• L'assaut de la Pointe du Hoc - 6 juin 1944

    Le D-Day ou Débarquement de Normandie durant la fin de la Seconde Guerre mondiale reste l'une des opérations militaires les plus ambitieuses de l'Histoire. Il s'agissait de poser le pied sur des kilomètres de plages pour près de 350000 hommes - dont près de 9000 périrent le premier jour et 200000 durant la totalité de la Bataille de Normandie soit presque autant que les pertes françaises à Verdun ! Il n'y avait que peu de place pour l'improvisation pour les troupes américaines, anglaises, françaises, canadiennes et des autres pays !

    Dans ce contexte, il existait des objectifs secondaires - comme Sainte-Mère-L'Eglise ou le Pont de Bénouville mais aussi la Pointe du Hoc ! C'était un appontement rocheux à mis distance entre Utah Beach et Omaha Beach, deux plages où devaient débarquer les Américains ! Six obusiers de fabrication française de 155 mm étaient supposés être installés en haut de la falaise et pouvaient donc "arroser" les plages de leurs salves ! Il fallait donc coûte que coûte prendre la position, trop lourdement défendue depuis l'intérieur des terres et qui ne pouvait l'être que par mer, ce qui supposait escalader la falaise sous les tirs de mitrailleuses ennemies !

    Ce fut la tâche que se vit confier le 5ème corps de la 1ère armée du Général Bradley, le 2ème bataillon de Rangers composé de 225 hommes et commandé par le lieutenant-colonel James E. Rudder - qui si il prend la Pointe dans le délai - soit 7 heures du matin - recevra l'appui de 500 hommes supplémentaires des 2ème et 5ème bataillons, ceux-ci étant le cas-échéant détournés sur Omaha Beach !

    L'opération débute donc le 6 juin à 6 heures du matin mais, en raison d'un fort courant, les barges sont déportées vers l'est ! Les renforts s'imaginent alors que l'assaut est un fiasco et les choses se présentent mal !

    Passé la surprise du bombardement maritime initiale, les Allemands se ressaisissent et noient la plage sous un déluge de mortiers ! Les Rangers sont obligés d'escalader à coup de lance-grappins, voire souvent à la baïonnette et au couteau ! Certains se noient avec leur équipement ! Un pan de falaise s'effrite sous les obus et facilite l'ascension ! Des échelles de pompiers - récupérées chez les pompiers londoniens - permettent aussi à des soldats alliés de se hisser tant bien que mal ! Les Rangers se sont auparavant entrainés sur des falaises dans le Sud de l'Angleterre.

    Hélas, les pertes sont lourdes et 90 Rangers sur les 225 du bataillons sont hors de combats ! Rudder doit s'adapter et établit un point de ralliement/ OG provisoire dans un trou d'obus. Les renforts ont été débarqués ailleurs, ce que confirme un appel radio du lieutenant-colonel.

    Mais les batteries de 155 mm ne sont pas installées ! Elles sont en réalités découvertes plus loin par deux L'assaut de la Pointe du Hoc - 6 juin 1944Rangers, cachées derrière une haie avec leurs caisses de munitions ! Les deux hommes les neutralisent avec des grenades incendiaires ! Des bombardements aériens les jours précédents ayant détruit une des pièces, les Allemands avaient décidés de mettre les autres en retrait. Le harcèlement exercé par la Résistance française avait également retardé les préparatifs d'installations de l'ennemi sur le site !

    Les Allemands contre-attaquent sur des Rangers trop peu nombreux la nuit suivante ! Ces derniers parviennent néanmoins à faire sauter le dépôt de munitions. au matin du 7 juin, munitions et vivres diminuant, les renforts du 116ème régiment d'infanterie, retardés à Vierville, ne sont toujours pas là !

    Le Blockhaus de DCA Ouest tient toujours et des tireurs allemands isolés font subir des pertes non négligeables aux Américains.

    Les Rangers tiennent la moitié du site lors de la deuxième nuit et subissent trois contre-attaques de l'ennemi ! Les combats deviennent des corps-à-corps sans merci ! Mais les alliés tiennent bon et au matin du 8 juin, les tanks du 116ème régiment prennent enfin le relais, Rudder peut souffler tandis que les derniers défenseurs s'enfuient !

    Les Rangers ont montré un courage exceptionnel ce jour-là ! Lors du 40ème anniversaire du D-Day, le président Ronald Reagan leur a rendu un vibrant hommage ! De ce jour du 6 juin, il restera une phrase qui est devenu leur devise : "montrez le chemin, les Rangers !".

    Saluons ces héros qui ont contribué à nous soustraire à la barbarie !

    De nos jours, la Pointe du Hoc est aménagée, relate ce récit en détail et est un haut lieu de mémoire, de recueillement et de tourisme !

    A bientôt !

    « Les caramels d'IsignyAtelier Cuisine N°24 »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Mai 2015 à 18:21

    sa ces battu par la bas il y en a u des morts - beau billet

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :