• Les forçats - Bruno Gibert

    J'ai littéralement "dévoré" Les forçats en l'espace d'une nuit. Ce court roman (150 pages) de Bruno Gibert nous emmène dans le monde de l'art dont il nous dresse un panorama, l'art contemporain j'entends !

    Ce livre est aussi autobiographique puisque Gibert y revient sur son parcours d'artiste, d'abord peintre - qui ne parvient pas à percer - puis qui trouve sa voix comme écrivain en maniant les mots et non les couleurs. Mais ce livre est aussi un hommage à son ami, l'autre artiste, Edouard Levé - appelé "Ed" dans le roman, qui se suicida dans la quarantaine en 2007.

    Le livre raconte les nombreux projets artistiques de chacun de des amis : série de carte de France en tapis, portraits de célébrités. Gibert y présente les artistes auxquels il voudrait ressembler, évoque son maître, un certain John - avant de rompre avec lui pour différents artistiques. Il dit aussi préférer les "croûtes" à ces artistes qui mettent en scène l'indignation, comme ce Lego Auschwitz, pour faire parler d'eux. Là encore tout est question d'implication et de sincérité.

    Ed, lui, est un drôle de figure ! Très cultivé, fils d'une famille bourgeoise avec laquelle il a plus ou moins rompu et se retrouvant sans le sous, le gars est un peu inadapté à la société et aux relations humaines. Une vie de couple est ainsi un mystère pour lui ! Par contre, pour tout ce qui touche aux mondanités de l'art, il est très à la pointe et même plus impliqué que Bruno Gibert ! Lui se fera connaître par une série de peintures puis surtout de photographies ! Il écrira aussi un roman mais finira par se pendre chez lui !

    Voilà un roman que je vous recommande, bien écrit, au style limpide et vivant, avec quelques audaces. Ca se lit vite en plus !

    A bientôt !

    « Mindhunter - Saison 2Les Ragazzi - Pier Paolo Pasolini »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :