement !

    Lucky Luke parviendra à ramener les choses en ordre, en conduisant certains à l'asile et les autres en prison ! C'est le manque d'argent, nerf de la guerre, qui provoquera la chute de l'"Empire" !

    Pour la petite anecdote, le personnage de Smith s'inspire donc d'une vraie figure de l'Ouest, un dénommé Joshua A. Norton qui, comme le personnage de la BD, péta un câble et se prit pour l'Empereur Norton Ier. Ca se passait en Californie, à San Francisco, au milieu du XIXème siècle ! Là aussi, ce personnage - historique ! - était inoffensif et provoquait l'amusement et la sympathie (mais jamais la moquerie  !).

    Voilà pour cet album ! Je signale qu'en ce moment, résidant dans un Foyer et comme nous avons un cas de Covid, je suis de nouveau confiné et compte en tirer profit pour vous faire quelques comptes-rendus de lectures effectuées à cette occasion contrainte !

     A bientôt !

    PS : Par ailleurs, je vous remercie tous les fidèles lecteurs ce mon eklablog, car sur cette plateforme, où j'avais atteint il y a peu les 400.000 pages vues, je viens de dépasser les 200.000 lecteurs/visiteurs là ! J'avais oublié de signaler le passage aux 100.000 lecteurs et aux 200.000 pages vues mais le fait pour ces deux nouveaux caps qui_représentent le double de ces chiffres ! Merci à vous tous !


    votre commentaire
  • Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient - Denis DiderotNous allons maintenant aborder un autre texte de Denis Diderot, daté de 1749, à savoir, la Lettre sur les aveugles,  sous-titrée "à l'usage de ceux qui voient". L'athéisme de Diderot n'est plus un mystère mais parmi les spécialistes de ce philosophe, il y ceux qui ont une lecture "continuiste" de son oeuvre et ceux qui pensent que ses positions ont évolué.

    Pour les "continuistes", Diderot a toujours été athée - ce qui a provoqué des querelles avec son père et son frère - et si Diderot semble s'éloigner de cette ligne de pensée, c'est pour des raisons de prudence face à la censure, censure royale et censure religieuse très active à son époque. Pour les autres interprètes des écrits du protagoniste de L'Encyclopédie, Diderot, avant d'être athée, serait passé par une phase déiste.

    Dans sa philosophie, Diderot ne bâtit pas de "système" mais il incite à réfléchir par soi-même, multiplie les positions auctoriales afin de confronter les opinions.

    La Lettre sur les aveugles, parce qu'elle contient de fortes positions anti-religieuses, conduisit son auteur en prison ! A cette époque, on pouvait être détenu pour ses opinions en France ! Diderot fut en effet arrêté le 24 juillet 1749 et détenu jusqu'au 3 novembre de cette même année au donjon de Vincennes ! Il fut très marqué par cette détention et par la suite destina la plupart de ses écrits à des publications posthumes. La Lettre sur les aveugles avait secoué le milieu des dévots proches du Roi, milieu qui n'avait déjà pas très bien accueilli les Pensées philosophiques, trois ans plus tôt !

    Dans le texte de 1749, un aveugle de naissance, Saunderson, a un échange avec un homme de lettres et croyant à propos de l'argument théologique. Cet argument est une preuve en faveur de l'existence de Dieu - bien qu'une preuve d'importance secondaire - et qui postule que la Beauté et l'Ordre du monde ne peuvent être que l'oeuvre d'un Dieu architecte !

    A l'idée d'un monde dont l'ordre est un élément inhérent, les matérialistes et athées à cette époque vont montrer que la Beauté n'est pas dans les choses elle-mêmes mais qu'elle est subjective. Si le Beau n'est que le résultat d'un jugement, l'argument théologique et la preuve de l'existence d'un Dieu organisteur s'écroulent. Et dans la Lettre sur les aveugles, Saunderson va pointer à son interlocuteur que la Beauté du monde lui échappe, lui qui est dépourvu de la vue, donc qu'il ne peut pas croire en l'existence de Dieu si il "ne peut toucher la divinité" - argument qu'il redouble d'une diatribe sur l'injustice du Créateur qui l'a affublé d'une telle "tare" !

    Mais on a aussi de longs développements dans cette Lettre au sujet du problème de Molyneux sur lequel avait déjà réfléchi Locke, Condillac ou Berkeley. A savoir, un aveugle de naissance qui recouvrirait la vue et qui ne connaitrait les figures géométriques tels que le cube ou la sphère que par le toucher, serait-il capable de les reconnaitre en les voyant pour la première fois ? John Locke avait apporté une réponse négative et Diderot semble allé dans le même sens sans être vraiment convaincant voire un peu tiède dans son argumentation.

    L'idée est qu'un aveugle-né qui recouvrirait la vue et qui ne serait pas philosophe n'aurait aucune idée de quel est le cube ou quelle est la sphère simplement en les voyant ! Les idées découlent de nos sensations selon les empiristes, les idées simples d'abord desquelles sont déduites les idées complexes. Déduire la sphère du cercle demande un travail de réflexion et une intentionnalité.

    L'aveugle qui recouvre la vue pourrait identifier cube et sphère en se servant de l'expérience, en faisant parcourir mentalement ses doigts sur les objets par l'imagination en les voyant voire en les touchant carrément. Enfin, il y a une autre catégorie d'aveugles qui aurait peut-être plus de certitudes, ce sont le métaphysicien et le géomètre qui pourraient argumenter sur la nature de ces figures !

    Un texte intéressant qui ouvre des champs de réflexions possibles et touche au domaine de la philosophie de la connaissance. Dans l'édition que j'ai du texte, il y a en outre un autre texte, Additions à la Lettres sur les aveugles, écrite 20 à 30 ans plus tard par un Diderot vieillissant qui révisait son texte initial et qui ici ne tranche pas non plus mais relate le cas d'une jeune aveugle admirable de ses amies, une certaine Melle Mélanie de Salignac, qui avait "beaucoup de science" malgré son handicap, était d'une grande droiture et probité mais qui hélas est morte aux alentours de la vingtaine, ce qui attriste fortement notre bon philosophe ! Un portrait touchant sur une jeune amie !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • A la fin des Derniers Jedi, la Résistance avait presque perdu la partie, réduite à quelques éléments, quelques combattants qui tenaient dans les coursives du Faucon Millenium ! Rebecca Roanhorse, dont c'est la première irruption dans le monde de Star Wars, nous raconte dans le roman Star Wars : Renaissance comment le mouvement de la Générale Leia Organa va se reconstituer peu à peu.

    Nos héros sont donc en fuite et sur la brèche. Dans ce roman de 400 pages, Leia, Rey, Poe, Finn, Rose, Chewbacca, R2D2, C3P0, BB-8, Connix et quelques autres vont redoubler d'efforts et se lancent dans quelques audacieuses missions pour trouver des hommes, des vaisseaux, des ressources et des informations. Le Premier Ordre, lui, se montre toujours aussi impitoyable! !

    On regrettera que Rey soit trop en retrait dans ce récit ! Par contre, montrer que Leia est affaiblie est une bonne idée et prépare la suite ! On sait que son décès dans l'Episode IX est inévitable, l'actrice Carrie Fisher étant elle même passée de vie à trépas.

    La Résistance a besoin de leaders et elle va recruter Rieekan et Orrimaarko, des vétérans de la Rébellion dont on se demande quels âges ils peuvent bien avoir ici ! Wedge Antilles fait aussi son grand retour avec sa compagne Norra (introduite dans la trilogie romanesque Riposte), la mère de Snap Wexley !

    En fait, ce qui est bien avec ce roman, c'est qu'il lance des ponts vers plein d'autres histoires de l'univers Star Wars et réunit plein de personnages ! On retrouve ainsi l'Escadron Black juste après les évènements de Grail City sur Ikkrukk, lors du sixième et dernier Tome de la série de comics Poe Dameron. Le roman Liens du sang de Claudia Grey est également connecté à ce récit par le personnage du Sénateur Ransolm Casterfo, ici très affaibli. Et les jeux vidéo ne sont pas oubliés puisqu'on revient sur la planète dépotoir Bracca introduite dans Star Wars - Jedi : Fallen Order et on a aussi des références à Iden et Zay Versio, Shriv et au Corvus de la campagne solo de Star Wars - Battlefront II !

    Le groupe de résistants se réfugie d'abord sur Ryloth, accueilli par un certain Yendor, un ami de Leia puis différentes missions de recrutement sont organisées ! C'est ainsi que Wedge et Norra reviennent dans les rangs et une ex-Impériale devenue Seigneur de Guerre est mobilisée contre l'oppression depuis Rattatak.

    Ensuite, le récit tourne autour de trois missions (en plus des événements sur Ryloth) : on a la mission sur Bracca par le groupe de Shriv pour récupérer des chasseurs stellaires et deux missions sur Corellia, à Coronet City, par le groupe de Poe qui va devoir mettre la main sur une liste de "personnes séditieuses" auprès de l'organisation Le Collectif et le dernier groupe, celui de Wedge qui doit délivrer certains de ces prisonniers politiques !

    En parallèle à cela, on suit les mauvais choix de Winshur Bratt, un bureaucrate zélé du Premier Ordre !

    Un roman de transition qui fait partie du projet "Voyage vers L'Ascension de Skywalker" - comme il y avait eu pour les Episodes VII et VIII ! Ca se lit bien en parallèle du comics Star Wars : Allégeance qui se déroule après !

    A bientôt !

    PS : A noter qu'il existe un roman homonyme Star Wars : Renaissance dans le "Légendes", dans le Nouvel Ordre Jedi très exactement (mais qui n'a évidemment rien à voir, aucun lien !) !


    votre commentaire
  • En 2014, Dan Slott écrit une histoire assez révolutionnaire  - comme tout ce qu'il a fait sur son Run ! - pour les récits sur Spider-Man à savoir Spider-Verse ! Le postulat est de se faire rencontrer les Spider-Men de différentes dimensions du Multivers pour les faire affronter les Héritiers, des sortes de vampires qui chassent nos héros arachnéens ! Au coeur de tout ceci, il y a une gigantesque Toile !

    On retrouve alors différentes incarnation de Spider-Man, celui de la Terre-616 ainsi que Miles Morales, Spider-Gwen, May Parker, Spider-Cochon, Silk, Spider-Man Punk, Superior Spider-Man, le Spider-Man Indien, Spider-Man Noir, Spider-Madame, Léopardon (le Spider-Man de la télé japonaise des années 1970 façon Bioman !), le Spider-Man du dessin-animé US des années 1970 aussi et les clones,... Cela peut se décliner à l'infini ! Au cinéma, ça a donné Spider-Man : Into the Spider-Verse,  traduit par chez nous en Spider-Man :New Generation ! je vous renvoie à mon billet spécifique sur ce film d'animation qui a remporté un très vif succès chez Sony !

    Le comics original a donné aussi lieu à des sequels dont notamment Spider-Geddon, une sorte de match retour contre les Héritiers et fin 2019/début 2020 sort une mini-série en six issues, scénarisée par Jed MacKay et mise en images par différents dessinateurs qui se succèdent, cette nouvelle sequel étant intitulée Spider-Verse : Spider-Zéro.

    Alors qu'il est occupé à entoiler un super-vilain de seconde zone, Miles Morales est happé par la toile d'un autre Spider-Man, à savoir Spider-Zéro qui le tire à travers les branes et les réalités, nous faisant découvrir quelques mondes et déclinaisons supplémentaires ! Finalement, Spider-Zéro est une jeune femme, une Spider-Woman qui montre à Miles Morales que la Toile, qui avait été détruite, puis reconstituée et réparée par la Tisseuse Annie May, la Toile donc est désormais corrompue et sa gardienne a disparu.

    Spider-Zéro envoie donc notre jeune héros à travers différents lieux, ce qui donne l'occasion aux lecteurs de suivre autant de différentes aventures où Miles Morales file un coup de main, à Spider-Madame, au robot piloté, SP//dr, au Web-Slinger de l'Ouest et au Spider-Man Noir des années 1930 revenu d'entre les morts ! Je  ne vous en dévoile pas plus sur ces quatre récits enchâssés mais dirait juste qui pourraient chacun donner lieux à des développements ultérieurs.

    A la fin, Spider-Zéro comprend enfin où est passé Annie May et d'où vient la corruption de la Toile qui s'est emmelée et souffre ! Tout finira par s'arranger et on gage que ça ne s'arrêtera pas là ! Le monde du Tisseur a décidément pris une autre dimension (sans mauvais jeux de mots !) ces dernières années même si Dan Slott a souvent suscité la polémique par ses choix scénaristiques audacieux (comme transformer tout Manhattan en Spider-Man dans Spider-Island, tuer Peter Parker et le remplacer par Otto Octavius, introduire le personnage de Silk,... Que sais-je d'autres ?).

    Aux dessins, on retrouve notamment les artistes Ryan North, Pepe Pérez (qui a débuté dans la BD érotique, aurais peut-être l'occasion de vous en parler un jour !?) ou encore Juan Gedeon pour les principaux dessinateurs impliqués !

    Mais le petit bonus de ce récit est le simili-concours qui a été lancé en même temps qui demandait aux "artistes en herbe" du monde entier d'inventer leur spidersona ! Les lecteurs ne manquent pas d'imagination et les contributions vinrent des USA, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, du Japon, du Canada (mais surtout des Etats-Unis, il faut bien l'avouer !). Et ces propositions de héros tels Hallow, Ren, la Fileuse, Garden-Spider, White Widow, L'Araignée de Mer, Spidair, Spider-Ramen (un Spider-Man en forme de bol de nouilles ! L'imagination est sans limites !), Spider-Spy, la Sorcière de la Toile, V, Spider-Requiem et tant d'autres interviennent dans le dénouement du récit en formant une petite armée de Spider-Men qui vient épauler nos deux héros principaux !

    J'ai beaucoup aimé cette nouvelle BD mais suis fan du concept de base qui est très original ! Le Multivers est une mine d'or, spécialement chez Marvel et DC Comics ! Je n'attends plus qu'à le voir - pas avant 2021 désormais, à cause de cette saleté de Covid, - dans le MCU !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Parlons un peu de la Postlogie Star Wars de J.J. Abrams et Rian Johnson, qui clôt la Saga Skywalker autour d'une nouvelle génération centrée autour d'un nouveau trio ! Après Anakin Skywalker, Obi-Wan Kenobi et Padme Amidala, après Luke Skywalker, Leia Organa et Han Solo, voici venus Rey, Finn et Poe Dameron pour reprendre le flambeau et porter l'Héritage de 40 années de franchise par-delà les étoiles !

    Dans Le Réveil de la Force, on part de Rey, une pilleuse d'épave, abandonnée jadis par ses parents, qui voit son destin changer suite à la rencontre avec BB-8 comme jadis Luke avec R2D2 et C3P0 (ce qui fait dire à la plupart que l"Episode VII n'est jamais qu'un remake du film de 1977 !). Rey doit rapporter le petit droïde-sphère à son propriétaire Poe Dameron ou/et à la Résistance de Leia Organa car le petit compagnon  renferme en lui une carte qui doit conduire à la cachette du Maitre Jedi Luke Skywalker afin de lutter contre le nouveau péril représenté par le Premier Ordre qui a succédé à l'Empire !

    Rey fait la connaissance de Finn, un Stormtrooper déserteur, vole le Faucon Millenium placé au rebut sur Jakku et quitte cette planète de déserts pour les étoiles, croise ensuite Han Solo et Chewbacca venus récupérer leur légendaire vaisseau !

    L'équipe fait halte chez Maz Kanata, une alienne millénaire dans son château sur Takodana quand la Base Starkiller du Premier Ordre anéanti le Système Hosnian Prime, le coeur de la Nouvelle République et sa flotte ! Après avoir touché l'ancien sabre-laser d'Anakin et Luke, Rey est alors confrontée à Kylo Ren, bras droit et disciple du Suprême Leader Snoke, qui parvient à l'enlever pour lui arracher les secrets de la carte révélant la position de Luke, carte qu'elle a vue et qu'elle a en mémoire !

    Par la suite, Finn, Han et Chewie lancent une infiltration au sol sur la Base Starkiller tandits que Poe et son escadron qui ont décollé de D'Qar attaquent par les airs. Les héros délivrent Rey qui assiste ensuite avec Finn et le compagnon Wookiee de Han à la mort du Corellien des mains de Kylo Ren, qui n'est autre que Ben Solo son fils passé autrefois au Côté Obscur !  La jeune pilleuse d'épaves affronte Kylo Ren au sabre-laser et se débrouille plutôt pas mal  !

    Nos héros survivants rentrent sur D'Qar après avoir détruit la SuperArme ennemie et la carte assemblée, Rey se rend sur Ahch-To et fait face à Luke Skywalker ! Mais dans Les Derniers Jedi, on apprend que l'ancien fermier de Tatooine a renoncé à la voie des Jedi et refuse de former la jeune femme qui s'est trouvée une affinité avec la Force lors de sa détention sur la Base Starkiller !

    Pendant ce temps, Finn, Poe, Leia et tout le commandement et les troupes de la Résistance fuient leur refuge de D'Qar, poursuivi par la Flotte du Premier Ordre, perdant leurs vaisseaux un à un ! Après une mission fiasco sur Canto Bight, les rescapés se  cachent sur l'ancienne base rebelle de Crait !

    Finalement, Rey a reçu un début de formation de la part de Luke et en a appris plus sur le passage vers le Côté Obscur de Ben Solo, suite à une erreur de jugement de Luke, qui a mené à la destruction de la nouvelle Académie Jedi et à l'exil de l'ancien héros de Yavin ! Rey n'a pas renoncé à l'idée de ramener Kylo Ren vers la lumière ! Elle se rend donc sur le vaisseau amiral démesuré de Snoke, le Supremacy et elle et Kylo confrontent le Suprême Leader dans un remake de la rencontre entre Luke, Vador et Palpatine à la fin du Retour du Jedi.

    Kylo Ren finit par trahir et assassiner son maître et propose à Rey de régner avec lui à la tête du Premier Ordre ! Comme Rey refuse son offre, il lui révèle qu'elle est la fille de ferrailleurs qui n'ont rien de remarquables. Rey prend la fuite et va sortir ses amis d'un mauvais pas sur Crait, soulevant un éboulis de rochers pour leur ménager une sortie tandis qu'une projection mentale de Luke distrait Kylo Ren et son armée !

    Au début de L'Ascension de Skywalker, la Résistance, quasiment anéantie sur Crait, s'est reconstituée et installée sur Ajan Kloss un monde de jungles où Rey qui a récupéré des livres d'enseignement Jedi sur Ahch-To s'entraine aux disciplines de l'ancien "ordre de sorciers" mais ne parvient pas à entrer en contact avec ses anciens membres malgré les enseignements de Leia ! C'est ce moment qu'un Sheev Palpatine qui a ressuscité sous la forme d'un clone choisi pour se manifester à la Galaxie, rallier Kylo Ren qui est devenu Suprême Leader à la place de Snoke, et révéler une flotte de centaines de Destroyers stellaires capables de raser des planètes !

    La Résistance cherche alors à se rendre sur Exegol, le monde Sith pour tuer la menace dans l'oeuf mais pour en trouver le chemin, il leur faut un Orienteur Sith ! La quête les mène d'abord sur Pasaana récupérer une dague Sith puis sur Kijimi pour modifier la programmation de C3P0 pour déchiffrer un texte sur la dague et enfin sur un Destroyer stellaire du Premier Ordre délivrer Chewbacca fait prisonnier entre temps et qu'on a cru mort suite à un déferlement de puissance incontrôlé de Rey !

    Au-dessus de Kijimi, Kylo Ren dévoile ses véritables origines à Rey : elle est en réalité la petite-fille de Palpatine, ce qui explique sa puissance et la rend potentiellement sensible au Côté Obscur ! Pour trouver l'Orienteur Sith, les héros, Rey, Finn, Poe, Chewie et C3P0 se rendent sur Kef Bir, une autre lune d'Endor, dans les décombres de la Seconde Etoile de la Mort !

    Là, Rey confronte pour la dernière fois Kylo Ren - qui détruit l'Orienteur au passage - a une vision d'elle en adepte du Côté Obscur mais avec l'aide à distance de Leia qui y laisse ses dernières forces, ramène Ben Solo du bon côté !

    Rey décide de s'exiler comme Luke sur Ahch-To mais le fantôme de Force du Maitre Jedi la convainc de lutter contre la tyrannie de Palpatine et de ne pas craindre de tomber du Côté Sombre ! Ayant mis la main sur le deuxième Orienteur, elle se rend sur Exegol, guidant la Flotte de la Résistance à distance !

    C'est l'heure de la Confrontation et tandis que ses amis se battent dans le ciel, flotte contre flotte, Rey confronte son grand-père, qui a jadis fait tuer ses parents, et qui veut qu'elle l'abatte pour se réincarner en elle ! Elle est finalement épaulé par Ben Solo qjui a vaincu sur le chemin les Chevaliers de Rey ! Au cours d'un duel épique, Rey, soutenue par les esprits de nombreux Jedi d'envergure l'emporte sur le tyran maléfique. Hélas elle succombe et Ben Solo se sacrifie pour la ramener à la vie !

    Rey a assumé son héritage, celui des Palpatine et plus encore des Skywalker et se rend à la fin où tout a commencé, à l'ancienne Ferme des Lars enfouie sous les sables ! Elle a fabriqué entre temps son propre sabre-laser, à lame jaune, et est prête à fonder un Nouvel Ordre Jedi ! Elle enterre les sabres de Luke et Leia sous le regard de leurs Fantômes et à une vieille femme qui passe par là qui lui demande son nom, elle répond "Rey... Rey Skywalker" !

    Ainsi s'achève la Saga Skywalker avec la Saga de Rey !

    Ces infos sont tirées du visionnage des films, Episodes 7 à 9 et du tome dédié de l'Encyclopédie Altaya : "La Saga de Rey" - volume 47 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans la dernière partie de son ouvrage Retour à l'émerveillement, le philosophe pétri de théologie, Bertrand Vergely, revient sur ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue, sur la Foi et notamment sur les miracles - un miracle étant ce qui défie les Lois de la Physique !

    Vergely affirme d'entrée qu'il n'y a que du miracle ! Dans un renoncement au miracle, le miracle apparait. Pour le voir, il faut n'attendre que de soi, de son travail ? Il convient toutefois de ne pas confondre prodiges (qui relèvent de la magie) et miracles. Le miracle est la vie, qu'il y ait quelque chose plutôt que rien.

    Nazisme et Stalinisme, les deux grandes catastrophes du XXème siècle nihiliste, ne croyaient pas aux miracles. Le refus du miracle masque en effet un dangereux rêve de toute puissance ! L'univers, la vie, l'humanité, la pensée, la morale sont des miracles.

    Mais quelle est la source du miracle ? Pour la modernité, ce sont la médecine et la science mais Vergely pose qu'en fait, c'est Dieu !

    La vie se recrée constamment et c'est la Volonté de Puissance de Nietzsche. Le monde peut être vu comme un "jeu divin" notamment dans l'hindouisme (Shiva) et le judaïsme. On oscille toujours entre ordre et chaos.

    Le Christ est un thérapeute qui parle à l'enfant en nous et pas à l'homme inquiet ! Il refuse par ailleurs de faire un miracle devant les pharisiens. L'homme inquiet est par définition un esclave mais quiconque à la Foi peut faire des miracles.

    Le corps que l'on a devient le corps pour l'au-delà. D'objet étranger, ce corps devient sujet ! Je vous renvoie à la philosophie de Merleau-Ponty : un corps habité par un "je" personnifié. Le corps extérieur est englobé par un corps spirituel et le Christ parle à ce corps spirituel. Ce corps enfin est orienté selon un axe Terre-Ciel, ancré dans la Terre natale et tourné vers le Ciel dans la station debout. Vergely  soutient qu'on existe sous une autre forme après la mort - celle du corps spirituel ? - et donc qu'on est immortel !

    L'essayiste explique aussi que si Dieu est mort sur la Croix, c'est pour faire advenir le Dieu Rédempteur à la place du Dieu Vengeur ! On sait que c'est aussi pour racheter le Péché Originel !

    Enfin, Bertrand Vergely exprime son admiration pour Christiane Singer, essayiste et romancière, décédée d'un cancer mais qui jusqu'à la fin n'a cessé de clamer haut et fort son amour de la vie ! Elle a montré que la maladie qu'est le cancer n'était ainsi pas plus fort que la vie et avait pleine conscience de l'émerveillement. Celui-ci n'est nullement incompatible avec les épreuves de l'existence !

    Finalement, il convient d'oublier son égo et de s'ouvrir à la beauté du monde qui est un vieil argument en faveur de l'existence de Dieu (mais pas le principal et battu en brèche par des gens comme Diderot dont je vous renvoie aux articles que je lui consacre en ce moment, sur le matérialisme). Il faudra aussi de débarrasser des pulsions - comme le consumérisme - et de la raison calculante ! En conclusion et comme mot de la fin, nous diront que la vie est précieuse et qu'il faut savoir apprécier le moindre petit bonheur au milieu de la tourmente !

    Je commence à bien apprécier ce monsieur Vergely même si personnellement je suis agnostique (car athée me semble une position dogmatique !).

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Totally Games, avant de mettre la clé sous la porte, a développé la série des jeux vidéo de combats spatiaux débutée en 1993 avec X-Wing et achevée en 1999 avec X-Wing Alliance. Un jeu assez réussi, très fun et bénéficiant d'une histoire solide ! Ce jeu a même bénéficié d'un "upgrade" avec de nouveaux graphismes mais un gameplay à l'identique en 2020 ! Par la suite, LucasArts s'est davantage tourné vers ses similis shoot-them-up avec la série des Rogue Squadrons mais Lucasfilm revient à ses anciennes amours fin 2020 avec le jeu Star Wars Squadrons !

    Vous dirigez dans ce jeu Ace Azzameen, cadet d'une famille propriétaire d'une respectable entreprise de transports spatiaux mais qui va entrer dans la Rébellion suite à une spoliation par l'Empire. Vous dirigez donc des individus parmi la frange dans un monde entreprenarial où la concurrence est dure et où la corruption endémique règne. D'autant que la famille Azzameen doit faire face à l'hostilité du lcan rival Viraxo !

    Les Azzameens se retrouvent pris entre deux feux à la Bataille de Hoth et le jeu s'achève à la Bataille d'Endor avec la destruction de la Seconde Etoile de la Mort dans un affrontement spatial avec des centaines de chasseurs à l'écran puis dans les entrailles de la station de combat.

    Votre transporteur est un vaisseau corellien YT-2000 "Otana" mais vous piloterez aussi les habituels chasseurs des Rebelles ! Mais le fait de diriger un cargo est la grande nouveauté du jeu !

    Niveau intrigue, on est bien dans l'ancien univers partagé, étendu du "Légendes" avec des allusions au projet multimédia les Ombres de l'Empire !

    La difficulté est certaine mais le jeu est automatiquement sauvegardé à la fin de chaque mission qui se déroulent évidemment toutes dans l'espace ! Cette difficulté est réglable. Il s'agit de gérer l'énergie vers les armes, les boucliers et les moteurs dans une juste répartition suivant les circonstances.

    Parviendrez-vous au bout des 53 missions - en 1 Prologue et 8 Batailles ! Il le faudra si vous voulez connaitre l'histoire et admirer les belles cinématiques ! Vous alternez entre missions familiales et missions pour la Rébellion, ce qui ajoute une nouvelle dimension !

    Il y a aussi un système de rangs et de grades et un simulateur et il est possible de créer des "missions personnalisées" ! Vous accumulerez aussi trophées et objets dans votre chambre qui deviendra vite un vrai souk !

    Les mécanismes du jeu et le gameplay sont les même que les précédents jeux de la série mais Lucas Arts et Totally Game ont retenu les critiques du jeu sorti juste avant dans cette lignée - X-Wing VS TIE Fighter  qui n'avait pas de mode "Histoire" en incluant cette fois une longue campagne scénarisée !

    A vous de combattre l'Empire dans l'espace avec en fond sonore les musiques de Star Wars !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On avait quitté, au terme de la Saison 4 de Yu-Gi-Oh ! 5D's, Yusei et ses compagnons au moment où ils se qualifiaient pour la finale de la WRGP. On les retrouve dans cette cinquième et ultime Saison, faite de duels en images de synthèse dans cette dernière phase de la compétition où ils affrontent la Team New World composée des Trois Empereurs d'Iliaster dont les noms varient selon les versions mais appelons-les  Jakob, Lester et Primo !

    Ces trois ennemis ont pour but de remporter la compétition pour faire venir l'Ark Cradle, une cité volante en ruines qui doit s'écraser sur Neo Domino City et changer le futur ! Sont-ils vraiment des méchants car en réalité, ils essaient d'éviter un futur cataclysmique ? Comme cela passe par le sacrifice de millions d'innocents, ca ne plait évidemment pas à nos héros qui vont tout faire pour les contrecarrer ! Les Dragons de nos héros vont donc se confronter aux Kikotei ! Les monstres synchros auront-ils aussi le dessus cette fois ?

    Les Trois Empereurs dévoilent leurs lots de surprises et de coup tordus comme lorsqu'ils finissent pas fusionner ne un être unique, Aporia, né du désespour causé par les Temps Futurs ! Yusei, Jack et Crow l'emportent mais la Team New World est parvenu à compléter un certain circuit et l'Ark Cradle est invoqué !

    L'Ark Cradle est le domaine de "Dieu", autrement dit Z-One, le dernier humain du futur, intimement lié à Yusei Fudo. Notre équipe se rend sur la cité volante qui se rapproche dangereusement du sol tandis que la ville en dessous est évacuée. Nos héros ont peu de temps pour stopper les trois engrenages secondaires qui alimentent l'Ark Cradle en énergie et la font descendre. Ils se séparent en trois équipes qui affrontent autant de gardiens dans des duels pour neutraliser les mécanismes.

    On assiste alors au retour de Sherry Leblanc passé dans le camp de l'ennemi et Bruno se révèle être Vizor, un allié puis finalement cet amnésique retrouve la mémoire et a pour nom Antinomy, un autre allié de Z-One !

    Au cours de ces duels, Lua se révèle le Sixième Pactisant et les deux jumeaux, Lua et sa soeur Luca, sont plus unis que jamais !

    Il faut aussi mentionner le dernier allié de Z-One, un certain Paradox qu'on voit au même moment dans le film Yu-Gi-Oh ! Réunis au-delà du temps !

    Puis Yusei affronte Z-One dans un autre duel épique pour détruire l'engrenage central et effacer l'Ark Cradle ! Dans le futur, l'humanité a été éradiquée et la cupidité des hommes a entrainé une nouvelle explosion, généralisé celle-ci, du Momentum, le réacteur Ener-D. Le désir d'évolution sans fin des individus, à travers l'Accélération Synchro, a mené à la catastrophe.

    Z-One est un adversaire redoutable qui utilise les non moins redoutables Jikaishins, inspirés de la tradition juive, ou TimeLord !

    La victoire finit par advenir et nos héros ont toutes les cartes en mains pour changer un futur dramatique et les derniers épisodes montrent leurs nouveaux départs dans la vie et on les retrouve ensuite des années aprés ! Ils vont nous manquer ces héros, au bout de 154 épisodes et 5 Saisons, avec leurs Dragons : Stardust Dragon, Red Demon's Dragon et Black Feather Dragon pour n'en mentionner que trois !

    Il y a une chose que j'ai particulièrement aimé dans ces dernières Saisons de cet anime, c'est la musique très réussie et très captivante ! En France, grosso-modo, les deux dernières Saisons n'ont jamais été diffusées ni même doublées !

    C'est en tout cas le dernier billet que je consacre à Yu-Gi-Oh ! 5D's ! Une page se tourne et on va pouvoir passer à la suite... Qui a dit Yu-Gi-Oh ! Zexal ?

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Cela faisait longtemps que je n'avais pas participé à un Atelier Cuisine dans le cadre des activités de mon Foyer ! Il faut dire qu'au Printemps, la crise sanitaire du Covid-19 a rendu le déroulement de ces ateliers compliqué ! Mais, avec le déconfinement et l'usage généralisé des masques et du gel hydroalcoolique, on a pu à nouveau faire de la cuisine, en prenant certaines précautions !

    On retrouve donc votre serviteur avec Damien, François, Chrystelle et Sylvie encadrés par un nouveau venu, Rubèn, qui avant d'être éducateur, avait la cuisine pour premier métier !

    Et cette année, nous sommes gâtés car Rubèn nous a préparé des Ateliers Thématiques, "Cuisine du Monde". Pour cette première Séance de ce que j'ai appelé la Saison 4, destination la Thaïlande ! Il faut aussi préciser que notre cuisinier privilégie les légumes et les fruits à la viande quand c'est possible ! Et donc, ce n'est pas vraiment un Atelier Cuisine mais un cours où Rubèn nous a guidé, nous donnant en introduction une petite leçon sur les épices qui font toute la différence au niveau du goût ! On appelle aussi cela une MasterClass !

    Je ne m'épancherais pas sur la Thaïlande - ça fera l'objet d'autres billets ! - mais quand on mentionne l'Asie, ça évoque des rizières et des lagons et aussi une certaine philosophie zen ou confucéenne !

    Commençons par l'entrée qui est une soupe thaï au lait de coco ! Tout de suite, la recette !

    Soupe Thai au lait de coco

    Ingrédients pour 4 personnes :

        2 carottes
        100g de petits pois (écossés)
        1 poireau
        20 cl de lait de coco
        1 bâton de citronnelle
        1 petit morceau de gingembre
        1 gousse d'ail
        1 cuill. à soupe rase de piment doux
        150g de vermicelles de riz
        1 citron jaune
        1/2 botte de coriandre
        sel
        poivre
        huile de coco

    Préparation :

    Peler puis couper les carottes en demi rondelles d’environ 0,5cm.
    Trier puis laver le poireau, puis l’émincer.
    Peler puis presser la gousse d’ail.
    Peler le gingembre.
    Couper les extrémités du bâton de citronnelle, puis retirer la première épaisseur puis le couper en 2 dans la hauteur.
    Faire chauffer une cuillère à soupe d’huile de coco dans une cocotte, faire revenir les légumes (sauf les petits pois) avec l’ail, le morceau de gingembre, la citronnelle et le piment, pendant 2 à 3 min.
    Ajouter le lait de coco et 75cl d'eau, saler, poivrer.
    Porter à ébullition puis couvrir et laisser mijoter pendant une vingtaine de minutes à petits bouillons jusqu'à ce que les légumes soient tendres.
    Ajouter ensuite les petits pois puis poursuivre la cuisson pendant 5 min.
    Retirer le morceau de gingembre et la citronnelle, goûter et rectifier l'assaisonnement si nécessaire puis réserver au chaud.
    Pendant ce temps, porter une grande casserole d’eau à ébullition.
    Lorsque l’eau bout, retirer du feu et y ajouter les vermicelles.
    Couvrir et laisser gonfler pendant 6 min.
    Egoutter ensuite les vermicelles. Déposer les vermicelles au fond de 4 bols.
    Verser la soupe par-dessus.
    Arroser d’un filet de jus de citron et parsemer de coriandre ciselée.
    Servir sans attendre.

    Je ne vous cacherais pas que notre groupe s'est régalé et ça change des saveurs habituelles, de la soupe de poireaux franchouillarde (et je ne parle même pas de la soupe industrielle Knorr ou Liebig !).

    Mais le "plat de résistance" était encore plus savoureux, en particulier grâce à sa sauce qui a fait toute la différence !

    Des brochettes de poulet thai et leurs nouilles sautées ! Je procéderai en deux temps, présenterai d'abord les brochettes puis la préparation des nouilles !

    Brochettes de poulet thaï

    Ingrédients pour 4 personnes :

    • 5 escalopes de poulet
    • graines de sésame
    • sauce Yakitori

     

    Préparation :


    Couper les escalopes de poulet en morceaux.
    Disposer les morceaux dans un récipient hermétique.
    Ajouter 3 cuill. à soupe de sauce Yakitori.
    Laisser mariner au réfrigérateur au moins 3h.
    Piquer les morceaux de poulet sur les brochettes.
    Verser les graines de sésames dans une assiette.
    Rouler les brochettes dans le sésame.
    Faire cuire les brochettes à la plancha en les retournant de chaque côté, pendant la cuisson (environ 10 à 15 min).

    Et maintenant l'accompagnement !

    Nouilles sautées aux légumes

    Ingrédients pour 4 personnes :

    • 600 g de mélange de légumes asiatique
    • 300 g de nouilles de riz ou de soja
    • 1 gousse d’ail
    • 1/4 cuill. à café de gingembre en poudre
    • 2 oignons nouveaux
    • 3 oeufs
    • huile d’olive
    • 2 cuil. à soupe de sauce soja
    • 2 cuil. à soupe de graines de sésame
    • huile de sésame

     

    Préparation:

    Émincer finement les oignons (conserver le vert pour la fin de cuisson). Dans un wok, faire chauffer un peu d’huile d’olive et y faire revenir les oignons émincés.
    Dès qu’ils sont bien fondus, ajouter les légumes, le gingembre en poudre, la gousse d’ail pressée et laisser revenir une bonne dizaine de minutes.
    Porter à ébullition un grand volume d’eau salée. Dès que l’eau boue, retirer du feu et y plonger les nouilles.
    Couvrir et laisser gonfler 2 minutes puis égoutter.
    Faire chauffer un peu d’huile dans une poêle, y casser les œufs et faire cuire comme des œufs brouillés en remuant sans cesse.
    Lorsque les œufs commencent à prendre (ils ne doivent pas être complétement cuits), ajouter dans le wok avec les légumes et les nouilles égouttées.
    Mélanger vivement.
    Ajouter ensuite la sauce soja et le vert des oignons, mélanger et laisser cuire encore 2 ou «3 minutes.
    Au dernier moment ajouter les graines de sésames et un filet d’huile de sésame.
    Servir sans attendre.

    Pour tout vous dire, je suis reparti avec un tupperware du surplus de nouilles sautées et ça m'a fait deux repas et me suis régalé et ai dit ensuite à Rubèn que j'aurais bien fait deux repas supplémentaires ! Là encore, le secret, c'est la sauce pour ces recettes ! J'avais une bonne quantité de nouilles car il n'y avait que moi qui avait de quoi en remporter !

    Pour le dessert, on a fait simple avec des fruits exotiques - "Cinq fruits et légumes par jour !" - avec des ananas et des mangues !

    Une petite vaisselle pour finir après ce bon moment de convivialité et nous revoila repartis pour notre Foyer - "Home, Sweet Home !".

    Je me suis laissé dire que la prochaine destination, dans un mois, en octobre 2020, serait l'Inde ! Une cuisine épicée en prévision !

    Bon appétit ! Laissez-vous tenter et à bientôt !


    votre commentaire
  • La franchise Yu-Gi-Oh !  s'est décliné en de multiples variantes et dérivées. On en est aujourd'hui à sept incarnations. Yu-Gi-OH ! Bonds Beyond Time traduit pas Yu-Gi-Oh ! Réunis au-delà du temps. C'est un film d'animation japonais d'une durée de 60 minutes pour célébrer, en 2010,  les 10 ans de la série-mère. Ce film clôt aussi l'univers dans lequel évoluent les trois premières séries : Yu-GI-OH !,  Yu-GI-OH ! GX et Yu-Gi-OH ! 5D's (je vous renvoie à tous mes billets et rédigerais bientôt l'article sur l'ultime Saison  de Yu-Gi-Oh ! 5D's !) !

    Ce récit réunit les personnages des trois séries, Yugi Muto, Jaden Yuki et Yusei Fudo qui vont se liguer contre Paradox (un adversaire dont on apprendra dans la série Yu-GI-OH ! 5D's qu'il est envoyé du futur par Z-One). Ce méchant veut faire en sorte des supprimer le Duel de Monstres de la vie de tous les jours ! Il appartient à la catégorie des Turbo Duellistes et peut voyager à loisir dans le temps  ! Paradoxe comme paradoxe temporel ?

    Paradox commence par voler et corrompre le Dragon Poussière d'Etoile de Yusei Fudo qui se lance alors à sa poursuiite. Le Stardust Dragon a désormais la capacité de détruire le monde. Yusei rencontre ensuite Jaden Yugi donté des pouvoirs de Yubel et de l'ultime souverain qui cherche aussi Paradox car le méchant  a volé des dragons à Zen Truesdale et Jesse Andersen.

    Le but de la mission de Paradox est de remonter le temps pour assassiner Pegasus avant qu'il ne désigne le Duel de Monstres ! Ceci signifierait un chaos spatio-temporel !

    Par la suite, Yusei et Jaden retourne dans le passé, au moment de BatailleVille et croisent la route du Maitre des Jeux, Yugi Muto et Pharaon. C'est alors que les trois s'allient pour mener un duel épique contre leur ennemi commun !

    Comme toujours dans cette série, les Duels sont les moments d'anthologie ! Avec des mécanismes très techniques (qui donne lieu à maints commentaires des personnages dans la série que je regarde en ce moment Yu-GI-Oh ! 5D's !) !

    Avec ce film, c'est une pièce de plus à la franchise Yu-Gi-Oh !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On retrouve déjà le Tome 5 des aventures de notre archéologue intergalactique, Chelli Aphra, dans un scénario de Si Spurrier et avec des dessins de Emilio Laiso. Ce nouveau récit a pour titre "Les Pires du Pire".

    Précédemment, le Docteur Aphra échappait à la menace de Dark Vador, menait profil bas mais en mettant tout de même la main sur un Cristal de l'Ordu Aspectu et tombait sous la coupe des droïdes-tueurs Triple-0 et BT-1. Elle finissait dans la prison Accresker où son amante, l'Impériale Magna Tovan venait la secourir. Mais au bout du compte, sa route croisait celle du psychopathe Cornelius Evazan qui lui implantait une bombe ainsi qu'à Triple-0 avec la consigne de ne pas s'éloigner de l'autre de plus de vingt mètres l'un de l'autre sous peine de se faire exploser !

    Aphra est donc dans de beaux draps ! Mais ce Tome 5 commence en fait par l'Annual 2 de la série qui nous introduit les chasseurs de monstres Winloss et Nokk, un humain et son épouse Trandoshan ! Dans ce récit, Aphra loue les services du duo et les manipule pour qu'ils tuent un monstre et lui sauvent la mise ! Cela aura des répercussions dans "Les Pires du Pires" où le tandem réapparait !

    J'adore cette série "Docteur Aphra" car outre Aphra, elle introduit plein de nouveaux personnages : Triple-0 et BT-1, Magna Tolvan, Winloss et Nokk, Krrsantan le Noir, ou Vulaada Klam et son Gurtyl ! Tous des personnages très réussis !

    Dans le récit principal, l'archéologue et le droïde-tueur se rendent sur la planète Milvayne, un monde urbain sous contrôle impérial en espérant y trouver un chirurgien pour leur retirer les bombes ! Le volume va montrer leur périple à travers la ville, avec Triple-0 qui complique les choses en trucidant et écorchant tout ce qui bouge ! "Les Pires du Pire" permet d'approfondir la relation entre ces deux personnages et de faire ressortir les blessures d'Aphra qui semble condamner à trahir tous ses amis !

    Le moins que l'on puisse dire est que Milvayne est un monde de cauchemar, une dictature comme n'en auraient pas désavoué nos Talibans où le moindre contrevenant est balancé du haut des tours pour le plus petit délit (les insolvables, les immigrants,...). Aphra et son compagnon vont subir ce traitement mais en réchapper et rencontrer une certaine gamine des rues !

    Leur route croisera celle de Tam Posla, devenu un espèce de fantôme/zombie fongique mu par la Force qui cherche "Justice" ou plutôt la vengeance ! Et Winloss et Nokk seront de la partie et auront un grand rôle à jouer dans le dénouement de l'histoire !

    En bon sadique, Cornelius Evazan suit les pérégrinations du duo, avec son compagnon Ponda Baba à travers les yeux de Triple-0 ! Star Wars façon Disney aime bien montrer des relations "hors-normes" de type humain/alien ou homosexuelle voire les deux en même temps ! C'est le nouveau "politiquement correct" à Hollywood ! Je ne suis pas contre si ça sert le récit et en l'occurrence, ici, c'est le cas ! Evazan va même plus loin et retransmet le périple de ses deux victimes sur les chaines d'holovid de Milvayne, ce qui aboutira à la fin à une révolte de cette population par essence égoïste et méfiante qui aura compris la leçon sur l'entraide donnée sur les canaux par notre héroïne qui au dénouement commet un geste de bravoure pas calculé et désintéressé !

    Cet acte de bravoure et la révolte qu'elle va engendrer ne sont pas du coup du tout d'une certaine ministre des Relations Publiques Impériales, femme à poigne appelée à jouer un grand rôle dans le Tome suivant !

    Une des meilleures séries de comics Star Wars du moment ! Indéniablement !

    Et le dessin de ce Tome 5 d'Emilio Laiso est tout bonnement magnifique ainsi que le travail de coloration et les couvertures !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Siècle des Lumières voit se dérouler une critique en règne de la religion. Les querelles sont vives entre chrétiens, déistes, athées, sceptiques, entre dévots et libertins ! Les philosophes de cette époque n'ont évidemment pas tous les mêmes positions ! Ainsi, si Voltaire défend la religion comme garante de l'ordre social, si Rousseau met en avant le culte de l'Être Suprême, d'autres comme La Mettrie, Helvetius et le Baron d'Holbach sont des matérialistes assumés et revendiqués qui attaquent en règle la religion.

    Denis Diderot (1713 - 1784) est un athée convaincu et un auteur de génie qui a brillé dans de nombreux genres (roman, théâtre, pamphlet, essai, poésie,...). Les Pensées philosophiques est son véritable premier ouvrage de sa main, lui qui n'avait commis jusque là qu'une traduction de Shaftesbury, l'Essai sur le mérite et la vertu.

    Diderot était bien conscient qu'il délivrait là un ouvrage évidemment polémique et qui susciterait l'hostilité des autorités de l’Église ! Le livre se présente sous la forme d'un recueil d'aphorismes où l'auteur attaque de manière très virulente la religion, tous les monothéismes ! Première œuvre personnelle de Diderot, elle fut néanmoins publiée anonymement et clandestinement en 1746. Elle fut condamnée par le Parlement de Paris.

    L'auteur condamne le caractère mortifère de la religion, commence par réhabiliter les passions et s'oppose à ce Dieu Vengeur qui promet la damnation éternelle. Il remet en question les motivations des dévots et les Écritures, montre son scepticisme à l'égard des miracles.

    Le problème pour Diderot tient au domaine de la preuve, des éléments qu'apportent les Écritures pour justifier la Foi. Diderot n'est vraiment point tendre et montre diverses contradictions et absurdités du dogme - d'un Dieu "qui préfère ses pommes à ses enfants" !  Les textes ne prouvent pas que la religion repose sur du vrai et suscitent le doute chez le sceptique. Peut-on baser sa Foi sur des absurdités et des mensonges ?

    J'ai été étonné par l’extrême virulence de Diderot à une époque où l’Église dominait encore sur le Temporel ! Il risquait gros et sera par la suite emprisonné à Vincennes pour d'autres écrits ! On ne peut que lui reconnaitre un certain courage !

    Dans l'édition de l'ouvrage que je possède, le texte des Pensées philosophiques qui fait moins d'une soixantaine de pages, est accompagné d'un autre texte avec d'autres aphorismes qui vont dans le même sens : Addition aux Pensées philosophiques.

    J'aurais l'occasion de revenir sur l'athéisme et le matérialisme de Diderot !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans un troisième temps, dans son ouvrage Retour à l'émerveillement, l'auteur, Bertrand Vergely propose de combattre le nihilisme !

    Contre le rationalisme abstrait qui nous tire vers la dépression, Vergely dit qu'il faut promouvoir le pouvoir de fabulation. La morale et la religion sont liées (les athées ne seraient pas d'accord !). La morale est est ce qui nous lie à la société et la religion ce qui lie à la vie !

    Nous possédons une intelligence primaire (reptilienne) qui assure la survie et une intelligence intuitive qui permet de vivre. Tomber dans la dépression, c'est perdre notre faculté d'émerveillement. La fatalité n'est pas dans le monde mais dans nos esprits. La fatalité procède du nihilisme.

    Il ne faut pas considérer le monde comme mort et violence mais faire confiance à nos semblables. Le discours sur le tragique de la condition humaine sert de justification au malheur et nous maintient déprimé ! L'energie des êtres  fluctue au cours de leur vie et fait voir tantôt la vie, tantôt la mort. Il ne faut pas projeter sur le monde notre mal-être subjectif.

     Lorsque l'on est déprimé, cela conduit à une lente mort psychique qui mène à une mort sociale.  On a donc une lutte entre d'une part le rationalisme abstrait, pour la mort et la religion, pour la vie. Ce rationalisme abstrait maintient l'Homme en un état infantile et accuse la religion de délirer. On tient  l'Humanité en la maintenant dans l'enfance et la peur.

    Lors du Siècle des Lumières, il y eut un débat entre croyants et matérialistes athées : l'Origine de l'Univers causée par Dieu ou fruit du hasard ? Des hasards ? "Dieu ne joue pas aux dés" ! Vergely rappelle que dans le matérialisme, on expulse Dieu mais on divinise la matière - le clinamen !

    La Science cherche les causes. Une Science qui est contemplative chez Platon ! Puis, une Science qui est passée de l'être et du savoir au bien-être et au pouvoir.

    Le Hasard  ? L'Univers n'est pas absurde mais son origine le serait ? Trinh Xuan Thuan croit en un principe créateur (par la "stupéfiante précision de l'Univers" !). D'autre part, la Science se trouve dans la conscience (se rapporter à Descartes puis Husserl) !

    Il est bon aussi de rappeler que la Philosophie nait de l'étonnement. L'amour, la beauté et l'enthousiasme sont au cœur de toute expérience de connaissance (relire Phèdre et Le Banquet de Platon).La morale, elle, est affaire de sentiments (les sens) - avec Rousseau - et de Raison (la Loi) - avec Kant. Il y a une dialectique entre le sensible et la Raison. Enfin, la morale rompt avec le cycle de la violence.

    La vie est belle malgré la barbarie car la vie est plus forte que la barbarie. La vie avec les autres est un désir qui nous fait faire société et qui nous ouvre au Ciel - différents de la pulsion des sociétés capitalistes et consuméristes qui tue son objet.

    Voilà pour quelques pensées et idées de plus de Bertrand Vergely dont on voit bien qu'il n'est pas que philosophe mais aussi théologien ! Ce n'est pas un défaut mais ça peut affecter son analyse et son objectivité !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Steven DeKnight a la lourde tâche de succéder à Guillermo del Toro pour la suite de Pacific Rim, surprise et succès de l'année 2013 qui mèle deux figures de la culture japonaise, les Kaijüs à la Godzilla et les robots géants à la Goldorak/Gundam !

    Dans Pacific Rim : Uprising, sorti sur les écrans en 2018, une nouvelle génération de pilotes de  robots géants jaeger  reprends le combat, dix ans après la fin de la guerre contre les Kaijüs envoyés depuis le Pré-Univers par les Précurseurs à travers une Brèche qui a finalement été scellé par le sacrifice du Marshall Stacker Pentecost . On suit ici les aventures de son fils, Jake Pentercost qui a raccroché mais va reprendre du service ! Jake est joué par John Boyega, lancé par le rôle de Finn dans la Postlogie Star Wars sur laquelle il a allégrement craché tout récemment au nom de ces conneries de théories racialistes qui ont cours en ce moment pour faire diversion sur les questions essentielles des inégalités de revenus... Mais je m'égare !

    La bataille n'est pas finie car l'ennemi a infiltré l'esprit du Docteur Newton Geiszler (joué par Charlie Day) et celui-ci mets au point pour Zhao Industries une série de drones censés remplacer à terme les jaeger, drone qu'il a doté d'une sous-routine et qui vont se mettre à dérailler et attaquer les bases militaires puis à ouvrir de nouvelles Brèches !

    Jake, lui, va former de nouveaux cadets, en particulier la jeune Amara Namani (jouée par la chanteuse de pop et actrice Cailee Spaeny). On a tout une équipe de jaegers, quatre en réalité, portant chacun leur nom propre et ayant leur style de combat ! Mako Mori est une des rares rescapées du premier film, toujours interprété par Rinko Kikuchi, une actrice japonaise.

    On retrouve donc les combats urbains entre robots géants et monstres encore plus titanesques que d'habitude - qui vont même jusqu'à fusionner grâce à de la nanotechnologie ! On a aussi droit à des affrontements entre jaeger, enfin plutôt entre jaegers et des jaegers renégats hybridés avec des tissus de Kaijüs ! A chaque fois, il faut s'attendre à des destructions massives ce qui rapproche un peu ce genre de film du film catastrophe !

    En France, ce Pacific Rim : Uprising  a reçu un accueil critique et public plutôt mitigé, Télérama parlant même de "combats abrutissants" ! Il a réalisé un nombre d'entrées bien inférieur à celui du premier opus !

    La fin laisse entendre un Pacific Rim 3 où nos héros iraient mener le combat sur le monde des Précurseurs ! On verra ce qu'il en sera !?

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Steven Spielberg est vraiment à lui seul représentatif d'une époque, le cinéma de divertissement et la culture geek à son apogée dans les années 1980. Il s'en donne à coeur joie avec ses joujoux dans Ready Player One, film de science-fiction de 2018, d'après le roman Player One d'Ernest Cline, paru en 2011.

    En 2045, le monde est en proie à de nombreuses crises : changement climatique, famine, pauvreté et guerre. Pour échapper à un quotidien morose, la population trouve refuge dans l'Oasis, qui est un monde de réalité virtuelle. On joue dans l'Oasis avec des combinaisons, des gants et un casque de VR à la manière d'un MMORPG. C'est devenu un exutoire et les gens y investissent toutes leurs économies pour équiper leur avatar !

    Le jeu a été crée par un geek en puissance nommé James Halliday (joué par Mark Rylance) durant les années 2020. Associé à James Ogden Morrow (joué par Simon Pegg), Halliday a conçu l'Oasis mais a toujours regretté par la suite de s'être séparé de son compagnon de route ! Puis le concepteur est décédé mais il a caché un oeuf de Pâques dans le monde virtuel auquel on parvient par trois clés cachées dans l'Oasis ! Personne n'a jamais trouvé aucune de ces clés pour le moment !

    Wade Owan Watts (joué par Tye Sheridan) est un jeune homme élevé dans les "piles" de Colombus dans l'Ohio. Sous le pseudonyme de Parzival, il cherche à résoudre l'énigme et va finalement parvenir à mettre la main sur la première clé au terme d'une course qu'il mène dans la De Lorean de la Trilogie Retour vers le Futur, échappant à King Kong en utilisant une astuce ! Là il croise la route d'Art3mis qui est en réalité dans le monde réel Samantha Evelyn Cook (jouée par Olivia Cooke) dont Wade va tomber amoureux, dans les deux mondes !

    Pour compléter la fine équipe, on a Aech/Helen (jouée par Lena Waithe), Daiton/Toshiro (joué par Win Morisaki) et Sho/Xo, un gamin de onze ans (joué par Philip Zhao).

    Il est important de préciser que celui qui mettra la main sur l'oeuf se verra confier l'entière propriété et responsabilité de l'Oasis et une fortune s'élevant à un demi-billion de dollars (mille milliards de dollars, la fortune qu'aura bientôt Jeff Bezos dans notre monde). Cela attire la convoitise du concurrent de Gregarious Games, la société  IOI - innovative Online Industries et son dirigeant Nolan Sorrento (joué par Ben Mendelsohn, le Orson Krennic de Rogue One) qui envoie ses armées de Sixers dans le monde virtuel pour essayer de trouver l'oeuf et faire une OPA hostile sur la concurrence !

    Le film peut se voir comme un immense jeu vidéo avec son lot d'épreuves et de niveau ! La deuxième clé s'obtient à l'issue d'une épreuve qui est un hommage à Shining, le film de Stanley Kubrick d'après Stephen King (et là je regrette de n'avoir pas vu ce film pour pleineement apprécier cette séquence !). La troisième et dernière clé utilise une référence au jeu vidéo Adventure de la console Atari 2600 qui est le premier jeu dans l'Histoire à inclure un easter egg !

    Le grand plaisir du jeu est de s'amuser à en découvrir toutes les références à la culture geek ! Elles sont innombrables : films, séries-télé, musiques, livres, romans et BD, jeux de société, jeux vidéo, nourritures, vêtements ! Je ne pourrais pas toutes les cités ! Disons outre les quelques unes que j'ai déjà mentionnées : Star Wars évidemment, Star Trek, Batman et Superman, le Géant de Fer, Alien, Mortal Kombat, Mario Kart, Thriller de Michael Jackson, Duran Duran, le Rubik's Cube, Doom, Halo, Jurassik Park, Battlestar Galactica, Gundam, Godzilla, Donjons & Dragons, etc,... Un film d'une grande richesse et un brin nostalgique !

    L'autre point fort du film est le futur qu'il décrit avec ses casques de VR, ses drones et toute la technologie qui est très crédible ! On y est déjà un peu ! Et évidemment, il y a la morale qui en découle à savoir que le monde virtuel est très bien et tous les geeks mal à l'aise avec le monde réel ont tendance à s'y réfugier mais rien ne vaut la réalité car elle est réel et c'est là qu'on s'y fait des ami(e)s !

    Un grand Spielberg pour un film événement avec des prouesses niveaux effets spéciaux ! Spielberg s'est visiblement fait plaisir et on prend plaisir avec lui !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'Empire Galactique a perduré durant un peu plus de décennie, permettant à Palpatine de régner en maître sur des millions de planètes ! Comme tous les régimes totalitaires réels ou de fiction, cet Empire se tenait debout en jouant sur la peur. L'Empire disposait pour cela de l'Armée et de la Marine Impériales, composées de milliards de soldats ! Une poigne de fer s'est resserée sur la Galaxie !

    Les Troupes de l'Empire avaient toutes en commun de subir un endoctrinement poussé pour être convaincues d'être les derniers remparts contre l'anarchie et le désordre dans la Galaxie, notamment le chaos amené par la Rébellion ! Ces soldats étaient des machines à tuer qui ne remettaient jamais en question les ordres ! Ils sont supposés être des tireurs d'élite même si dans les films de la Trilogie originale et la série Star Wars Rebels, ils ont tendance à tirer à côté !

    Le soldats de l'Empire, au début du règne de Palpatine, étaient encore des soldats clones, comme dans les derniers temps de la République. Mais progressivement, on remplaça la Grande Armée de la République par des conscrits recrutés sur différentes planètes, mais principalement dans le Noyau Galactique !

    Les Stormtroopers forment l'ossature de cette armée impériale, reconnaissables à leurs armures blanches constituées de 18  pièces en plastoïde sur une combinaison noire. Cette armure offrait une certaine protection quoi que limitée.

    Au fur et à mesure des films Star Wars, de nouveaux corps de soldats plus spécialisés ont été révélés ! On s'en tiendra dans cet article à l'univers Canon !

    On a les Sandtroopers, ces soldats des mondes désertiques, pourvus de systèmes de survie bien spécifiques permettant de les hydrater et pouvant monter des animaux locaux comme les Dewbacks sur Tatooïne ! Sur ce monde, les Sandtroopers furent envoyés à la recherche de deux droïdes fugitifs ! On les trouve aussi sur Jedha !

    Les Snowtroopers se sont distingués au cours de la Bataille de Hoth à travers la Force Blizzard sous les ordres du Général Maximillien Veers ! Conduit pas Dark Vador, ces soldats au look hérités des Marines Galactiques de la Guerre des Clones, ont pris d'assaut et fait tomber la base Echo des Rebelles !

    Les Scout  Troopers sont les éclaireurs de l'Empire. Equipés de motojets Z-74, ces soldats récoltent des informations au cours des patrouilles puis appellent des renforts ! Ils ont reçu un large panel de compétences et sont très autonomes.

    La Garde Royale de l'Empereur illustre bien la politique de terreur de Palpatine ! Parés d'une armure rouge, ces hommes munis de piques de force sont l'élite des troupes, chargés de la protection rapprochée de l'Empereur ! On ignore leur nombre exact ! Ils ont remplacé l'ancienne garde sénatoriale !

    Les pilotes de chasseurs TIE sont formés dans les Académies impériales au pilotage d''appareils au maniement particulier ! Les artilleurs de l'Etoile de la mort, chargés du tir du superlaser, étaient des soldats ultraspécialisés. La Marine Galactique possédait ses propres troupes sur les vaisseaux de la Navy, tout aussi redoutable que les autres soldats !

    A côté de l'infanterie, on avait les pilotes de véhicules et il faut compter avec les pilotes de TB-TT, TR-TT (ou TS-TT) et Tanks TX-225.

    Les nouveaux films de l'Ere Disney ont mis en lumières d'autres troupes ! On retrouve les Shoretroopers dans Rogue One  et les Rangetroopers, Swamptroopers et Patrol Troopers dans Solo. Les Shoretroopers sont chargé de la défense des mondes avec des littoraux comme Scarif, les Rangetroopers, équipés de bottes à fixations magnétiques, protégeaient le Conveyex et son chargement de coaxium sur Vandor. Les Swamptroopers sont les troupes qui affrontèrent les Mimbanites dans une guerre de tranchées dans un monde de marais équipés de filtres et de protections contre les maladies. Enfin, les Patrol Troopers sont des sortes de flics qui patrouillent dans les mondes urbains sur des motos C-PH sur les chantiers de Coronet, la capitale de Corellia.

    Les Deathtroopers sont aussi un corps d'élite ultra-endoctrinés reconnaissable à leurs armures noires équipées d'appareils de cryptage pour communiquer entre eux ! Ils sont chargé de la protection des hauts dignitaire comme Orson Krennic ou le Grand Amiral Thrawn ! Ils sont redoutable au combat comme Baze Malbus et Chirrut Imwe en ont fait les frais lors de la Bataille de Scarif !

    Les JumpTroopers sont surtout visibles dans la série Star Wars Rebels, notamment lors de la Bataille d'Atollon.  Ce sont des Stormtroopers équipés de jet-packs ! Ils sont très réactifs !

    Voilà pour les différents corps de l'armée de l'Empire ! Pour les cas particuliers, mentionnons la 501ème Légion qui était le corps d'élite assigné à Anakin Skywalker durant la Guerre des Clones puis à Dark Vador  où elle fut renommée "Poing de Vador" !

    A bientôt !

    PS : je me suis basé sur le tome 35 - "Les Troupes de l'Empire" de l'Encyclopédie Star Wars Altaya pour rédiger ce billet !


    votre commentaire
  • Cette année 2020 - 2021 (si le Covid le permet ?), j'ai repris mes études de philosophie et je fais un Master M1 dans cette discipline. Passionné d'épistémologie, j'ai décidé de faire un mémoire sur le vaste domaine qu'est la Cybernétique en partant de l'ouvrage fondateur de 1948 de Nobert Wiener intitulé La Cybernétique - Information et régulation dans le vivant et la machine. J'ai aussi pour projet d'aborder l'intelligence artificielle dans le cadre du Master M2 l'an prochain ! Ca colle parfaitement avec mon goût pour les approches pluridisciplinaire ! La cybernétique est un domaine que j'ai découvert à travers les travaux de Bernard Stiegler et Edgar Morin dont vous savez que je suis fan si vous suivez ce blog depuis longtemps !

    Le mémoire ne devant pas trop dépasser les 80 pages, j'aurai sûrement plus de matière et donc de ce "surplus", je fais une série d'articles en complément et je commence ici par un "Avant-propos que la Cybernétique", quelques considérations générales tirées de la préface de la traduction française que j'ai de l'ouvrage de Wiener ! Commençons !

    Un message n' a de sens qu'en fonction du répertoire dont dispose le récepteur pour l'intrpréter. Il n'y a donc pas une seule façon de comprendre un message ! La cybernétique, en rapport avec la théorie de l'information, couvre beaucoup de domaines et trouve des applications dans tous ces champs disciplinaires qui sont autant de répertoires. Des mathématiques à la psychologie, de l'économie à la biologie, de la physique à l'informatique,...

    Le livre de Wiener de 1948 introduit la Cybernétique ! Norbert Wiener est avant tout un grand mathématicien. On retient surtout ses apports à l'informatique et à la robotique. Son oeuvre couvre en fait bien plus que la seule cybernétique. Et enfin, la cybernétique a des conséquences métaphysiques.

    A l'origine, Wiener collabore avec un physiologiste, Arturo Rosenblueth, sur la modélisation physiologique. Son livre de 1948 a été écrit en trois mois à la demande de l'éditeur Enrique Feynmann. L'ouvrage est suivi par les rencontres transdisciplinaires de la Fondation Macy. Il mêle des considérations philosophiques et des apports techniques.

    La Cybernétique et l'ouvrage de Wiener apparaissent juste après la Seconde Guerre mondiale et le lancement de cette discipline a été "amorcé" par les crédits de l'Armée américaine ! Le livre est hanté par les spectres de ce conflit tout juste terminé et par la Guerre Froide qui s'annonce. Il s'inscrit aussi dans un contexte d'automatisation industrielle dans le monde du travail et l'apparition de l'ordinateur. A cette époque, on concoit aussi beaucoup de prothèses pour les vétérans.

    Wiener étudie notamment les processus aléatoires et ainsi les phénomènes de synchronisation des décharges neuronales par le rythme alpha, les alternateurs dans les centrales électriques et les colonies de lucioles. Comment ces systèmes complexes se régulent, s'organisent.

    La Cybernétique est-elle l'apogée d'un utilitarisme universel ? Mais en réalité Wiener ne remplit pas les critères pragmatiques car il voit toujours les modélisations mathématiques au delà des cas concrets.

    La Cybernétique est transdisciplinaire ! Pour ne citer qu'un seul de ses champs d'applications, on mentionnera l'éthologie. Mais on pourrait aussi s'appuyer sur les phénomènes d'expressions des gènes ou la régulation des enzymes ! Elle pose aussi les rapports entre les Lois de l'Entropie , le "démon de Maxwell" et la théorie de l'information. Un système s'organise entre son état physique et l'information qu'il renferme notamment par des jeux de rétrocontrôles ! Avec aussi la notion de téléologie (finalité - et je me dis que je pourrais repenser la théorie des quatre causes d'Aristote à travers la cybernétique parmi les champs philosophiques pour mon mémoire ?).

    La notion de "rétrocontrôle"/"rétroaction" ou "Feedback" (information en retour - commande après une mesure par exemple) qui permet la régulation des systèmes est fondamentale en cybernétique et porte différents noms selon les disciplines. Les rétroactions sont des messages mais tous les messages ne sont pas des rétroactions.

    L'information est fondamentale - mais où sont les limites de l'information ? Les rayons du soleil que reçoit une plange sont -ils du même registre que les messages informatiques ?  Pas du même genre ça c'est sûr !

    La cybernétique est finalement avant tout une "méthodologie".

    Nous essaierons d'entrer plus dans le vif du sujet la prochaine mais je vous averti que si je traiterais le plus de domaines possibles lui étant liés dans ces billets, pour mon mémoire, me limiterais à la biologie,à l'informatique (et un peu à la psychologie) !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Postlogie Star Wars de J.J. Abrams et Rian Johnson est une histoire d'héritage ! L'héritage des Skywaker, l'héritage de Dark Vador ! Et il y a en un qui a du mal à porter tout cela au-dessus de sa tête, partagé entre l'Ombre et la Lumière, c'est le jeune Ben Solo, neveu de Luke Skywalker, fils de Leia Organa et Han Solo, petit-fils d'Anakin Skywalker !

    Star Wars - L'Ascension de Kylo Ren (dont le titre fait judicieusement écho à Star Wars - Épisode IX : L'Ascension de Skywalker), est une mini-série de Charles Soule et Will Sliney, et raconte comment Ben Solo tombe du côté obscur et devient Kylo Ren ! La destruction de l'Académie Jedi de Luke et la tentative du Maître Jedi et ses hésitations à assassiner son neveu qu'il sent dévoré par le Côté Obscur sont déjà racontés dans Star Wars - Épisode VIII : Les Derniers Jedi. Mais ici, l'intrigue reprend pile au moment ou le sanctuaire de la Force brûle !

    Luke a disparu et est présumé mort (il prendra l'exil !) et Ben est encore éberlué de ce qu'il vient de faire ! Trois étudiants Jedi, Voe, Tai et Hennix, qui étaient partis en mission, reviennent au Temple sur ces entrefaits et se confronte à Ben Solo qui prends la fuite, bien qu'ayant l'ascendant sur le trio. Le jeune homme va rejoindre Snoke qui tire les fils dans l'ombre et l'influence depuis des années !

    En parallèle, nous sont présentés les mystérieux Chevaliers de Ren et leur leader, Ren donc, qui suivent la Voie du Ren qui se trouve dans les ombres ! Ben va chercher à les rejoindre. Des années auparavant, Luke, Ben et Lor San Tekka ont débarqué dans un vieux site d'artefacts Jedi datant de la Haute République (cette période du passé de Star Wars, anciennement "Projet Luminous", qui sera déclinée en romans et comics à partir de janvier 2021 aux USA - si pas de reconfinement d'ici là !). Là  le trio a rencontré une première fois les Chevaliers de Ren au nombre de sept individus lourdement armés mais nos héros - et Luke surtout ! - ont vite eu le dessus ! Luke n'est pas une légende de la Galaxie pour rien !

    Ben rejoints les Chevaliers de Ren mais doit faire ses preuves ! Direction la planète Mimban (aperçue dans Solo : A Star Wars Story) pour mettre la main sur une relique de la Force : le Cristal de Kaiburr (tiré de l'Univers "Légendes" - voir mon article récent sur un certain comics éponyme  ! - et réintroduit ici dans le Canon !

    Pendant que les Chevaliers affrontent et massacre les pauvres mineurs qui protègent désespérément le Cristal, Ben et Ren affrontent Voe et Tai (Hennix la Quarren ayant succombé des mains de Ben plus tôt dans le récit !). Tai est tué par Ren puis Ben tue Ren et Voe et devient le nouveau leader des Chevaliers de Ren !

    Conformément à ce qui avait été montré dans la série Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith, Ben Solo, sur le point de prendre le nom de Kylo Ren (mais qui n'a pas encore le masque !) fait "pleurer" le Cristal de Kaiburr bleu (je suppose que c'est lui ou alors le cristal de son ancien sabre-laser) pour en faire un cristal Kyber rouge et activer sa célèbre arme à trois branches ! Ainsi se termine le volume qui clôt la boucle !

    Le scénario est de Charles Soule, un des plus prolifiques scénaristes du nouveau Canon Star Wars chez Marvel depuis 2015 et le dessin de Will Sliney à qui on doit aussi pas mal d'illustrations de récits de ce Canon !

    J'ai trouvé ce récit au-dessus de la moyenne et j'aime beaucoup les quelques références subtiles à d'autres récits dudit Canon !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Disons le d'entrée pour abréger le suspens, j'ai a-do-ré La fille sur la photo, ce premier roman que j'ai lu de Karine Reysset ! L'auteure y démontre un vrai talent pour peindre des personnages, une vraie approche fine de la psychologie et des personnages ! A travers presque 300 pages, on découvre la vie d'Anna Dantec, 35 ans, le personnage central et la narratrice de ce roman et on s'y attache ! Une femme qui essaye de trouver sa place dans une famille recomposée tissée de relations complexes.

    Le roman se découpe en deux parties. Pour simplifier, on pourrait dire que la première moitié s'attache plus à Serge, le compagnon d'Anna, réalisateur de cinéma à succès beaucoup plus âgé qu'elle. Et la deuxième partie revient sur l'ascendance de la protagoniste principale, à travers sa mère Marlène et sa soeur Betty principalement. Mais en réalité, il est aussi question de Marlène dans la première partie et de Serge et de ses deux filles dans la seconde !

    Essayons de résumer les liens de parentés entre les acteurs de ce roman, ce qui n'est pas simple et ai eu quelques difficultés à m'y retrouver concernant la partie Marlène/Betty (mais donc ça s'éclaire en seconde partie pour qui a la patience !).

    Serge est donc le "grand homme". il a eu un fils, Arthur, de sa première femme, Justine qu'il idolâtrait et qui est morte tôt de maladie. Ensuite, il s'est  mis en couple avec Alexandra avec qui il a eut deux filles, Chloé (17 ans) et Garance (14 ans). Ensuite il a rencontré Anna qui est comme une mère pour ses filles.

    Mais Anna étouffe et part le jour où Gaspard, un jeune homme mentalement perturbé, lui renvoie une image positive d'elle car la narratrice est également écrivaine, l'auteur de trois romans, d'un recueil de poésie et de plusieurs romans pour la jeunesse. Elle aura même un enfant de lui mais le perdra dans une tentative de fuir son nouvel amant très instable et possessif !

    Du côté des géniteurs d'Anna, il y a son père, Pierre, qui a un temps de présence réduit au minimum dans ce récit et surtout sa mère Marlène qui a eu Anna et avant elle sa soeur Betty. Après avoir quitté Pierre, emmenant ses deux filles, Marlène se mets avec celui que la narratrice désigne comme son vrai père sans jamais mentionné son prénom ! A son tour, Marlène quitte ce père aimant pour ses deux filles d'adoption et le laisse avec les deux gamines ! La mère fuyante se mets alors avec un troisième homme et Anna et Betty voient la naissance de leur demi-frère, Romain. Puis, c'est le père abandonné, le deuxième compagnon de Marlène (vous suivez ?) qui épouse une prénommée Sandrine et a d'elle une fille prénommée Coralie qui n'a donc aucun lien de sang avec Anna et sa soeur.

    Pour être complet, signalons la présence de Simon, le fils de Betty et neveu d'Anna et de Tiphaine, la soeur de Gaspard le "perturbé" qui a plus la tête sur les épaules !

    Un arbre généalogique à rendre fou les généalogistes !

    N'en reste pas moins que la lecture est passionnante ! Au début du roman, Serge rappelle Anna auprès de lui car Garance ne s'est pas remise d'une de ses soirées de "débauche" entre adolescents et souffre d'anorexie. Anna va donc tenter de recoller les morceaux, un an après avoir perdu sa mère Marlène d'un cancer et avoir quitté le réalisateur pour la passade "Gaspard" qui s'est avérée décevante !

    Anna va-t'elle répéter les erreurs de sa mère, fuir éternellement ou se remettre avec Serge ? Va-t'elle trouver sa "place sur la photo" ?

    Brillant ! En tout cas, je suis toujours émerveillé par la capacité de certaines plumes de créer des biographies entières ex-nihilo qui vont faire vivre des êtres de papier qui n'ont pas d'existence réelle ! La lecture auquel on se livre ensuite donne, paradoxalement, plus de consistance à ces chimères littéraires qu'à certaines personnes que nous côtoyons superficiellement dans le bus, dans les études, au boulot, etc,... C'est aussi ça un des grands pouvoirs de la littérature et de l'imagination !

    A bientôt !

    PS : Ce billet est le 150ème que je rédige dans la catégorie "Littérature XXIème" (siècle) sur Overblog !


    votre commentaire
  • Avec le Tome 11 de la série régulière Star Wars, intitulé "Le Châtiment de Shu-Torun", Kieron Gillen clôt brillamment toutes les intrigues qu'il avait lancé depuis le Tome 7 - et même avant dans la première série Dark Vador chez Marvel, reprenant par exemple le personnage de la Reine Trios ! La série Star Wars avait pourtant connu un début molasson dans les six premiers volumes chez Panini Comics sous la houlette de Jason Aaron ! Mais Gillen a su redresser la barre et son run prend fin en apothéose !

    Précédemment, la Reine Trios a trahi les Rebelles conduisant à la destruction de presque la moitié de leur flotte nouvellement acquise, en orbite autour de Mako-Ta ! La Princesse Leia a décidé de rendre les coups et de frapper à son tour l'Empire dans ce qui ne se veut pas vraiment un vengeance et doit faire le moins de victimes civiles possibles en mettant Shu-Torun, le monde minier parcouru de lave de la Reine Félone à genoux ! Leia a eut le temps de mettre au point son plan dans le Tome précédent lors du séjour forcé sur Hubin !

    Nos héros vont donc recruter des alliés ! Il leur faudra un métamorphe pour se faire passer pour les hauts dignitaires de Shu-Torun et le Clawdite, acteur de son état, Tunga fera parfaitement l'affaire et trouvera un rôle à la hauteur de son talent ! L'ingénieure Meorti apportera aussi son concours pour pirater les systèmes informatiques de la planète. Par contre Benthic et ses Partisans, fanatiques sur les bords, risquent de poser quelques problèmes.

    Le plan de notre princesse est de faire tomber la Flèche qui maintient en état tous les systèmes de survie et autres boucliers de Shu-Torun ! Lors du désastre de Mako-Ta, les Rebelles ont pu récupérer des données sur le monde de lave de Trios et comptent s'en servir. Une escapade par les Chambres Abyssales, lors d'une réception de la Reine, permettra de récupérer son scan rétinien. Pourvus de ces éléments, les Rebelles et les Partisans se rendent maïtres de la Flèche et condamnent le système ! Mais Benthic et ses hommes ont d'autres plans !

    Benthic a en effet décidé de détruire Shu-Torun pour lui faire connaître le même sort que Jedha. Heureusement, Leia parviendra, là où Luke , a échouer à faire entendre raison à ce fanatiques en lui faisant comprendre qu'il tuerait le rêve de son mentor Saw Gerrera en utilisant les mêmes méthodes de terreur que l'Empire !

    Les Rebelles quittent la planète sur une victoire - et j'ai même trouvé que leur succès était un peu trop facile ! Et ce ne sont pas le Destroyer Stellaire et les Chasseurs TIE du commandant impérial Kanchar qui parviendront à les arrêter !

    Ainsi se termine l'ensemble des intrigues de Kieron Gillen, superbement illustrées ici, dans ce Tome 11, conjointement par Andrea Broccardo et Angel Unzueta (qui remplacent avantageusement Salvador Larroca, ce qui me fait dire qu'on n'a pas perdu au change !) ! Un bon album qui relève la sauce !

    Mais la première série de comics Star Wars n'est pas tout à fait terminée et il y aura un Tome 12 et un Tome 13, scénarisés par Greg Pak qui prend le relais (avec Phil Noto au dessin) dans une intrigue un peu plus "bof" qui termine de remplir la période de temps entre Un Nouvel Espoir et L'Empire contre-attaque soit un intervalle de trois ans avec de multiples récits !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Abordons maintenant la deuxième partie du livre de Bertrand Vergely, Retour à l'émerveillement, et la problématique du nihilisme ! Il y a beaucoup à dire en vérité !

    Qui dit nihilisme dit tentation du néant ! En réalité, l'être n'existe que parcequ'il y a du néant et le néant se définit par rapport à l'être. "L'être est le néant du néant.", écrit Vergely. Le plein vient du vide. il faut qu'il y ait du vide pour qu'il se forme de l'être. Bref, on a "besoin de vide pour être". Il faut aussi se vider de soi-même pour exister ! Dialectique du vide et du plein !

    On essaie d'amadouer le monde, par ailleurs, par des rituels et des sacrifices (magie) puis, en mobilisant notre force intérieure (prophétisme hébraïque). Le désenchantement du monde consiste plus en l'apparition de la religion qu'en sa disparition. Dans la modernité, la religion est consentie librement et non plus imposée !

    Il nous faut amadouer le monde qui nous semble souvent, à tort selon notre auteur, n'être que violence et il s'ensuit un appel vers le néant? Mais en fait, nos limites nous permettent d'acquérir la sagesse. On ne peut toutefois pas nier que les discours qui légitiment la souffrance sont caduques quand on souffre.

    La vie et la pensée que l'on ne vit pas nous reviennent sous forme de mort ! Le tombeau du Christ est vide car il est devenu esprit. Il nous faut dépasser le dualisme classique de l'idéalisme et du matérialisme car esprit et matière sont liés !

    Aucun discours ne doit légitimer la souffrance et ces justifications du mal viennent de la passivité ! Il faut rechercher et aimer la vie même pendant les aléas de l'existence et même surtout aux pires moments car la vie est la plus forte et essentielle ! Optimisme et pessimisme sont des drames de la pensée.

    Au bout du compte, on peut dire que le nihilisme équivaut à une apologie du désespoir. Il y a nihilisme aussi quand on veut entraîner les autres avec soi dans sa chute ! on veut passer pour des héros tragiques en optant pour la figure du Diable et on veut détruire la Création pour cracher à la face de Dieu.

    "Tout annihiler" conduit à la Bande à Baader, à Action Directe, à Al-Qaida, à DAESH et à la Deep Ecology pour prouver que le monde est néant et qu'on n'a pas à s'en émerveiller, de même que le suicide que Vergely condamne sans appel !

    L'alternative, au lieu de subir le désespoir, est d'assumer sa solitude et sa face (force ?) intérieure !

    Vergely pose que l'Homme a peur de la vocation qui est la sienne : être cocréateur du monde avec Dieu. C'est toute la question de la transmission ! Dans la Genèse, Dieu cède le monde à Adam et Eve qui devront lutter pour survivre et vivre une fois chassés du Jardin d’Éden, par leur travail !

    L'Humanité a peur de devenir adulte et se faisant de devenir libre. Elle se réfugie dans le divertissement (voir Pascal) (et la consommation à l'époque moderne).

    Pascal que je vient de mentionner mais aussi Dostoievski (qui a pointé le tragique de l'existence) et surtout Nietzsche ont fait la critique du nihilisme : forme de déni de réalité !

    Avec la mort de Dieu (notamment sur la Croix avec le Christ), le nihilisme interprête la transmission comme un abandon de l'Homme par Dieu. Arrive ensuite une Eglise qui va dominer les fidèles et les infantiliser ! L'Homme doit prendre ses responsabilité et se faire Dieu sans Dieu mais ne vous y tromper pas, Bertrand Vergely ne fait pas allusion ici à l'Humanisme de la Renaissance et au Transhumanisme et leurs soifs de pouvoir. Il s'oppose plutôt au "rationalisme abstrait " et prône plus de spiritualité : comme relier le Ciel à la Terre !

    C'est ce sentiment d'abandon par Dieu qui est à l'origine de la surenchère dans la violence ! Jésus le dit lui-même sur la Croix : "Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?".

    Au fur et à mesure qu'on avance dans l'ouvrage, le terrain philosophique le cède sur les considérations théologiques ! C'est intéressant aussi mais je doit avouer que c'est un domaine qui me dépasse, n'étant non pas athée mais agnostique !

    Dans la troisième partie, nous verrons comment s'organise la résistance au nihilisme avant de parler pour finir des miracles !

    A bientôt (Amen !) !


    votre commentaire
  • Toutes les bonnes choses ont une fin et avec leur vingt-et-unième album, intitulé L'OuvreTemps, Christin et MézièresValérian - Tome 21 - L'Ouvretemps - Christin & Mézières décident de conclure les aventures de Valérian et Laureline  ! Un véritable album "feu d'artifices" qui fait intervenir tous les protagonistes des précédents tomes de la saga !

    Le combat final contre les Wolochs et l'Ordre des Pierres se profile et nos héros se rassemblent ! Ces terrifiants monolithes ont entamé leur phase de destruction de l'univers et ravagent les planètes les unes après les autres, ne laissant que des ruines. L'Empire des Mille Planètes en fait les frais de même que le monde de Simlane où jadis Valérian s'est confronté aux Héros de l'Equinoxe.

    Tout ce que l'espace compte de profiteurs et de créatures avides de pouvoir est prêt à se rallier au panache noir des Wolochs : Triumvirat de Rubanis, Califat d'Iksaladdam, Blopikiens menés par leur chef Rompf, Sat, l'archange déchu...

    Mais la Résistance s'oganise et va rassembler les bonnes volontés de Syrte à Shimbalil, de la planète creuse Akbar à Aflofol. On retrouve autour de nos deux héros pas mal de figures : Monsieur Albert, les Shingouz, la Mère Suprême, Elmir, le Schniarfeur et Ky-Gai, Ralph le Glapum'tien, le Califon, Jal et Kistna, Schroeder et SunRae ou encore Sül, Chal'Darouine, la commandante Singh'a Rough'a et Molto Cortese ! Les dieux d'Hypsis font même une apparition mais se tiennent à l'écart du conflit dans une certaine neutralité !

    Les adversaires de Valérian et Laureline iront jusqu'à engager le Quatuor Mortis pour les éliminer ! L'univers est en péril, subissant les attaques des Wolochs, des pillards opportunistes ou des oiseaux-folie !

    Je vous laisse jouer au petit jeu de savoir de quel album vient chacun des personnages mentionnés plus haut ! Nos deux agents spatio-temporels rassemblent une armada qui s'aventure dans le Grand Rien où les Limboz activent l'OuvreTemps qui finit par "libérer" la Terre et anéantir les Wolochs ! Une manipulation temporelle a lieu et tout rentre dans l'ordre !

    La fin est ouverte lorsque Valérian et Laureline se retrouvent au XXIème siècle sous la forme de deux enfants surdoués que Monsieur Albert prend sous sa tutelle ! Ainsi se termine le cycle !

    Mais il y aura encore par la suite quelques albums hommages, encyclopédies, recueils d'illustrations et dans les hommages, nos héros vus par d'autres artistes invités comme Manu Larcenet, Wilfrid Lupano et Mathieu Lauffray !

    Une page se tourne !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nous retrouvons Bertrand Vergely dont la pensée tient à la fois de la philosophie et de la théologie - ce qui est assez intéressant - avec une série de billets sur son ouvrage  Retour à l'émerveillement ! Une série d'articles car le livre comporte quatre parties et je reviendrais sur chacune de ces parties au cours de ces articles !

    Le livre que j'ai emprunté à une bibliothèque municipale devait en outre comporter un CD d'entretiens qui n'est hélas pas disponible dans l'exemplaire en prêt ! Alors les bibliothécaires, vous faites mal votre boulot ?

    Dans la première partie, Vergely définit l'émerveillement et disserte longuement sur le sens de la vie !

    En s'appuyant sur quatre philosophes, notre auteur dénonce quatre abus concernant le sens de la vie ! Ainsi, comme le montre Spinoza, il faut dénoncer la "compréhension folle", le désir de tout comprendre. Avec Nietzsche, Vergely pose qu'il est vain de vouloir connaître la finalité de la vie. Bergson, lui, dénonce "l'illusion rétrospective" qui donne du sens aux choses après coup et Camus, pour sa part, refuse la culpabilité !

    De l'intelligence et de la nécessité doivent naître la responsabilité. L'intelligence du monde réside dans la  logique des événements qui n'exclut pas le hasard.

    L'émerveillement d'exister est une réalité et le sens de la vie et d'être témoin du monde et de sa beauté ! Faire l'expérience de la beauté !

    Dans l'Histoire de la philosophie, le monde avait un sens chez les Stoiciens, alors que pour les Epicuriens, le monde était absurde.

    Quelques considérations sur le Bien et la morale ensuite chez Vergely pour qui la morale n'est pas tant affaire de conformisme par rapport aux normes de la société mais plutôt prise de conscience de la  nature du Bien et du fait que l'autre a une existence.

     Le paradoxe est que la vie prend son sens  quand on se libère de l'interrogation et de la recherche de sens ! Il faut aussi relier le Ciel à la Terre - but de la Religion, possible par le Verbe et le parlant. Relier aussi matière et esprit ! Les lieux des concepts et des expériences. Le réel est aussi à la fois visible et invisible et il y a chez l'Homme, l'intérieur et l'extérieur.

    La Philosophie est liée à la Raison et la Religion au Verbe. Le Logos est à la fois la Raison et le langage. C'est le Verbe qui fait communiquer le Transcendant et l'Immanent, le Ciel et la Terre. Il faut aussi relier l'intime (l'infime ?) et l'immense. Par la Raison, tout fait lien !

    La Nature est un élan créateur et vivant et non pas une chose muette et inerte : le parlant !

    Il y a trois expériences de lien !

    Tout d'abord l'expérience transcendantale du lien (se dépasser soi-même) dans l'ordre de l'Être. Dieu va au-delà de lui-même pour faire exister l'Univers et l'Homme.  La vie est un don et une générosité.

    Il y a aussi une expérience immanente du lien - à travers le travail et la lutte - dans l'ordre du Faire. Et enfin le lien lui-même dans la rencontre entre l'Être et le Faire. Mais finalement, la Beauté est la Raison d'Être du monde !

    Voila pour cette première partie et pour le fond ! Sur la forme, je ferais juste une remarque  ! Vergely abuse énormément de la figure de style qu'est le chiasme, souvent trois ou quatre fois par page et c'est assez agaçant, comme un tic d'écriture !

    A bientôt pour la seconde partie où il sera question du Nihilisme !


    votre commentaire
  • La série de BD L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu est des plus réjouissantes ! Nous avions laissé Maître Byron Peck et son secrétaire danois, Knut Hoggaard en bien mauvaise situation, blessés au milieu du désert après s'être confrontés à des bandits mexicains ! Un certain document précieux leur filait entre les doigts du fait d'un indien Navajo que tout le monde avait pris pour un crétin jusque là ! Nos deux aventuriers avaient par ailleurs eu de la chance que Margot de Garine, épouse du premier et maîtresse du second, ne décide pas de les achever ! Au début de ce tome 2 intitulé "Sur la piste de Madison", nos deux héros retrouvent des forces dans un saloon avant de se lancer sur la piste de "la femme-araignée" et du vieil indien !

    En fait, tout ce second volume est un gigantesque flash-back qui nous ramène six mois en arrière et nous expose le fond de l'affaire ! On a aussi l'explication du titre de la série ! On avait vu au tome 1 que Byron Peck ne rechignait pas à utiliser des pistolets mais en réalité, il s'apprête à faire sauter le Deuxième Amendement de la Constitution Américaine, celui qui donne le droit à chacun de porter une arme à feu, rédigé par James Madison, grâce aux documents de Hoggaard, une correspondance de Madison à l'ancêtre du Danois qui était ambassadeur de Scandinavie !

    Mais Maître Peck n'a pas toujours été un défenseur de la veuve et de l'orphelin. Le début de ce tome 2 montre comment il spolie un brave pauvre cultivateur de ses terres, usant d'un vice de forme, au profit d'une riche entreprise de chemin de fer ! La famille du pauvre homme, qui finit par se suicider, entend alors le faire payer à l'avocat véreux qu'est Peck et ce dernier achète alors une arme à feu pour se protéger et sombre dans la paranoïa !  Son épouse Margot le quitte. Les choses rentrent dans l'ordre avec l'arrivée de Hoggaard qui fait fuir la famille du citoyen spolié !

    Margot réintègre alors le domicile familial et Byron Peck engage Knut comme secrétaire ! L'avocat examine alors des documents du danois qui étaient la cause de sa visite et découvre la correspondance de Madison qui ferait exploser le Second Amendement ! Il décide alors de passer à l'Acte et de changer la face des Etats-Unis !

    Mais Margot ne l'entend pas comme ça et réalisé qu'il y a de l'argent à se faire en pagaille en vendant les lettres aux fabricants d'armes pour qu'ils les détruisent ! Elle séduit alors Knut Hoggaard qui va finalement tenter d'assassiner le mari puis Margot double son amant en lui tirant une balle dans la tête qui le laissera handicapé ! Elle prends alors la fuite avec les lettres mais croise la route de Manolo Cruz et ses bandits mexicains qui lui dérobent les précieux papiers ! La suite est dans le tome 1 !

    On voit dans cet album à quel point Margot de Gracie est une femme calculatrice, manipulatrice qui use impunément de ses charmes pour arriver à ses fins. Salomone la dessine souvent dans des postures sensuelles mais sans vulgarité ni avilissement et montre que c'est aussi une femme cultivée en la représentant aussi fréquemment avec un livre à la main !

    L'édition que j'ai eu entre les mains de ce tome 2 de la série de Lupano et Salomone, chez Delcourt, possède un beau port-folio à la fin avec différentes esquisses et ébauches de dessins très soignées !

    On se retrouve bientôt pour le tome 3 !

    A bientôt !

    PS : Ceci est mon 500ème article "Bandes dessinées" sur Overblog !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires