• La fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de la Guerre Froide

    Après la défaite de l'Axe, l'ordre des vainqueurs s'impose une fois de plus mais sans répété les erreurs consécutive à la fin de la Grande Guerre. Les États-Unis, leader du camp des vainqueurs en 1944 - 1945, veulent tirer parti des erreurs du passé à savoir son isolationnisme de l'Entre-Deux-Guerres et une Société des Nations impuissante.

    En juillet 1944 a lieu la Conférence de Bretton Woods, dans le nord-est des États-Unis qui réunit 44 délégation (dont l'URSS). A cette réunion sont établis les nouvelles bases de l'échange monétaire - contre l'avis britannique de John Maynard Keynes - et la convertibilité en or du seul dollar. La BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement) et le FMI (Fond monétaire international) sont mis en place.

    Lors d'une seconde Conférence, celle de Dumbarton Oaks - dans la seconde moitié de 1944 - ainsi qu'à laLa fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de la Guerre Froide Conférence de Yalta (février 1945), une nouvelle organisation politique internationale est établie et - suite à la Conférence de San Francisco (avril à juin 1945), l'ONU (Organisation des Nations Unies) est crée. Elle regroupe initialement 51 États.

    Dans ce "nouveau monde", les États-Unis disposent d'une prédominance écrasante et imposent la pax americana et rêvent d'une économie internationale assise sur les normes de la concurrence. La Guerre Froide entérine cet état de fait !

    Les États-Unis ont été relativement épargnées par la guerre et enregistrent une croissance spectaculaire entre 1941 et 1945. En 1945, le pays possède les deux tiers des réserves d'or et les trois quarts des capitaux investis dans le monde entier, la moitié des capacités industrielles et la plupart des surplus agricoles. L'Oncle Sam contrôle aussi l'accès aux principales réserves mondiales de pétrole dont il est aussi un producteur. Il a la maitrise des airs et des mers et est le seul pays à posséder la bombe atomique.

    Pourtant tout n'est pas rose sur le Nouveau Monde et il y a de nombreuses grèves en 1946 avec les soldats de retour du front et une forte inflation.

    Tandis que les pays européens ont tendance à basculer à gauche, la droite du Parti démocrate obtient la désignation à la vice-présidence de Harry Truman contre Henry Wallace, tenant du New Deal. Harry Truman succèdera à Franklin Delano Roosevelt - après le décès prématuré de celui-ci -  le 12 avril1945. Les Républicains gagnent les élections de 1946 et décident alors de freiner toute réforme sociale dans le pays (notamment la loi Taft-Hartley en 1947 qui muselle le monde syndical). La politique étrangère est également marquée par ce basculement à droite !

    En face, l'Union Soviétique a énormément souffert du conflit et est en infériorité militairement. L'URSS - selon les estimations hautes - aurait enduré 26 à 30 millions de morts et des destructions matérielles gigantesques. La "grande guerre patriotique" - qui a dans le même temps renforcé son administration et le culte de Staline - lui a couté cher !

    Deux tendances s'opposent chez les dirigeants soviétiques : d'une part, Jdanov veut un assouplissement de la politique volontariste des années 1930 mais d'autre part, des hommes comme Beria et Malenkov veulent un tour de vis supplémentaire ! Staline donnera raison à ces derniers et le IVème plan quinquennal est mis en place entre 1946 et 1950.

    La lutte est aussi idéologique jusque dans les domaines de l'art ! A l'American Way of Life s'oppose l'"Homme Nouveau" des Soviétiques, de même que l'expressionnisme abstrait est une réaction au réalisme socialiste (un temps suivi en France par des écrivains comme Aragon). Jadnov est un des grands artisans de la propagande du régime de l'URSS et fustige le"décadentisme occidental" !

    Un nouveau vocabulaire se forge ! Le 12 mai 1945, dans un télégramme, Winston Churchill utilise la formule "Rideau de Fer" et à la fin septembre 1947, Jdanov explique que le monde est divisé en 'deux camps" tandis que le journaliste Walter Lippman écrit les mots "guerre froide".

    Les Soviétiques établissent un "cordon sanitaire" autour de leur territoire en "retournant" le cordon mis en place en 1919 contre les Bolcheviques : les pays de l'Europe de l'Est délivrés et tenus en 1945 par l'Armée Rouge. Dès les premiers mois de son remplacement de son prédécesseur, Truman décide d'arrêter de "pomponner les Soviétiques". La peur va s'installer et culminer de part et d'autre avec la mise en place de réseaux d'espionnage et de contre-espionnage (création de la CIA en 1947, mise en place du McCarthysme - du nom d'un sénateur du Wisconsin...). Les américains, pourtant prédominants, s'inquiète toutefois de la montée de la gauche en Europe et des mouvements dans les colonies du Vieux Monde inspirés par des doctrines marxisantes.

    Des troubles éclatent entre communistes et monarchistes en 1947 en Grèce. En 1948, les États-Unis manœuvrent secrètement pour empêcher l'arrivée de ces mêmes communistes en Italie. En &949, la Chine devient elle-même communiste et la CIA retire son soutien aux opposants du nouveau régime, lesquels se sont retranchés en Birmanie. En Allemagne a lieu un autre évènement important, le rapprochement des trois zones alliés autour de Berlin, le blocus soviétique de la ville (juin 1948 - mai 1949) qui précipite la coupure de ce pays en deux États distincts : République Fédérale d'Allemagne (RFA) en mai 1949 et République Démocratique Allemande (RDA) en octobre 1949.

    En Europe toujours, la reconstruction continue avec le plan Marshall, proposé le 5 juin 1947 par le secrétaire d’État et général américain George Marshall, plan qui doit alléger les contributions des États Européens. Les Soviétiques hésitent puis refusent ce plan et entrainent leurs alliés de l'Est dans ce refus. Et, en octobre 1947, 23 États signent l'Accord sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) qui pose le socle des futures relations commerciales mondiales. La future Europe se met en place - notamment lorsque les 16 États bénéficiaires du "plan Marshall" se regroupent dans une Organisation européenne de coopération économique (OECE devenue OCDE) et libéralisent les échanges. En contrepartie, Coca-cola, Chewing-gum et films Hollywoodiens déferlent sur l'Europe !

    On le voit, l'Union européenne nait avec la Guerre Froide !

    Des alliances militaires se mettent aussi en place. Les États-Unis alliées au Canada et à dix pays européens forment l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) le 4 avril 1949. En face, on "réplique", en mai 1955 avec la création du Pacte de Varsovie. En août 1949, l'URSS acquiert la bombe atomique. Et de 1950 à 1953, ce qu'il est convenu d'appeler deux "blocs" se font la guerre de manière indirecte par alliés interposés lors de la Guerre de Corée !

    En 1948, Harry Truman se fait réélire autour du Fair Deal, un New Deal "édulcoré" et durcit  -sous l'influence des Républicains - sa politique vis à vis de l'URSS.

    C'est donc là le début de plus de quatre décennies - au delà de la mort de Staline en mars 1953 - de lutte entre le "monde libre" et le "totalitarisme"  qui culminera avec la "Crise des Missiles de Cuba" et qui se terminera en 1989 avec la Chute du Mur de Berlin et en 1991 avec l'effondrement de l'URSS - conséquence de la Perestroïka de Gorbatchev.

    A bientôt !

    Source : Manuel d'Histoire Critique du Monde diplomatique - 2014

    « Metropolis - Fritz LangTaken - Pierre Morel »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :