• Le vieil homme et la mer - Ernest Hemingway

    http://cocktailculture.files.wordpress.com/2009/12/ernesthemingwayhemingway.jpgJe ne connaissais pas la prose d'Hemingway avant de lire Les neiges du Kilimandjaro. J'avais fait un billet sur cette nouvelles et les textes associés dans l'édition Folio sur ce blog et je disais à cette époque mon envie d'en lire plus et en particulier Le vieil homme et la mer.

    Mais tout d'abord, faisons une petite présentation biographique de l'auteur.

    Ernest Hemingway est née en 1899, près de Chicago.

    En 1917, il s'engage comme reporter puis va sur le front italien.

    Après un séjour au Moyen-Orient, il s'installe à Paris et apprend son métier d'écrivain. Son second roman Le soleil se lève aussi lui apporte le succès et le fait connaître. Fort de ce prestige, il voyage à nouveau, aux Etats-Unis, en Afrique, au Tyrol et en Espagne.

    Lorsque la Guerre Civile Espagnole éclate, il s'engage auprès de l'armée républicaine comme correspondant  de guerre. Puis il participe à la Seconde Guerre Mondiale et suit la division Leclerc.

    De nouveau, après guerre, il voyage : de Cuba à l'Italie en repassant par l'Espagne.

    C'est en 1953 que parait le roman qui nous intéresse aujourd'hui : Le vieil homme et la mer qui lui vaudra le prix Nobel l'année suivante.

    Malade, il se tue en 1961 d'un coup de fusil.

    http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/7/0/9782070360079.jpgLe vieil homme et la mer est une épopée, celle d'un vieil homme qui se lance à la poursuite d'un espadon d'une taille comme l'on en a jamais vu après quatre-vingt quatre jours de pêche infructueuse. L'enjeu de cette lutte est grand : lutte pour la survie de part et d'autre.

    Il y a aussi le Gamin qui accompagnait le vieil homme et dont les parents ont décidé de le changer de bateau car notre héros tragique a trop le guignon.
    Roman sur l'intériorité humaine, sur la solitude, sur l'amitié entre génération, sur le combat pour dompter la nature, ce livre aux résonances bibliques et homériques manie une langue qui puise dans le registre familier tout en atteignant des sommets.

    Au final, c'est une tragédie car le vieil homme capturera le poisson mais la bête attachée à son petit bateau sera dévoré par les requins qui n'en laisseront que la carcasse.

    On remarquera que les protagonistes n'ont pas de nom hormis "le vieil homme" , "le gamin", "le poisson" comme pour mieux les ancrer comme des figures mythologiques et atemporel. D'autre part, le roman s'achève sur un échec. Mais ce n'est pas si évident car le pêcheur a tout de même capturer le poisson... Seulement le sort s'en est mêlé: échec dans la victoire et victoire dans l'échec.

    Voila ! Comme de coutume, je ne saurais que vous recommander la lecture de ce livre qui fait figure de classique.

    A bientôt !

    « Les fruits d'or - Nathalie SarrautePourquoi la fiction? - Jean-Marie Schaeffer »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Janvier 2011 à 12:34
    Bonjour Drizzt, j'ai bien aimé ce livre. Je me permets d'ajouter un lien vers ton article dans celui que j'avais rédigé au moment de ma lecture. Dès lors, je te laisserai le soin d'aller voir cela sur mon blog, si le coeur t'en dit, et de me dire, le cas échéant, ce que tu en penses.
    Bon après-mid et à très vite, j'espère.
    Cordialement,
    2
    Dimanche 20 Février 2011 à 13:53
    J'ai beaucoup aimé cette histoire. "Le vieil Homme est la mer" est vraiment un livre passionnant !
    Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur cette histoire sur mon blog...

    Joli article, je reviendrais ;)
    Bonne continuation !!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :