• Baldur's Gate est un jeu de rôles sur ordinateur, développé par le studio Bioware et sorti en 1999. C'est un des premiers hits de cet éditeur dans ce domaine.

    Le monde de ce jeu médiéval-fantastique est celui des Royaumes Oubliés (la création d'Ed Greenwood) et leBaldur's Gate - Bioware moteur de règle, celui de D&D 2ème édition. C'est un jeu au scénario complexe où le joueur dirige un héros principal - qui doit découvrir son héritage - et qui peut compter jusqu'à cinq compagnons.

    En plus d'une intrigue principale, le jeu développe des intrigues secondaires, notamment autour des compagnons du héros. Les dialogues et les choix moraux du héros ont une grande importance, de même que les interactions au sein de l'équipe !

    Le jeu se passe sur la Côte des Épées, la partie ouest de Féérune. Il y a des phases d'exploration, des donjons et du jeu au tour par tour où les guerriers dégainent leurs épées et les mages et prêtres préparent leurs sorts ! L'acquisition de points d'expérience permet - comme pour les parties sur table - de gagner en niveaux et en puissance !

    L'équipe de héros affrontent des organisations maléfiques telles que le Zhentarim, les Sorciers Rouges de Thay ou le Trône de Fer (rien à voir avec la série de George R.R. Martin !).

    L'intrigue démarre à Château-Suif où le héros a grandi avec son amie Imoen, sous la tutelle du mage Gorion. Mais il doit prendre la fuite avec Gorion et est bientôt la cible d'une bande de mercenaires. Un individu terrible doté d'une armure noire, Saverok ( et non pas Dark Vador !), assassine Gorion et notre héros se retrouve seul.

    Le héros s'adjoint vite des compagnons et enquête sur des méfaits qui ont lieu dans la région, notamment concernant l’approvisionnement en fer. Le Trône de Fer semble être derrière tout cela.

    Plus tard, l'équipe se rend à la Porte de Baldur pour la confrontation finale avec Saverok pour revendiquer la descendance de Bhaal ! Mais avant d'en arriver là que d'aventures vivront les héros et de combats ils méneront !

    Le jeu fut un vif succès ! Un add-on vit le jour : Tales of the Sword Coast et une suite Baldur's Gate II - Shadows of Amn au scénario encore plus complexe !

    Cerise sur le gâteau : il est possible de croiser Drizzt Do'Urden et le grand mage Elminster dans cette aventure qui a donné lieu par ailleurs à une adaptation en roman !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • MGT -pour MaGnetic Tank - est un jeu vidéo de Loriciels, sorti en 1986 sur PC et CPC. C'est un jeu inclassable alliant dextérité et résolution d'énigmes.

    MGT - LoricielsDans ce jeu, vous dirigez le Magnetic Tank dans une base ennemi, disposez d'une réserve d'énergie limitée et devez griller le "cerveau" qui est dans la salle adjacente à la salle de départ mais dont l'entrée est inaccessible car surélevée !

    Votre Tank dispose d'un canon laser et se déplace sur cousin d'air. Il parcourt des salles pour désactiver des interrupteurs - en leur tirant dessus - qui ouvre des portes. Il peut utiliser des bouches de ventilation en se plaçant dessus pour s'élever dans les airs, se poser sur des cubes transparents - dont certains font aussi office d'ascenseur - attention à ne pas être dessous quand ils retombent.

    Il y a un effet d'inertie dans ce jeu. Plus le MGT file vite, plus il risque de déraper. Attention à bien contrôler ses trajectoires et sa vitesse donc !

    Il y a aussi des sortes de perches radioactives qu'il doit éviter. Tout est question de chronométrage, de coordination et de logique ! Bref un jeu inclassable !

    J'y ai -puisque je vous en parle ! - évidemment jouer dans ces temps éloignés que sont les années 1980. Le jeu n'est pas évident et je n'ai jamais réussi à atteindre le tiers du parcours total.

    Il existe désormais des vidéos sur Youtube qui montre le parcours - la solution - a effectuer ! Pas évident en effet !

    Ce jeu a connu des parents proches dans des titres en 3D isométriques comme Head overs Heels ou Crafton & Xunk mais chaque software a ses particularités !

    Il fallait suer pour atteindre le "cerveau" !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Starcraft est un jeu Stratégie Temps Réel de Blizzard Entertainment, une sorte de Warcraft II dans l'espace. C'est aussi une franchise qui contient des suites et des add-ons à ce jeu vidéo initial et des romans qui développent cet univers futuriste.

    Je ne parlerais ici que du jeu original de 1998 - qui est le seul auquel j'ai joué à ce jour !

    L'action se passe au XXVIème siècle, dans le secteur Koprulu une zone de la Voie Lactée et oppose trois Starcraft - Blizzard Entertainmentespèces, les Terrans, des colons humains, les Zergs, des sortes d'aliens dans la veine d'un certain film de Ridley Scott de 1978 à la technologie organique et les Protoss, des sortes de moines aliens de l'espace à la haute spiritualité et ayant des aptitudes psioniques.

    Le jeu commence par l'exploitation de ressources, le minerai et le gaz Vespène, qui permettent en s'accumulant dans vos stocks de construire des bases et des unités de combat.

    Parmi les unités de combat, il y a des fantassins de base, de l'artillerie, des unités volantes. Chaque race possède évidemment sa stratégie propre et ses caractéristiques, ce qui fait l'intérêt du jeu. Les Terrans sont une race assez "classique" et assez moyenne. Les Zergs sont rapides à développer en nombre mais assez faible individuellement, attaquant en meutes. Les Protoss sont plus long à s'établir mais sont les plus puissants !

    Il y a deux modes de jeu : le mode campagne - qui raconte une histoire - et le mode escarmouche qui permet de jouer contre l'I.A.

    L'Histoire est celle de Jim Raynor, un marshall de l'espace qui va se rebeller contre la Confédération avec les Fils de Korhal menés par Acturus Mengsk - lui-même futur Empereur décadent. Il va nouer une idylle avec la belle Sarah Kerrigan - qui deviendra très importante par la suite. La situation se complique quand les Zergs puis les Protoss entrent dans l'espace impérial.

    Un jeu qui paraitra facile aux vieux briscards - mais qui pour les joueurs moyens voire néophytes comme moi requiérera une bonne dose de nerfs !

    Le jeu a été développé sur PC et Mac et aussi sur Nintendo 64. La musique et les cinématiques sont de très belle facture !

    Le jeu dispose par ailleurs d'une extension : Brood War. Il donna lieu ainsi que sa suite : Starcraft II et Heart of the Swarm a des compétitions vidéoludiques et à des classements de joueurs !

    Cependant, méfiez-vous du côté hautement addictif de ce hit !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Bien avant Sega, Nintendo et Sony, il fut un temps où c'était l'américain Atari qui dominait le marché de la console de jeu et du vidéogame.

    Il fut aussi un temps où, ado, je fréquentais les salles d'arcade avant que celles-ci soient à leur tour rendues obsolètes par les avancées technologiques des consoles de salon !

    Xybots - Atari GamesC'est dans ce contexte que sort, en 1987, d'abord sous borne d'arcade deux joueurs - puis sur le support ordinateur familial -le jeu Xybots où deux héros, armés de fusils lasers affrontent des hordes de robots voulant détruire l'Humanité. Le combat a lieu dans autant de labyrinthes infernaux qui sont autant de niveaux de ce jeu.

    On dirige donc le Major Rock Hardy - et le deuxième joueur le Capitaine Ace Gunn - pour venir à bout des Xybots. Les deux héros avancent dans le labyrinthe - qui dans les niveaux avancés ne se dévoile sur la minimap qu'au fur et à mesure de leur progression. Les deux joueurs doivent agir en synergie car même leurs tirs mutuels peuvent les blesser réciproquement.

    Le labyrinthe revêt un aspect technologique et froid. On avance en quelque sorte "case par case" en 3D. La manette du jeu d'arcade peut tourner sur elle-même ce qui fait tourner le héros sur lui-même de 90°. Il est possible de collecter des bonus - tir plus puissant, vitesse de déplacement plus élevée.

    Le but est d'éliminer tous les robots d'un niveau et de rejoindre l'élévateur de sortie pour passer au niveau suivant.

    Un bon jeu de réflexes - avec une musique lancinante - mais assez difficile. Il parait nécessaire d'y jouer à deux pour avoir plus de chances !

    Voilà ! Détruisez les Xybots !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Archon est un jeu vidéo de 1983 - à mi-chemin entre la stratégie et l'arcade - qui s'inspire vaguement du jeu d'échecs.

    Archon - Free Fall AssociatesComme la plupart des jeux vidéos que j'ai chroniqué jusqu'à présent (Arkanoïd, Boulder Dash etc...), j'y jouais à la fin des années 1980 dans la salle libre-service informatique de mon lycée - j'étais même un des champions d'Archon.

    Dans ce jeu qui se pratique à deux, chaque joueur dispose d'une "armée" de 16 pièces - les Blancs et les Noirs - qui se déplacent chacune de manière différente sur l'échiquier - à tour de rôle.

    Lorsque deux pièces adverses arrivent sur la même case, le jeu change de mode et passe en mode"arcade" où dans une sorte de duel, les deux pièces s'affrontent, se tirent dessus, se donnent des coups d'épée au milieu d'un terrain aléatoire. Chaque pièce à son mode de déplacement et d'attaque.

    Il y a une alternance jour/nuit qui avantage à tour de rôle chacun des camps. Selon la couleur de la case, une ou l'autre pièce est avantagé, à plus de points de vie etc...

    Le roi de chaque camp dispose de sorts, peut ressusciter ses alliés, redonner de la vie etc...

    On gagne en éliminant totalement l’adversaire ou en occupant simultanément cinq cases stratégiques.

    Un bon jeu qui allie réflexion et rapidité !

    Les années Archon sont loin hélas !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Mon autre personnage dans le MMORPG World of Warcraft est un humain, rôdeur qui vit ses aventures dans les contrées près de Hurlevent la grande citée humaine. Je l'ai un peu délaissé au profit de mon elfe de sang mais ses aventures à lui sont toute aussi épiques.

    Tarlab parcourt les bois d'Elwynn en compagnie de son loup familier. Cette aide n'est pas de trop face auxChroniques de World of Warcraft IV : Pendant ce temps dans la Forêt d'Elwynn... bêtes sauvages, aux gnolls et aux brigands qui infestent ces lieux. Tarlab utilise une arbalète puis un tromblon et donc privilégie le combat à distance. A ce jour, je l'ai poussé au niveau 12 - ce qui est insignifiant !

    Mon rôdeur a pour point de chute l'Auberge de la Fierté du Lion dans le Comté-de-l'Or. Mais il se rend bien vite au Camp des bûcherons du Val d'Est où le garde Thomas lui confie la mission de retrouver deux fantassins disparus. Tarlab s'aperçoit bien vite que les deux soldats sont morts victimes d'un autre danger de ces bois, les Murlocs ! Pauvres Rolf et Malakai ! Thomas lui permet en récompense d'obtenir une meilleure armure pour faire régner l'ordre dans ces contrées !

    Le Maréchal McGee charge Tarlab de mettre fin aux activités de Morgan le Collecteur et de ses complices Surena Caleda, une mage novice et Erlan Trimland, une brute épaisse. le héros s'acquitte de sa tâche et fait des ravages dans les champs de potirons des Saumepuits où il tue nombre de brigands du gang de Morgan. Enfin, il récupère l'anneau du Collecteur qui révèle que le bandit est de la vieille Guilde des Maçons de Hurlevent (une confrérie obscure).

    Tarlab récolte aussi du bois - en évitant les loups - pour le compte du superviseur Raelen.

    Il fait un rapide voyage à dos de griffon vers Hurlevent pour rencontrer, près des canaux, Audrey Burnhep une dresseuse de mascotte et Grimand Elmore (un nain armurier) qui le charge d'une livraison d'une arme pour Gringer du clan nain Foudrepique près du Loch Mordan à Forgefer. Le rôdeur reçoit également un bon pour la Foire de Sombrelune.

    Quelle n'est pas la surprise de notre homme des bois en découvrant un tram souterrain à Hurlevent ! Mais Tarlab ne s'attarde pas dans la grande ville et repart pour le Comté-de-l'Or ! Il reviendra en d'autre temps à Hurlevent !

    Dans les bois, Tarlab fait un combat de dresseur contre la star de ce sport, la jeune Julia Stevens et ses deux serpents. il la bat à plate couture et devra affronter un autre jour le vieux McDonald, le mentor de celle-ci !

    Puis, Tarlab éradique la menace gnoll à la Lisière en battant "Lardeur", le chef gnoll qui est remis entre les mains du Général Marcus qui mets le monstre en prison au nom du roi Varin Wrynn. Tarlab trouve aussi un titre de propriété de Froncebouille. il rejoint ensuite le Maréchal Dungham pour de nouveaux ordres. Un voyage à la prison de Hurlevent s'impose !

    Voilà pour ces quelques aventures ! Il est clair que mon rôdeur n'est pas encore entré dans le vif du sujet ! Ceci n'était qu'une mise en bouche ! Donc je vous dis à plus tard et sans doute...

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Bubble Bobble est un jeu vidéo originellement sorti en borne d'arcade en 1986 ensuite adapté sur systèmes familiaux.

    Bubble Bobble - TaitoComme pour Arkanoid, il y a un scénario prétexte ! Bub et Bob sont deux petits garçons qui ont été transformés en dragons et dont les fiancées ont été enlevées par le baron Von Blubba.

    C'est un jeu de plateforme qui comporte 100 niveaux. Les niveaux sont fixes et les plateformes plus ou moins compliquées. Dans chaque niveau se promènent des monstres, fantômes et autres lutins. Nos deux héros - on peut jouer à deux en même temps ! - ont la faculté de cracher des bulles pour enfermer les affreux et ensuite il leur suffit de crever ces bulles pour éliminer les monstres. Tous les monstres éliminés, on passe au niveau suivant ! Le contact avec un monstre est mortel !

    Pour complexifier le schéma du jeu, des bonus intempestifs très variés apparaissant de temps à autre ! Il y a le parapluie qui vous fait sauter des niveaux, les bonbons "tirs rapides" et "tir long", les items qui déclenchent la foudre ou une inondations, l’invulnérabilité. Bub et Bob peuvent aussi sauter sur les bulles sans les crever pour accéder à des plateformes inaccessibles. il y a aussi des bulles contenant des éclairs ou de l'eau.

    Certains monstres par ailleurs volent, d'autres lancent des projectiles mortels !

    Il y a un "Time Up" où un fantôme indestructible apparait - la Mort - il vaut mieux alors se dépêcher.

    Au niveau 100, nos héros affrontent le terrible Baron !

    Un jeu addictif et à la musiquette sympathique et obsédante ! Pour ma part, je n'ai jamais réussi à le finir mais j'ai déjà vu quelqu'un compléter le jeu au café du coin, ce qui valait au champion l'admiration de notre bande de gosses !

    Le jeu a eu une suite : Rainbow Islands - sur un principe de jeu très différent - et a donné le jour à la série Puzzle Bobble très populaire !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Sapiens est un jeu qui ne paie pas de mine mais fort plaisant à jouer quoi que pas forcément évident à prendre en main !

    C'est un soft de 1986, édité par Loriciels, sorti sur Thomson MO5, Amstrad CPC et Atari ST puis sous DOS.Sapiens - Loriciels J'y ai joué pour ma part sur Atari ST.

    Le jeu vous mets dans la peau d'un homme préhistorique, un Néanderthalien qui doit lutter pour sa survie et celle de sa tribu. Il doit tailler des silex, chasser, faire du feu, converser avec les autres tribus soit pour le commerce ou pour la guerre, affronter des bêtes féroces.

    Le vue se déroule d'abord dans une sorte de vue subjective très dépouillée - où figurent seules les montagnes et les feux de camp. Lorsque votre personnage croise une créature, animal (lapin, loup, ours...) ou un autre sapiens, on passe à une vue de profil. S'engage alors un dialogue où l'on vous propose un choix de répliques et éventuellement s'ensuit un combat !

    Vous récupérez par ailleurs des silex - qui vous conduit à une phase qui consiste à les tailler pour faire des pointes de lance ou des hachettes - ou de la viande sur des animaux tués.

    Le passage du temps est très important - la viande pourri, les nuits succèdent au jours ! Il y a donc un aspect gestion. Le plus difficile consiste à maitriser la phase de taillage de silex ! Si j'y suis parvenu sur Atari ST, je n'ai jamais réussi lorsque j'y ai rejoué sur émulateur pour PC !

    Notre héros aura une demi-douzaine de missions à remplir pour sa tribu, de plus en plus difficiles. Un bon jeu un tantinet difficile mais prenant !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Parmi les jeux vidéos auxquels je consacrais du temps à la fin des années 1980 dans la salle libre-service informatique de mon lycée, un de ceux qui tenaient le haut du pavé était Lode Runner, un soft de 1983 de Douglas E. Smith qui allie plateformes et réflexion.

    Lode Runner - BroderbundDepuis, ce jeu a sans cesse été réédité sous de nouvelles versions, sur de nouvelles machines et consoles, et aussi en borne d'arcade. Je ne donne pas le détail, ni la chronologie.

    C'est un jeu en 2D où vous dirigez un petit bonhomme dans un dédale de plateformes, d'échelles, de murs, de briques, de barres suspendues et où vous devez récupérer des lingots d'or avant de passer au niveau suivant.

    Seulement voilà, une demi-douzaine d'individus mal-intentionnés vous courent après et si ils vous rattrapent c'est le game over ! De plus, certains lingots sont difficiles à récupérer. Pour se débarrasser des uns et acquérir les autres, une seule solution, creuser dans les briques !

    Vous pouvez en effet faire des trous dans lesquels les adversaires tombent - ces trous finissent par se reformer et tuer ceux qui sont pris dedans si ils n'en sont pas ressorti ! Il faut aussi éliminer des briques pour accéder à des lingots. Certaines briques sont indestructibles : les murs ! Enfin, les chutes ne sont pas mortelles !

    Un très bon jeu, simple mais addictif. il en existe des versions à deux joueurs simultanés qui agissent en équipe, ce qui multiplie les stratégies !

    Enfin, le jeu dispose d'un éditeur de niveaux ! Et combien de fois ai-je relevé les défis que me posait mon camarade du lycée, Pierre V. qui n'avait de cesse de construire de nouveaux niveaux ! La version de base comporte déjà 150 niveaux !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • Arkanoïd est un jeu vidéo de 1986, développé par le Japonais Taïto, décliné sur de nombreux supportsArkanoïd - Taïto familiaux. C'est en réalité un casse-brique mais pas un vulgaire casse-brique puisqu'il apporte des innovations au genre.

    Pour ma part, j'ai passé de nombreuses heures sur ce jeu addictif, dans mes dernières années de lycée, en salle informatique et à la maison sur mon Amstrad CPC !

    Il y a un scénario improbable en toile de fond. Le vaisseau Arkanoïd est attaqué et lance une capsule nommée Vaus qui passe dans une autre dimension pour affronter Doh, l'entité responsable de l'agression.

    Il y a si je me souviens bien une trentaine de niveaux dans ce jeu. Le joueur dirige un palet en bas de l'écran qui est le vaisseau Vaus. Dès qu'il a détruit toutes les briques, il passe au niveau suivant ! A la fin, il affronte Doh.

    Il y a différentes briques : des briques simples, des briques qui libèrent des bonus et des briques indestructibles !

    Parmi les bonus libérés par les briques détruites sous forme de capsule qu'il faut récupérer lorsqu'elles descendent l'écran, il y a multi-balles, palet élargi, palet dédoublé, canon, balle collante, sortie anticipée, palet rétréci et je crois que c'est à peu près tout ! Les bonus ne sont pas cumulatifs !

    Ce jeu a connu une suite : Arkanoïd 2 : Revenge of Doh et des incarnations plus récentes dans les années 2000.

    Enfin, un fait que je trouve amusant : dans le jeu de plateforme Rainbow Islands : Bubble Bobble 2, une série de niveau met en scène l'univers d'Arkanoîd.

    Voilà pour cette page de l'Histoire des jeux vidéos vintage !


    votre commentaire
  • "Infogrames présente... Prohibition" ! C'est ainsi que commence ce jeu de 1987 - avec cette simple phraseProhibition - Infogrames en synthèse vocale et le jeu - cela ne vous étonnera pas - vous place dans la peau - en vue subjectif - d'un affilié d'Eliott Ness chargé de traquer les hommes d'Al Capone dans le Chicago des années 1920 et 1930 !

    Vous avez à l'écran des façades d'immeubles, un viseur que vous pouvez déplacer - avec la souris généralement - et un décompte de 2 à 5 secondes en bas de l'écran. Des maffieux apparaissent aux fenêtres, aux portes, sur le trottoir - avec parfois une femme en otage - depuis les plaques d'égouts ou sur les toits et vous devez les dégommer avec votre viseur avant la fin du décompte sous peine de perdre une vie !

    Vous avez aussi la possibilité au moment fatidique de vous abriter derrière un mur - pour un temps limité !

    Le jeu est dans les teintes grises et rouges. Une musique qui est restée célèbre dans l'esprit des fans de ce jeu, musique lancinante et un peu agacante à la longue !

    Une recette simple qui a été déclinée à foison. Infogrames, l'éditeur a repris calque pour claque le moteur de Prohibition pour un jeu Bob Morane se déroulant dans une base lunaire ! Loriciels a sorti un jeu de Western inaugurant le West Phaser - un vrai pistolet à infra-rouge qui permet plus d'immersion. De même, au début des années 1990, les premières consoles Séga et Nintendo proposaient des pistolets entre autres accessoires pour leurs jeu de tirs !

    Il a fallu compter avec des jeux en salle d'arcade sur le même principe du jeu de tir en mode subjectif mais encore plus "bourrin" : Operation Wolf et sa suite Operation Thunderbolt ou encore Cabal !

    Rétrospectivement, il est facile de considérer tous ces dinosaures microludiques comme les ancêtres de nos FPS (Fisrt-Person shooter) : Doom, Call of Duty etc...

    Moi, pour ma part, quand j'avais 5 ans, je me contentais de "tirer" avec un pistolet en plastique sur l'écran du téléviseur lorsqu'il diffusait des Western. La technologie a rendu possible cette imaginaire de gosse !

    Voilà, nous reviendrons prochainement dans cette histoire du jeu vidéo !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • On continue notre exploration rétro de l'histoire des jeux vidéos en semant quelques jalons avec des softwares qui moi m'ont marqué !

    Boulder Dash - First Star SoftwareOn va parler d'un petit jeu de la fin des années 1980, un jeu d'adresse et de rapidité mettant en scène un mineur, en 2D, conçu par Peter Liepta et Chris Gray et que, pour ma part, j'ai connu sur trois supports différents : en cassette pour Amstrad CPC 464, en disquette pour IBM PC et en cartouche sur Game Boy. Ce jeu a en effet eu un succès assez conséquent - je ne vais pas faire son historique mais je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il est aujourd'hui décliné sur téléphones mobiles et Smartphones !

    Notre petit mineur se déplace dans un décor en 2D en creusant des galeries et doit récolter un nombre fixé de diamants avant le temps imparti - une fois le quota de pierres précieuses atteint, une sortie s'ouvre et notre héros passe au niveau suivant !

    Cela, c'est pour le jeu de base car dans certains niveau, le petit mineur doit les générer en poussant des rochers sur des sortes de papillons ! Il doit faire attention à ne pas se prendre un rocher sur la figure - ce qui est mortel ! -, se retrouver bloqué ou se faire toucher par un papillon ou un coup de grizout !

    Autre variante, le héros peut générer des diamants en faisant tomber des rochers à travers une sorte de mur magique, activé pendant un bref délais, et récupérer les diamants en dessous par la suite !

    Dans la version que j'ai testée - et à laquelle ma soeur adorait jouer aussi ! - il y avait 4 séries de 4 niveaux de difficultés croissantes, portant des lettres de l'alphabet, soit 16 niveaux. Une fois terminé le niveau 16, on recommence au niveau 1 avec une disposition des diamants différente et un délai imparti plus court !

    Bref, un petit jeu bien fun ! Ce sont souvent les recettes les plus simples qui font les jeux les plus addictifs ! Les amateurs de Candy Crush Saga ou d'Angry Birds  ne me contrediront pas sur ce point !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • L'Armure sacrée d'Antiriad - Palace SoftwareAfin d'étoffer la rubrique "Jeux vidéo", je propose de revenir sur des logiciels historiques et autres curiosités jouables sur de vieilles machines ces trente dernières années !

    Nous allons revenir au temps de l'Amstrad CPC - soit durant la période entre 1984 - 1990 - avec une aventure de type plateforme de l'éditeur Palace Software. Rappelons qu'en ces temps épiques, les logiciels étaient disponibles sur support cassettes, disquettes 3 pouces, 3,5 pouces et 5 pouces. Ainsi l'Amstrad CPC 464 utilisait des cassettes audio ! Les temps de chargement en étaient d'autant plus longs !

    Dans la lignée de jeux comme Cauldron Saboteur I &II ou Billy la Banlieue, l'Armure sacrée d'Antiriad est un jeu d'exploration - et de plateformes ! Nous sommes en 2086, après une apocalypse nucléaire ! Les radiations sont partout et les derniers humains peinent à s'en protéger. Il demeure que c'est néanmoins une ère de paix !

    Mais voilà que des aliens ressortent d'un ancien volcan et déclarent la guerre aux survivants ! Tal, le héros de notre histoire, un homme aux muscles robustes et très athlétique doit trouver le moyen d'affronter les envahisseurs et les radiations. Pour cela, il doit collecter les morceaux épars de l'armure sacrée d'Antiriad !

    Cette histoire est un prétexte à l'aventure - et n'apparait à priori pas ailleurs que dans la notice du jeu ! Le jeu en lui-même consiste à s'élever dans un décor vertical, en effectuant des bonds, pour ramasser les pièces d'armure, sans rester trop longtemps au même endroit en raison des radiations. Le jeu se termine en une demi-heure. Néanmoins, les derniers et plus hauts écrans du jeu sont les plus difficile car le niveau des radiations est insupportable et ne vous laisse que quelques secondes de survie ! Il n'est donc pas rare d'échouer à ce stade !

    A vrai dire, je n'ai pas joué à ce jeu sur sa version CPC mais sur une version IBM PC, en 1988 ou 1989, dans la salle d'informatique en libre service de mon lycée ! Ce furent de bons moments de détente entre deux contrôles sur table, avec d'autres jeux comme MGT, Prohibition, Arkanoïd et autres !... J'avais un camarade, François, qui était parvenu à finir ce jeu ! Il était bien le seul dans notre groupe !

    Un jeu aux jolis graphismes pour l'époque et demandant de la ténacité !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Nation des elfes de sang, pour prouver qu'elle est digne de faire partie de la Horde, se doit de résoudre ses problèmes toute seule. Le principal de ces problèmes est celui du Fléau. Toutefois, il y en a d'autres !

    c'est donc pour le bien de son peuple déchu qu'Elyraswann, mon elfe de sang mage continue de parcourir les Chroniques de World of Warcraft III - La Chute de Dar'KhanTerres Fantômes et de surmonter les difficultés : éradiquer des bêtes nuisibles, reprendre des Sanctums et des Flèches etc... ne sont pas le moindre des embarras !

    Les elfes de la nuit devraient, dans le futur, se dresser contre leurs cousins elfes de sang. En effet, il a été démontré que ces membres de la faction opposée, l'Alliance, originaires de Kalimdor avaient envoyé des espions, des druides darnassiens notamment pour s'approprier un cristal de lune pour surveiller toutes les activités sur les Terres Fantômes. Heureusement, notre héros mage a mis un terme à cette entreprise en désactivant le mécanisme magique.

    Ceci fait, Elyraswann peut se préoccuper exclusivement du Fléau, de la Malebrèche, des troupes morts-vivants et de leur chef, l'elfe de sang rebelle, Dar'Khan, qui siège à la Forteresse de Mortholme au bout de la Malebrèche.

    Elyraswann commence par exterminer le gros des troupes constitués de diverses créature zombies mais dont les plus fortes et coriaces sont les Oeil de Dar'Khan, les Centurions Nérubis et les Pleureuses (des banshees !). Elle s'introduit au coeur de Mortholme, délivre trois personnalités de Tranquillien qui ont été faites prisonnières (l'apothicaire Enith, l'apprenti Varnis et le forestier Verdoran) et assassine de manière ciblée les capitaines qui sont au nombre de quatre : Masophet le Noir, Jurion le Menteur, Borgoth le Saigneur et Mardoran le Déchu. L'armée maudite se retrouve ainsi privée de sa tête et Elyraswann peut alors régler son compte au leader suprême de cette entreprise de mort.

    Pour cela, notre elfe de sang mage s'associe avec une elfe de sang qui a embrassé la carrière de voleuse de l'ombre, la nommée Aetherae. Les deux femmes viennent à bout de Dar'Khan et le décapitent - sa tête servant de trophée et de preuve de sa mort ! Les deux machines de guerre du Fléau que sont les ogres zombies, Putrepoing et Luzran ne tardent pas à subir le même sort funeste et connaissent enfin une mort définitive et un repos éternel !

    Elyraswann se présente ensuite - enfin ! - devant le Seigneur régent de Quel-Thalas, le puissant Lor'Themar Theron, chef des Sin'Dorei. Celui-ci évoque la trahison de Karl'Thas et les méfaits d'Arthas. Enfin, il charge Elyraswann de remettre une lettre à Sylvanas, la régente des Réprouvés, la faction rebelle des morts-vivants, qui s'oppose au Roi-Liche.

    Les elfes de sang, se faisant, ont prouvé leur valeur ! La route vers Orgrimmar - ou elle doit par ailleurs rencontrer le célèbre mage Ureda - est ouverte pour Elyraswann

    Elle ne tarde pas à se mettre en chemin, traverse la Passe Thalassienne et les Maleterres de l'Est mais n'atteint pas les Maleterres de l'Ouest car elle se perd dans Pestebois, tout près de Stratholme !

    Mais la prochaine fois, nous verrons de quoi il retourne du côté des humains de l'Alliance, pendant ce temps...

    A bientôt en Azeroth !


    votre commentaire
  • Les MMORPG sont les"Jeux de rôles online massivement multijoueurs". Dans un billet récent de présentation de World of Warcraft, j'écrivais l'hérésie suivante : Wow est le précurseur des MMORPG. En fait, comme me le faisait remarquer un ami, et comme je le précisais déjà dans l'article en question, ce n'est pas du tout le cas. Avant lui, il y eut des jeux comme EVE Online ou Everquest et encore avant Ultima Online. Wow est seulement l'un des plus connus du grand public.

    L'ancêtre des MMORPG est le MUD – Multi-User Dungeon - apparu en 1979 dans les université américaine. Entièrement textuels, les MUD sont la mise de l'outil informatique au service des jeux de rôles tels D&D, né quelques années plus tôt.

    Deux étudiants de l’École des Mines de Paris mirent au point MAD en 1984, le Multi Access Dungeon sur BITNET un réseau universitaire mondial gratuit. Ce jeu comportait des labyrinthes à plusieurs étages, peuplés de personnages non-joueurs robotiques. Les joueurs pouvaient dialoguer entre eux. Le jeu fut arrété victime de son succès car il saturait le réseau.

    En 1985, deux sociétés travaillant pour Lucasfilm Games mettent en place Habitat qui présente une interface graphique, un rendu en 3D isométrique. Mais ce projet ne sera pas mené à terme.

    De 1991 à 1996, le genre fait une incursion dans les mondes de AD&D lorsque AOL lance d'abord Neverwinter Nights - qui est entièrement graphique, puis la série des Pool of Radiance et ensuite Dark Sun et Al-Qadim. Le système de règles de jeu se développe calquées sur celles du jeu papier.

    En septembre 1996, 3DO lance Meridian 59 qui inaugure la vision subjective. L'année suivante, c'est Origins Histoire des MMORPGSystems qui sort Ultima Online (UO)qui est le premier grand succès du MMORPG. UO ne sera dépassé qu'en 1999 par Everquest édité par Sony Online Entertainment. Le jeu devient leader du marché et se déroule là encore dans un monde médiéval- fantastique très classique. En janvier 2004, Everquest compte près d'un demi-million d'abonnés.

    Mais la SF est aussi porteuse pour le MMORPG avec Anarchy Online en 2001, Eve Online ou Star Wars Galaxies en 2003. Les joueurs n'en finissent plus de diriger leurs avatars dans des mondes persistants.

    La génération actuelle compte de nombreux jeux : Dofus, Ryzom, World of Warcraft, Aion, Star Wars The Old Republic...

    Pour ma part, j'ai découvert ces mondes en 2012 – donc sur le tard – par mon engouement pour Star Wars et donc par Star Wars TOR !

    A bientôt !

     


    votre commentaire
  • Elyraswann, l'elfe de sang mage, poursuit ses efforts pour ramener un peu d'ordre au royaume de son peuple et complète son initiation.

    Parmi les problèmes, certains touchent la Flèche, un lieu magique que le magistère Temesar a dû abandonner. L’endroit est en effet infesté de Fielethers et de Serpents de mana. Il y a comme qui dirait une perturbation dans la Force et couper l’alimentation magique de la Flèche rétablirait les choses.

    Ensuite, mon elfe de sang mage se dirige vers le sud, les Terres Fantômes et le lac Erendar. L'endroit est le domaine des trolls qui lancent des expéditions vers les Sanctuaires des Pérégrins. Ils ne sont pas les seuls éléments perturbateurs et Geranis Blackwater envoie collecter des médaillons dans le lac afin d'invoquer pour le vaincre Aquantion, un élémentaire d'eau rebelle. Dans le même temps, la lutte contre les trolls Ombrepins continue.

    Chroniques de World of Warcraft II - Les Terres Fantômes

    Mais déjà une autre menace se profile, celle du Fléau qui a renversé les elfes de Quel'Thalas.

    Dur'Khan Drathir, un elfe, s'est rallié au Fléau. Il s'agit de rassembler des informations sur lui !

    Elyraswann arrive à Tranquillien où elle rencontre la leader du lieu, Dame Auriférias, qui lui confie diverses nouvelles missions. Il s'agit pour les elfes de sang de reprendre les Terres fantômes au fléau, à Dur'Khan Drathir son agent et aux trolls. Pour cela, il faudra combattre des trolls momifiés (les trolls ne sont pas non plus à l'abri du Fléau !).

    Heureusement,des Réprouvés qui ont quittés les rangs du Roi-Liche, sont venus s'allier à la Dame de Tranquillien afin de lutter contre Dar'Khan qui a sa forteresse encore plus au sud, à Deatholme. Déjà de nouvelles aventures se précisent : affronter les Nérubiens,des araignées centaures, ou les gnolls qui ont pris des ressources aux mines de Terradiance. Les potentialités magiques des Sanctums ne seront pas de trop !

    En route vers les Terres Fantômes !


    votre commentaire
  • Comme je le précisais récemment, j'ai commencé - mieux vaut tard que jamais ! - à jouer à World of Chroniques de World of Warcraft I - Les Elfes de SangWarcraft, le célébrissime MMORPG !

    Je rédigerais dans ces chroniques des comptes-rendus de parties, des impressions, des tips and hints et des éléments de background sur le jeu à travers ma propre expérience.

    Je compte aussi me lancer prochainement dans la rédaction de nouvelles de type fan-fic dans le monde d'Azeroth - qui seront publiées à part sur inlibroveritas - et dont ces chroniques constitueront des points d'entrée et un index !

    Mon premier personnage fut donc un mâle humain - chasseur - qui débute donc son périple dans un Royaume Humain, près de la cité de Hurlevent. Je l'ai fait progresser jusqu'à présent jusqu'au niveau 10 où il a pris la spécialisation (au niveau 10 donc) de "dresseur de bêtes". Il est d'ores et déjà - comme les personnages de sa classe - accompagné d'un loup et utilise des mascottes dans des combats façon Pokémon !

    Ses premières missions, dans ce qui reste un des seuls royaumes humains du continent de l'est, continent jadis dévasté par le Fléau, après la chute de Lordaeron,consistèrent à repousser une prolifération de worgs (loups géants), des éclaireurs orcs ayant incendié une partie de la forêt d'Elwynn, à explorer des mines tenues par des kobolds, à régler des litiges amoureux entre familles de paysans, à combattre des Murlocs à rechercher des criminels et des vides goussets. après une brève excursion en griffon vers Hurlevent,Tarlab - c'est le nom de ce personnage - s'apprête à voguer vers d'autres terres !

    Mon autre personnage est une elfe de sang, nommée ElyraSwann, qui est mage de niveau 10 et spécialisée en "Magie du Givre". Les elfes de sang sont des descendants déchus et corrompus des Hauts-Elfes du royaume de Quel'Thalas. Ils sombrent pour la plupart dans une sorte d'addiction à la magie et au mana. ils apparaissent dans Wow dans la première extension "The Burning Crusade", côté Horde, sans lui être vraiment affiliés. Les elfes de sang addicts à la magie sont nommés "déshérités".

    Au départ du parcours d'Elyraswann, il s'agissait de débarrasser des points chauds de magie de l'infestation de wyrms de mana et de perfectionner ses dons de mage - et aussi d'affronter un déshérité plus puissant de l'Académie de Falthrien, de débarrasser la communauté de Lune-d'Argent d'un agent espion nain de SombreFer, de visiter Brise Clémente et les Septums Occidental et Oriental avant d'étudier les émanations maléfiques de la MaleBrèche !

    En effet, jadis, le Royaume de Lune-d'Argent fut attaqué par le Fléau du Roi-Liche Arthas. La MaleBrèche en reste comme un cicatrice de magie nécromantique. A la fin de son initiation ma mage elfe de sang se rapproche des Terres fantômes. Les résidents ont par ailleurs du se résigner à bruler les bois qui bordent les Terres fantômes pour éviter que le Mal se répande. Dans les Bois des Chants Eternels, se dressent des pierres runiques qui constituent des barrières magiques contre la corruption. Il revient aux héros de les régénérer ! Il faut aussi trouver un sérum contre la peste propagée par cette corruption !

    On le voit les deux ennemis à ce stade sont les déshérités (la corruption par l'addiction à ,la magie) qui ont même pris le Mouillage des Voiles du Soleil et les vestiges du passage du Fléau (corruption nécromantique).

    Mais déja Tarlab accompagné de son loup et Elyraswann accompagnée de son élémentaire d'eau partent pour de plus amples explorations ! Un grand destin les attend !

    Dès ces premières aventures, on voit que le monde de Wow est riche en possibilités !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • World of WarcraftWorld of Warcraft est au MMORPG ce que D&D est au jeu de rôles sur table, c'est à dire le précurseur ! Sorti en novembre 2004, ayant connu un immense succès, ce jeu - bien que depuis techniquement un peu dépassé - va bientôt fêter ses dix ans alors que l'on en est au patch 5.4 "Le siège d'Orgrimmar".

    Mais en fait, il n'est pas le premier des jeux de ce genre, ni le précurseur - car il y en eut d'autres avant comme EVE Online ou Everquest ! Mais du moins, dans l'esprit du grand public, des néophytes comme moi, ou des nouvelles générations de joueurs, World of Warcraft marque une étape, celle où ces jeux accèdent à un niveau supplémentaire de popularité qui s'inscrit dans l'espace - à l'échelle de la planète - et dans le temps - sur la durée ! Blizzard Entertainement a réussi son coup !

    Le jeu compte quatre extensions à ce jour, sur lesquelles je reviendrais plus tard : The Burning Crusade, Wrath of the Lich King, Cataclysm et Mists of Pandaria !

    Curieusement, je ne me suis mis à y jouer qu'il y a à peine dix jours, étant plus fan de l'univers Star Wars et donc de Star Wars The Old Republic, autre MMORPG. C'est Star Wars TOR qui m'a amené à Wow paradoxalement !

    Je ne commenterais pas les mécanismes du jeu : races, classes, montée en niveau, Donjon, Raid, Joueur contre joueur... Il y a quantité d'articles sur cela sur le web et je ne suis pas un spécialiste de ces aspects et du vocabulaire associé : Tank, DPS, Heal, Wipe, Reroll etc...

    Je vais ici surtout m'attarder sur l'histoire tel qu'elle est au début du jeu. Le récit reprend quatre ans après les évènements de Warcraft III - The Frozen Throne, un RTS (Jeu de stratégie en temps réel).

    Dans ce RTS, les Royaumes de l'Est étaient menacés par le Fléau, une épidémie de mort-vivants tandis que Thrall un jeune orque esclave libérait son peuple emprisonné par les humains depuis la fin de la Deuxième Guerre (qui eu lieu dans Warcraft II). Humains, orcs et Elfes de la Nuit étaient obligés de s'allier et de fuir sur le continent Ouest, Kalimdor, pour affronter la Légion Ardente, une armée de démons qui manipulaient les Peaux-Verte depuis le début !

    Au début de World of Warcraft, la Légion Ardente a été vaincue et humains et orcs se partagent des terres en Kalimdor, Durotar pour les orcs, menés par Thrall et Theramore pour les humains dirigés par Jaina Portvaillant, la fille d'un amiral héros de la Deuxième Guerre. Il y a de nombreux autres peuples qui se sont ralliés soient à l'Alliance, soit à la Horde : trolls, gobelins, nains, taurens, elfes de sang, gnomes etc...

    Bref, un univers riche en possibilités d'aventures, qui va connaître de nombreux bouleversements et qui se décline aussi en romans, BD et bientôt peut-être au cinéma.

    J'ai, pour ma part, à ce jour, deux personnages ! Il y a Tarlab, un humain mâle chasseur - niveau 10 à cette heure - et dresseur de bêtes et Elyraswann une elfe de sang mage qui sévit au nord des Royaumes de l'Est - niveau 7.

    Azeroth nous tend les bras !

    A bientôt !

    PS : Découvrez bientôt les "Chroniques de World of Warcraft" !

     


    votre commentaire
  • World of Warcraft demeure le numéro 1 des jeux vidéos MMO (massivement multijoueurs en ligne) mais sa suprématie est sur le point d'être remise en question.

    Les MMO rencontrent de nos jour un large auditoire. Star Wars : The Old Republic constitue la rencontre entre le plaisir ludique du MMO et le très riche univers de La Guerre des Étoiles, le tout réalisé par l'éditeur du génial RPG Baldur's Gate, à savoir Bioware.

    Le projet The Old Republic (en abrégé TOR) est lancé en 2005 alors que tout le monde attend avec impatience un KOTOR 3,  le jeu de rôles solo se déroulant dans l'Ancienne République. Or KOTOR 3 se révélera être TOR !

    L'action de TOR se déroule en moins 3500 avant la Bataille de Yavin. Auparavant, l'Empire Sith, battu lors de la Grande Guerre de l'Hyperespace (en moins 5000 avant BY), s'est retiré sur la planète Drommund Kaas et un nouvel empereur a construit une nouvelle dynastie de guerriers du côté obscur.

    Pendant des siècles, les nouveaux Sith de Drommund Kaas reconstituent leurs forces et leurs flottes avant de lancer02383234-photo-star-wars-the-old-republic.jpg un assaut et de reprendre leur monde natal, Korriban. Petit à petit, les Sith vont envahir des secteurs entiers de la République. Il y a des héros dans les deux camps, le Sith Darth Malgus, la Jedi Satele Shan...

    Au début du jeu, les Sith ont profité de la signature d'un traité de paix sur Alderaan pour envahir Coruscant et détruire le temple Jedi. Ils ont alors pu signer à leur avantage le Traité de Coruscant avant de se retirer.

    Autant vous l'avouer tout de suite, je ne joue pas personnellement au jeu vidéo SW : TOR. Néanmoins, je pense bien connaître l'univers de Star Wars. En parallèle au MMO, il existe des romans (Alliance fatale, Complots, Revan) et des BD (Risques de Paix, Le sang de l'Empire, Soleils perdus) sur cette période explorée récemment. J'ai néanmoins quelques infos sur le jeu lui-même !

    Le personnage que vous incarnerez durant de longues heures peut être customisé à partir de huit professions parmi lesquelles Jedi, Sith, Chasseur de prime, contrebandier, agent impérial, soldat...et autant de races : cyborg, humain,Miraluka, Rattataki, Sith au sang pur, Chiss, Twi'lek.. Selon la profession choisie, vous aurez accès à certaines quêtes révélant différents aspects de la guerre. Il faut ajouter que le jeu en équipe commence réellement au niveau 50.

    Partez dans l'univers de The Old Republic ! Choisissez votre camp : le Chancelier Suprême et le Conseil Jedi ou l'Empereur et son Conseil Noir ! L'aventure promet d'être longue et pleine de rebondissements !

    A bientôt !

    PS : J'ajouterais que le jeu est entré dans le Guiness Book of Records avec plus de 200000 lignes de dialogues (tous doublés en français) ! Ce MMO a bénéficié d'un travail scénaristique de première qualité !

    Enfin, je dédie ce billet à Darth Songs, guerrier Sith, dont vous lirez peut-être un jour les aventures sous ma plume !


    1 commentaire
  • Les plus jeunes n'ont pas connu l'ambiance si particulière de la Guerre Froide avec la Chute du Mur de Berlin (aujourd'hui, c'est le terrorisme islamiste qui est source de peur !). Des années 1950 aux années 1980, la peur d'une apocalypse nucléaire était dans tous les esprits et cela se traduisait dans la culture populaire ! C'est ainsi qu'on eu le jeu Missile Command, en 1980, commercialisé par Atari Inc. sous forme de bornes d'arcades !

    Il s'agissait dans ce jeu aux graphismes assez simples d'intercepter au moyen d'un canon des tirs de missiles nucléaires qui menacaient de raser nos six villes ! Au fil des niveaux, les missiles étaient de plus en plus nombreux, aux trajectoires de plus en plus aléatoires et rapides et il fallait faire preuve de dextérité pour sauver la civilisation.

    C'est donc un shoot-them up fixe dans ce qui est considéré comme "l'âge d"or du jeu vidéo", le temps des pionniers dont j'ai eu déjà maintes fois l'occasion de vous entretenir ici ! Ce jeu fut un véritable carton et totalisa plus de 20.000 unités/bornes d'arcades vendues ce qui contribua largement au succès financier d'Atari dans ces années là ! Il fut ensuite porté sur la console de la maison, l'Atari 2600.

    Vous tirez au canon dans le ciel au-dessus de vous et ceci provoque une déflagration visible quelques secondes à l'écran qui détruit les missiles qui sont pris dedans. Ca demande donc un peu d'anticipation.

    Dans les années 1990, on eut aussi des adaptations sur les consoles portatives Lynx et Game Boy.

    Je vous renvoie à l'épisode 1 de l'excellente mini-série High Score : l'âge d'or du gaming disponible sur Netflix qui raconte comment trois étudiants en ingénierie du MIT, constatant que les joueurs avaient dompté Missile Command, hackèrent la borne d'arcade avec un circuit secondaire pour en accroitre la difficulté, ce qui donna Super Missile Attack et leur valut un procès avec Atari au bout duquel ils firent un accord secret à l'amiable !

    Missile Command aurait donné des cauchemars de guerre nucléaire à ses meilleurs afficionados !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Si les simulations d'aéronautique sont parmi celles que l'on rencontre le plus souvent, il en est des plus rares comme Silent Service, jeu vidéo de la société MicroProse, sorti en 1985 et disponible sur un grand nombre de machines, mentionnons pêle-mêle que ce jeu est  jouable sur Amiga, Amstrad CPC, Apple II, Atari 8-bit, Atari ST, Commodore 64 mais aussi sur les PC via le système DOS, sur les divers Thomson (MO6, TO8 et TO9), sur TRS-80 et aussi sur ZX Spectrum ! Pour les consoles, il fut porté sur NES. Ah oui, je n'ai pas dit de quoi il s'agissait !? C'est une simulation de sous-marin !

    Le jeu est signé de la légende Sid Meier, auteur de la gamme des Civilization et de nombre d'autres simulations ! Malgré ça, Silent Service n'est pas exempt de gros défauts, en particulier sa lenteur qui fait qu'on s'y ennuie ferme ! J'y reviendrai !

    Vous incarnez donc un commandant américain effectuant des missions dans l'Océan Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale (contre les Japonais donc !).

    Il y a trois modes de jeu suivant le niveau plus ou moins appuyé de simulation, de la campagne complète de A  à Z au simple entraînement au lancer de torpilles, donc soit "gestion", soit "action".

    Vous dirigez les différentes fonctions de votre sous-marin, du périscope (avec différents niveaux de zoom) à la gestion du régime des moteurs en passant par le rapport d'avaries ! Vous pouvez plonger ou faire surface et alors aller observer sur le pont à la jumelle... et bien sur vous lancez des torpilles ! Tout ça demande de la maitrîse, de la patience et du doigté pour vraiment apprécier le jeu !

    Silent Service vous "immerge" aussi dans son ambiance sonore.

    Vous devez toujours garder un oeil sur le radar afin de détecter les navires ennemis, leur balancer des torpilles puis plonger et faire silence le temps que les représailles passent !

    Vous approchez les convois ennemis en scrutant au périscope et c'est là le gros défaut du jeu comme l'a d'ailleurs pointé le Youtubeur/testeur de jeu Joueur du Grenier ! Le temps que vous approchiez les navires ennemis (des tas de pixels tout moches) pour choisir le bon angle d'attaque, il peut se passer 20 à 30 minutes ! C'est beaucoup trop long ! Et les tirs de torpîlles qui prennent 5 minutes entre le lancement et l'impact !

    Ce jeu ne s'adresse clairement pas aux plus jeunes plus avides d'action et d'arcade mais plutôt aux "papys" pars bousculés par la vie !

    Il est évidemment - et heureusement - possible d'ajuster le niveau de difficulté (et de réalisme ?).

    Voilà un jeu, assez austère, qui me laisse un avis assez mitigé ! Pourtant y avais joué à l'époque et n'en gardait pas alors un souvenir désagréable mais il est vrai, maintenant que l'on me le dit, que le jeu était lent, trop lent !

    En même temps, quand on est confiné chez soi, on a du temps !

    Le jeu a eu une suite, Silent Service II, en 1990. On est loin des World of Warships actuels qui d'une certaine façon rendent hommage au jeu de Sid Meier !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Les années 1980 furent les années frics ! Ca se ressenti du côté de la télévision avec la privatisation de TF1 et la naissance de Canal + , de La 5 et de TV6 devenue par la suite M6. Mais ces dernières chaînes apportèrent sur les écrans nombre de programmes et séries emblématiques de l'époque, je pense au trio K-2000, Tonnerre Mécanique et Supercopter !

    Tout ce cheminement pour en arriver à vous parler de Airwolf, pas tant la série Supercopter dans son titre original américain mais du jeu vidéo de 1985, signé Amsoft qui fut l'un des premiers titres importants du nouveau micro-ordinateur Amstrad CPC 464, 554 et 6128 - mais qui était aussi disponible sur Commodore 64, Atari 8-bit et BBC Micro ! Une première édition est sortie un an plus tôt , en 1984, sur ZX Spectrum.

    Le jeu fait un peu penser à Choplifter de Sega où vous pilotez aussi un hélicoptère de combat. Ici, vous incarnez Stringfellow Hawke (incarné à la télé par Jan-Michael Vincent dans la série de Donald P.Bellisario, sur un thème musical de Sylvester Levay) qui pilote son hélico modèle Bell 222 modifié et qui s'engouffre en vue 2D (c'est à dire la vue qui a court depuis Defender !) dans un réseau de tunnels pour secourir cinq scientifiques !

    Le jeu a le défaut des premiers jeux de l'histoire du jeu vidéo, c'est à dire de laisser très peu de marge de manœuvre ! Ici, vous devrez détruire absolument tout à l'écran si vous voulez progresser !

    Le jeu a été développé, pour la version Amstrad CPC, par Richard J. Chappells pour la société Elite Systems (qui nous donna par la suite des jeux comme Bombjack, l'adaptation des Thundercats, Overlander  ou Beyond the Ice Palace...) et fut distribué par Amsoft par chez nous. Une suite, Airwolf II, vit le jour en 1987, et ces deux jeux furent par la suite inclus dans de nombreuses compilations de logiciels vidéoludiques pour toutes les machines concernées, au premier plan l'Amstrad CPC bien sûr !

    Airwolf  est un jeu particulièrement difficile et donc vous ne verrez pas la fin à supposer qu'il y en ai une ? Comment est-on supposé diriger un hélico dans des lieux aussi confinés ? A côté de ça, on pourrait penser qu'un jeu comme Thunder Blade de Sega vous laisse plus de libertés alors qu'il est en réalité au moins aussi difficile ! Il semble que les jeux d'hélicos demande donc une dextérité certaine ?

    Niveau sonore, à part sur certaines versions, vous ne retrouverez pas toujours la musique de la série mais seulement le bruit du rotor et des pales de votre engin ! Pitoyable ! Ainsi, si il n'y a pas de musique sur ZX Spectrum par exemple - au vu des capacités de la machine, l'Amstrad CPC est mieux loti avec le thème emblématique de Levay !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • En parallèle aux jeux sur la licence Star Wars, la société LicasArts a crée et édité tout un tas de soft dans d'autres univers, particulièrement des jeux d'aventures en "Point & Click", dans les années 1990. On pense à Day of the Tentacle, à Maniac Mansion, à Sam and Max Hit the Road, mais aussi aux jeux Indiana Jones, à Loom, la série des Monkey Island, à  Grim Fandango... Ici, il va être question de Full Throttle, jeu vidéo de 1995, développé par Tim Shafer, ambiance motards et Mad Max.

    Je n'ai pas joué à ce jeu mais ai vu quelqu'un y jouer, personne qui adorait ce jeu et m'en a parlé longuement ! Il s'agissait de mon tuteur de stage en Maitrises de biologie/ biologie dans un laboratoire de neurobiologie comportementale, en 1997, un certain Eric M. maître de conférence.

    Dans ce jeu qui se déroule dans un futur dystopique, les individus se déplacent dans des aéroglisseurs antigravité qui ont remplacé les véhicules motorisés? Vous incarnez Ben, un biker, une véritable armoire à glace aux cheveux gominés qui dirige le gang des Putois.

    Le jeu est donc un "pointer-et-cliquer" où, comme d'habitude dans ce genre de jeu, vous aurez à résoudre un bon nombre de puzzle. Full Throttle repose sur le système de jeu SCUMM et le système audio iMUSE. Il a reçut un bon accueille à sa sortie et est depuis considéré comme un jeu culte du genre ! C'est un jeu pour PC et Macintosh à l'origine.

    Ben va se lier d'amitié avec Malcom Corley, directeur du dernier fabricant de moto du pays, alors que ce dernier se rends à l'assemblée générale de sa société dans sa limousine. Mais Adrian Ripburger, le vice-directeur, est en réalité un traître qui assomme le héros et tends une embuscade aux Putois qui escortent la limousine.

    La moto de Ben ayant été saboté, le héros a un accident et est sauvé par Miranda, une photographe qui l'amène jusque dans la petite ville de Melonweed où une mécanicienne appelé Maureen pourra réparer sa moto.

    Ripburger parvient à assassiner Corley et fait accuser le gang de motards. Mais Miranda a photographié la scène mais son appareil photo a été dérobé par un des hommes de main du trait re. Un Corley agonisant révèle à Ben les plans de son vice-directeur et souhaite que sa fille illégitime, qui n'est autre que Maureen, prenne la succession de sa société.

    Maureen va prendre la fuite avec l'appareil photo de Miranda, caméra qu'elle a récupérée tandis que Ben et les Putois sont recherchés !

    Ben devra alors convaincre Maureen de l'innocence des Putois puis développer avec elle les photos et se faire passer pour mort afin de dévoiler les clichés lors de l'assemblée générale. La mécanicienne peut compter sur l'aide de son propre gang, les Vautours ! Les héros triomphent lors de l'affrontement final !

    On le voit un scénario assez bien écrit et ficelé où tout se goupille parfaitement !

    Le jeu est en vue 2D à la troisième personne. La musique d'accompagnement fait de morceaux de rock (le groupe Gone Jackals) et aussi inspirée de BO de Westeen (comme  Little Big Man) vaut aussi le détour !

    Des suites à ce jeu devaient être développées mais c'est finalement tombé à l'eau ! Enfin, Full Throttle  est sorti, adapté en 2017, sur les nouveaux ordis sous Windows, OS X, Linus et sur PlayStation 4 et PlayStation Vita !

    Je ne sais pas si Eric M. est parvenu à terminer le jeu mais je pense que oui ! Nos chercheurs français ne font-ils pas partie de l'élite de la nation, découvrant tous les jours de nouvelles choses ?  Du moins quand ils mènent leurs recherches et ne jouent pas à des jeux vidéo pendant les heures de boulot ! Et oui, c'est une petite pique mon cher Eric mais ce n'est pas pire que de dévoiler à tout le labo que j'avais des soucis de santé, violant le secret médical et trahissant ma confiance lorsque je t'avais fait des confidences à la machine à café !

    Tu as de la chance que je ne t'ai pas collé un procès mon salaud !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Il existe entre les différents supports culturels des passerelles et les romans se voient adaptés en films, ainsi que les jeux vidéo ! Pour Virus,  sous-titré "It Is Aware", le processus est encore plus tortueux puisqu'il s'agit à l'origine d'un comics de Chuck Pfarrer, John Carpenter et  Howard Cobb, publié par Dark Horse Comics en 1992, adapté en film par John Bruno en 1999 (une bonne série Z en réalité !) et encore adapté la même année en jeu vidéo sur PlayStation !

    La PlayStation  est une console qui a marqué son époque et assura le passage aux nouvelles machines ! Elle disposait d'une énorme logithèque mais Virus  ne lui fait vraiment pas honneur !

    Comme dans le film, une entité extraterrestre qui se manifeste sous forme d'arc électrique investit un satellite puis un navire dont elle prends le contrôle et transforme l'équipage en zombies mi-organiques, mi-mécaniques ! Un film et un jeu horrifique !

    Ce jeu vidéo est un jeu d'action à la Tomb Raider où vous dirigez Joan Averil, une experte en criminologie, dans des phases de tir à la troisième personne ! Mais sorti quelques années après les premières aventures de Lara Croft, Virus  a vraiment une réalisation bâclée, qui pêche par ses nombreux défauts et bugs ! Ce qui fait d'ailleurs dire au Youtubeur "Joueur du Grenier" que ce soft a été "codé par une chèvre" ! Un jeu mauvais !

    L'intrigue du jeu se déroule parallèlement au film et cette fois, exit le navire, vous vous retrouvez dans un hôtel aussi investi par les techno-zombies !

    Virus a reçu de très mauvaises critiques ! Le personnage que vous dirigez à la maniabilité d'un camion-benne ou un camion-citerne ! Ajouter à cela la laideur des graphismes, à l'exception de la cinématique d'introduction où est passé tout le budget visiblement, et la mauvaise musique !

    A oublier donc !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Intéressons-nous maintenant à un wargame décliné en jeu vidéo, Rorke's Drift, jeu conçu par Edward Grabowski pour le studio Impressions Games et sorti en 1990 sur IBM PC, Amiga et Atari ST. J'avais acheté un original de ce jeu et non une version piratée !

    On voit tout de suite l'intérêt de l'outil informatique mis au service des principes de simulation des Wargames ! Rorke's Drift se déroule pendant la Guerre anglo-zouloue à la fin du XIXème siècle, peu après la bataille d'Isandhiwaha où six compagniesde l'armée britannique furent anéanties par 20000 Zoulous, le 22 janvier 1879. Par la suite, 137 soldats dont un nombre non négligeable de blessés se retranchèrent dans une ferme pour tenter de résister à 4000 Zoulous !

    En fait de wargame, ce jeu s'apparente plutôt à un jeu de bataille de figurines. L'action se décompose en deux temps ! D'abord, vous stoppez le temps pour assigner à chaque soldat une action - un ordre ! -  puis vous relancez l'horloge pour voir le déroulement du combat !

    Vous pouvez définir position de tir (debout ou genou à terre) et cible - puis répéter ensuite l'ordre à plusieurs soldats. Il va sans dire que les Britanniques ont l'avantage des armes à feu - et une discipline éprouvée ! - mais ont intérêt à demeurer à distance car les Zoulous sont plus forts au corps-à-corps avec leurs lances ! Mais historiquement, ce sera une victoire de la Couronne !

    Le tout est de ne pas se laisser submerger et les ennemis arrivent par vague de plus en plus nombreuses ! Vous avez aussi la possibilité de soigner vos hommes et d'autres hommes doivent les réapprovisionner en munitions ! Au bout du compte, vous commandez vos troupe "en temps réel" ! Un ancêtre de Warcraft ?

    J'avais joué à ce jeu vidéo sur Atari ST et même si la jouabilité n'est pas mauvaise, je dois dire que je n'ai jamais eu la patience d'aller jusqu'au dénouement de la bataille ! Rorke's Drift constitue un jeu un peu à part mais les wargames informatiques ont leurs adeptes. Les graphismes sont un peu au-dessus de ce qui se fait couramment dans le genre - avec des persos façon Lego (mais pas Lego hein !?) mais un environnement sonore très pauvre !

    Ce jeu eut une postérité car de 1990 à 1993, au moins quatre autres produits sur le même principe sortirent sur le marché dont Fort Apache et The Charge of the Light Brigade auxquels je n'ai pas joué !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Crack Down - SegaNous allons maintenant évoquer un jeu vidéo sorti en borne d'arcades en 1989, le Crack Down de Sega dont le principale particularité est de permettre à deux joueurs de se défouler en même temps sur des écrans splittés ! On est un peu dans la lignée d'un Gauntlet II puisque vous dirigez vos héros en vue de dessus. L'écran splitté permet de jouer en coopération - en équipe ! - ou chacun de son côté !

    Vous êtes sur la piste du Dr. Oskar K., un col blanc qui dirigeait un laboratoire de recherche produisant notamment des cyborgs et des mutants. Mais celui-ci est devenu fou - et veut sans doute conquérir le monde ! Vous et votre partenaire, armés jusqu'aux dents en pistolets et fusils d'assaut devez investir le complexe et poser un maximum de bombes pour en faire sauter les différentes ailes. Mais les ennemis sont légions !

    Vous pouvez tirer dans huit directions ou vous plaquer aux murs mais gare le moindre tir qui vous touche vous tue car il n'y a pas de barre/jauge de vie juste un certain nombre de vies ! Une mini-map en haut, au milieu de l'écran vous détaille le niveau en cours et vous y localise ! Enfin, vous avez aussi un bouton "super-bombe" qui nettoie tout l'écran des ennemis - à utiliser en nombre limité !

    Le jeu est assez vaste puisqu'il comporte pas moins de 16 niveaux. Ai eu l'occasion d'y jouer à l'époque mais sur la borne d'arcades et pas sur les adaptations sur Atari ST, Amiga, Amstrad CPC, PC MS-DOS, Sega Mega Drive, Commodore 64 et ZX Spectrum… J'ignorais même que le jeu avait été adapté sur les machines de salon !

    Un jeu qui tient à la fois du shoot them up et de l'exploration ! La réalisation est nickel sans être époustouflante ! Les phases de jeu sont séparées par des séquences d'animation, génériques et autres transitions.

    Je ne me rappelais plus de ce jeu avant d'en relire un test dans un vieux magazine spécialisé Gen 4 que je jetais !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • En matière de courses de voitures sur bornes d'arcades, dans les années 1980, la référence reste tout de même Out Crazy Cars - Titus InteractiveRun de Sega ! Mais un éditeur français, Titus Interactive, reconnaissable à la tête de renard sur son logo (ou est-ce un coyote ?), a produit une série de trois jeux à la même époque où vous pourrez piloter des bolides de luxe, Ferrari ou Lamborghini par exemple et foncer sur les routes sans risquer votre intégrité physique !

    Ces jeux, ce sont la série des Crazy Cars  ! Je vais vous présenter ici le premier volet, sorti en 1987 et oeuvre d'un certain Eric Caen, game-designer, avec des graphismes d'Olivier Corviole ! A l'origine, il s'agit d'un jeu édité pour Amiga, machine au top de la performance à l'époque et grande rivale de l'Atari ST. Mais des conversions ont vité été réalisées, sur Atari ST justement et notamment aussi sur PC, Amstrad CPC et MSX.

    Les courses se déroulent sur diverses routes des Etats-Unis et vous commencez avec une magnifique Mercedes puis, une fois que vous aurez gagné 9 stages, vous atteignez le niveau 2 et cette fois, vous vous retrouverez au volant d'une Porsche 911 et au niveau 3 d'une Lamborghini ! Je ne suis pas sur que vous pilotiez une Ferrari dans ce premier opus - car elle reste alors l'apanage de Out Run mais vous en conduirez une dans Crazy Cars II où elle est au coeur du jeu !

    Il y a en tout 9 niveaux mais en fait, le jeu n'a pas de fin ! Vous devez terminer, à chaque niveau, un certain parcours en un temps limité.

    Crazy Cars, premier du nom, mais aussi la série, rencontra un succès international, ce qui fut de bonne augure pour Titus Interactive car ce fut son premier jeu ! Un autre jeu, un peu similaire, sortirait peu de temps après mais cette fois avec une ambiance plus à la Mad Max ou à la RoadBlasters avec des véhicules qui se tirent dessus et intitulé Fire & Forget  dès 1988 qui vit aussi la sortie chez notre éditeur de Galactic Conqueror et Off Shore Warrior !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'histoire du jeu vidéo a bénéficié au fil du temps des innovations technologiques. Wing Commander est une série de jeu vidéo des années 1990, qui a connut un petit succès à l'époque, étant alors considérer comme le grand rival de la série des jeux LucasArts X-Wing, TIE Fighter et autres X-Wing VS TIE Fighter ! Certes le jeu de Chris Roberts, dont le premier opus est sorti en 1990, sous MS-DOS chez Origin Systems, ne bénéficiait pas du riche background de l'univers transmedia de George Lucas mais il avait pourtant un bon scénario assez riche !

    Wing Commander est un donc un jeu de simulation de combat spatial. La série va donc bénéficier  d'une grosse innovation technique : l'arrivée du support CD-Rom (pas encore DVD) qui vient remplacer les sempiternelles disquettes (et je ne parle même pas des laborieuses cassettes !). Ceci permets donc d'inclure des séquences vidéos qui vont venir augmenter la trame narrative ! C'est un véritable film auquel on à alors droit  et si je ne m'abuse Mark Hamill figure au casting de ces séquences qui sont en quelques sorte des cinématiques filmées avec des acteurs ! Dans les faits, cette nouveauté n'arrive qu'à partir de Wing Commander III , sorti en 1994, et les opus 1 et 2 se contentent encore de traditionnelles séquences animées par ordinateur.

    Le jeu de Chris Roberts a été pensé comme un "Seconde Guerre mondiale dans l'espace" ! La Confédération humaine est en prise avec les redoutables Kilrathi, des hommes-félins très belliqueux ! Vous incarnez un pilote sans nom à bord du TCS Tiger's Claw. Au fil des batailles, vous gagnez des rangs dans la hiérarchie de votre groupe jusqu'à devenir le "Wing Commander" et mener le combat au cœur du Système Venice, le centre de l'empire ennemi !

    Suivant vos réussites ou échecs au cours des missions, une trame narrative se construit ! Il y a en effet plusieurs alternatives et seule une voie particulière est considérée comme canon !

    Au niveau du simulateur en lui-même, c'est assez classique mais fort bien réalisé ! Que vous dire de plus ? C'est un simulateur de combat spatial ! Et une référence dans ce domaine !

    De nombreuses suites et add-ons furent réalisés ! La série se conclut en 1996 avec un Wing Commander IV : The Price of Freedom puis un Wing Commander : Prophecy, en 1997 l'année des vingt ans de Star Wars  !

    Wing Commander, premier du nom, a été porté initialement sur PC MS-DOS donc mais aussi sur Amiga, Amiga CD32, Mega-CD et Super Nintendo puis par la suite sur PC Windows et Mac !

    Le succès fut tel qu'une série animée vit le jour en 1996 et un film en 1999 avec Tcheky Karyo, métrage qui fit un beau flop car l'heure de gloire de la franchise était passée et d'autant que cette année là le concurrent emblématique et éternel, le point de comparaison, sortait Star Wars - Episode I : La Menace Fantôme  !

    Pour vous dire la vérité, n'ai jamais joué à aucun des Wing Commander - mais je me dois d'être exhaustif dans ma présentation de l'Histoire des Jeux Vidéo - et de toute façon à l'époque, on ne pouvait pas passer à côté de ces jeux de Chris Roberts car les magazines spécialisés, Gen 4 et autres Joystick ne cessait d'en parler et nous inondaient d'analyses, de photos et de tips et autres soluces ! Il était alors assez facile de connaitre par le menu l'histoire de ce jeu dans les détails sans même y avoir joué ! Moi, j'étais plutôt dans le camp X-Wing ! Wing Commander n'était pas disponible sur ma machine, l'Atari ST !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Prince of Persia  est devenu une licence fructueuse de jeux vidéo, au tournant des années 2000, détenu, tout comme la licence Assassin's Creed par la compagnie leader Ubi Soft ! Mais au départ, c'était un jeu vidéo crée  par Jordan Mechner - à qui on devait aussi le jeu Karatéka ! - et sorti en 1989 chez Broderbund (le studio de Lode Runner !) pour ordinateurs 8-Bits Apple II ! Avant d'être adapté au cinéma en 2008, le jeu Prince of Persia a connut une longue carrière et a rencontré le succès dès 1989 surtout en raison de la qualité de ses animations !

    En effet, les animations du personnage sont très fluides et très détaillées ! Autre innovation pour l'époque, l'utilisation d'une barre de vie et un temps limité pour finir l'aventure ! Comme le titre l'indique, l'histoire se déroule au Moyen-Orient, dans une ambiance des 1001 Nuits ! Avec des cinématiques au service de la narration !

    Dans la Perse ancienne, empreinte de légendes et de magie, , le  grand Vizir Jaffar, profitant de l'absence du Sultan parti en guerre, fait régner la terreur sur le pays ! Cet ignoble individu a poser un ultimatum à la princesse car il souhaite l'épouser pour asseoir son pouvoir. Celle-ci a une heure pour accepter avant d'être exécutée. Mais elle compte sur son jeune amant, vous, pour la secourir ! Mais notre jeune héros, fraîchement arrivé dans le pays est aussitôt jeté en prison.

    Notre intrépide garçon parviendra à s'échapper et devra parcourir les souterrains du palais pour parvenir à la princesse, tout  en évitant les pièges mortels et les serviteurs de Jaffar qu'il affrontera à l'épée ! Il vous faudra courir, bondir et lutter !

    Jordan Mechner est un véritable petit génie de la programmation ! Pour ses jeux, Karatéka  et Prince of Persia, il puise son inspiration dans le cinéma - avec les cinématiques et la mise en scène. Mais il se dote aussi d'une caméra afin d'étudier le mouvement en filmant son jeune frère ! De là viendront les mouvements du prince !

    Le jeu Prince of Persia vous demandera de l'adresse et de la persévérance car il est d'une difficulté moyenne ! Il inaugure par ailleurs une licence qui comptera de nombreux jeux jusqu'à nos jours ! Le thème du Moyen-Orient est très peu abordé dans les jeux vidéo mais évidemment, c'est ici un Orient assez clichés, un décor de contes !

    Il fut évidemment adapté par la suite sur pratiquement toutes les machines à commencer par les plus emblématiques à l'époque de sa sortie : PC MS-Dos, Atari ST, Amiga, Amstrad CPC, Sega Master System et Mega Drive, SNES (Super Nintendo), Game Boy, etc,...

    A bientôt !


    votre commentaire
  • A la fin des années 1990, internet n'était pas aussi développé qu'il l'est maintenant (et au est pas au bout de son évolution !) ! L'avenir était plein de promesses et dans la sphère vidéoludique, de nouvelles expériences étaient initiées ! Ainsi avec les réseaux, on eut l'apparition des FPS, des MMORPG et des RTS !

    Je me rappelle parfaitement qu'à l'époque, la presse spécialisée ne trouvait pas de superlatif assez fort pour qualifier le jeu vidéo Mankind, apparu en décembre 1998, une sorte de gigantesque space-opéra, l'ancêtre de Starcraft, dans une ambiance à mi-chemin entre Star Trek et Warhammer 40K ! Bref, le premier jeu de stratégie en temps réel massivement multijoueurs où des flottes de vaisseaux spatiaux s'affrontaient dans une immense galaxie pour contrôler des planètes et exploiter des ressources ! Depuis, nombre de jeux en ligne ont repris ce principe !

    Mais ce jeu ne trouva pas son public, du moins en Europe ! Fruit du travail Vibes Online Gaming pour la société Cryo Interactive, Mankind connut un vif succès en Asie, au pays des Otaku notamment et fut alors repris pas Quandex, en 2008, et 02 Online Entertainment ! Il devait s'arrêter en octobre 2015 faute d'abonnés en nombre suffisant !

    Mankind permets l'interaction de nombreux joueurs au sein du premier univers persistant, ceux-ci pouvant s'associer en guildes et créer des empires ! Le jeu possède une trame initiale que l'on peut suivre ou non ! Vous pouviez devenir marchands, combattants ou mercenaires !

    Ce jeu est aussi assez unique par la taille des conflits qui impliquent des milliers d'unités, avec un aspect politique assez développé !

    Pour jouer à ce jeu qui était téléchargeable gratuitement en ligne, il fallait juste payer un abonnement mensuel - principe commercial qu'a repris évidemment World of Warcraft mais aussi la plupart des jeux de ce genre de nos jours !

    La galaxie de Mankind est immense puisqu'elle comporte plus de 63.000 systèmes solaires, chacun avec jusqu'à huit planètes ! Certaines ressources étant plus rares que d'autres voire très rares, il vous faudra vous battre âprement pour les conquérir et ainsi améliorer vos flottilles !

    Le jeu des alliances conduit bien sûr à l'expansion des conflits ! Très vite, en plus de l'Empire Inner et de l'Empire Outer, une faction nouvelle apparue dans ce jeu, celle des Colonies suprêmes !

    Lorsque vous êtes déconnecté, vos bâtiments et unités continuent d'extraire vos ressources mais le risque est alors grand d'être attaqué ! Vous commencez le jeu avec un vaisseau unique, le Vibz, 500 colons et 20.000 crédits ! A vous d'assurer une production constante, en exploitant quelques mines ! Puis vous construirez un laboratoires pour avoir accès à de nouvelles technologies !

    Mankind fit office de précurseur dans son domaine et à ce titre essuya les plâtres, très peu d'éditeurs voulant financer un tel projet, ayant à l'époque très peu d'expériences dans le jeu en ligne ! Aujourd'hui, le jeu Online est la norme et la passage obligé ainsi que le modèle commercial de ce jeu de Cryo Interactive !

    Un étape clé dans l'Histoire du jeu vidéo !

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique