• L'au-delà dans les lettres grecques et latines

    Je vous propose aujourd'hui un panorama sur un thème littéraire très redondant dans l'Antiquité et qui touche à la Mort. Je tire ce billet d'après un article de l'historien de la philosophie Lucien Jerphagnon, La belle espérance, paru dans le magazine hors-série du Point 27H de mai-juin 2010 : Penser la mort - les textes fondamentaux.

    La descente aux enfers est un thème récurrent dans les lettres grecques et latines. Il apparait chez Homère dans le chant XI de L'Odyssée. Ulysse, après la Guerre de Troie, souhaite rentrer chez lui et pour cela il veut consulter le devin Tirésias. Mais celui-ci est mort et Ulysse est aidé par Circé la magicienne qui lui indique un passage vers les enfers par chez les Cimmériens pour aller retrouver le divin devin.

    Aux enfers, Ulysse rencontre Tantale et sa fringale, Sisyphe et son rocher. Il obtient des nouvelles de Pénélope et étreint sa mère. Puis il s'échappe discrètement.

    Vers 700 avant JC, les demeures des dieux de l'ombre (Hadès, Perséphone, Cerbère) sont évoqués dans la Théogonie d'Hésiode.

    Dans Les Sept contre Thèbes, Eschyle (526 - 456 avant JC) met les enfers sur scène et évoque l'Achéron.

    Dans Les Grenouilles (404 avant JC), Aristophane met en scène Dionysos, le dieu du théâtre qui cherche un poète. Pour en trouver un, il va aux enfers pour en ramener Euripide qui vient de mourir. On retrouve l'Achéron, Charon et sa barque et Aristophane multiplie les gags. On est donc passé du registre tragique au registre comique.

    Ces mythes seront repris par Platon (428 - 348 avant JC) dans ses dialogues, dans le Phédon, dans le Gorgias et dans La République.

    Le monde grec devient romain et les enfers perdurent.

    Avec l'Eneide, Virgile (70 - 19 avant JC) donne une suite à la série homérique. Enée, survivant de Troie, erre par le monde. Son père, qui réside à l’Élysée, lui apparaît en songe. Enée doit venir le voir et donc il traverse le fleuve Styx avec Charon, croise la reine carthaginoise Didon qui s'est suicidée.

    Virgile, dans la quatrième Géorgique, raconte la fausse joie d'Orphée aux enfers. On connaît le mythe d'Orphée et d'Eurydice.

    Dans Les Métamorphoses, Ovide (43 avant JC, 17 après JC) voit les ombres déambuler dans une ville aux mille avenues.

    Les Moralia de Plutarque relatent ce qu'a vu Thespesios, mort et ressuscité le troisième jour. Lucien de Samosate (120-180) raconte sa croisière à l'Ile des Bienheureux.

    Ainsi parlait-on des enfers au temps du monde romain mais y croyait-on ?

    Les mythes disaient tout, que la vie, la mort avaient un sens, que les bons étaient récompensés et les méchants punis.

    En réalité c'était l'affaire de chacun de croire ou de ne pas croire.

    « Syngué sabour - Atiq RahimiLa Geste des Chevaliers-dragons - Tomes 1 à 4 - Ange »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :