• Les Douze Travaux d'Astérix - Goscinny & Uderzo

    Les Douze Travaux d'Astérix ​est un film d'animation, sorti sur les écrans en 1976, et chapeauté par les Les Douze Travaux d'Astérix - Goscinny  Uderzoauteurs de la BD eux-mêmes, René Goscinny, Albert Uderzo ainsi que Georges Dargaud, au sein des studios Idéfix. La particularité de ce dessin-animé est qu'il raconte une histoire originale qui n'est tirée d'aucun album préexistant !

    Il y a eu Hercule - accomplissant ses Douze Travaux ! Astérix et Obélix vont devoir renouveler ces exploits ! En effet, César s'impatiente devant les irréductibles gaulois qui résistent encore et toujours à ses armées ! Il leur lance alors un défi : nos deux héros devront prouver leur valeur ou se soumettre et César est prêt à risquer sa place de chef de l'Empire dans ce pari !

    Mais comme les Douze Travaux d'Hercule sont un peu datés, les conseillers de César concoctent douze nouvelles épreuves !

    Et ces épreuves sont particulièrement savoureuses - surtout certaines à l'image de la lutte contre l'administration qui permets aux auteurs de livrer une critique féroce de la société contemporaine ! Passons ces défis en revue !​

    D'abord Astérix doit battre le Grec Mérinos à la course ! Or celui-ci file comme une fusée ! Ce qui n'empêche pas le petit gaulois de le narguer ! Le lièvre et la tortue ?

    ​Astérix doit ensuite lancer le javelot plus loin que Kermès le Perse ! Les javelots vont voler jusqu'en Amérique, occasion de faire un clin d'œil à Oumpah-Pah, l'autre héros des auteurs !

    Il faut ensuite défaire Cylindric le Germain lors d'un combat - ce qui introduit l'anachronisme du Judo inventé au XIXème siècle ! Une épreuve qui apprends qu'il ne faut pas se fier aux apparences et montre aussi la susceptibilité d'Obélix !

    La quatrième épreuve consiste à affronter les prêtresses de l'île du Plaisir ! Mais si celles-ci peuvent satisfaire tous les désirs des hommes, elles n'ont pas de sangliers là où elles habitent, ce qui constitue un problème !

    Puis Astérix doit soutenir l'insoutenable regard d'Iris, le prêtre égyptien un hypnotiseur redoutable dont Astérix retourne le pouvoir contre lui ! Et là on remarquera un clin d'œil à un personnage de ​Black et Mortimer ​!

    Nous en sommes déjà à la moitié des épreuves - et César s'inquiète ! - lorsque nos héros doivent ingurgiter le repas pantagruélique de Mannekenpix le cuisinier des Titans ! Mais c'est sans compter que nos gaulois sont de bons vivants !

    Il faut ensuite à nos héros pénétrer dans l'antre de la Bête ! On ne verra pas la dite Bête dont nos deux irréductibles triompheront mais on fera un détour par la station de Métro Alésia - faille spatio-temporelle ?

    ​Ensuite vient la fameuse scène dont je vous ai parlé plus haut : la critique du complexe système administratif français dans la "Maison qui rend fou" où Astérix et Obélix doivent récupérer le formulaire A-38 ! Le petit gaulois, une fois de plus, retourne l'avantage de l'adversaire contre lui et nos fonctionnaires finissent fadas !

    Les trois épreuves suivantes sont vite expédiées tandis qu'Astérix se rapproche de son but : traverser un ravin sur un fil invisible au-dessus des crocodiles du Nil, monter sur la plus haute montagne et résoudre l’Énigme du Vénérable - concernant un attribut divin : la Lessive des Dieux ! Parodie là encore, cette fois de publicité des années 1970 ! Ensuite il fait à nos compagnons dormir sur la Plaine des Trépassés !

    La douzième et dernière épreuve est somme toute plus classique et consiste à affronter les gladiateurs et les fauves dans le Cirque Maximus !

    Astérix et Obélix remportent toutes les épreuves et nos gaulois deviennent des dieux tandis que César se retire avec Cléopâtre dans une petite maison après leur avoir confié le commandement de l'Empire ! Mais tout cela n'est qu'un dessin-animé !...

    Un bon film d'animation qui a le mérite de présenter un récit inédit de nos gaulois ! C'est gentiment irrévérencieux et plus "décalé" que la BD ! Un métrage que je revois toujours avec plaisir !

    Enfin, pour terminer ce billet, je voulais mentionner la participation de Pierre Tchernia, "Monsieur Cinéma" pour les uns, "Magic Tchernia" pour les autres, un grand Monsieur qui nous a quitté à 88 ans ce samedi 8 octobre 2016 ! Chapeau l'artiste ! Je tenais à lui rendre hommage !

    A bientôt !

    « Lucky Luke : L'Evasion des Dalton - Morris & GoscinnyGlider Rider - Quicksilva »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :