• De nos jours, le féminisme tend heureusement à s'affirmer de plus en plus même si des événements - comme la remise d'un César en 2020 à Roman Polanski - montre que le combat n'est pas fini. Les femmes constituent au minimum 50% de l'Humanité et dans nos sociétés patriarcales, elles n'ont longtemps pas eu la vie facile, refouler des positions de pouvoir, des postes à l'Université,... Pourtant leur influence dans l'Histoire est notable et il faut rappeler que derrière chaque "Grand Homme", il y a souvent une femme !

    Jean Haechler est historien et dans son ouvrage Les insoumises, il a décidé de dresser "18 portraits de femmes exceptionnelles, de l'Antiquité à nos jours", des femmes volontaires et courageuses - comme beaucoup de femmes anonymes - et qui ont marque l'Histoire mais dont on a mis la biographie sous le tapis.

    On retrouvera donc des femmes férues de sciences, de politique, d'art, aux talents divers. Rapide tour d'horizon !

    Je vais vous présenter les 18 femmes de ce livres, Les insoumises, en plusieurs articles, cinq je pense à raison de trois de ces figures par billet, à moins que j'en sois empêché et que ça n'aille pas plus loin que ce premier morceau car ma Bibliothèque municipale, la BAdT de Caen, a fini par réouvrir après le confinement et sur la quinzaine de livres que j'avais empruntés, celui-ci est le seul que je n'ai pas terminé !

    On va donc s'attarder ici sur l'Antiquité, le Moyen-âge et la Renaissance, avec respectivement Hypathia,  Theodora et Catherine Sforza.

    On commence par la philosophe, mathématicienne et astronome, Hypathia, qui vécut au tournant du IVème et du Vème siècle et qui connut un destin tragique. Il s'agissait d'une païenne qui vivait dans un monde en train de se christianiser, qui professait la science dans sa ville d'Alexandrie et qui suscitait l'admiration de ses élèves. Elle était d'une grande érudition mais hélas il ne nous reste d'elle que quelques textes sur les mathématiques et aucun de philosophie. Elle se retrouva prise dans la rivalité entre Cyrille, le patriarche d'Alexandrie et Oreste, le préfet de la même ville. Le premier tentant d'assassiner le second, Cyrille fit se retourner ses partisans contre Hypathia qui finit lapidée, démembrée et brûlée ! Un authentique crime de barbarie !

    Direction Constantinople au début du VIème siècle pour retrouver l'impératrice Theodora, épouse de l'empereur Justinien, qui durant le soulèvement d'Hypatios, ne conserva son trône que parceque sa femme refusa de fuir !

    Femme de caractère et de pouvoir, la très influente Theodora commença dans le monde comme prostituée, menant une vie de débauche extrême puis se convertissant avec autant de force à la Religion Chrétienne dont elle sera une défenseuse des doctrines du Monophysisme et fera même destituer un pape !

    Justinien, de 20 ans son ainé, s'éprendra fortement d'elle et il doit donc la paix de  Niké lorsque les Partis des Bleus et des Verts se liguèrent contre lui ! Elle se battit ardemment pour la condition féminine (et c'est un trait qu'elle partage avec la "suivante" de cet article, Catherine Sforza), marque constante de son règne !

    Catherine Sforza vécut elle à la Renaissance, en Italie, alors en proie aux luttes d'influence en Rome et la Papauté, Milan, Florence, Venise ou Gênes ! A une époque de condottieres, chefs de troupes armées et donc d'hommes violents, elle ne rechignait pas à commander ses propres troupes sur le terrain ! Elle mourut jeune, à 46 ans mais à 25 ans, avait déjà une vie bien remplie et on lui connaît au moins six passions amoureuses et elle eut six enfants dont les ancêtres des Rois de France et Louis XIV !

    Le pape Sixte IV (commanditaire de la Chapelle Sixtine) arrangea le mariage de Catherine avec son  neveu  Gironamo Riario afin de sceller une alliance entre Milan et Florence ! Mais ce Riario se révélera un homme faible, lâche au combat et son épouse prendra vite l'ascendant n'approuvant pas sa tentative de faire assassiner Julien et Laurent de Médicis !

    Catherine dirigera les villes d'Imola et Forli, sera confrontée à la famille Orsi qui fera assassiner son époux et qui finiront déchiquetés par la foule des Milanais. Elle aura ensuite pour opposant le nouveau pape Alexandre VI et le Roi de France Louis XII et prendra même plusieurs places-forte dont le Château Saint-Ange, faisant ainsi pression sur le Vatican !

    Ses troupes combattront contre celles de César Borgia que Louis XII a fait Duc du Valentinois et qui pénètre avec lui en Italie, début des Guerres italiennes de la France ! Adversaires, César sera ensuite ébloui par cette femme et la couvrira de robes ! Alors qu'on sait qu'elle préférait parfois l'armure (sans être une Jeanne d'Arc !). Elle était d'une beauté sans pareille et d'une grande force de caractères dans une époque qui n'était pas favorable aux femmes (alors que l'on sait que le sexe a toujours mené le monde !) !

    Voila, je vous dit à bientôt peut-être pour un second billet (2ème partie) qui portera sur la poétesse Louise Labé de Lyon, sur Catherine de Parthenay et sur Marie le Jars de Gournay, l'amie et confidente de Montaigne, car les femmes ne furent pas influentes qu'en politique mais aussi dans le monde des Lettres (mais alors en sous-mains  !) !

    A bientôt donc !


    votre commentaire
  • J'ai découvert très récemment Emmanuel Todd, historien et anthropologue - dont j'ignorais l'existence il y a peu ! Cet intellectuel est assez décrié depuis la publication de son opuscule Qui est Charlie ? en 2015 sur la fusillade de Charlie-Hebdo et les mouvements de mobilisation populaire qui ont suivi ! Je ne connais pas le fond de la polémique - car ne m'intéresse pas aux ragots colportés par les journaleux, cette lie de l'Humanité mais apparemment Todd a été très attaqué à ce sujet ! Il fait partie de ces penseurs honni par Emmanuel Macron, le "président des riches" et imposteur de la République aux mêmes titres que Michel Onfray et Alain Finkielkraut ! C'est sûr qu'avec Stéphane Bern ou les Bogdanoff et leurs faux diplômes, on est gâté !

    En 2017, Todd commet Ou en sommes-nous? - Une esquisse de l'Histoire humaine que je pose sur ma table de chevet avec Décadence  d'Onfray, Sapiens et Homo deus  de Yuval Noah Harari ou encore Histoire mondiale de la France, dirigée par Patrick Boucheron du Collège de France !

    Emmanuel Todd s'est posé comme objectif d'expliquer l'Histoire humaine et les tendances actuelles (BREXIT, Élection de Donald Trump,...) au vue de différents facteurs ! Certes l'explication économique a longtemps prévalue mais pour l'auteur de ce Où en sommes-nous ?, elle est largement insuffisante et insatisfaisante ! L'économique et le politique sont la face visible de l'iceberg ou pour reprendre une topique freudienne le conscient de l'évolution de l'Humanité.

    Todd établit des phases préconscientes et inconsciente enracinées plus profondément ! Plus on s'enfonce dans l'analyse, plus on étends le champ ! Sous l'économique et le politique, il y a d'abord le religieux puis encore en dessous l'éducation - avec laquelle il y a un problème note Todd, car l'ascenseur social est en panne (ce que je confirme par mon vécu personnel !) ! Et sous-jacent à l'éducation il y a le niveaux le plus profond, la structure familiale !

    Dans les premiers chapitres, l'auteur de l'essai analyse les différents types de structures familiales/ systèmes familiaux ! On a famille nucléaire (un couple et des enfants !), famille-souche et famille communautaire ! On pense à tort que la famille nucléaire occidentale est le point final de l'évolution du système familial ! En réalité, c'est le modèle originelle dans l'Histoire qui tend à complexifier ce système et à aboutir à la famille communautaire et à un système patrilinéaire avec régression des droits des femmes et recul du système matriarcal ! Il est aussi question de Primogéniture !

    Cette idée comme quoi tout repose sur la structure familiale a été mal accueillie par les intellectuels d'Europe mais plus favorablement en Asie - mais cela Todd s'en fout car il est à la retraite ! Il applique au XXIème siècle des méthodes d'investigations pour les XVIème et XVIIème siècles ! Todd énumère ensuite les exemples de systèmes familiaux à travers le monde - et cette partie du livre - très technique ! - est assez ennuyeuse je trouve et rends le livre accessible aux seuls spécialistes !

    Voilà, je ne fais ici qu'introduire le propos de Todd dans ce livre et développerai la suite de son propos ici dans de prochaine parties, dans d'autres articles/billets ! En attendant, j'aime bien les interventions de ce sociologue sur Youtube car il est mal vu par Macron et comme pour moi, Macron, ce président illégitime, c'est vraiment le degré zéro de la pensée politique et le plus haut degré de la scélératesse, de la fausseté et de la malveillance, Todd n'en ressort que grandit !

    A bientôt donc pour la seconde partie de cette recension !


    votre commentaire
  • Avec son essai On a retrouvé l'histoire de France, l'archéologue Jean-Paul Demoule livre un passionnant plaidoyer pour sa discipline et détruit au passage un certain nombre de mythes historiques sur lesquels l'archéologie est venue apporter des démentis  - un seul exemple, les Gaulois considérés à tort comme des Barbares !

    Cet ouvrage est fort érudit - mas très accessible ! - et parcouru du début à la fin de nombreux exemples de chantiers de fouilles ! Mais à quoi sert l'archéologie ? A explorer le passé pour comprendre le présent et mieux envisager le futur ! Etudier les morts pour aider les vivants !

    Hélas, la discipline n'a pas toujours bonne presse et cède devant les intérêts économiques à court-terme ! Combien de sites archéologiques ont été dévastés par les pelleteuses, sans aucune fouille, pour construire des parkings souterrains ou des lignes de TGV du fait des décisions de politicards, de Gauche comme de Droite, complétement abrutis et criminels !? Ce sont des pertes inestimables !

    Certains ne veulent en effet pas qu'on exhume notre passé bâti sur des défaites : conquête des Gaulois par les Romains, défaite de Sedan en 1870, Débâcle de 1940 ! Mais tout n'est plus si sombre car le 17 janvier 2001 a été promue la Loi  sur l'archéologie préventive qui veut qu'on fasse des sondages avant tout grand chantier pour déterminer si il y a des vestiges enterrés ! C'est dans ce cadre et à partir de 2002 que Jean-Paul Demoule a dirigé l'INRAP, Institut chargée de mettre en application cette loi !

    L'essai de Demoule s'ouvre par un panorama qui va de Néandertal au Moyen âge, commence au Néolithique et s'achève avec les châteaux-forts ! Mais sont ensuite aussi évoqués des chantiers de fouille plus contemporains et plus originaux comme les excavations du Déjeuner sous l'herbe, "performance" artistique de Daniel Spoerri en 1983.

    J'ai beaucoup apprécié le chapitre sur les parasciences où notre auteur démonte toute la vogue commerciale de cette archéologie "surnaturelle" à base de pyramides bâties par les aliens ! Ca n'aurait pas plu au Docteur Daniel Jackson de la série Stargate SG-1. Toute cette fumisterie  a débuté avec le livre best-seller de Lois Pauwels et Jacques Bergier, La matin des magiciens (qui fait entre autre l'apologie des nazis et de leur surhomme !). C'est ce genre de bouquin débile, sur Hitler et la Société de Thulé, que lit un de mes voisins, Eric L., schizophrène de surcroît (et ce genre d'écrit complotiste ne fait généralement pas bon ménage avec ce genre de pathologies ! Moi, j'évite !).

    La passé est lourd de sens et le chapitre sur les génocides de ce passé exhumés par les archéologues est particulièrement dur à lire !

    Plus légers sont en revanche les derniers chapitres, sur l'histoire de nos objets du quotidien ! Les formes d'énergie que nous utilisons, les ustensiles de cuisine, l'habillement, nos outils, les meubles, etc,... Tous ces objets sont aussi une suite de couches sédimentées !

    L'auteur termine en disant que les identités nationales sont des choses en perpétuelle évolution, car les populations se mélangent encore de nos jours et ont commencé à le faire dès Homo erectus et Néandertal ! Dès le Néolithique !

    Voilà un ouvrage fort intéressant dont j'ai pris beaucoup de plaisir à lire !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Je suis très dubitatif vis-à-vis du sujet de petit manuel de Samuel Mercier, L'éthique dans les entreprises, publié en Repères La Découverte. J'ai publié l'année dernière un certain nombre de billet sur des ouvrages de sociologues qui montraient que le capitalisme était une impasse alors l'éthique pour moi, c'est un peu le cache-sexe des entreprises tant le système détruit la planète et les hommes ! L'écart des richesses n'a jamais été aussi grand entre les riches et les pauvres et la catastrophe climatique est inévitable ! Bien joué les gars !

    La vérité, c'est qu'avec l'éthique les entreprises essaient de se racheter une bonne image aussitôt entachée par les scandales financiers et sanitaires, ou encore par les délocalisations. le but d'une entreprise est avant tout de faire du profit !

    L'ouvrage s'articule en six chapitres. Ca parle de morale, d'éthique, de lois, de culture et de responsabilité.

    L'éthique dans les entreprises - Samuel Mercier

    Historiquement, morale et éthique sont deux choses différentes, la morale consistant à poser ce qui est bien et mal et l'éthique venant après comme un système de normes. Il y a aussi la déontologie. Ces notions d'éthique sont ancrées dans les cultures, influencé par le Christianisme en Occident, l'Ethique Protestante aux Etats-Unis, l'utilitarisme en Grande-Bretagne, le Confucianisme, le Bouddhisme et le Shintoîsme au Japon et le Confucianisme et le Taoïsme, en Chine ! Dès lors on voit les difficultés pour les multinationales d'adapter leurs "Chartes éthiques" à toutes leurs filiales étrangères, au-delà des simples problèmes de traduction.

    Car évidemment, l'éthique - ce qu'il convient de faire dans une entreprise (vis-à-vis des clients, des actionnaires, des salariés, des fournisseurs, des concurrents, de l'Etat,...) doit être formalisée et mise par écrit dans un document, qui trop général, sera inapplicable, une Charte !

    L'intérêt de cette ouvrage, ce sont tous les petits encarts insérés qui rappellent des notions philosophiques et des théories économiques : le care, Milton Friedman, le modèle de développement moral de Kohlberg, la loi relative aux Nouvelles Réalité Economique (NRE). Bien évidemment, on ne nous épargne pas l'Impératif catégorique de Kant et on parle aussi de Husserl (il me semble ?), de Derrida et Foucault, Morin et Lipovetsky !

    La responsabilité morale se situe-t'elle au niveau des entreprises ou des organisations ? Comte-Sponville, dans un ouvrage que j'ai chroniqué ici en 2019 semble penser que les entreprises ne sont pas concernées par la morale, sont amorales, la morale relevant des seuls individus. Je suis en désaccord avec ceci car les firmes ont bien des objectifs, poussent à des actions en vue de ces objectifs, actions qui sont teintées de moralité ou pas ! On peut agir moralement ou pas au nom d'une entreprise ! Donc oui les entreprises sont des êtres de morale par le biais des individus ! Mais l'opinion de Comte-Sponville est immergée dans la culture chrétienne qui pose la responsabilité des individus par rapport au Pêché Originel, ceci expliquant cela !

    J'avais prévu initialement de vous résumer en détails chacun des six chapitres mais finalement je jette ici mes idées pêle-mêle tant je suis blasé et cynique par rapport à ce livre qui au fond ne sert à rien ! C'est de la théorie et la pratique est bien moins rose, il suffit d'ouvrir le journal tous les jours pour s'en rendre compte aisément !

    Après, il y a toujours, à un autre niveau, les lois pour "calmer" un peu les entreprises mais là encore, quand on voit l'incurie de nos hommes politiques de tous bords !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Voici maintenant un livre de sciences amusantes, Pourquoi la tartine tombe toujours du côté du beurre, écrit par Richard Robinson et sous-titré "La loi de Murphy expliquée à tous". Mais si, vous savez bien, la loi de Murphy qui postule que si le pire peut arriver, il arrivera, comme la tartine qui tombe fatalement du mauvais côté ou le fait que l'on choisisse forcément la file d'attente la plus lente dans les supermarchés !

    L'auteur va ici démonter tous ces mécanismes à grand renfort de physique mais surtout de psychologie car dans la loi de Murphy, c'est notre cerveau qui nous trompe ! Robinson utilise la métaphore du puzzle que l'on n'arrive pas à terminer et s'attaque aux explications physiques seulement à la fin du bouquin car auparavant, il démonte notre psychologie en une demi-douzaine de chapitres !

    Tout d'abord, l'auteur nous explique que nos sens nous trompent. Pour recevoir les informations, nous faisons confiance à nos sens mais ceux-ci sont biaisés et opèrent une sélection - sans parler des illusions sensorielles qui sont aussi évoquées dans le livre. Une présentation générale des grandes structures du cerveau nous est aussi donnée en introduction qui sera utile pour la suite de l'exposé.

    Le chapitre 2 nous montre comment nous évaluons ces informations et un constat s'impose, : "nous sommes nuls quand il s'agit de mesurer " !

    Ensuite, on aborde la mémoire, dans le chapitre 3 et il est alors clair que nos souvenirs sont flous et sont souvent des reconstructions car nous oublions avec le temps. L'hippocampe est le siège de la mémoire.

    "Faire le lien' est le sujet du chapitre suivant et là encore nous faisons des boulettes.

    Le chapitre 5 s'intéresse aux émotions et on apprends que le moindre de nos actes est noyé dans les hormones, c'est à dire teinté émotionnellement et c'est ce qui fait "le sel de la vie" ! Sans émotions, nous serions des morts-vivants ! C'est cette fois l'amygdale qui est impliquée.

    Le dernier chapitre parle de sociologie et de nos comportements en groupe. Nous sommes influencés par les autres, souvent sans nous en rendre compte ! Evidemment, dans ce chapitre, on a droit à l'Expérience de Milgram !

    A la fin, donc, on a des explications physiques sur certains phénomènes contre-intuitif et là, la science a vraiment réponse à tout !

    Un livre instructif et plaisant, non dénué d'une certaine ironie et d'humour ! Je vous en recommande la lecture si vous n'aimez pas les coups du sort ! Un livre qui détend bien et dédramatise !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Fernand Braudel fut un historien français, un des représentants les plus populaires de "l’École des Annales" et il a marqué durablement la discipline historique par la définition de concepts qui sont typiquement "braudéliens" à savoir la longue durée ou la civilisation matérielle. L’École des Annales se caractérise notamment par la prise en compte d'une Histoire globale, holiste, qui considère les faits de société dans leur ensemble. Ses fondateurs sont Marc Bloch et Lucien Febvre.

    L'identité de la France est une étude en 2 volets dont le second volet, " Les hommes et les choses" est lui-même divisé en 2 tomes. C'est le tome 1 de ce second volet que j'ai lu et dont je vais vous parler ici.

    Ce second volet étudie les populations de la France selon deux axes, à savoir la démographie et l'économie mais c'est essentiellement de démographie dont il est question dans ce tome 1. Braudel y décrit l'évolution du nombre des hommes, fait apparaître une série de France successives, au fil des temps, différentes mais avec des points communs, heureuses ou tourmentées.

    Au fil des siècles, les masses vivantes de notre Histoire ont connu des remous et des variations. L'étude va de la préhistoire jusqu'à nos jours, avancées et reculs, essors et rechutes, de la Gaule celtique jusqu'à la fin du Moyen âge où surviennent les catastrophes que sont la Peste Noire et la Guerre de Cent Ans qui fit, entre 1350 et 1450 disparaître la moitié voire plus de la population !

    Mais aux ères moderne et contemporaine, ces maux, telles les famines, vont disparaître et la démographie s'envole avec la Révolution industrielle ! C'est désormais une montée constante de la population malgré les guerres qui subsistent au XXème siècle, montée plus ou moins rapide et régulière mais ininterrompue.

    De nos jours, on constate une dénatalité et le recours à l'immigration se fait sentir ce qui n'est pas sans être un problème brûlant !

    Mais je vous laisse lire le livre de Braudel dont je dresse ici un résumé à grands traits pour vous faire une idée plus précise ! C'est érudit, documenté et précis mais ça reste accessible !

    Sortez couverts (de votre dérogation de sortie !) pendant le confinement !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Isabelle Sorente, romancière passée par l'Ecole Polytechnique et le Cours Florent, cofondatrice de la revue Ravages, nous livre un essai pertinent avec son livre Addiction générale.

    Mais de quelle addiction parlons-nous ici ? Du mal de notre Modernité, l'apogée du calcul au service de la rentabilité ! On calcule tout ! Nos kilos à perdre, le nombre de contaminés par le coronavirus, les dividendes des actionnaires, etc,... On reste dans le quantitatif ! J'ajouterais que cette mise au pas du monde par les chiffres relève de la rationalité telle qu'elle a cours depuis René Descartes !

    Ce qui ne se lit pas dans un tableau de chiffre nous échappe alors, est assimilé au zéro et donc n'a pas de valeur, pire n'existe pas ! On est aussi dans le culte de la performance, à la limite du burn-out ! C'est une société déshumanisée qu'on nous construit là !

    De plus, nous sommes devenus "accros" aux chiffres. Nous sommes des junkies du résultat et de la performance ! Comment échapper à cette fin ? En renouant avec l'empathie et la compassion pose Isabelle Sorente !

    Car à l'opposé des sociétés du chiffre, la compassion nous ramène dans le qualitatif et l'humain, nous évite la vision binaire, en noir et blanc et introduit la nuance et les couleurs. Bref, on renoue avec l'humain. C'est une question d'occupation de l'espace et de renouer du contact avec les autres, se mettre à sa place et échanger, afin de sortir de son addiction.

    il s'agit de sortir de la gestion comptable du monde et aussi de retrouver le contact avec le sacré, le sens et les mythes. Car la comptabilité est une fausse rationalité et elle doit céder le pas à l'imagination qui est acte créatif !

    L'Homme n'est pas une machine, il a un corps, un esprit et des sentiments, un "brin de folie", il ressent des émotions et est faillible ! Or la culture des entreprises veut faire de nous des automates performants à coup de séminaires de management. Il faut lutter contre ça de toutes nos forces !

    Tout ceci est frappé du bon sens et Addiction générale est un plaidoyer pour un nouvel Humanisme !

    A lire !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Carlo Ossola, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire des "Littératures modernes de l'Europe néolatine" nous livre avec Les vertus communes un petit opuscule très érudit mais jamais pédant. Ses références, ils les choisit dans nos littératures nationales, dans la tradition philosophique grecque et dans l’exégèse biblique - on trouve aussi de nombreuses citations en latin qui vous demanderons de vous munir de votre Gaffiot !

    Mais quel est le sujet de cet essai ? En fait en douze petits chapitres d'une demi-douzaine de pages chacun, après un introduction, Carlo Ossola nous présentes les "petites vertus", ces qualités à distinguer des vertus héroïques - qui exigent sacrifices ! - et des vertus théologales et cardinales ! Évidement, ces vertus, ce n'est pas mentionné dans le livre, s'opposent aux célèbres péchés capitaux et autres péchés véniels et/ou mortels.

    Les "petites vertus" que l'auteur a choisi de nommer "vertus communes" sont l'apanage des "petites gens", de ceux qui mènent des vies simples et apaisées. Ce sont les qualités des hommes droits et qui demandent un effort régulier et une attention constante.

    Donnons en là liste rapidement ! Il y  a : l'affabilité, la discrétion, la bonhomie la franchise, la loyauté, la gratitude, la prévenance, l'urbanité, la mesure (la plus importante !), la placidité, la constance et la générosité (qui résume et englobe toutes les autres !). Je fais un billet volontairement très court et ne donne pas la définition de ces vertus car souhaite vous laisser découvrir par vous-même ce petit ouvrage.

    Que le monde se porterait mieux si chacun se dotait de ces vertus, plutôt que de se prosterner devant ces nouvelles idoles que sont l'argent, la technique et le pouvoir !

    Bonne lecture et à bientôt !


    votre commentaire
  • Sagesses pour un monde disloqué - Jean SalemJean Salem, décédé en 2018, fut professeur à la Sorbonne, Paris-I, où il donnait des cours sur le matérialisme notamment antique - avec Démocrite, Epicure et Lucrèce - mais aussi sur le matérialisme historique de Marx. Dans son ouvrage Sagesses pour un monde disloqué, il rassemble un certain nombre de textes, articles, interviews où il parle de ces philosophies dans le contexte de la catastrophe annoncée qu'est un monde dominé par le néolibéralisme où les inégalités s'accroissent  ! Bien avant la prise de conscience des Gilets jaunes - que les médias officiels s'obstinent à passer sous silence, des intellectuels pointaient déjà la crise politique, sociale et économique, voire morale et intellectuelle, que nous traversons !

    Concernant les philosophies antiques, Jean Salem repose les principes du Jardin et des disciples d'Epicure : tenir la comptabilité des plaisirs et des maux et distinguer entre les besoins nécessaires et ceux qui ne le sont pas ! C'est parce que l'homme court après des besoins illimités - qu'on ne peut donc pas satisfaire, que les individus vivent mal. Évidemment tout ceci se place par rapport à la mort. L'Epicurisme, c'est donc aussi fixer des limites !

    Jean Salem revient sur le Marxisme qui connaît une renaissance en France depuis 2005 et la tenue à la Sorbonne du Séminaire "Marx au XXIème siècle" après 25 ans d'"Anti-marxisme hargneux" et la montée du modèle capitalisme renforcée par la Chute du Mur de Berlin. Il est clair pour Jean Salem que les jeunes générations ne supporteront pas dix ans de plus de ce régime d'injustices.

    Notre auteur retrace le parcours de la gauche française, du socialisme bourgeois qui s'est égaré avec François Hollande, du communisme et parle longuement du modèle soviétique. on peut alors le trouver complaisant avec l'URSS et il s'oppose à l"attitude qui consiste à placer Lénine et Staline du côté des Totalitarismes avec le nazisme, prétextant que l'URSS a fait reculer le chômage et la famine en ses terres. Il dénonce ainsi la "propagande" du monde occidental à l'égard du communisme soviétique.

    Il faut savoir que le père de Jean Salem a été torturé par des parachutistes durant la Guerre d'Algérie et sa famille est alors parti s'installer en URSS.

    Mais Jean Salem a raison de pointer les abus du néolibéralisme qui appauvrit tout la société, le monde de la spéculation financière qui domine !

    Voilà, je n'en dirais pas plus sur ce recueil car il faudrait décortiquer chaque article et ça pourrait donner lieu à des dizaines de pages de compte-rendu, bien trop grand pour ce blog !

    Un ouvrage intéressant, qui date de 2012, qui donne une vision alternative du monde !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le numérique a envahit tous les domaines de notre vie ! Il est partout dans nos sociétés, dans le champ professionnel, dans notre vie familiale, sentimentale, nos loisirs, bref il est omniprésent ! A quel point que l'on se demandait comment on faisait avant ? Une chose que ne connaissent pas les digitale natives, nés après les années 2000. Mais ne sommes-nous pas devenus dépendants de ces technologies qui en nous facilitant la vie - "tout, tout de suite et gratuit !" - nous asserviraient ? Revers de la médaille ?

    Ces technologies sont des choses fabuleuses, semblables dans l'Histoire de l'Humanité à l'invention de l'écriture ou celle de l'imprimerie ! Un retour en arrière est impossible, hormis pour quelques technophobes. Ne sommes nous pas "hyperconnectés ?

    C'est sur cette problématique que s'interrogent Michael Stora, un des premiers psychologues français qui s'est intéressé au numérique et la journaliste Anne Ulpat, spécialisée de même en psychologie. Ces deux là scrutent nos Smartphones, nos réseaux sociaux (Facebook en tête !), les jeux vidéo.. Ils nous parlent d'addictions, de cyberharcélement tout en abordant ces aspects avec moultes démonstrations, arguments et explications venant de la psychanalyse.

    Ainsi les Smartphones peuvent être considérés comme nos nouveau "doudou" ! Avec eux l'individu régresse et se sent rassuré ! Impossible de s'en séparer ! De même, Facebook comble nos attentes narcissiques et c'est à celui qui obtiendra le plus de likes. Avec les réseaux sociaux, tout devient transparence et c'est un peu comme si on entrait dans la chambre de papa/maman et assistions à la "scène primitive" - mais les auteurs pointent aussi la banalité de ce que l'on poste sur ces réseaux !

    Les jeux vidéo ont souvent été accusés de tout les mots comme en leurs temps la lecture de romans, au XVIIIème siècle, ou le cinéma à ses débuts ! C'est un peu agaçant ! Les auteurs nous parlent ici de l'addiction à ces jeux vidéo - mais combien de "joueurs raisonnables" pour un No-Life ? Le sujet de l'addiction vidéoludique fait vendre, que voulez-vous ?

    L'explication de cette addiction aux jeux vidéo viendrait d'une blessure narcissique, d'un renoncement au corps et d'un culte de la performance. Les accros à World of Warcraft seraient ainsi des jeunes précoces en manque d'amour parental et qui ont grandit trop vite ! Ils tolèrent mal l'échec selon les deux auteurs. Après tout, pourquoi pas ?

    En conclusion, Stora et Ulpat insistent sur le fait que certes ces technologies nous font gagner du temps et nous facilitent la vie mais elles font de nous des produits dont les données sont vendus aux grandes firmes, une sorte de"servitude volontaire", comme dirait La Boétie et la résurgence du Big Brother d'Orwell. Et enfin, l'aspect "fuite hors du réel dans une réalité virtuelle" qui nous déshumanisent est aussi mis en avant , le réel au service du virtuel !

    On peut ne pas être d'accord avec tous les arguments invoqués mais les analyses présentées dans ce livre sont je trouve assez pertinentes et éclairantes - hormis les exagérations traditionnelles sur le "bouc-émissaire" que sont les jeux vidéo !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Alain Finkielkraut est un des acteurs les plus présents du débat médiatique actuel au moment où ce débat public est en train de s'effonder. Frédéric Debomy s'est penché sur cet intellectuel en vue et a décortiqué l’œuvre de l'auteur de La défaite de la pensée dans son propre essai, Finkielkraut, la pensée défaite.

    Finkielkraut descends d'une famille de juifs polonais et s'est vu couronné en 2016 au moment où il est entré à l'Académie Française. ll est considéré comme un penseur néoréactionnaire qui s'oppose au camp des progressistes et aussi connu pour stigmatiser les musulmans.

    Frédéric Debomy décortique le discours de Finkilekraut et montre à maintes reprises que notre réac manque de rigueur, se contredit, avance des concepts et des faits sans preuves, établit des contrevérités. il sera question dans ces pages de l'identité juive, des banlieues, de l'"Ecole Républicaine" ou encore des femmes voilées.

    Concernant les banlieues, Finkielkraut se plaît régulièrement à annoncer un retour de la barbarie et a mettre tous les problèmes sur le compte de l'islam. Il pense les musulmans d'Afrique noire et d'Afrique du Nord selon des types, des schémas ou des archétypes, sans aucune nuances ! Pour lui tous ces "jeunes de banlieues" et gens des quartiers sont coulés dans le même moule, celui du fanatisme religieux et du communautarisme, des groupes de populations pensées comme un seul "bloc" !

    En réalité, Finkielkraut n'a jamais fait d'études de terrain et se méfie de la sociologie, voire l'exècre, l'accusant de justifier l'injustifiable ! Il lui oppose et lui préfère la littérature.

    Debomy mets en avant un point qu'on a bien vu récemment avec les Gilets jaunes, ce sont les excès de la police, en particulier de la BAC, qui jouent les cow-boys dans les cités, humilient ces jeunes pour bien leur montrer qu'ils sont des "sujets" et ne sauraient être des citoyens.

    Autres nuances apportées par cet essai, le cas des femmes voilées ! On peut, dit l'auteur, concilier la foi et le féminisme et  obliger les femmes voilées à retirer leurs voiles est le meilleur moyen de les braquer ! Mais j'ai trouvé amusant qu'à un moment, Frédéric Debomy parle de la galanterie musulmane telle qu'elle est mise en avant par Tariq Ramadan dont on connaît les démêlés actuels avec la justice et les accusations de viols portées contre lui !

    Concernant l'Ecole de la République, il est rappelé que les plus aisés sont avantagés et que  les gamins des milieux modestes qui bénéficient de l'ascenseur social sont des exceptions. Bourdieu n'aurait pas démenti !

    Finkielkraut défend en outre une vision de la nation fondée sur la race, "eux" contre "nous" sans définir qui sont "eux" et "nous" ! Ce genre de discours alimente les haines et le vote pour le Rassemblement National.

    L'essai de Debomy remets donc les pendules à l'heure mais je soupçonne aussi par moments une certaine mauvaise foi de sa part et de verser dans l'angélisme. Dire que Finkielkraut n'a pas les preuves de ce qu'il avance ne signifie pas que ces preuves n'existent pas d'autant que Debomy n'apporte pas toujours les preuves inverses alors qu'en toute rigueur, il serait tenu de le faire.

    Certaines questions sont complexes et s'il n'y a pas d'études sur certains sujets, c'est peut-être parce que ces sujets fâchent !? Et sont donc aussi difficile à investiguer ? Mais qui oserait dire qu'il n'y a pas de problèmes d'encadrement et de représentation de l'Islam en France qui est une religion qui prends de plus en plus d'importance ?

    Alain Finkielkraut, comme Michel Onfray, comme Eric Zemmour, comme Etienne Chouard, sont des "intellectuels" très controversés, placés sur "liste noir" par l'Elysée et pourtant omniprésent dans le débat public ! On voit ici, à travers le cas Finkielkraut, que la "rigueur intellectuelle" n'est pas toujours ce qui les caractérise ! En même temps, la doxa officielle n'est guère mieux lotie avec des BHL, Minc et Atalli et ce n'est pas Sibeth Ndiaye qui relèvera le niveau !

    Le débat public est donc au plus bas en France alors que les défis et les dangers de l'avenir sont grands ! Pauvres de nous !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'auteur mode d'emploi - Jacques SoulillouEn 2019, dans le cadre de mon Master actuel, j'ai suivi des cours de Droits sur le Droit d'auteur et ai plus récemment suivi - et validé ! - un MOOC sur ce même sujet.

    Le Droit d'auteur apparaît au XVIIIème siècle et comprends des droits moraux et des droits patrimoniaux. Il concerne les œuvres de l'esprit mais pas les idées. Pour être protégée par le Droit d'auteur, une œuvre doit être originale et revêtir une forme.

    Jacques Soulillou pointe plusieurs paradoxes dans son essai L'auteur mode d'emploi dont le fait que la reconnaissance de l'auteur/ de l'artiste a tuer l'art, n'est pas le moindre. Il y aurait un éternel retour des œuvres et protéger des œuvres empêche d'autres artistes de se les approprier.

    Hegel a composé une grande théorie de l'Art. L'art était auparavant vivant, lié à la religion puis il s'est laïcisé et est devenu objet de musée, la "mort de l'art". Cette mort de l'art ne signifie nullement qu'on ne produit plus d'art et il y a au contraire une excédentisation de l'art.

    L'art est désormais lié aux artistes, produit par eux là où auparavant l'artiste n'était qu'un vecteur par lequel l'art s'exprimait lui-même au nom de grands principes transcendants (la Beauté, la Vérité, voire la Révolution !). Comme à l'heure de la modernité et de l'individualisme, il y a de plus en plus d'artistes, il y a de plus en plus d’œuvres d'art - avec une dévalorisation de celui-ci dans l'art contemporain selon les critiques les plus réactionnaires !

    L'auteur devrait donc s'effacer derrière son œuvre. Jacques Soulillou prends nombres d'exemples dans la littérature (Cervantès, Flaubert, Burroughs, Bradbury,..) et dans la philosophie (le Phèdre de Platon pour son passage sur le mythe de Thoth concernant l'apparition de l'écriture, Hegel, Kant, Deleuze, Foucault ou encore Barthes).

    En s'affirmant l'artiste nuit à l'art, l'auteur au Texte, c'est la thèse principale que l'on retiendra de cet essai bien écrit, argumenté et donc intéressant !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le développement personnel est un secteur qui connaît une forte croissance depuis quelques décennies mais ce La puissance secrète de votre personnalité - Daniel Allemann milieu aurait besoin d'une certaine législation tant y pullulent les escrocs et autres gourous ! Pour ma part, j'ai toujours pensé qu'on n'avait là qu'une mise en application de nombres de préceptes de philosophie antique notamment stoïcienne avec l'idée  souvent reprise qu'on ne peut pas agir sur les faits mais seulement sur nos représentations, l'image que l'on en a !

    Je dédie ce billet à Michael D. un collègue de travail qui est très versé dans ce genre d'ouvrage. Pour ma part, ai toujours eu une relation problématique avec un paternel toxique car manipulateur et dévalorisant, ce qui m'a conduit très tôt à suivre des cours d'affirmation de soi avec une psychologue.

    Daniel Allemann se présente comme "un des plus fins connaisseurs en développement personnel" et sa méthode s'appelle la Psychographie émotionnelle. Mais c'est son autre ouvrage, La puissance secrète de votre personnalité - sous-titré "le livre pour s'affirmer et communiquer" que j'ai lu. Sa méthode me semble bonne et pleine de bon sens mais ce n'est pas demain que je me réfugierais dans ce genre de "thérapie" ! Non, je préfère avaler des "pilules di bonheur" ! Je plaisante, je préfères me plonger dans la littérature, la philosophie, l'Histoire, l'écriture et la culture au sens large !

    L'auteur pointe les difficultés de communication de beaucoup de gens. Mais en cette matière, on n'est pas coupable car nos freins viennent de l'éducation qu'on a reçu (en gros, la faute aux parents, ce qui ne fera pas plaisir à certains mais est pourtant une évidence !). Enfant, on est en effet beaucoup influencé par les adultes surtout quand on a un lien affectif avec eux, ce n'est que plus tard qu'on se rends compte qu'ils ne sont pas infaillibles (ce que ne contestera pas la psychanalyse !).

    En effet, lorsque nous sommes petit, nous pouvons subir deux influences néfastes, d'abord un manque d'amour et une dévalorisation de soi-même et ensuite on peut nous mentir en nous disant que les autres  nous veulent du mal !

    De là découlent cinq schémas relationnels erronés ! Je passe vite mais il y a  le timide, le comportement d'évitement, l'agressif, celui qui se survalorise et aussi le pessimiste. A l'opposé, il y a un seul schéma relationnel dynamique.

    Comment améliorez sa communication ? Il n'y a pas de méthode pour "bien" parler et en réalité il faut d'abord changer l'image qu'on a de soi-même et arrêter de penser que les autres nous juge, vivre dépendant du regard d'autrui. Ca ne sert à rien de se dévaloriser et à l'inverse de se survaloriser. Daniel Allemann préconise de "s'oublier" et d'être dans l'action, pas de se demander si on a bien agit mais de trouver des solutions dans l'action même !

    Voilà en gros les grandes lignes de l'ouvrage ! C'est un peu enfoncer des portes ouvertes mais ce n'est pas inutile de rappeler ces principes de vie car, pris dans nos problèmes, on a trop souvent tendance à l'oublier !

    A bientôt !

    PS : Ceci est le 1700ème article de mes Skyblogs !


    votre commentaire
  • Norbert Elias est un écrivain et sociologue allemand, né en 1897 et mort en 1990. Il a révolutionné la sociologie en y introduisant de nouveaux objets de recherche et en travaillant sur l'interdépendance. Mais il s'est aussi penché sur le processus de civilisation, en étudiant notamment le phénomène des courtisans en France du temps de Versailles !

    Son livre La civilisation des mœurs s'attarde sur ces questions civilisationnelles. En introduction, Elias rappelle la distinction qui existe en le concept de "Civilisation" propre aux Français et aux Anglais et la "Culture"/ "Kultur" si cher aux Allemands ! En effet, la "Civilisation" s'attache plus aux êtres et aux relations qui se tissent entre eux, la "courtoisie" et englobe des aspects économiques et politiques là où la "Culture" se porte plus sur les réalisations des individus et se pense surtout dans le domaine intellectuel. On peut comprendre ce retranchements des Teutons autour d'un "Noyau dur", laissant de côté l'aspect politique, par le fait que l'Allemagne n'a réalisé qu'en 1870, tardivement, son unité comme Nation.

    Selon Norbert Elias, à partir de la Renaissance, on assiste en Europe à une modification des règles de la convenance, les agissements entre les hommes, par-delà les règles juridiques et les lois politiques ! Jusque là, c'étaient des normes morales et des interdits religieux qui régissaient la société et le domaine de la sensibilité. Parti des cours princières, ces changements dans les règles finiront au fil des siècles par atteindre aussi les couches roturières ! C'est ceci qui finira pas s'entendre comme "civilisation".

    La "civilisation" inclut aussi bien le vêtement que la gestuelle, les manières de table, façons de parler, interactions quotidiennes entre les individus. Il s'agir de circonscrire, refouler, réprimer ou sublimer les composantes pulsionnelles et maîtriser les convenances, c'est aussi ainsi faire preuve d'autonomie !

    La civilisation se définit donc négativement par l'exclusion de toute forme de violence ! Dans le rapport à soi, il s'agira de maîtriser ses émotions par l'autocontrainte notamment !

    C'est à cette intériorisation de nouvelles règles que se constitue, selon Elias, l'intégrité psychique de l'homme moderne et contemporain. Je vous renvoie à Freud qui a très bien montré ce qui se passait lorsque la "digue craque", avec les névroses ! Je mentionnerai aussi les contraintes de la société victorienne anglaise ou puritaine américaine.

    Tout ceci suppose évidemment des rituels et une surveillance des individus les uns par les autres, il faut se conformer aux règles et ceci génère de l'exclusion, la structuration des sociétés en milieux d'appartenance spécifiques ! Ceci génère aussi dans les cas extrêmes un malaise qui peut aller de l'embarras au dégoût en passant par la honte et la culpabilité, la peur et l'angoisse !

    Le livre de Nobert Elias, La civilisation des mœurs,  est très éclairant et intéressant et particulièrement pour moi qui ai ajouté la Sociologie à mes champs d'intérêts et aurait à retravailler sur ce livre en 2020 - 2021 en Sociologie de la Consommation, comme je repasserai, achèverai et validerai ma Licence L3 dans cette matière la Sociologie !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'ai (re)découvert François Bégaudeau que je connaissais déjà par la lecture de son livre Entre les murs, qui a donné un film ayant reçu la Palme d'or à Cannes. Le type est brillant, puise ses références dans la pensée marxiste et remets au goût du jour le concept de "lutte des classes" qu'on a eu trop vite tort de délaisser !

    Je vais vous parler de Histoire de ta bêtise où Bégaudeau, le "je" du discours s'adresse à un "tu" qui représente le bourgeois ou encore son affidé, Emmanuel Macron, porté au pouvoir par manipulation médiatique et qui défends les intérêts de cette bourgeoisie ! La bêtise est donc celle du bourgeois. L'essayiste s'inscrit donc dans la lignée d'un Bouvard et Pécuchet de Flaubert.

    Le bourgeois est celui dont la seule préoccupation est de préserver ce qu'il possède, sa fortune, son argent. Sa motivation est la peur. A ce titre, le bourgeois ne pense pas ! il a porté au pouvoir Macron qui veut transformer notre système socio-libéral en seul système libéral, évacuant le social, ou encore qui veut marchandiser la société pour encore plus de profits !

    Le bourgeois a un habitus (pour reprendre le terme de Bourdieu) très spécifique ! Minoritaire en nombre, il impose son idéologie qui est l'idéologie dominante. N'y a-t'il donc pas d'alternative au néolibéralisme ? C'est ce que Emmanuel Macron et sa caste voudraient nous faire croire ! Mais cette idéologie mène le monde à sa perte, détruit la planète et les individus !

    François Bégaudeau est un de ces derniers intellectuels qui travaillent encore à fond sur le réel ! Bien que faisant lui-même partie de cette bourgeoisie, notre auteur n'en partage pas l'idéologie, ni l'habitus. Il défends à contrario les Gilets Jaunes ! Selon lui aussi, il faut penser le réel tel qu'il est et non pas agir en fonction de ce qu'il y aurait à craindre car pour l'instant, ce n'est pas le fascisme d'une Marine Le Pen qui détruit la société et nos vies mais l'ultralibéralisme.

    Bégaudeau montre aussi qu'il y a une démission des intellectuels en France ! Quand ce ne sont pas des penseurs qui défendent l'ordre établi ! Notre essayiste dérange le confort intellectuel de son lecteur et n'appartient pas à cette catégorie de "corrompus". Lui -même est un artiste qui fait partie d'un milieu occupé essentiellement par la bourgeoisie qui possède aussi le capital culturel mais ne le pense pas forcément selon des critères artistiques mais là encore de valeurs marchandes.

    Ce livre est une bulle d'oxygène et je le classe sur la même étagère que l'excellent livre de François Ruffin sur Macron ! C'est caustique, écrit avec fluidité et ça interpelle ! Il y aurait bien plus à dire sur ce livre mais je vous invite plutôt à le lire et à regarder les interventions de Bégaudeau sur France Culture ou à l'ENS - visibles sur Youtube ! - qui complètent l'ouvrage.

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Sociologie est une science récente, fille matricide de la Philosophie. Francis Farrugia se propose de nous en exposer les "Histoires et Théories" comme l'indique le sous-titre de son ouvrage Sociologies. Historiquement, il y a eu la Sociologie allemande, excellant à forger des concepts et à théoriser - avec Tonnies, Simmel et Weber, la Sociologie française, fille de la Révolution - dans la ligne de Durkheim et Mauss - et enfin la Sociologie américaine plus empirique et pragmatique et attachée aux conditions de vie concrètes - des ouvriers ou des migrants par exemple - avec l'Ecole de Chicago.

    Mais notre auteur, enseignant-chercheur à l'Université de Franche-Comté, ne présente pas tant ces trois traditions par le menu mais s'attache plutôt autour d'une demie-douzaine de figures, principalement des fondateurs et ces figures sont Durkheim, Bourdieu, Tonnies, Gurvitch, Mauss ou encore Halbwachs et Levi-Strauss. Et il rédige des petits chapitres mettant en avant certains des enjeux de la discipline.

    Bien évidemment, ces Sociologues n'ont pas manqué de s'influencer les uns les autres. Il s'agit un peu ici de dresser une sociologie de la sociologie et de raisonner en termes de comment se constitue la connaissance ? Et là chacun des auteurs y va de son paradigme !

    La Sociologie est-elle une science de l'interprétation - une herméneutique pour le dire autrement ! - ou doit-elle se calquer sur les méthodes des Sciences dures ? Le fait social et son interprétation dépendent de la position de celui qui l'observe et n'est pas séparé du contexte de l'époque où on l'observe - d''où ce qu'on appelle l'historicisme qui s'oppose au positivisme qui suppute que les faits sociaux existent en eux-même indépendamment du reste ! Un focus est également apporté par Farrugia sur tout ce qui a trait à la Phénoménologie de Husserl.

    Il est rappelé certaines des grandes théories des auteurs étudiés comme la différence entre "communauté", liée par des liens du sang et de solidarité plus authentiques et la "société" liée par le contrat et les intérêts individuels égoïstes. Ceci est la théorie bien connue des étudiants en Sociologie de Ferdinand Tonnies.

    Avec Halbwachs, Farrugia replace des considérations sur la mémoire - qui n'est pas qu'un support biologique (le cerveau) mais aussi une construction dans un contexte social, et un aller-retour permanent entre l'individuel et le collectif - à travers la "conscience collective" - mémoire qui s'élabore aussi du présent vers le passé et non l'inverse ! Et Halbwachs montre que le présent n'est jamais qu'une perpétuelle réécriture et une mise en récits et que la mémoire collective s'instancie dans les individus.

    Avec Gurvitch et les préoccupations de celui-ci, transparaît la crainte d'une "Sociologie managériale" importée des Etats-Unis là ou ce Sociologue plaçait tous ses travaux dans une longue réflexion philosophique. Sont évoqués aussi les désaccords entre certains Sociologues et Lévi-Strauss, lui adepte du Structuralisme, qui est en quelques sorte une réminiscence du Positivisme !

    Voilà, il y a bien d'autres choses dans ce petit livre d'un peu plus de 300 pages qui parle aussi beaucoup de Sociologie de la connaissance et en quelque sorte place les cadres ! A recommander à ceux qui s'intéressent aux Sciences humaines ! Je ne m'attarde pas sur Durkheim ou Mauss car en parlerais ailleurs dans d'autres billets !

    Comme je l'ai déjà dit, cette année, je termine aussi une Licence de Sociologie ! La Sociologie empruntant aux Lettres, à l'Histoire, à la Psychologie, au Droit, à l’Économie, aux Mathématiques et évidemment à la Philosophie, cette année universitaire risque d'être un couronnement et une synthèse de mes cursus précédents !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Vous savez, si vous venez depuis longtemps sur mes blogs, que je suis un passionné de littératures - entre autres choses ! L'essai ou recueil de Jean Dutourd, La chose écrite, ne pouvait que retenir mon attention. C'est un ensemble de plusieurs centaines de petits textes parlant de livres, romans, théâtre, poésie, essais, mémoires, etc,... Et c'est d'ailleurs sous-titré "Chroniques littéraires" ! C'est publié en 2009.

    Jean Dutourd était Académicien et est disparu en janvier 2011. Le grand public a surtout retenu de lui sa présence régulière aux "Grosses Têtes" de Philippe Bouvard où il tenait le rôle d'érudit de service !

    On ne vantera jamais assez les bienfaits de la lecture et Dutourd place son livre sous le patronage de quelques citations en ouverture, notamment de Montesquieu, Descartes ou Léautaud. Dutourd est devenu fou amoureux de littératures tout en "refusant de devenir critique", ce qui aurait pu selon lui nuire à sa propre oeuvre ! Néanmoins, il signa de nombreuses chroniques sur ce domaine de l'art dans les journaux.

    Les goûts de notre Académicien sont éclectiques mais on remarquera qu'il n'aime pas trop la littérature de son époque, la fin du XXème siècle et a une nette préférence pour le XIXème siècle, le "Siècle du Roman", des Balzac, Hugo, Lamartine, Sand, Stendhal, Chateaubriand, Flaubert, Zola,... Tous ces auteurs sont évidemment présents à l'occasion de recensions de livres mais, et c'est le mérite de Dutourd, il mets en avant aussi des auteurs moins connus, de tous les siècles, pas que du XIXème siècle, mais écrivains talentueux et aussi d'autres pays, des Anglo-Saxons, des Américains, des Latins, des Russes, etc,...

    Notre chroniqueur ne manque jamais de superlatifs pour qualifier les auteurs qui le font vibrer ! Je ne vais pas vous faire ici la liste des écrivains présents dans ce livre car il y a en trop, entre Mauriac et Nabokov, avec Saint-Simon, Oscar Wilde ou Jean Giono ! Dutourd "réhabilite" même des écrivains mésestimés comme Marcel Aymé !

    Un très bon essai ! Une table des matières alphabétique aurait été un plus ! J'ai pu lire ce livre en version numérique, moi, récent consommateur sur Google Play !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • A la rentrée, je me lance dans un nouveau cursus en Sociologie ! Je vous ai déjà proposé ici des billets concernant cette discipline et vous en proposerais davantage en 2019 - 2020, à commencer par de l'anthropologie.

    Marc Augé est un anthropologue réputé qui a publié, en 1994, dans les remous de la Chute du Bloc de l'Est, son essai, Pour une anthropologie des mondes contemporains. C'est un ouvrage qui interroge sur cette discipline dans un monde qui s’accélère de plus en plus, une période que l'on a qualifiée de "Post-Modernité" où après la déroute du culte du Progrès devenu raison calculante, un certain Fukuyama a parlé de "fin de l'Histoire" !

    Dans ce contexte, Marc Augé commence par interroger l'anthropologie au regard de l'Histoire. Là où l'Historien interroge le passé, l’Anthropologue étudie le présent - mais le présent "lointain", voire exotique.

    La contemporanéité est une chose complexe. Augé signe ici un ouvrage d'épistémologie en cinq chapitres. Faut-il dépasser l'acte interprétatif dans un monde où tout est symbolisme ici de la relation entre les hommes, par les actes de langage notamment ? Un Empirisme étroit va-t'il venir faire démentir la théorie ? Il faut aussi se méfier du relativisme culturel et mettre l'observateur et l'observé au même niveau.

    Notre érudit note qu'à notre époque, on assiste à une confrontation entre des théories du "consensus" et des théories du "désenchantement". Il existe aussi différents niveau de "rationalité", "claire" ou "épaisse".

    Augé montre aussi l'importance des rites et leurs liens avec le mythe, soit que le rite l'englobe totalement ou que le mythe le dépasse. Le rite, qu'il ne faut pas entendre ici que dans un sens religieux, est un moyen de ramener l'accidentel à une situation normale, et de faire identité.

    Notre anthropologue montre les liens entre pluralité, altérité et identité. Il y a ainsi un langage de l'identité (identité toujours relative à quelque chose, uhe famille, un peuple, une nation,...) et des langages de l'alterité qui privilégie le rapport avec l'Autre ! Aujourd'hui, langage de l'identité à pris le pas sur langage de l'altérité d'où un repli sur soi, communautaire ! On construit pourtant l'identité à travers les "altérités médiatrices" !

    Dans le dernier chapitre, l'auteur aborde quelques uns de ces "nouveaux mondes" en évoquant les prophètes-guérisseurs ivoiriens ou le phénomène des villes.

    Un essai qui aborde des questions variées ! Il est aussi question du discours politique, qui emprunte à des mythes fondateurs (1789, la Commune de Paris, la Résistance,...). Un ouvrage très intéressant, compréhensible et qui constitue une bonne entrée en matière ! De plus profonds développements seraient nécessaires pour en rendre compte ici de toute la richesse !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Mouvement des Gilets Jaunes a été une véritable prise de conscience de ce qui ne va pas dans ce pays depuis cinquante ans ! L'oligarchie - avec ses merdias, journalopes et sa milice politique, armée de LBD, à sa botte - voudrait minimiser mais ce n'est que le début d'une Révolution !

    Le livre de Tatiana Ventôse et Greg Tabibian, deux Youtubeurs dont la première est plutôt classée à Gauche et le second à Droite, ont mis de côté leurs divergence pour nous sortir un bouquin éloquent qui dans un premier temps dénonce l'incurie du Système et de nos élus consanguins, sortis de l'ENA et déconnectés des réalités, puis dans un deuxième temps, tente de proposer des débuts de solutions, à travers 100 propositions dont on remarquera qu'elles sont frappées du sceau du bon sens !

    Ce bouquin c'est donc Jusqu'ici tout va (très) mal  - sous-titré "Antidote au chaos politique" !

    Ca se lit comme on mate comme une vidéo Youtube du "Fil d'Actus" ! Mais une chose qui m'a gêné, c'est l'utilisation tout du long d'un style SMS, certes décomplexé mais à vouloir faire "djeun" et "branchouille", on dessert un peu le sérieux du propos ! Mais bon passons là-dessus !

    Nos deux co-auteurs montrent comment les élites autoproclamées ont joué dans leurs propres intérêts mais en se posant comme des sauveurs providentiels et en nous infantilisant ! Mais dans aucun domaine de l'action politique, de bonnes décisions n'ont été prises ! Que ce soit sur le service public (destruction des écoles, des hôpitaux,...), sur l'Europe qui nous impose son Droit et sa déréglementation néolibérale, sur l'écologie et l'environnement, sur l'immigration...

    On remarque que nos politiques jouent sur le ressentiment, le "diviser pour régner", la culpabilisation individuelle ! Mais il est temps pour le tout-un-chacun, pour le commun des mortels de surmonter ses divisions et de s'unir pour trouver lui même ses solutions, les bonnes, et pour virer tous ces politicards de carrière bons à rien et démagogues à "coups de pieds au cul" pour qu'ils "cessent de nous la mettre profond" !

    Il s'agit ni plus ni moins pour le démos de se réapproprier le pouvoir et par la même son avenir !

    Finalement, ce livre recoupe parfaitement les revendications des Gilets Jaunes et certains propos que l'on trouvait dans le livre de François Ruffin, Ce pays que tu ne connais pas (plus dirigé spécifiquement contre la personne de Macron !) !

    C'est une lecture que je vous recommande vivement !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Étienne Klein fait partie, avec Aurélien Barrau, de ces hommes de sciences (physiciens) qui voient plus loin que le bout de leur paillasse et mènent une réflexion épistémologique sur leurs pratiques ! Pour ma part, j'adore la Philosophie des Sciences et envisage peut-être de faire un doctorat dans ce domaine vaste et passionnant un jour, ce qui me changera de la science bornée qui ne se questionne jamais qu'on m'a enseigné, comme une oie qu'on engraisse, en fac de biologie dans les années 1990 !

    Dans Matière à contredire, sous-titré "Essai de philo-physique", Étienne Klein mêle les disciplines pour tenter de percer le "réel" ! Qui doit s'interroger sur le réel ? qui détient la clé ? Le philosophe, depuis Platon qui formule le monde intelligible face au monde sensible, celui-là pouvant faire penser au monde de nos théories scientifiques qui impactent les objets matériels de celui-ci ! Est-ce le physicien qui pense, depuis Galilée,  que le monde peut se traduire en équations donc qu'il y a similitude entre l'esprit humain qui formule les mathématiques et l'Univers étrangement compréhensible à travers ce langage ?

    Klein aborde différents "concepts" problématiques qui ont agité à la fois la Philosophie et la Physique ! Rappelons qu'au départ les deux disciplines étaient confondues et Aristote était ainsi largement autant physicien (et biologiste) que philosophe et métaphysicien !

    D'abord le temps ! Voilà un concept qui a fait couler beaucoup d'encre ! Saint-Augustin notamment mais plus près de nous Kant et Bergson ! Étienne Klein montre ici que le langage nous abuse avec des expressions comme "le temps passe" ! Est-ce le temps qui file ou les choses qui passent dans le temps ? Il y a maintes conception du temps tant philosophiques que dans la science est ses plus récents développements (physique quantique et relativité !) ! Là encore, Klein demande "qui est légitime à parler du temps ?".

    D'autres problèmes sont abordés dont la question du Vide -  entre Néant et Matière ! - ou le principe de causalité ! Je ne parlerais pas du Vide mais sur la Causalité, qu'on repense à Hume qui y voyait là un effet psychologique - l'habitude ! - de l'esprit humain ! sur la causalité repose le principe de l'induction : observer maintes et maintes fois deux phénomènes qui se succèdent et en tirer une loi - généraliser ! L'auteur de l'essai fait ici une remarque judicieuse sur les Big Datas, posant  qu'elles ne peuvent produire que des corrélations mais en aucun cas en faire sortir l'idée de causalité car seul l'esprit humain est encore capable de produire les théories qui révéleraient cette causalité !

    Enfin, Klein termine sur le Boson de Higgs, découvert au LHC de Genève en 2012, particule qui donne une masse aux autres particules, lesquelles interagiraient en fait avec un champ quantique, comme un skieur qui serait freiné par ses skis par la neige ! L'image vaut ce qu'elle vaut ! Un rappel est fait du "Paradoxe EPR" dont je pourrais vous résumer la teneur mais ne le ferais pas car c'est un peu compliqué !

    A l'heure où la Philosophie prétends avoir renoncé à la Métaphysique, elle bute encore sur la question métaphysique primordiale, la seule qui compte : "qu'est-ce que le réel ?". La science peut peut-être alors lui être d'un grand secours en lui permettant d'avancer par les résultats inattendus que les scientifiques obtiennent, qui repose les problèmes ! c'est pour cela qu'il ne faudrait pas dissocier selon moi enseignements de philosophie et scientifiques dans nos collèges et lycées, selon moi ! Étienne Klein approuverait sans doute !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Sous un titre qui reprends un "slogan" de Game of Thrones, William Blanc nous livre un petit essai fort intéressant Winter is Coming - William Blancsur les liens entre politique et fantasy dans Winter is Coming - ou "Une brève histoire politique de la fantasy" !

    J'avais déjà remarqué, dans le cadre des mes études littéraires et du fait de mes nombreuses lectures de littérature fantastique que le genre "fantastique" était un genre "rétrograde", assez conservateur et qui s'opposait à la notion de Progrès et de Modernité que l'on doit aux Lumières ! En effet, à chaque fois que la société moderne a souffert des dérives du Progrès, les récits fantastiques, de fantasy et de Science-fiction ont pullulé : début du XIXème siècle avec E.T.A. Hoffmann dans le contre-coup de la Révolution française, ou après chacune des deux Guerres mondiales !

    Le livre de William Blanc enfonce le clou et montre que la fantasy en promouvant un retour à la Nature s'oppose directement à la société industrialisée ! C'est un retour à plus d'authenticité qui est mis en avant, dans un contexte de Révolution industrielle ! Pour exemple, J. R.R. Tolkien commence à écrire en réaction à la Grande Guerre après sa mobilisation et le Mordor et ses armées d'orques ne sont que les machines et les usines du capitalisme de ce début tragique du XXème siècle ! Rappelons aussi que Tolkien est Anglais et que l'Angleterre a été la première à entamer la Révolution Industrielle !

     On retrouve de semblables motifs quelques temps plus tôt chez William Morris, écrivain londonien préraphaélite de la première moitié du XIXème siècle qui s'inspire beaucoup de l'iconographie de Moyen âge ! La Légende Arthurienne pèse ici de tout son poids sur les écrits ultérieurs de la fantasy ! Y compris chez G.R.R. Martin ! Et pour beaucoup d'auteurs, le barbare libre vaut mieux que le romain civilisé !

    Mais évidemment, il est aussi question de Game of Thrones et l'auteur de l'essai s'interroge si l'on doit y voir une métaphore du réchauffement climatique dans le fait que "l'Hiver vient" sur le monde de Westeros ! Sa réponse est que ce n'est pas une intention délibérée chez Martin mais que les faits sont venus se surajouter à la lecture et forcer l'interprétation dans ce sens ! D'une certaine façon, GoT a été récupéré par les écolos !

    L'ouvrage de William Blanc revient aussi largement sur la pop culture ! La fantasy prends véritablement son essor avec les mouvements contestataires des années 1970 aux Etats-Unis avec la Guerre du Viet-Nam ! Une large part est accordé dans l'essai aux jeux de rôles à partir de Donjons & Dragons, aux jeux vidéos,... Star Wars, Lovecraft et le Conan de R.E. Howard sont évoqués !

    C'est le genre de livre que j'adore ! L'imaginaire doit encore trouver sa place dans nos sociétés corsetées car c'est un espace de liberté ! C'est un essai érudit mais accessible ! Et je récuse le fait que la fantasy soit classée comme un "Mauvais genre" - pour reprendre le titre d'une émission des samedis soirs de France Culture !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les questions migratoires, sur lesquelles prospèrent les partis d'extrême-droites européens, sont un des grands enjeux de ce temps ! Conscient qu'on n'est pas forcément bien informé, j'ai voulu prendre connaissance des témoignages de seize migrants regroupés par Marie-Odile Lainé dans le petit recueil Rien de ce qui est humain ne m'est étranger (qui est une citation de Térence !)! Ce petit fascicule est vendu chez les libraires de ma ville de Caen, pour la modique somme de 5 euros et la totalité de l'argent est reversée à des associations d'aide aux migrants !

    Les migrants, principalement Soudanais, Maliens ou Nigérians, je les vois lorsque je monte sur la Côte de Nacre, qui prennent le bus TWISTO 61 sans ticket pour  aller à Ouistreham en espérant monter à la sauvette sur le Ferry ! Mais on croise aussi des Afghans, Croates, Kosovar, Syriens ou Marocains dans le quartier de la Gare de Caen ! Pour être honnête, je dois dire que les voir m'énerve parfois car c'est un constat d'impuissance de la France et de l'Europe ! Mais je dois éviter de leur en attribuer la faute ! J'ai déjà du dire/écrire quelque part qu'il faudrait améliorer leur situation dans leur pays d'origine, tout sauf démocratique, mais est-ce à l'Occident de le faire, sous peine de se faire taxer d'ingérence !?

    A Caen, Marie-Odile Lainé recueille les témoignages de seize personnes, entre  20 et 65 ans, hommes comme femmes, de différents pays - mais principalement d'Afrique, dans le cadre de l'ASTI (Association de Solidarité Avec Tous les Réfugiés). Le dessinateur HubbubHum (que j'ai croisé sur notre stand au Salon du Livre de Caen Epoque 2019) illustre ce recueil avec des représentations de scènes vues dans des squats !

    Certes, on peut toujours mettre en cause la parole des migrants ! Mais il faudrait vraiment être aveugle pour ne pas voir leur souffrance ! Et zut aux abrutis qui pensent qu'ils viennent en France "pour se dorer  la pilule aux frais de la CAF" ! Ces gens-là, Ahmad, Motassim, Soraya,  Mira,  Shpetim,  Gundegmaa, Abdel ou encore Adedoyin (je ne peux tous les citer !) sont venus en France, "pays des Droits de l'Homme et de la Liberté", pleins d'espoir et parceque justement ils étaient privés de liberté dans leurs pays, en danger de mort, torturés, exploités économiquement, violées et ayant subis quantités d'autres travers ! Ils nous racontent leurs parcours de vie dans cet opus et c'est assez frappant et édifiant !

    Ces migrants font de plus de vrais efforts pour s'intégrer ! Tous ceux qui ont été interrogés ici, l'ont été dans le cadre de cours de Français qu'ils prennent ! Beaucoup - la plupart en fait ! - ont un vrai amour de l'Hexagone, trouve les Français  gentils dans l'ensemble, reçoivent de l'aide et bénéficient de la solidarité car elle existe encore ! Et vous, le raciste au fond de la salle, ne venez par nous emmerder avec  "Et nos SDF ?" ! En temps normal, vous n'en avez rien à foutre des SDF !

    Ce petit livre fournit de plus d'intéressants éclairages géopolitiques ! situation en Afghanistan, en Syrie, en Libye, dans l'Ex-Yougoslavie, au Mali ! Le lecteur intéressé complétera son degré de conscience des problèmes avec les essais de spécialistes qui ne manquent pas ! Le début du XXIème siècle est une période compliquée !

    Je vous conseille fortement la lecture de Rien de ce qui est humain ne m'est étranger -particulièrement si vous êtes hostile aux phénomènes migratoires ! Mais dans  ce cas, peut-être pétri dans vos certitudes, préjugés et clichés, ne vous en donnerez même pas la peine ! Mais comme disait Socrate, "aucun homme n'est méchant par nature" et donc j'ai quelque foi en vous et vous prête le bénéfice du doute ! Et je rappelle que les flux migratoires sont le terreau de l'intolérance et des extrémismes ! D'où la nécessité de s'informer !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que j'adore m'adonner à l'écriture, que ce soit ce blog ou mon journal intime ! Je tiens en effet l'un et l'autre depuis respectivement 2008 et encore avant 2007 - et j'écris des nouvelles depuis 2003 - 2005 !

    Un ouvrage comme celui de Colum MCann, Lettres à un jeune auteur ne pouvait donc qu'attiser ma curiosité et susciter mon intérêt ! L'auteur irlandais, qui donne des cours d'écriture créative, y prodigue une vaste panoplie de conseils dont je vais essayer de vous offrir un échantillon ici !

    Le jeune auteur qui voudrait se lancer ne doit pas rechigner à la tâche ! L'écriture est exigeante et il faut travailler d'arrache-pied ses phrases tant la manière de le dire compte à la limite plus que l'intrigue ! L'écriture peut être une source de plaisir mais aussi de souffrance et de frustration et elle demande des efforts ! Il convient de ne jamais se décourager durablement, de persévérer, quitte à se ménager des périodes de pause sans écrire !

    Il convient aussi de lire beaucoup pour s'imprégner des bonnes pratiques, ne pas jalouser les écrivains qui ont du succès car ce n'est pas une compétition ! Accepter la critique, l'entendre ! Être prêt à recommencer son roman en cours ou à jeter son manuscrit - tout en conservant les bons passages ! Avoir un carnet pour noter le réel en permanence sur soi, ne pas retranscrire tel quel le réel - comme faire figurer sur la page les névroses de ses proches, ce qui risquerait de blesser des gens mais adapter, transformer le réel, bref, créer de la vie à partir de la vie ! Travailler ses personnages, leur donner des défauts, bosser le plan de son récit et ciseler ses dialogues - mais pas trop !

    Colum McCann donne quantités d'autres conseils, comme lire ses phrases à haute voix, laisser reposer ses écrits ou écrire dans des lieux où l'on se sente bien !

    Précisons que le jeune auteur peut avoir tout aussi bien 20 ans que 60 ans ! il conviendra aussi que celui-ci soit engagé éthiquement en notre époque troublée !

    C'est un ouvrage très éclairant qui m'a donné envie de me replonger dans l'écriture de nouvelles voire de mon premier roman ! Et cela dès ce week-end ! Même si avec ce blog et ce journal intime à mon seul usage, n'ai jamais cessé d'écrire ! Déjà lorsque je rédigeais des compte-rendus de Travaux Pratiques et d'Expériences ou des comptes-rendus de parties de jeux de rôles, je faisais déjà acte d'écriture dans les années 1990 ou bien avant cela au début des années 1980, lorsque j'écrivais une longue composition française à épisodes - inspirée de "Yvain et la Quête du Chaudron d'or" qui paraissait dans Pif Gadget - à l’École Primaire avec mon prof Monsieur Desplats !

    Lisez Colum McCann !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'auteur originaire d'Argentine, Alberto Manguel, est une référence pour tout ce qui touche au monde des livres, des bibliothèques et de la bibliophilie. C'est un écrivain, traducteur et critique littéraire auquel j'aime bien me référer et revenir étant sensibilisé au monde des bibliothèques et suivant moi-même actuellement un Master Métiers du Livre. J'ai déjà eu l'occasion ici de parler de deux de ses ouvrages en forme d'essais romancés : La Bibliothèque, la nuit et Une Histoire de la Lecture.

    On comprendra que Manguel accorde une grande importance à sa propre collection de livres ! Mais, pour son malheur (?), il est aussi un grand bourlingueur, de l'Argentine au Canada, d'Israel à New York en passant pas la France. Ceci implique donc de déménager sa bibliothèque fréquemment, ce qui est pour lui un crève-coeur ! Le livre Je remballe ma bibliothèque - Une élégie & quelques digressions raconte à l'occasion de ces voyages diverses considérations en plus par rapport à l'oeuvre précédente sur le monde des livres ! Cela commence par un nouveau déménagement et se termine avec l'auteur nommé directeur de la Bibliothèque de Buenos Aires, poste qu'occupa jadis le grand Borges !

    Manguel commence par nous narrer ses expériences de constitution de ses propres bibliothèques. Aussi loin qu'il remonte dans l'enfance et ses souvenirs, il a toujours possédé et collectionné des livres ! C'est alors un véritable rapport affectif qui se noue entre lui et cet objet ! La littérature nous donne une expérience valable du monde, nous fait éprouver des sensations bien avant qu'on ne les ressentes par nous même en situation. Et encore, "on lit pour poser des questions" - selon la correspondance de Kafka !

    L'auteur intercale entre son propos principal des chapitres plus courts qu'il nomme "digressions" et qui s'insère parfaitement dans la trame principale. il y a ainsi une dizaine de ces digressions ! Par exemple, dans la première, il note que toute lecture appelle d'autres lectures. Les livres forment des réseaux et en être privé peut entrainer la dépression chez certains lecteurs passionnés !

    Se pose ensuite la question de "comment organiser sa/une bibliothèque ?". De plus, ces dépôts de savoir ne sont pas à l'abri des aléas, tels les incendies !

    Comment nait l'oeuvre, le récit, dans l'imagination de l'écrivain ? Ceci est un grand mystère que Manguel illustre par des références à Robert-Louis Stevenson qui eut, parait-il, l'idée de Docteur Jekyll & Mister Hyde suite à des terreurs nocturnes. Edgar Poe, lui, semble livrer une fable écrite pour l'occasion lorsqu'il évoque la genèse du Corbeau !

    Notre essayiste reprends évidemment des thématiques et des problématiques qu'il a déjà abordé dans de précédents ouvrages. Mais ici, il assiste sur le côté emballage/déballage/remballage des livres  - entre vie et mort des ouvrages !

    Une considération intéressante, toujours sur la création d'un roman, est celle de savoir si le poète doit véritablement être malheureux pour être prolifique. C'est en effet un lieu commun dont le critique argento-canadien s'attache ici à montrer qu'il n'est pas forcément vrai !

    Le romancier, l'écrivain, le poète sont évidemment aussi tributaires de la langue avec ses règles et ses codes. Mais ce sont des normes qu'ils se réapproprient allant parfois jusqu'à les réorienter. Evolutions de la langue. Chaque langue est spécifique et produit sa propre littérature.

    Manguel ne peut évidemment pas s'empêcher de mentionner Jorge Luis Borges, son modèle, devenu aveugle à la fin de sa vie, et qui ne conservait, contre toute attente, à peine qu'"une centaine de livres" qu'il n'avait par ailleurs aucun mal à offrir. Notre cher Alberto, dans sa jeunesse, faisait d'ailleurs la lecture au Grand Homme qui connaissait par coeur les contenus des ouvrages malgré sa cécité !

    L'ouvrage ne serait pas complet non plus sans l'évocation de la célèbre Bibliothèque d'Alexandrie dont les multiples destructions nous privèrent d'oeuvres inédites d'Homère, d'Aristote et des grands tragédiens grecs !

    Collectionner des livres est aussi un moyen d'avoir de l'emprise sur les choses, au-delà de l'aspect "Savoir égal Pouvoir". Manguel nous parle alors de sa grand-mère, Juive exilé qui perdait tout le temps ses affaires. Sacré Mamie !

    L'Homme a-t'il le droit de créer ? Ou cette attribution est-elle l'apanage exclusif de Dieu ? Selon la Genèse, Dieu laissa à Adam le soin de nommer les animaux. De les nommer ou de reconnaitre des noms préexistants. Le Décalogue impose aussi de ne pas fabriquer d'idoles. Que devient alors la peinture ? S'agit-il de ne pas concevoir d'images de faux-dieux ou d'images dans l'absolu ? C'est une vieille question qui  n'est pas résolue, divise les théologiens et que Manguel nous rapporte. Une autre illustration nous est fourni par la légende juive du Golem. Et Dieu n'est-il pas le Verbe ?

    Les livres veulent refléter le monde et le réel mais de manière imparfaite - à cause des imperfections du langage. Ce langage est défini dans les dictionnaires dont Manguel nous retrace aussi une brève histoire. La littérature, elle, ne fait jamais que répéter les mêmes motifs en outre.

    Est évoqué aussi le rapport entre littérature et rêves. Pour aller plus loin que le cas de Stevenson, la littérature est parfois transcription de rêves - on pense à La Divine Comédie de Dante ! Mais même ainsi, pointe Manguel, le rêve ne possède jamais la cohérence du récit de rêve qui est une reconstruction.

    Manguel termine enfin en évocation sa nomination à la Bibliothèque de Buenos Aires avec quelques considérations très utiles en politiques de la lecture. Il convient d'encourager les gens à lire car c'est une école de la vie - certes par procuration, j'ajouterais ! - mais une école de la vie et de l'introspection tout de même ! En lisant, on revient et on réfléchit au calme sur nos expériences, on leur trouve un sens !

    Concernant ces initiatives pour la lecture, je vous parlerais bientôt de l'initiative "Facile à lire" lancée notamment par les bibliothèques de mon réseau Caen-la-Mer, projet que je suis de loin !

    Il est possible que j'ai moi-même à effectuer un déménagement dans les prochains mois ! je ressentirais alors la tristesse de devoir emballer les contenus de mes cinq bibliothèque à mon tour ! La encore, le livre de Manguel m'aura fait vivre une expérience par anticipation - conformément au propos - le voyage de mes livres !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Je trouve la pensée de Bernard Stiegler très digne d'intérêt et je suis ce philosophe depuis presque une dizaine d'années maintenant. Son essai La télécratie contre la démocratie montre comment notre société va mal, par quel processus on est arrivé au "degré zéro de la pensée" et à la barbarie. Ce livre a été écrit dans le contexte de l'élection présidentielle de 2007, opposant Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal - mais il anticipe assez bien l'explosion sociale portée par les Gilets jaunes !

    Stiegler oppose donc la télécratie - constituée des moyens de communication de masse, des médias comme la télévision - à la démocratie. Celle-là cause la perte de celle-ci. En effet, on a détruit la philia, héritée des Grecs, au profit du Marché. Ce ne sont plus les liens entre les hommes qui font la société mais le marketing qui sait très bien transformer le désir en le faisant régresser en pulsions.

    Notre philosophe revient sur une de ses marottes qu'il a développé à partir des écrits de Simondon, les notions d'individuation, et de rétentions psychiques et collectives. Les moyens modernes de communication sont en réalité des pharmaka, à la fois remèdes et poisons ! Il y a nécessité de mettre en place une organologie. Déjà, dans la Grèce antique, l'écriture était détournée par les sophistes !

    La Modernité et le capitalisme ne permettent plus aux individus de s'individuer. On a prolétarisé les êtres, les dépossédants de leur savoir-faire et de leur savoir-vivre.

    Les individus sont coincés devant leur télévision et ne peuvent plus s'élever. On donne du "temps de cerveau disponible à Coca-Cola" pour reprendre une formule de Pierre Le Lay.  L'école a un rôle à jouer !

    Les hommes politiques ne sont plus que des "produits marketing" et n'ont plus aucune vision à long terme. La télé-réalité politique détruit l'opinion et la démocratie.

    La télécratie est donc le soubassement de la Société de Marché, relève d'un populisme industriel, et détruit le lien social. Il en résulte un profond désespoir des populations qui mène à des actes barbares et régressifs.

    Le propos de Bernard Stiegler est assez complet et poussé. Cet essai est très riche et il y aurait encore beaucoup à dire. La télécratie contre la démocratie est le premier ePub que j'ai lu sur mon Smartphone et je regrette de ne pas avoir pris de notes car ce billet eut été plus complet ! Il y a redites entre les essais de Stiegler et ses cours et séminaires sur Pharmakon.fr qui se font échos !

    J'aurais sans doute l'occasion d'y revenir dans d'autres billets !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Idriss Aberkane s'est fait connaître du grand public avec son essai Libérez votre cerveau ! - sous-titré "Traité de neurosagesse pour changer l'école et la société" qui est son premier ouvrage, paru en 2016 ! Il reprends certaines des idées de ce premier livre dans son second essai, L'âge de la connaissance - et ce présent billet reprendra des idées de mon précédent article mais il faut bien voir que Libérez votre cerveau ! a été écrit avant L'âge de la connaissance  !

    Notre cerveau est plus grand que l'ensemble de nos créations ! Il doit revendiquer son autonomie et sa liberté et n'être asservi par aucun système. Par ailleurs, si notre société brasse un nombre incalculable de connaissances, elle est très loin de montrer des signes de sagesse !

    Dans ce livre, Aberkane décrit le fonctionnement de notre cerveau, ses lacunes, ses manques, ses biais et tente d'évaluer comment améliorer notre fonctionnement mental !

    Nos idées doivent être comme les objets physiques que nous manipulons ! Il faut munir nos concepts d'empans, de "poignets" permettant à notre esprit de mieux les saisir !

    L'auteur  remets aussi en question notre système éducatif, qui valorise trop la note ! Or le réel présente une plus grande variété de situations que celles évaluées par l'école ! De plus, l'institution scolaire valorise des "vertus" qui ne sont pas celles de la vie ! Ainsi le travail collaboratif est traité comme de la triche alors que dans le monde, c'est la norme !

    L'essayiste introduit ici sa notion de potentiel/capital At - Attention/temps et mets aussi en avant la valeur de l'amour et de la motivation dans la recherche d'idées !

    Ce livre est en réalité issu de l'une des trois thèses de doctorat d'Aberkane, celle sur la neuroergonomie. Il enjoint l'Homme à s'inspirer de la Nature et appelle à une seconde Renaissance ! Les objectifs sont aussi de redonner l'envie d'apprendre et à respecter nos neurones !

    Bref, il y aurait encore beaucoup à dire et aurait sans doute l'occasion de revenir sur certaines de ces idées dans de futurs articles "Des Réflexions à foison" ou dans le livre que je compte éditer en 2019 - à la manière des Cahiers de Paul Valéry (sur lesquels j'ai travaillé à la fac !) - recueil qui s'intitulera "Matières à penser" !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • On ne cesse de répéter que le monde court à sa perte, de tirer des sonnettes d'alarme sur les impasse du néo-libéralisme qui voit certains accumuler les richesses tandis que la grande majorité de la planète vit dans la pauvreté voire la misère. L'ouvrage de Dany-Robert Dufour, philosophe de son état, apporte sa pierre à la critique de notre société, en dénonce les travers ! Ce livre, c'est L'individu qui vient - sous-titré ... après le libéralisme.
     
    L'auteur se positionne dès le début de l'essai. Un nouveau récit est né avec la Modernité, celui qui fait du Divin Marché la nouvelle religion, et qui évince les anciens récits, celui des monothéismes et celui du Logos grec ! Il s'agit pour Dufour d'adopter une position qui n'est ni celle des néo-libéraux, ni celle des réactionnaires, la posture de résistant !
     
    On accuse notre époque d'être celle de l'individualisme ! En réalité, notre philosophe montre ici qu'elle est plus celle de l'égoïsme où c'est l'amour-propre qui l'emporte sur l'altruisme. Un individualisme humaniste ne serait pas à critiquer, bien au contraire.
     
    Le point d'inflexion, le moment où le libéralisme l'emporte sur le christianisme se situe à l'époque des Lumières mais chemine déjà depuis la Renaissance, Francis Bacon et son Novum organum et René Descartes qui veut faire de nous les "maîtres et possesseurs de la Nature". Ce basculement se produit lorsque les Lumières anglaises l'emportent sur les Lumières allemandes ! Kant considéraient l'homme comme une fin et non comme un moyen ! Les Anglais vont développer l'utilitarisme et le pragmatisme : on peut instrumentaliser l'individu car c'est le résultat qui compte !
     
    Adam Smith et Mandeville contribuent à l'avènement du capitalisme et les vices - jusque là prohibés par la religion - deviennent des vertus - comme le pose le second avec sa Fable des Abeilles. L'heure est au plaisir et à la jouissance - "philosophie" qui trouve son apogée chez un auteur comme Sade !
     
    Le Logos grec cède aussi du terrain ! Terminé avec la prohibition de l'hubris - la démesure ! La pléonexie était mal vue chez les contemporains de Socrate - l'art d'accumuler les richesses matérielles pour soi ! - désormais elle est mise en avant et devient la règle !
     
    Les anciens récits avait donc des interdits que le libéralisme a fait sauter ! Faut-il le regretter ? Ce n'est pas si simple car au-delà de ces interdits (sur l'amour-propre et sur la pléonexie), il y avait aussi des répression secondaires ! Un onzième commandement divin caché poserait ainsi la femme asservie à l'homme suivant le modèle du Patriarcat et les Grecs avaient des esclaves qu'on retrouve dans la figure du prolétaire aliéné !
     
    La Modernité place les hommes en situation de "minorité" (la femme, le colon, l'homosexuel,...) là où Kant, dans Qu'est-ce que les Lumières ?, militait pour amener l'Humanité en position de "majorité" - l'âge adulte autoconscient ! Le libéralisme brouille aussi la distinction des sexes en confondant sexe (qui procède de la Nature) et genre (qui procède de la Culture) avec les gender-studies. L'auteur affirme qu'on ne peut contourner le sexe biologique, changer notre être ! On ne change que le paraître et au moyen du discours et de symboles qui ne modifient pas la configuration du réel et ne sont, par définition, que performatif ! La Modernité, semble-t'il dire, veut accorder une trop grande place à la culture par rapport à la nature en usant d'une rhétorique mensongère ! Car c'est aussi cela la Modernité, un usage décomplexé de la sophistique comme si le dialogue philosophique avait repris là où Platon avait vaincu les sophistes !
     
    Autre discours ayant trait à l'individu postmoderne, on a le récit de l'antipsychiatrie, mis notamment en avant par Deleuze et Guattari dans leur Anti-Œdipe. Ce n'est plus le fou qui est malade mais la famille, l'entourage et la société ! Je reviendrais sur ce point une prochaine fois !
     
    Dernier domaine de ce retournement sophistique, on le trouve chez les tenants de l'anti-spécisme, qui au contraire de ceux qui dans les études de genres privilégient la culture sur la nature, placent eux la nature en position dominante par rapport à la culture et pose l'homme comme "un animal comme un autre". Or il y a une exception humaine que l'auteur situe dans le langage ! En effet, le langage animal reste collé au réel, alors que comme on l'a vu le langage humain est symbolique, use de détours poétiques et métalinguistiques, permets le fantasme et le mensonge !
     
    Le néolibéralisme a permit l'assouvissement des pulsions liées à "l'âme d'en bas" sans passer par la médiation de "l'âme d'en haut". C'est une prolétarisation non seulement au stade de la production mais aussi par la consommation - via les techniques de marketing ! C'est l'ère du leurre - pour "appâter le client" - et de l'addiction !
     
    Pour terminer cette partie de la réflexion, l'auteur de l'essai présente la situation des grands pléonexes qui accaparent la richesse - comme Bill Gates, qui se veut philanthrope ! - ces "libertariens" qui veulent la fin de l'État et de la modeste redistribution qu'il permets mais vont pleurer dans ses jupes après la Crise de 2008 pour qu'il les renfloue ! Devant tant d'injustices et d'inégalités, que convient-il de faire ? C'est la dernière partie du livre ! Après le constat et l'observation après la réflexion, le temps de l'action et des mesures !...
     
    L'ultralibéralisme est donc néfaste car d'une part, il nie la nature humaine et d'autre part, en recherchant une croissance illimitée - et illusoire ! - il mets l'écosystème, avec des ressources elles limitées - en péril ! C'est une fuite en avant en réalité !
     
    L'essayiste propose donc plusieurs pistes de solutions ! D'abord créer des conservatoires - afin de préserver ce qui risque de disparaître, pour échapper à la logique marchande et du profit à tout crin ! Puis, repenser l'école où la figure du maître, taxé d'autoritaire par le discours de la Modernité, a été dévalorisé ! Créer une école où apprendre ne se réduise par au jeu ou à la formation de bons prolétaires et de bons consommateurs mais conduisent les jeunes à maîtriser leurs pulsions !
     
    Ensuite, il s'agira de passer de l'individualisme égocentré à un individualisme "sympathique" et de tirer les leçons des expériences malheureuses du XXème siècle : fascisme, communisme "vulgaire"  et capitalisme ! Trois impasses historiques en un siècle !
     
    On découvrira bientôt que le seul individualisme qui vaille doit être altruiste ! Je rajoute pour ma part ici que longtemps, un certain darwinisme social a professé que les êtres survivaient mieux en étant égoistes ! Cela semble en fait invalidé par pas mal d'expériences en psychologie sociale comme le "jeu des prisonniers" (base de la théorie des jeux) où deux individus obtiennent de meilleurs résultant en "coopérant" ! Comment s'assurer cette coopération ? En se référant à un tiers, la loi - là encore système symbolique !
     
    Petit apparté : le symbolique peut parfois  transformer le réel ! La "surnature" de Dieu - qui existe dans notre esprit (là seulement  ?) se manifeste dans l'édification de synagogues, d'églises et de mosquées, bâtiments bien matériels !
     
    Face à une société qui ordonne les hommes en "troupeaux de consommateurs" livrés à leurs pulsions et à leur satisfaction, un monde comme on l'a vu très inégalitaire, il conviendra aussi de rétablir un État fort qui assure une fonction de régulation - ne laissant pas tout à la "main invisible du marché" et qui redistribue les richesses (le cauchemar des libertariens !), qui associe les intérêts privés et collectifs. Bref "moins d'affaires dans les États" ! Je pense que certaines propositions des Gilets Jaunes - contre le règne de l'argent roi qui dirige tout et pour une meilleur représentation de tout un chacun  ! - sont intéressantes ! Mais évidemment, il n'est pas mention des Gilets Jaunes dans ce livre car c'est beaucoup trop récent !
     
    Comme je dis souvent à mon père, la valeur d'un individu ne se mesure pas à son salaire ou à sa fortune ! Dany-Robert Dufour démolit aussi en conclusion cette figure détestable et mensongère du self-made-man ! Pour éviter cette pente néo-darwinienne, nous avons besoin d'un Etat, au sens philosophique ! Je vous renvoie avec l'auteur aux grands textes que sont La République  de Platon, Le Contrat Social  de Rousseau et les Principes de la Philosophie du Droit de Hegel !
     
    En conclusion, l'avenir peut paraître sombre mais le pire n'est jamais sûr ! Il est temps de construire de nouvelles utopies et cette fois de les réaliser ! La tâche est immense mais toutes les bonnes volontés sont les bienvenues !
     
    La période que nous vivons est charnière - un naufrage ou  une nouvelle Renaissance - et très exaltante ! De nombreuses voix s'élèvent pour proposer de nouvelles perspectives !
     
    Comme disait le poète Holderlin : "Là où croit le péril, croît aussi ce qui sauve !".
     
    Un très bon essai que voici !
     
    A bientôt !
     
    PS : je vous souhaite un joyeux Noël 2018 !

    votre commentaire
  • Nous allons maintenant commencer une série de critiques de livres portant sur le libéralisme, au sein de la Modernité dont il est quasiment l'emblème ! Nous débutons ce jour avec un livre de Jean-Claude Michéa intitulé L'empire du moindre mal  - et sous-titré "Essais sur la civilisation libérale".

    Il faut distinguer tout d'abord les deux constituantes du libéralisme. Il y aurait d'abord un libéralisme politique, octroyant de nouvelles libertés aux individus - et qui par cela serait de Gauche - et un libéralisme économique, la "main invisible" (du marché), qui serait de Droite !

    Avec les penseurs du libéralisme du XVIIIème siècle, derrière Adam Smith et son livre L'Enquête sur la nature et les causes de la Richesse des Nations, la théorie libérale se mets en place ! Elle est rupture mais pas de manière brutale et est en fait le résultat d'une longue évolution. Depuis la Renaissance, la guerre avait évoluée : nouvelles armes, nouvelles stratégies plus meurtrières et aussi portée idéologique de la guerre à travers notamment les guerres civiles que sont les guerres de religions !

    Or le libéralisme porte en lui le dégoût de la mort et de la guerre ! La seule guerre moralement acceptable et la guerre contre la nature ! La guerre naît parcequ'une partie du genre humain est certaine de détenir la vérité, veut faire le Bien et imposer ses vues aux autres humains ! C'est pourquoi l’État libéral prônera la neutralité axiologique. On a donc d'une part le déploiement de l'industrie et de sa révolution technique dans la lignée d"une autre révolution, la révolution galiléenne ! L'Etat lui doit se limiter à ajuster les différentes parties de la société en recourant aux experts et aux juristes et non pas en prônant des idéologies ! C'est aussi l'apparition de la notion de Progrès.

    L'époque moderne qui se veut pourtant rationnelle ne manque pas de mythes fondateurs ! On a ainsi l'idée du "malin génie" chez Descartes ou l'Etat de Nature" chez Hobbes et Rousseau.

    L’État se doit donc d'être neutre et le Droit revêts alors un aspect purement technique. Il ne doit plus nous imposer de mode de vie, seulement poser des régulations. C'est désormais le Marché qui nous dicte, dès le plus jeune âge, nos manières de penser !

    Il convient de légiférer pour "éviter une société de démons". De plus, parvenir à une société plus juste suppose d’accroître la richesse de tous, ainsi l'envie et le ressentiment qui découlent de la pauvreté n'engendreront plus le mal ! Il est bien connu que les riches sont moralement exemplaires, ne pratiquent pas l'évasion fiscale ou n'exploitent pas leurs ouvriers, ironise Michéa, critiquant le théoricien libéral Bastiat !

    C'est précisément parce que les qualités morales des individus, depuis Hobbes, sont considérées comme désormais douteuses en tout cas suspectes, que la société doit dorénavant se régler par un Droit purement technique selon le modèle de la science alors dominante.

    D'autre part, avec la théorie libérale, les individus sont dépouillés de leur libre-arbitre, dans une logique augustinienne, et sont soumis aux déterminismes notamment ceux du Marché.

    Il semble bien - et certains savants l'ont montré avec des expériences comme "le dilemme du prisonnier" que l'individu néolibéral soit mené par des motivations égoïstes. Michéa nous explique que le juge intègre, l'administrateur consciencieux où l'ouvrier investi sont des reliques d'époques antérieures au libéralisme. Une telle société fondée sur l'égoisme n'est pas fiable, contrairement à ce qu'affirmait Mandeville dans sa Fable des Abeilles et au XXIème siècle, cela commence à se voir ! On remarque aussi au passage que notre essayiste, Michéa utilise souvent dans son ouvrage un ton acerbe et dénonciateur, particulièrement visible dans les notes de fin de chapitres !

    Alors certes le libéralisme veut éviter la "guerre de tous contre tous" mais il engendre en réalité la guerre économique et la guerre juridique !

    La société libérale renonce aux valeurs morales, voit le règne de l'égoïsme et de l'intérêt personnel car on ne croit plus en l'homme depuis la philosophie du XVIIème siècle. Avec Hobbes, on pense que l'homme est mauvais par nature et on écarte la morale ! On obtient une société "sans morale" où l'on voit des crimes partout paradoxalement !

    L'individu libéral est en fait un individu "qui se tue au travail" et qui consomme ! Ce sont ses deux activités principales au dépens de l'éducation des enfants ! Le libéralisme est alors gagnant sur tous les plans ! L'Ecole, de plus, ne doit plus transmettre de connaissance mais laisser s'épanouir l'enfant érigé en roi qu'il ne faut pas contrarier !

    Le libéralisme veut alors une nouvelle humanité déshumanisée. Selon Francis Fukuyama, c'est la Science qui mène désormais le monde et on s'achemine vers la fin de l'Histoire qui verra cette nouvelle humanité transformée par la Science  (le Transhumanisme !?). Notre civilisation risque de s'écrouler en entrainant - et c'est inédit ! - l'effondrement planétaire avec elle !

    Un essai très intéressant, très critique et qui ne se contente pas de parler du libéralisme économique mais aussi du libéralisme politique ! On retiendra que le monde libéral est un monde calqué sur la science avec un Etat qui promeut des lois qui fonctionnent comme des engrenages automatiques excluant les sujets et aussi régulé par la "main invisible" du marché ! On éloigne les valeurs morales et les idéologies et on considère les individus comme des ennemis les uns pour les autres !

    A bientôt !

    Compte à rebours -7...


    votre commentaire
  • Idriss Aberkane est un personnage controversé mais brillant ! On raconte qu'il a gonflé son CV et ne possède pas réellement ses trois doctorats du haut de ses 32 ans (il est né en 1986 !). Il fait néanmoins parti des intellectuels de notre époque que je suit !

    Avant de parler de son ouvrage très intéressant et instructif - puits d'érudition ! - L'âge de la connaissance, je  voulais faire une digression sur les penseurs contemporains qui ont mes faveurs. Parmi mes auteurs favoris, il y a en effet les philosophes Bernard Stiegler et Michel Onfray, les physiciens Étienne Klein et Aurélien Barrau (aussi philosophes des sciences) et Edgar Morin, le touche à tout du haut de ses 95 ans ! Et encore Alexandre Jollien, Cédric Villani, Hubert Reeves, les Bogdanoff, Yuval Noah Harari ou Trinh Xuan Huan ! Voilà pour les précisions

    L'âge de la connaissance - Traité d'écologie positive est un ouvrage qui se dévore ! Idriss Aberkane affirme d'entrée que la vraie ressource du futur ne seront pas les hydrocarbures, les métaux rares ou que sais-je encore, ressources matériels limitées - mais la connaissance - qui est illimité, susceptible de résoudre tous les problèmes - y compris le réchauffement climatique, gratuite et la plus ancienne ressources de l'Humanité depuis l'art de tailler des silex ! Sur le fond, je suis assez d'accord !

    Le livre d'Aberkane multiplie dès les premières pages les références philosophiques, historiques, scientifiques et techniques. Au début, ai eu un peu l'impression que l'auteur faisait preuve de pédantisme - mais en réalité cela donne du fond à son livre qui est donc bien documenté ! Les procès faits à ce conférencier à plus de 400 interventions sont le fait de jaloux à mon avis ! Et à moins qu'il ait eu recours à des "nègres", Aberkane prouve là sa grande culture - pour appuyer et illustrer son propos et pas pour en faire étalage !

    Dans la suite du livre, l'auteur procède en deux temps et démonte deux mensonges contemporains qui voudraient que l'Humanité soit forcée de faire des choix ! Les mensonges "Poé" et "Noé" ! "Produire ou s'épanouir" - il faut choisir ! - ou encore "Nature ou emploi" ! La Révolution industrielle est passée par là !

    A chaque mensonge, Aberkane utilise plusieurs arguments pour le démonter ! Il en utilise quatre pour démolir "Poé" mais je ne retiendrais que le dernier - le plus fort ! - qui consiste à dire que l'innovation est basée sur l'amour et qu'il faut favoriser les amoureux ! En effet, les grandes inventions sont le fait de passionnés et pas seulement penser pour se remplir les poches !

    Aberkane souhaite que l'on soutienne davantage l'innovation - en particulier en France ! On apprends de ses échecs et il faut associer encore plus la recherche fondamentale et la recherche appliquée ! Les grandes innovations paraissent d'abord ridicules puis font peur avant d'être adoptées (la Loi de Schopenhauer). L'exemple qui illustre ces chapitres est celui d'Apple et de Steve Jobs. La "mignonnitude"  et le caractère inoffensif sont aussi des moyens de faire adopter des inventions !

    La connaissance est aussi une résultante entre du temps et de l'attention, le facteur At comme le nomme Aberkane ! Et on n'en concentre jamais autant que lorsqu'on est motivé !

    Dans un second temps - après une petite BD façon manga dans le milieu du livre qui en résume le propos ! - l'essayiste s'attaque au mensonge "Noé" et nous parle du biomimétisme. Dans un grand nombre de domaines, la nature fait mieux que la technologie humaine et il faut donc s'en inspirer. Là les exemples viennent de l'aéronautique (les oiseaux), les capacités mimétiques des seiches aussi et que sais-je encore !

    On est dans l'âge noétique - et notre penseur souhaite que l'on passe dans le Noétique supérieur qui correspond à la sagesse ! La Nature qu'il faut préserver est une bonne alternative au Transhumanisme et pourrait être la seule vraie voie du futur !

    Connaissance et "Blue Economy"/biomimétisme, des clés pour l'avenir !

    A bientôt !

    PS : Ca y est, j'ai atteint et dépassé les 500 commentaires sur mes Skyblogs (certes 95% de ces commentaires sont sur le blog secret interdit aux moins de 18 ans ! Le sexe fait vendre !).


    votre commentaire
  • Faisons un peu de sociologie ce soir avec un des ouvrages les plus fameux de Pierre Bourdieu, coécrit avec Jean-Claude Passeron et qui porte sur le milieu étudiant des années 1960 - qui connaissait alors déjà une forte expansion avec la génération du baby-boom arrivant en âge d'étudier à la fac ! Il s'agit de l'ouvrage Les Héritiers - sous-titré Les étudiants et la culture. Les constatations de nos deux spécialistes restent on-ne-peux-plus valables aujourd'hui, en 2018, où on a dépassé le million d'étudiants !

    Bourdieu et Passeron constate une inégalité des jeunes gens confronté au milieu scolaire et universitaire. Les classes les plus défavorisées économiquement le sont aussi scolairement et l'école reproduit ces inégalités tout en se masquant réalité !

    En effet, on présente la réussite scolaire sous la forme du don ! Il y a des étudiants qui ont des capacités naturelles à apprendre ! C'est vrai mais on est là dans une étude sociologique et on ne doit pas se reposer sur la nature ! De fait, assez logiquement, les différents dons devraient être également répartis dans les différentes classes sociales. Or ce n'est pas le cas ! L'"École du Mérite" du discours officiel est disqualifiée :

    Ceux qui accèdent le plus à l’université sont les fils de cadres et de professions libérales - les enfants d'ouvriers et de paysans se voit mis sur la touche et minoritaires ! Comment expliquer cela ? Par des difficultés économiques (payer les études !) mais pas seulement ! Tout cela tient à une différence culturelle !

    Les enfants des classes aisées ont plus facilement, par leur milieu, accès à la culture savante telle qu'elle se pratique hors du cadre scolaire. Les élèves des classes populaires vont se limiter aux lectures du programme là où les fils et filles de bourgeois vont fréquenter le théâtre et le musée. D'où une certaine aisance de ceux-ci ! L'école ne vient donc que valider des inégalités !

    On dira aussi que les enfants des classes populaires sont plus "scolaires" dans l’exécution de leur devoirs à l'école, plus laborieux.

    Nos deux sociologues notent que les classes populaires envoient leur progénitures plus facilement vers les facs de Sciences et que les jeunes femmes se destinent surtout à la fac de Lettres (et en Pharmacie très féminisée) - tandis que la Médecine et le Droit restent très bourgeois.

    Dans un deuxième temps, Bourdieu et Passeron essaient de voir si on peut parler de corps étudiant, si il existe un ensemble homogène d'étudiants comme une sorte de "classe sociale" et en conclut que non. L'étudiant étudie... Point ! Et ne socialise pas !

    Les études sont vues par les étudiants les plus aisées comme un jeu - avec un caractère d'irréalité - déconnectée des préoccupations professionnelles donc de sa finalité ! Là où les étudiants des classes les plus modestes  -qui auraient pu ne pas accéder aux études - voient plus ces finalités en rapport à un métier - qui ne leur est pas assuré : - et peuvent moins se permettre le dilettantisme.

    Le rapport et les différences entre facs de provinces et facs parisiennes est également abordé , la Capitale permettant d'approcher au plus près la vie intellectuelle là où elle se déroule !

    Bon, nos deux auteurs dressent in constat... Mais proposent-ils des solutions ? Il semble que oui ! Il est recommandé de passer d'un mode d'éducation "traditionnel" à un mode plus "rationnel" où le professeur explicitera ses attentes et les finalités des exercices, travaillera en petits groupes plus encadrés et tiendra compte des spécificités de chacun - pour ce que j'en ai compris !

    Bourdieu et Passeron livrent là une vision particulièrement lucide et critique de notre système d'enseignement supérieur - ce qui ne plu pas à tout le monde et Bourdieu se vit déverser un paquet d'injures lors de son décès ! A notre époque de médiocrité, où l'ascenseur social est plus que jamais bloqué, on lira avec profit Les Héritiers qu'on mettra en parallèle avec l'autre livre des mêmes auteurs, La Reproduction !

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique