• Les Mythes de Cthulhu - H.P. Lovecraft (1ère partie)

    J'ai décidé de lire par le menu tout le contenu des mes cinq bibliothèques, ce qui risque de me prendre plusieurs années et j'ai commencé par "L'Intégrale Lovecraft" - Tome 1 sur le coin en haut à gauche de mon premier meuble ! J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de "L'Appel de Cthulhu", notamment du jeu de rôles paru chez Sans-Détour (qui en a perdu les droits depuis), nous allons ici aborder quatre premières courtes nouvelles du Maître de Providence, à savoir "Dagon", "Nyarlathotep", "La Cité sans Nom" et "Le Molosse" !

    Lovecraft est véritablement un maitre de l'épouvante ! Il fut hélas pour lui méconnu de son vivant, publiant essentiellement dans des pulps tel Weird Tales et des journaux ou des fanzines de sa main. Mais il ne vit jamais de livre publié sous son nom de son vivant ! On doit sa renommée à l'acharnement d'un de ses premiers continuateurs, dès les années 1930 et sa mort, August Derleth qui organisa notamment la Cosmologie des Grands Anciens à grosses doses de réécritures !

    En France, Lovecraft devient connu dans le tournant des années 50 dans la vague pour l'ésotérisme inaugurée par Jacques Berger et Lucien Pauwels (marqués très à Droite) et leur Matin des Magiciens qui lança la mode de l'archéologie alien, notamment autour des pyramides d’Égypte, dont le film et la série Stargate, la Porte des Etoiles  et Stargate SG-1 - avec le Docteur Samuel Jackson - s'inspireront !

    Commençons par la très coutre nouvelle "Dagon", écrite en 1917, le premier récit qui inclut des éléments du Mythe à savoir le Seigneur des Profonds, Dagon. L'histoire est celle d'un naufragé de la Grande Guerre, qui échoue sur un île inconnue avec des constructions de pierre impies et se retrouve face à une large créature ichtyoïde et blasphématoire qui lui fait perdre la raison !

    Des critiques ont pointé que Lovecraft avait du s'inspirer de la nouvelle de Irvin Cobb, "Fishhead" qui introduit une créature mi-homme, mi-poisson. En tout cas, cette apparition cauchemardesque de Dagon préfigure celle de Cthulhu lui-même, dans un peu près les mêmes conditions mais dans un récit plus élaboré, dans sa nouvelle la plus connue, "L'Appel de Cthulhu" de 1926. Comme vous le savez peu-être, on retrouvera les Profonds et leur culte pour Père Dagon et Mère Hydra dans le récit "Le Cauchemar d'Insmouth" !

    "Nyarlathotep" est un texte encore plus court, de 1920, qui est un poème en prose. Un texte que j'ai trouvé d'abord difficile et que je ne suis pas sûr d'avoir compris et qui semble parler d'une figure de mage, Nyarlathotep qui se rend de ville en ville de par le monde pour donner des représentations qui transportent les gens à la fin des temps, parmi les ruines ! Il faut sans doute y voir une allégorie !?

    "La Cité sans Nom" me fait penser à cette imagerie des aventuriers dans les années 20 et 30, matinée ici d'horreur ! C'est un texte un peu plus conséquent et qui date de 1921 et a été publié dans le fanzine The Wolverine. Le narrateur - qui est peut-être aussi celui du récit ultérieur "Le Descendant", explore l'antédiluvienne "Cité sans Nom" au delà des sables d'Arabie et est le premier humain à s'y aventurer au prix de sa santé mentale !

    On retrouve ici ces éléments de la géographie imaginaire de l'auteur qui comprends des villes mystérieuses et inquiétante comme Irem, la "Cité des Piliers", Ib, Sarnath ou Kadath ! Notre "archéologue" s'enfonce, dans les profondeurs de la Terre, sous les sables et découvre une civilisation de Non-Humains ressemblant à des crocodiles pour qui l'homme est un bétail !

    Terminons pour ce premier billet de la série sur le Bouquins avec "Le Molosse", récit de 1924, de Weird Tales. Ici, le narrateur acculé, qui s'apprête à se tirer une balle dans la tête au terme de son récit est un "Décadent", un "Vampire", comprenez non un suceur de sang mort-vivant mais bien un humain dégénéré moralement qui pille les sépultures pour en extraire les cadavres et se constituer un musée morbide dans son château ! Il officie avec son acolyte, Saint-Jean et il vont mal tomber !

    En effet, lors d'un périple en Hollande, ils vont déterrer le corps d'un sorcier et volé son amulette qui s'avéra maudite ! Dès lors, un monstre à l'allure de chauve-souris, colossal et surnommé "le Molosse" va les poursuivre, évidemment, et c'est là le talent de Lovecraft, plus suggéré que montré et qui finira par déchiqueter Saint- Jean !

    A la fin, le narrateur réouvre le caveau du sorcier pour y redéposer l'amulette et a une horrible surprise qui le remplit d'effroi et le pousse au suicide !

    Voilà ces textes sont de petits bijoux qui valent le détour et qui sont devenus des classiques du genre !

    A bientôt !

    « Les insoumises - Jean Haechler (2ème partie)Prélude à Deadpool Corps - Victoir Gischler »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :