• Lorsqu'au début des années 1980, les premières bornes d'arcades apparurent, celles-ci allaient remplacer peu à peu les traditionnels flippers ! Moi, j'y jouais dans le bar-tabac de mon parrain, Serge M. et découvrais ces univers de pixels !

    Les premiers jeux d'arcades reposaient sur des principes et des mécanismes simples... mais efficace ! Le jeu Defender est un produit de la firme Williams Electronics, jusque-là spécialisée dans les flippers ! C'est un shoot-them-up, dans la lignée des Space Invaders, Galaga et autres Astéroids !

    En réalité, Defender, jeu sorti en 1981,  a une particularité pour l'époque qui le rends unique ! Si je vous dit Donkey Kong, Pac-Man, Frogger, Centipède, Burger Time ou Berserk, voyez-vous le point commun de ces jeux ? Ou même les trois shoot-them-up cités au paragraphe précédent ? Non ? Et bien ce sont tous des jeux qui se déroulent sur un écran unique ! Avec Defender apparaît en effet le scrolling - assez rapide dans ce jeux par ailleurs, vu que les écrans ne sont pas surchargé avec décors inexistants ! Ce procédé devient ensuite la norme et est repris dans des jeux comme Moon Patrol ou Choplifter ! Le scrolling de tous ces jeux est horizontal.

    Mieux, Defender utilise la technique du "défilement différentiel" qui consiste à faire défiler les calques représentant le décor à des vitesses différentes pour donner une perspective de mouvement  ! Plus l'élément est loin de l'écran, plus il défile lentement !

    Dans ce jeu, vous déplacez librement un vaisseau en vue de profil sur la surface d'une planète pour anéantir les soucoupes ennemies et délivrer les humains enlevés par les aliens ! Pour vous aider, vous disposez dans le haut de l'écran d'un mini-écran radar ! C'est aussi une des innovations de Defender, ce mini-écran radar ! Vous pouvez progresser de gauche à droite et de droite à gauche !

    Defender, en plus du joystick, incorpore pas moins de 5 boutons : un pour le tir, un pour actionner les moteurs, un pour changer de direction, un pour téléporter le vaisseau ailleurs dans le tableau et un qui déclenche une smart bomb - en nombre limité ! - qui détruit tous les ennemis à l'écran !

    Si une soucoupe parvient à enlever un humain et à la porter au sommet de l'écran, elle devient alors plus aggressive ! Si les 10 humains du tableau sont kidnappés, les montagnes volent en éclats et tous les vaisseaux ennemis deviennent plus agressifs ! Il y a aussi des soucoupes plus difficiles à cibler qui peuvent rattraper vote aéronef à pleine vitesse !

    Malgré sa difficulté assez grande, ce Defender  fut un succès des salles d'arcades ! Il fut adapté sur Atari 2600 dès sa sortie dans les bars, puis sur Atari 5200 et ColecoVision et Intellivision. Il est sorti ensuite sur CPC sous le titre Defend or Die (et il me semble que je le possédais en version pirate/cracké !?) et sur Atari ST et Amiga ! Mais ça ne s'arrête pas là car Midway Games a réédité le jeu en 1994 sur Macintosh puis en 1995 sur compatible PC et sur la plupart des consoles de l'époque  : Dreamcast, Mega Drive, Nintendo 64, Playstation, Saturn et Super Nintendo notamment dans des compilations des grands hits de l'arcade ! La Game Boy, la Game Boy Color et la Xbox 360 eurent aussi droits à leurs adaptations !

    Il donna lieu à des suites notamment Stargate aussi appelé Defender II.

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les séries de jeux vidéo Command & Conquer ont inauguré - en concurrent avec la série des Warcraft  ! - la mode Command and Conquer  : Conflit du Tibérium - Westwood Studiosdes jeux de stratégie en temps réel ! Dans la franchise dont je vais vous parler ici, on a eut droit à pléthore de produits vidéoludiques déclinés dans la période à cheval sur les années 1990 et 2000 à en fait trois sous-séries ! On a ainsi eu Command & Conquer : Conflit du Tibérium en 1995, Command & Conquer :  Alerte rouge en 1996 et Command & Conquer : Generals  en 2003 (et même en 2019, on a encore droit à un petit jeu sur mobile et Smartphone, Command & Conquer : Rivals !). Je vais m'intéresser ici au premier jeu, Conflit du Tibérium donc !

    Le principe des RTS est bien posé désormais ! Vous devez puiser et gérer des ressources diverses qui vout permettent de construire des bâtiments - qui donne accès à des améliorations (upgrades) et assembler une armée constituée de divers type d'unités ! A la fin, vous lancerez cette force sur votre adversaire !

    Après le cadre du jeu varie selon les franchises ! Dans Warcraft, on est en pleine héroic-fantasy, dans Dark Colony, c'est de la SF ! Mais dans les Command & Conquer, on est plus dans une ambiance de guerre contemporaine de la fin du XXème voire plutôt début du XXIème siècle ! Pour éviter les problèmes politiques, les développeurs de Westwood Studios ont choisi des nations fictives cependant ! Dans une  uchronie des années 1990, deux factions, le Groupement de Défense International et la Confrérie du Nod, s’affrontent pour le contrôle d’une ressource mystérieuse appelé Tibérium qui infecte peu à peu la terre.

    Le Tibérium est une substance radio-active extraterrestre issue d'une météorite tombée près du fleuve Tibre,en Italie, et qui aspire minéraux et nutriments pour en faire des cristaux en dégageant des gaz mortels !

    La Confrérie de Nod est une société secrète et un groupe religieux dirigée par un dénommé Kane, qui va s'accaparer le Tibérium !  Les adeptes de ce groupe se livrent à des actes terroristes pour contrôler le monde et les Nations-Unies créent en réponse le GDI (Groupement de Défense International). Tout ceci dégénère vite en guerre mondiale moderne !

    Il y a deux campagnes dans ce premier jeu ! Dans la première série de missions, vous êtes du côté du GDI et devez chasser le Nod d'Europe, en Allemagne, Pologne et Autriche notamment. Dans la seconde campagne, vous êtes un général du Nod qui contre-attaque en s'emparant de l'Afrique ! Les missions sont variées, de la sécurisation de lieux, de personnages - comme des savants - ou d'assauts frontaux !

    Le principe du "récolter-construire-conquérir" des RTS est un mécanisme crée à l'origine par Westwood Studios pour son jeu Dune II , paru en 1992. Dans Command &Conquer, une des particularités de ce RTS est d'avoir des unités très différentes selon les factions. Les ressources sont le Tibérium et l'électricité. Il existe aussi un "Arbre des Technologies" ! On trouve des unités offensives et d'autres plus défensives comme des tours de gardes avec mitrailleuses ou roquettes.

    Le GDI s'illustre dans les affrontements directs avec des unités lourdes et bien connues tels les chars Abrams, le Humvee ou le Thunderbolt. Ces unités sont plus blindées et armées que celles de l'adversaire ! En effet, le Nod a des unités plus légères mais donc plus rapides, conçues pour les techniques de guerilla, de harcèlement et d'escarmouches !

    Ce jeu est parfaitement raccord avec l'ambiance "Guerre du Golfe" et la vague de terrorisme des années 1990 !

    Il est possible de jouer en réseau - par modem - jusqu'à quatre joueurs ou contre l'I.A. Le jeu est sorti sur PC MS-DOS et Windows d'alors et sur Macintosh MacOs mais aussi sur les consoles de l'époque : Sega Saturn, la première Playstation et Nintendo N64 !

    Cette première série Conflit du Tibérium a bénéficié de deux extensions ! On a d'abord Opérations survie  en 1996 - avec de nouvelles campagnes, pas vraiment en lien avec le jeu de base, de nouvelles musiques et unités de combat. Puis en 1997, c'est Sole Survivor, un stand-alone destiné à être joué uniquement sur internet. Pas de nouvelles missions ou campagnes dans ce second add-on ! Il s'agit cette fois d'un "match à mort" pouvant impliquer jusqu'à 50 joueurs (une sorte de Battle Royale où chacun contrôle une unité !).

    Enfin, une extension non-officielle existe aussi, développée en 1997 par UK Gold sans l'accord de Virgin Interactive, nommée Are You Ready And Alert  qui contient plus de plus de 300 nouvelles missions pour le jeu original et plus de 1000 scénarios inédits pour sa suite, Alerte rouge (1996). Elle intègre également plusieurs patchs pour les deux jeux, ainsi que 80 shareware.

    Puis toujours dans cette même série "du Tibérium", on a les suites, opus 2, 3 et 4, respectivement nommés Soleil de Tibérium, Les Guerres du Tibérium et Le Crépuscule du Tibérium ! Ces jeux connurent de vifs succès en termes de critiques et de ventes et étaient alors synonymes de RTS (l'autre référence étant les jeux de Blizzard Entertainment, les Warcraft et Starcraft !) !

    Je vous dit à bientôt !


    votre commentaire
  • Distribué par Ocean Software et produit par Denton Designs, le jeu d'arcade Where Time Stood Still - qui date de 1988 -  essais de reproduire le succès d'un autre jeu des mêmes studios, sorti deux ans plus tôt, en 1981, à savoir The Great Escape - en en reprenant notamment la structure en 3D isométrique et affichage monochrome ! Et dépourvu quasiment de sons !

    Certes, on peut critiquer l'aspect simpliste du mode graphique choisi mais cela permets sans doute d'augmenter la vitesse du jeu et les dimensions du terrain d'exploration où se situe l'intrigue - en réduisant l'espace-mémoire ! Enfin, j'imagine ? Les machines d'alors ayant des capacités bien plus limitées qu'actuellement !

    Si The Great Escape s'inspirait du film emblématique avec Steve MacQueen, jeu vidéo par ailleurs chroniqué ailleurs sur ce blog, Where Time Stood Still  est une libre adaptation du Monde Perdu (The Lost World) de Conan Doyle ou encore de films comme The Land That Time Forgot qui date lui de 1975, inspiré d'un roman d'Edgar Rice Burroughs, le papa de Tarzan !

    Mais dans le roman de Conan Doyle, l'intrigue se situait sur un plateau perdu et coupé du monde en Amérique du Sud, ici, dans notre jeu vidéo, on se déplace dans l'Himalaya !

    Ce jeu a été produit sur Atari ST, PC avec son système MS-DOS d'avant Windows et surtout Sinclair Spectrum 128K ! Pourquoi "surtout" ? Parce que sur cette dernière machine, la presse vidéoludique l'a présenté alors quasi-unanimement comme l'une des plus belles réussites du Spectrum 128K ! Il est vrai que le mode monochrome ne nécessite pas d'avoir un Atari ST !

    Il existe aussi des versions Amiga et Amiga CD32 ! La version PC diffère elle un peu, étant en CGA quatre couleurs !

    Un avion s'écrase en une terre inconnue de l'Himalaya ! Très vite, les survivants découvrent avec horreur que l'endroit est peuplé de terribles créatures préhistoriques, dinosaures et cannibales !

    Au début, vous contrôlez le chef de l'expédition, le très viril Jarret, l'aventurier-type - que l'on mets en avant sur la jaquette du jeu ! Puis vous mènerez les destinées de Clive, un homme d'affaire, de la très sexy Gloria, sa fille (que l'on imagine bien déambuler dans la jungle comme une Lara Croft avant l'heure !) et Dirk, le fiancé de celle-ci ! En réalité, Jarret mène le groupe et tout le monde le suit !

    C'est donc un jeu d'exploration - et chacun des quatre personnages possède ses propres caractéristiques ! C'est au final un jeu sans doute très amusant mais auquel pour tous vous dire je n'ai jamais eu accès à l'époque, ni maintenant en émulation ! La feuille de route semble toutefois prometteuse ! Alors ami(e)s lecteurs/trices, si vous avez eu ce jeu entre les mains, n'hésitez pas à me faire remonter vos avis en commentaires ! Ici, on chronique le plus possible de jeux vidéo, qu'on les ai testé soi-même, par le biais d'amis ou autres, dans une visée encyclopédique et aussi pour lancer la conversation !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nous allons maintenant aborder un jeu vidéo de 2005, interdit aux moins de 16 ans ! On peut dire en quelque sorte que Playboy ! The Mansion est un jeu de simulation - largement inspiré des Sims ! - et qui lorgne du côté de l'univers de Hugh Hefner, le fondateur du célèbre magazine de charme lancé en décembre 1953 (et dont je suis moins même un grand lecteur... pour la qualité des articles bien entendu !).

    Interdit aux moins de 16 ans, plutôt pour la forme car à mon avis, il n'y a pas de quoi effaroucher un chat - seuls quelques Puritains et autres grenouilles de bénitiers hypocrites s'offusqueront de cette production ! Ca reste de l'érotisme soft et des gens comme Larry Flint sont allés beaucoup plus loin en matière de pornographie que Monsieur Hefner ! Il est vrai que les Américains, pourtant les plus gros producteurs de porno au monde, ont un soucis avec le sexe à tel point qu'on préférera montrer plutôt des scènes de fusillades sanglantes à la télé qu'une fille dénudée !

    Dans Playboy : The Mansion  - sorti sur PC Windows, Playstation 2 et xBox, vous êtes dans la peau du patron de Playboy et devez faire paraitre le magazine tous les mois ! Pour cela, vous devez rencontrer et recruter des modèles, de jolies filles pas farouche et les convaincre de poser nue ! Une fois les clichés dans la boite, il faut ensuite composer la revue - avec sa couverture et son poster central, le célèbre Centerfold !

    Il vous faut aussi composer des articles, sur la mode, la culture, la politique ! C'est là qu'intervient la fameuse "Mansion" ! Dans votre grande demeure - que vous devez décorer avec goût, vous organisez des soirées et autres parties fines en y conviant stars du show-biz, personnalités politiques, sportifs de haut niveau et bien sûr jolies nanas ! Là, vous nouerez des contacts et recruterez des modèles et des journalistes pour écrire vos articles, décrocherez des scoops et des interviews, bref tisserez un réseau ! Ce jeu joue donc hautement sur la sociabilité !

    C'est finalement une énième variante de simulation ! Ca reste très amusant au fond et assez croustillant ! Hugh Hefner, décédé en 2018, était un hédoniste et cela se ressent dans ce jeu !

    La revue Playboy, c'est aussi une vitrine sur l'Histoire contemporaine des Etats-Unis !

    Saurez-vous gérer le plus célèbre magazine de charme du monde - qui connaît des difficultés depuis quelques années (à cause de la concurrence du net) ! - mieux que lui ? A voir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les ninjas évoquent immanquablement la culture japonaise et comme les Nippons sont des as du jeu vidéo, ils en mettent dans pas mal de leurs produits vidéoludiques ! On a eu Shinobi de Sega mais on a aussi la série des Ninja Gaiden qui comporte plus d'une douzaine de jeux, sur consoles Nintendo et Sega et est l'œuvre de la firme Tecmo !

    Je n'ai jamais été axé consoles de jeux mais je me suis néanmoins beaucoup éclaté sur la première console Game Boy, pas chère, qu'on pouvait emporter partout et qui possédait beaucoup de jeux simples - mais pas simplistes ! - et fun ! Ninja Gaiden Shadow  est sorti sur cette machine en 1991 et constitue un préquel à la Trilogie Ninja Gaiden sur NES !

    L'action de ce jeu se déroule donc trois ans avant les événements du premier jeu Ninja Gaiden sur NES. Vous contrôlez Ryu Hayabusa, un ninja aux techniques de combat éprouvées, qui doit sauvé la ville de New York des forces de l'Empereur Garuda, un serviteur de Jaquio ! Ces forces incluent des boss redoutables comme le cyborg "Spider", le kickboxer Gregory et le noble japonais Whokisai.

    Evidemment, les mécanismes de jeu sur la Game Boy sont simplifiés par rapport à ce qui se fera sur la NES - moins de "techniques ninja" et de "power-ups". Ryu n'a qu'une frappe de base à l'épée et une attaque "Roue de Feu" qu'il peut utiliser 5 fois. Il peut aussi s'accrocher à des poutres en déclenchant ses deux attaques à la fois ! Enfin, il a la possibilité d'utiliser un grappin.

    On se retrouve devant un jeu assez classique ! Vous avancez dans les niveaux dans un scrolling horizontal de gauche à droite, détruisez les ennemis tout en prenant garde à votre jauge de vie et affrontez les boss à la fin de chaque stage jusqu'au boss final !

    Je n'arrive plus à me souvenir si j'étais parvenu à finir ce jeu ? Il me semble oui mais avec difficulté ! La difficulté justement est moyenne à grande ! La réalisation est soignée et ce jeu est prenant et a donc une bonne durée de vie !

    Avec une musique bien "rythmée" et des cinématiques qui ont la classe !

    Par contre, je ne connais pas les suites sur NES, n'ayant jamais eu de NES comme vous l'aurez compris !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La série des jeux Advanced Dungeons & Dragons, developpée à la fin des années 1980, début des années 1990 n'était pas aussi avancée technologiquement que ce qui se fit par la suite mais c'était des aventures hautement addictives.

    On eut une série Dragon Lance  et aussi une série se déroulant dans les Royaumes oubliés qui s'ouvrit avec Pool of Radiance, se poursuivit avec Curse of the Azure Bonds et Pools of Darkness ! Pour ma part, je ne possédais que le deuxième jeu des trois que je viens de citer !

    Le terminer me prit pas mal de temps, remercions la possibilité de sauvegarder ! Je possédais par ailleurs un jeu-bis qui ne faisait pas vraiment partie de la Trilogie mais dans/avec lequel il était possible d'importer un des six personnages de notre équipe à la fois pour lui faire vivre des aventures en solo dans une prestigieuse cité de ces contrées exotiques !

    Ce jeu de rôles, c'était Hillsfar, édité en 1989 par S.S.I.  et disponible sous MS-DOS, Amiga, Atari ST (ma machine), Commodore 64 puis plus tard, en 1993, sur Nintendo NES !

    Je reconnais toutefois que l'intérêt de ce jeu est assez limité ! C'est plus un jeu d'aventures avec des phases lorgnant vers l'arcade/action la plus basique et qui ne vous permettra que de faire gagner deux ou trois niveaux à chacun de vos persos !

    Les phases arcades sont très simples ! Il y a d'une part une arène dans la ville, dans laquelle vous pourrez mener des combats contre des gladiateurs non-humains (orc, minotaure,...) de plus en plus balèzes en vous servant d'un seul batôn ! Là, une fois qu'on a compris le truc, rien d'insurmontable !

    Dans une autre phase, vous cavalez sur un cheval et devez sauter par-dessus des obstacles, rondins, flaques d'eau, etc,...

    Il y a aussi des phases plus spécifiques comme une séquence de crochetage de portes et de coffres - pour les Voleurs ! -  avec un jeu de passes-partout susceptibles de se briser si vous les utilisez mal !

    Au final, un petit jeu distrayant et qui ne porte pas à conséquences ! Ca reste assez basique ! Hillsfar s'intercale entre les deux premiers jeux vidéo Pool of Radiance et Curse of the Azure Bonds  !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Au bout du compte, les jeux de rôles (RPG) ont suivi la même évolution que ce soit sur support papier ou en en jeu vidéo ! En effet, lorsque Gary Gigax adapte Chainmail, en 1971, en ce qui deviendra Donjons & Dragons, il conçoit les premières aventures comme des "porte/monstre/trésor" ! On explore un donjon, on tue des monstres et on engrange du butin ! Il faudra attendre les années 1990  - et des jeux comme Vampire : La Mascarade ou Néphilim pour que se développent un véritable art de la narration rôlistique - avant que le jeu de rôles devienne presque un art dans les années 2000 avec des produits d'"artisanat" !

    Dans le RPG en jeux vidéo, c'est à peu près du pareil au même ! Avant d'avoir des jeux aux intrigues complexes comme les Baldur's Gate et les MMORPG où l'interaction avec les PNJ - Personnages Non-Joueurs comptent un max de même que les dialogues, on se tapera des jeux en mode texte (The Hobbit, Tyrann,...) et surtout des porte/monstre/trésor là aussi !

    Je voulais ici revenir sur la mode des jeux d'exploration de tunnels et souterrains en 3D vue subjective initiée - sinon initiée du moins révolutionnée ! - en 1987 par Dungeon Master ! Les sociétés concurrentes devant le succès fracassant du jeu que je viens de citer s'engouffre dans la brèche ! Eye of The Beholder reprends l'univers même de D&D, Captive est dans la veine futuriste et semble un jeu sans fin !

    Bloodwych, du studio Image Works, possède une innovation toute différente et assez géniale pour l'époque, je vais y venir ! La société qui nous a donné les Speedball et les Xenon lance ce jeu de rôles en 1989 sur Amstrad CPC, Amiga, Atari ST et PC-DOS. Y ai joué pour ma part sur Atari ST et avais acheté la boite de jeu originale - et même son extension ! - et non des copies pirates - pour une fois !

    La base commune est assez classique donc ! Vous devez recruter quatre héros parmi quatre classes : le guerrier ou combattant, fort en combat, l'archer/assassin, très agile, le magicien, et l'aventurier polyvalent et bon en diplomatie? Ces quatre classes sont représentées par les symboles des jeux de cartes, respectivement Pique/ Carreaux/ Trèfle et Coeur !

    Le donjon que vous devez explorer et "nettoyer" de toute sa population (on ne parle jamais assez des génocides de monstres !) comprends cinq parties, cinq Tours qui comptent elles-mêmes plusieurs niveaux très vastes : Chaos Tower, Serpent Tower, Moon Tower, Dragon Tower et Zendik's Tower du nom du sorcier grand méchant !

    Mais qu'est-ce qui fait la particularité de Bloodwych ? Ce ne sont pas ses graphismes de petites tailles (Tout est petit ! La fenêtre de vue, les personnages, les objets !...). Non, c'est la possibilité qu'on puisse y jouer à deux joueurs en même temps, sur la même machine, chaque joueur dirigeant sa propre équipe de quatre héros sur une moitié d'écran ! Il est alors possible de coopérer ou de faire comme bon vous semble de votre côté !

    Là encore en ce qui me concerne, ai surtout joué au mode un joueur mais aussi, si j'ai bonne mémoire, au mode deux joueurs en dirigeant alternativement  deux équipes en en mettant une en stand-by de temps en temps ! Mais ce n'est pas TOP !

    Évidemment, cette possibilité inouïe et innovante pour l'époque - qu'on retrouvait aussi dans des ancêtres de FPS - First Person Shooter - comme Opération Thunderbolt, nous parait bien dérisoire aujourd'hui avec internet, les jeux en ligne et en réseaux et les MMORPG !

    Il y eut une sorte de Bloodwych 2 avec Bloodwych : The Extended Level - auquel j'ai joué, ayant terminé les deux jeux ! - et une autre suite en  1994, Heww : Heresy of the Wizard,  que je ne connais pas par contre et qui est édité par Psygnosis, l'éditeur de Barbarian.

    Petit bémol ! Le son est quasiment absent du jeu !

    Voilà pour ce petit moment de nostalgie !

    L'illustration de la boite de jeu - un gros monstre indéfinissable ! - vaut aussi son pesant de cacahuètes et a été dessinée par Chris Achilleos !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Eye of the Beholder - S.S.I.Dans les années 1990, pendant que je bûchais sur mes études de biologie, certains de mes camarades n'avaient pas perdu leurs habitudes du lycée qui consistaient à squatter les salles de libre-service informatique de la fac pour jouer à des jeux vidéo ! C'est dans un de ces locaux que mon pote d'alors, Pierre V. terrassait gobelins et orcs dans les sous-sols d'Undermountain !

    Undermoutain - Montprofond en VF ! - est un gigantesque donjon sous la cité d'Eauprofonde, dans le monde des Royaumes Oubliés d'Ed Greenwood ! Car le jeu vidéo Eye of the Beholder où se déroulent ces péripéties est en fait un jeu de la franchise Donjons & Dragons - développé en 1991, sur PC MS-DOS, par Westwood Associates et publié par la société S.S.I - autrement dit Strategic Simulations, Inc. spécialisée dans les wargames et à qui on doit des années plus tôt les logiciels Pool of Radiance et autres Curse of the Azure Bonds aussi dans les Royaumes Oubliés ! En attendant la série des Baldur's Gate chez Bioware !

    Lors d'une partie d'AD&D sur table, dans mon club Sortilèges, dans ces mêmes années 1990, j'avais eu l'occasion d'explorer Undermountain et notre équipe d'aventuriers s'était faite rétamée par un culte d'elfe noirs et avait finie en esclavage !

    Le jeu Eye of the Beholder - qui est un RPG/ jeu d'aventures, s'inspire dans son principe de jeux comme Dungeon Master ! Avec une vue subjective ! Vous dirigez une équipe de quatre héros qui descends dans les profondeurs du fameux donjon tandis que la voie vers la sortie leur est coupée ! Dans ces profondeurs, ils vont affronter tout un panel de monstres divers et variés, récolté des trésors - bref un classique "Dungeon Crawl" (porte/monstre/trésor) géré par informatique ! Il y a aussi une profusion d'énigmes !

    Voilà, je n'en sais pas plus sur ce jeu, car n'ai jamais vraiment eu l'occasion d'y jouer même si j'avais une version craquée, je ne disposais pas des codes anti-copies et donc ne pouvait sauvegarder !

    Le jeu a ensuite été adapté sur Amiga, Mega-CD et Super Nintendo !

    Je suppose toutefois que le "Beholder" du titre fait référence à Xanathar, un représentant de cette race, seigneur du crime en ces profondeurs !

    Une trilogie de jeux vidéo fut développée sous le label Eye of the Beholder, le jeu original ayant connu deux suites !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La première Game Boy était une petite console qui ne payait pas de mines mais qui possédait des jeux hautement addictifs ! Parmi ces jeux vidéo sur lesquels je m'éclatais au début des années 1990, il y avait Bart Simpson's Escape from Camp Deadly,  un jeu de plateformes, développé en 1991   - sur la Game Boy donc ! - par Imagineering et édité par Acclaim !

    Dans ce jeu, vous deviez aider Bart et Lisa Simpson à s'échapper d'une colonie de vacances au règlement très stricte. L'intrigue de ce Bart Simpson's Escape from Camp Deadly est tirée de l'épisode 1 de la Saison 4 de la série, diffusé en septembre 1992 intitulé Les jolies Colonies de vacances ou Kamp Krusty en VO !

    La colonie où atterrissent les enfants Simpson et le dangereux "Camp Deadly" ou "Camp de la mort", dirigé par un parent éloigné de Mr Burns, famille connue pour ses instincts sadiques ! Les enfants ne s'y amusent donc pas du tout  ! Bart va donc tenter une évasion par la " Montagne mortelle" !

    Les niveaux du jeu sont les différentes activités du camp puis la tentative d'évasion de Bart à la tombée de la nuit ! C'est, vous l'aurez compris, Bart Simpson que vous dirigez !

    Les activités du matin et de l'après-midi sont la capture de drapeaux dans une forêt dense - attention aux abeilles ! A vous de bien manier le boomerang que vous tends votre sœur ! Ou la tenue d'apiculteur, anti-radiations ou de football américain. Le moindre contact avec les "ennemis" vous fait perdre un point d'énergie ! Vous avez quatre vies au début du jeu mais pouvez en gagner de même que de l'énergie dans vos déambulations !

    Entre ces moments s'intercalent les pauses repas qui sont des courses dans la cafétéria ! Là c'est à vous de lancer frites, hamburgers et pommes sur vos opposants pour vous en débarrasser, en évitant les lancés de couteaux et de fourchettes !

    Ce jeu se pratique à un seul joueur, est est en vue en 2D de côté avec scrolling horizontal la plupart du temps sauf dans les derniers niveaux où il devient vertical. C'est un jeu assez délicat - et assez long ! - qui demande du doigté et de la patience ! Avais réussi à le terminer à l'époque !

    Un super jeu qui n'est que l'arbre qui cache la forêt des jeux vidéo basés sur la licence Simpson ! Mais personnellement, le seul jeu de ce genre que j'ai jamais pratiqué...

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Top Gun - Ocean SoftwareTop Gun est le film qui a véritablement lancé la carrière de Tom Cruise ! C'est un récit sur le monde des pilotes de chasse où le nouveau jeune premier d'Hollywood interprète Pete "Maverick" Mitchel, pilote surdoué du F-14. C'est réalisé par Tony Scott, le jeune frère de Ridley et s'est sorti en 1986 avec aussi Meg Ryan et Kelly McGillis au casting !

    Mais il ne s'agit pas de vous parler ici du film - un autre billet lui sera consacré une prochaine fois sans doute - pas plus de la chanson "Take my Breath Away" du groupe Berlin  ! Non, ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est le merchandising autour du film en terme de produits dérivés au rayon jeux vidéo !

    Top Gun se prêtait bien à la transposition en jeux vidéo - je mets volontairement "jeux" au pluriel ! Le marché des simulateurs de vol est porteur avec Flight Simulator alors leader dans ce domaine dès les années 1980 ! Mais ce qu'on veut là, c'est un simulateur de combats orienté arcade !

    On eut Top Gun : Hard Lock sur PlayStation 3 en 2012 et avant cela Top Gun Combat Zone  en 2001 sur les consoles de l'époque (PlayStation 2, Nintendo Gamecube, Game Boy Advance et PC). On peut remonter en 1997 pour trouver Top Gun : Fire at Will ! Et je passe sur Top Gun : Hornet's Nest ! Bref quantités de jeux labellisés du film de Tony Scott !

    Mais en fait, tout commence en 1986, avec le premier jeu de la franchise, sobrement intitulé Top Gun, crée parTop Gun - Ocean Software Ocean Software comme réalisation originale et pas comme adaptation d'une quelconque borne d'arcade ! Cette société réalisait alors des adaptations de films comme Short Circuit  ou Rambo II et de séries-télé de l'époque, Airwolf (Supercopter) et Knight Rider (Tonnerre mécanique).

    C'est un jeu de combat aérien qui se joue seul contre l'ordinateur ou à 2 joueurs opposés en simultanés !

    Au début du jeu, une courte séquence montre les F-14 Tomcat qui décollent de leurs portes-avions puis qui vont s'affronter ! L'écran est partagé en deux, les graphismes sont très simples - type fil de fer - et vous avez juste l'horizon, un viseur, un radar et les indicateurs de vitesse et d'altitude ! Vous devez aligner votre ennemi dans votre viseur et lui tirer dessus avant qu'il ne fasse de même ! A vous de vous diriger par rapport au radar !

    Attention à bien gérer aussi votre vitesse et votre altitude, sous peine de vous crasher tout seul ! Vous ne disposer que de trois avions/vies par joueur ! Sauf l'ordinateur qui lui a un nombre d'avions illimité !

    Voilà ! C'est un jeu très simple ! Et addictif ! J'y jouais à la fin des années 1980 dans la salle des IBM PC libre-service de mon lycée et affrontait Pierre, François ou Richard !

    Il n'y a pas grand chose à en dire de plus ! C'était sorti sous DOS, Amstrad CPC, Atari ST et Commodore C64 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le médieval-fantastique est une source d'inspiration sans fin, notamment pour les jeux vidéo ! En 1989, Sega sort en borne d'arcade, son jeu Golden Axe qui est un jeu de type beat them up/ hack'n'slash ! Le côté beat them up de ce jeu rappelle ce qui s'est fait avec Double Dragon, c'est à dire des joueurs qui progressent dans un décor en scrolling horizontal tout en affrontant des foules d'ennemis ! Le côté hack'n'slash signifie seulement que vous êtes équipé d'épées, de haches et autres armes du même genre !

    On retrouve ici tous les classique du genre med-fan : des barbares, des dragons, des nains, de la magie...

    Le jeu fut porté ensuite sur diverses plate-formes, soit Sega Mega Drive et Master System, ainsi que PC Engine pour les consoles et Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, Commodore 64, les systèmes DOS et enfin le ZX Spectrum pour les ordinateurs ! Pour ma part, n'y ai joué qu'en borne d'arcade  - bref la version d'origine et la plus aboutie !

    Jadis les Dieux et les Titans s'affrontèrent et les seconds furent vaincus grâce à une arme surpuissante forgée par les premiers : la fameuse Golden Axe !  Death Adder, le dernier des Titans s'empara de la Golden Axe et mis le monde à feu et à sang, monde que les Dieux avaient entre temps cédé aux humains. Le terrible Titan a enlevé le roi de Yuria et sa fille et menace de les mettre à mort ! C'est sans compter sur trois héros qui se mettent en chemin !

    Et oui, à ce jeu, vous pourrez choisir entre 3 personnages : Ax Battler, un guerrier armé d'une épée à deux mains, dans le style Conan, Tyris Flare, une amazone équipée d'une épée, et Gilius Thunderhead, un nain maniant une hache ! Vous ne pourrez toutefois être que deux joueurs maximum en même temps ! Vous pouvez tenter toutes les combinaisons guerrier/nain, guerrier/amazone, amazone/nain - mais je ne sais plus si vous êtes autorisé à prendre le même héros pour des duos de guerriers, d'amazones ou de nains !

    Ces trois là contrôlent chacun un type de magie ! Magie de la terre pour le guerrier, du feu pour l'amazone et de la foudre pour le nain !

    Vous devez vaincre tous les ennemis pour progresser, de gauche à droite, et pour cela, vous disposez d'une panoplie de coups et de combos ! On est bien dans un beat them up ! Enfin, vous pouvez voler des montures ! Attention, car je crois que vous pouvez vous blesser entre joueurs !

    Utiliser la magie aura pour effet de détruire vos ennemis à l'écran en un seul coup, une tempête de magie et de sorts  qui sera d'autant plus puissante que vous aurez ramassé le plus possible de fioles de potion magique en frappant de petites créatures bleues (non pas des Schtroumpfs !)très rapides ! Il est aussi possible de ramasser des gigots auprès de créatures similaires mais vertes , lesquels restaurent votre jauge d'énergie !

    Il y a de temps en temps des boss accompagnés de leurs sbires, ce qui augmentent la difficulté ! Mais le jeu reste faisable ! Pour peu que vous mettiez assez de pièces dans la borne ! Ces ennemis sont très variés et on retrouve notamment une espèce de volatile bleu avec une queue avec un dard aperçu dans Altered Beast, autre jeu de Sega - chroniqué ici par ailleurs ! Cette bestiole vous servira de monture !

    De petites scènes de feu de camp entre les niveaux, vous permettent de récupérer des fioles ! Vous en aurez besoin car il y a 8 niveaux !

    Il y a enfin, sur les consoles de salon du moins, un mode "Duel" ! Soit vous contre des ennemis (ce qu'on appellerais aujourd'hui PvE) ou joueur contre joueur (PvP) !

    A vrai dire, Golden Axe donna lieu à une franchise et fut plus tard adapté aussi sur PlayStation 2 (remake) ou sous Windows, Dreamcast et Game Boy Advance (compilations) ou enfin sur Wii et la gamme Xbox 360 (rééditions) !

    Un jeu assez plaisant, qui permets de bien se défouler, aux graphismes soignés et à l'ambiance med-fan bien restituée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Un jeu vidéo peut-il être didactique ? Peut-il nous apprendre des choses ? Ou ce loisir n'est -il condamné qu'a êtreBactron - Loriciels assimilé à un défouloir menant à la violence et à un passage à l'acte ?

    Avec Bactron, jeu vidéo d'action-aventure en 3D isométrique, publié en 1986 par Loriciels, sur Amstrad CPC et les machines Thomson  MO6 et TO8, vous avez un élément de réponse !  En effet, avec Bactron, on vous propose de découvrir le fonctionnement du système immunitaire ! Ceci est dans la même démarche que des séries d'animation d'alors comme Il était une fois la Vie !

    En réalité, cette caution scientifique n'est qu'un prétexte, ne fournit que le cadre de jeu car vous n'aurez nul exposé complet sur le corps humain ! Mais comme dans la série-télé, les antibiotiques, les enzymes et les virus deviennent de petits personnages qu'il vous faut manipuler, libérer ou combattre et annihiler !

    Pour vous dire la vérité, je n'ai jamais joué à Bactron - mais me suis renseigner sur le net et en ai analysé les mécanismes ! Je voulais cependant être exhaustif sur tous les jeux de la jeune société française alors, Loriciels ! Par contre, j'ai joué à M.G.T.  - un autre jeu de la même compagnie, sorti à la même période et qui est de conception - et avec des mécanismes - similaires !

    Dans ce jeu, vous incarnez Bactron, l'antibiotique - qui ressemble vaguement à une grenouille jaune, qui est libéré dans l'organisme du patient malade et doit procéder à la libération d'enzymes de guérison cachés dans des cubes jaunes - afin de détruire toute une panoplie de virus rares !

    Bactron - Loriciels

    Vous disposez de quatre Bactron pour guérir le malade ! Un thermomètre - en bas à gauche -  vous indique sa température et si celle-ci atteint 42°C, le patient tombe dans un coma irréversible et c'est la "Game Over" définitif !

    A vous donc de diriger Bactron dans ce dédale de couloirs et de pièces qui figurent le corps humain, d'éviter toutes sortes d'antagonistes viraux aux apparences toutes plus improbables les unes que les autres de pousser divers cubes et en activer d'autres !

    Plus vous tarder, plus le taux de charge virale augmente ! Mais il faut distinguer les virus/adversaires à l'écran et la charge virale indiquée en bas à droite, ce sont deux choses différentes et pas liées ! il n'y a pas plus d'ennemis à l'écran si la charge virale augmente !

    A signaler que "Bactron" est le nom d'un véritable antibiotique ! Un sirop je crois ?

    Un jeu qui a en juger les différentes vidéos de gameplay ne semble pas bien passionnant et assez répétitif  - d'une difficulté moindre que M.G.T. aussi ! Après pour être vraiment honnête et objectif, il aurait fallu que je le teste ! Peut-être avec l'émulation et le retrogaming à défaut !

    Le jeu fut aussi disponible un temps en compilation avec M.G.T. !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Bien avant le temps des Baldur's Gate, on ne peut pas dire que le temps des premiers jeux d'aventures/RPG sur micro-ordinateurs ait été bien folichon ! Je me rappelle de titres comme Tyrann (qui faisait la joie de mon pote Patrick G. !), The Hobbit ou encore Metro 2018  - de la société Initiel, jeu d'exploration sorti en 1985 !

    Dans ce jeu en vue de dessus, aux graphismes très sommaires vous dirigez votre héros explorateur dans le Métro parisien en 2018 - jusque là, c'est cohérent avec le titre ! L'ambiance du jeu est très clairement post-apocalyptique et cyberpunk - dans la veine survivaliste aussi !

    Il s'agira pour vous de ramener à la surface votre fiancée - si toutefois, elle est encore en vie ! Pour cela, il vous faudra échapper à des hordes de mutants, de vermines (rats et autres), de punks et autre brutes ! Il vous faut faire vite car il y a un timer et le temps s'écoule inexorablement !

    Survivrez-vous dans ce dédale souterrain laissé à l'abandon, couloirs obscurs de l'ancien métro désaffecté !? Un plan du métro actuel se révèlera fort utile car le terrain est vaste ! Un jeu qui mélange donc des aspects familiers avec une veine fantastique ! Dépaysant donc !

    La jaquette nous vends ce jeu comme plus complexe que ses prédécesseurs ! C'est fort possible mais cela ne vole toujours pas bien haut ! C'est une étape dans l'histoire du jeu d'aventure ! Un "jeu d'aventure de 3ème génération" !

    Métro - boulot - dodo ! Passées les cinq - trop longues - minutes de textes de l'introduction, vous vous baladerez de Gobelins à Monge en passant par Jussieu avec les fuites de gaz, les virus, la faim et la fatigue croissante !

    Ca se pratique avec une interface texte qui comprends 200 mots avec de larges variations dans les formulations syntaxiques, des plus simples au plus complexes !

    C'est un peu schématique toutefois ! A noter que le jeu comprends pas mal de références cinématographiques !

    Voilà pour cette curiosité d'un "temps reculé" !

    Ah oui, c'est un jeu pour la gamme Amstrad : CPC 464, CPC 664 et CPC 6128 ! En cassette audio uniquement !

    Enfin, le jeu a fait l'objet d'une réédition en 1990 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les années 1990, j'ai eu ma période Game Boy ! La console possédait de petits jeux d'action/arcade principalement mais aussi quelques action-RPG ! Je m'éclatais particulièrement sur le jeu Mystic Quest, publié par Square en 1991, sous la direction de Koichi Ishii !

    Mystic Quest est un jeu dérivé de la Saga Final Fantasy - et qui porte d'ailleurs le nom Final Fantasy Aventure aux USA.

    Au début du jeu, vous vous retrouvez dans la peau d'un jeune gladiateur qui combat dans l’arène au quotidien pour le Roi Noir et l'Empire du Glaive ! Mais vous allez vite vous émanciper et vous opposer à ce Roi Noir !

    Vous contrôlez votre personnage en vue aérienne, traversez maints décors, affrontez des monstres par paquets, muni de votre épée. Vous croisez aussi des personnages avec qui vous discutez pour faire avancer l'histoire. Votre héros possède un certain niveau et l'accumulation de points d'expérience (XP), vous permets de vous améliorer. Vous pouvez enfin aussi améliorer votre arme et recourir à la magie !

    Le jeu est sorti en 1991 au Japon et aux USA mais il fallut attendre 1993 pour pouvoir y jouer en France !

    Le monde vit sous les auspices de l'Arbre Mana duquel s'écoule une source qui irrigue ces territoires. Mais la source a été corrompu et le mal envahit le monde ! L'Empire de Vandole profita jadis du pouvoir de l'Arbre Mana à des fins maléfique mais cet Empire fut défait ! Hélas l'Empire du Glaive lui succéda...

    Les Chevaliers Gemme cependant veillent sur l'Arbre Mana ! Ce sont eux qui ont défait l'Empire de Vandole ! Au départ de l'histoire, notre héros trouve son ami Willy agonisant qui lui confie alors la tâche de protéger l'Arbre Mana !

    Dans son aventure, dans sa quête, le héros va croise la route d'une jeune fille mystérieuse qui jouera un rôle important dans le récit ! Il devra aussi trouver le Chevalier Gemme Bogard.

    Vous vous déplacez dans les quatre direction dans une 2D plongeante grâce à la croix directionnelle ! De temps à autre, vous devrez explorer des donjons ! Il est bien sûr possible de sauvegarder. Les villages vous permettent d'acheter des pièces d'armures et des armes contre de l'or. Vous avez en tout six types d'armes et huit sortes de sorts !

    Il est aussi possible que des PNJ (Personnages Non Joueurs) se joignent à vous durant quelques temps ! Citons en quelques uns : Bogard, l’Héroïne, le Mage rouge, Watts, Amanda, Marcie... chacun avec ses caractéristiques ! Vous aurez aussi à disposition une monture, le Chocobo !

    On évite le systme de tour par tour pour les combats, il me semble si j'ai bonne mémoire ? On privilégie ici un système plus arcade sans être vraiment de l'arcade - du moins qui fait appel à votre dextérité !

    La musique est omniprésente et rythme tout le jeu, s'adaptant aux diverses circonstances !

    Parviendrez-vous à vaincre le Roi Noir et a sauver l'Arbre Mana ?

    Un jeu globalement bien accueilli, prenant et pas d'une difficulté excessive, qui se termine en une petite dizaine d'heures de jeu voire moins ! Un remake a été réalisé en 2003 sur Game Boy Advance ! Perso, c'est un de mes jeux préférés de la Game Boy originelle ! On eut aussi des versions Super Nintendo et une version en 3D était encore annoncée en 2016 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • SilkWorm - TecmoLe genre shoot them up est un genre prolifique du jeu vidéo, présent dès les origines avec Spacewar ! Dans ce domaine, il est difficile de se renouveler tant de multiples déclinaisons ont déjà été produites ! Vous pouvez dès lors piloter un vaisseau galactique, un avion durant la WW2,  un commando dans la jungle du Viet-Nam ou un cochon qui tire sur des ballons ! Avec ou sans scrolling et dans ce cas à défilement horizontal ou vertical !

    Un des moyens de renouveler ce type de jeu a été d'introduire les parties à deux joueurs en simultané ! Dans cet veine, SilkWorm  est un jeu de Tecmo, développé en 1988 sur borne d'arcade puis décliné ensuite sur Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, Commodore 64 et ZX Spectrum en 1989 puis sur Nintendo Entertainment System (NES) en 1990 !

    De quoi s'agit-il ? Dans ce jeu, à défilement horizontal, vous pilotez soit un hélicoptère de combat soit une jeep lourdement armée et agissez de concert ! Il s'agit de coordonner vos actions ! Ainsi, l'hélico abattra les hélicos ennemis tandis que la jeep détruira les canons au sol et les tanks !

    Il semble tout de suite évident que la jeep a moins de marge de manœuvre que l'hélico ! C'est à voir !? Elle peut cependant effectuer des bonds pour sauter par dessus - et pas dessus ! - les mines ! Ca rappelle un peu Moon Patrol !

    L'hélico a des missiles air-air et des missiles air-sol ! Il vous faudra donc dégommer tout ce qui bouge, seul ou à deux ! Vous pourrez donc y jouer entre amis ou avec votre chère et tendre  -pour peu que les filles s'intéressent à ce type de jeu vidéo (ouh le cliché !).

    Chaque stage se termine par un gros boss - un classique dans ce genre de jeu ! De nombreuses suites - au nombre de trois en fait - ont été produites dans les années 1990 ! Par ailleurs, le jeu initial a été bien reçu par la presse spécialité et a reçu le Tilt d'Or 1989 du meilleur shoot them up pour son adaptation sur micro-ordinateur !

    Voilà, pas grand chose à en dire de plus ! J'avais presque oublié ce jeu vidéo jusqu'à une date très récente !

    A vos manettes/joysticks et à bientôt !


    votre commentaire
  • Peu à peu, les shoot-them-up ont délaissé le terrain des guerres intergalactiques pour embrasser celui de la Seconde Guerre mondiale. C'est le cas de 1942, jeu vidéo de Capcom, sorti en 1984, qui a pris un sacré coup de vieux !

    1942 - Capcom

    Dans ce jeu de tir à défilement vertical, vous dirigez un avion P-38 américain, dans la Bataille du Pacifique contre les japonais ! Les graphismes sont assez simples, les ennemis n'ont pas la variété de ceux d'un Flying Shark mais le jeu est tout de même d'une bonne difficulté !

    Vous avez la possibilité d'augmenter la puissance de votre tir ou de vous adjoindre des avions alliés sur les flancs !

    1942 - Capcom

    Ce shoot-them-up s'inscrit dans une série de cinq jeux, dont le dernier, 1944, est sorti en 2000. A l'origine, 1942 a été adapté depuis une borne d'arcade Z80 Based, sur Amstrad CPC, Commodore 64, ZX Spectrum pour les machines les plus connues puis plus tard sur NES, Playstation 2, Xbox et Game Boy Color !

    Votre pilote, baptisé Super Ace, parviendra-t'il à défaire les chasseurs et les bombardiers ennemis et à atteindre Tokyo ?

    Dans ses développements les plus récents, 1942, a été porté en 2017 sur téléphones portables, iOS et Android ! Il est vrai que ces premiers jeux des temps glorieux se prêtent bien aux Smartphones !

    Un jeu au style dépouillé avec des collisions approximatives - ce qui en augmente la difficulté ! Ce sont surtout les nostalgiques qui prendront plaisir à 1942  !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dès les premiers jeux vidéo de l'Histoire, sont apparus maints personnages qui sont devenus des icônes : Donkey Pengo - SegaKong, Pac-Man, Q-Bert... Et aussi un mignon petit pingouin rouge, habitant de l'Antarctique, nommé Pengo.

    De fait, dans Pengo,  jeu vidéo de Sega sorti en 1982, vous dirigez le héros dans un labyrinthe de blocs de glaces que le pingouin peut pousser pour écraser des sortes d'insectes qui cherchent à l'attraper ! Ces créatures, des Sno-Bee - ou littéralement "abeilles des neiges" - sont les antagonistes de Pengo qui doit survivre à chaque round en éliminant les sales bestioles et leurs œufs.

    Pengo dispose de plusieurs méthodes pour éliminer les Sno-Bee ! En leur balançant des blocs, en détruisant les oeufs contenus dans des blocs en écrasant les dits blocs ou en courant sur les ennemis après les avoir assommé contre un mur ! Vous balancez les blocs avec le joystick, en appuyant sur le bouton "feu" et en poussant la manette dans la direction du bloc.

    Au début de chaque stage, il y a un certain nombre de Sno-Bee mais d'autres sortent à partir des œufs en cours de stage ! Ces ennemis peuvent également détruire les blocs pour progresser vers Pengo ! Le contact avec elle est évidemment mortel pour notre petit héros - ce jeu ne serait-il donc qu'une variante de Pac-Man ? il en a des caractéristiques, courses-poursuites dans un labyrinthe et retournements de situations !

    Pengo - SegaIl y a également des blocs contenant des étoiles qui octroient des bonus quand on les aligne. Des points supplémentaires vous sont délivrés lorsque vous écraser plusieurs Sno-Bee d'un seul coup ! Attention enfin, à ce que les Sno-Bee ne finissent pas par se transformer en Blobs, autrement plus rapides et agressifs - ce qu'elles font dans certaines conditions !

    A l'origine, il s'agit évidemment d'un borne d'arcade ! Adapté par la suite sur Atari 2600, Atari 5200, Atari 8-bit family et Sega Game Gear ! Le jeu connu également de nombreux clones !

    Une musique assez addictive sur la borne d'arcade ! il s'agit du tube "Popcorn" !

    Pour ma part, j'y jouais au tournant des années 1980 et 1990 sur un jeu LCD - à cristaux liquide ! Ma sœur et moi adorions ce jeu addictif, aussi dans sa version LCD et rivalisions pour faire le plus haut score ou tenir la partie la plus longue ! Dans cette version Pengo se déplaçait sur les bords de l'écran et poussait les blocs vers ses ennemis avant qu'eux-mêmes ne gagnent les bords !

    A cette époque, l'ai déjà dit, on faisait des jeux avec des recettes simples et de petits moyens ! De nos jours, les jeux vidéo incluent des heures de cinématiques et sont de véritables grosses productions !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les années 1980, Sega nous a offert des jeux d'arcade avec des Ferrari, des avions de combat F-14 mais onThunder Blade - Sega eut aussi un jeu où l'on pilotait un hélicoptère de combat, j'ai nommé Thunder Blade, borne de 1987 ! La grande époque !

    Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'une simulation de pilotage mais plutôt d'un shoot-them-up. Le jeu alterne deux types de phase.

    On a tout d'abord des séquences en défilement vertical où vous voyez votre hélico par le dessus. Vous pouvez changer d'altitude pour mieux viser et dégommer les tanks adverses. Attention toutefois, en slalomant entre les buildings, à ne pas vous emplafonner dans l'un d'entre eux (les buildings, pas les tanks !)

    L'autre type de séquences est une phase en rail shooter - où cette fois-ci, vous voyez votre appareil de derrière. C'est en fait un moment qui rappelle des jeux comme Space Harrier, autre jeu de Sega !

    Quatre stages composent ce jeu qui vous entraîneront dans des villes, sur la mer, dans des déserts, des marais, de jour comme de nuit !

    Histoire de pousser plus loin l'immersion, la borne d'arcade fut déclinée en deux version : une classique - avec toutefois des vibrations du joystick analogique (à "retour de force" ?) et une autre qui reproduit vaguement l'habitacle d'un hélicoptère avec le joystick sur un long manche à balai entre les genoux du joueurs ! Les deux versions sont dotées d'une manette des gaz.

    Le jeu fut adapté par Tiertex sur Amiga, Atari ST - sur lequel j'y jouais, Commodore 64, DOS et les PC de l'époque donc, MSX, Amstrad CPC et ZX Spectrum ! Il était alors vendu avec une cassette audio du groupe de new wave britannique, Art of Noise, contenant dix titres, tirés de l'album In No Sense ? Nonsense ! !

    Il existe aussi une version Mega Drive, rééditée sur Wii en 2007 !

    J'aimais beaucoup ce jeu à la réalisation assez soignée et à la difficulté moyenne ! L'alternance de deux types de phases varie les plaisirs !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Chase H.Q. est un jeu vidéo de courses d'abord sorti en arcade, en 1988 par le Japonais Taito - "qui est bien plus Chase H.Q. - Taitoqu'un jeu de courses" !

    En effet, vous assumez le rôle de Tony Gibson, un officier de police de la brigade spéciale d'investigation qui a la particularité de se lancer dans des courses folles en voiture pour appréhender les malfrats motorisés.

    Il n'y a donc pas de ligne d'arrivée à franchir en premier dans ce jeu - ce qui le différencie d'un Out Run de Sega et renouvelle le genre ! Vous devez d'abord rattraper le véhicule des suspects - généralement des voitures de sport - puis vous maintenir à sa hauteur - tandis qu'il cherche à vous semer - et lui "rentrer de dedans" pour lui occasionner un certain nombre de dommages qui pousserons le coupable à se ranger sur le bas-côté, son bolide hors-jeu !

    Ce jeu a été assez bien accueilli dans les salles d'arcades, générant toutes sortes de suite comme Special Criminal Investigation  ou Chase H.Q. 2  et de spin-off comme Crime City ou Quiz H.Q.

    Bien évidemment, ce jeu fut porté sur machines de salon de l'époque (par Ocean Software alors habitué aux conversions d'arcades !) : sur ZX Spectrum, Amstrad CPC, Commodore 64, Atari ST et Amiga puis plus tard par Taito sur Game Boy, Sega Master System, TrurboGrafx-16 et Game Gear et enfin dans une compilation de la "Mémoire de Taito" pour PlayStation 2 - mais dans ce cas, uniquement au Japon et plus tardivement, en 2007 !

    Pour appréhender les suspects, vous avez évidemment une limite de temps ! Généralement entre 60 et 70 secondes une fois que vous avez rattrapé les fuyards !  Le jeu comprends cinq niveaux. Les véhicules incriminés vont de la Lotus Esprit à la Porsche en passant par les Lamborghini et les Ferrari ! Dans les suites, vous aurez la possibilité d'utiliser des armes et de tirer depuis votre véhicule de police !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Test Drive est une série de jeux de courses de voitures qui compte, actuellement, dans  les années 2010, uneTest Drive - Accolade vingtaine de titres entre la "série principale" et les "séries spin-off" !

    Mais ici, je voudrais vous parler du jeu vidéo original, celui qui a tout lancé, le Test Drive de 1987, développé par Distinctive Software et édite par Accolade !

    A l'époque, il était sorti sur Amiga, Amstrad CPC, Apple II, Atari ST, Commodore 64 et système d'exploitation DOS pour les machines PC ! C'est d'ailleurs sur un PC, en monochrome quasiment, que j'y jouais dans le local informatique -"l'Aquarium" de mon lycée ! Je ne me rappelle plus trop si je n'avais pas aussi la version Atari ST à la maison !

    Test Drive se distingue d'un Out Run, en ce sens que le premier est plus orienté simulation et le second arcade et réflexes purs ! Mais attention, Test Drive n'est pas un logiciel pour passer le code comme on peut en trouver dans certaines auto-écoles - et je signale au passage que je n'ai jamais été capable de passer mon permis de conduite, ayant un peu la trouille en voiture ! Test Drive pour en revenir à lui lance un genre, dans lequel s'illustreront des jeux vidéo comme la série des Need for Speed ou des Gran Turismo plus récents - et auxquels je n'ai jamais joué !

    Dans ce jeu, vous êtes à l'intérieur de l'habitacle de votre véhicule, en vue subjective donc, une autre différence avec Out Run ! Vous avez le choix entre cinq voitures au départ, des modèles de prestige, jugez plutôt : Porsche 911 Turbo, Lamborghini Countach, Lotus Esprit, Chevrolet Corvette et Ferrari Testarossa ! On se doute bien que vous n'allez pas conduire - et encore moins piloter ! - une Twingo (qui n'existait pas à l'époque d'ailleurs !).

    Il s'agira pour vous de roulez le plus vite possible pour éviter les policiers qui veulent vous verbaliser pour excès de vitesse ! Bonjour la civilité ! Vous êtes de plus coincé sur la route entre un ravin et une falaise, dans un décor minimaliste dans ce premier jeu - décor qui évoluera sans doute par la suite mais n'en sais rien car n'ai pas non plus joué aux suites ! Évitez aussi de briser votre pare-brise, synonyme d'accident !

    Enclenchez votre boite de vitesses, écoutez le ronronnement de votre moteur et faites attention aux voitures arrivant en sens inverse lorsque vous doublez ! Pensez aussi à regarder les panneaux de limitation de vitesses (55 MPH) et à vous réapprovisionner en essence à la station service !

    Je garde de très bon souvenir de ce jeu - même si il n'y a pas vraiment,dans mon souvenir de but à atteindre dans ce jeu ! (?) La prise en main est bonne et facile !

    Entendez-vous les gyrophares de la police !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • The Last Mission - Opera SoftÉvoquons à nouveau aujourd'hui un de ces vieux jeux vidéo de l'époque glorieuse ! Je vais vous parler de The Last Mission, soft de l'année 1987 - à mi-chemin entre le jeu d'action et le jeu d'énigmes ! Arcade- aventure ?

    Lorsque j'étais à l'école primaire, José, un camarade portugais m'avait fait gober plus ou moins l'histoire comme quoi les Portugais et les Espagnols étaient des leaders dans le domaine des jeux vidéo ! En fait, c'est un peu le cas avec la société Opera Soft qui nous donna The Last Mission !

    Les concepteurs de ce jeu se sont visiblement cassé la tête pour nous fournir un récit d'arrière-plan qui est en réalité bien secondaire ! Comme dans la franchise Terminator, les robots ont pris le contrôle de la Terre et les humains ont fuit dans l'espace pour se réfugier sur la planète Nova ! Mais ils ont décidé de contre-attaquer et ont envoyé le robot OR-CABE-3 dans la base des machines pour en obtenir les plans !

    Vous, le joueur, prenez le contrôle de OR-CABE-3, un robot qui a la particularité de se scinder en deux parties ! Vous avez le châssis, monté sur chenilles et la tête qui peut se détacher et voler dans les airs en balançant des tirs de lasers !

    OR-CABE-5 débute sa mission au fin fond de la base ennemi et doit rejoindre la surface avec les plans et regagner un astronef pour Nova ! Vous devez éviter pour cela tout un tas de robots hostiles ! Le jeu est en 2D et vous devez manœuvrer avec la tête pour contourner et détruire les obstacles et permettre à votre autre section de passer ces barrages !

    Si la tête à lasers - qui perd progressivement de l'énergie lorsque qu'elle est détachée ! - est détruite, vous perdez une vie et si c'est la base sur chenilles qui est détruite, vous recommencez là où elle a disparu ! Le moindre contact avec un ennemi et mortel ! Faites de plus attention à ne pas dégommer votre chassis avec votre propre laser, ce serait "ballot" !

    C'est donc en fait un jeu de casses-têtes et d'adresse ! Un jeu qui partagent certaines caractéristiques avec d'autres jeux comme MGT  de Loriciels - où vous déplacez aussi un robot dans un complexe, mais en 3D ! - et  Head Over Heels d'Ocean Software - où vous dirigez également un héros en deux parties ! Je vous renvoie aux billets que j'ai fait concernant ces jeux !

    The Last Mission est sorti à l'époque sur Sinclair ZX Spectrum, Amstrad CPC (ma version, que je n'ai jamais pu terminer par manque de patience !), Amstrad PCW (l'Amstrad pour la Bureautique), MSX et MS-DOS pour les PC !

    La musique d'intro de ce jeu est là encore assez "rigolote" ! Par contre, le bruit intempestif des tirs de lasers peut vite vous porter sur les nerfs !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les jeux vidéo sur les arts martiaux n'ont pas commencé avec Street Fighter ! Auparavant, on a eu des softs - et desYie Ar Kung-Fu - Konami perles ! - comme Kung-Fu Master, Karateka  ou International Karate +  - dont il est question ailleurs sur ce blog ! Par la suite, avec Tekken, la 3D s'est imposée !

    Parlons aujourd'hui de Yie Ar Kung-Fu,  à l'origine une borne d'arcade de Konami, sur laquelle on pouvait jouer dès 1985 ! Le titre signifie, en chinois, "Un-Deux Kung-Fu" littéralement (même si pour moi, cela résonne comme "We Are Kung-Fu" !). Ce jeu avec l'autre titre, Karate Champ, sorti en 1984, a posé les bases du jeu de baston moderne (avant la 3D !).

    Vous contrôlez un petit personnage, Oolong - à ne pas confondre avec le cochon métamorphe de Dragon Ball ( qui est peut-être un hommage ? Ou bien est-ce un prénom chinois répandu ? Bref...), dans un décor en 2D représente - en fond - une cascade ou un temps chinois. Vous  devez battre un certain nombre d'adversaires pour obtenir le titre de "Grand Maître" ! Ce nombre d'adversaires - qui ont chacun leurs techniques et armes de prédilection - varie selon les versions : 11 pour borne d'arcade, entre cinq et 13 pour les machines de salon, là encore selon la machine !

    Parlons de la portabilité avant de présenter les adversaires ! Yie Ar Kung-Fu a été adapté sur Famicon/NES, MSX, Commodore 64, ZX Spectrum, Amstrad CPC (ma machine), BBC Micro et Acorn Electron ! Pour tout vous dire, certaines de ces machines - de niches ! - ne m'évoquent rien !

    Les adversaires maintenant ! Dans ma version CPC, celle que je connais, vous aviez  Buchu, un gros sumo, Star, une femme qui utilisait des shurikens - ces petites étoiles pointues si chers au jeu Shinobi, Nuncha - dont la tenue jaune est clairement un hommage au Jeu de la La Mort et à Bruce Lee, utilise un nunchaku, Pole a lui pour arme un Bo, autrement dit une espèce de bâton qu'il manie mortellement; ensuite Club, un autre colosse a un bâton pointu et un bouclier; Sword porte une épée comme son nom l'indique, de même Tonfun manie des Tonfa et est assez rapide ! Le dernier adversaire, avant le titre recherché, est Blues qui n'est autre que votre double - et dispose des mêmes coups que vous !

    Dans la version MSX et NES, le héros s'appelle Lee et affronte en outre : Wang, armé d'un bâton, Tao qui envoie des boules de feu (mais pas encore des Kamehameha !), Chen, Lain, Wu/Mu ou Shwan qui sont des versions spécifiques à ces consoles d'ennemis que je vous ai détaillés pour la version CPC !

    Yie Ar Kung-Fu - KonamiEnfin, dans une version collector des "Hits de Konami", on avait droit à deux ennemis cachés : Bishoo - une femme qui attaque avec des dagues ! - et Clayman - une statue vivante qui vous attaque avec une épée démesurée !

    Sur Amstrad CPC, du moins, la musique, comme souvent pour les jeux de cette époque glorieuse, est simple, marrante, mais obsédante !

    Dans ce jeu, tout est question de positionnement, d'allonge et de qui tape le premier !

    La difficulté est moyenne a pas négligeable selon que vous êtes doué - ou pas ! Moi, je ne l'étais pas car si ma mémoire ne me trahi pas, je crois que je n'ai jamais réussi à finir ce jeu même avec l'aide du "Mirage Imager" !

    Qu'est-ce que le "Mirage Imager", me direz-vous ? En fait, c'est un périphérique qui se branche derrière l'Amstrad CPC - que j'avais commandé en Angleterre - et qui sert officieusement à pirater des jeux ! En effet lorsque vous appuyez sur un petit bouton rouge sur l'appareil, vous gelez le jeu et pouvez copier le contenu de la RAM du CPC sur une cassette ou une disquette ! Officiellement, cela servait à sauvegarder les parties ! Vous pouvez ainsi, pour notre présent jeu de combat, sauvegarder chaque fois que vous battiez un adversaire et ainsi progressez lentement mais sûrement vers la fin - pour peu que les temps de chargement dne vous rebutent pas si comme moi vous n'aviez qu'un magnéto-cassette !

    Il faudra que je vous parle un jour du piratage par cassette sur le CPC avec la joie de l'utilisation d'un micro-tournevis pour régler l'azimutage des petites vis du magnéto ! C'était tout une épopée - qui a la fin, pour moi, a fini par péter l'appareil d'enregistrement !

    Voilà, pour Yie Ar Kung-Fu, un jeu dont je garde d'excellents souvenirs !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Barbarian - à ne pas confondre avec Barbarian : The Ultimate Warrior de Palace Softwaresorti la même année ! - Barbarian - Psygnosisest un jeu d'action en 2D de Psygnosis, sorti en 1987 !

    Même si il a été secondairement adapté sur les systèmes 8-bit, Amstrad CPC, Commodore 64, MSX, ZX Spectrum et compatible PC (DOS), c'est avant tout un jeu conçu pour les machines 16-bit, Atari ST et Amiga !

    On retrouve un monde d'heroic-fantasy à la Howard et Conan, avec Hector le Barbare qui s'aventure de plus en plus profond dans un donjon, et affronte quantité de monstres et d'ennemis de plus en plus coriaces ! Le jeu a une interface particulière, entièrement à la souris - alors qu'à l'époque, les jeux se jouaient au joystick ! Aujourd'hui, dans les années 2010, tout se joue à la souris pour les jeux PC et à la manette pour les consoles !

    Dans le Royaume souterrain de Durcan, notre Hector doit terrasser le diable Necron ! Il progresse dans des cavernes en éliminant des troglodytes et en évitant les nombreux pièges (chutes de pierre, herse, sol qui se dérobe,...). Pour se battre, notre héros utilise ses poings ou une épée ainsi qu'un arc et des flèches !

    Les cavernes sont composées d'une soixantaine d'écrans fixes ! Vous sélectionnez des icônes à la souris pour dirigez votre personnages ! Vous pouvez ainsi marcher dans les deux directions (droite, gauche), monter/descendre les escaliers et les échelles, s'arrêter, sauter, attaquer, parer et fuir !

    Votre statut du personnage comprends le temps de jeu, le nombre de flèches restantes, les armes dans l'inventaire - que vous pouvez ramasser, porter, jeter. Un système de contrôle qui se révèle jouable mais qui demande un temps d'adaptation ! il existe heureusement des touches raccourcis !

    Barbarian - PsygnosisLorsque vous aurez abattu Necron, une éruption volcanique se déclenche et vous avez exactement le temps que vous avez mis pour arriver là pour vous échapper dans l'autre sens ! Mieux vaut donc ne pas être trop pressé pour arriver devant le boss final !

    La réalisation de ce Barbarian est principalement le fait du programmeur David H. Lawson et du graphiste Garvan Corbett ainsi que quelques collaborateurs supplémentaires.

    Un jeu très bien réalisé et très prenant mais assez difficile ! N'ai jamais réussi à le terminer sur Atari ST ! En même temps, j'avais emprunté ce jeu à la logithèque/bibliothèque de Caen à la fin des années 1980 et n'avais pas la possibilité de le tester pour plus de quelques semaines !

    Psygnosis a sorti une suite, Barbarian II, en 1991 !

    Saurez-vous manier votre épée ?

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les jeux vidéo de courses, nous avons la catégorie moto qui était bien représentée, en 1991, avec le jeu de Sega, Super Hang-On, séquelle du très plébiscité Hang-On !

    Dans ce jeu, vous pourrez tester vos talents de pilote sur 4 continents, à travers autant de courses ! Chaque course contient un certain nombre de "stages" ! Votre vitesse normale maximale est de 280 km/h mais vous disposez d'un bouton turbo qui vous permets de monter jusqu'à 324 km/h et justement, l'impression de vitesse est bien rendue ! C'est très fluide !

    Super Hang-On s'inscrit dans la lignée d'un Out Run du même éditeur Sega mais ici exit la Ferrari Testarossa !

    Niveau difficulté, la course la plus "facile" est celle d'Afrique puis celle d'Asie. L'Amérique vient ensuite par ordre de difficulté, course assez longue avec 14 stages ! L'Europe est certainement la plus ardue avec pas moins de 18 stages ! Parviendrez-vous à franchir les lignes d'arrivée de toutes ces courses ! Tel sera votre challenge !

    Vous devez finir chaque stage avant la fin du chrono pour pouvoir poursuivre la course !

    A l'origine, il s'agit évidemment d'une borne d'arcade, adaptée ensuite sur Sega Genesis, Game Boy Advance, Amiga, Atari ST (ma version !), Macintosh, ZX Spectrum, Amstrad CPC, Commodore 64 et Nintendo 3DS !

    A l'instar d'Out Run, l'action est rythmée par une musique très entraînante ! Cela va vous décoiffer les cheveux !

    Un bon jeu de courses pour l'époque !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Parlons aujourd'hui d'un autre classique de l'âge d'or des jeux d'arcade à savoir Dig Dug  de Namco ! Sorti donc d'abord sur borne d'arcade en 1982, ce jeu addictif a ensuite été transposé sur pléthores de machines : Apple II, Atari 2600, Atari 5200, Atari 7800, ColecoVision, Commodore 64, Commodore Vic-20, Famicom, Game Boy, NES, Intellivision,, MSX, TI-99/4A, Nintendo DS et en téléchargement sur Xbox 360 et wii ! Et aussi pour téléphones mobiles ! Un jeu qui a traversé les époques donc !

    Vous incarnez Dig Dug, une sorte de mineur, dans une combinaison de cosmonaute, bleue et blanche, capable, comme son confrère Boulder Dash, de creuser des tunnels ! Mais là le but n'est pas de ramasser des diamants mais plutôt d'éliminer les monstres qui hantent le sous-sols !

    Plusieurs moyens pour cela ! Pour annihiler ces créatures - dragons Fygars, bonhommes ronds Pookas, - vous pouvez soit utiliser une espèce de pompe pour faire gonfler et exploser ces bestioles - mais ça implique d'être au contact, ce qui n'est pas sans risque ! Ou alors vous pouvez creuser un tunnel sous un rocher et faire tomber le dit rocher sur les monstres ! C'est radical et vous pouvez en tuer plusieurs en un coup ! Attention cependant à ne pas vous trouver vous même emporté par le caillou, ce qui signifierait votre perte ! Ce n'est pas le résultat recherché !

    Bien entendu, le moindre contact avec un monstre vous est fatal ! Les monstres se déplacent dans les tunnels crées par Dig Dug  et ne peuvent pas eux-même creuser ! Toutefois, ils peuvent de temps en temps se transformer en fantômes et devenus intangible,s traverser les masses de terre ! Les Fygars, de plus peuvent vous brûler avec leurs jets de flammes à distance ! Mais il ne crache qu'horizontalement et donc si vous le tuer à l'horizontal, vous marquez plus de points !

    Plus vous tuez de monstres dans le bas de l'écran, plus vous remportez de points !

    Attention à bien gonfler totalement les monstres pour les tuer sans quoi ils se dégonflent et retrouvent leur état normal !

    Il y a des items - comme des drapeaux du jeu Galaxian - un autre hit de l'époque de Namco - qui apparaissent de temps à autre au centre de l'écran - entre autres objets ! - et vous rapportent aussi des bonus de points si vous les ramassez à temps !

    Un niveau se termine lorsque tous les monstres ont été tués ou que le dernier s'est enfuit par le haut de l'écran !

    En 1996, Namco à sorti une version Dig Dug Arrangement  - là encore en borne d'arcade ! - qui permets de jouer à deux joueurs en même temps

    Parmi les séquelles, on a aussi Dig Dug II, en 1985 , qui se déroule sur une île vue de dessus et ou vous devez faire s'écrouler des pans de terre dans la mer, Dig Dug Deeper - sur les PC - édité par Infogrames en 2001 contient des graphismes en 3D et enfin, Dig Dug : Digging Strike, en 2005, sur Nintendo DS combine des éléments de Dig Dug et Dig Dug II ! Une vaste famille à l'instar des jeux Pac-Man !

    Dans la pop culture, Dig Dug, comme Pac-Man, apparaît dans le film Les Mondes de Ralph et est aussi le titre du cinquième épisode de la Saison 2 de la série Stranger Things, hommage aux années 1980 !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Pooyan - KonamiQuand le jeu vidéo revisite "Les Trois Petits Cochons", ça donne Pooyan,  jeu d'arcade de Konami, sorti en 1982  !

    Dans ce jeu, vous contrôlez "Mama", une maman truie dont les enfants ont été kidnappés par une meute de loups ! Les porcelets sont les Pooyans du titre. Mama est dans un ascenseur que vous pouvez faire descendre ou monter ! Au centre de l'écran, les loups s'élèvent dans les airs au moyen de ballons gonflés à l'hélium et Mama doit les crever avec son arc pour faire chuter les loups, le but étant d'en abattre un certain nombre et d'empêcher les carnassiers d'atteindre le promontoir en haut de l'écran !

    Si nos loups parviennent à atteindre le sommet de l'écran, ils seront en position de balancer un rocher sur la tronche de Mama ! Dans un autre type de stage, il faut les abattre avant qu'ils n'atteignent le bas de l'écran pour ensuite monter à des échelles et cette fois manger notre héroïque truie !

    Il y a aussi des stages bonus où les loups balancent cette fois des fruits sur Mama qui doit les intercepter avec ses flèches !

    Une fois que la courageuse Mama a abattu tous les loups, elle peut aller délivrer ses porcelets !

    Un des premiers jeux de Konami dont il faut signaler qu'il partage des thèmes musicaux commun avec Frogger, un autre jeu de l'éditeur nippon !

    Pooyan est naturellement passé de la borne d'arcade à des consoles et machines de salon : Atari 2600, Atari 8-bit Pooyan - Konamifamily, Color Computer 2, Commodore 64, Sord M5, Apple II, Tandy TRS-80 ou encore Tomy Tutor et Famicom ! Et aussi sur la Console virtuelle Wii au Japon et sur Playstationn pour celle-ci dans une compilation des classiques de l'Arcade de Konami !

    Dans la série des hommages, le jeu Metal Gear Solid : Peace Walker contient les "Pooyan Missions" où il faut abattre des ballons emportant des soldats kidnappés !

    Il y eut enfin des clones - ce qui témoigne toujours du succès d'un jeu : Pootan - et aussi des clones pour la console Colecovision et la VIC-20, sortis respectivement en 2008 et 2013 !

    Voilà, avec Pooyan, nous avons encore évoqué un classique des premiers temps ! Peut-être vous dites vous que je ne présente que des "vieilleries" ! C'est possible mais cela fait partie de l'Histoire du Jeu Vidéo et ils faut prendre les choses à la source mais vous présenterais à l'avenir des jeux plus récents comme par exemple L'Ombre du Mordor et/ou L'Ombre de la Guerre libres adaptations de l’univers de Tolkien ! Mais j'avoue être passé un peu à côté des consoles dans mon expérience de joueur, de la NES à la PlayStation 4 en fait !

    Je suis ouvert à tout hardcore gamer qui voudrait me proposer une collaboration et des articles sur des jeux récents !

    A bientôt donc !


    votre commentaire
  • Splatterhouse est un jeu vidéo de type beat them up, sorti en 1988 sur borne d'arcade et en 1989 sur NES. A cette période, la fin des années 1980, sortait beaucoup de beat them up (Vigilante, Bad Dudes VS Dragon Ninja pour n'en cité que quelques uns) mais ce Splatterhouse de Namco, l'éditeur historique de Pac-Man et Galaga, se distingue dans le sens où il se fonde sur une thématique horrifique !

    On retrouve le masque de hockey porté par le personnage de Jason Voorhees, le tueur en série/splasher de la série des Vendredi 13 ! Mais ici, Jason est le héros ?

    Non, en fait, ce n'est pas Jason même si le jeu joue de la ressemblance ! Dans mon souvenir, il s'agissait à tort de Jason ! En réalité, le héros est Rick, étudiant en parapsychologie,  qui, par une nuit d'orage se réfugie avec sa fiancée Jennifer dans une maison hantée ! Il est vite séparé de sa promise et tué puis ramené à la vie par le "Terror Mask" - le fameux masque de hockey, littéralement "Masque de Terreur" ! Il se lance alors dans l'exploration de la bâtisse dans un peu moins d'une dizaine de niveaux où il tabasse des armées de morts-vivants revenues à la vie et en état de décomposition avancée  ! Le tout évidemment dans le scrolling horizontal propre à ces jeux !

    Il est très probable que Namco ait d'abord voulu développer un jeu autour de Vendredi 13 mais n'ai tout bonnement pas eu les droits !

    La gamme des ennemies est variée ! Zombies, démons de feu, poltergeist animant des meubles, monstre aux avant-bras en forme de tronçonneuses, fantômes, asticots géants surgit de tas de chairs sanguinolentes, animaux devenus fous ! Pour s'aider dans sa quête, Rick/"Terror Mask" - le héros - peut ramasser divers objets et les utiliser, comme des pierres, des haches, des machettes et des fusils - pour décapiter les zombies ou encore les disperser en gerbes de sang ! Sinon, il faudra dispenser coups de poings et coups de pieds ! Et surveiller votre jauge de vie !

    Au bout du compte, il vous faudra détruire le "cœur" - au sens propre ! -  et l'esprit hanté de la maison !

    Cela nous parait ridicule à présent mais à l'époque, le jeu était sous le coup d'une "Interdiction aux moins de 16 ans" ! Pour ces passages sanguinolents mais aussi ses références au satanisme et cie ! Ça nous fait bien rire depuis la série des Grand Theft Auto ! Et en quelque sorte, Splatterhouse - qui vit deux suites en 1992 et 1993 - est un peu l'ancêtre des Resident Evil !

    Je me souviens surtout que ce jeu avait des personnages qui m'avaient marqué parce que de grandes tailles par rapport au standard habituel ! Ça préfigurait aussi les jeux de la Neo-Geo avec leurs personnages démesurés !

    Le jeu se termine mal car Rick ne parvient pas à sauver la vie de Jennifer et est même obligé de la tuer car elle est possédée par un démon ! Noir, c'est noir, il n'y a plus d'espoir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Si les deux premiers opus de Double Dragon ont marqué le monde des Beat them all, il y eut un précédent ! En effet, sorti en borne d'arcade en décembre 1986, le jeu Renegade, développé par Technos Japan préfigure la série avec les Frères Lee et est un pionnier du jeu de combat à progression. Le jeu se termine plus vite que Double Dragon et est moins abouti ! Un coup d'essai !?

    Vous y incarnez un expert en combat de rue qui affronte des personnages, armés ou non, dans différents lieux : métro, docks, rue nocturne etc,... Vous vous défendez en balançant des coups de poings et des coups de pieds en faisant attention à ne pas vous faire encercler !

    Dans ce type de jeu, pour avancer dans le niveau, il vous faudra battre tous les adversaires. Il y a de temps en temps des boss et les derniers adversaires peuvent vous envoyer ad patres d'un seul coup de pistolet !

    Le jeu d'arcade, si il a été développé par Technos Japan en Asie, est un produit de la firme Taïto sur le marché américain ! Il fut, comme de coutume alors, adapté sur différentes machines de salon, ordinateurs et consoles : Amstrad CPC (sur lequel j'y jouais !), Commodore 64, ZX Spectrum, NES, DOS, Thomson, Amiga, Atari ST et Sega Master System  ! Tout cela vit le jour entre 1986 et 1993 ! Certaines versions comme Amiga et Atari ST, sont très rares !

    Ocean Software, qui récupéra les droits pour les machines de salon, a produit deux suites, respectivement en 1988 et  1989, sur consoles 8-bits uniquement, Target : Renegade et Renegade III : The Final Chapter  !

    A côté des jeux de combat à progression, on eut, dans la même période, à la fin des années 1980, les jeux de combat en face à face : Street Fighter, Mortal Kombat ou Tekken !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Phoenix - Amstar ElectronicsSpace Invaders a pratiquement inauguré - dans l'histoire des jeux vidéo - l'ère du shoot them up ! Mais d'autres softs devaient se lancer dans la brèche tels Galaxian, Galaga, Scramble, Defender, Astéroids ou encore Phoenix dont il va être question ici !

    Phoenix est donc un shoot them up, daté de 1980, sorti d'abord en borne d'arcade puis sur la console de salon Atari 2600 ! Je me rappelle les publicités illustrées pour ce jeu, moi qui ne possédait pas cette console - devant me contenter d'une Vidéopac 7200 - mais pouvais y jouer les mercredi après-midi, gamin, à la Samaritaine, dans le IIème Arrondissement de Paris !

    Dans ce jeu, vous affrontez de drôles d'oiseaux dans cinq tableaux successifs ! Vous dirigez, comme dans Space invaders ou Galaga un vaisseau qui se déplace horizontalement en bas de l'écran et qui peut tirer vers le haut ! Les ennemis sont des oiseaux qui attaquent en piquet ! L'innovation technique de ce jeu est un bouclier qui peut vous protéger des attaques - sauf que quand vous l'activer, vous ne pouvez plus vous déplacer et vous devez  attendre cinq secondes pour l'utiliser à nouveau !

    Les cinq phases du jeu consistent en ce que nous allons décrire maintenant ! Dans les deux premières phases,vous opposent à des escadrons d'oiseaux extraterrestres, à la façon de Galaxian. Puis dans les deux phases suivantes, vous affrontez des œufs qui éclosent, révélant des oiseaux géants ! Enfin, dans la dernière phase, vous affrontez le premier boss de toute l'Histoire du jeu vidéo, le vaisseau-mère contrôlé par un extraterrestre assis en son centre ! Vous devez percer ses défenses puis lui porter un coup au but ! Attention aux escadrilles qui l'escortent !

    Ce jeu fait figure de classique ! Plus récemment, il a été réédité dans la compilation "Taito Legends" sur PlayStation 2, Xbox, PSP et PC !

    Mais en 1980, c'était encore le temps où les jeux vidéo n'étaient encore que timidement rentrés dans les salons et le temps glorieux des machines de café et des salles d'arcade ! Et je suis assez vieux pour avoir connu ça dans les années 1990 avant leur disparition !

    A bientôt


    votre commentaire
  • On retrouve feu la petite société de jeux vidéos des années 1980, j'ai nommé Loriciels avec un autre de leurs titres Mach 3 - Loricielsde l'époque, à savoir le trépidant Mach 3, sorti en 1987 !

    Sur la jaquette et l'écran titre du jeu une pin-up pulpeuse célèbre le départ d'un pilote qui monte dans sa fusée spatiale ! Mach 3 est en effet un  shoot them up futuriste où vous dirigez un vaisseau spatial qui fonce un toute allure dans un décor en fausse 3D !

    L'impression de vitesse, élément essentiel du jeu, n'est pas trop mal rendue ! A vous de dégommer les vaisseaux adverses ! Bref, c'est un shoot them up assez classique et il n'y a pas beaucoup plus à en dire ! Outre les spationefs ennemis, vous devrez aussi vous frayer un chemin au travers de pluies de météores qui vous tombent dessus !

    Faisant partie de la lignée de jeux vidéo comme Space Racer - chez le même éditeur, Mach 3 est d'une difficulté assez mesurée ! Avec un peu de ténacité, il était possible d'en venir à bout assez facilement !

    Pilotez votre engin de jour comme de nuit ! Les adversaires les plus retors sont peut-être ces espèces de "têtes" - de plus en plus affreuses ! - qui viennent vous tirer dessus et qui vous demanderont de bouger en permanence ! Il y a aussi des vagues d'ennemis en files indiennes qui vous foncent dessus, des mines et des portiques à franchir pour plus de points et obtenir un high score ! Une voix féminine digitalisée vous gratifie alors d'un "Well done !".

    Il n'y a pas vraiment de "stages" et l'action est continue une fois le jeu lancé et la musique de générique - trépidante aussi ! - zappée !

    Le jeu est sorti sur Atari ST, Thomson MO6/TO7 et Amstrad CPC en 1987 puis sur Amiga en 1988 et "enfin" sur ZX Spectrum et MSX en 1989 ! Pour ma part, je ne me rappelle plus trop si j'y avais joué sur mon Amstrad CPC 464 ou sur mon Atari ST 512 ?

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique