• Variété I et II - Paul Valéry

    Je viens juste de terminer, il y a peu, la lecture de deux essais de Paul Valéry, Variété I et II. Plutôt que de détailler ces textes, qui n'ont à l'origine pas été pensés comme des ensembles mais sont constitués de préfaces, de conférences, de lettres, je vais davantage m'attarder sur leur auteur, une figure marquante, un grand penseur, interessé par tout ce qui touchait à l'esprit, de la première moitié du XXème siècle.

     " Civilisations, rappelez-vous que vous êtes mortelles !" C'est en ces mots que Paul Valéry dresse un bilan de la situation de l'Europe au sortir de la Grande Guerre. Il constate une crise intellectuelle à cette période. Depuis la fameuse Nuit de Gênes, Paul Valéry est en proie à une crise que l'on pourrait qualifier par défaut d'existentielle. Dès lors, il cesse d'écrire de la poésie - il n'a pas réussi à tuer le Maître dans ce domaine, à savoir Mallarmé qu'il admirait. Il n'en écrira plus de sitôt, sauf plus tard, quand il retravaillera ses poèmes de jeunesse à la demande de Gide. Il se tourne vers la vie méditative. Durant la majeur partie de son existence, il consacrera ses matinées à consigner ses réflexions dans ses Carnets, un corpus de plus de 22000 pages où il analyse les mécanismes de la pensée alors qu'au même moment Freud élabore la psychanalyse (mais elle ne percera en France que dans les années 20 et 30).

    Paul Valéry est un philosophe du XXème siècle incontournable au même titre que Sartre, Camus, Derrida, Foucault ou Deleuze.235

    Dans Variété II, il expose la Situation de Baudelaire, le considère comme un classique par rapport au romantisme, plus réfléchi, plus aboutit. Parce que l'auteur des Fleurs du Mal  a une oeuvre plus restreinte que Victor Hugo, il se doit de concentrer ses effort. Baudelaire est un poète de haute position car il est aussi un excellent critique d'art et le traducteur de Poe dont les théories littéraires de l'effet recherché l'ont marqué . Ceci pose la question de la critique d'auteur. Quand Valéry parle de Baudelaire ou de Stendhal, il envisage ces auteurs selon des thématiques qui le concernent lui, telle la question de l'esprit.

    Enfin, je l'ai déjà dit, Valéry vouait une admiration immense à Stéphane Mallarmé. L'auteur du coup de dés est pour lui le Maître de la poésie pure. La poésie tendrait en effet, selon Valéry, vers plus de pureté, de manière asymptotique. La poésie, non plus comme porteuse de message mais comme forme pure comme langage en elle-même. Elle est un peu au langage quotidien ce que la danse est à la marche.

    Voila, on pourrait en dire davantage sur cette figure fascinante qu'est Valéry mais je m’arrêterais là pour l'instant.

    A bientôt !

    « Pourquoi la fiction? - Jean-Marie SchaefferPetite philosophie à l'usage des non-philosophes - Albert Jacquard »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :