• Je vous livre ici à nouveau quelques unes de mes pensées ! Et oui ! Je réfléchis parfois !

     

    Le Monde est dans notre Esprit.

    (14/10/2013)

     

    Pour accéder à des vérités supérieures comme une prise de conscience de son soi, il faut un « déphasage » ! Ainsi lors de crise, il faut un déphasage – recul- par rapport à la société (cas des marginaux, des précurseurs, des révolutionnaires…) et pour se connaitre soi-même, la maladie mentale peut constituer ce genre de déphasage ! A condition d’un retour à la « normale » après ce déphasage. Prise de conscience puis retour critique !

    (17/10/2013)

    La souffrance apparaît avec la Vie et le mal avec l’Homme.

    (18/10/2013)

     

    L’individu est riche d’altérité. Sans même prendre en considération l’inconscient, on n’est jamais le même à aucun moment de sa vie et de plus, nous portons des masques sociaux en fonction de nos interlocuteurs !

    (20/10/2013)

     

    Ce sont les gens qui ne savent rien qui ont des certitudes.

    La connaissance entraîne le doute

    (Et le doute détermine la connaissance. Descartes ?)

    (26/10/2013)

     

    Comment appréhender Dieu et les intermondes ? Plus généralement l’Invisible ?

    Il y a des choses que la science ne peut prouver car elle se base sur l’expérimentation et sur ce qu’elle voit ! Or ces choses précitées sont-elle des réalités … ou pas du tout du fait qu’on ne peut les « toucher » par nos sens, par une méthode empirique.

    La science se fonde-t-elle sur l’empirisme. Sur l’observation oui !

    Ressortent-elle donc à contrario de notre imagination ? Peut-on les former dans notre esprit comme des idées ?

    Les idées de Platon. Idéalisme et empirisme. Idéalisme et matérialisme. Matérialisme et empirisme…

    Un autre sujet à creuser !

    (27/10/2013)

     

    Pour être heureux, il faut croire en quelque chose de supérieur à soi.

    L’Humanité !?

    (28/10/2013)

     

    Peut-on imaginer que la matière, l’Univers et tout ce qui est soit né du rien ?

    Comment concevoir ce rien qui précède l’existence de l’Univers ? Dès lors qu’on tente de l’imaginer, on tente de se le représenter donc on donne une forme – et un nom – à ce qui n’en a pas !

    Or le point zéro est indicible. Peut-être même – en tout cas dans l’état actuel de nos sciences – par les mathématiques !

    (01/11/2013)

    Sur ces mots - pleins de sagesse ? - que je livre à votre sagacité, je vous dis à bientôt


    votre commentaire
  • Le Schtroumpf financier, album paru en 1992, contenant une seule longue histoire de 44 pages ! - est le seizième Le Schtroumpf financier - Peyoalbum des Schtroumpfs et de fait le dernier réalisé par Peyo lui-même, le grand artiste, en proie depuis des années à de graves problèmes de santé, devant s'éteindre en décembre de cette année-là d'une crise cardiaque !

    Peyo renouait ainsi avec les albums des premiers temps ! Il fut un peu dépassé par l'aspect merchandising toujours grandissant de ses Petits Lutins Bleus ! Sa société, Cartoon Créations gérait alors 2000 contrats de licence ! Peyo était exténué et avec le dessin-animé d'Hanna-Barbera - sur lequel il n'avait pas un contrôle total - les Schtroumpfs étaient devenus un produit pour les enfants au dépends des 7 à 77 ans des origines ! Avec Le Schtroumpf financier, nos petits héros retrouvaient leur public du début !

    Dans cet album, brillant et moins enfantin que les deux ou trois albums précédents - et d'un très bon cru ! - la discorde est introduite une nouvelle fois dans le village des Schtroumpfs ! Le Grand Schtroumpf est victime d'un accident de labo et de fil en aiguille, un de nos petits ami va trouver le mage humain Homnibus pour qu'il concocte un remède pour le chef du village alité ! L'émissaire du village de nos héros se rends alors dans une ville avec Olivier, le valet d'Homnibus ! Il est assez plaisant de voir des humains - ce qui est, en aussi grand nombre, la première fois dans un album des Schtroumpfs hors des albums Johan et Pirlouit !

    Notre émissaire Schtroumpf va découvrir l'argent chez les humains ! Revenu au village - où tout repose sur la notion mal comprise de gratuité, celui qui devient le Schtroumpf financier fabrique de la monnaie et instaure l'argent ! Désormais tout s'achète et se vends et nos lutins découvrent le travail  - ce qui ne plait évidemment pas au Schtroumpf paresseux !

    Évidemment, tout va aller de travers pour la petite société jadis idyllique ! Certains s'enrichissent et d'autres s'appauvrissent ! Le boulanger, le bricoleur ou le paysan font du bénéfice mais pas le musicien ou le poète ! Et la Schtroumpfette n'est même pas payée pour ses tâches ménagères et médicales ! Peyo explore tous les aspects - comme l'endettement, le pot de vin ou le prêt à usure ! - du capitalisme dont il livre une féroce critique !

    Au bout du compte, les Schtroumpfs reviennent à la raison et rejettent l'argent ! La morale de l'histoire revient au Grand Schtroumpf qui déclare que '"l'argent est une invention des humains pour les humains !" Et tout se termine par un concert avec des pièces de monnaie refondues en instrument de musique !

    Je découvre actuellement ces "nouveaux" albums des Schtroumpfs ayant lâché la série en 1984 ou par là ! Ce seizième album est une très bonne surprise pour moi et/car il est d'une grande qualité ! Peyo était assisté au dessin et à l'encrage par Alain Maury et Luc Parthoens ! J'espère que les albums suivants - sans Peyo- ne verront pas une baisse de qualité ! Apparemment , les Schtroumpfs ont su négocier ce virage car des dizaines d'albums sont sortis depuis ce fatidique mois de décembre 1992 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans mon esprit, il y avait une confusion au niveau des titres entre le jeu vidéo Sorcery +  et l'autre jeu Cauldron ! Si ces deux jeux ont des points communs : de mettre en jeu des sorciers ou sorcières et d'être une succession de tableaux, ils sont en réalité bien différents tant dans le fond que dans la forme et la réalisation ! Mais bon, ce sont deux soft des années 1984 - 1985 et ma mémoire de ces temps glorieux me joue des tours !

    Sorcery + est la version étendue du jeu Sorcery  pour Amstrad CPC ! Sorcery est sorti en 1984 chez Virgin Games et sa version complétée en 1986 ! C'est sur cette dernière version que j'ai joué même si je ne me suis pas vraiment investi dans le jeu et ne l'est jamais terminé !Ce jeu a été aussi porté sur Commodore 64, Thomson TO7 et ZX Spectrum et plus tard sur Amiga et Atari ST. C'est "un jeu marquant de l'ère 8-bits" !

    Vous y incarnez un magicien qui doit délivrer 8 collègues fait prisonniers par un nécromancien. Le décor est constitué d'une quarantaine de tableaux interconnectés dans lesquels vous pouvez aller et venir ! Il y a de nombreuses portes et il est facile de se perdre ! Certaines portes ne s'ouvrent qu'avec certains objets et certains ennemis ne sont vaincus que par d'autres objets et comme vous ne pouvez transporter qu'un seul item à la fois, il vous faudra prendre ces éléments et ouvrir les portes dans un certain ordre !

    Vous n'avez que quelques minutes pour remplir une mission qui vous demandera réflexes, mémoire, sens de l'orientation et sens tactique !

    Votre magicien se déplace en volant et est sensible à la pesanteur ! Attention donc à ne pas tomber à l'eau - ce qui vous ferait aussitôt perdre la partie !

    Tout repose donc sur la gestion des objets dont vous ne pouvez porter qu'un seul à la fois en ayant toutefois la possibilité de les échanger ! A vous de vous rappeler où vous avez déposé quoi ! Il s'agit de gérer le temps et d'en perdre le moins possible ! Vous commencez le jeu à chaque fois à un endroit aléatoire ce qui oblige à réfléchir vite !

    Les objets sont très variés (fleur de lys, bouclier, coupe de vin, parchemin, potion, clé de porte, couronne, calice doré, etc,...) et il vous faudra expérimenter pour découvrir leur utilité à chacun !

    Les ennemis font descendre votre jauge de vie en vous touchant ! Il peut y  en avoir jusqu'à trois par tableau.

    Un jeu qui se laissait découvrir progressivement et exigeait une patience que je n'avais pas ! Il est utile de dessiner une carte ! Les décors sont variés : forêt, manoir, terre abandonnée, château, donjon, village, chute d'eau, palais, etc,... Une salle secrète restaure votre santé ! Des chaudrons vous redonnent aussi ou vous enlèvent de la santé !

    Le contenu du jeu varie selon les plateformes et les dernières versions sont les plus complètes. Sorcery et Sorcery + ont été bien reçus par le public et la critique et a reçu le !Tilt d'Or du meilleur jeu d'action/aventures de l'année 1985 ! Ce Prix a été partagé avec Cauldron de Place Software - d'où aussi ma confusion !

    Voilà pour ces temps glorieux de ma jeunesse !

    A bientôt !  


    votre commentaire
  • Idées directrices pour une phénoménologie - Edmund HusserlLa phénoménologie transcendantale est la grande affaire d'Edmund Husserl. Notre homme n'est pas philosophe de formation et pourtant son objectif est d'établir la philosophie comme une science au même titre que les mathématiques ! La phénoménologie est une méthode.

    En 1913, dans son gros ouvrage dont le titre complet est Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie phénoménologique pure - et son premier tome "Introduction générale à la phénoménologie pure" - Husserl pose pour la première fois une première définition et présentation systématique de ce qu'est la phénoménologie qu'il distingue de la psychologie empirique d'alors ! Le spectre de la première discipline étant plus large que celui de la seconde.

    Il s'agit de se détacher de l'"attitude naturelle", notre façon naïve de percevoir et d'appréhender les choses, compréhension spontanée et immédiate - et fautive de ce fait ! - du monde. En effet, l'expérience et la conscience naïves envers le monde ne sont pas dénuées de préjugés !

    Husserl distingue immanence - ce qui est dans la conscience et donné absolument - et la transcendance - ce qui est hors de la conscience et non donné absolument ! Ce livre d'Husserl est un prolongement à Descartes et une réponse à la Critique de la Raison Pure  de Kant ! Pour le philosophe de Moravie, le monde s'explique par l'activité du sujet ! C'est le sujet qui donne un sens aux choses, qui cherche à dégager la rationalité du monde. Ce n'est pas le monde qui explique le sujet mais plutôt l'inverse !

    Les Idées de la phénoménologie comporte quatre sections !

    Dans la première section, Husserl porte son attention sur la connaissance des essences ou comment passer de l'observation de faits particuliers simples à la saisie des essences ? Le texte présent est donc bien une épistémologie, fonder la philosophie comme une science ! On est au delà du simple principe de l'induction toutefois.

    Comment passer de l'observation particulière de mon moi ou du moi d'autrui à l'essence de la subjectivité ?

    Cette préoccupation pour les essences nous rapprochent des considérations mathématiques, discipline qui s'intéresse par définition aux essences, le triangle idéal, le carré idéal etc,... Les faits bruts n'ont pas de sens en philosophie - sauf à rester dans le dogmatisme ! Il faut s'en arracher, en tirer le sens et synthétiser  -comme on synthétisera nos différentes perceptions et souvenirs...

    La deuxième section contient des descriptions proprement phénoménologiques : comment pouvons-nous avoir accès aux choses telles qu'elles se donnent ?

    C'est possible en mettant entre parenthèses l'attitude naturelle - de là on découvre l'ego ! Dans cette section, Husserl pose tous ses concepts fondamentaux : intentionnalité, réduction ego, transcendantal,... Husserl va aussi plus loin que Descartes dans l'analyse du "je" et ne le fais pas reposer sur Dieu !

    Dans la troisième section, sont introduits les notions de noème - l'objet constitué en tant que sens par la conscience - et de noèse - l'acte de l'esprit qui rends possible ce genre de constructions ! Souvenir, perception et imagination sont ainsi trois types de noèses !

    Enfin, dans la quatrième et dernière section, Husserl réponds aux objections qui lui ont été faites ! La réduction phénoménologique ne fait rien perdre au monde et permets au contraire d'expliquer le monde notamment le temps - la rétention ! - et l'espace - le corps !

    Le monde ne se comprends qu'à partir du mode de données et la phénoménologie permets aussi une ontologie, un accès à l'être ! Heidegger, l'autre tenant de la phénoménologie - quoiqu'un peu différente de celle de Husserl - mettra cette question ontologique au cœur de on ouvrage majeur Être et Temps !

    Voilà, la pensée de Husserl est éminemment complexe mais diablement intéressante !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans le tome précédent des aventures de Thorgal, le héros parti sur le continent avait laissé femme et enfant seul Thorgal - Tome 9 : Les Archers - Rosinski & Van Hammesur une île ce qui fallu à la famille quelques mésaventures ! Cette fois, on suit l'époux et chef de la famille Aegirsson qui veut regagner son foyer ! Malheureusement, il se retrouve pris dans une tempête et perds son bateau !

    Thorgal fait alors la connaissance du jeune Tjall-le-Fougueux qui lui vient en aide et l'emmène ensuite chez son oncle, Argun Pied-d'Arbre. Argun est armurier, spécialisé dans la fabrication d'arcs et de flèches de tout types.

    Thorgal a cependant un problème ! Il a perdu son bateau, son or et ses armes et se retrouve dans l'obligation - et l'impossibilité ! - de racheter une embarcation ! Or Argun lui apprends que le seigneur d'Umbria, maître de ces terres de Britannia, l'actuelle Angleterre, organise un tournoi pour les archers doté d'un prix de cent marcs d'argent ! Thorgal, Tjall et Argun comptent alors y participer !

    Mais la concurrence sera rude et la moindre n'est pas en la présence de la belle et vénéneuse Kriss-de-Valnor à cet événement ! La jeune femme est experte en tir à l'arc comme nos héros. Elle chevauche en compagnie de Sigwald-le-Brûlé, son unique ami ! Après quelques mésaventures avec des brigands - épisode à l'occasion duquel Kriss montre toute la cruauté et la rage dont elle est capable dans un accès de vengeance ! -  les aventuriers arrivent au tournoi de tir à l'arc ! Tjall et son oncle font équipe tandis que Thorgal s'associe à Kriss qui semble déjà le détester !

    Avec Kriss-de-Valnor - qui aura droit à sa propre série dans "Les Mondes de Thorgal" par la suite, Van Hamme confesse avoir crée la seule figure de vilain réussi de sa carrière (La Mangouste dans XIII est pas mal non plus !)? Il s'est inspiré du modèle de Milady dans Les trois Mousquetaire d'Alexandre Dumas. Kriss est l'archétype de la "parfaite salope". Elle vouera une haine envers Thorgal mais est en réalité amoureuse de lui ! Mais nous n'en sommes pas encore là avec Les Archers !

    La compétition de tir bats son plein et les épreuves sont de plus en plus difficiles ! Pourtant blessé à la main, Thorgal se révèle - et de loin ! - le meilleur archer ! Il est un tireur hors -pair ! Je vous laisse deviner qui gagnera l'épreuve ! Au final, Kriss-de-Valnor jouera un mauvais tour !

    Mais surgissent alors les Calédoniens - des Écossais ! - auxquels Kriss a volé un talisman sacré au début de ce neuvième album ! Il faudra compter sur la ruse de Thorgal pour tirer la jeune femme de ce mauvais pas ! Tout le monde s'en sort à bon compte au final- à part peut-être le pauvre Sigwald ! Thorgal va pouvoir acheter son embarcation !

    Cet album inaugure un cycle de cinq albums qui se déroulera en grande partie au Pays de Qa, de l'autre côté de l'Atlantique !

    La série Thorgal est toujours aussi intéressante ! Van Hamme sait renouveler ses intrigues à chaque album et fait preuve d'une grande inventivité ! Il crée des personnages marquants comme Jolan dans le tome précédent ou comme Kriss-de-Valnor ici ! Et Rosinski fournit toujours de même un crayonné impeccable et inspiré !

    La série a maintenant atteint son rythme de croisière et sa pleine renommée avec cet album paru en 1984 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Jumanji : Bienvenue dans la jungle - Jake KasdanCe dimanche, je me suis fait une séance de cinéma avec un petit groupe de connaissances et nous sommes allés voir Jumanji : Bienvenue dans la jungle, film de 2017 de Jake Kasdan, une comédie d'aventures calibrée au millimètre !

    Il s'agit de la suite du film Jumanji de 1995, de Joe Johnston avec Robin Williams à l'époque qui racontait comment un groupe de jeunes se retrouvait embarqué dans un jeu de société magique et exotique. A la base, c'est tiré du livre pour enfants du même nom de Chris Van Allsburg publié en 1981.

    Dans la version de 2017 - qu'on peut voir aussi comme un reboot ! - c'est à peu près la même formule ! Du moins il me semble car n'ai jamais vu le film de 1995 ! Des jeunes adultes se retrouvent embrigadés dans une aventure dans la jungle mais cette fois pas de jeu de plateau et il est remplacé par un jeu vidéo !

    Au début du film, on a quatre lycéens, un peu clichés, les deux introvertis, Spencer, le nerd solitaire et Martha la fille mal assurée, Bethany la fille populaire accro au téléphone et Fridge la star du football américain qui finissent placés en retenue. Ils tombent alors sur le jeu vidéo Jumanji et ont la mauvaise idée de lancer une partie ! Ils se retrouvent alors aspirés dans la console !

    Le musclé Dwayne Johnson interprète le Dr Bravestone, l'avatar de Spencer, le génial Jack Black est celui de Bethany, le docteur Sheldon Oberon, un cartographe. Fridge lui devient "Mouse" Finbar, le zoologue - joué par Kevin Hart et Martha entre dans la peau de Rudy Roundhouse, beauté sensuelle et experte en arts martiaux - interprétée par Karen Gillan (Nebula dans Les Gardiens de la Galaxie ) ! Le coup de génie du film est de propulser nos quatre ados dans des corps à l'opposé de leurs personnalité  - mention pour la bimbo superficielle qui se retrouve dans le corps d'un petit gros intello ! Une grande partie de l'humour du film repose sur cette situation !

    Comme dans un jeu vidéo, chaque avatar a ses points forts et ses points faibles ! Désunis au départ, les "héros" devront agir en équipe !

    Nos quatre "aventuriers" vont devoir rapporter un joyau dans l'oeil d'une statue de jaguar géante ! Ils leur faudra passer un certain nombre de "niveaux" comme dans un jeu vidéo. Il est vrai qu'à Hollywood désormais industrie du video game et cinéma convergent et les codes du premier monde se retrouve sur le grand écran (voir Ready Player One ! le prochain film de Spielberg si vous n'êtes pas convaincu !). C'est particulièrement vrai ici et nos héros ont un nombre de "vies" limité.

    Le jeu leur fait traverser une jungle hostile avec son lot d'hippopotames mangeurs d'hommes, de serpents, des hordes de mercenaires motorisés.Un cinquième "joueur" les rejoints - joué par Nick Jonas pour Jefferson "Seaplane" McDonough qui est l'avatar d'Alex, un jeune qui a disparu dans le jeu vingt ans plus tôt !

    Ces épreuves vont révéler ce qu'il y a de meilleurs en nos quatre ados qui vont devenir des héros et seront désormais liés par une solide amitié ! Un film très optimiste sur ce que l'on décide de faire de sa vie !

    Bref, j'ai passé un très bon moment ! C'est, comme je l'ai dit du divertissement efficace !

    Ceci constitue mon 1000ème billet sur mes Skyblogs (public et secret confondus !) ! Il me reste toutefois plus d'un autre millier d'articles écrits entre 2009 et 2015 à rapatrier sur la plateforme de Skyrock depuis Overblog et eklablog !

    Je vous souhaite enfin aussi une bonne année 2018 - en vous faisant remarquer qu'en septembre 2018, nous fêterons les dix ans du blog !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • A la fin des années 1980, j'étais un grand fan du jeu vidéo Double Dragon que je parvenais à terminer sans prendre un seul coup et donc sans perdre une seule vie ! Le suite de ce jeu s'intitule Double Dragon II : The Revenge et est sorti en 1988 en borne d'arcade. Comme le premier titre, il s'agit d'un beat them all auquel vous pouvez jouer à une ou deux personnes en simultané ! C'est Technos Japan qui nous livre ce produit.

    On retrouve donc les frères Billy et Jimmy Lee, dans les rues dévastées de New York, ville qui est passée sous le contrôle du gang des Shadow Warriors. Si cette bande de méchants avait kidnappé précédemment Marian, la petite amie de Billy, ils sont allé plus loin cette fois-ci et l'ont assassinée ! Les Frères Lee vont faire parler les arts martiaux pour se venger !

    Le jeu comporte la gamme d'adversaires habituels ! Nos deux combattant dessoudent des hordes de punks armés de couteaux et de chaînes ! La différence par rapport au premier opus est qu'on a cette fois un certain nombre d'ennemis qui sont de véritables colosses - et pas seulement en boss de fin de niveau ! Attention donc à ce qu'il ne vous choppent pas dans leurs sales pattes ! L'un de ces géants ressemble d'ailleurs à Schwarzenegger !

    Nos héros disposent de coups spéciaux comme le coup de pied tournoyant en hélicoptère qui fait le ménage autour d'eux ou la possibilité d'agripper les méchants et de les envoyer valser à l'autre bout de l'écran, voire de les balancer dans le vide, ce qui écarte le danger ! Il y aura de nombreuses combos à maîtriser. Vous pouvez aussi ramasser les armes qu'ont perdu les ennemis vaincus !

    Il est possible d'activer un mode où vos coups peuvent aussi frapper votre frère. Et il y a trois niveaux de difficultés : Entraînement, Normal et Guerrier. En mode Guerrier, il sera difficile d'arriver jusqu'au neuvième et ultime stage qui comporte des ennemis jamais vus jusque là et fort redoutables.

    La part d'aléatoire est également renforcée par rapport au premier jeu. Et je le déplore ! Il devient plus difficile de finir ce jeu ! Entre les phases de bastons, vous devrez franchir différents obstacles comme des plates-formes qui apparaissent et disparaissent - vous faisant tomber et perdre une vie si vous n'êtes pas assez rapides !

    Le jeu a ensuite été porté sur les machines de l'époque. Il sortit ainsi sur NES en 1990 avant même le premier opus mais aussi sur Amiga, Amstrad CPC, Atari ST (je crois bien que je possédais cette version que je n'ai, contrairement au premier jeu, jamais réussi à finir !), Commodore 64 PC et MS-DOS, MSX, ZX Spectrum et sur les consoles Game Boy, Sega Mega Drive et PC Engine - et donc sur Nintendo aussi !

    Double Dragon II : The Revenge a été sacré "Meilleur Jeu Vidéo de tous les temps" par le site Web Jeuxvidéo.com ! Largement exagéré je trouve !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La façon dont nous traitons les animaux en dit souvent long sur nous, sur notre humanité, notre rapport au monde et aux autres. Que l'on fasse partie des "30 Millions d'amis" ou que l'on exploite sans vergogne les bêtes, nous avons des responsabilités vis-à-vis des animaux. Progressivement, nous prenons conscience que l'animal a une sensibilité et peut souffrir et nous reconsidérons le grand mensonge que nous nous cachons à nous-même, la réalité des abattoirs tandis que le végétarisme et le véganisme trouvent de plus en plus d'échos !

    L'homme a longtemps considéré l'animal comme lui étant inférieur ! Le pli est posé dès les textes du premier Monothéisme. En effet, dans le Judaïsme et les écrits de la Genèse, il est posé que les bêtes sont mises à disposition d'Adam et qu'une fois le Pêché originel introduit, l'homme a le droit de consommer les animaux et de les mettre sous le joug. Fini le temps de l'Harmonie et de la coexistence pacifique !

    Pourtant, par la suite, les penseurs juifs comme Moise Maimonide établiront que "la connaissance de Dieu est préférable aux holocaustes" et on "ne fera point cuire un chevreau dans la lait de sa mère".  On ne sacrifie plus les bêtes sur les autels et on préfère la prière intérieure et le recueillement.

    Découlent aussi de la tradition et du canon, dans le Judaïsme, moins dans le Christianisme mais à nouveau dans l'Islam un certain nombre d'interdits alimentaires : porcs, fruits de mer etc,...

    Chez les Grecs, la problématique de l'animal commence avec Pythagore. Tuer un animal est commettre un crime effroyable car croyant en la réincarnation, les pythagoriciens affirme que tuer une bête est comme tuer un père ! On retrouve pareille pensée dans les religions de l'Orient, comme le Bouddhisme !

    Pour les Stoïciens, l'animal est dépourvu de raison qui est l'apanage de l'Homme. Tout relève d'une harmonie cosmique, œuvre des Dieux et chaque chose est à sa place et à son utilité. L'animal a un rôle à jouer et est un "miroir de la nature". Il est aussi "au service de l'Homme".

    Platon établit que, hormis celles qui sont inertes, chaque chose a une âme, en découle une hiérarchie des âmes. L'âme est vu comme un attelage ailé dans le Phèdre, peut se réincarner en animal suivant sa nature dans le Phédon et a trois parties dans la République.

    Aristote décrit une âme végétative, sensitive et intellectuelle. L'âme est ce qui anime et informe le corps.Aristote a beaucoup écrit sur les animaux notamment une Histoire des animaux et il établit qu'il y a une continuité d'une espèce à l'autre qui passe par d'infimes variation, une "échelle des êtres".

    Théophraste, ami et collaborateur de son mentor Aristote fut véritablement le premier penseur à manifester une amitié réelle envers les animaux avec lesquels les hommes forment une "véritable famille" Nous leur sommes "apparentés" " dans la même maison". Les bêtes sont pour lui aussi animées de sensations et de désirs. Les hommes sont devenus insensibles et s'arrogent le droit de tuer les animaux - cette opinion est aussi partagée par Plutarque. Aux sensations et désirs que posséderaient les bêtes selon Théophraste, Plutarque rajoute les sentiments , l'intelligence - déjà décrites chez eux par Aristote - et enfin l'imagination.

    Pour Porphyre, ce sont de "mauvaises habitudes" qui ont poussé l'Homme à devenir le plus cruel des animaux ! Après Théophraste et Plutarque, Porphyre élargit la gamme de capacités des animaux et comme son maître Plotin pense que le corps - et donc la consommation de viandes - alourdit l'âme de l'Homme !

    Quittons l'Antiquité pour aborder la Renaissance - qui est une redécouverte des textes antiques ! Montaigne le premier fait un éloge des bêtes dans un passage fort célèbre de L'Apologie de Raymond Sebond, où il place les hommes et les animaux sur un pied d'égalité ! Les animaux possèdent des capacités remarquables qui dépassent même dans certains cas les nôtres ! Les bœufs et le chiens sont capables de compter, les fourmis et les abeilles font des sociétés complexes, les éléphants ont de la mémoire, etc,... L'auteur des Essais  multiplie les exemples dans ce texte sur lequel j'ai par ailleurs travaillé durant mes études de Lettres !

    Les choses se compliquent avec Descartes qui marquent un grand retour en arrière ! Le Penseur de la Haye voit le monde selon la dualisme de la chose pensante et de la chose étendue (res cogitens  et res extensa). Le monde n'est alors plus qu'un gigantesque mécanisme d'horloge dans lequel les animaux - qui n'ont pas le langage, ne penseraient pas -  et sont donc des machines. Ils ne sauraient ressentir les choses ! On peut donc frapper son chien comme l'affirmera Malebranche puisqu'il ne ressent pas la souffrance ! Cela nous parait impensable aujourd'hui - et révoltant !

    Les Quakers sont à l'opposé de cette pensée. L'argument de cette secte religieuse dérivée du Protestantisme est théologique. Pour eux, la présence de Dieu se fait ressentir dans tout être vivant et donc on doit le respect à chacun de ces êtres ! Chaque créature désire avoir son droit naturel.

    La Mettrie, athée et libertin du Siècle des Lumières provoque le scandale avec son ouvrage L'Homme-machine. Il retourne l'argumentaire de Descartes en posant que l'Homme - qui a la pensée - n'est lui aussi qu'un automate perfectionné ! Dès lors pourquoi dénier la pensée aux animaux ? Ceci choquera profondément l’Église pour qui l'Homme tient une place éminente dans la Création.

    Condillac démonte aussi les théories de Descartes sur les animaux-machines. S'appuyant sur Hume, il analyse les différences entre sensation et réflexion et pose que la sensation est l'unique source de la connaissance, en bon empiriste. La différence entre l'Homme et l'animal est que, contrairement à ce qu'on croit, seuls les hommes s'imitent les uns les autres - perfectionnant ainsi leur connaissance, les animaux, eux, ne font que réagir de la même façon dans un nombre de situations limitées !

    Jean-Jacques Rousseau avance quand à lui que l'on a nul besoin de faire souffrir les animaux, la Terre regorgeant d'autres ressources ! Le droit des bêtes à ne pas souffrir ne doit pas reposer sur la présence ou non de telles capacités sensibles ou intellectuels chez elle mais sur le ressort de la pitié ! Si on veut manger un bœuf, il faudrait l'égorger nous-même et ne pas se cacher la réalité et déléguer la sale besogne ! Avec le philosophe suisse, apparaît la critique de l'alimentation carnée dans notre modernité !

    Emmanuel Kant lie lui les obligations que nous avons avec les bêtes dans les obligations que nous avons avec nos semblables. Il faut faire "comme si" les bêtes étaient des personnes humaines. Or pour Kant, l'homme est une fin et non un moyen. qui se comporte mal avec une bête se comportera mal avec un homme !

    Les Penseurs de la Cause Animale

    Arthur Schopenhauer - dont on savait l'amour pour son caniche ! -  porte de violentes accusations contre le Judéo-Christianisme qu'il accuse d’avoir rendu les hommes cruels à l’égard des animaux par son anthropocentriste ! L'Homme n'est pas le seigneur de la terre et les bêtes ne sont pas un produit à notre usage !

    Jeremy Bentham introduit l'Utilitarisme dans le débat animal. Selon lui, il faut raisonner de manière pratique en termes de recherches de plaisir et d'évitement de désagréments et de souffrances ! Il ne s'agit alors pas tant de renoncer à ou d’interdire l'alimentation carnée mais d'éviter le maximum de souffrance à l'animal en lui infligeant une mort rapide et indolore.

    Charles Darwin va secouer encore plus fort les institutions religieuses en abolissant la frontière entre l'Homme et l'animal. En effet, si l'Homme descend du singe, il est lui-même un "Homme-animal" ! Scandale ! Et cela oblige à reconsidérer les capacités et les droits des uns et des autres !

    Passons pleinement dans la Modernité dans un troisième temps ! L'idée du végétarisme va peu à peu émerger dans nos société ! Ainsi le Russe Léon Tolstoï prône celui-ci afin pour l’Homme de trouver sa voie morale. On en doit pas tuer les bêtes ! il faut savoir d(où vient le poulet qu'on a dans notre assiette, la souffrance qu'il enduré ! En finir avec l'hypocrisie institutionnalisée ! Pour un végétarisme éthique ! Henry Stephens Salt prends acte de l'émergence de ces nouvelles pratiques alimentaires et montre pour appuyer le mouvement que la consommation de viande n'est pas un impératif biologique ! Le mouvement pour aller "de la Barbarie à l'Humanité" est en marche !

    On commence à considérer véritablement le point de vue de l'animal, notamment avec Jacob von Uexkull qui analyse que chaque bête à son expérience du monde propre et singulière. Heidegger et Deleuze s'en souviendront ! On en peut donc définitivement pas comparer l'animal à une machine ! Enterré Descartes !

    Les notions opposées de "spécisme" et anti-spécisme" sont introduite par Peter Singer et son ouvrage de référence La Libération animale. Comme il y a un racisme, il y a un spécisme, a tendance à classer le monde vivant en espèce et à établir une hiérarchie ! Pour singer, l'élément qui confère des droits aux animaux n'est pas la capacité à raisonner ni la même la force physique mais la capacité à ressentir, l'aptitude à la souffrance qui est commune à tous. Un principe d’égalité !

    Carol J. Adams établit elle un parallèle intéressant et pertinent entre les luttes du féminisme et du végétarisme, ayant constaté dans les années 1970 que nombre de féministes étaient également végétariennes ! Le dénominateur commun est que dans les deux cas, on a une opposition à une tentative de domination masculine. Que l'on pense aux publicité pour les hamburgers qui utilisent l’imagerie "Pornochic" !

    Tom Regan mélange les approches de Kant - l'animal n'est plus un simple moyen ! - et utilitariste de Bentham ! Les animaux voient là encore leur sensibilité réaffirmée et ils faut éviter de les faire souffrir.

    On entre alors dans un processus de codification et de légifération du Droit animal, notamment avec Martha Nussbaum qui pose "dix règles pour le bien-être animal" parmi lesquelles la santé physique, le sens, l’imagination et la pensée, les sentiments, la raison pratique ou encore l'affiliation.

    Jacques Derrida dans un texte publié après 2004 - donc de manière posthume -, attaque violemment notre attitude vis-à-vis des bêtes ! Le philosophe qui se sentait gêné nu devant son chat dénonce l'"exploitation d'une survie artificielle à des fins d'exploitation interminable"  - en clair engraisser les vaches, les porcs, les poulets indéfiniment dans des élevages afin de les abattre - souvent non sans une forme de cruauté ! Derrida fait même un parallèle choquant avec la Shoah pour mieux marquer les esprits !

    Les Penseurs de la Cause Animale

    On doit donc, et c'est le cas avec Sue Donaldson et Will Kymlicka, reconsidérer les Droits des animaux et leur donner de nouveaux statuts ! Ces deux derniers auteurs que nous aborderons proposent une classification entre animaux domestiques et animaux sauvages - auxquels ils ajoutent les animaux liminaires - entre deux ! - tels les rats, les souris, les pigeons,etc,...

    Récemment, des groupes d'activistes telle l'organisation L214 - qui filme clandestinement dans les abattoirs afin de dénoncer les conditions de mises à mort - sensibilisent de plus en plus à la cause animale. A priori, je ne suis pas prêt à renoncer aux steaks au poivre que me prépare mon paternel les samedis midis mais je dois avouer que de telles démonstrations de cruauté envers les bêtes d'élevages font réfléchir ! Il n'est pas inenvisageable que je réduise ma consommation de viandes dans un premier temps !

    Le discours végan - qui banni toute exploitation de l'animal - y compris la fourrure, la laine, la chasse, la corrida, les produits pharmaceutiques testés sur l'animal et l'expérimentation animale - semble plus cohérent que le végétarisme ! Mais est-ce tenable dans nos sociétés de carnivores/omnivores !? Enfin cohérene dans une certaine mesure et limite ! En effet, la science découvrant que les plantes ont aussi une sensibilité et des intérêts, cela a l'air d'une blague mais que faire du "cri de la carotte" ? Et les robots ? N'exploitons-nous pas avec l'intelligence artificielle - à l'aube du transhumanisme - une autre forme d'êtres vivants ?

    C'est un vaste débat philosophique et de société qui est loin d'être clôt !

    A bientôt !

    PS : Ce billet a été réalisé avec l'aide précieuse du Hors-série Le Point Références N°69 de juin-juillet 2017 - "L'Homme et l'Animal - Les textes fondamentaux" dont il constitue un compte-rendu !


    1 commentaire
  • L'ordre du jour - Eric VuillardLa littérature est un panier de crabes et l'attribution des Prix Littéraires n'est pas toujours transparente - c'est même tout le contraire ! Comme dans tous les milieux de pouvoir, la cooptation fonctionne à plein régime !

    J'avais quelques doutes cette année sur la légitimité du Goncourt 2017 ! En effet, il a été attribué à Eric Vuillard pour son récit L'ordre du jour - un petit opus d'à peine 150 pages ! Devait-on voir dans le fait que l'attribution du prix s'est faite à Actes Sud, maison d'édition de Françoise Nyssen, ministre de la Culture de Macron la preuve que les jurés œuvrent par intérêt personnel ? S'agit-il de corruption et de conflit d’intérêts ? A contrario, doit-on pour autant écarter Actes Sud, maison d'édition de qualité, des Prix Littéraires ?

    Ce qui me posait problème, avant même d'avoir lu le livre en question était sa relative brièveté ! Tout ça pour ça ! Mais si il n'y avait pas la quantité, peut-être y avait-il la qualité ?

    L'ordre du jour est en effet un "récit" et non un roman ! La part d'invention y semble réduite. Je l'ai lu et non seulement le style de l'auteur est assez riche mais le sujet est intéressant.

    Il y est question de l'ascension au pouvoir des nazis à partir de 1933, sur les ruines fumantes du Reichstag. Le récit s'ouvre par une réunion d'industriels allemands qui vont financer le nazisme, pas tant par consentement à leur idéologie nauséabonde - même si ils ont fermé les yeux ! - que pour maximiser encore plus leurs profits ! Ces groupes industriels et ces firmes on les connaît, ce sont celles qui ont pignon sur rue par la suite au XXème siècle et au XXIème siècle : Krupp, Bayer, Telefunken, Opel, Agfa, BASF, IG Farben, Siemens ou Allianz. Des prisonniers des camps de concentration furent même employés par la suite comme main -d’œuvre gratuite !

    Les autres pays d'Europe restèrent indécis et timorés face à Hitler ! On nous expose évidemment le cas de Daladier et de Chamberlain, de Lord Halifax aussi mais surtout le cas de l'Anschluss ou le coup de main du Führer sur l'Autriche qu'il annexa purement et simplement grâce à des méthodes mafieuses et d'intimidation auprès du chancelier  Schuschnigg. Même si les mouvements de l'armée allemande - et ses panzers - connut des ratés d'ordre mécanique lors du passage de la frontière autrichienne, Hitler avait réussi son coup de force ! J'en ai par ailleurs longuement parlé dans une série de billets !

    Un autre chapitre nous fait comprendre que les costumes des nazis faisaient déjà en 1938 partis des accessoires d'Hollywood dans les réserves dont s'occupait Günther Stern dit Anders, juif de surcroît, rangés à côté des sandales et des toges des romains - comme faisant déjà corps avec l'Histoire !

    Eric Vuillard nous fait partager la détresse qui fut celle de pas mal de gens à cette époque ! Bien avant le suicide de Stefan Zweig, de nombreuses personnes se donnèrent la mort par désespoir devant la montée de la haine. Pour finir, l'auteur nous rappelle que nous ne sommes pas à l'abri de telles périodes sombres !

    Un livre comme un témoignage donc - avec des envolés lyriques et de l'ironie ! On ressent bien le climat d'oppression et de fuite en avant vers le pire de l'époque...

    Eric Vuillard a finalement bien mérité son Goncourt donc car il fait devoir de mémoire en même temps qu'il dénonce les compromissions !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Alain Bashung était un Monument de la chanson française, une icône rock à la forte personnalité ! Il est devenu Bleu Pétrole - Alain Bashungcélèbre avec des titres comme Gaby ! Oh Gaby ! ou Vertige de l'amour.

    Pour ma part, je l'ai découvert en 1992 avec ses albums Osez Joséphine ! et sa chanson Ma Petite Entreprise. Son décès, le 14 mars 2009, laisse un grand vide dans le paysage musical français ! Bashung n'était pas que chanteur mais aussi auteur-compositeur - et avec beaucoup de talent ! Il y a eu Gainsbourg et il y eu Bashung !

    Mon voisin Rico m'a prêté Bleu Pétrole - qui est le douzième -  et surtout dernier ! -  album studio de ce grand artiste, sorti le 24 mars 2008. On attendait un album de Bashung depuis 2002 et L'Imprudence et le live de 2004, La Tournée des grands espaces !

    Bleu Pétrole  a été écrit en grande partie par Gaetan Roussel de Louise Attaque et Gérard Manset. Il marque un retour à la chanson française teintée de rock qui fit le succès de Bashung dans les années 1990 - après les expérimentations des années 2000.

    L'artiste entama une tournée à la suite de la sortie de l'album qui commençait par le titre "Comme un Lego".

    C'est un album plein de poésie, d'où se dégage une certaine mélancolie. L'ensemble n'est pas dénué d'une espèce d'humour très subtil qui penche du côté de l'ironie. Les Inrockuptibles ont qualifié cette galette d'"immense chef- d’œuvre" !

    J'ai beaucoup aimé l'écoute que j'en ai faite pour ma part ! Même si il faudrait que je le réécoute plus longuement ! Les mélodies sont réussies et vous emportent, les paroles et textes sont clairement inspirés. Bleu Pétrole contient 11 titres - c'est peu mais la qualité est là ! On commence avec "Je t'ai manqué'" - comme si Bashung faisait ce constat à propos du fan qui écoute l'album ("Et oui tu nous as manqué !  Et tu nous manquera encore plus cruellement désormais !"). Et on termine avec "Il voyage en solitaire" car on n'est jamais que tout seul dans l'existence !

    J'ai adoré le titre "Sur un trapèze" - qui est je crois celui qu'on a le plus entendu à la radio ! Je retiens "Je tuerai la pianiste" - très drôle et très entraînant/rock ! "Suzanne" est une reprise adaptée en français d'une chanson de Suzanne Vega, autre artiste que j'aime bien et dont je vous parlerais un jour aussi !

    On appréciera le jeu de mots du titre "Résidents de la République". Les autres chansons ont pour noms "Tant de nuits"," Hier à Sousse", "Vénus" ou "Le Secret des banquises" !

    Voilà, je vous laisse à votre écoute ! C'est un très bon album de Bashung et un très bon album tout court !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Gremlins 2 : La Nouvelle Génération - Joe DanteEn 1990, Joe Dante donnait une suite à son succès de 1984 avec le film Gremlins 2 : La Nouvelle Génération. Les affreuses petites bestioles hargneuses sont de retour !

    On retrouve Billy et Kate qui habitent maintenant New York. Mr Wing, le propriétaire du mogwai Gizmo décède et Billy récupère la sympathique créature au potentiel si dangereux. Le cadre de vie de nos jeunes héros a donc changé  et désormais ils travaillent pour de grandes sociétés du CAC 40 dans un immeuble de Manhattan, la tour Clamp. 

    Gizmo atterrit dans cet immeuble et se retrouve mouillé par le réparateur de fontaines à eau. Les nouveaux mogwai se transforment vite en gremlins et partent à l'assaut du gratte-ciel. Ils vont même jusqu'à utiliser le laboratoire de génétique ultra-sophistiqué que recèle le bâtiment pour s'upgrader en une nouvelle génération de gremlins mutants et OGM !

    Comme pour le premier film, on a dans ce second opus une critique en bonne et due forme de la société moderne - mais cette fois-ci on change d'échelle ! Exit la petite ville de province avec ses bouseux et bonjours la mégalopole avec ses cadres dynamiques !

    Au casting figurent à nouveau Zach Galligan  - qui ne fit pas une grande carrière par la suite ! La jolie Phoebe Cates est également présente ! Parmi les acteurs notables, on n'a véritablement que Christopher Lee - avec références appuyées à son personnage de Dracula - qui joue un savant généticien fou ! Hulk Hogan, le catcheur, fait aussi une apparition !

    La bande sonore, très dynamique, est signée Jerry Goldsmith ! Le film est assez désarçonnant à la moitié du récit qui présente une comédie musicale ! A tel point qu'à l'époque, cela fit dire en pleine séance à mon camarade Thomas : "Qu'est-ce que c'est que ce film ?!". Mais bon Thomas n'était pas très malin et il ne faut pas l'être pour planquer des pierres dans des boules de neige et sa carapater ensuite comme un lâche - fin de la digression (et du règlement de compte !).

    Il y a aussi d'intéressantes mises en abyme et destruction du quatrième mur dans ce film !

    Contrairement à mon camarade, j'avais trouvé ce film plaisant mais certes pas aussi réussi que le premier ! On murmure qu'un troisième opus serait en production pour avant 2020 ! Gremlins 2 eut un accueil critique assez favorable mais fut un échec commercial, rapportant moins en Amérique du Nord que ce qu'il avait coûté !

    De nombreuses références sont visibles ! Daniel Clamp est une caricature de Donald Trump, qui deviendra le 45ème  -et actuel  ! - Président des Etats-Unis ! Mise en abymes du premier film, allusion à E.T. l'extra-terrestre, à Rambo 2, à Batman, à King Kong, au Magicien d'Oz, à Marathon Man, à SOS Fantômes ou encore à L'Aventure intérieure, à Blanche-Neige et les Sept Nains - la liste n'est évidemment pas exhaustive ! Un film assez riche donc !

    Pour être complet, j'avais, à cette époque-là, 1990 à 1992, le jeu Gremlins 2 : The New Batch sur Game Boy et c'était très divertissant ! J'en ferais sans doute la critique ailleurs sur ce blog !

    Un classique de la culture pop et geek !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Jaden Yuki perpétue, au sein de la Duel Academy, dans la série spin-off Yu-Gi-Oh ! GX, l'héritage de Yugi Muto ! Il Yu-Gi-Oh ! GX - Saison 2triomphe de tous ses adversaires - parmi les plus atypiques ! - grâce à son jeu "Héros des Éléments" ! Jaden possède en réalité un lot de créatures, tels Sparkman, Bullman ou Burstinatrix - puis ensuite Néos - qu'il peut faire fusionner pour créer des combinaisons de héros plus puissants comme Aile-de-Feu par exemple ! Comme Pharaon, Jaden croit en l'"âme des cartes" !

    Des Héros, Jaden va en avoir besoin dans la Saison 2 ! Cette fois, il est confronté au Prophète Sartorius et sa Société de Lumière ! Sartorius est un personnage maléfique qui débarque à la Duel Academy et convertit petit à petit tous les amis de Jaden à sa cause, notamment Chad ou Alexia ! Jaden devra tous les affronter en duels pour les ramener à la raison !

    La Lumière est une énergie qui s'est répandue sur la Terre et est à la source de tous les conflits ! Elle a pris possession de Sartorius ainsi que du Docteur D, le père adoptif d'Aster Phoenix, un jeune duelliste réputé qui devient un allié de Jaden !

    Le père d'Aster a crée jadis une carte surpuissante, nommée "Plasma" - et le Docteur D se faisant passer ensuite pour le bienfaiteur d'Aster a dérobé cette carte, investie de la Lumière et s'est vu aussi possédé par elle ! Il a ensuite provoqué la disparition du créateur de la carte !

    Sartorius avance donc ses pions et pour répandre la Lumière sur toute l'Humanité doit s'emparer d'un satellite ! Mais le Bien qui sommeille encore en Sartorius trompe sa partie maléfique et confie les deux clés de l'engin spatial à Jaden et Aster ! Des duels contre le Maître de la Lumière se profilent donc !

    Maximilien Pegasus fait une apparition dans cette Saison 2 et assure le lien avec le passé !

    Jaden l'emportera t-il sur la Lumière ? Il vous faudra suivre les épisodes 53 à 104 pour le savoir !

    Une bonne série pour initier les plus jeunes aux jeux de cartes à collectionner ! Dans la lignée de Magic : L'Assemblée et de Pokémon, le jeu de cartes Yu-Gi-Oh ! connaît un vif succès et de nombreuses extensions ! On pourra reprocher à la série le ton résolument - trop ! - enfantin ! Mais c'est la cible visée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les loyautés - Delphine de ViganNous allons maintenant parler du dernier roman de Delphine de Vigan - acheté ce midi, lu ce soir ! Dans Les loyautés, on suit plusieurs trajectoires de vie, des êtres heurtés par l'existence qui ont tous en commun le fait de cacher une part d'obscurité, des secrets inavouables !

    On adopte successivement et alternativement le point de vue d'Hélène - Madame Destrée, prof de SVT dans un collège, de Théo, garçon de douze ans, bientôt treize dont le père traverse une mauvaise passe, de Mathis, le copain de Théo que son jeune camarade entraîné dans la consommation d'alcool et enfin de Cécile la mère de Mathis mariée à un homme bourgeois qui déverse sa bile en cachette sur internet !

    Il y a entre ces personnages des loyautés, des solidarités elles aussi cachées qui se cherchent qu'à s'exprimer ! Parce qu'elle a elle-même été une enfant battu, Hélène perçoit le désarroi de Théo. elle va tout tenter pour l'aider même si cela signifie la mettre en butte par rapport à l’Éducation Nationale !

    Théo est enfant de parents séparés ! Sa mère, une femme dévorée par le ressentiment, ne cesse de rabaisser son ex-mari. Celui-ci qui a perdu son emploi, sombre dans la dépression, suite à son chômage, en se lave plus, ne fait plus rien - son fils tente alors de cacher la situation de son paternel à sa mère et à Mathis, dévoré par la honte ! Pour échapper au quotidien si triste, Théo se porte à l'ivresse avec des bouteilles de rhum, de vodka ou de gin, entraînant son ami Mathis, de plus en plus réticent !

    Cécile, la mère de Mathis, n'aime pas les fréquentations de son fils. Elle-même, venue d'un milieu de gens simples - qui font des fautes de Français, a été formatée par son époux, William qui en secret est Wilmor75 qui déverse torrents d'injures racistes et xénophobes, homophobes et misogynes sur son blog et sur les forums du web ! La pauvre Cécile va alors avoir l'impression d'étouffer !

    Bref tous ces êtres sont dévorés par des secrets intimes qu'ils n'arrivent pas à exprimer - ce qu'il faudrait pourtant qu'ils fassent si ils veulent de sortir de ces situations ! Ils tentent maladroitement de s'aider les uns les autres mais les non-dits gâchent tout !

    Ce roman, Les loyautés, de Delphine de Vigan est donc un roman assez poignant ! La fin est ouverte et la solidarité va pouvoir se mettre en place - si il n'est pas trop tard !

    Une lecture dans la veine habituelle de ce qu'écrit cette auteure ! C'est assez brillant mais aussi assez court ! Les personnages sont bien pensés et décrit, l'analyse psychologique est assez fine et évite les clichés !

    Les romans de cette dame s'attaquent toujours à ces faiblesses qui nous bouffent à petits feux : adolescence blessée, solitude des grandes villes,  fragilité psychique et emprise psychologique ! Un peu travail d'anthropologue en quelque sorte !

    A conseiller fortement !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Galaga - NamcoAu tout début de l'Histoire des jeux vidéo, ceux-ci reposaient toujours sur des principes simples et l'immersion était immédiate ! On eut ainsi Pac-Man, Donkey Kong, Frogger, Centipède, ou encore Berserk ! Mais il y avait un genre qui brillait déjà le shoot them up spatial avec des jeux comme Defender, Asteroids ou encore Space Invaders  !

    Dans un jeu comme Space Invaders, des hordes d'aliens descendent de l'écran, bien alignés en rangs d'oignons, en vous tirant dessous ! Vous, vous êtes un petit vaisseau en bas de l'écran, s'abritant derrières des blockhaus et devez descendre toutes les bestioles !

    Mais Space Invaders, icône de la culture Geek et du Street Art/Graff qui fit l'objet d'un film, Pixels en 2015, n'est pas le sujet du présent billet ! Ici, il s'agit de Galaga, jeu de la société Namco sorti en bornes d'arcade en 1981 ! Galaga  est lui-même une "suite" à Galaxian, inspiré de Space Invaders ! Là où cette borne innove, c'est que les ennemis  - en forme d'insectes hargneux, descendent en piquée par vague de trois ou quatre vers votre vaisseau l'aspergeant de tirs lasers !

    Au début de chaque stage, les ennemis viennent se disposer sur le terrain ! A vous d'en abattre le plus possible pour avoir un avantage !

    Autre innovation de Galaga, il est possible de jouer seul avec deux vaisseaux simultanément ! Et il existe aussi des niveaux bonus ou "challenging stages" où les ennemis arrivent par files - à vous de tous les dégommer pour comptabiliser les points bonus !

    En fait, vous vous retrouvez avec deux vaisseaux - ou un vaisseau "double" -  lorsque votre premier vaisseau se fait capturer ! En effet, les ennemis qui descendent vers vous essaient aussi d'entrer en collision ou de vous happer dans leur faisceau tracteur ! A vous ensuite de délivrer l'astronef capturé avec un autre vaisseau ! Il s'agira de détruire l'ennemi qui vous a capturé au moment où il redescend avec son prisonnier ! Vous bénéficierez alors d'un tir double mais d'une surface pouvant être touchée deux fois plus grande ! C'est la principal innovation de ce jeu !

    Le jeu a été adapté sur de nombreuses consoles, depuis MSX et Atari 7800 ou encore Nintendo 64, Game Boy et Game Boy Advance, PlayStation et PlayStation 2, Dreamcast, Xbox, Xbox 360,  Gamecube et Wii ! C'est en effet un classique qui a fait évidemment l'objet de nombreux clones et contrefaçons !

    Outre Pixels - où il apparaît parmi tant d'autres jeux vidéo classiques des années 1980, Galaga peut être vu dans WarGames, Karaté Kid, Planes ou encore le film Avengers de Joss Whedon où un technicien du SHIELD joue à la borne d'arcade !

    Et aussi l'habillage sonore de ce jeu est très important et a été remixé par des groupes de techno comme Grand Popo Football Club dans le titre Salami Man !

    On ne compte plus les suites jusqu'en 2000 avec Galaga : Destination Earth ou en 2008 avec Galaga Légions ou en 2011 avec Galaga 3D Attack !

    Un classique du Namco Museum, on vous dit !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'avais entendu le plus grand bien sur Christopher Nolan, à propos de ses films Inception ou Interstellar ou encore saDunkerque - Christopher Nolan Trilogie Batman ! Mais jusqu'à présent, je n'avais vu aucune de ses œuvres ! C'est chose faite avec Dunkerque, film de 2017 ! Verdict ! C'est très réussi mais je suis mitigé sur certains points de détails !

    Dunkerque  est une grosse production américano-britannico-franco-néerlandaise ! C'est aussi accessoirement, au moment de sa sortie, le plus grand succès mondial de tous les temps pour un film de guerre, en termes de recettes !

    Au début de la Seconde Guerre mondiale, en mai 1940, les Allemands, pratiquant la Blietz-Krieg - la "Guerre-Eclair", piège les armées britannique, canadienne, française et belge dans la poche de Dunkerque ! Ce sont au total 400000 soldats alliés qui sont encerclés. On mets alors en place l'Opération Dynamo pour évacuer par mer le Corps Expéditionnaire Britannique depuis les plages, sous le feu ennemi !

    Passons d'entrer sur un point qui a fait polémique, en 1940 ,déjà et à propos du film de Nolan ! Les troupes françaises sont les grandes oubliées de l'Histoire ! Les Français se sont en effet dévoués pour permettre aux Britanniques de prendre la mer en retardant les troupes allemandes. 200000 Britanniques seront évacués in-extremis et 140000 soldats français ! 40000 soldats alliés seront capturés, là encore en grande partie des Français à 90 pourcents ! Le journal Le Monde ont parlé de trahison à propos du film de Nolan car justice n'est pas rendu aux Français et à leur rôle crucial et on a trop l'impression que les Anglais se sont  débrouillés tous seuls !

    Le film n'en reste pas moins intéressant même si parcellaire - un défaut du aussi à la narration hachée, point sur lequel je vais aussi revenir ! On suit en effet trois sous-histoires différentes qui s'entremêlent. On a ainsi un récit sur l'Embarcadère qui débute une semaine avant la conclusion du film, une autre histoire sur un petit bateau de plaisance réquisitionné avec son équipage à J moins un Jour et enfin le récit de trois pilotes de la RAF qui couvre le désastre militaire des Alliés à J moins une Heure ! Il faut donc être attentif pour ne pas perdre le fil et c'est un reproche que je ferais au film ! C'est une façon hyper-moderne de raconter des histoires mais je ne suis pas sur que tout le monde comprennent la dynamique du film, comme mes parents de l'ancienne génération par exemple !

    Le premier récit nous fait suivre Tommy, un soldat du CEB, joué par Fionn Whitehead. Qui ça ? Et oui, il y a en effet dans ce film de nombreux jeunes acteurs de la nouvelle génération  britannique. On retrouve pêle-mêle un soldat français qui dépouille - et enterre ! -  le cadavre d'un soldat britannique pour essayer de sauver sa peau, des soldats des Argyll & Sutherland Highlanders, un commandant de la Royal Navy - joué par Kenneth Branagh, un acteur confirmé donc, ou encore un colonel du CEB - joué par James D'Arcy. Et parmi les jeunes acteurs, citons encore Harry Styles, chanteur de One Direction, Aneurin Barnard, Elliott Tittensor, Jack Lowden, Kevin Guthrie, Barry Keoghan, Brian Vernel ou Tom Glynn-Carney !

    Le second récit nous montre un courageux capitaine dans le civil qui mets le cap sur Dunkerque, accompagné de son fils et d'un ami pour sauver ce qu'ils peuvent de soldats. En effet, l'Amirauté décida de réquisitionner le plus de navires - de plaisance notamment  - pour évacuer le plus d'hommes afin de mener la Bataille d'Angleterre et les combats de la revanche qui allaient suivre !

    Le troisième récit nous montre une formation de Spitfire qui combat au-dessus de la Manche préfigurant là encore ce qui allait suivre !

    La reconstitution historique a été le plus soigné possible ! Nolan a essayé le plus possible de tourner dans les vrais décors d'époque - même si il n'a pu éviter quelques anachronismes comme la présence d'immeubles et de maisons construits après-guerre ! Le plus grand soin a surtout été apporté aux navires prenant part aux opérations ainsi qu'aux avions ! Plus d'un millier de figurants et des rôles pour la famille de Nolan !

    L'image de ce film est de plus superbe ! La façon dont l'ensemble est filmé fait ressentir l'angoisse du moment où le sort de l'Europe est en jeu ! La musique de Hans Zimmer contribue beaucoup à cette ambiance ! Nolan revendique de nombreuses influences : Alfred Hitchcock, Henri-Georges Clouzot, Robert Bresson, le cinéma muet mais aussi littéraires comme Franz Kafka avec l'aspect bureaucratique de l'évacuation ou encore Joseph Conrad et son Au coeur des Ténèbres.

    Bref, c'est du très grand cinéma ! Seules réticences donc, le flou sur la situation des Français et aussi la narration entrecoupée entre trois chronologies, qui fait des retours en arrière et des bond en avant inopinés, technique qui est à la fois la grande faiblesse et la grande force et originalité du film pour peu qu'on arrive à suivre !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Maria de Los Santos, la présidente du Costa Verde, est soumise à la fin du tome 14 de la série XIII à un cruel dilemme et à un affreux chantage de la part des USA ! Elle doit en effet leur livrer XIII, le Major Jones, le Général Carrington et le Colonel Amos si elle veut éviter un embargo économique. Ces quatre là ont trouvé refuge dans son pays et se sentent donc trahis !

    Mais en réalité, la présidente la joue fine et fait croire qu'un groupe de fidèles à l'ancien dictateur Ortiz a intercepté les prisonniers - ce sont évidemment des hommes de Maria qui libèrent et cachent XIII et ses amis. Tel est le début de ce tome 15, "Opération Montecristo" !

    Nos héros recroisent au passage la route de la vénéneuse Felicity Brown car les Etats-Unis ont aussi demandé l'extradition de l'ancienne maîtresse d'Ortiz pour le meurtre qu'elle a commis aux USA - c'était dans le tome 2 il me semble. Sean Mullway, le père supposé de XIII, est également de la partie.

    Les compagnons décident de contre-attaquer contre Frank Giordino, le chef de la puissante NSA qui passe outre les ordres du président des Etats-Unis. Notre méchant suit en effet ses intérêts personnels et ne sera pas facile à battre. L'or de Maximilien, caché au Mexique, aiderait bien nos amis... Or Sean Mullway a découvert l'emplacement de la troisième et dernière montre de ses grands-oncles qui contient les coordonnées de la cache du magot !

    Celle-ci est enterrée dans le monastère de MonteCristo qui repose sous 50 mètres d'eau suite à l'édification d'un barrage par les Russes sous de Los Santos Père. XIII et Jones vont devoir s'équiper et plonger. La tâche est compliquée par l'arrivée d'une équipe des opérations illégales de la CIA qui veut faire sauter le barrage, tuer nos héros et discréditer la politique de Maria - tout cela sans l'aval de la Maison Blanche évidemment !

    Les gentils vont évidemment l'emporter, Maria sauvera la face, les USA voulant éviter le scandale de leurs opérations secrètes mais un des héros de longue date sera tué. L'intervention de Felicity aura été déterminante.

    Le petit groupe se rends ensuite au Mexique, à la fin de ce tome 15, dans le jet privé de De Préseau. Le message dans la montre laisse cependant Mullway fort perplexe !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • En son temps, H.P. Lovecraft a su créer des récits horrifiques avec une patte particulière, mettant en jeu des forces oppressantes et indicibles, des monstres et des entités cosmiques pour lesquelles l'Humanité est partie négligeable !

    L'auteur de Providence a su rester suffisamment vague dans les descriptions de ses monstres pour faire travailler notre imagination et suffisamment précis pour montrer/inspirer la malveillance de ces créatures ! L’œuvre de cet écrivain a influencé quantités d'artistes de Houllebecq à Maxime Chattam ou encore Metallica !

    Sandy Petersen est l'homme qui a apporté au monde le jeu de rôles L'Appel de Cthulhu, chez Chaosium et en France chez Jeux Descartes puis chez Sans-Détour ! A la fin des années 1980, il nous livrait deux guides de descriptions des créatures de Lovecraft, un pour les monstres les plus "courant" et un autre pour les habitants des Contrées du Rêve ! ces deux guides était aussi rempli d'illustrations pleine page en vis-à-vis du texte qui se voulait un exposé scientifique ! Une bibliographie fictive de chercheurs en métaphysique était même fourni en fin d'ouvrage !

    Le guide Cthulhu - Les Créatures du Mythe, co-édité par Bragelonne et Sans-Détour, reprends ces deux précédents ouvrages, les réactualise notamment en changeant les dessins originaux pour de magnifiques illustrations de Loic Muzy qui relève la gageure de donner corps à des monstres indicibles ! C'est aussi du matériel que l'on peut retrouver sous forme de fiches dans les derniers suppléments du jeu de rôles L'Appel de Cthulhu  - Septième Édition ! Évidemment, dans ce guide de Bragelonne, nulles statistiques pour le jeu de rôles, tout est ici question d'"ambiance" !

    Autour d'Azathoth au centre de l'Univers, on retrouve les Grands Anciens, Cthulhu, Cthugha, Hastur, et leurs semblables ! Mais aussi  les Dieux Extérieurs et les Dieux Très Anciens puis les créatures et les Races Indépendantes : Fungis de Yuggoth, Goules, Profonds étant les plus connues ! Cette cosmologie et son organisation précise n'était pas à l'origine chez Lovecraft mais est le fruit du travail de ses continuateurs !

    De quel courage et témérité ont su faire preuve les courageux chercheurs de l'occulte pour approcher des Horreurs Chasseresses ou de Sombres Bêtes de la Nuit ! Beaucoup l'ont payé de leur vie ou de leur santé mentale ! Ce guide rassemble la somme de leurs connaissances !

    On a aussi les Contrées du Rêve avec des bestioles moins connues comme les Hémophores, les Oiseaux Magah, Serviteurs de Karakal ou encore Dragons-Papillons ! On n'est précisons le ici pas dans un bestiaire de monstres à dégommer, car ces choses sont puissantes et chacune d'elle peut être le centre d'une nouvelle,d'un scénario, ou d'une campagne.

    A bientôt !

    PS : Ça y est, ! J'ai atteint les 5000 visites blogs cumulées sur mes Skyblogs !


    votre commentaire
  • Star Wars - La Citadelle Hurlante - Aaron & GillenAvec La Citadelle Hurlante, Marvel produit - après Vador : Abattu - son deuxième cross-over, cette fois entre la série Star Wars  de Jason Aaron et la série Docteur Aphra de Kieron Gillen. Cet arc se distribue - après un prologue illustré par Marco Checcheto - entre les numéros 31 et 32 de Star Wars - scénarisé par Aaron et illustré par Larroca  - et les numéros 7 et 8 de Docteur Aphra - avec Kieron Gillen à l'écriture et Andréa Broccardo au dessin !

    Que dire de cette nouvelle histoire ? Elle n'apporte rien et on est proche du désastre ! je passe sur le dessin toujours aussi affreux de Larroca qui est vraiment un artiste sans aucun talent - et dont je me dis qu'il doit avoir des "dossiers" sur ses patrons de Marvel pour qu'on le maintienne encore sur ces séries ! Ses visages de personnages sont photoshopés et de simples décalques de photos ! L'autre dessinateur, Broccardo - avec un style proche du cartoon carrément pas adapté à une histoire gothique - n'est pas beaucoup mieux ! Seul Checcheto fait le job avec pour lui des dessins d'une grande tenue !

    Mais le pire, c'est ici le scénario ! On n'est carrément pas inspiré ! Aphra a récupéré précédemment le cristal de Rur et veut présenter Luke Skywalker à une reine symbiote pour que celle-ci consente à libérer l'esprit emprisonné dans la pierre précieuse ! Luke espère pour sa part trouver en Rur un maître capable de le former !

    Mais voilà la Reine veut dominer tous nos héros y compris Han Solo, Leia Organa et Sana venus se jeter dans les griffes du loup ! Elle assujettit les gens au moyen de symbiotes -entraperçus dans le premier tome des aventures d'Aphra - symbiotes qui possèdent un esprit de ruche ! Voilà une histoire qui se veut gothique, voire d'horreur et c'est bien là le problème !

    Je  vous ferais grâce des nombreuses incohérences dont le scénario est truffé ! Le soucis, c'est que cela ne cadre pas avec l'"esprit Star Wars" ! De même, c'est quoi ce pouvoir de la Reine qui se téléporte façon Matrix ? Ou encore la scène où elle aspire le fluide vital de Luke ? Et évidemment, comme je vous l'ai dit le dessin de Larroca n'arrange rien !

    Ça sort ce mois de janvier 2018 en comics kiosque ! On est un peu obligé de l'acheter si on est fan complétiste ("vache à lait" ?). Si, un point positif est que ce roman creuse les rapports entre les personnages principaux ! Il faudrait aussi que je relise la série Vador pour voir si Aphra avait capté que Luke était le fils de Vador ! A priori non ! Elle doit savoir que Luke est le fils d'Anakin Skywalker mais n'a pas saisi que Vador était en réalité Anakin ! Or comme Luke sait déjà qu'il est le fils d'Anakin, pas de révélations fracassantes avant l'Épisode V qui viendrait casser la cohérence !

    Voilà pour ce cross-over ! Jusque ici, Marvel ne se dépatouille pas trop bien avec ses histoires partagées Star Wars ! Et Larroca vient sur la série principale Star Wars à partir du numéro /issue 38 ! Pas ça par pitié !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L’Ère Disney a apporté son nouveau lot de personnages à la Saga Star Wars ! J'aime particulièrement la série télé Star Wars Rebels et avais apprécié aussi les deux tomes de la série de BD Kanan ! Le roman de John Jackson Miller - surtout connu jusqu'à présent pour sa série de BD Star Wars - Chevaliers de l'Ancienne République - intitulé Star Wars - Une nouvelle aube raconte la rencontre onze ans avant la Bataille de Yavin de Kanan Jarrus, Jedi qui se cache et l'activiste Hera Syndulla autour d'une histoire d'exploitation d'une ressource minière sur la planète Gorse et sa lune Cynda, la thorilide, nécessaire aux flottes de Star Destroyers de l'Empereur !

    Pourtant Kanan avait toujours voulu mener profil bas, en livrant du baradium, un puissant explosif, sur les sites miniers ! Mais cela change avec l'arrivée du comte Denetrius Vidian, un cyborg, venu sur Gorse en tournée d'inspection ! On s'apercevra qu'en réalité, le passé du comte est lié à cette planète, un passé qu'il a voulu enfouir avant sa renaissance en cyborg et que par ailleurs ce méchant nourrit de sombres projets pour les mineurs !

    En effet, l'Empereur, qui étends sa machine de guerre, exige qu'on triple la production de thorilide ! Vidian va mettre la main sur le rapport d'un lanceur d'alerte un peu fou, Skelly, avertissant que la lune Cynda pourrait exploser, pour précisément faire exploser le satellite et récolter plus de la précieuse substance - et ainsi aussi contrecarrer son rival, le baron Danthe !

    Kanan va faire la rencontre d'Hera venu glaner des infos sur Vidian et va devoir protéger ce monde. Il pourra aussi compter sur l'aide de Zaluna, une experte en surveillance sullustéenne qui sera bien utile pour berner l'Empire ! Vidian se révèle un cyborg cruel, par définition  totalement dépourvu d'humanité !

    On retrouve aussi dans ce roman la capitaine impériale Rae Sloane, déjà vu dans Kanan  - dont l'action se déroule après ! - et appelé à jouer un rôle dans l’Ère post-Endor à partir du roman Riposte de Chuck Wendig !

    C'est un bon petit roman d'aventure qui montre la rencontre des deux premiers membres de l'équipe de Rebels, les prémisses de la Rébellion ! en fait de Rébellion on a encore là plutôt des francs-tireurs, nulle allusion à Bail Organa ou Mon Mothma ! Mais l'idée de résistance à l'Empire chemine ! Entre les Épisodes III et IV, la Galaxie est encore dans le plus grand désarroi et sous la botte de Palpatine !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Je dirai malgré tout que la vie fut belle - Jean d'OrmessonEntrée de son vivant dans la Pléiade, privilège de peu d'élus, Jean d'Ormesson était un de nos derniers Grands Hommes, décédé tout récemment le 5 décembre 2017. Je n'avais lu de lui que C'est une chose étrange à la fin que le monde, titre emprunté à un poème de Louis Aragon, sur les conseils de mon ami Nicolas ! Je dirai malgré tout que la vie fut belle est un de ses derniers livres, publié en 2016 et récompensé du Prix Jean-Jacques Rousseau de l'autobiographie la même année ! Là encore, le titre provient du même poème d'Aragon que d'Ormesson admirait tant !

    Que dire ? Beaucoup de choses en vérité !  Ce livre est brillant, un monument d'érudition jamais ennuyeux ! J'ai déjà pu appliquer ces termes à certains ouvrages de Michel Onfray mais le philosophe d'Alençon est un petit joueur par rapport à notre Académicien !  Dans le livre de d'Ormesson, on croise des centaines de personnages très brillants et cultivés, loin des standards de médiocrité actuels ! On traverse aussi presque un siècle d'Histoire !

    D'Ormesson est né en 1925. Le livre se présente comme une sorte de "procès" entre le moi et le surmoi de l'auteur ! On nous retrace les grands moments de la vie de notre homme : l'enfance assez paisible entre la Roumanie, le Brésil et la France derrière son père ambassadeur, les années d'études notamment à l'E.N.S., la carrière littéraire, la carrière en marge de l'UNESCO, l'élection à l'Académie française Quai Conti et le journalisme comme directeur du Figaro !

    L'auteur manie les mots avec une pointe d'ironie et la légèreté nonchalante qui était sa "marque de fabrique" sur les plateaux télé ! Il nous parle donc de temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître, et on croise nombres de figures comme je l'ai dit ! Je feuillette le livre et vous livre quelques noms comme je tombe dessus au hasard : Raymond Aron, François Nourissier, Robert Hersant, Roger Caillois, Jean Dutourd, Hélène Carrère-D'Encausse, Maurice Druon, Jeanne Hersch, Greta Garbot, Sir Ronald Syme, Maurice Herzog, Louis de Broglie, Louis Althusser et tant d'autre ! Notre philosophe de formation a connu du beau monde et reconnaît lui-même avoir eu une existence de privilégié !

    Les dernières pages sur le sens de l'existence et la perspective de la mort prennent désormais une toute autre dimension ! Sans vraiment mentionner Dieu, d'Ormesson croit en une puissance inconnue qui maintient le monde. Ayant congédié son surmoi, il estime alors n'avoir de compte à rendre qu'à cette puissance obscure ! Et les pages les plus profondes du livre !

    Bref, j'ai adoré ce livre de plus de 400 pages que j'ai dévoré en deux ou trois jours ! J'irais sans doute lire dans l'avenir d'autres ouvrages de ce Monsieur : La Gloire de l'Empire, grande fresque historique ou Au Plaisir de Dieu !

    A conseiller !

    Et sans vouloir polémiquer avec des beaufs, il est très dommage que la disparition de d'Ormesson ait été éclipsée par celle d'un chanteur de variétés qui n'écrivait même pas ses chansons et fraudait le fisc ! Epoque de médiocrité disais-je !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • De nos jours, la télévision est devenue un accessoire commun voire banal - et on peut déplorer une certaine médiocrité des programmes avec des émissions comme celle de Cyril Hanouna ou Les Anges de la Téléréalité !

    Mais dans les années 1950, la télévision en France était une véritable aventure - non que les programmes soient mieux conçus - car on se cherchait alors ! - mais on expérimentait et on gardait une dimension éducative ! Il y avait alors moins de 1% des foyers qui étaient équipés d'un poste de télévision en 1954 - et en 1952, on devait se réunir dans les cafés pour assister aux premières retransmissions de la Coupe de France de Football !

    Les postes étaient alors imposants et la qualité de l'image en Noir & Blanc. En 1953, le couronnement de la Reine d'Angleterre Elizabeth II fut la première retransmission d'un programme en Eurovision ! Une technique est alors trouvée pour retransmettre sur le sol français un signal d'Outre-Manche. En effet, les normes et les standards n'étaient pas les mêmes en France, dans le reste de l'Europe et à fortiori aux Etats-Unis, concernant principalement le nombre de lignes de l'image. Dès lors, il va être possible d'échanger des programmes !

    La RTF est crée en 1949 et en 1953, elle a donc déjà quatre ans. Au Japon, en Suisse ou en Italie, les premières télévisions nationales commencent tout juste à émettre à cette seconde date, au milieu des années 1950 ! Les premiers émetteurs français gravitent autour de la Tour Eiffel et reprennent les dispositifs de la télévision de l'Occupant allemand durant la Seconde Guerre mondiale. En effet, on récupère les équipements laissées rue Cognacq-Jay par Fernsehsender Paris, la télévision pour les troupes. Par la suite, le réseau s’étend mais est souvent concurrencé aux frontières par ceux des pays voisins !

    Le 27 juin 1964 - qui dépasse notre cadre temporel ! - la RTF devient l'ORTF et une seconde chaîne passe en couleurs en 1967.

    Dans les années fin 1940, on retransmets le Tour de France dès 1948 pour un public limité à la zone de la Tour Eiffel. En 1950, il y a moins de 4000 postes de télévision en France ! La RTF est donc crée en 1949  et diffuse son premier journal télévisé et invente la speakerine - notamment Catherine Langeais, la seconde en date ! - qui présente les programmes de cette télé d’État, validés par le ministère de l'information qui en verrouille les contenus ! Monopole alors de l’État ! Là encore impensable de nos jours !

    Parmi les premières émissions, il y a beaucoup de pièces de théâtre, souvent filmées en direct ! - impensable aujourd'hui ! Claude Barma retransmets ainsi Les Jeux de l'amour et du hasard en 1950. Jean Nohain invente l'émission de variétés avec 36 Chandelles en octobre 1952 et le monde du cirque s'installe avec La Piste aux étoiles  de Gilles Margaritis le 17 mars 1954.

    Avant Masterchef ou Le Meilleur Pâtissier, on avait déjà des émissions culinaires, "Gastronomie Française" oblige ! J'ai pour ma part connu Michel Oliver - avec sa "cuisine est un jeu d'enfant" ! - dans les années 1970 mais avant lui, son père, Raymond Oliver officiait dans Art et magie de la cuisine en décembre 1954, émission qui fait de lui un "monstre sacré" ! En 1954, on n'a pas attendu le Magazine de la Santé pour avoir une émission médicale ! On a enfin Le Jour du Seigneur, rendez-vous religieux du dimanche.

    Les émissions littéraires sont représentées par Lectures pour tous dès 1953, et avant 30 Millions d'amis, nos compagnons les bêtes ont leur tribune dans La vie des animaux de Frédéric Rossif. Le cinéma, lui, s'incarne dans La Séquence du spectateur , en octobre 1953, qui a l'intérêt de présenter des films bien avant l'invention et la commercialisation des premiers magnétoscopes qui signeront ensuite la fin de cette émission au début des années 1980 !

    Qu'en est-il des séries et des feuilletons ? Claude Barma, encore lui, réalise avec L'Agence Nostradamus, la première expérience dans le genre, neuf épisodes diffusés à partir du 9 octobre 1950. C'est un feuilleton policier teinté d'humour qui suit deux détectives novices qui enquêtent sur des meurtres dans une agence matrimoniale ! Il est réalisé en direct !

    Par la suite, la série reviendra à la télévision par le biais de l'Histoire - avec La caméra explore le temps en 1957 (initialement intitulée Énigmes de l'Histoire, diffusée à partir du 22 mai 1955) ou Ivanhoé  en 1958 - ou par le jeu avec Les 5 dernières minutes, - à partir du 1er janvier 1958 ! - appelées à durer, au début un mélange entre fiction policière et jeu télévisé puis par la suite entièrement fiction ! En novembre 1955, c'est la géographie qui est à l'honneur avec l'adaptation du célèbre livre de lecture du XIXème siècle et succès de l'édition, Le Tour de France par deux enfants.

    Mais la RTF cherche encore ses marques ! Ainsi, le Journal Télévisé n'est fixé à 20 heures qu'en 1957 ! Le grand reportage s'invite durablement avec Cinq colonnes à la une en 1958 ! En 1958 aussi, pour son retour au pouvoir, le Général De Gaulle s'exprime dans une allocution en direct à la télévision !

    D'autres séries par la suite comme Les Aventures d'Oscar voient le jour en 1959 et comme nous l'avons dit, il y a Ivanhoé, première série étrangère, britannique en l’occurrence, d'après Walter Scott évidemment - avec un jeune Roger Moore, le 11 avril 1958 ! En 1959, ce sont Les Trois Mousquetaires de Dumas, qui sont diffusés en direct, avec Jean-Paul Belmondo !

    Puis commencent les années 1960 - Âge tendre et tête de bois, Poly et le mystère du château, Janique Aimée ou Rocambole ! - mais cela c'est une autre histoire ! Et j'aurais l'occasion d'y revenir une autre fois !

    A bientôt !

    PS : Cet article n'aurait pu être réalisé sans l'excellent magazine "Tout Savoir - Arts & Média N°4 : "Séries-télé de notre enfance" , paru en cette fin d'année 2017 ! Je vous en recommande fortement l'achat - de toute cette collection en fait ! - car il est une mine d'informations sur plus d'une centaine de séries et tous ces numéros me resserviront pour mes blogs à l'avenir, à n'en pas douter !


    votre commentaire
  • La Trilogie Retour vers le Futur a marqué son époque et on ne saurait concevoir histoire plus alambiquée concernant les voyages dans le temps !

    On retrouve Michael J.Fox et Christopher Lloyd qui reprennent respectivement leurs rôles de Marty McFly et "Doc" Emmett Brown dans le troisième et dernier opus, Retour vers le Futur 3 qui cette fois nous emmène du temps de la Conquête de l'Ouest et de la fondation de Hill Valley !

    En effet, à la fin du film précédent, la foudre frappait la DeLorean volante, ce qui d'une part bloquait Marty en 1955 et d'autre part, envoyait "Do"c au temps du Far West ! Mais notre jeune héros va découvrir la pierre tombale de son vieil ami et en conséquence demander à la version 1955 de Doc de l'expédier au siècle où notre savant loufoque s'est reconverti maréchal-ferrant !

    Ce troisième volet est un peu à part - et moins trépidant à mon avis ! On explore une nouvelle époque, le Far West - alors que les deux précédents films tournaient autour de 1955 tous les deux et assuraient ainsi une certaine continuité ! Cette fois-ci, on croisera donc des cow-boys et quelques crapules dont les ancêtres de Biff Tannen ! Il y a donc des motifs qui se répètent d'un film à l'autre !

    Le volume 3 des aventures de nos héros se termine par un périple en train ! La fin est ouverte et pourrait appeler une quatrième opus un jour ! Il en a été question à un moment d'ailleurs ! On el voit la nostalgie des années 1980 fonctionne à plein avec tous les reboots de franchises de ces années-là et des séries-télé comme Stranger Things ou Mindhunter !

    Signalons l'adjonction d'un personnage féminin aux périples de nos deux héros, à savoir Mary Steenburgen qui joue l'institutrice Sarah Clayton !

    Ce Retour vers le Futur 3 a été tourné la même année que l'opus 2, les scènes ont été filmées à Monument Valley. Le film est sorti en 1990 et je l'avais vu au cinéma avec mon pote Franck M.

    On passera sur les paradoxes temporels que ces films n'ont pu éviter et on profitera du spectacle !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les traditions de NoelTout d'abord, je vous souhaite à toutes et tous un joyeux Noel 2017 !

    Noel est une fête chrétienne célébrée le 25 décembre qui commémore la naissance de Jésus ! De nos jours, c'est aussi  - surtout diront certains ! - une fête commerciale où il est de coutume d'offrir des cadeaux ! Mais surtout, c'est l'occasion de se réunir en famille ! La naissance de Jésus marque l'an zéro de notre ère !

    Un certain nombre de traditions - qui emprunte aussi aux mythes païens ! - est associé à Noel ! Passons en quelques unes en revue très rapidement !

    La crèche est une reconstitution de l'étable qui vit naitre le petit Jésus à Bethléem ! Il semble que la tradition de la crèche de Noel date du XIII° siècle et qu'elle ait été instaurée par Saint François d'Assise. En 1223 il organisa une scène vivante de la crèche avant de célébrer la messe de Noel !

    Cette initiative fut reprise dans toute l'Italie avant de gagner une grande partie de l'Europe dont la France.

    Peu à peu, les crèches vivantes furent remplacées par des crèches de figurines. La Provence et l'Italie développèrent l'art des figurines. On connaît les célèbres santons de Provence qui représentent tous les métiers artisanaux de Jésus n'est rajouté qu'à minuit !

    Le sapin de Noel est une tradition païenne christianisée elle aussi au Moyen-âge. L'arbre est le symbole du renouveau de la vie, thème déjà présent dès l'antiquité. L'arbre à feuilles persistantes symbolise l'immortalité dans l'Egypte antique., en Chine et chez les Hébreux.

    Selon d'autres sources, le sapin de Noel trouverait son origine chrétienne en Gaule celtique à l'initiative du missionnaire saint Colomban qui fonde en 590 de notre ère le monastère de Luxeuil au pied des Vosges. Le saint accomplit alors un acte syncrétique en organisant une sorte de célébration au pied d'un sapin pour évangéliser les paysans du coin !

    La bûche de Noel est à l'origine une véritable bûche avant d'être un dessert pâtissier ou glacé ! Elle devait brûler le plus lentement possible. Au minimum , elle devait se consumer durant toute la nuit de Noël, mais dans certaines régions elle devait tenir jusqu'à l'Epiphanie ! Pour certains, la tradition de la bûche de Noël prolonge la coutume des feux de joie celtes des fêtes du solstice d'hiver.

    Le Père Noel prends différentes incarnations selon les époques et les pays, Saint Nicolas par là....Le personnage chanté par Tino Rossi, idole de nos grands-mères, avec son accoutrement rouge est au départ une invention publicitaire de Coca-Cola ! Je ne développe pas plus car cette tradition là est bien connue !

    Encore bonnes fêtes de Noel à vous !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nous avions laissé nos héros, Son Gohan, Krilin et Bulma sur la planète Namek où ils recherchaient les Dragon Balls d'"origine" ! Là bas, Dragon Ball Z - Saison 3 - Episodes 75 à 107le trio fut confronté à l'armée de Freezer et retrouvait Végéta qui roulait désormais pour son propre compte, à ses risques et périls ! Le péril, justement, était grand pour tout ce petit monde !

    Freezer est un tyran de l'espace et un être éminemment puissant ! C'est par ailleurs lui qui a détruit la planète des Saiyans ! Comment triompher d'un tel monstre ? Heureusement, Son Goku est en chemin pour rejoindre nos amis et il arrive sur Namek dans la dernière partie de la Saison 2 ! Il affronte alors le Commando Ginyu des Forces Spéciales et en triomphe ! Mais il a besoin de se rétablir dans une espèce de "cuve à bacta" !

    Entre temps, Krilin et Son Gohan ont pu compter sur l'aide des derniers Nameks, de leur chef en particulier ! La population de la planète, d'une centaine de membres pas plus, a en effet été massacrée par les hommes du tyran ! Entre temps auss, Satan Petit Cœur/ Piccolo Jr. est ressuscité - car les Boules de Cristal de ce monde donnent droit à trois souhaits ! Nos héros coupent donc l'herbe sous le pied de Freezer qui décide de prendre les choses en main et, en colère, va se venger !

    La Saison 3 de Dragon Ball Z s'intitule arc Freezer ou encore Freezer contre Son Goku. Le tyran de l'espace y affronte d'abord Son Gohan, Krilin, Piccolo Jr. et Végéta, augmentant peu à peu sa puissance déjà considérable au cours de trois transformations ! Il triomphe de nos amis quand in extremis arrive Son Goku rétabli !

    La Saison nous montre le combat épique de Freezer contre Son Goku ! Cela dure plus d'une vingtaine d'épisodes ! Les deux combattants vont jusqu'au bout d'eux même et déploie une puissance de frappe étourdissante, allant jusqu'à fragmenter le noyau de la planète !

    Si il y a une chose que Freezer craint plus que tout - et la raison pour laquelle il a détruit la planète des Saiyans, c'est l'émergence du Super Saiyan de la légende ! Son Goku, contre toute attente, va parvenir à atteindre ce niveau ! Ses cheveux prennent alors une teinte dorée et une aura de puissance l'entoure ! Il n'a alors aucun mal à se défaire de Freezer !

    Son Goku a-t'il atteint son maximum ? Que nenni ! La série va par la suite être une course à toujours plus de puissance - ce que l'on peut aimer ou regretter ! N'empêche que le combat contre Freezer est un moment d'anthologie ! La série a franchi dès lors un cap !

    L'animation est très dynamique et va à 100 à l'heure ! on sent bien la puissance des protagonistes !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Fin 2015, Le Réveil de la Force nous entraînait dans de nouvelles aventures dans une Galaxie Très Lointaine au côté de personnages que l'on découvrait pour cette occasion !

    Il y avait ainsi FN-2187, un Stormtrooper du Premier Ordre, qui déserte au début du film et prends le nom de Finn !

    On retrouvait aussi Rey, la pilleuse d'épaves sur Jakku, qui attends désespérément le retour de ses parents !

    Et aussi Poe Dameron, un piloté impétueux, prêt à tout donner pour la cause de la Résistance !

    Ceux-là constituaient le nouveau "Big Three" après Luke, Leia et Han ! Le roman jeunesse de Greg Rucka nous présentent leurs aventures avant l’Épisode VII - sans nous en apprendre véritablement plus !

    D'abord, commençons avec Finn ! On le suit dans son entraînement de Stormtrooper. Il fait preuve d'un peu trop d'empathie et on voit vite qu'il a des doutes par rapport à la cause qu'il sert. Il participe à ses premières missions, notamment pour mater une grève de mineurs. Le Premier Ordre est sans pitié et cela va aggraver les problèmes de conscience de notre jeune héros ! C'est ainsi qu'il désertera au début du Réveil de la Force !

    Jadis, il y eut une grande bataille entre l'Empire et la Rébellion sur Jakku dont il résultat un cimetière d'épaves ! C'est sur ce lieu que Rey, une jeune femme pleine de ressource mais assez pauvre dans son mode de vie, tire ses ressources ! Elle revends de la ferraille à Unkar et ne songe pas à quitter ce monde désert. Pourtant un jour, elle mets la main sur une épave de cargo qu'elle réussit à retaper en s'associant à deux autres locaux. Mais ceux-ci vont finir par la trahir ! Rey est-elle prête à quitter ce monde ! Les événements du film de J.J. Abrams lui forceront la main !

    La Nouvelle République n'a pas senti venir la menace du Premier Ordre et le paiera au prix fort lors de la destruction du système d'Hosnian Prime. Poe Dameron, le fils de Shara Bey, la pilote d'A-Wing de la BD Les Ruines de l'Empire, ressent beaucoup de frustration à ne pas pouvoir agir contre les ennemis de la liberté.  Il perds même un ailier lors d'une opération du Premier Ordre. Il est alors recruté par la générale Organa qui va lui donner les coudées franches. Par la suite, Poe et Leia découvrent les manigances et la puissance de ce nouvel ennemi et la générale envoie alors Poe à la recherche de Lor San Tekka qui commence dans les comics Poe Dameron et s'achève aussi dans Le Réveil de la Force !

    Mine de rien, Disney continue de développer le nouvel univers canon de Star Wars, se concentrant pour l'instant sur deux périodes, l'entre Épisodes IV et V et la Postlogie !

    Ce roman de Greg Rucka est intéressant à lire mais pas essentiel ! Il colle bien à l'image que l'on se fait de nos trois protagonistes dans les films. Ce qui est là pour le coup l'essentiel !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Matrix Reloaded est le deuxième opus de la Trilogie Matrix, sorti sur les écrans en 2003, production australo-américaine des Frères Wachowski !

    A l'époque, je fondais beaucoup d'espoir sur l'Univers de la Matrice, espérant que nos deux réalisateurs allaient nous livrer un nouvel "univers partagé" décliné sur plusieurs médias ! En fait, c'est assez vite retombé comme un soufflet ! Matrix Reloaded et Matrix Revolution, deux films proches temporellement dans l'intrigue ont déçu pas mal de monde !

    Peut-être est-ce du à l'aspect volontairement - trop ! - cryptique de ce volumé 2 !? A l'image du discours de l'Architecte à la fin de Matrix Reloaded, discours auquel on ne comprends rien et qui fait plutôt pompeux ! L'Architecte est certes une I.A. supérieure qui affiche un mépris envers l'Humanité, mais nul besoin de perdre aussi le spectateur ! Il fallait compter avec l'effet de surprise du film de 1999 qui était passé !

    Un plan transmédia vit le jour en 2003 ! En parallèle aux films, on eut droit à une collections de courts-métrages en anime : Animatrix, par ailleurs assez bien conçus, à un jeu vidéo plus douteux nommé Enter the Matrix  - où on suit l'équipage de Niobé, la compagne de Morpheus, et un peu plus tard, on eut également des comics ! L'échec relatif des films mis un terme à tout ce développement ! On eut bien par la suite un MMORPG mais plus rien, jusqu'à récemment - 2017 - où des rumeurs de Matrix 4 ont refait surface - avec Keanu Reeves mais sans les désormais Sœurs Wachowski ! Animatrix et Enter the Matrix ont déjà fait l'objet de billets spécifiques sur ce blog !

    Dans Matrix Reloaded, l'équipage sous les ordres de Morpheus se rends à Sion, la dernière ville humaine dans le monde réel ! La cité est enterrée dans les profondeurs et n'est pas à l'abri de la menace puisque 250000 sentinelles robotiques creusent pour l'atteindre !

    Dans ce contexte, Néo devra trouver sa voie et sauver les derniers humains ! Il retourne dans la Matrice pour rencontrer l'Oracle. La mystérieuse vieille femme - qui est en réalité un programme informatique complexe - l'informe qu'il y a eu d'autres occurrences de la Matrice - et d'autres Élus - avant lui !

    Par la suite, Néo rencontre l'Architecte qui lui confirme ces propos ! Néo est l'élément qui doit permettre de rebooter la Matrice ! L'Humanité est condamnée ! Un peu désespérant ?

    A côté de cela, on a l'Agent Smith, qui suite à son contact avec Néo dans le premier film, est devenu un programme libre qui en veut plus rien d'autre que contrôler la Matrice et le monde réel ! Seul Néo se dresse contre lui ! Cela nous donne une hallucinante scène de combat de rue où l’Élu affronte pieds et poings une centaine d'incarnations de Smith avant de prendre la fuite !

    On a aussi le Mérovingien - joué par Lambert Wilson - accompagné de son épouse Perséphone - interprétée par la troublante Monica Bellucci. Ce méchant aux buts flous détient le Maître des Clés capable d'ouvrir toutes les "backdoors" de la Matrice pour permettre à Néo d'accéder à l'Architecte ! Cette fois, on va assister à une scène de gunfight dans le château du Mérovingien où Néo stoppe les rafales de mitraillettes en slow-motion, où Morpheus et Trinity affronte des Jumeaux albinos qui jouent du coupe-choux et où l'ensemble se termine par une époustouflante scène de poursuite sur une autoroute !

    En plus de Wilson et Bellucci, on a un casting trois étoiles pour ce film ! Dans les rôles principaux, on retrouve Keanu Reeves, Laurence Fishburne et Carrie-Anne Moss ! Hugo Weaving endosse à nouveau le costume trois pièces de l'Agent Smith, Gloria Foster est l'Oracle et Jada Pinkett Smith - l'épouse de Will Smith à la ville ! - est la capitaine Niobé; Harold Perrineau joue le plus anecdotique Link ! Enfin, Helmut Bakaitis, acteur peu connu, est le glaçant Architecte !

    On ne peut nier que le film a "une ambiance" ! Les personnages ont du style et il ressort une atmosphère ! Mais dans l'ensemble, le scénario a des lacunes ! L’héroïsme de Néo est réduit à néant par la révélation qu'il n'est pas l’Élu mais "un" Élu parmi d'autres ! Les effets spéciaux sont tantôt très abouti, tantôt un peu brouillon et illisible ! Quitte à faire un choix entre l'opus 2 et l'opus 3 - en gardant le premier film hors du choix - je préfère Matrix Révolution qui se passe plus dans le monde réel ! Je n'aime pas non plus l'intrigue autour de l'Agent Smith qui prends un peu trop facilement le pouvoir à mon goût ! Bref, ce suites étaient-elles nécessaires ? L'attente était grande en effet et le résultat pas à la hauteur même si des revues comme Mad Movies ne cessaient à l'époque de s'extasier sur Matrix - pour ne pas dire "se masturber" !

    A vous de vous faire votre avis !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Rocky 2 : La Revanche - Sylvester StalloneAvec son film Rocky, Sylvester Stallone tenait là un bon filon puisque de nombreuses suites devaient voir le jour ! Il était évident qu'après le film de 1976, qui s'était achevé sur la victoire aux points d'Apollo Creed, on ne pouvait en rester là ! C'est pourquoi Stallone, réalisateur et interprète principal de ces péripéties sortait un Rocky 2 : La Revanche en 1979.

    La première rencontre entre Balboa et Creed fut un moment épique durant lequel le challenger tint bon durant les 13 rounds face au champion du monde en titre ! Les deux boxeurs finissent à l'hôpital et Rocky annonce qu'il prends sa retraite !

    Mais Creed, lui, de son côté est amer ! Sa victoire n'a pas été aussi franche qu'il l'aurait voulu car il n'a pas mis K.O. son adversaire ! Il va donc exiger une revanche !

    On retrouve le casting du premier opus ! Stallone, bien sûr mais aussi Talia Shire - qui joue Adrian, Burt Young est le boulet Paulie, Carl Weathers est Apollo Creed et Burgess Meredith est l'entraineur donneur de leçons de vie Mickey Goldmill !

    Rocky va devoir finalement remettre les gants ! Ceci entraîne des réticences de la part d'Adrian qui attends un enfant ! Lorsqu'elle tombe dans le coma suite à l'accouchement, Rocky se sent responsable et arrête l'entrainement - guère brillant jusque là -pour rester à son chevet ! Lorsqu'elle se réveille, la jeune femme comprends que la boxe est la raison de vivre de son mari et lui donne dès lors sa bénédiction ! Libéré de questions existentielles, l'outsider va pouvoir se donner à fond !

    Le match final est le moment d'anthologie d'un film qui se batit crescendo ! Rocky va finalement l'emporter et devenir le nouveau champion des points lourds ! Ce sera aussi le début d'une amitié avec Creed - surtout développée dans le film suivant : Rocky 3 : L’œil du Tigre !

    Stallone est à la réalisation de ce film et connut quelques problèmes sur le tournage ! Il fut en effet hospitalisé lorsqu'un haltère de 100 kilos lui tomba sur la poitrine et lui déchira quelques muscles ! De ce fait, l'acteur ne pouvait utiliser son poing droit d'où l'idée de refaire boxer Rocky en "fausse patte" avec le poing gauche ! De plus, le combat final fut parfois sur le tournage d'une rare violence, presque pas simulé - ce qui montre l'implication des deux acteurs, Stallone et Carl Weathers ! Un tournage de 45 jours assez mouvementé au final qui se traduit par beaucoup de "punch" à l'écran !

    La musique de Rocky, composée par Bill Conti, mérite son pesant d'or et est emblématique !

    Un très bon film au bout du compte, et le meilleur de ce que peut donner Stallone ! A voir même si on n'aime pas la boxe, pour le souffle épique !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Désormais, il semble que chaque période de Noël doive s'accompagner d'un nouveau film Star Wars ! Cette année Star Wars - Les Derniers Jedi - Le Guide visuel - Pablo Hidalgo2017, on nous a gratifié d'un étonnant Star Wars - Épisode VIII : Les Derniers Jedi de Rian Johnson qui fait déjà couler beaucoup d'encre ! A côté de la sortie du film, on a aussi droit à une ribambelle de livres et de guides : Encyclopédies illustrées, guide des vaisseaux et engins, "Tout l'Art de", une "tradition" qui remonte à la Prélogie ! Je vous présenterais ces différents ouvrages en fonction de mon budget pour les acquérir !

    C'est Pablo Hidalgo, du Lucasfilm Story Group, qui une fois de plus s'y colle et nous donne ce Star Wars - Les Derniers Jedi - Le Guide visuel  ! La recette est la même que précédemment ! On nous présente, dans de courtes descriptions, les protagonistes, les engins, les objets divers, dans l'ordre d'apparition à l'écran !

    Je suppose dans cet article que vous avez vu l’Épisode VIII. Ce film nous raconte la fuite de la Résistance depuis sa base de D'Qar, jusqu'à l'ancienne base rebelle de Crait ! On passera ici sur certaines incohérences du film - comme pourquoi le Premier Ordre n'a pas envoyé ses centaines de chasseur TIE détruire le Raddus, le vaisseau de commandement de Leia ? On nous présente les vaisseaux de la petite flotte de nos héros, ses commandants - dont certains reviennent du Réveil de la Force tel la lieutenant Connix - jouée par la fille de Carrie Fisher; Billie Lourd, à l'écran ! On nous fait un point sur l'évolution de Finn et Poe - ce dernier beaucoup plus mis en avant dans le dernier film ! On retrouve avec joie Leia - dans sa dernière apparition suite au décès de son actrice. Une place de choix est également accordé aux nouveaux personnages de rebelles telles la vice-amiral Holdo - Laura Dern - et Rose Tico sans oublier des personnages plus secondaires comme Paige Tico ou Tallisan "Tallie" Lintra !

    On passe ensuite au Premier Ordre qui représente une menace grandissante dans cet épisode ! Armitage Hux - qui ne dépareillerait pas dans un film de Warhammer 40.000 - tourné en ridicule tout au long du film, le Suprême Leader Snoke - dont on n'en saura pas plus sur les origines, ni dans le film de Rian Johnson, ni dans ce guide de Pablo Hidalgo, et sa garde prétorienne ! La capitaine Phasma - dont on a un peu creusé les origines depuis l'Épisode VII - a droit aussi à une double page ainsi bien entendu que Kylo Ren dont on hésite à dire si il est plus un ado perturbé ou le vilain le plus intéressant de toute la Saga Star Wars ?

    Des pages sont consacrées aussi à l'île d'Ach-To, sa faune, ses habitants et ses secrets liés aux Jedi ! C'est là que Luke Skywalker se cache depuis la trahison de son neveu Ben Solo et là aussi que se termine le film de J.J. Abrams ! On a droit à quatre pages sur le Dernier Jedi et aussi à des informations sur Rey ! Mais je constate que ce guide n'apporte pas vraiment d'infos capitales par rapport au film et reste dans l'anecdotique ! On est certes heureux de savoir que la mère des Gardiennes de l'île s'appelle Alcida-Auka mais franchement, cela ne nous avance pas beaucoup ! On aurait préféré savoir qui sont les parents de Rey ! Le guide ne nous renseigne pas plus que le film de décembre 2017 sur ce point ! C'est un peu dommage !

    Pour être complet, ajoutons que nous avons aussi des informations liées à Cantonica, la planète du casino de Canto Bight et enfin à la Bataille de Crait ! Je remarque toutefois avec joie que quelques éléments de l'Univers "Légendes" sont repris, bien caché par(ci par là dans ce torrent d'informations - anecdotiques ! On a ainsi mention du Secteur Corporatif, à l'empereur Atrisien de Kitel Phard ou de l'Art martial Teräs Käsi !

    Au final, un guide dispensable - qui n'apporte pas d'informations cruciales sinon une foule de petits détails - mais ce sont les petits détails et le soin qui leur est apporté qui font aussi la richesse de cet univers : - dispensable donc sauf si vous êtes un fan "complétiste" et désirez posséder tous les guides de cette collection !

    Avant de vous dire "à bientôt !", je voudrais pousser un coup de gueule ! J'ai pour ma part adoré Les Derniers Jedi - même si il n'est pas exempt de défauts, il a au moins le mérite d'apporter du nouveau ! - et le bashing sur ce film venant de certains "fans" intégristes me répugne et m'agace ! Les gars, vous pouvez pas simplement cesser d'être dans l'analyse et le jugement à outrances et simplement vous laissez bercer par le film, apprécier quoi !

    Il se trouve que peut-être un quart ou un tiers des "fans " ont détesté ce film mais ce sont ceux qui donnent le plus de la voix, inondant les réseaux sociaux de leur vindicte, pourrissant le site Allociné ou allant même jusqu'à mettre en ligne une pétition contre Rian Johnson !

    Les mecs, à un moment faut arrêter d'être con ! Comme cet abruti sur Youtube qui mettait en commentaire d'une critique du film : "je me suis fait violer par Star Wars 8 !". Quel manque de respect ! Qu'on manque de respect à l'égard d'un film, ça à la limite je m'en fiche mais qu'on soit insultant envers les personnes qui dans leur vie ont été réellement victimes d'un viol, ça ça me dégoûte ! Les mots ont un sens et ne doivent pas être utilisés à la légère ! Le connard en question, à qui j'ai fait la remarque, a enfonce le clou en me sortant "à la limité, j'aurais préféré être tabassé et violé pour de vrai plutôt que de voir ce film !". Je vois que certains en tout cas on encore bien du chemin à faire pour acquérir de la maturité ! Bref, des crétins !

    Voilà, sans rancune et à bientôt !


    votre commentaire
  • Lucky Luke - La Caravane - Morris & GoscinnyLa trente-huitième histoire - qui constitue le vingt-quatrième album, paru en 1964 - des aventures de Lucky Luke, intitulée "La Caravane", est un bon cru ! On y retrouve les péripéties et les blagues habituelles d'une bonne aventure de notre cow-boy solitaire ! C'est une histoire ancrée dans la légende du  Far-West puisqu'on y suit une caravane, c'est à dire un groupe de pionniers qui se dirigent en chariots vers l'Ouest pour y trouver une vie meilleure !

    Un des grands talents de Goscinny, le scénariste, est de créer des personnages hauts en couleurs ! On a ici toute une galerie de protagonistes, les membres de cette caravane dirigée par Monsieur Boston mais guidée à travers les vastes étendues désertes par Lucky Luke suite au "renvoi" de l'escroc Frank Malone.

    Parmi ces personnages, on a Ugly Barrow, le conducteur de mule qui ne fait que jurer comme un charretier - et qui se révèle au final un poète, Phinéas, le gamin un tantinet chenapan,  Miss Littletown, la maitresse d'école et garante des bonnes mœurs,  Soufflerie Johns, le trompette, Monsieur Pierre, le coiffeur français, Zacharie Martins, l'inventeur farfelu, ainsi que le croque-mort et deux prospecteurs d'or qui se joindront en chemin à la caravane.

    La route vers l'Ouest - et Hollywood qui n'"a jamais vu un seul cow-boy" s'annonce longue et semée d'embûches ! D'autant que des "incidents" ne cessent de survenir ! Il y a en réalité un traître dans l'équipée qui cherche à empêcher tout ce beau monde d'atteindre sa destination ! Luke saura-t'il le démasquer ?

    Il y a donc une trame générale parsemée de nombreux gags et péripéties ! 'humour et l'ironie sont comme toujours très présent ! Des gags récurrents aussi autour de certains personnages (l'inventeur, le croque-mort, les chercheurs d'or...) - en fait autour de tous les protagonistes qui sont exploités avec brio et de manière équilibrée ! Niveau dessin, Morris est au sommet de son art ! Signalons enfin que Jolly Jumper est un peu effacé dans ce tome ! Il y a  bien assez à faire avec tous ces personnages !

    Désert à traverser, menace des Sioux, les obstacles ne manqueront pas dans cette aventure mais la caravane atteindra finalement bon port !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les zombis sont revenus à la mode, il n'y a qu'à voir le succès de Walking Dead  pour en juger ! C'est une longue tradition initiée dans les années 1970 par George A. Romero ! Et c'est avec un jeu de zombi - intitulé Zombi (pourquoi chercher plus loin ?) que les frères Guillemot ont lancé leur société de jeux vidéo - Ubi Soft - actuellement un des leaders du marché (et pour laquelle travaille actuellement présentement mon cousin Julien !), en 1986 !

    Zombi  a été conçu par quatre développeurs français embauchés pour l'occasion et le jeu s'inspire évidemment du film Zombie de Romero. C'est un jeu d'action-aventure sorti à l'origine sur Amstrad CPC puis plus tard sur Commodore 64, DOS, ZX Spectrum, Amiga et Atari ST !

    On est en 1986 et des morts-vivants mangeurs de chair humaine jaillissent de partout et envahissent le monde ! C'est l'apocalypse ! A Berkeley, aux Etats-Unis, un des derniers groupes de rescapés composé de quatre personnes tente de fuir en hélico mais par manque de carburant, est forcé d'atterrir sur le toit d'un supermarché ! Il s'agira alors de trouver du kérosène tandis que la grande surface est encerclée par les zombis ! Il leur faudra aussi éviter une bande de Hell's Angels !

    Ce jeu a connu un immense succès à sa sortie ! Pour ma part, n'y ai jamais joué mais n'ai pas pu passer à côté des nombreuses critiques élogieuses et publicités qui paraissaient à l'époque dans la presse vidéoludique, Tilt, Amstar, CPC magazine, Génération 4, Joystick etc,... Le système de jeu tait assez novateur à l'époque puisque c'était celui du Point&Click qui fut repris par la suite dans les jeux Lucasfilm Games tels que Maniac Manson ou Day of the Tentacle, inaugurant une nouvelle ère du jeu d'aventure qui n'était désormais plus en mode texte !

    Zombi est en vue subjective et mêle exploration, collecte d'objets, résolution d'énigmes et combats en temps réel ! Le supermarché comporte différents endroits plus ou moins dangereux et les portraits des quatre protagonistes sont affichés en haut de l'interface, avec des jauges dévoilant leur état de santé. Vous contrôlez tour à tour un des membres de votre équipe et avez accès à son inventaire. En bas de l'écran, sous forme d’icônes, vous avez un éventail de dix-huit actions comme ramasser, jeter, utiliser etc,... Tous les objets n'ont pas une utilité alors il s'agit de ne pas trop s'encombrer ! Il est possible de sauvegarder !

    Le système de combat était certes encore perfectible puisqu'il se résumait à tapoter des boutons et à arrêter un curseur au bon moment sur une mire !

    Il s'agira pour vous d'éviter que vos quatre protagonistes se transforment à leur tour tous en zombis et de quitter  ce supermarché sur cinq étages en repartant par la voie des airs au coucher du soleil ! "I'm a poor lonesome zombi killer !".

    En fait, le jeu s'inspire plus du montage européen du film effectué par Dario Argento que de la version américaine originale de Romero ! Je ne saurais vous en dire plus car je ne suis pas un spécialiste du genre ni un grand lecteur de Mad Movies, la revue de référence ! En tout cas, c'est avec ce jeu à succés que fut lancé Ubi Soft dont le studio créatif était alors installé à Créteil ! Hormis mon cousin, mon camarade Franck Mallouk publia chez eux, en freelance, son Terres & Conquérants  en 1989 - dont il est question ailleurs sur ce blog ! En 1986, c'était  "une jeune société qui débute sa carrière avec brio". aujourd'hui, en 2017, Ubi Soft, c'est par exemple la franchise Assassin's Creed  - dont il est aussi question ailleurs ! Sans oublier le château breton du XIXème siècle où la jeune société, à la fin des années 1980, installait ses programmeurs-développeurs !

    En tout cas, Zombi fut une innovation en son temps, qui multipliait les possibilités du jeu d'aventure-action !

    A bientôt !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires