• Thor : Ragnarok - sorti en 2017 et réalisé par Taika Waititi - est le dix-septième film du Marvel Cinematic Universe - Thor : Ragnarok - Taika Waititiet le troisième opus des aventures du Dieu du Tonnerre ! Le meilleur des trois Thor en réalité ! Il s'inspire des comics Ragnarok et Planet Hulk !

    On retrouve Chris Hemsworth et Tom Hiddleston (Loki) qui vont affronter la Fin des Temps ! Loki a usurpé le trône d'Odin en se faisant passer pour son père (à la fin de Thor : Le Monde des Ténèbres !) mais Thor le démasque au début de ce troisième film ! Les deux frères retrouvent leur père qui est à la fin de sa vie ! La mort d'Odin signe le retour d'Hela, sa fille aînée et son Exécutrice qu'il a banni car elle voulait conquérir plus que les Neuf Royaumes ! La Déesse de la Mort est jouée par la talentueuse Cate Blanchett !

    Après avoir perdu son père, Thor perds Molljnir, son marteau d'Uru et se retrouve exilé sur la planète Sakaar où règne le Grand Maître, un Ancien de l'Univers - joué par l'inénarrable Jeff Goldblum ! Celui-ci a organisé le Tournoi des Champions. Thor - qui a traversé un portail - est capturé par la dernière Walkyrie - interprétée par Tessa Thompson (vue dans Creed : l'Héritage de Rocky Balboa et la série Westworld !) qui le livre au Grand Maître !

    Pendant ce temps, Hela impose sa domination sur Asgard - en réduisant ses soldats à l'état de cadavres ! Elle recrute Skurge - dont elle fait son Exécuteur - ainsi qu'un armée de guerriers morts et le loup géant Fenrir ! Seul Heimdall - joué par Idriss Elba - résiste encore !

    Sur Sakaar, Thor est expédié dans l'Arène du Grand Maître ! Là, il retrouve Hulk  - dont la voix dans la version originale est celle de Lou Ferrigno (le Hulk de la série des années 1970 !) - et son alter-ego Banner - joué par Mark Ruffalo ! Le Titan Vert, parce qu'il est la propriété d'Universal n'a pas encore droit à son film solo ! Alors il fait pour l'instant des apparitions dans Thor et les films Avengers ! Thor et Hulk s'affrontent donc dans un combat épique !

    Mais Thor est inquiet pour Asgard ! Il doit impérativement y retourner et pour cela échapper au Grand Maître ! Il va former une équipe constituée de lui-même, de Hulk, de la Valkyrie et de Loki ! Les Revengers ! Le combat de la revanche sur Asgard est imminent ! Thor sortira-t'il vainqueur ?

    Je dois aussi signaler un certain nombre de caméos fort plaisants dans ce film très agréable ! Benedcit Cumberbatch y apparaît au début en Docteur Strange ! On retrouve Natacha Romanoff  (Scarlett Johannson) sous forme d'hologramme ainsi que Stan Lee - maintenant fort âgé mais toujours vert ! - en coiffeur extra-terrestre ! On a aussi Sam Neill, Matt Damon et Luke Hemsworth, le frère de Chris, en acteurs de théâtre ! Enfin le réalisateur Taiki Waititi joue l'alien Korg !

    Ce film introduit aussi et développe les éléments cosmiques du MCU ! Avec la planète Sakaar ! On sait déjà par les bandes-annonces du dernier Comic-Con que Thor finira sur le capot du vaisseau des Gardiens de la Galaxie ! Mais ça se sera pour Avengers 3 : Infinity War !

    J'avais lu des critiques élogieuses sur ce film ! Je suis assez d'accord même si cela ne vaut pas le 99% que le site Rotten Tomatoes attribut au film (soit plus que pour Le Parrain 2 !) ! D'autres critiquent plus mitigées ont accusé Marvel Studios de "casser ses jouets" ! En effet, le film a tendance à forcer sur l'humour - un peu trop même ! - à tel point qu'on se croirait dans un film des Monty Python par moments ! Ça va même jusque dans le scabreux avec "l'anus du Diable" par exemple mais pas mal de blagues font mouche ! L'action et le suspens ne sont pas délaissés pour autant ! Les effets spéciaux et l'aspect visuel sont de plus au TOP ! Et aussi la musique de Led Zeppelin !

    Bref, j'aime beaucoup ce Thor : Ragnarok ! Et je le recommande ! L’achèterais en tout cas  en DVD pour compléter ma collection de films et de séries du MCU !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Turbo Cup - LoricielsLa société Loriciels est une de ses "petites" sociétés qui éditait des jeux vidéo dans les années 1980, les concevant de façon quasi artisanale ! C'était avant les années 1990 quand le jeun vidéo devint une grosse industrie, dépassant même les revenus du cinéma !

    Loriciels a eu une courte existence mais publia néanmoins près de 150 jeux  - dont Billy la Banlieue, Sapiens, Mach 3, Space Racer et Turbo Cup  dont il va être question ici, jeu de 1988 ! L'emblème de Loriciels était un peu chat qui jouait avec une balle !

    Turbo Cup est un jeu de courses automobiles, très soigné pour l'époque ! Une attention toute particulière avait été porté à l'aspect marketing puisque le jeu - disponible sur Amstrad CPC, MS-DOS, Thomson TO8 (et peut-être Atari ST et Amiga ? Oui !) était vendu dans une grande boite qui contenait un modèle réduit de voiture de course - la voiture de René Metge, celle que vous pilotez dans le jeu, René Metge étant le conducteur automobile associé au projet !

    Le jeu bénéficiait d'un système anti-copie qui affichait l'image d'un policier en cas de fraude !Turbo Cup - Loriciels

    Ce jeu de courses comprenait 4 circuits ! Paul Ricard, Nogaro, Dijon-Prenois et Magny-Cours, tous fidèlement reproduits  ! Vous devez franchir la ligne d'arrivée avant vos 21 adversaires qui ne vous laisseront pas de répit !

    Ce jeu a été récompensé par un TILT d'Or Canal + en 1988 ! Il est en 16 couleurs, avec une taille écran inférieure à la normale, le graphisme est joli, l'animation correcte et l'ambiance sonore bien restituée - avec les bruits de moteurs ! Par contre, le décor est assez dépouillé !

    Vous devez choisir votre boite de vitesse avant la courses : automatique, semi-automatique ou mécanique ! Ensuite, à vous de bien négocier les virages et la force centrifuge qui tentera de vous éjecter de la piste !

    Dans le même genre de jeu de vitesse en défilement 3D de face, Loriciels édita Space Racer, un autre jeu de courses mais cette fois de scooter spatial - et aussi le shoot-them up  Mach 3 !

    Cette société éditait de bons petits jeux bien sympatoches !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Ennemi d'Etat - Tony ScottDans la famille de Ridley Scott, on a le frère Tony Scott lui aussi réalisateur ! Il est surtout connu pour Top Gun  ou Jours de Tonnerre, deux films qui ont lancé Tom Cruise !

    Je vais vous parler ici de son film de 1998, Ennemi d’État, avec un Will Smith qui joue Robert Clayton Dean, un avocat et citoyen américain comme les autres qui va se retrouver malgré lui au cœur d'une conspiration d'une agence type NSA !

    Ce film est donc une dénonciation de nos sociétés modernes hyper-connectées, hyper-surveillées ! Et encore le film date d'avant 2001 et le World Trade Center et donc on ne peut pas dire que la situation dépeinte dans le film - certes de manière un peu outrée ! - se soit améliorée depuis ! Caméras dans les rues, flicage par internet et nos Smartphones,... Ne tombons certes pas dans la paranoïa !

    Qu'arrive-t'il à Robert Clayton Dean ? Disons qu'il se trouve au mauvais endroit au mauvais moment et se retrouve mêlé à une sale affaire de meurtre mettant en cause l'agence de renseignement ! Celle-ci va chercher à éliminer tous les témoins pour couvrir ses arrières ! Ceci est le fait d'un électron libre du renseignement qui agit pour son propre compte et de manière très officieuse !

    Une nouvelle loi - afin de fournir plus de sécurité aux Américains - la liberté ou la sécurité ? - est sur le point d'être voté, visant à renforcer les écoutes téléphoniques et à mettre plus de caméras ! Bref le très calculateur Thomas Brian Reynolds - joué par Jon Voight -  haut responsable de la NSA espère voir son pouvoir personnel renforcé ! Il fait assassiner un sénateur opposé à cette loi et maquille le tout en accident ! Mais un étudiant qui observait les canards a filmé la scène sur une vidéo, est éliminé à son tour mais passe la bande à l'avocat joué par Will Smith - qui mettra du temps à se rendre compte de quoi il est en possession et ne comprendra pas pourquoi il a la NSA sur le dos !

    L'Agence va tout faire pour détruire la réputation de Robert Clayton Dean - dévoilant notamment qu'il a une maîtresse !  Il va pouvoir compter sur l'aide d'un ancien expert de la même NSA, lequel connaît toutes les ficelles des espions et vit même dans une Cage de Faraday ! C'est ainsi qu'on retrouve Gene Hackman  qui joue le vieux briscard très rusé, Edward "Brill" Lyle ! Avec le jeune avocat, il vont retourner les méthodes de la NSA contre la NSA pour faire avouer le meurtre au méchant !

    Un bon film, assez édifiant ! On aura compris la leçon : "la surveillance, c'est pas bien !". De bons retournements de situations et une intrigue rondement menée ! Mais ça reste au final assez attendu !

    Ce billet est mon 400ème billet/film chroniqué sur Overblog - sous réserve que j'ai oublié de recenser certains articles ! 400 films, ça commence à faire - et c'est la plus grosse rubrique du blog ! En plus, si on ajoute la presque centaine de critiques de films classés X sur mon Skyblog secret !...

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Là où Star Wars - alors encore appelé par chez nous La Guerre des Étoiles a redéfini le genre science-fiction, les Indiana Jones et le Temple maudit - Steven Spielbergfilms mettant en scène l'archéologue baroudeur Indiana Jones ont redéfini le genre aventure ! Quoi qu'il en soit ce fut une révolution dans le cinéma et l’avènement du format blockbuster ! On voit à quel point Lucas - qui est allé puiser dans les serials et les pulps de son enfance - et Spielberg - alors jeune réalisateur surdoué (il est toujours surdoué mais il n'est plus jeune !) ont été des visionnaires !

    Si on laisse de côté le film de 2008, Indiana Jones et le Crâne de Cristal  - qui est le film de trop ! - on peut dire que Indiana Jones et le Temple maudit  est le mal aimé de la trilogie d'origine (lorsqu'on avait encore que trois films d'Indy dans les années 80), là où Indiana Jones et la Dernière Croisade est sans doute celui qui est le plus abouti - surtout par l'interaction entre Harrison Ford et Sean Connery !

    Pourquoi un tel désamour pour ce film de 1984 ?

    L'action commence à Shanghai en 1935 - soit un retour en arrière par rapport aux Aventuriers de l'Arche perdue qui se passe plus tard ! Indy est confronté à Lao Che un dangereux gangster chinois, propriétaire du Club Obi-Wan (clin d'oeil ultra-célèbre à Star Wars !) et doit récupérer un diamant pour l'échanger contre les cendres de Nurhachi, un empereur chinois !

    Indy utilise toujours des méthodes peu orthodoxes, n'hésitant pas à faire s'exprimer ses poings ou à faire claquer son fouet, façons de procéder très éloignées de l'archéologie traditionnelle !  Les choses tournent mal dans le club et notre archéologue prends la fuite avec Demi-Lune , un jeune gamin chinois de 11 ans et la meneuse de revue Willie Scott - jouée par Kate Capshaw - alors l'épouse de Spielberg le réalisateur !

    Le trio quitte la Chine dans un avion  qui appartient en fait à Lao Che ! Les pilotes les laissent en plan après avoir vidé les réservoirs au dessus des sommets de l'Inde ! Il faudra toute l'ingéniosité de notre héros - et un canot pneumatique détourné de son usage habituel ! - pour se sortir de cette situation périlleuse !

    Par la suite, nos trois compagnon déambulent dans la campagne indienne et trouvent un village dont les enfants ont été enlevés ! En fait, ces gamins travaillent dans les mines d'un culte de Thugs tout proche, obéissant à l'autorité du Prêtre Mola Ram. Indy, Willie et Demi-Lune se dirigent alors vers le palais de Pankot désigné par les villageois comme la source du mal dans la région !

    En réalité, le jeune Maharadjah et son conseiller sont sous l'emprise de Mola Ram qui recherche les Cinq Pierres de Sankara qui sont supposées attirer fortune et gloire ! Le prêtre maléfique espère à terme pouvoir défaire le colonisateur anglais et c'est pour cela qu'il a dérobé une des Pierres aux villageois !

    On a droit à quelques scènes restées célèbres : le repas à base de cervelles de singes, la confrontation à la fosse remplie de vermines - qui remplacent les serpents dans ce film (c'est un passage obligé des films de la franchise : la fosse pleine de bestioles !). Plus tard, on aura un remake de la scène du premier film où Indy descend un sabreur avec son pistolet mais cette fois, il y a une variante et le "truc" ne marche plus !).

    D'où vient donc le malaise qu'on put éprouver certains spectateurs à la vue de ce second film ? Et bien précisément de son aspect très sombre ! Les scénaristes ont sans doute voulu réitérer le jackpot de L'Empire contre-attaque en proposant une séquelle plus noire ! Mais là c'est hors de propos ! Ce qui a choqué particulièrement , c'est une fameuse scène dans les mines où Indy est ligoté face à un feu rougeoyant et où le Prêtre lui extirpe le cœur ! C'est gore et grand-guignolesque au possible !

    Indiana Jones parviendra à se sortir d'affaire au prix d'une longue poursuite en chariots de mine dans la dite mine ! Au final le bien triomphe ! Et les troupes de sa Majesté arrivent à temps pour mater/éliminer les Thugs ! Mola Ram finit dans le ventre des crocodiles - si j'ai bonne mémoire et les villageois retrouvent leurs enfants !

    Voilà ! Cela reste néanmoins un film intéressant ! C'est toujours du Indiana Jones à vrai dire et Harrison Ford est épatant et très charismatique ! Et Spielberg rectifiera le tir au film suivant de l'archéologue où il retrouvera ces "bons vieux nazis" !

    Et puis le thème d'Indiana Jones !

    "L'aventure a un nom, c'est Indiana Jones !".

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Rançon  - Ron HowardRon Howard est un réalisateur talentueux, qui ne paie pas de mine mais transforme souvent en or tout ce qu'il touche ! Je l'attends avec impatience en mai 2018 sur le spin-off Star Wars - Solo ! Bref, c'est une valeur sûre, qui plus est Oscarisé d'Hollywood !

    En 1996, Howard signe le thriller La Rançon - avec Mel Gibson alors au sommet de sa carrière, dans le rôle titre, incarnant le personnage de Tom Mullen, un père de famille richissime, marié à Kate Mullen (Rene Russo vue dans L'Arme fatale 3 et 4, déjà avec Gibson !). Le couple a un jeune fils, Sean Mullen, qui va être au centre du film !

    En effet, le petit Sean est enlevé par des kidnappeurs qui réclament une forte rançon ! Les Morlocks sont sortis des cavernes pour emporter un Eloi, tel est le crédo du chef des ravisseurs qui se pose en Robin des Bois contre le nanti ! Tim va d'abord coopérer et remettre la rançon !

    En réalité, la remise de rançon échoue et le père de famille comprends qu'on ne lui rendra pas son fils car c'est un témoin gênant ! Il tente alors un magistral coup de bluff : il mets à prix la tête des ravisseurs ! TIm est néanmoins, malgré sa détermination affichée, en proie au doute tout au long du film quant à sa décision !

    La suite et la fin du film voit le groupe de bandits se déchiré, manquant de confiance les uns dans les autres ! Le chef du groupe, qui est en fait un policier crapuleux, l'inspecteur James Shaker - joué par le Gary Sinise de Forrest Gump  puis des Experts : Manhattan - va même jusqu'à trahir/ trucider ses complices et à se faire passer pour le sauveur de l'enfant afin de toucher la récompense !

    Mais au moment de lui signer le chèque, Tim découvre la supercherie ! En effet, son fils Sean se fait pipi dessus devant le policier ce qui mets la puce à l'oreille du père ! Le gosse avait certes les yeux bandés mais il a reconnu la voix de son bourreau/geôlier ! D'un point de vue scénaristique, c'est un retournement de situation assez bien amené !

    Un assez bon film - comme toujours avec Ron Howard ! Carré, efficace et bien réalisé ! Avec un bon suspens ! Mel Gibson joue une fois de plus les adultes responsables, au caractère bien trempé, sur l'épaule desquels les pauvres mères éplorées - comme Rene Russo - peuvent se reposer ! Certes on évite pas certains personnages et situations clichés mais le film est prenant dans son ensemble !

    Ce film est basé à l'origine sur un épisode marquant d'une série télé des années 1950, série US intitulée The United States Steel Hour, l'épisode "Fearful Decision" et qui fit déjà l'objet avant le film d'Howard d'autres adaptations ciné : La Rançon en 1956 par Alex Segal et le fil italien Colère noire de Fernando di Leo en 1975 ! Pas un scénario original donc !

    Howard Shore écrivit une bande musicale complète pour le film néanmoins, Ron Howard, sans doute pas satisfait, le remplaça au pied levé par l'autre célèbre compositeur James Horner qui composa une nouvelle bande originale !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Vous vous êtes sans doute rendu compte que je suis un fan assidu de Star Wars ! Mais qu'en est-il de mon rapportJ.R.R. Tolkien's War in Middle-Earth aux autres sagas de la culture geek - par exemple Le Seigneur des Anneaux ? Et bien, j'aime bien mais sans plus et je n'en suis pas un connaisseur ! J'ai découvert les livres à la fin des années 1980 alors que j'étais au lycée et c'est à la même période que je découvrais le jeu de stratégie temps-réel : J.R.R. Tolkien"s War in Middle-Earth !

    Je tiens au passage à dire que si j'aime beaucoup la culture geek, je ne me considère pas QUE comme un geek ! Certes, j'aime Star Wars, Tolkien, Game of Thrones, Star Trek, Buffy, les comics Marvel, les jeux de rôles et l'informatique mais mon spectre de goûts et de préférences englobe largement plus de choses ! Un certain camarade que j'avais connu à l'AFPA m'avait traité avec mépris de "geek voire de nerd" (alors qu'il en était lui-même un !) ! Mais je ne sais pas si cet abruti connaît beaucoup de geeks qui aiment aussi la musique classique, la littérature du XIXème siècle, la peinture, l'Histoire et la Philosophie - pour ne prendre que ces seuls exemples ! La jalousie fait souvent dire des bêtises aux gens !

    Revenons à nos moutons et donc à J.R.R. Tolkien's War in Middle-Earth, jeu vidéo de stratégie de 1989, édité par Melbourne House et développé sur Atari ST, Amiga 500, Apple II et PC DOS. C'est un jeu de stratégie temps réel donc - avant même la série des Warcraft - qui en développait certains principes. Contrairement aux jeux de stratégie de la société SSI, les batailles de ce jeu de Melbourne House se déroulaient sur une large carte mais sans quadrillage, c'est là la différence !

    J.R.R. Tolkien's War in Middle-EarthLe jeu retranscrit l'intrigue des trois romans du Seigneur des Anneaux. On peut donc reproduire le déroulement des livres ou essayer de trouver une autre solution. Sur une gigantesque carte de la Terre du Milieu, vous commencez par diriger la Communauté de l'Anneau puis de nouvelles unités, alliées ou ennemies, se dévoilent au fur et à mesure que l'intrigue progresse !

    J'ai joué à ce soft sur Atari ST et si je parvenais à défaire Saroumane avec les troupes de cavaliers du Rohan, je n'ai jamais réussi à finir le jeu ! A chaque fois, je me faisais déborder par les innombrables troupes qui sortaient du Mordor ! Sauron semblait avoir des légions à ne plus savoir qu'en faire ! Donc jeu intéressant mais un peu frustrant au final !

    Pour gagner, il vous faut écraser les troupes ennemies ou plus sûrement jeter l'Anneau dans le feu dela Montagne du Destin !

    Outre les déplacements des unités -symbolisées par des blasons - sur la carte, il est possible d'avoir des animations de ces unités vues de côtés, se déplaçant, en 2D ou même des batailles ! La résolution des batailles se fait en calculant des statistiques ! C'est souvent la plus grosse armée qui gagne ! Il n'y a pas de phases d'arcade comme il peut y avoir dans des jeux plus récents sur Tolkien comme dans L'Ombre du Mordor ou L'Ombre de la Guerre dont je vous parlerais prochainement !

    Si vous avez connu ce jeu à l'époque et êtes parvenu à le terminer, faites le moi savoir en commentaires, je suis curieux de savoir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • The Savage Sword of Conan - Tome 1 : Les Clous RougesHachette-Collection lance une nouvelle série à laquelle je vais m'abonner, l'intégrale des récits du barbare crée par Robert E. Howard, dans les années 1920 - 1930, à savoir Conan, dans Savage Sword of Conan qui regroupent des récits parus entre 1970 et 1996 par Marvel Comics !

    Je ne vais pas faire ici un résumé des débuts de Conan, de sa création ! Il faut juste savoir que Robert E. Howard se fit connaître en publiant des récits de ce qui allait devenir l'Héroic-Fantasy et la Sword & Sorcery dans ce que l'on appelait en 1920 des pulps, des revues bon marché qui nous faisait découvrir des récits d'aventures livrés sur du mauvais papier ! Lovecraft, Smith et Howard furent alors les trois piliers de Weird Tales, échangeant par lettres entre eux - d'où des influences réciproques !

    En réalité, le récit du guerrier combattant avec sa seule épée, remonte aux origines de la littérature avec Hercule ou Beowulf ! Plus près de nous, on eu aussi Lord Dunsany qui propose ce genre de récit d'aventures !

    Au début des années 1970, suite à la demande de lecteurs, Marvel se lanca dans l'adaptation de héros de pulps : Tarzan, John Carter de Mars, Doc Savage et Conan ! Ce fut Roy Thomas l'architecte de l'arrivée du Cimmérien en comics ! Il fut publié dans deux revues en noir et blanc : Savage Tales et Savage Sword of Conan !

    Pourtant, Howard n'a pas écrit tant d'aventures de son barbare que cela ! Thomas adapte donc aussi des récits des continuateurs de l'écrivain texan et des récits de son propre cru ! Conan est une épée à louer, tout en muscles, avec un certain sens de la justice, qui vit dans un monde de saleté, de sang et de sueur !

    Le tome 1 de la collection chez Hachette regroupe  des récits de Savage Tales # 1 à 5 et un article de fond du Savage Sword of Conan  #2. Il porte le titre du plus long de ces récits à savoir "Les Clous Rouges" ! Ces histoires se déroulent à différentes époques de la vie de Conan dont il m'est personnellement difficile de reconstituer la chronologie pour l'instant ! Les artistes qui officient ici sont donc Roy Thomas au scénario et au dessin se succèdent Barry Windsor-Smith, Gil Kane, Neal Adams, Jim Starlin et Al Milgrom. Ce sont des récits  des années 1971, 1973 et surtout 1974 ! Passons les en revue rapidement !

    Dans "La Fille du Géant du Gel", Conan qui sort d'un combats contre des Vanirs et des Hyperboréens, rencontre une étrange et belle jeune fille, quasi nue dans ce pays de glace qui tente en fait de le séduire et de l'attirer dans les griffes de ses deux frères géants ! A moins que Conan n'ait rêvé tout ceci !

    "Cimmérie" est un court poème de Howard mis en images !

    "Les Clous Rouges" est un long récit en trois parties où Conan est en chemin vers les royaumes noirs avec la pirate experte au sabre Valéria. Les deux compagnons échappent à un dragon et trouve refuge dans une étrange ville fantôme où s'affrontent deux factions ! Valéria est alors menacée par une reine cruelle et Conan affronte un spectre doté d'un sceptre magique !

    Dans "Dieu de Ténèbres", Conan délaisse les filles de joies, se souvenant d'une amie d'enfance de son pays, Mala, et part la retrouver ! Hélas, la jeune femme amoureuse de con compatriote a été enlevée par des Vanirs du Nord ! Conan se lance alors à sa rescousse mais arrive trop tard, la demoiselle préférant se poignarder devant l'assemblée des Hommes du Nord que de devenir la femme de leur chef ! A cela, s'ajoute l'histoire d'une tribu picte venu récupérer une de leurs idoles !

    "Hôte de la nuit" montre Conan qui entre au service de la cruelle et jalouse reine Fatima, après avoir tué son précédent capitaine et amant ! Il partage donc la couche de la souveraine mais est en réalité prisonnier du palais ! Celle-ci se retourne alors conte le barbare et sa camériste Yaïla et les livre à l'Hôte de la nuit, un monstre tentaculaire qui fut jadis humain ! Évidemment, Conan triomphera comme toujours grâce à son épée !

    Le dernier récit de ce tome 1 se nomme "Le Secret de la Rivière au Crâne" et Conan vient en aide à des villageois contaminés par la source qui alimente le village, laquelle a été corrompue par le sorcier Anaximandre au service du châtelain Sophos ! Conan va donc régler son compte au duo et se voit remercié par les villageois qui lui offre alors ce qu'il désir, à savoir un cheval plutôt que l'accoste fille du seigneur bailli !

    Des récits globalement très plaisants ! J'aurais l'occasion de vous présenter les 75 tomes de cette prestigieuse et magnifique collection ! Nous n'avons pas fini de voyager et de croiser le fer avec Conan !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Pour tout vous dire, j'attendais beaucoup du dernier livre du spécialiste geek de Star Wars, Daniel Wallace, et en Star Wars - Sur le Front : Le Guide des Grandes Batailles - Daniel Wallacevérité, ai été un peu déçu de ce large bouquin, Star Wars - Sur le Front : Le Guide des Grandes Batailles ! Je trouve que cela ne fait que survoler ces événements guerriers, là où j'aurais voulu décomptes précis des effectifs des forces en présence, ou schémas tactiques de déploiement des troupes !

    Néanmoins, tout n'est pas à jeter dans ce guide et ça reste très bon - même si en deçà de mes attentes donc ! Le livre s'articule en trois moments : Guerre des Clones, Guerre Civile Galactique entre l'Empire et les Rebelles et Nouveau Conflit Galactique contre le Premier Ordre - bref chacune des trois trilogies est abordées mais si la dernière trilogie - la Postlogie - n'est bien sûr qu'une ébauche (à ce sujet, Star Wars - Épisode VIII - Les Derniers Jedi sort le 13 décembre 2017 en France et irais le voir sans doute après mes partiels d'Histoire et de Philo de décembre !?). En tout, ce sont 11 Batailles qui sont esquissées !

    Chaque Bataille suit le même formatage : récit du déroulement de la Bataille (découpé en "Avant la Bataille", "Analyse Stratégique" et "Après la Bataille"), avec présentation des commandants en chef de chaque camp, présentation des - types de - combattants, récit du point de vue de l'un d'entre eux dans"J'y étais", présentation d'un héros de la Bataille ou d'un combattant tombé au champ d'honneur dans "Honneur aux braves", présentation de l'armement puis enfin, pour clore le sujet, une illustration sur une double pages !

    Les Batailles de la Guerre des Clones comprennent le prologue de Naboo, dix ans plus tôt où la Fédération du Commerce fait des siennes, la Bataille de Geonosis - où se constituent les armées de clones de la République et les armées de droïdes des Séparatistes et qui débute ce conflit proprement dit ! On a ensuite deux Batailles vues dans la série The Clone Wars, à savoir Christophsis et Ryloth ! Le conflit se clôt avec la Bataille Spatiale de Coruscant - car on on aussi bien des luttes au sol que dans les airs ! Naissance de l'Empire !

    C'est ensuite le tour de la Guerre Civile Galactique - les trois célèbres Batailles des films de 1977 à 1983 : Yavin, Hoth et Endor auxquelles il faut rajouter celle du spin-off récent Rogue One : la Bataille de Scarif ! Et aussi la Bataille terminale de Jakku qu'on ne voit pas dans les films mais dans les romans et aussi à travers le cimetière d'épaves du Réveil de la Force !

    Le Réveil de la Force  est au cœur - et apporte la seule Bataille de - la troisième Section : la Bataille de la Base Starkiller ! Sans nul doute, les prochains films apporteront leur lot de nouvelles Batailles !

    Un guide tout de même agréable à lire au final - et qui d'ailleurs se lit vite en 1 ou 2 heures en prenant son temps !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Indiana Jones and the Last Crusade - The Graphic Adventure - LucasArtsAvant de se lancer, au début des années 1990, dans l'exploitation de la licence Star Wars en jeux vidéo (X-Wing, Rebel Assault, Dark Forces, chroniqués ici et là !) avec le succès que l'on sait, la branche vidéoludique de l'empire de George Lucas, à savoir LucasArts, exploitait des franchises originales propres au support. C'est dans ce contexte que la petite société a contribué à créer les jeux d'aventures graphiques de type "Point & Click" avec des succès tels que Day of the Tentacle, Maniac Mansion, et plus tard la série des Monkey Island, Grim Fandango  ou Full Throttle !

    En 1989, Lucasfilm sort sur les écrans de cinéma le troisième - et meilleur à ce jour de l'avis de beaucoup ! - volet des aventures de l'archéologue au Fédora, Indiana Jones et la Dernière Croisade. Dans la foulée, la même année, LucasArts - qui s'appelait alors encore Lucasfilm Games, sort deux jeux sur le film, d'une part un jeu d'action-plateformes et un jeu d'aventure dont il va être question ici : Indiana Jones and the Last Crusade - The Graphic Adventure  !

    Vous aurez peut-être compris - si vous êtes un habitué de mes billets "Jeux vidéo" que je possédais surtout des jeux "crakés" - des copies pirates illégales ! - tant sur Amstrad 464 CPC - en cassettes donc ! - que sur Atari 520 ST - ou même sur les IBM PC de mon lycée, dans ces temps là ! Pourtant, j'achetais l'originale de ce jeu d'aventure sur Indy ! C'était important car le jeu bénéficiait d'un beau packaging - avec notamment une "reproduction" du carnet secret du Professeur Henry Jones, le père du héros, sur ses recherches sur le Graal, objet qui aidait à résoudre certaines énigmes du jeu !

    Le jeu suit la trame du film mais s'en éloigne par moment, zappe certains passages et en développe d'autres en Indiana Jones and the Last Crusade - The Graphic Adventure - LucasArtsparticulier des énigmes ! Vous vous déplacez sur des écrans le plus souvent fixe, cliquez sur une liste de verbes en bas de l'écran : "prendre", "ouvrir", etc, et ensuite cliquez sur un objet à l'écran pour former une phrase que vous validez ensuite ! Si vous avez de la chance, une action s'ensuit qui vous fait progresser dans l'aventure ! C'est le principe du "Point & Click" - le parcours est donc assez balisé et cela change des premiers jeux d'aventures./ jeux de rôles en mode textes où vous étiez souvent perdus - je pense au jeu Tyrann sur Oric 1. Dans le même principe de jeu "Point & Click", on a la série des King's Quest chez le concurrent Sierra-On-Line !

    Le jeu alterne des phases de résolutions d'énigmes avec des phases d'action - notamment des combats de boxe ! L'I.A. du jeu retient vos performances et s'adapte pour les parties suivantes ! Rappelons au passage l'intrigue du film - qui a ou aura un billet ailleurs sur ce blog ! Indy / Harrison Ford s'associe à son père Henry - joué par Sean Connery, excellent dans le métrage, pour retrouver le Saint Graal - censé procurer la vie éternelle  - et cela avant les Nazis !

    Le jeu est sorti sur PC DOS, Apple Mac OS, Atari ST et Amiga ! Vous aurez compris que j'y ai joué sur Atari ST - avec l'original donc qui plus est ! J'étais parvenu à terminer ce jeu par ailleurs ! D'excellents souvenirs pour un excellent jeu - très coloré qui plus est et extrêmement fun ! - à l'image du film !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Laurent Seksik est médecin et écrivain et j'avais déjà lu de lui - et critiqué ici ! - Le cas Eduard Einstein, le récit L'Exercice de la médecine - Laurent Seksikdramatique de la vie du fils schizophrène du père de la Relativité générale ! Je récidive en vous livrant ici mon compte-rendu de son roman de 2015, L'Exercice de la médecine ou l'auteur écrit sur cette discipline qu'il connaît bien !

    Bon, disons le tout de suite, j'ai trouvé le style un peu "simpliste" par moments et il y a quelques situations clichés et des lieux communs, mais L'Exercice de la médecine est un roman qui parvient tout de même à émouvoir le lecteur que je suis à certains passages !

    Ce livre est le récit d'une vocation l'histoire d'une famille de médecins - d'origine juive - depuis les terres de la Russie Tsariste au début du XXème siècle jusqu'à aujourd'hui, l'année 2015, moment de publication du roman. Cette famille de médecins - comme tous les médecins - tente de préserver la vie, de retarder la mort face à une époque pas avare en grandes tragédies morbides et autres génocides, au XXème siècle !

    Ce sont aussi des pans entiers de l'Histoire du Peuple Juif dans cette époque contemporaine si tourmentée donc, le siècle de l'Allemagne nazie et de l'Union Soviétique donc - que dresse ce livre bien documenté pour une prise de conscience de ces funestes tragédies !

    Il y a d'abord l'arrière-grand-père de Léna, l’héroïne - que l'on suit en 2015 - un médecin de campagne à Ludichev dans la Russie du Tsar Nicholas II - un dénommé Pavel Alexandrovitch  - marié à Rivka Kotev - dévoué corps et âme à ses patients dans le shtetl ! Comme pressentant le sort funeste qui attend sa famille au cours d'un pogrom, le brave Pavel a envoyé son fils en Allemagne et finira au bout d'un sabre de Cosaque !

    On suit ensuite Mendel, le fils en question, en Allemagne, à Berlin, de 1920 à 1933 puis, réfugié en France à cause des nazis, à Nice, en 1943 ! Lui aussi est médecin, lui aussi finira assassiné pour n'avoir pas voulu abandonner ses patients ! Le roman montre bien, en évoquant les foules se réunissant dans les autodafés des adeptes d'Hitler, la responsabilité collective du peuple allemand en ce temps là - responsabilité qu'on a tendance de nos jours à passer trop facilement sous silence au nom de la réconciliation franco-allemande - dans l'accession au pouvoir du dictateur à la petite moustache et dans la montée de l’antisémitisme outre-Rhin qui aboutit à la Shoah !

    On nous montre aussi l'Union Soviétique dans les années 1950 où l'on retrouve la plus jeune fille de Pavel qui a aussi survécu au pogrom et à l'assassinat des siens et se retrouve accusée dans le Complot des Blouses blanches ! Natalia n'aura la vie sauve que parce que Staline décède au moment crucial pour elle, en avril 1953 ! Elle laisse un fils Jankel, lui aussi médecin, comme le fils de celui-ci en 2015, nommé Avner et tous deux restés en Russie/URSS.

    Et on alterne tous ces récits avec un récit dans le présent, celui de Léna Kotev donc, la fille de Tobias et petite fille de Mendel. Elle est cancérologue de métier ! C'est une femme abattue, un peu voire carrément dépressive - dévouée à son sacerdoce familial et un peu écrasée par le passé tragique de sa lignée, une fille effacée qui n'hausse jamais le ton, suit les règles et est malheureuse dans sa vie sentimentale ! La dernière de la lignée !?

    On a aussi droit dans la dernière partie du roman à une belle histoire d'amour fille-père qui culmine à ce moment là, entre Léna et Tobias donc, et au récit poignant d'un accompagnement de fin de vie de celui-ci par celle-là !

    Le roman se conclut sur une lueur d'espoir et une fenêtre ouverte sur l'avenir !

    Un roman pas si mal au final et qui se lit bien et avec plaisir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'Empire des anges - Bernard WerberL'Empire des anges est la suite directe du roman de Bernard Werber, Les Thanatonautes et donc le deuxième tome de la duologie du Cycle des anges.

    On y retrouve le personnage de Michael Pinson qui explorait précédemment le continent des morts et a trouvé la sienne dans un accident d'avion à la fin du volume précédent. Dans L"Empire des anges, le héros se retrouve en quelque sorte "réincarné" sous la forme d'un ange !

    On retrouve dans ce roman l'idée d'"ange-gardien" puisque Michael se voit confier la destinée de plusieurs humains qu'il va devoir guider ! Ces humains sont au nombre de trois : Venus, une actrice américaine sujette aux migraines, Igor, un soldat russe roi du poker et Jacques, un angoissé chronique. Son mentor, Edmond Wells, a bien expliqué les règles du jeu à Michael et celui-ci devra exaucer tous les vœux de ses protégés, aussi aberrants soient-ils !

    En soi, suivre la destinée, de ces trois humains, avec toutes les péripéties d'une vie est assez passionnant ! Werber recyclera cette idée dans le cycle suivant, le Cycle des dieux, où Michael Pinson se verra confier les rênes de toute une civilisation ! Ça a quelques côtés, Les Sims en réalité, jeu sorti à la même époque il me semble et qui a peut-être inspiré notre auteur ?

    Le roman pose aussi la question : "Y- a-t'il des paradis extraterrestres ?".

    Werber évite soigneusement de nous livrer ses croyances personnelles et se base sur un tas de mythologies et religion, notamment celles qui reposent sur l'idée de réincarnations et/ou de tribunal des âmes ! On pense au Bouddhisme où à l'ancienne religion égyptienne ! Le but dans le roman étant là encore de sortir de ce cycle des réincarnations, en se perfectionnant, et d'atteindre à la Béatitude !

    C'est au final du bon Werber ! J'ai lu ce roman il y a presque une décennie et me rappelle l'avoir lu assez rapidement, pris par l'intrigue ! En fait, cela se lit même trop vite et on en redemande !

    Je vous donne rendez-vous pour une analyse du Cycle des dieux !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • linoé est le tome 7 des aventures de Thorgal, scénarisé par Van Hamme et dessiné par le Polonais Rosinski ! Enfin,Thorgal - Tome 8 : Alinoé - Rosinski & Van Hamme des aventures de Thorgal, c'est vite dit car dans ce récit Thorgal s'absente sur le continent et laisse sa femme Aaricia et son jeune fils Jolan, la famille Aegirsson, sur l'île tranquille où la famille s'est installée après l'épisode de Brek Zarith !

    Avec cette histoire, prépubliée dans le Journal Tintin en 1984 puis l'année suivante, 1985, au Lombard en album, la série décolle véritablement et rencontre un vif succès auprès des lecteurs de plus de 16 ans ! C'est donc un tournant !

    Aaricia et Jolan restent donc seuls sur leur île tandis que le héros et parti chercher de la farine et des vêtements ! Cela aurait pu ressembler à un récit sans péripéties, la femme de Thorgal, faisant la cuisine, maternant son fils unique mais en fait cela va se transformer en un huis-clôs angoissant avec l'apparition d'Alinoé, un enfant aux cheveux verts très étrange !

    Dans les faits, Jolan a hérité du sang d'enfant des étoiles de son père et semble développer d'étranges pouvoirs comme celui de "matérialiser ses rêves", le désir d'avoir un ami de son âge. Mais est-ce vraiment l'explication de la venue d'Alinoé ? N'est-ce pas plutôt une hallucination collective ? A moins que ce soit du à ce mystérieux bracelet que Jolan a trouvé ?

    Ce tome 7 s'inscrit parfaitement dans la tradition des récits d'horreur des années 1980, les romans et les films qui ont été tirés des histoires de Stephen King !

    Alinoé fait monter le niveau d'angoisse de la femme et du fils de Thorgal qui arrive à temps pour les sauver ! Le gamin aux cheveux verts peut se multiplier en plusieurs individus, contrôler les personnes en les touchant et il échappe vite au contrôle de Jolan !

    Peut-être aura-t'on de plus amples explications sur les pouvoirs supposés de Jolan dans les tomes suivants ? Je pense que oui !

    Effectivement un des meilleurs albums de la série jusqu'à présent avec un récit simple mais efficace avec très peu de personnages !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Je vais maintenant vous entretenir d'un gros roman de Karine Tuil, de plus de 500 pages mais absolument passionnant intitulé L'Insouciance - dont l'action se déroule en 2009 - et qui tourne autour de trois hommes et d'une femme, la narration alternant le parcours de chacun des trois hommes !

    Dans ce roman, il est question des séquelles de la Guerre (en Afghanistan, en Irak), des arcanes du pouvoir et de racisme et d'antisémitisme ! Le propos est donc un peu politique en un sens !

    L'Insouciance - Karine Tuil

    Tout d'abord, on a Romain Roller, un jeune lieutenant de l'Armée française, de retour d'Afghanistan, dévasté après que sa colonne se soit faite prendre dans une embuscade au cours d'une sortie mal préparée par ses supérieurs ! Romain va sombrer et détruire son mariage avec Agnès. Seule lueur d'espoir à laquelle il s'accroche, à son retour du Moyen-Orient, le militaire démobilisé connaît une passion torride pour la jeune écrivaine Marion Decker !

    Mais celle-ci est mariée à François Vély, un riche patron dans les télécommunications - qui a débuté dans l'industrie du porno (tout ressemblance avec des personnes réelles est fortuite !), et qui se remets difficilement du suicide par défenestration de sa précédente femme ! François Vély - dont les ancêtres ont renoncer à leur héritage juif - se retrouve au coeur d'un scandale suite à une photo pour un magazine où il pose sur une statue de femme noire nue ! Il est alors accusé d'être un raciste et un esclavagiste ! On lui assène aussi des insultes antisémites à lui qui n'est pas juif !

    Mais François Vély va pouvoir compter sur Osman Diboula, fils d'immigrés ivoiriens, éducateur en banlieue lors des émeutes de 2005 - qui a eu en charge Romain Roller alors ado, et parvenu dans l'entourage du Président de la République pour des raisons de diversité. Osman va écrire un article pour réhabiliter Vély, article qui si il n'effacera pas la souillure qui touche le patron, fera grimper Osman dans les faveurs présidentielles. En effet, dans la première partie du roman, Diboula subit une mise au placard et ceci est l'occasion pour Karine Tuil d'aborder la question du racisme envers les Noirs.

    Le roman se découpe en quatre moments dont le troisième se passe en Irak. François Veléy, Osman Diboula, Romain Roller et Marion Decker se rendent en Irak pour passer des contrats pour la reconstruction du pays ! Mais l'Irak est une zone peu sûre et des actes terroristes ont lieu qui vont toucher nos protagonistes ! L'un d'entre eux sera kidnappé !

    Parviendra-t'on à échapper à une issue fatale pour notre otage ? Osman Diboula réussira-t'il à supporter les coups bas du pouvoir, François Vély a sauver son honneur et son mariage, Romain Roller - en pleine reconstruction psychologique - et Marion Decker pourront-ils s'aimer ? Je vous laisse le soin de lire ce roman pour le découvrir !

    Karine Tuil confirme la bonne impression que m'avait laissé Quand j'étais drôle. Un récit qui laisse une large place à la description des motivations des personnages plutôt qu'à l'action du récit - sauf dans la partie en Irak. Il est question de personnes malmenées, abîmées voire détruite et qui font front !

    A bientôt !

    PS : Ceci est mon 100ème billet dans la catégorie "Littérature XXIème siècle" sur Overblog


    votre commentaire
  • Stranger Things - Saison 1 - The Duffer BrothersDécidément, Netflix propose de bonnes petite productions ! Après les séries urbaines Marvel, la série Mindhunter, on a eu droit à l'OVNI Stranger Things - avec sa Saison 1 - une série qui joue dans le registre fantastique et aussi sur la nostalgie des années 1980. Mais il semble loin le temps où les séries-télé - comme Stargate SG-1 ou Buffy contre les Vampires s'étalaient sur 22 épisodes ! Avec la série des Frères Duffer, on est sur du huit épisodes (contre dix pour la Saison 1 de Mindhunter ou seize pour les actuelles Saisons de The Walking Dead !). La Saison 2 de Stranger Things sort par ailleurs ces jours-ci, fin octobre 2017 !

    Dans  Stranger Things donc, on suit une bande de gamins des années 80, joueurs de Donjons & Dragons qui vont être confrontés au surnaturel ! On a Mike Wheeler (Finn Wolfhard), Dustin Henderson (Gaten Matarazzo) et Lucas Sinclair (Caleb McLaughlin) ainsi que Will Byers (Noah Schnapp) qui se réunissent dans la cave du premier pour lutter contre le Demogorgon autour de la table de jeu !

    Mais il arrive une mésaventure au dernier ! Will disparaît ! Enlevé par quelque monstre venu d'un monde parallèle  - le "Monde à l"Envers" ! La Saison va être consacrée à sa recherche ! Sa mère, Joyce Byers (jouée par une Winona Ryder qu'on a plaisir à retrouver, plus âgée !) et son grand frère, Jonathan Byers (Charlie Heaton) déploient tous leurs efforts !

    Au casting, on a également David Harbour qui joue le chef de la police local Jim Hopper, détruit par la mort jadis de sa fille et qui a sombré dans la drogue ! Lui aussi aidera Joyce ! Et aussi la charmante Natalia Dyer - qui joue Nancy Wheeler, la sœur aînée de Mike, qui a quelques démêlés avec son petit ami Steve Harrington ( Joe Keery) et qui commence à nourrir des sentiments pour l’aîné des Byers qu'elle aide à traquer le monstre qui a enlevé Will !

    Pour compliquer l'histoire, on est aussi en présence - dans la petite ville de Hawkins où se déroule l'action - d'une mystérieuse compagnie d'électricité qui est en fait une couverture pour le gouvernement américain et qui poursuit des activités opaques pour lutter contre les Soviétiques ! Il est question à ce stade des supposées recherches de la CIA dans les années 70 et 80 sur le LSD ainsi que sur les phénomènes comme la précognition, la télépathie et la télékinésie !

    Un autre élément central de la série que je n'ai pas évoqué est la présence de Onze/"Elfe", une gamine aux pouvoirs de l'esprit qui s'évade du centre de recherche et se réfugie chez la bande de gosses ! Onze est jouée par Millie Bobby Brown dans un rôle assez complexe de gamine traumatisée ! Mike va en tomber amoureux et prendra sa défense en toutes circonstances !

    C'est Onze qui va mettre la bande sur la piste du "Monde à l'Envers" ! Chacun poursuivra son enquête de son côté, les gosses, le shérif et la mère de Will, Nancy et Jonathan pour converger à la fin et allier leurs efforts ! Ils feront face au monstre sans visage et aux gens de la compagnie !

    On comprends aussi que ce sont les expériences sur les pouvoirs psychiques qui ont ouvert le portail vers la dimension parallèle !

    Retrouveront-ils Will ? On n'en doute pas à vrai dire mais les dernières minutes de cette Saison annonce d'autres problèmes pour la suite !

    C'est une bonne série même si le dénouement est un peu en deçà à mon goût ! Les gamins sont attachants et les personnages de manière générale ! Je vous la recommande néanmoins !

    Wynona Ryder a peut-être un rôle un peu trop larmoyant par contre mais ce n'est pas son jeu qui est en cause mais la façon dont est écrit son personnage !

    Huit épisodes seulement !? Est-ce l'époque hyperconnectée et dans le culte de la vitesse qui veut cela ? Je le crois un peu !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Règne du feu est un film fantastique - et aussi en quelque sorte post-apocalyptique - réalisé par Rob Bowman et Le Règne du feu - Rob Bowmansorti en 2002 !

    A Londres, au début du XXIème siècle, des ouvriers de chantier réveillent un dragon en hibernation qui dès lors prends son envol, ravage tout et se multiplie en milliers d'individus qui dominent la planète et anéantissent l'humanité !

    En 2020, Quinn Abercromby - joué par Christian Bale - fait partie d'un groupe de survivants qui se cachent ! Quinn est par ailleurs le fils de Karen, l'ingénieur qui a découvert le premier dragon !

    Un film qui se déroule dans le futur donc, un futur désolé où tout n'est que cendres mais un film aussi avec des accents moyen-âgeux : références aux chevaliers - les chevaliers Jedi en l’occurrence, places-fortes où se terrent les derniers humains et évidemment la présence des dragons foncièrement maléfiques !

    Les survivants combattent les dragons et vivent -survivent - sur leurs maigres ressources et récoltes ! Ils ont évidemment développé des techniques spécifiques pour lutter contre les cracheurs de napalm ! Quinn et son ami Creedy - joué par Gerard Butler -  payent le prix fort au cours de cette lutte et rencontrent un jour, Denton Van Zan - joué par Matthew McConaughey, un autoproclamé chasseur de dragon à la tête de sa colonne blindée américaine ! Van Zan a découvert un point faible chez les dragons : leur vision trop sensible !

    Van Zan a rapidement l'occasion de montrer ses talents, aidé par Alexandra Jensen - jouée par Izabella Scorupco - une pilote d'hélicoptère mais le chasseur perds trois de ses hommes dans la bataille ! Un certain dragon va leur donner va leur donner bien du fil à retordre !

    Le chasseur de dragon parvient à enrôler certains des habitants du château de Quinn et tous se lancent à la poursuite du dragon ! La bête anéantit la colonne entière - mais Van Zan en réchappe et reconnaît alors son erreur ! Le monstre atteint ensuite le château et brûle tous les adultes, Creedy compris !

    Quinn, Van Zan et Alex vont alors se lancer dans la confrontation finale avec le dragon ! Tous n'y survivront pas !

    Un film intéressant qui trouve une nouvelle variante sur une post-apocalypse : après les zombies, les barbares, les robots, les aliens, ce sont les dragons qui détruisent ce monde ! Le Règne du feu  a au final assez moyennement marché peut-être en raison d'un accueil critique très défavorable ! Pourquoi tant de haine !

    Le film a été en partie tourné dans des décors du parc Walt Disney Studios - on est dans le pur divertissement ! Il a été adapté en jeu vidéo sur PlayStation 2, Xbox, Gamecube et Game Boy Advance.

    Il y a eut des précédents ! J'ai connu un scénario du jeu de rôles Cthulhu by Gaslight - paru dans un magazine, Casus Belli , il me semble, où des ouvriers du métropolitain de Londres déterraient un dragon ! M'en suis moi-même inspiré pour ma nouvelle Tigres et dragon paru initialement dans Le Calepin Jaune  ! Une idée pas si originale que ça finalement !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Spindizzy est un jeu vidéo d'action et d'exploration développé par Electric Dreams Software et sorti en 1986.Spindizzy - Electric Dreams Software

    Dans ce jeu en 3D isométrique, vous dirigez une toupie, un peu à la manière de la bille de Marble Madness - qui est chargée d'explorer le monde de Hangworld pour en dessiner la carte ! Vous devez accomplir votre mission pour la Société d'Exploration Galactique ! Pour cela, vous récoltez des diamants, activez des ascenseurs et des interrupteurs, évitez des objets ennemis, bref, vous avez du pain sur la planche pour parcourir les différents tableaux ! Adresse et dextérité demandées !

    Il y a bien évidemment un certain ordre d'activation des interrupteurs et de progression dans les niveaux ! A vous de trouver la bonne combinaison au fil de plusieurs tentatives !

    Votre toupie se déplace avec un certain effet d'inertie et il vous faut veiller à ne pas aller trop vite pour ne pas tomber dans le vide ! En fait, votre "engin d'exploration" se nomme  GERALD et peut prendre plusieurs formes  - outre pyramide ou toupie, on a les formes gyroscope et boule ! Vous avez un temps limité pour accomplir votre mission et en plus des chutes, devez redouter l'eau !

    Un bon petit jeu bien sympathique, sorti à l'époque directement sur Amstrad CPC, Apple II, Atari 8-bit, Commodore 64 et ZX Spectrum ! De plus, le jeu est très coloré avec des teintes flashy de bleu, de rouge ou encore de jaune !

    Le jeu a de plus eu une suite : Spindizzy Worlds !

     

    Spindizzy - Electric Dreams Software

     

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Walking Dead - Tome 28 : VainqueursLa série de comics Walking Dead de Robert Kirkman, dessinée par Charlie Adlard, continue d'être publiée en France chez Delcourt avec 4 à 6 mois de décalage avec les Etats-Unis ! Mine de rien, on en est déjà au tome 28 - "Vainqueurs" chez nous !

    Précédemment, les communautés - principalement Alexandria, la Colline et les Sauveurs - ont affronté les Chuchoteurs, des humains "déshumanisés" qui se vêtaient de peaux de Rôdeurs et se mêlaient aux hordes de morts-vivants ! Les gentils l'ont finalement emporté et les méchants sont en déroute !

    Cependant, Bêta, le colosse qui mène les Chuchoteurs après que Negan ait tué Alpha a réussi un dernier mauvais coup en détournant la plus grosse horde jamais vue de mémoire d'homme vers Alexandria ! La petite ville est donc de nouveau assiégée et bientôt ses grilles cèdent ! Ce tome nous montre comment les héros vont gérer cette horde et parvenir, au prix de maints efforts, à la détourner !

    On constate une évolution importante du personnage de Negan - méchant charismatique mais détesté - et aussi dans la série -télé qui reprends la guerre Rick/Negan en ce moment dans la Saison 8 qui vient de débuter !, Negan devient carrément sympathique dans ce tome puisqu'ayant médité sur ses mauvaises actions, il a radicalement changé et sauve d'ailleurs plusieurs fois la mise - et la vie ! - à Rick dans ce tome ! Negan doit négocier avec ses anciens compagnons Sauveurs - qui sous l'impulsion de Sherry - veulent se retirer du réseau de communautés !

    Petit détail anecdotique dans le volume : des habitants d'Alexandria se réfugient, devant l'invasion de la horde, chez Eugène et découvre son installation de Cibi et le fait qu'il est en contact avec une femme d'une autre communauté lointaine ! Cela aura des implications dans les prochains tomes à n'en pas douter puisque Rick va être mis au parfum !

    Mais pour sauver Alexandria, un gros sacrifice va être consenti ! En effet, Andrea, la compagne et âme-sœur de Rick donne sa vie pour sauver un camarade, est mordue et décède ! On assiste à son agonie et aux adieux de Rick et de la communauté à la blonde tireuse d'élite qui a tant fait pour le groupe ! Rick finira par "tuer" l'Andrea devenue une Rôdeuse avec déchirement ! Mais le combat continue et Grimes ne peut démissionner ! Un moment du récit hautement émouvant !

    Voilà ! Un tome dans la moyenne ! Il y a de bonnes surprises ! On voit que désormais nos survivants sont plus que des survivants et ils gèrent assez bien cette crise avec un minimum de pertes ! Rick Grimes a réellement bâti quelque chose de solide pour l'avenir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • C'est avec un certain intérêt que j'ai découvert la série Mindhunter - dont la première Saison est sortie d'un bloc sur Mindhunter - David Fincher & Joe PenhallNetflix, conformément à la politique de la chaîne de VOD. Ce sont 10 épisodes de haute volée - à mi-chemin entre la fiction et le documentaire, crées par Joe Penhall et réalisé et produit par David Fincher en coproduction aussi avec l'actrice sud-africaine naturalisée américaine Charlize Theron.

    David Fincher a toujours été passionné par les tueurs en série ! Rappelons qu'on lui doit les films Seven et Zodiac. Dans Mindhunter, on assiste à la naissance de la science du profilage !

    On est en 1977 ! La psychologie criminologique et le profilage criminel, au sein du FBI, en sont alors à leurs balbutiements. L'agent Holden Ford est bien conscient des limites de la discipline, particulièrement le jour où un preneur d'otages se fait sauter la tête au fusil sous ses yeux parce qu'il n'a pas su déterminer ses intentions. Holden Ford est interprété par le jeune acteur Jonathan Groff, tout en sobriété !

    Bientôt Ford s'adjoint les services de Bill Tench - joué par Holt McCallany - et tous les deux commencent par faire de la pédagogie dans les services de police dans les différents États. Ils décident ensuite de creuser l'idée de mettre en place un profil psychologique des pires tueurs afin de coincer leurs semblables.

    Nos deux agents vont alors s'entretenir avec ce qu'ils n'appellent pas encore des "tueurs en série" mais des "tueurs en séquence", notamment avec Edmund Kemper - magistral acteur que ce Cameron Britton qui joue un personnage très ambiguë, capable des pires horreurs mais avec un côté "chic type" et une remarquable intelligence - un manipulateur ? Certainement ! Ils interrogeront ensuite par la suite Jerry Brudos - joué par Happy Anderson et Richard Speck - joué lui par Jack Erdie. Chacun de ces tueurs est une véritable énigme et un abyme où l'on peut se noyer !

    Holden et Tench vont s'adjoindre les compétences de Wendy Carr - jouée par Anna Torv - qui campe une femme à la haute intelligence, lesbienne de mœurs, opposée à la peine de mort et donc aux idées très progressistes pour l'époque ! Ces trois-là vont d'abord s'attirer l'hostilité de leur hiérarchie puis leur supérieur,  Shepard, chef du FBI, joué par Cotter Smith, constatant que grâce à leurs recherches, nos trois "enquêteurs" parviennent à résoudre des crimes va leur allouer plus de crédits et plus de marge ! Néanmoins, les méthodes de Holden en particulier vont susciter des "résistances" de l'administration - celui-ci n'hésitant pas à sortir des clous et à utiliser le vocabulaire des tueurs pour leur soutirer des informations !

    Ceci a des répercussions sur la vie privée de Holden ! On ne sort pas indemne à fréquenter le Mal ! Il aura un retour de bâton à la fin de la Saison et prendra aussi ses distances avec Debbie, sa petite amie étudiante en sociologie - jouée par Hannah Gross - là encore une jeune femme libérée en quête d'autonomie et d'indépendance !

    Cette série est une vraie réussite ! Merveilleusement écrite avec des dialogues ciselés, elle nous montre que le monde est tout en nuances, ni blanc, ni noir, mais gris ! On joue avec les paradoxes dans ces quelques épisodes ! On est loin du thriller manichéen où les gentils flics coincent les méchants ! Les tueurs en série sont aussi la manifestation d'une modernité - d'une époque - qui va mal avec son hyperconsumérisme, sa surmédiatisation, sa violence contenue (dans les médias, au travail, etc,...).

    Pour être complet, je signale que cette série s'inspire de l'ouvrage Mindhunter : Dans la tête d’un profileur de Mark Olshaker et John E. Douglas. Le personnage de Holden Ford est lui-même inspiré de Douglas et Bill Tench de l'agent du FBI Robert Ressler ! Le personnage Wendy Carr, lui, est basé à partir de la psychologue et professeure d'université Ann Wolbert Burgess.

    Je recommande fortement cette série et attends avec impatience la Saison 2 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Tron - Walt Disney PicturesTron est un film de Science-Fiction, réalisé par Steven Lisberger pour le studio Disney, sorti en 1982 et révolutionnaire en son temps !

    Tron est le premier film à utiliser largement les effets spéciaux générés par ordinateur. Avant lui, le Star Wars - Épisode IV  de 1977 y avait eu recours pour la bref séquence du briefing de l'attaque de l’Étoile Noire mais cela c'était limité à cela !

    Le début des années 1980 est en effet l'époque où les micro-ordinateurs commencent à entrer dans les salons des familles ! Le film raconte l'histoire de Kevin Flynn - joué par Jeff Bridges, un programmeur de jeux vidéo qui va se retrouver digitalisé et propulsé dans le monde numérique sous l'identité de CLU.

    Flynn a crée plusieurs jeux vidéo dont la paternité a été usurpée par Ed Dillinger - joué par David Warner qui l'a ensuite fait licencié de sa société, ENCOM. Flynn est devenu tenancier d'une salle d'arcade où tournent ses propres jeux au bénéfice d'ENCOM. A l'aide de son programme CLU, Flynn tente de pénétrer dans le système informatique de la boite, afin de prouver sa spoliation, mais est bloqué par le "MCP" ou "Maître Contrôle Principal", une intelligence artificielle.

    Flynn pénètre dans les locaux d'ENCOM et se retrouve dématérialisé par un laser faisant partie d'un programme de téléportation. il se retrouve alors dans l'univers des bits et des puces. Dans l'univers virtuel, Flynn rencontre les programmes du système qui ont l'apparence de leurs concepteurs, ses collègues et amis Lora (Programme YORI) et Alan (Programme TRON) et même Ed Dillinger (Programme SARK).

    On a droit à quelques séquences d'anthologie: les combats de disques et les courses de motocycles lumineux. Concernant les courses, les motos ultrarapides laissent des traînées solides derrière eux et il s'agit d'enfermer les ennemis qui viennent se fracasser dessus ! Flynn devra lutter contre le MCP et SARK !

    Les effets spéciaux ont été réalisés par Syd Mead, Jean Giraud (Moebius) et l'illustrateur Peter Lloyd sur un supercalculateur Cray qui avait alors une capacité de 8 Mo de Mémoire Vive ! C'est néanmoins tout un monde virtuel qui a été crée ainsi ! On est loin des moyens techniques actuels de 2017.

    Je me souviens très bien de ce film ! A l'époque, au début des années 1980, j'avais dix ans et habitait à Paris. Mon père m'emmenait régulièrement au cinéma le soir et j'avais vu ainsi L'Incroyable Hulk - avec Bill Bixby et Lou Ferrigno, Il était une fois l'espace : La Revanche des Humanoïdes, Les Canons de Navarone, Goldorak ou les trois premiers Star Wars !

    Tron  est un film qui a innové en son temps. Par la suite, les progrès seront constants avec les étapes de Jurassic Park ou Avatar pour ne citer que ces deux films !

    En 2010, les studios Disney ont réalisé une suite : Tron - L'Héritage.

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Bonsoir mes amis !Trajectoires Eclectiques N°4

    Comme vous l'aurez certainement compris, j'attache beaucoup d'importance à mes blogs - et plus encore je suis fan de littératures, tant de lecture que d'écriture ! Mais "La Bibliothèque-éclectique" n'est pas ma première expérience éditoriale - loin de là ! C'est ce que je vais vous raconter aujourd'hui !

    En effet, en classe de Sixième, au Collège de Ouistreham, alors que j'avais entre 11 et 12 ans, on devait être après les vacances de la Toussaint - ou celles de Février  - et je fus captivé par un reportage dans Croque-Vacances, une émission jeunesse de TF1 de l'époque avec Claude Pierrard et des marionnettes de lapin, qui diffusa un reportage sur des enfants de mon âge qui avaient réalisé un fanzine ! Dès lors, l'idée me vint de faire pareil et c'est ainsi que je lançais Jeunes magazine  !

    Jeunes magazine était donc un fanzine, entièrement réalisé à la main - et vendu au porte-à porte dans ma petite ville ! Je composais le contenu moi-même - en m'appuyant notamment sur le pro-zine de Jean Chalopin auquel j'étais abonné et qui s'appelait Image par image ! Je rédigeais donc des articles sur Astérix, les Mystérieuses Cités d'Or, Inspecteur Gadget, des jeux, la réalisation d'un dessin animé et vendait cela pour la somme modique de 2 francs ! A l'époque, en 1983, nous n'avions pas des traitements de texte et des imprimante comme maintenant et je passais du temps à recopier les articles !

    Ce fanzine devait être le premier de mon collège et suscitait l'intérêt et même l'admiration de ma prof de Français Madame Bibault qui me proposa de le réaliser dans le cadre de la classe - ce que je refusais ! Deux autres jeunes de ma classe lancèrent un clone de mon fanzine, sacrés Yann G. et John P. qui se lancèrent dans la brèche ouverte !

    Je m'étais adjoint un comparse dès le début, un certain Thomas L. qui faillit faire capoter mon initiative en faisant rentrer dans le projet un autre type dont le père, dans l'administration, avait de gros moyen technique d'impression et qui tenta même de m'évincer ! Je ne me laissais évidemment pas faire !

    Finalement, Jeunes magazine mourut de sa belle mort après cinq numéros et un hors-série, à l'été 1984 alors que j'allais entrer en Cinquième ! Les petits enfants de bourgeois de la ville durent se réjouir et me le firent savoir, moi, le nouveau-venu de Paris, en Normandie, à l'été 1983 - pas encore accepté dans cette ville aux gens étroits d'esprits !

    "Alors Sylvain ! Tu as arrêté ta feuille de chou !" m'entendais-je dire ! Qu'importe ! Je continuais à leur damner le pion en Rédaction - cela les énervait et moi cela me réjouissait !

    Voilà ! Malgré les apparences, ne n'avais aucun ressentiment mais du par contre affronter pas mal de réticences et de jalousies ! Les jeunes étaient comme ça !

    A bientôt !

    PS : Je réalisais des années plus tard d'autres petites "brochures" - notamment en classe de Troisième - mais qui était cette fois à destination de ma seule famille - et en particulier de ma Grand-mère qui vivait à 250 kilomètres !


    votre commentaire
  • L'Américain - Franz-Olivier GiesbergL'Américain  est un roman autobiographique de Franz-Olivier Giesbert, paru en 2004 qui montre les relations père-fils ne sont pas toujours faciles (j'en sais quelque chose !).

    L'auteur est né dans le Delaware, aux Etats-Unis, en 1949. Il a eu 4 petits frères et soeurs ! Son père avait fait le Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie et ne s'en était jamais vraiment remis, ne supportant pas d'avoir vu tous ses camarades mourir alors que lui s'en était sorti !

    Passé la colère de Franz-Olivier Giesbert contre son paternel, qui les battait sa mère et lui, l'écrivain tente aussi un travail de généalogiste - pour une éventuelle réconciliation ? Il essaye d'élucider d'où venait cette violence de son géniteur, tournée contre sa famille et qui donc, puise ses sources dans la Seconde Guerre mondiale ! Nous, générations actuelles, qui avons toujours connu la paix - malgré, de nos jours la montée du terrorisme, qui reste anecdotique ! - ne pouvons pas concevoir comment nos ancêtres ont été marqués par toute cette violence des années 1940 ! Et je ne parle même pas de la Shoah !

    C'est donc un père avec des souffrances existentielles qui va faire payer chèrement sa femme et ses enfants et l'auteur a des mots très durs pour ce père ! On sent la haine palpable du fils ! Parfois, il arrive que ça aille jusqu'au meurtre (j'ai connu un cas semblable parmi mes camarades de lycée et de fac - tapez "parricide de Ouistreham" dans Google !). En tout cas le dialogue est certainement rompu ! Comment exprimer l'indicible de la guerre ?

    Giesbert ne nous épargne rien et c'est souvent glauque et pénible - mais il y a des petits moments de bonheur ! Là où certains (comme le "parricide de Ouistreham") se seraient détruits, Giesbert en a tiré une force et est devenu le journaliste et le patron de presse que l'on sait (au Point) !

    Plus tard, l'auteur découvrira que son père et sa mère s'aimaient ! Le problème est comment faire le deuil d'un parent avec qui on n'a jamais fait la paix ?

    Un court roman à l'écriture incisive et sans concessions ! Un témoignage utile !

    A bientôt !

    PS : je remercie Michel O. de m'avoir prêté ce livre - c'était avant qu'il ne connaisse une crise de démence et qu'il ne m'agresse sans raison !


    votre commentaire
  • Les années 1970 ont vu pléthores de films catastrophes sortir sur les écrans : La Tour infernale, L'aventure du Poséidon, la série Airport ! L'époque n'était pas à la légèreté ! Au début des années 1980 - la décennie suivante - le trio Jim Abrahams, David Zucker et Jerry Zucker - surnommés ZAZ ! - à la fois scénaristes et réalisateurs, semblent vouloir lancer un pied-de-nez à tous ces films de catastrophes aériennes - l'avion étant plus sûr que la voiture soit dit en passant ! - et nous livrent sur les écrans, en 1980, Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (Airplane ! en VO), une comédie décapante qui parodie en même temps nombre de classiques d'Hollywood de l'époque !

    Elaine Dickinson - jouée par Julie Hagerty - est une hôtesse de l'air qui vient de quitter son compagnon Ted Striker - joué par Robert Hays, lequel est un ancien pilote de guerre traumatisé et se culpabilisant pour la perte de son escadrille. Elaine veut refaire sa vie un Chicago mais Ted la suit dans l'avion en prenant un billet pour cette ville.

    Ted revit alors sa vie dans une série de flashbacks - parodiant, entre autres, La Fièvre du samedi soir ou Tant qu'il y aura des hommes...

    Mais hélas, le voyage en avion ne se déroule pas sereinement car l'équipage tombe malade, victime d’une intoxication alimentaire, comme le confirme le docteur Rumack - joué par Leslie Nielsen - l'acteur fétiche des ZAZ que l'on retrouvera dans la série des Y a-t-il un flic...

    Elaine demande alors à Ted - qui est le seul à avoir une expérience de pilote - de sauver la situation ! Seulement voilà, Ted a choper une phobie des avions depuis la fin de sa guerre à lui ! Grâce au docteur Rumack qui lui rapporte le témoignage d'un des hommes de Ted qui lui avait pardonné le "ratage" de sa mission sur son lit de mort, Ted trouve l'absolution et parvient à poser l'avion !

    Voilà ! C'est un film déjanté, parodique et ne respectant rien, pratiquant par moment un humour acerbe et noir mais sans méchanceté gratuite comme on le voit dans les productions des années 2000 - 2010 ! C'est un humour potache au bout du compte, servi par un casting au poil ! Signalons aussi parmi les acteurs : Lloyd Bridges, Robert Stack, Peter Graves et le basketteur Kareem Abdul-Jabbar !

    Parmi les films parodiés, on peut aussi mentionner Les Dents de la mer, 747 en péril, Midnight Express, Pinocchio, le Magicien d'Oz, Rambo  ! Y a-t-il un pilote dans l'avion ? fit l'objet d'une suite - Y a-t-il enfin un pilote dans l'avion ? et fut par ailleurs à son tour parodié dans Scary Movies 3 !

    Bref un classique de la comédie américaine !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le 30 novembre 1939, un nouveau théâtre d'opération s'ouvre dans ce Second Conflit mondial naissant ! L'Union L'invasion de la Finlande, du Danemark et de la Norvègesoviétique envahit la Finlande, craignant  que les Allemands n'occupent ce pays  pour porter une attaque contre Leningrad et prendre l'important port de Mourmansk sur l'Arctique !

    La Finlande n'avait obtenu son indépendance vis-à-vis des Russes qu'en 1918, largement détestés dans le pays ! L'Armée Rouge disposait de dix fois plus de troupes que ses opposants finlandais. Une invasion qui s'annonçait donc comme une victoire facile !

    Cependant, les Purges de Staline avaient affaibli l'Armée Rouge. Du côté finlandais, le Général Carl Gustaf Mannerheim dirigeait les troupes et se défendit vaillamment en lançant des attaques éclairs sur des terrains recouverts d'une neige épaisse. Les Soviétiques, désorganisés, vont subir de lourdes pertes dans ces conditions.

    La résistance courageuse des soldats finlandais émut les autorités françaises et anglaises qui décidèrent alors d'envoyer des contingents en soutien passant par la Norvège et la Suède, pays pourtant neutres.

    Au début du mois de février 1940, une nouvelle offensive soviétique brisa les lignes de défense finlandaise ! Début mars, les finlandais durent céder devant Staline !

    A ce moment là, Hitler décida lui aussi à s'intéresser à la Scandinavie ! La machine de guerre nazie était dépendante de ses ravitaillements et il s'agissait de ne pas être isolé comme en 1914 - 1918 ou de voir ses lignes d'approvisionnement en minerais coupées. Le minerais de Fer était en effet fourni par la Suède. En hiver, le seul chemin reliant la Suède à l'Allemagne était le port de Narvik. Hitler prépara alors l'invasion de la Norvège et du Danemark sur la route.

    Les opérations en Norvège débutèrent le 16 février 1940, prenant pour prétexte l'incident entre le destroyer de la Royal Navy HMS Cossack et le pétrolier ravitailleur allemand Altmark qui avait récupéré des prisonniers de guerre britanniques. Le 9 avril, les troupes allemandes commencent à débarquer dans cinq ports : Oslo, Kristiansand, Bergen, Trondheim et Narvik. Pendant ce temps, des homes de la toute récente division allemande parachutistes prennent les aérodromes de Stavanger et Oslo !

    Attaquées par surprise, les défenses norvégiennes sont rapidement débordées ! Même chose pour les Danois ! Le Danemark est occupé en 24 heures tandis qu'en Norvège, les Allemands étendre et relier leurs têtes de pont pour prendre les villes principales. La domination de la Luftwaffe sur les airs est totale.

    Les Alliés ne tardent alors pas à répondre et envoient une troupe de débarquement pour reprendre Narvik qui est effectivement reprise par les troupes françaises et norvégienne le 28 mai 1940. Mais six semaines plus tard, après l'arrivée d'un important contingent allemands et des combats violents, les Alliés durent se résoudre à abandonner la Norvège ! L'armée allemande avait encore une fois montré sa supériorité et de plus l'urgence était ailleurs, à l'Ouest !

    La prochaine fois nous parlerons de Blitzkrieg contre Ligne Maginot !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Star Wars - Atlas GalactiqueLa Galaxie Très Lointaine de Star Wars frappe par le caractère exotique de ses planètes ! Entre Naboo, Tatooine, Coruscant, Kamino, Utapau, ou encore Mustafar, ou Jakku, c'est le dépaysement assuré !

    Le guide paru chez Hachette Heroes, intitulé Star Wars - Atlas Galactique (à ne pas confondre avec Star Wars - L'Atlas chez Huginn & Muninn - dont il sera question une autre fois !) est un ouvrage de large format (je n'ai pas pris mon décimètre mais je dirais facilement plus de 30 cm de haut pour 25 de large, soit le format d'une feuille A3 !?) qui présente les planètes de l'univers Canon - soit les sept films de la Saga, le Spin-off Rogue One, les séries d'animation The Clone Wars et Star Wars Rebels, les romans et les comics !

    Ainsi, on a droit à des doubles pages monumentales qui représente le panorama de chacune des planètes principales de la Saga sous forme de fresque dessinée et annotée ! Ainsi par exemple, pour prendre le cas de Geonosis, on a une représentation du désert et sont mentionnés la Bataille de l'Épisode II - L'Attaque des Clones - qui ouvre la Guerre des Clones - mais aussi la Seconde Bataille de Geonosis que l'on fois dans la série The Clone Wars, les péripéties avec la Reine Karina et ses vers parasites mais aussi les événements de la série de comics Dark Vador avec l'archéologue Aphra ! Chaque planète est donc assez bien détaillée !

    Sorti en même temps que Rogue One, ce livre - qui est parfait pour les plus jeunes ! - inclut aussi la planète Jedha !

    En plus des planètes déjà citées, on trouve Dathomir, Mon Cala, Rodia, Yavin 4, Hoth, Dagobah, Christophsis, les Étoiles Noires et la Base Starkiller, Mortis, Lothal, Kashyyyk, Mandalore, Endor, Bespin et Ryloth ! D'autres planètes sont plus sommairement présentées sous forme de petits résumés à intervalles réguliers dans l'ouvrage !

    Star Wars - Atlas Galactique

    Enfin, pour être complet, il faut mentionner que ce livre contient un Who's who des principaux personnages - "Figures historiques", une chronologie, une carte générale de la Galaxie et une échelle comparative de tailles des créatures !

    Ce n'est pas trop mal fichu et cela vaut le détour car cela montre que Star Wars est un ensemble riche et cohérent !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le destin de l'homme est irrépressiblement lié à la Terre ! Nous n'avons que cette petite Planète Bleue comme foyer et nous la mettons en danger avec le réchauffement climatique et la Sixième Extinction ! Alors le salut est-il de partir pour les étoiles ?

    Tel est le thème du Papillon des étoiles, roman de Bernard Werber paru en 2006. Le récit est celui d'une colonisation de l'espace par l'humanité ! Un thème qui a été maintes fois exploré  - par moi-même dans une de mes nouvelles de même ! Le traitement de Werber ne brille pas par son originalité et c'est sans doute pour cette raison que j'ai lâché cet auteur par la suite - surtout après la déception que fut pour moi la fin du Cycle des Dieux !

    Yves Kramer est un responsable de l'Agence spatiale qui, dégouté par les tendances autodestructrices de l'humanité, décide de construire un voilier solaire ! Il s'agit pour une partie de gens triés sur le volet de fuir une planète vouée à la destruction en partant pour les étoiles !

    Mais très vite, le projet Dernier Espoir rencontre l'hostilité ! De la part des politiques, des religieux et d'une grande partie de la population qui se sent exclue du projet !

    Le roman s'articule en trois parties : les préparatifs en sont le premier mouvement puis c'est el voyage dans l'espace ! Le Papillon des étoiles est gigantesque et embarque le chiffre biblique de 144000 individus  (référence aux Elus après l'Apocalypse !). Très vite, les embarqués modifient l'environnement du vaisseau en créant montagnes, vallées et lacs ! Mais un premier crime a lieu et on doit se résoudre à renoncer à cette utopie en créant des tribunaux ! Enfin, une certaine Satine décide, à la tête d'un groupe, de se rebeller et d'utiliser le Moucheron pour retourner sur Terre !

    Le millénaire suivant à bord de l'arche n'est que guerres et violences et des 144000 voyageurs, on ne compte que six survivants !

    La troisième partie est l'arrivée sur un nouveau monde et là, Werber nous refait le coup du mythe d'Adam, Lilith et Eve ! La boucle est bouclée !

    Voilà ! Que dire de ce livre ? C'est divertissant mais sans surprise ! Quand comme moi, on lit beaucoup, on est en droit d'attendre un peu plus de la littérature ! Pour moi, Werber est plus un journaliste scientifique vulgarisateur qu'un auteur de génie - certes il a de l'inventivité mais son style, pitié !

    Au rayon scientifique, Werber relaie aussi ici les théories de la panspermie - où une des origines possibles de la vie sur Terre !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Maniac Cop - William LustigDans ma famille, quand j'étais encore ado, on a du faire l'acquisition d'un magnétoscope à la fin des années 1980, en 1988 ou 1989 ! Autant dire qu'au début, nous étions tous fan des vidéocassettes du Vidéo Store local ! Parmi les films que nous empruntâmes à l'époque figurait le nanar Maniac Cop, réalisé par William Lustig et sorti en 1988 !

    Maniac Cop ferait aujourd'hui partie de ces films qui sortent "direct-to-video" mais je crois bien qu'à l'époque, il avait effectivement eu une sortie ciné ! C'est un film à mi-chemin entre le thriller et le film d'horreur et qui bascule très vite dans le surnaturel ! En vérité, on peut aussi le classer dans le sous-genre des Slasher Movies - les films de tueurs surnaturels tels Freddy Kruger et Jason Voorhees !

    Le Maniac Cop est un tueur en série qui va semer la panique à New York  ! Il est vêtu d'un uniforme de policier et d'une matraque-épée et arrête les passants à la moindre infraction pour leur faire payer leur délit par la sentence la plus lourde, la peine de mort !  Et on parle de bavures policières !?

    Ceci crée très vite un climat de peur dans la ville et tout le monde en vient à se méfier des vrais flics qui en paient très vite le prix par des dommages collatéraux ! C'est le lieutenant Franck McCrae - joué par Tom Atkins - qui doit attraper le coupable et arrêter la psychose générale ! Notre Maniac Cop est un peu comme le requin des Dents de la Mer en un sens !

    Mais s'agit-t'il d'un malfrat qui se fait passer pour un flic ou d'un vrai flic ? La deuxième hypothèse est la bonne sauf qu'on a affaire à un flic zombie - et qui va être d'autant plus difficile à stopper ! En effet, l'officier Matt Cordell était un policier tombé pour corruption et assassiné en prison par des détenus qu'il avait arrêté et qui l'ont reconnu ! Il se venge donc en quelque sorte du système par-delà la tombe !

    Vous le constatez, le scénario est assez simpliste ! Quantités de mauvais films ont été produits sur cette trame ! Maniac Cop  est un peu au-dessus du lot mais pas de beaucoup ! Un film qu'on regardera un samedi après-midi avec des copains et du pop-corn, ou le samedi soir avec sa copine blottie contre soi ! Bref, vous l'avez compris, surtout un film pour ados !

    Il y eut deux suites, Maniac Cop 2 et 3, respectivement en 1990 et 1993 - mais je ne les ai pas vu, ce premier opus m'ayant suffit !

    "Vous avez le droit de garder le silence !... Pour toujours !"

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La série Homeland continue avec sa Saison 6, en prenant encore de nouvelles directions ! Exit le soldat NicholasHomeland - Saison 6 Brody, mais Carrie Ann Mathison - toujours jouée par Claire Danes - vit de nouvelles aventures, cette fois-ci à New York, quelques années après les événements de Berlin dans la Saison 5 !

    Carrie élève seule sa fille, la petite Franny, qu'elle a eut avec Brody ! Elle veille également sur Peter Quinn, - joué par Rupert Friend - impeccable dans le rôle d'un homme diminué suite à un AVC et son exposition à un gaz neurotoxique ! Mais Carrie qui, si elle a pris sa "retraite" de la CIA, n'est pas totalement retirée des cadres ! Elle œuvre toujours dans un cabinet d'avocats spécialisé dans la défense des citoyens musulmans victimes des abus du Patriot Act sous l'égide d'Otto Düring ! Et elle conseille en secret la nouvelle Présidente élue des Etats-Unis Elizabeth Keane - jouée par Elizabeth Marvel !

    Or Keane veut désengager son pays des actions de guerre au Proche-Orient ! Ce qui ne plaît évidemment pas à la CIA et en particulier à son responsable Dar Adal - joué par F. Murray Abraham. Les services de renseignements vont tenter de la discréditer avant sa prise de serment !

    Pour se faire, des hommes de l'ombre vont instrumentaliser un jeune afro-américain de confession musulmane qui condamne la politique des Etats-Unis - et que le cabinet d'avocats de Carrie va défendre ! Le jeune Sekou explose dans sa camionnette qu'on a piégé !

    Parallèlement, Dar Adal et le Mossad enquêtent sur une possible rupture de l'Accord anti-nucléaire avec l'Iran ! Et Saul Berenson - joué par Mandy Patinkin - a fort à faire ! En réalité, c'est encore un sac de nœuds et c'est le Mossad qui essaie de discréditer l'Iran pour pousser les Etats-Unis à plus de répression contre les Arabes !

    Dar Adal est donc l'ennemi d'une Carrie Mattison qui aimerait réformer la CIA dans cette Saison ! Tous les moyens sont bons pour contrer les héros : désinformations, pression sur Carrie via Franny sa fille, meurtres et assassinats ciblés, diffamation sur le fils mort au combat de la Présidente ! C'est une "guerre" sale !

    Et finalement, même Dar Adal se fait berner par plus extrémiste que lui ! Certains veulent carrément assassiner la Présidente ! Un des héros de la série fera le sacrifice de sa vie pour sauver la Présidente !

    Une série avec un scénario qui est très bien ficelé, avec nombres de rebondissements ! On entre dans le monde de l'espionnage à nouveau avec Carrie Mattison ! On retrouve aussi avec plaisir Robert Knepper, le T-Bag de Prison Break  en militaire vicieux !

    La Saison se termine par un grand nettoyage des services de renseignement, suite à la conspiration. Dar Adal et même Saul Berenson sont arrêtés et Carrie gagne en pouvoir - ce qui augure de nouveaux développements pour la suite - la Saison 7 !?

    Bref, j'aime beaucoup cette série !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les Faux-monnayeurs - André GideLes Faux-monnayeurs est un roman d'André Gide publié en 1925 dans la Nouvelle Revue française, la revue de Gaston Gallimard et qualifié par son auteur comme "son premier roman", les nombreux textes l'ayant précédé étant alors qualifiés par lui de "récits" ou de "soties" !

    Un roman à la construction minutieusement élaborée et réfléchie, voilà ce que sont Les Faux-monnayeurs qui comporte un grand nombre de personnages et de points de vue, une intrigue centrale et des intrigues secondaires ! Gide est alors au sommet de son art véritablement ! Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce roman, beaucoup plus que ses autres textes, en particulier L'immoraliste ou Les Caves du Vatican - dont le meurtre gratuit m'a ulcéré !

    Ce roman mets en scène un écrivain, Édouard, qui s'interroge sur la prétention du genre romanesque à reproduire le monde réel, tout le problème de l'"écriture créatrice" ! Il y a là une mise en abyme, de par là-même la structure de ce roman de Gide qui innove par rapport à l'époque en étant non-linéaire !

    Le thème de l'homosexualité est au cœur de l'action (Gide était homosexuel) ! On a d'une part la rivalité entre les deux écrivains, Robert et Édouard, l'enlèvement d'Olivier ou l'attirance des jeunes gens pour leurs aînés !

    Entrons plus dans le détail si vous me le permettez ! Les personnages de l'intrigue centrale sont Bernard et Olivier, deux amis de lycée, et Édouard, l'oncle d'Olivier désireux de créer un roman unique et innovant, mets qui n'arrive jusque là qu'à créer de "la fausse monnaie", une contrefaçon du monde réel ! Au début du roman, Bernard découvre, en tombant sur des lettres d'amour adressées à sa mère, qu'il n'est pas le fils de son père, Albéric Profitendieu qu'il va alors mépriser bien qu'il soit l'enfant favori de celui-ci !

    Bernard va retrouver l'oncle d'Olivier à la Gare Saint-Lazare après avoir rédigé une lettre d'adieux injuste et tombe sur le journal intime de l'écrivain en s'emparant de la valise de celui-ci. Bernard retrouve alors alors sa grande amie Laura, enceinte de Vincent, frère d'Olivier que ce futur papa a abandonné dans la plus grande détresse !

    Édouard s'amuse de l'épisode de la valise et invite Bernard et Laura à un séjour en Suisse en proposant au jeune homme d'être son secrétaire.

    Pendant ce temps, Olivier, jaloux de Bernard, se laisse séduire par le comte de Passavant, riche, dandy et amateurs de jeunes hommes mais aussi cynique et manipulateur et qui va avoir une influence pernicieuse sur le garçon ! Olivier devient mauvais, sombre dans la dépression et va jusqu'à se saouler au cours d'une soirée d'un club littéraire, les Argonautes, où il se ridiculise, tombe dans la torpeur et est récupéré par son oncle Édouard qui le sauve de plus d'une tentative de suicide !

    Olivier, avec l'accord de sa mère Pauline, va vivre chez son oncle tandis que Bernard finira par accepter Profitendieu comme figure paternelle et laissera Édouard pour en pas prendre la place de son ami Olivier dans le cœur de l'écrivain !

    Voila ! Je vous fais grâce des la demi-douzaine d'intrigues secondaires ! Gide s'essaie ici à reproduire la complexité du monde réel. Concernant la mise en abyme mentionnée plus haut, le personnage d’Édouard, essaie lui-même d'écrire un roman intitulé Les Faux-monnayeurs avec les mêmes intentions que Gide !

    Un très bon roman donc - l'un des meilleurs de Gide à mon avis - pour ceux que j'ai lui ! Je vous le recommande chaudement ! C'est agréable, les personnages sont bien brossés et ça se lit bien !

    Pour finir, je signale qui avec ce billet, cela fait mon 2051ème article si je compte tous les billets différents publiés sur Overblog/eklablog et sur Skyblogs ! La prochaine étape est le 2000ème article à proprement parlé sur Overblog/eklablog qui donnera l'occasion d'un compte à rebours ! 2000 billets, ce n'est pas rien ! Et c'est reparti pour 2000 billets de plus ! On vise les 4000 articles !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les années 2000, alors que le paysage rôlistique commençait à se remettre des attaques de la décennie Le Pic de Malmort - Asmodée Editionsprécédente des Dumas/ Pradel, un jeu dominait toute la scène, le classique Dungeons & Dragons qui s'offrait une superbe troisième édition aux mécanismes bien rodés ! J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de certaines des campagnes qui sortaient alors pour ce jeu de rôles - et il y en avait en quantités ! Il y eut Witchfire, Freeport, Oblivion traduits chez Asmodée Éditions/Siroz mais cette petite boite d'édition fournissait aussi des créations originales ! Comme Le  Pic de Malmort par l'auteur phare de ce milieu, Croc !

    Croc, pour l'avoir aperçu à l'Oeuf Cube, boutique légendaire près de la fac de Jussieu, a un côté rock'n'roll ! On lui doit des jeux comme Animonde, Berlin XVIII, Bitume, Bloodlust, Scales, mais surtout In Nomine Satanis/ Magna Veritas et aussi ce Pic de Malmort conçu pour des personnages de D&D3 de niveau 1 à 3 !

    Un scénario en réalité de facture très classique ! Les héros escortent une caravane de marchands et tombent dans une embuscade tendue par des gobelins ! Ils arrivent ensuite au village de Malmort protégé par l'Ordre du Griffon! Mais bientôt la menace d'une invasion gobeline massive se profile ! Les PJ doivent aller enquêter dans les montagnes où ils découvrent les forces en présence !

    Ce scénario serait parfait pour une initiation si Croc lui avait donné une suite ! En effet, Le Pic de Malmort  est conçu comme le premier volet d'une campagne en plusieurs volets et donc ce livret n'a pas vraiment de conclusion et nous laisse sur des enjeux et une action suspendus ! On en sait pas vraiment ce qui se trame dans l'ombre, le pourquoi du comment !?

    Cela reste une succession linéaire de petits donjons sans grandes envergures ! En même temps, c'est pour PJ de bas niveau ! Hélas, cette "introduction" nous laisse sur notre faim ! On ne retrouve pas non plus l'humour de l'auteur dans ce module qui reste bien sérieux et conventionnel ! Bref du commercial bien formaté !

    J'ai joué ce scénario avec mes joueurs de l'époque, Florian, Cécile, Patrick et Christopher, en 2005, moi comme MJ et ce module n'a pas laissé un souvenir impérissable ! On lui préférera largement des productions comme Retour au Temple du Mal Élémentaire  !

    Passez votre chemin donc ! Circulez y a rien à voir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Vigilante - IremVigilante est un jeu vidéo de 1988, du genre beat them all, développé par Irem sauf pour le territoire des USA où c'est Data East qui le prends en charge ! C'est évidemment à l'origine une borne d'arcade.

    Le monde est devenu un endroit encore plus violent ! La police est débordée par cette violence omniprésente et ce sont les groupes d'autodéfense, les Vigilantes, qui assure la sécurité ! Notre héros est l'un de ces fiers-à-bras, un justicier urbain dont la petite amie Madonna se fait kidnapper par des skinheads ! Il doit donc se porter à son secours et distribuer les mandales à tour de bras !

    En réalité, ce jeu n'est qu'une resucée d'un autre jeu de 1984, le hit Kung-Fu Master du même développeur (je vous renvoie à mon billet sur cet autre jeu !) ! L'action se déroule sur un plan unique - contrairement à Double Dragon, autre jeu de castagne à la même époque qui avait largement ma préférence ! Le joueur est très limité dans ses mouvements puisqu'il ne peut se déplacer que sur cet axe horizontal !

    Les ennemis - des hordes de voyous ! - arrivent par la droite et la gauche et vous disposez de deux types de coup - coups de poings et coups de pieds ! - pour vous en débarrasser. Il est aussi possible de sauter ou de se baisser ! De temps à autre, il vous est permis de ramasser un nunchaku pour encore plus d'efficacité !

    Le jeu se joue en solo mais il est possible d'y jouer à deux ! En fait pas vraiment, car chaque joueur joue à tour de rôle, en alternance !

    Les ennemis arrivent donc en nombre et agrippent à vous jusqu'à ce que vous mourriez - car il font baisser votre jauge de vie ! Ils ont souvent aussi des couteaux, des matraques voire des pistolets. Les mécanismes, vous le voyez, de Kung-Fu Master sont donc repris comme un copier-coller - avec des graphismes certes améliorés ! Et évidemment, il y a a aussi des boss de fins de niveaux ! Et un temps limite ! Il y a cinq niveaux si je ne m'abuse ! Il s'agit de ne pas se laisser déborder !

    Ce jeu connut un certain succès - pour ma part y jouais très peu et essentiellement au bar-tabac Le Havane ! Il fut porté sur différentes consoles et machines de salon, PC-Engine, Sega Master System, Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, Commodore 64 et ZX Spectrum mais je  n'eut accès à aucune de ces versions et ne jouais qu'à la borne d'arcade ! Et comme je vous l'ai dit je préférais Double Dragon, que je maîtrisais mieux et où j'étais champion ! Ah si j'aimais bien la musique de ce jeu sur la borne !

    A bientôt !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires