• Lucky Luke : Tortillas pour les Dalton - Morris & Goscinny

    Lucky Luke : Tortillas pour les Dalton - Morris & GoscinnyTortillas pour les Dalton  est la quarante-cinquième histoire de Lucky Luke et marque la fin d'une époque puisque c'est aussi le trente-et-unième album paru et le dernier chez l'éditeur Dupuis, publié en 1967 ! Par la  suite, c'est Dargaud qui éditera le héros de Morris et Goscinny à partir de La Diligence ! Chez Dupuis, on cherchera une nouvelle série proche pour remplacer les aventures du cow-boy solitaire dans l'Ouest américain : ce seront Les Tuniques Bleues de Cauvin et Salverius ! On passera aussi d'albums à couvertures souples à des réalisations avec des couvertures cartonnées rigides !

    Mais revenons à Tortillas pour les Dalton ! Du temps de l'Ouest Sauvage, la surpopulation carcérale était déjà un problème et il est décidé de transférer les Dalton dans une prison près du Rio Grande et de la frontière mexicaine ! Seulement voilà, des bandits mexicains attaquent le fourgon de nuit sur le trajet, pensant y trouver de l'argent et délivrent donc les Dalton !

    Le fait que ces quatre bandits soient libres au Mexique ne plaît pas à l'ambassadeur de ce pays ! C'est donc une fois de plus Lucky Luke qui doit ramener les gredins en prison !

    Goscinny s'amuse à jouer avec les clichés touristiques sur le Mexique ! La cuisine bien sûr, les combats de coqs, les sombreros, les Mexicains qui font la sieste toute la journée, la musique, etc,... Il en tire des situations cocasses et souvent absurdes !

    Les Dalton sont "entre les mains" d'un bandit local, un certain Emilio Espuelas, qui pratique avec sa bande les enlèvements contre rançons. Il se demande quel avantage il va pouvoir tirer des Dalton et ceux-ci vont tenter de s'attirer ses bonnes grâces et surtout lui cacher que Lucky Luke serait prêt à payer pour les récupérer !

    En réalité, il n'en est rien car Luke, avec l'aide de Don Doroteo Prieto, le "plus riche ranchero de la région", va aussi tout faire pour coffrer Espuelas et pas seulement les Dalton - et donc ne négociera pas avec le bandit mexicain une éventuelle rançon pour ces quatre là !

    Il faut aussi compter dans ce tome avec la présence du "chien le plus bête de l'Ouest", "le chien plus bête que son ombre" (là où Lucky Luke "tire plus vite que son ombre" !). Ce cabot complétement stupide ne sert vraiment a rien en termes d'efficacité policière mais est un très bon ressort comique ! Heureusement, il sera secondé par un brave chihuahua qui lui, pour le coup, a du flair !

    Un bon album qui termine brillamment une époque ! Par la suite, on entre vraiment dans la période des albums les plus légendaires de Lucky Luke - mais cela je vous en ai déjà parlé ! - et on verra effectivement cela bientôt !

    A la prochaine donc !

    « Le deuil de la mélancolie - Michel OnfrayLes Héritiers - Bourdieu et Passeron »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :