• La Fortune des Rougon - Emile Zola

    Bonjour à toutes et à tous !

    J'ai pris quelques jours de vacances et j'en ai bien profité pour accomplir plusieurs lectures.

    Parmi celles-ci :

    Annie Saumont et son Les croissants du dimanche, recueil de nouvelles très courtes et non dénuées d'une certaines poésie. Le style de cette auteure est bien particulier et une analyse en profondeur se révèle trop ardue pour le moment !

    Il y a aussi Philippe Labro et Franz et Clara, l'histoire émouvante d'un jeune surdoué de douze ans et d'une violoniste sur les rives d'un lac suisse.

    Mais bon, je me suis lancé dans la lecture de l'intégrale des Rougon-Macquart, dans l'ordre chronologique.

    Maintenant, je vais m'attarder sur le premier volume : La Fortune des Rougon.

     Ce tome pose les bases de toute la série. La publication des Rougon-Macquart, épopée se déroulant sous le Second Empire, s'est étendue sur près de vingt ans, de 1869 à 1893.

    Zola y pose sa théorie naturaliste (bien qu'il n'ait jamais vraiment formalisé cette théorie par un écrit) où toute la destinée des personnages repose sur leur hérédité. Il se dégage de la lecture de ce volume une sorte d'ironie sous-jacente constante, où l'auteur nous montre bien le grotesque des bourgeois de province.

    Il y a donc à l'origine Adélaide Fouque, qui aura un enfant d'un premier mariage, Pierre Rougon, l'enfant légitime et deux autres enfants d'une liaison adultérine avec le braconnier Macquart: Antoine et Ursule (qui épousera Mirouet).

    Mais ce premier tome s'intéresse surtout à Pierre et sa descendance qui rêvent de pouvoir et d'ascension sociale en soutenant Napoléon III. Pierre a trois enfants Eugène, Aristide et le docteur Pascal. Ce roman est un roman de province alors que souvent l'action se passe à Paris. C'est aussi un roman un peu délaissé si l'on pense à Germinal et à Nana beaucoup plus connus (voir les adaptations au grand écran!) Pourtant  c'est un livre indispensable pour bien comprendre la suite.

    L'hérédité d'Adélaide Fouque, c'est la folie, celle de Macquart, le penchant pour la boisson.

    Seuls deux personnages semblent trouver grâce aux yeux du narrateur: Silvère (un des fils d'Ursule) et Miette. Pourtant cela ne se terminera pas bien pour eux.

    Voila, dans l'avenir, je compte me pencher avec plus de rigueur sur l’œuvre de Zola. Je rappelle que ce blog ne vise en rien à atteindre l'excellence universitaire. Il regroupe juste mes impressions et reprend quelques éléments éclairants.

    Le tome deux est La Curée et sa lecture m'attend !

    A bientôt pour un billet sur Daniel Pennac (non pas sur Chagrin d'école)
    (Et peut-être un article sur la littérature fantastique comme j'avais fait pour le drame romantique).

    Ah oui, je vous conseille aussi la biographie de Zola (pour voir son travail de documentation notamment) par Henri Troyat!

    « La Main sur le berceau - Curtis HansonLes enfants du jazz - Francis Scott Fitzgerald »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :