• Le 2 avril 2015 vit la sortie de la deuxième "Aventure HearthStone" qui devait nous entraîner dans les profondeurs d'une montagne réputée dangereuse et intitulée "Mont Rochenoire" !

    Une Aventure qui devait, selon les sites de critiques et de reviews de HearthStone s'avérer assez décevante ! Pas vraiment de cartes exceptionnelles parmi les 31 cartes que vous pourrez débloquer en vainquant les différents boss des cinq ailes que compte cette aventure, soit en mode "Normal" ou en mode "Héroïque" ! Et aussi les 9 "Défis de Classes" !

    Passons en revue, d'abord ces ailes et ces boss, puis les différentes cartes !

    Parmi les ailes, vous débutez avec "Profondeur de Rochenoire" et  terminez avec le "Laboratoire secret" au bout duquel vous affrontez le boss final, Nefarian ! Les autres ailes sont dans l'ordre "Cœur de Magma", "Pic Rochenoire", et "Repaire de l'Aile noire".

    Les boss vous donneront du fil à retordre mais rien d'impossible à accomplir ! Évidemment, chaque boss a un pouvoir héroïque particulier et spécial, unique ! Je vous laisse les découvrir !

    Des boss, il y en a, tirés de World of Warcraft ! Aux noms évocateurs pour qui a joué au MMORPG ! Empereur Thaurissan, Baron Geddon, Majordomo Executus; Main-Noire, Chromaggus, Seigneur Victor Nefarius, Système de défense Omnitron, Atramédès, entre autres !

    Je me rappelle avoir terminé cette aventure de longue haleine un week-end, durant la nuit du samedi au dimanche et le dimanche matin ! Ce fut épique !

    17 cartes neutres pour les combats face aux boss, 5 cartes légendaires pour les ailes et 9 cartes pour les Défis de Classes !

    Citons quelques uns de ses cartes sans les détailler ! Dragon affamé, Écraseur Drakonide, Corrupteur de l'Aile noire, Drake volcanique, Oeuf de dragon, Technicienne de l'Aile noire pour les cartes neutres, Horion de lave, Tir réflexe, Chef du gang des diablotins, Druidesse de la Flamme, Attise-flammes (une carte que j'ai beaucoup joué par la suite et qui faisait deux points de dégâts aléatoires à chaque fois qu'on lançait un sort !), Ressusciter et Recrutement entre autres !

    Parmi les cartes légendaires, on appréciera particulièrement Empereur Thaurissan qui baisait le coût en mana des autres carte d'une unité à chaque tour tant qu'il était en jeu sur le plateau ! Ces cartes légendaires sont en fait les boss finaux de chaque aile !

    HeathStone est un jeu si prenant et particulier auquel m'a initié mon pote Gautier  et j'ai moi-même initié par la suite mon autre pote Rico - qui est devenu accro tout en ne dépensant pas un seul centime dans le jeu !

    Il existe tout un vocabulaire spécifique : "Contrôle du Board", "Ping", "Overdraw", 'Aggro", "Rage quit", "Mulligan", "AoE", "Curve", "Cancer", "Combo", "Draw", "Early Game" "Face", "Trade", "Miss Léthal", "Meule", "Nerf", "OTK", "Taunt", "RNG", "Top Deck" et j'en passe et des meilleures !

    Pour ce familiariser avec ce jeu, il existe pas mal de Youtubeurs qui font des vidéos de gameplay ou qui streament sur Twitch-TV entre autres, notamment la Team Millenium devenue plus tard l'ArmaTeam, Torlk et Marmotte, Oliech (avec sa manie agaçante de prononcer "Huit" par "Wouit"), Tars, Un33d ou TheFishou (ce dernier étant mon préféré !) !

    De belles aventures vous attendent !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Tandis que Tarlab le chasseur affronte la secte renaissante des Defias, dans d'autres lieux des Terres de l'Est, l'elfe de sang mage, ElyraSwann négocie des alliances pour son peuple au sein de la Horde !

    L'adepte de la magie se rends d'abord à Fossoyeuse, ville de morts-vivants établie sur - ou plutôt sous ! - les ruines de Lordaeron, où elle rencontre sa dirigeante banshee, la Dame Noire Sylvanas Coursevent, Reine des Réprouvés, les morts-vivants libres qui s'opposèrent jadis au Fléau du Roi-Liche !

    Lors de l'entrevue avec Dame Sylvanas, ElyraSwann lui remet un collier que sa soeur Alleria avaitChroniques de World of Warcraft VII - Au service de la Horde perdu, qui lui rappelle le temps où elle était une haute-elfe et qu'elle refuse. Enfin, la messagère elfe de sang remet également à la dirigeante la lettre de Lor'Themar Theron afin d'accepter Lune-d'Argent aux côtés de Fossoyeuse et Orgrimmar dans la Horde.

    Sylvanas Coursevent souhaite effectivement consolider les liens entre les trois factions de la Horde : elfes de sang, Réprouvés et aussi Orcs. ElyraSwann devra donc prendre un transport par Zeppelin pour Durotar et la ville d'Orgrimmar, sur le continent ouest et aider Garrosh Hurlenfer à reprendre le Gouffre de Ragefeu aux sombres shamans, sous la ville orc. Avec le sceau de la Reine des Réprouvés, ElyraSwann devra demander audience au leader des peaux-vertes ! Elle devra de fait remettre une lettre scellée à Vol-Jin, le chef de guerre troll. Sylvanas Coursevent, Lor'Themar Theron et Vol'Jin auront alors unifié leurs peuples !

    La mage elfe se sang embarque alors bel et bien par la voix des airs pour Kalimdor, plein ouest ! Durotar est effectivement la nation des orcs, fondée par le légendaire Thrall et Orgrimmar sa capitale !

    A côté de ces missions diplomatiques capitales, notre héroïne affronte des dresseurs de mascottes et des monstres errants tels ces scorpions géants ! Elle a effectivement une entrevue avec Vol'Jin puis retourne faire son rapport à Lor'Themar Theron !

    Sa carrière d'aventurière au service de la nouvellement renforcée Horde ne fait que commencer !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Tout de suite, je cède la parole à notre envoyée spéciale - "Bibliothèque-éclectique", Po, dans le monde vidéoludique !

    "Don't Starve est un jeu de survie dans lequel le joueur contrôle un personnage qui se réveille dans un monde inconnu, sans en connaître la raison. Le but du jeu est de survivre le plus longtemps possible dans cet univers, en se servant des ressources présentes. Pour garder son personnage en vie, le joueur doit veiller à ce que ses trois jauges ne tombent pas à zéro : la santé, la santé mentale et la faim.

    Don't Starve - Klei EntertainmentLes graphismes sont simples mais efficaces, et rappellent l'univers de Tim Burton. La voix de chaque personnage est "parlée" par différents instruments de musique. Une dizaine de personnages seront débloqués au fur et à mesure des parties. Outre le personnage de base qui n'a aucune particularité si ce n'est une magnifique barbe qui pousse au fil des jours, les autres ont chacun différents bonus et malus ; Wickerbottom est une bibliothécaire dotée de grandes connaissances, mais très délicate en matière de nourriture, tandis que Woodie coupe du bois à la vitesse de l'éclair, mais cache un terrible secret...

    On peut fabriquer à partir des ressources (bois, pierres, brindilles, charbon...) des objets qui aideront le joueur à survivre : feu de camp, armes, potagers, vêtements... Bien que ce jeu soit encore en bêta, la liste des objets que l'on peut fabriquer est déjà assez conséquente.

    Le jeu est rythmé par une alternance jour/nuit, ainsi que par l'enchaînement des saisons. Le jour, vous ne risquez pas grand-chose si vous ne faites pas de rencontre malheureuse. En revanche, si vous vous retrouvez la nuit sans source de lumière, vous ferez la douloureuse connaissance de Charlie. L'hiver, la difficulté augmente, avec des journées très courtes et le froid à gérer.

    Le bestiaire du jeu est assez complet, composé de monstres neutres ou hostiles tous plus loufoques les uns que les autres. En les chassant, le joueur obtient différents éléments nécessaires à sa survie, de la nourriture à la laine pour se tricoter un joli bonnet pour l'hiver.

    A noter qu'un mode multijoueurs a été ajouté récemment pour vous permettre de mourir de faim entre amis."

    Merci Pauline pour ce "brillant exposé" sur Don't Starve - dont vous êtes une afficionados !

    A vous les studios !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • Gauntlet II - suite de Gauntlet - est un jeu vidéo sorti en 1986, dans un univers d'héroic-fantasy, réalisé parGauntlet II - Atari Games Atari Games, disponible sous forme de borne d'arcade et de logiciel pour les ordinateurs de l'époque, Atari et Amiga en tête. C'est en quelque sorte l'ancêtre des jeux de type "Hack 'n slash" type Diablo mais avec une vue de dessus en 2D.

    Vous pouvez jouer à ce jeu avec 4 joueurs en simultanée. Vous avez le choix entre 4 classes : Guerrier, Mage, Elfe et Walkyrie. Chaque joueur se différencie aussi par une couleur : Bleu, Rouge, Vert ou Jaune. Chaque classe a ses aptitudes : plus de force et de puissance de frappe pour le Guerrier, tirs plus rapide pour l'Elfe, magie plus dévastatrice pour le mage mais moins de résistance et classe assez équilibrée pour la Walkyrie.

    Les héros se promènent dans des labyrinthes vues de dessus, affrontent des hordes de monstres sortant de générateurs qu'il faut détruire : orques, barbares, crapauds, fantômes etc... Ils ont un capital de points de vie à gérer et doivent trouver la sortie de chaque niveau. Ils ramassent des objets magiques - et maudits parfois ! - des potions de vie et autres.

    Les murs sont indestructibles mais pas toujours ! Il y a des murs mobiles, des téléporteurs, des champs de force qui immobilisent les joueurs quelques secondes ! Les tirs des héros peuvent ricocher sur les murs voire détruire les potions par accident !

    Parmi les ennemis les redoutables, il y a le chevalier de la mort qui est quasi indestructible et ne peut être détruit que par magie ou qui disparait après vous avoir "pompé" un quota de points de vie. Autre ennemi, une espèce d'amibe qui lorsqu'elle vous touche attire tous les monstres sur vous en priorité, inconvénient que vous pouvez refiler aux autres joueurs en les touchant ! Ennemi le plus féroce - mais rare ! - le Dragon, très endurant et crachant du feu mais fournissant de belles récompenses une fois occis !

    Autre point fort du jeu, la musique et les voix ! La musique est lancinante et un peu répétitive. La synthèse vocale était une curiosité à l'époque et une rareté ! Vous aurez droit à des "Red Warrior is hit !" et autres "Blue Wizard is about to die !", un tantinet stressant !

    A ce jeu, on ne peut pas gagner et le but est de coopérer pour aller le plus loin possible dans les niveaux générés aléatoirement ! Ca reste addictif mais un peu dépassé à l'heure actuelle !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le développement d'internet depuis 20 ans a multiplié les possibilités des jeux vidéo avec notamment l'apparition des jeux multijoueurs en ligne. Il y eu ainsi, les FPS (First-Person Shooter), les RTS (Real-Time Strategy), les MMORPG (Massively Multiplayers Online RolePlaying Games) et enfin les MOBA (Multiplayer Online Battle Arena).

    League of Legends - Riot GamesLeague of Legends fait partie de cette catégorie vidéo ludique des MOBA où deux équipes de 3 ou 5 joueurs s'affrontent sur une carte. Le but est de détruire les tourelles et la base adverse.

    Je vais désormais ici vous parler de ce soft - dont je ne suis pas un joueur actif mais dont mon amie Pauline est une adepte et une spécialiste. Elle a contribué à l'écriture du présent billet - qui marque en quelque sorte ma première collaboration sur "bibliothèque-éclectique". Merci Pauline qui a par ailleurs participé à un concours de dessins autour du jeu en représentant les trop mignons poros, des petites bêtes de l'univers du jeu ! Il n'est pas impossible que dans l'avenir, mon autre ami "Nanard Lhermité" apporte aussi son aide à la rédaction de billets sur des jeux vidéo !

    Revenons à League of Legends ! C'est un free-to-play : le jeu est gratuit : les seuls objets que l'on ne peux qu'acheter avec de l'argent réel sont d'ordre esthétique (skins pour les champions du joueur) et n'ont aucun impact sur le jeu. Par contre dans le jeu, en cours de partie, il existe une échoppe qui vend de meilleures armes, des armures, des sorts etc pour plus de puissance de feu !
    Dans le mode de jeu principal, la carte est composées de 3 lanes (voies) reliant les deux bases ennemies, ainsi que d'une jungle de chaque côté remplie de monstres neutres.

    Au début de la partie, chaque joueur choisit un champion parmi plus de 120 champions proposés.
    Ces champions se répartissent selon cinq rôles principaux : Jungler, Tank, AP mid, Carry AD et support.

    Voici la définition de ces cinq classes de personnages :

    Jungler : il gagne de l'expérience en combattant les monstres présents dans la jungle, pour aller ensuite aider les membres de son équipe présents sur les voies.
    Tank : souvent sur la voie du haut, son rôle est d'encaisser les coups et de protéger ses coéquipiers de l'équipe ennemie.
    AP mid : le plus souvent un mage, celui qui est chargé de porter des dégâts magiques à l'équipe adverse.
    Carry AD : c'est le champion qui inflige des dégâts physiques aux ennemis. Sa puissance est compensée par une faible résistance.
    Support : En duo sur la voie du bas avec le carry AD, son rôle est de protéger et d'aider celui-ci, ainsi que le reste de son équipe pendant les combats.

    Les deux équipes, soutenus par des fantassins contrôlés par l'I.A., doivent donc détruire la base adverseLeague of Legends - Riot Games pour remporter la partie, d'abord en éliminant les tourelles, puis les générateurs de fantassins, les inhibiteurs et enfin le centre de la base !

    Les 120 personnages du jeu ont tous leur personnalité et leurs aptitudes. Il est aussi possible de monter en niveau et il y a des héros pour les joueurs débutants et pour les joueurs confirmés ! Quelques noms de combattants au hasard : Aatrox, Morgana, Fiddlesticks, Sion, Garen, Karthus ou Gnar ! Le choix ne manque pas !

    Mais bon, la spécialiste de la stratégie LOL, c'est Pauline !

    Enfin, comme Starcraft II ou Hearthstone de Blizzard, le jeu de Riot Games est un phénomène e-sport, sans doute même le plus populaire dans ce domaines ! D'ailleurs, Blizzard a lancé son propre concurrent à LOL qui s'appelle Heroes of the Storm qui regroupe les héros de ses autres jeux : Kerrigan, Jaina PortVaillant, Diablo etc...

    Voilà ! En avant pour des combats acharnés avec League of Legends !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Icewind Dale est un jeu vidéo de type jeu de rôles, conçu par Black Isle Studio et publié par Interplay en juin 2000 aux USA et en juillet 2001 en Europe.

    Comme le jeu Baldur's Gate, il se déroule dans le monde des Royaumes Oubliés d'Ed Greenwood mais cetteIcewind Dale - Interplay fois, non plus sur la Côte des Épées mais à l’extrême frontière nord, près des étendues et des monts emplis de glace et de neige !

    L'intrigue se déroule donc en une terre inhospitalière, des étendues sauvages presque inhabitées si ce n'est par des monstres ! La conséquence est que le jeu est moins axé sur l'enquête - comme Baldur's Gate dont il partage le même moteur de jeu au "tour par tour", le moteur "Infinite Engine" - mais davantage sur le combat, la baston, le bourrinage ! A vrai dire, cela ne cesse pas ! Ce soft n'est qu'une suite de combats assez ardus au départ mais de plus en plus facile au fur et à mesure que vos six personnages montent en puissance ! Il est même possible de reprendre le jeu à zéro avec les mêmes héros une fois l'aventure terminée !

    De ce fait, le jeu est beaucoup moins intéressant que son ainé et a connu un succès moindre ! Il a eu une extension, Heart of Winter et une suite, Icewind Dale II !

    La région explorée est celle du Valbise, près de l’Épine Dorsale du Monde, sur Féérune. Les personnages vont explorer de nombreux endroits tels que des villages, une vallée fantôme, un volcan envahi par des monstres, les vestiges d'une forteresse elfique abandonnée, d'anciennes cavernes naines. L'histoire principale envoie les personnages enquêter sur un mal mystérieux menaçant le petit village de Havredest.

    Les héros sont en réalité employés par Arundel, un druide qui veille sur l'arbre géant protégeant la cité de Kuldahar, lequel est en train de dépérir sous l'influence d'un Mal grandissant ! Ce mal, seule une gemme que les aventuriers doivent acquérir permettra d'en révéler la nature. Peu après être revenu de mission, les héros découvrent qu'Arundel avait été remplacé par un métamorphe imposteur et que l'authentique druide est mourant. ils doivent alors apporter la gemme à Larrel dans une forteresse proche. On découvre ensuite que la malédiction est dans la cité des nains de Dorn's Deep?

    C'est à Dorn's Deep que le groupe affronte le Mal en l'incarnation de Frère Poquelin qui rêve d'ouvrir un portail vers le monde de Baator pour libérer une armée de démons et conquérir le Nord ! Les personnages sont alors l'ultime rempart !

    J'ai pu jouer à ce jeu au début des années 2000 et malgré sa relative simplicité et sa courte durée de vie, j'ai passé de bons moments !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Out Run est un jeu de course automobile de Sega, datant de 1986, conçu par Yu Suzuki, d'abord décliné en bornes d'arcade et innovant par bien des aspects !

    Out Run - SegaTout d'abord, dans ce jeu, vous pilotez une Ferrari Testarossa, cheveux au vent, au côté d'une belle blonde ! La première innovation est que - contrairement aux jeux de courses précédents - la vue n'est plus de dessus - comme vue d'un hélicoptère - mais de derrière la voiture - en 3D ! Cela donne une incontestable impression de vitesse et demande des capacités techniques plus puissantes ! Ce point de vue a ensuite été décliné dans la série des Test Drive, Gran Turismo et autres Need for Speed !

    Une autre innovation technique est liée à la borne d'arcade elle-même qui existe en deux versions : une version "classique" - avec volant, levier de vitesse et deux pédales - et une version sur "cabine hydraulique" reproduisant la carrosserie d'une Ferrari avec ventilateur à l'intérieur pour simuler la sensation de vent - comme un autre jeu Sega de l'époque : After Burner II - un simulateur d'avion de combat !

    Ensuite, le jeu présente des décors californiens et vous partez de Coconut Beach et passez par quatre checkpoints qui sont autant d'embranchements différents ! De ce fait, il y a au total cinq lignes d'arrivée et des tas de parcours différents pour y parvenir - à traverser dans un temps limité ! - avec à la clé une animation de victoire différente et souvent fun ! Ce principe des embranchements sera repris dans le jeu Buggy Boy !

    Bref, un jeu qui demandait doigté et maitrise et était vraiment cool ! Un précurseur du genre disposant par ailleurs d'une bande son vraiment "relax" !

    C'était la grande époque des salles de bornes d'arcade en France, salles qui ont disparues dans l'Hexagone de nos jours mais subsistent encore au Japon !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans le monde de Warcraft, les Gobelins et les Gnomes sont les inventeurs, respectivement de la Horde et de Gobelins & Gnomes - Une extension HearthStonel'Alliance ! On se rappelle les zeppelins et les ornithoptères qui faisaient des reconnaissances dans Warcraft II !

    Le 9 décembre 2014, est sortie la première extension pour HearthStone qui tourne autour de ces personnages et propose 120 nouvelles cartes dans de nouveaux boosters ! Vous serez donc confrontés à de nouveaux mécanismes de jeu à travers les inventions les plus folles de Gobelins & Gnomes !

    Les créatures de HearthStone se répartissent en diverses classes : Dragons, Démons, Bêtes, Murlocs, etc,... Et cette fois, cette extension introduit la classe des Mécas - si chère à nos bons vieux romans Steampunk ! Ces cartes devraient vous permettre d'élaborer de nouvelles tactiques ! A l'image de l'Ennuy-o-Tron, une créature 1/2 pour 2 de mana avec Provocation et Bouclier Divin ! Pratique contre les decks aggro - ces decks qui veulent vous mettre tout de suite un maximum de dégâts !

    Qui sont les meilleurs ? Les gnomes à l’ingéniosité calculée et prudente ou bien les gobelins aux inventions incroyablement volatiles et spectaculairement explosives ? Bref, un peu des savants fous !

    Parmi les cartes Mécas, citons aussi le Robot de Soins antique qui vous restaure 8 points de vie ou le Déchiqueteur avec ses scies circulaires !

    Les gnomes, petits et inventifs, se montrent parfois trop intelligents pour leur propre sécurité. Les gobelins sont aussi des ingénieurs accomplis à l'image du Canon lance-flamme ou du Golem céleste ! Ils aiment quand ça fait BOOM !

    Avec cette extension, apparaît aussi le mode "Spectateur" ainsi qu'un nouveau plateau de jeu où vous pourrez activer un canon laser pour faire décoller une fusée !

    Le jeu ne cessera de s'enrichir à partir de cette extension ! HearthStone n'est pas un jeu statique !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Stormfall : Age of War est un jeu de 2014, de la société Plarium, disponible via Facebook. C'est un jeu deStormfall : Age of War - Plarium gestion/stratégie d'Heroic-Fantasy multijoueurs en ligne de type "Pay to Win".

    Vous dirigez un château que vous améliorez en gérant trois types de ressources : or, fer et nourritures, fournies respectivement par des maisons, des mines et des fermes que vous construisez aussi au fur et à mesure.

    Puis peu à peu, vous bâtissez de nouveaux bâtiments ! Grange(s) et entrepôt(s) pour stocker vos ressources, caserne militaire pour constituer des troupes, marché pour gérer vos caravanes et échanger des parchemins, or, fer et nourriture avec d'autres joueurs, ambassade, crypte pour recruter des zombies, Nid d'aigle pour observer les environs, Infirmerie pour "ressusciter" vos pertes, Marché Noir, catacombes pour "planquer" des troupes, salle des ombres pour recruter des espions, maison de l'Unité pour recruter des amis et bénéficier de bonus, Autel de Weor, Maison des Seigneurs, Temple de Guerre, Maison des parchemins, Sanctuaire aux Éclats, fortifications etc...

    Le jeu offre de nombreuses possibilités rien que dans la phase gestion de votre fief ! Vous recrutez peu à peu des troupes, d'abord, simples piquiers, archers, nains, paladins... Vous débloquez des parchemins qui vous donnent accès à des "technologies" puis obtenez de nouvelles troupes, cavaliers, chevaliers, barbares, sorciers, golems, griffons, vouivres, démons, dragons etc... Parmi les types d'unités, on a infanterie, cavalerie, unités occultes, bestiaire et unités légendaires - avec "Attaque" et "Défense" ! Elles consomment de la nourriture et ont donc un coût d'entretien !

    Il y aussi les cristaux que vous pouvez combiner en pierres plus puissantes pour avoir de meilleurs bonus de défense par exemple !

    Ensuite, il y aussi les "quêtes quotidiennes" qui vous donnent aussi de l'XP ! En gagnant des points d'Expérience (XP), vous montez en niveau ! Actuellement, mon fief "Winterfell" est niveau 48 !

    Et puis, il y a les sapphires que vous pouvez acheter par Carte de Crédit pour progresser plus vite selon le principe des jeux "Pay to Win". Avec, vous pouvez accélérer vos constructions,acheter des artisans, des troupes, des cristaux, des ressources, activer un statut de Paragon... La liste est longue ! Mais avec de la patience, il est aussi possible de jouer sans débourser un centime d'euro !

    Le jeu est multijoueur et vous pouvez nouer des alliances, faire des échanges, prêter des troupes, rejoindre une guilde, participer à des raids ou des sièges sur d'autres châteaux d'autres joueurs ! Vous pouvez aussi attaquer des camps orques pour récupérer des bonus, des XP, participer à des quêtes, des classements ! Je n'ai pas encore trop exploré cet aspect du jeu car en suis encore à me renforcer.

    La limite de niveau ? Je ne sais pas ! J'ai déjà vu des joueurs au niveau 130 ! Le niveau moyen est autour de 60 semble-t-il !

    Essayez si cela vous chante !

    A bientôt !


    2 commentaires
  • Gryzor est un jeu vidéo de 1987 - de type shoot 'n jump - dont la notice wikipédia indique qu'il fut connu enGryzor - Konami Europe sous le titre Probotector ! Pour ma part, je n'ai connu que la jaquette Gryzor et y jouais sur Amstrad CPC. Sur cet ordinateur précis, le jeu disposait d'une réalisation bien au-dessus de celle de ses concurrents de l'époque !

    Ce soft est l'oeuvre de Konami, un des leaders de la borne d'arcade et sorti donc en premier dans les salles de jeux - des lieux qui ont depuis disparu avec l'avènement des consoles modernes ! Dans une ambiance à la Prédator, vous dirigez un soldat - ou deux car il y a la possibilité de deux joueurs simultanés - et parcourez des niveaux de plus en plus difficiles et de deux types !

    Il y a d'abord des phases en scrolling horizontal - en 2D - où vous dirigez votre héros, dans la jungle, sur différents "étages", dégommez des aliens, des tourelles. Vous devez user de votre arme à feu avec dextérité et sauter en l'air de manière assez acrobatique pour éviter les salves adverses.

    La seconde phase se déroule en vue 3D - un peu comme dans le jeu Xybots ! Vous parcourez une succession de couloirs en devant dégommer les tourelles sur le mur du fond - tourelles disposées selon différentes configuration - à différentes hauteurs qui exigent encore une fois des sauts spectaculaires. Un jeu qui demande de la coordination ! Une fois les tourelles dégommées, vous passez au couloir suivant et au bout du dernier couloir au niveau suivant où vous recommencez une phase à scrolling séquentiel horizontal !

    Votre soldat tire des boules orange et peut améliorer son arme en tir triple, plus rapide, tir laser, etc...

    Un jeu très amusant - que pour une fois j'avais réussi à finir à l'époque ! C'est le premier jeu de la série Contra et il est ressorti en 2009 sur XBox !

    Nostalgie quand tu nous tiens !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La franchise GTA - Grand Theft Auto - est née de la rencontre entre David Jones et les frères Sam et Dan Houser. Leur volonté était de créer un jeu dans lequel le joueur dispose d'une totale liberté d'action.

    En 1985, Sam Houser découvre le jeu vidéo Elite, conçu par deux britanniques David Braben et Ian Bell. Elite est un jeu en polygones 3D dans lequel on dirige un vaisseau spatial qui fait du commerce dans une galaxie aux milliers de planètes. On peut aller où on veut et commercer avec qui on veut, la faillite mettant fin à la partie.

    David Jones, est de son côté un pionnier du jeu vidéo qui crée sa société DMA Design en 1988 et lance ses premiers jeux ! DMA connait vite le succès avec le hit Lemmings en 1991 avec 1,5 millions d'euros récoltés au passage !

    La sortie en 1995 de la nouvelle console Playstation va doper les possibilités ouvertes aux créateurs de jeux grâce notamment aux performances graphiques de la machine. David Jones donne carte blanche à ses équipes mais à part quelques bons jeux comme Hired Gun ou le jeu de courses Uniracers, la recette du gros succès semble perdue !

    Un autre concepteur de jeu, Mike Daily propose alors de créer un environnement de ville où le joueur pourrait aller où bon lui semble - en vue de "haut" - comme si la ville était survolée d'hélicoptère.

    Le projet initial se nomme Race n' Chase et il s'agit d'incarner des gendarmes qui courent après les voleurs. Il ne s'agit pas d'en mettre plein la vue mais de proposer une expérience inédite. Le choix de la 2D demeure alors que dans le même temps, les premiers jeux en 3D - tel Tomb Raider chez la concurrence - voient le jour !

    David Jones contact alors le studio BMG Interactive où travaille Sam Houser. Ce dernier est séduit par les idées de Dave Jones et rejoint le projet Race n' Chase.

    A la même époque, se développent, dans la culture pop - des anti-héros tel le Spawn de McFarlane. Les concepteur du jeu de "gendarmes et voleurs" changent alors d'optique et décident - pour plus de fun- que le joueur incarnera un voleur !

    Le titre change alors de nom pour Grand Theft Auto. On y dirige un truand qui vole des voitures, tue des gens - et à fortiori des policiers - et mène une cavale permanente dans les rues de Vice City (Miami), San Andreas (San Francisco) et Liberty City (New York). Le jeu sort finalement sur PC en 1997 et va déclencher une vive polémique !

    L'accueil critique est très réservé pour ne pas dire hostile ! La possibilité de jouer un truand est jugée immorale et considérée comme un mauvais exemple pour la jeunesse - d'autant que le débat sur la violence et l'influence des jeux vidéos. Néanmoins le jeu se vend bien !

    La Saga Grand Theft Auto - GTA

    La suite de l'histoire commence par une série de rachats. BMG fait partie du groupe Bertelsmann qui vend sa filiale jeux vidéo à Take-Two Interactive. DMA est vendue à Gremlins Interactive qui est ensuite absorbée par le géant français Infogrames. En 1999, Take-Two rachète DMA à Infogrames. David Jones quitte l'aventure et les frères Houser incarnent alors la franchise GTA à eux deux Par la suite, Take-Two crée le label "Rockstar Games" dont feront partie les opus suivants de GTA.

    GTA 2 sort au mois d'octobre 1999 et la polémique repart de plus belle, accentuée par les faits divers au moment où a lieu le massacre de Columbine... Le titre a le tort de ne pas innover et la franchise est menacée de disparaître ! Mais là encore les ventes sont honorables

    En 2000, Sony lance la Playstation 2 encore plus puissante ! Sam Houser se décide enfin à intégrer la technologie 3D pour GTA III. Le DVD-Rom de la machine permet de plus de stocker un grand nombre de données. La réalisation du jeu est soignée, le doublage assuré par des pointures (Michael Madsen, Kyle MacLachlan...) et l'inspiration directement puisée dans Scarface de Scorsese. Le jeu possède donc un aspect plus cinématographique.

    Le 11 septembre 2001 survient alors - un mois avant la sortie du jeu - et Sam Houser décide de s'autocensurer - notamment en enlevant le personnage d'un terroriste et certaines missions pouvant rappeler le drame qui a fait plus de 3000 victimes.

    GTA III sort sur PC, Playstation II et XBox. Cette fois, le jeu bluffe la critique et est un succès encore plus énorme - en tête des classements - seulement détrôné par Metal Gear Solid 2 !

    La franchise GTA s'est alors creusé son chemin vers la gloire. GTA III se vends à plus de 8 millions d'exemplaires. Suivent alors les titres GTA : Vice City, GTA San Andreas et GTA IV en 2008. Le dernier opus en date, GTA V, est mis sur le marché à l'automne 2013 et vous y croisez trois truands : Michael de Santa, un braqueur de banque à la retraite, Trevor Philips, un psychopathe et Franklin Clinton, un jeune gangster afro-américain. Les possibilités d'évolution dans ce dernier soft semblent infinies !

    Soyons honnête ! Je n'ai jamais joué à aucun des GTA mais j'ai eu l'occasion de voir longtemps évoluer des joueurs aguerris sur GTA III en 2002 lors de soirées jeux de rôles/ ordinateurs en libre service organisées par des amis à l'époque ! J'avais été bluffé par la "beauté" du jeu - les villes semblent énormes - sont très peuplées, avec une circulation dense, des trams, des avions, des bateaux etc... Certes, c'est aussi très violent !

    Pour réaliser ce billet - auquel je tenais pour parler d'un jeu important dans ma série d'articles sur les jeux vidéo - je me suis basé une fois de plus sur le livre bien conçu de Jean-François Morisse, journaliste spécialisé dans ce domaine et intitulé Histoires secrètes des jeux vidéo chez First Interactive !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • R-Type est un shoot-them-up d'abord sorti en arcade en 1987 puis sur les machines familiales de l'époque, principalement Atari ST et Amiga 500. Vous y dirigez un petit vaisseau spatial dans des décors aux textures organiques ou d’enchevêtrements de métal pour lutter contre différents types d'unités ennemies, de l'armée des Bydo - dont certains vaisseaux tiennent sur plus d'un écran. Le jeu est à scrolling horizontal.

    R-Type - IremCe type de jeu fait partie de ces softs où -pour vaincre -  il n'y a quasiment qu'un genre d'enchainement possible - et on peut le regretter ! Je veux dire qu'à tel moment du jeu, il faut se positionner à tel endroit, détruire telle tourelle puis bouger à un instant précis pour se repositionner etc... Cela demande donc du doigté et de la mémorisation.

    Votre vaisseau gagne des bonus en détruisant certains ennemis comme des modules qui gravitent autour de votre aéronef et lui octroient une puissance de tir supplémentaire mais perdez une vie et tout est à refaire !

    Vous disposez également d'un "super-tir" ou "super-shoot" en maintenant durant un certain temps le bouton de tir appuyé, en emmagasinant l'énergie et en relâchant la pression ! Ceci permet de détruire les gros ennemis ou bien plusieurs petits à la fois !

    Ce jeu dispose aussi d'une musique électronique bien dans l'ambiance façon film Alien de Ridley Scott !

    Ce jeu a influencé - comme tous les softs innovants - d'autres titres de firmes concurrentes tel Gradius et son dérivé la série Salamander de Konami, Menace (par l'auteur des futurs titres Lemmings et GTA, Dave Jones) de Psygnosis, Darius ou Turrican !

    Ca reste un soft assez prenant mais extrêmement délicat à terminer ! Évidemment la difficulté est croissante pour devenir infernale à la fin !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Flying Shark est un jeu vidéo développé et produit par différentes firmes - Taïto au Japon, Electrocoins en Flying Shark - TaitoGrande-Bretagne et Romstar en Amérique du Nord. Il sorti en borne d'arcade puis sur différentes plateformes de jeu en 1987.

    C'est un shoot-them-up tout ce qu'il y a de plus classique, à défilement vertical - mais assez joli dans ses graphismes. Vous pilotez un biplan qui survole différents paysages.

    Le jeu est très répétitif, l’enchaînement des attaques est le même d'une partie à l'autre - appel à votre mémoire en plus de vos réflexes donc ! Des vagues de biplans ennemis surgissent des coins de l'écran et en les abattant vous gagnez des bonus (meilleur tir, vie supplémentaires...). Le danger vient aussi de la terre ferme sur laquelle se déploient des tanks, des navires etc... Il faut par ailleurs plusieurs tirs pour détruire ne serait-ce qu'un tank - d'abord en annihilant la tourelle puis le tank lui-même !

    C'est un jeu au final très amusant, descendant lointain de Space Invaders - dans la lignée d'autres jeux tels 1942 de Capcom.

    Pour ma part, j'ai une petite histoire/ anecdote avec ce jeu. Je le possédais dans sa version Amstrad CPC en bichromie chez l'éditeur Firebird et l'avais prêté à ce coquin de Stéphane, un pote de collège/lycée qui avait tenté de me le subtiliser en repoussant sans cesse le moment de me le rendre à tel point que, en colère, j'avais du débarquer chez lui !

    Si tu me lis, Stéphane G. tu es une sacrée canaille !

    Que ma vie peut être passionnante ! :)

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans la continuité et la logique de mes - nombreux - billets sur les jeux vidéo et en parallèle à un ancien billet sur "l'Histoire de l'Informatique", voici une petite histoire - forcément parcellaire et survolante - du domaine des loisirs vidéoludiques !

    Je prends comme source le livre Histoires secrètes des Jeux vidéo - De Tétris à Grand Theft Auto deHistoire des jeux vidéo Jean-François Morisse chez First Interactive !

    Les premiers jeux vidéo voient le jour durant les années 1960 - 1970. C'est ainsi qu'en 1971, sort Computer Space, le vénérable ancêtre, certes pas le soft le plus connu - voir le succès de Pong ! - qui est l'un des jeux, en tout cas, parmi les premiers à avoir été commercialisés. Il a été élaboré par Nolan Bushnell, l'homme derrière un autre jeu ledit Pong. Il y eut certes d'autres jeux avant cela comme Space Wars dans les années 60.

    Pong est clairement "oldies but goodies". C'était un jeu en borne d'arcade et sur les toutes premières consoles de salon. Pour ma part, j'y ai joué lors de soirées familiales chez mon oncle René à la fin des années 1970 et c'était clairement l'attraction et une marque de standing ! Des millions de joueurs ont alors découvert le monde des jeux vidéos.

    En 1978, le Japonais Taito lance le jeu Space Invaders - qui a depuis inspiré la pop-culture et la culture des taggers ! - Il s'agissait de dégommer des rangées de petites figures en mosaïques. il connu des clones comme Galaga. Parmi les softs de l'époque, il y eut aussi - sur bornes d'arcade et sur les consoles Atari VCS 2600 et Phillips Vidéopac - des jeux comme Astéroids, Frogger et Pac Man - et autres clones !

    Pac Man - en 1980 - fut un gros carton avec plus de dix milliards de parties, développé par un autre géant Japonais, Namco, et donnant des titres dérivés comme Miss Pac Man ou Baby Pac Man et même un dessin animé avec William Leymergie chantant son générique français ! Le principe est là encore très simple, une petite boule jaune dévore des pilules dans un labyrinthe en évitant les fantômes et en choppant les pac-gommes ! Tous ces jeux d'arcade, j’eus le plaisir d'y jouer chez mon parrain Serge qui tenait un bar-tabac !

    Le jeu vidéo déborde sur d'autres médias dont le cinéma en 1982 avec Tron de Disney - qui aura une suite en 2010 : Tron - L'Héritage. C'est une incursion dans un univers informatique avec les premières images de synthèse utilisées tout du long d'un film !

    1989 et le jeu vidéo se démocratise encore un peu plus avec l'apparition de la console de poche, la Game Boy, qui vendra à 100 millions d'exemplaires et ses déclinaisons, la Game Boy Color etc... J'eus la chance d'en posséder une et m'éclatait en 1991 sur MarioLand durant mes révisions d'examens de biologie !

    1991, nouvelle incursion dans le cinéma avec Street Fighter, inspiré du jeu Street Fighter II. Le film fait intervenir à son casting Jean-Claude Van Damme et... Kylie Minogue. La version Super Nintendo fait un carton !

    1991 et Sega réplique à Mario avec sa propre mascotte, Sonic le Hérisson (HedgeHog), création du Japonais Yuji Naka !

    Nintendo et Sega dominent alors le marché des consoles de jeu mais Sony entre dans la danse avec la Playstation lancée en 1994 au Japon et en 1995 en Europe. La PS4 sort elle en novembre 2013 en Europe et en février 2014 au Japon !

    Microsoft ne reste pas sur le banc de touche et riposte avec la Xbox en 2001. La "guerre des consoles" fait rage et Sega jette l'éponge cette même année et se contentera désormais de développer des softs pour Nintendo !

    Nintendo réussit à attirer un public plus féminin vers le monde vidéoludique avec la Wii - en 2006 - qui permet de faire de la gym devant son écran !

    Nouvelle étape vers la démocratisation en 2007 avec la sortie de l'iPhone dApple qui transforme les téléphones portables en smartphones et en consoles de jeux. c'est le succès de jeux comme Angry Birds, Candy Crush Saga ou Fruit Ninja !

    2013 voit une nouvelle génération - "next gen " de consoles apparaitre : Playstation 4 pour Sony et Xbox One pour Microsoft et WiiU pour Nintendo !

    Que de chemin parcouru !

    Aujourd'hui les jeux vidéo génèrent plus de bénéfices que l'industrie du cinéma et de la vidéo !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les années 1980, des éditeurs de jeux vidéo eurent l'idée d'adapter le média "jeu de rôles" sur support informatique, notamment en présentant une vue subjective. Cela donna des tentatives comme la série des Bard's Tale, mais ce jeu demeurait au tour par tour.

    Un mode de jeu plus immersif fut réalisé en 1987 avec Dungeon Master - par la société Faster than Light - qui se joue en temps réel !

    Dungeon Master - FTLDans ce soft, vous choisissez au départ une équipe de quatre membres dans une galerie de tableaux enchantés et vous partez à l'aventure dans presque une quinzaine de niveaux d'un immense donjon pour débusquer le dragon et le Seigneur du Chaos.

    La prise en main est assez simple ! D'un simple clic, vous donnez des coups d'épées, vous pouvez lancer des dagues ou des boules de feu pour les magiciens ! Vous affrontez tout d'abord des momies, puis des champignons criards. Viennent ensuite les scorpions et les araignées géantes !

    Il y a ensuite quantités de pièges dont des trappes qui déclenchent des tirs en série, des fosses, des interrupteurs et des grilles, des téléporteurs aussi.

    Les sorts se trouvent sur des parchemins et se lancent à l'aide d'un système de combinaison de runes.

    De plus, vous devez gérez les ressources en eau et en vivres de votre team et avoir constamment un œil sur la jauge de vie de vos héros et vos sorts de soins !

    Ce jeu lança une mode, une brèche dans laquelle s'engouffrèrent des jeux comme Bloodwych, Captive, Ultima Underworld, Eye of the Beholder etc...

    J'ai eu également l'occasion de jouer, à l'époque, à Chaos Strikes Back, la suite du jeu mais la magie était un peu retombée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Malédiction de Naxxramas est la première aventure pour le jeu de cartes en ligne HearthStone. Elle est sortie le 23 juillet 2014 et consiste en des duels en PVE (Player Vs Environment !) où vous devez composer vos meilleurs decks pour battre 15 boss répartis en différents quartiers ou ailes - et ainsi remporter de nouvelles cartes inédites à incorporer par la suite dans vos jeux !

    Une fois que vous avez battu un boss et/ou terminé un quartier, il vous reste les défis de classe où vous combattez avec un deck préconstruit - et le mode héroïque plus difficile !

    Voyons quels sont les quartiers et les boss !

    Evidemment, tout ce "background" découle du MMORPG de Blizzard, World of Warcraft et Naxxramas est, dans ce jeu, une nécropole flottant dans les airs, dirigée par la Liche Kel'Thuzad - qui est d'ailleurs le dernier boss dans les deux jeux !

    Vous avez cinq quartiers ! Le Quartier des Arachnides comprends Anub'Rekhan, Grande Veuve Faerlina et Maexxna, trois sales vilaines bestioles ! Bien sûr les boss ont des pouvoirs - et des cartes spécifiques ! - et la première invoque des Nérubiens, la seconde vous noie sous une pluie de missile et la dernière renvoie deux de vos serviteurs ! Cela ajoute à la difficulté !

    Le second quartier est le Quartier de la Peste avec Noth - qui relève les morts -, Heigan et Horreb !

    Ensuite vient le Quartier Militaire avec Razuvious - et sa "frappe déséquilibrante" -, Gothik le Moissonneur - qui pioche - et enfin les Cavaliers !

    Puis,  passerez-vous le Quartier des Assemblages - avec ses golems de chair et autres abominations où vous croiserez successivement : le Recousu, Grobbulus, Gluth et Thaddius !

    Pour finir, c'est l'Antre du Wyrm de givre où trône Kel-Thuzad protégé par sa Wyrm, Saphiron !

    Au niveau des cartes (30 nouvelles cartes donc - soit 15 serviteurs neutres non légendaires, 6 cartes légendaires ainsi que 9 cartes de classe) ! On comptera avec : Ombre de Naxxramas, Oeuf de Nérubien, Crache-vase, Limon résonnant, Croq'zombie, ou Goule instable pour ne pas les citer tous et pour les serviteurs neutres !

    Des cartes plus intéressantes - et que j'ai beaucoup jouées par la suite avant que l'aventure ne soit retirer du ladder/jeu standard  : Baron Vaillefendre (duplique vos râles d'agonie), Horreb (les sorts adverses coûtent plus chers), Maexxna (dispose du poison), Stalag et Feugen ( se combinent à leurs morts pour former Thaddius, un serviteur 11/11 !) et la dernière carte du dernier boss, Kel'Thuzad (qui ressuscite tous vos serviteurs morts pendant ce tour !).

    Voilà, cela demande un peu de jugeote pour parvenir au bout de cette première aventure "scénarisée" mais rien d'insurmontable car ai réussi moi-même tous les défis ! Et puis, il y a le net et les sites consacrés pour vous aider !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Head over Heels est un jeu vidéo d'action/aventure/plateformes/exploration développé en 1987 par Ocean Software. Littéralement le titre signifie "la tête sur les talons" !

    Ce jeu est en 3D isométrique et rappelle d'autres jeux dans le style de MGT, Alien 8 ou Crafton & Xunk. VousHead over Heels - Ocean Software dirigez tour à tour deux personnage : Head - la tête et Heels les talons et devez leur faire traverser des salles remplies de pièges pour se rejoindre, former en quelque sorte une créature complète ""Head over Heels" et explorer le reste d'un vaste labyrinthe, vous évader, délivrer 4 "planètes" d'ambiances diverses, venir à bout de BlackTooth et son empire et rejoindre la planète Freedom.

    L'ambiance du jeu est assez surréaliste - avec notamment des robots ressemblants aux Daleks de Docteur Who mais avec la tête du Prince Charles ou des lanceurs de donuts !

    Les mécanismes du jeu sont calqués sur un autre jeu en 3D isométrique de l'époque : Batman !

    Le jeu est assez ardu et long à terminer car comptant plus de 300 pièces - sans sauvegarde  - sauf si on trouve le "poisson de réincarnation" mais avec plusieurs vies ! Il faut s'emparer de couronnes pour délivrer chacune des 4 planètes asservies !

    Head et Heels séparément ne réagissent pas de la même façon lorsqu'on les manipule. Il y en a un qui est plus rapide ou saute plus haut. De même, l'environnement ne réagit pas pareil à chaque personnage et il faut les faire agir à tour de rôle de façon concerté.

    Les deux personnages commencent le jeu dans des pièces différentes et ne peuvent se rejoindre qu'après de nombreuses péripéties. Head a le faciès d'un chien,de couleur jaune. Il peut se diriger quand il tombe. Heels, quant à lui, est un chat, ne contrôle pas ses sauts mais va deux fois plus vite que Head. Il possède une sacoche. "Head over Heels"possède les caractéristiques des deux compères !

    Les mondes rencontrés sont la Prison (les deux pièces du départ), Blacktooth, le Marché, la Base lunaire, plus les quatre planètes à délivrer : le Pénitencier, Safari, Egyptus et Bookworld. La dernière image montre la planète Freedom.

    Un jeu auquel j'ai beaucoup joué quand j'étais ado sans jamais parvenir à le terminer !

    La musique, aussi, est assez lancinante et disjonctée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Ikari Warrior est un jeu vidéo datant de 1986 d'abord sur borne d'arcade puis sous les diverses plateformes de jeu (ordis et consoles) : Amstrad CPC, Commodore 64, Amiga, Atari ST et Nintendo NES.

    Ikari Warriors - SNKDans ce jeu qui appartient au genre run and gun, vous incarnez un soldat, munis d'une mitraillette et de grenades en nombre limité, en vue de dessus, dans un jeu à défilement vertical - qui parcourt des jungles en tuant des soldats de l'armée adverse, des tanks - dont il peut s'emparer par ailleurs - etc...

    La particularité de ce soft par rapport à un autre titre de jeu vidéo de la même période comme Commando est que vous pouvez jouer à deux simultanément !

    Le joueur doit atteindre le village d'Ikari avec un nombre de vies limité - la moindre balle est mortelle ! il est possible de récolter des bonus le long du parcours. Au bout de la piste, vous affrontez le général ennemi qu'une grenade bien placée anéantira !

    Ce jeu fait partie d'une série qui comprend les opus II et III, respectivement Victory Road et Ikari III !

    Pour ma part, j'y jouais sur Atari ST et ai encore dans les oreilles la musique lancinante et le sifflement des grenades !

    Voilà rien de plus à dire sur ce soft sinon qu'il symbolise l'époque de ce qu'on a appelé les run and gun ! C'était aussi les années 1980 avec Rambo au cinéma !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Enfant, dans les "anciens temps", nous avions l'habitude de jouer aux billes. La révolution vidéoludique permet de renouer avec cette "tradition" en 1984, avec le soft de Mark Cerny, Marble Madness, pour le géant de l'époque Atari Games. Le jeu sorti d'abord en borne d'arcades ! Pour ma part, j'y jouais sur Game Boy au début des années 1990 !

    Je garde un très bon souvenir de ce jeu - qu'une personne mal intentionnée me déroba lors d'une visite dans un hôpital (anecdotique) !

    Dans ce logiciel, vous dirigez une bille, soumise à l'inertie, emportée par son élan, qui dévale - ou remonte -Marble Madness - Atari Games des pentes dans un paysage improbable et géométrique pour atteindre une ligne d'arrivée en un temps limité et en évitant de basculer dans le vide !

    Votre bille doit éviter un certain nombre d'obstacles divers et variés : barrières mobiles ou fixes, flaques chimiques de dissolvant, vers mangeurs, billes noires hostiles cherchant à vous éjecter, zones glissantes ou verglacées, tremplins etc...

    Le jeu comprend six niveaux qui, dans l'idéal, se terminent en 5 minutes, le temps restant à la fin d'un niveau étant ajouté au temps imparti pour le niveau suivant !

    Mark Cerny, le programmeur de ce jeu, n'avait que 19 ans au moment de la conception du soft. Il s'est inspiré du golf et des jeux de courses. Le jeu a été adapté sur de nombreuses plateformes jusqu'à une période récente, et utilise quelquefois une trackball.

    Cela reste un jeu très prenant à la difficulté croissante et bien dosée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nebulus est un jeu vidéo de 1987 - adapté sur nombres de consoles de l'époque (Amstrad CPC, Atari ST, Amiga, ZX Spectrum...), commercialisé par Hewson et U.S. Gold.

    Nebulus - U.S. GoldC'est un jeu de plateformes - qui requiert de l'habileté - mais aussi de la réflexion car c'est aussi un casse-tête !

    Vous dirigez Pogo, une sorte de petit batracien qui doit détruire huit tours au dessus de la mer sans tomber à l'eau ! Les tours sont circulaires et Pogo tourne autour, emprunte des ascenseurs, saute par dessus des précipices. il faut donc au joueur un bon sens de l'orientation et du timing !

    Pogo doit éviter des ennemis, leur sauter par dessus ou leur tirer dessus pour les immobiliser. Il emprunte aussi des couloirs dans la tour et se retrouve de l'autre côté après que la tour eut effectué un tour sur elle-même ! Tout contact avec un ennemi fait chuter Pogo !

    C'est - comme la plupart des jeux les plus simples - un jeu très prenant mais nécessitant du doigté et une bonne connaissance de chaque niveau/tour. il n'y a pas 36 façons de résoudre chaque niveau mais une seule !

    Entre chaque tour - que Pogo neutralise en arrivant au sommet, en un temps limité, - Pogo regagne son sous-marin de poche et doit capturer des poissons jaunes, rouges, verts et bleus - pour, si j'ai bonne mémoire, un bonus de temps !

    Pogo reste toujours au centre de l'écran et c'est la tour qui tourne. Une fois le sommet atteint, la tour s'effondre !

    Voilà ! En 2004, Nebulus a été réédité pour le C64 direct-to-TV. En 2008, la même version a été mise à disposition sur le service de téléchargement Console virtuelle de la console Wii ! Il est donc possible d'y jouer encore de nos jours !

    Relevez le défi des huit tours !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Double Dragon est un jeu vidéo - d’abord sorti sur borne d'arcade en 1987 - du type baston, genre Double Dragon - Technosspécifique nommé Beat them all.

    Il s'inscrit dans toute une tradition du Beat them All qui comprend Kung Fu Master et Vigilante, deux jeux de Irem et Renegade et Double Dragon par Technos ! Tous ces softs mettent en scène des justiciers de rues qui affrontent des gros bras !

    Ce jeu peut se pratiquer à deux et vous incarnez Billy et Jimmy, les frères Lee dont Marion, la petite amie du premier a été enlevée par le gang des Blacks Shadows. Vous affrontez les membres de ce gang et les différents boss dans les rues de la ville !

    Les deux joueurs peuvent coopérer mais aussi s'affronter - c'est d'ailleurs ce qu'il advient après la défaite du boss final ! Ils disposent d'une palette de coups : coups de poings, coups de boule, saut avec frappe en avant, lancer de couteaux, et le fameux coup de coude ! il est possible également de saisir l'adversaire, de lui donner des coups de genoux et de le balancer par dessus tête ! A l'époque, cette panoplie diversifiée est une véritable révolution dans le genre !

    Le jeu se déroule sur un plan horizontal mais -autre nouveauté - il est possible d'évoluer en profondeur ! Il s'agit de bien se positionner par rapport aux méchants - pour éviter les coups adverses et les projectiles et fondre sur eux au bon moment !

    Un panel d'arme peut aussi être ramassé au long des quatre niveaux : battes de baseball, fouets, couteaux, bâtons de dynamites !

    Le jeu se termine facilement en moins d'une demi-heure ! Pour preuve, moi qui ne suis pas un "pro" des jeux vidéos, je réussissais à l'été 89 (ou 90 ?) à le finir sans me faire frapper une seule fois ! Merci au coup de coude dévastateur !

    Le jeu a bénéficié d'une suite : Double Dragon II - The Revenge !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • "Heart of the Swarm" est la première extension - et la seconde partie - du jeu vidéo Starcraft II, extension parue en mars 2013 et qui met cette fois le joueur dans la peau de la Reine des Lames à la tête de l'Essaim Zerg !

    Starcraft II - Heart of the Swarm - Blizzard EntertainmentDans "Wings of Liberty", on dirigeait les projets de Jim Raynor et ses rebelles qui s'opposaient au Dominion et harcelaient l'Empereur Mengsk. Les rebelles révélaient au grand jour la forfaiture de l'Empereur lors de la Chute de Tarsonnis et récoltaient aussi différents artefacts de l'antique race des Xel Naga qui devaient rendre à la Reine des Lames son identité humaine de Sarah Kerrigan. Ce premier opus s'achevait sur un final épique sur Char, le monde volcanique des Zergs !

    Dans ""Heart of the Swarm", Kerrigan a donc retrouvé son enveloppe humaine et se "repose" dans le Protectorat Umojan. Malheureusement, les troupes de l'Empereur rappliquent, Sarah doit fuir et Jim est capturé ! La jeune femme apprend ensuite l'exécution de son amant et se rapproche de son héritage Zerg !

    La campagne consiste en des missions très variées aux commandes de l'Essaim. La nouvelle Reine des Lames se rend sur le monde des Zerg Primordiaux - avant leur manipulation - et leur contamination par les Xel Naga - et assimile leur essence, n'en devenant que plus puissante.

    Kerrigan/ La Reine des Lames apprends ensuite que Jim Raynor est en vie et n'a d'autre but que de le secourir avant un ultime assaut sur Khoral et la confrontation avec Arcturus Mengsk !

    Le jeu est varié et une campagne ne ressemblera jamais à une autre vu que le joueur peut personnaliser ses hordes au cours de "Missions d’Évolution" où il peut configurer ses Zerg suivant différentes alternatives en assimilant tel ADN plutôt que tel autre !

    Le jeu introduit aussi des unités inédites pour chaque camp ! La diversité et les tactiques s'en trouvent d'autant accrues.

    Et de plus, il est plaisant de retrouver des personnages comme les membres de l'Hypérion, le vaisseau de Raynor, la psionique fantôme Nova - dont il était question dans le roman Starcraft Ghost : Nova - ou le terrien Alexei Stukov qui était un personnage central de l'extension de Starcraft premier du nom ! "Brood War". Ceci assure une certaine unité à l'Histoire !

    J'ai pu récemment assister en vidéo aux RedBull BattleGrounds Detroit 2014 - des championnats de Starcraft - où je dois dire les joueurs Coréens sont assez impressionnant ! C'est un certain Pohl qui a gagné ce tournoi ! Les stratégies en multijoueurs sont différentes et sont une autre paire de manche que la campagne solo !

    En solo, cependant, nous avons droit à une série de "Haut Faits" qu'il faut accomplir pour obtenir un certain pourcentage d'achèvement du jeu !

    Voilà, je retourne affronter Terrans, Zergs et Protoss !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Nous retrouvons Tarlab, mon chasseur humain et son indéfectible loup - qui enquête toujours sur une possible conspiration dans la Marche de l'Ouest !

    Ceci le mène à Ruisselune où le héros poursuit ses investigations, pour le Capitaine Alpert, sur les sans-abris du bourg qui deviennent agressifs. Tarlab se confronte notamment aux Nervis de Ruisselune !

    Et toujours cette Mystérieuse Silhouette qui harangue la foule de ce hameau ! Tarlab requiert alors l'aide du sage Thoralius pour identifier cette agitatrice. Grâce à un encens spécial, et en entrant dans les Mortemines, ancien repaire des Défias, le chasseur-enquêteur va pouvoir scruter le passé !

    Il a donc une vision opportune : il y a cinq ans, au sein des Mortemines, des aventuriers, au service du maréchal Gryan Roidemantel, affrontent et tuent Van Cleef, le chef de la Confrérie des Défias ! Mais le bandit avait une petite fille ! Elle a juré de se venger !

    Dans les Mortemines, Tarlab retrouve Horatio Laine - qui a bouclé le secteur - et demande à notre héros d'abattre Glubtok, le contremaitre de la mine des Défias. Mais Tarlab y renonce car l'ogre-mage est trop bien protégé !

    A la Colline des Sentinelles, un soulèvement de la Confrérie survient ! Espérance, la "main secourable" des Chronique de World of Warcraft VI - La Renaissance des Défias SDF est en réalité Vanessa Van Cleef et elle a tué les Froncebouilles car ils l'avaient reconnue. Avec sa Confrérie, elle met la Colline des Sentinelle a feu et dit à Tarlab qu'ils se reverront !

    Tarlab doit alors partir pour Hurlevent faire un rapport au Roi Anduin Wrynn.

    Vanessa a donc ressuscité la Confrérie des Défias avec ses trois lieutenants : le gobelin Helix Engrecasse, l'amiral Grondéventre et l'ogre-mage Glubtok !

    La Confrérie Défias renaissante a certes pris la Colline des Sentinelles et la Marche de l'Ouest mais le Roi de Hurlevent va y envoyer des troupes et celles-ci regagnent vite le terrain. Mais le combat contre les Défias sera long et demandera de la préparation ! Gryan envoie Tarlab aux Carmines voir le magistrat Salomon car d'autres menaces pèsent sur le Royaume !

    Les Défias sont des bandits et de voleurs mais étaient à l'origine une guilde de maçons hors-pairs chargé par le Roi Varian Wrynn de reconstruire Hurlevent après la Seconde Guerre contre la Horde. Comme le Roi ne les paya pas en retour, ils entrèrent dans la clandestinité et se mirent hors-la-loi ! Ils s'allièrent par la suite aux Pirates des Mers du Sud et furent dirigé par Edwin Van Cleef. Après son décès, sa fille Vanessa continua son "œuvre" !

    Mais déjà Tarlab se rend aux Carmines où de nouvelles aventures l'attendent !


    votre commentaire
  • SimCity - MaxisSimCity ouvre l'ère des jeux de simulations grand public/jeux de gestion sur ordinateur, ainsi qu'une série de softwares éponymes et d'autres jeux dans la même lignée, dont SimAnts ou Les Sims.

    SimCity est mis en vente en 1989 par la société Maxis pour le compte d'Electronic Arts et codé par Will Wright.

    Dans ce jeu demeuré célèbre et qui marqua son époque, vous endossez le costume d'un maire qui dispose d'un budget limité et fait construire sur un terrain "vue du ciel" divers quartiers, répartis en quartiers résidentiels, zones industrielles et commerciales. Vous devez doter votre ville d'un réseau "intelligent" de routes- pour éviter les embouteillages -, de lignes électriques et de canalisations d'eau, de centrales d'énergie, de commissariats de police - pour assurer l'ordre - d’hôpitaux et de casernes de pompiers, d'un stade de football pour attirer les gens etc...

    Si votre ville vient à prospérer, vous récoltez des impôts - dont vous fixer par ailleurs le montant - et pouvez alors assurez l'entretien de vos infrastructures !

    Vous pouvez "corser" la simulation en incluant diverses catastrophes, émeutes, tornades, tremblement de terre, Godzilla, accident type "Tchernobyl". Il existe par ailleurs un "cheat mode" où ces catastrophes finissent par se déclencher automatiquement !

    Un jeu intelligent et qui demande de la subtilité au premier abord. Il est possible via des scénarios de gérer les grandes métropoles mondiales : New York, Sydney, Tokyo, Rio de Janeiro etc... Ferez-vous mieux que les maires réels de ces villes ? Saurez-vous éviter la Banqueroute ou le soulèvement populaire ?!

    A ce jeu chaque partie est différente !

    J'y ai, pour ma part, joué sur un Atari ST et n'ai jamais vraiment réussi à maitriser ce soft !

    En 2008, il est annoncé la parution sous Licence Publique Générale GNU du code source de SimCity sous le titre Micropolis !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • Doit-on voir dans Populous, l'arrière grand-père des jeux en Stratégie Temps-Réel ? La question reste ouverte... En tout cas, ce jeu de la star du jeu vidéo de l'époque Peter Molyneux est un des premiers jeux de simulation divine !

    Le jeu sort en 1989. Je m'en souviens très bien puisque j'en fis l'acquisition quelques jours avant le bac dePopulous - Electronic Arts Français pour me changer les idées ! Voilà pour l'anecdote et jeu prenant - mais j'ai eu mon bac ! - mais quelque peu répétitif !

    Vous êtes un dieu et dirigez quelques bonhommes qui vont croire et multiplier. Vous pouvez modifier - aplanir - le terrain pour leur permettre de créer des maisons qui deviendront ensuite des forts et abriteront plus de monde ! La vue est en 3D isométrique.

    Il y a un dieu rival qui mène son propre peuple ! Vous pouvez déclencher des catastrophes en fonction de votre jauge d'"adoration" tels que des tremblements de terre, des inondations, voire dans le cas extrême l’Armageddon où vos fidèles fusionnent en un champion et affrontent le champion adverse !

    Un jeu développé par Bullfrog pour Electronic Arts, qui fut novateur pour l'époque - sur Atari ST et Amiga. Il y eu des add-ons dont le premier se nomme The Promised Lands et présente surtout de nouveaux décors : western, révolution française, monde de briques façon Légo...

    Le système de jeu fut réutilisé dans un autre titre du même acabit comme Powermonger.

    Avant l'invention de l'internet,il était aussi possible de jouer à deux joueurs via modem local.

    Le jeu fut un méga hit et reçu pléthore de prix : Origins Award 1990, European Computer Leisure Award 1990 ou Tilt d'or Canal+ 1989, toujours dans la catégorie "jeu de stratégie" !

    Quand à moi, les premières épreuves du bac en poche, je jouais à Populous durant tout l'été 1989 et exerçait ma colère divine !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Starcraft II est un jeu de Stratégie Temps-Réel (ou RTS), sorti en juillet 2010 - et qui prolonge l'expérience addictive du premier opus et de son extension Brood War.

    Starcraft II - Wings of Liberty - Blizzard EntertainmentLe jeu a encore plus de possibilités - mais je ne parlerais ici que du mode "campagne".

    Starcraft II est sous titré " Wings of Liberty" qui n'est en réalité que le premier volet d'une trilogie - premier volet dans lequel on joue les Terrans en mode "campagne". Ensuite, ce sera le tour des Zergs dans "Heart of the Swarm" (sortie en mars 2013) et les Protoss dans "Legacy of the Void" (encore à paraitre !).

    Revenons sur le scénario et l'univers - qui est la plus des jeux Blizzard ! Dans le premier Starcraft, le marshall Jim Raynor aidait Arcturus Mengsk et les fils de Khoral à défaire la Confédération Terrane - en installant son Dominion - au prix d'une ultime trahison qui consistait à installer un émetteur psionique sur Tarsonis, le monde-mère des Terrans, attirant les essaims Zergs et sacrifiant des milliards de vies !

    Donc dans Starcraft II - qui se déroule 4 ans après les évènements de Brood War, Raynor est très remonté contre Mengsk et mène la nouvelle rébellion ! C'est ce moment que choisisse les Zergs pour lancer une attaque d'ampleur sur tout le secteur Koprulu, menée par la mystérieuse et implacable "Reine des Lames" qui est très liée à Raynor !

    En mode "campagne", vous menez toujours vos unités au combat, récoltez des ressources, construisez des bâtiments, recherchez des améliorations technologiques. Dans ce domaine, le principe global reste le même que précédemment mais avec plus d'unités, de plus beaux décors, des améliorations sur l'animation etc...

    Une des choses qui change est l'orientation de certains scénarios qui ne consistent plus seulement à détruire la base adverse ! Ainsi dans l'un d'entre eux, vous avez une alternance jour/nuit et l'ennemi n'attaque que de nuit, dans un autre, vous devez récolter du minerais en évitant les marées de lave, dans un autre encore, vous devez stopper des trains ! Bref l'originalité est bien au rendez-vous !

    L'autre gros "plus" sont les écrans de jeu entre les missions : la passerelle du vaisseau "Hypérion", le bar, l'armurerie, le laboratoire. Dans ces lieux, vous pourrez discuter avec vos alliés, regarder les infos - "objectives" du Dominion - recruter des compagnies de mercenaires, écouter de la musique, jouer à Lost Viking, le premier jeu de Blizzard, un shoot-them-up, sur une borne d'arcade, acheter des améliorations pour vos unités, rechercher de la technologie Zerg et/ou Protoss pour de nouveaux avantages. Ainsi les améliorations technologiques se font dans et entre les phases de stratégie temps-réel, ce qui allège le nombre de recherches à effectuer - celles-ci étant faites "une fois pour toutes" entre les missions !

    Bref un jeu bien agréable - et encore, je ne vous parle pas de la possibilité de jouer en réseaux contre de vrais joueurs humains - car je n'ai pas testé étant un novice dans ce domaine ! - le mode "Arcade" qui permet de jouer à des jeux dérivés conçues par les fans avec les ressources du jeu : jeux de foot, shoot-them-up, jeu de zombie ou survival horror, casses-têtes etc... La limite est votre imagination !

    Et puis l'étape suivant pour le joueur expérimenté est le E-sport où les Coréens sont très forts !

    Voilà, je vous parlerais sans doute encore de Starcraft II !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dans les années 1980, nous eûmes droit à une vague de films avec des héros-bodybuildés (culte du corps de ces années-là oblige !) et en particulier à deux opus des aventures du héros d'heroic-fantasy de Robert Howard, Conan le Barbare (et non pas Connard le Barbant !), incarné par Arnold Schwarzenegger.

    Les jeux Barbarian the Ultimate Warrior et Barbarian II - the Dungeon of Drax, s'inscrivent dans cette lignéeBarbarian the Ultimate Warrior - Palace Software ! Ce sont deux jeux vidéo développés respectivement en 1987 et 1989 par Palace Software - et qu'il ne faut pas confondre avec, à la même époque, le Barbarian et le Barbarian II de Psygnosis.

    Ces jeux de Palace Software furent développés sur Amiga, Amstrad CPC (ma version), Apple II, Atari ST, Commodore 64 et PC. Le ZX Spectrum eut même droit à sa version !

    Le jeu a un mode solo et un mode multijoueurs - mais internet n'existant pas alors, il faut comprendre par multijoueurs, deux joueurs s'affrontant en duel.

    On incarne un barbare qui combat dans l’arène du sorcier Drax pour délivrer sa fiancée, la princesse Mariana (qui a des atouts si on en juge par la jaquette du jeu !).

    Votre personnage fait face à un autre barbare - incarné par l'intelligence artificielle - et les deux combattants se donnent des coups d'épée pour faire descendre leur jauge de vie. Il est possible de placer un coup efficace si les circonstances si prêtent : la décapitation !

    La dizaine de combattants adverses affiche un niveau de plus en plus fort, les derniers recourant aussi à la décapitation contre vous ! Un gobelin vient alors traîner le corps de la victime et shoote dans la tête ! Le jeu n'est donc pas dénué de gore et d'humour !

    Le dernier adversaire est le sorcier Drax qui descend à la fin dans l'arène ! Un coup suffit à le tuer mais il faut parvenir à lui en traversant l'écran et l'arène en évitant ses boules de feu dont le moindre contact est mortel !

    Le barbare peut effectuer par ailleurs des roulé-boulé. Une tactique consiste à acculer l'adversaire dans un coin de l'écran en pratiquant des suites de roulé-boulé et de coups de pied puis de le décapiter à la bonne occasion !

    Un jeu fun du temps jadis !

    Je ne parlerais pas du deuxième opus - auquel je n'ai jamais joué - mais qui met en scène des extérieurs et des monstres !

    Comme je disais à propos de la princesse Mariana, peut-être aurez-vous remarqué la pin-up à grosse poitrine qui orne la jaquette du jeu ? Ne vous laissez surtout pas distraire !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • La Marche de l'Ouest, adjacente aux contrées de Hurlevent, fut jadis un magnifique verger mais n'est plus désormais qu'un désert ! Il y eu en effet ici une terrifiante confrontation entre les humains et les non-humains de la Confrérie Défias. Les garnisons de Hurlevent ont même déserté l'endroit et les sans-abris affluent désormais sans personne pour les protéger.

    Chroniques de World of Warcraft V - Enquêtes dans la Marche de l'OuestToutefois, une Milice du Peuple s'est constituée et la Colline des Sentinelles est en voie de fortification. Ce n'est pas de trop pour repousser les incessantes attaques de gnolls !

    Tarlab, mon chasseur humain, accompagné de son loup, s'aventure désormais dans la Marche de l'Ouest avec le titre de propriétés des Froncebouilles, trouvés dans la Forêt d'Elwynn. Mais ce papier n'a plus aucune valeur d'autant que les Froncebouilles ont été assassinés. Le lieutenant Horatio Laine est sur place et mène l'enquête. Tarlab décide d'agir pour lui faciliter les choses et découvre des indices chez les gnolls et les murlocs de la région.

    Tarlab va ensuite "consulter" Lou Deux-Semelles, un informateur. Tarlab se cache ensuite dans une caisse au fond de la mine Veine-de-Jango et espionne une conversation entre une silhouette mystérieuse et un ogre-mage. Puis, il espionne aussi les Nervis, des malfrats responsables des meurtres et les occis sans découvrir leur commanditaire !

    Lou, l'informateur est tué pendant ce temps. Horatio est sur place et envoie Tarlab à la ferme des Saldean. Là, Tarlab leur rend quelques services (recueillir des ingrédients pour un ragoût, chasser des Gardiens des Moissons..). Le couple l'envoie alors au devant de leur fille, la très dévouée Espérance Saldean, à la Colline des Sentinelles. Celle-ci demande l'assistance du chasseur pour nourrir les sans-abris.

    Tarlab rencontre les responsables militaires de la Colline : Gryan Roidemantel, l’Éclaireur Galirean, le capitaine Danuuin. Ils le chargent de diverses missions, notamment décimer les rangs des gnolls qui assiègent la Colline, l'orientent vers d'autres militaires. Tarlab vainc notamment le chef gnoll Jango Salecouenne près de l’Étang de Stendel.

    Parmi ces quêtes, il y a le jeu de pistes autour du trésor du capitaine Sanders !

    Tarlab continue d'enquêter sur un possible complot de la "mystérieuse silhouette" pour déstabiliser la région. il retrouve l'Agent Kearnen, une femme qui vise juste, du SI-7 près de la tour où se trouve l'amiral Hélix - qui était mentionné dans un ordre de bataille pris sur les gnolls. Tarlab s'introduit dans la tour gardée par des mercenaires abattus à distance par le fusil de Kearnen, boit une potion d'invisibilité qu'elle lui a confiée et espionne une conversation entre la "mystérieuse silhouette" et un ogre-mage : la Colline des Sentinelles n'était qu'une diversion et quelque chose se prépare à Ruisselune !

    Tarlab décide alors de se rendre à Ruisselune mais fait un détour par la côte où il rencontre - au Phare de l'Ouest - le fantôme du capitaine Grayson et aide celui-ci à se venger de la bande de murlocs du vieux Troubloeil qui l'ont jadis trucider !

    Puis Tarlab reprends le chemin de Ruisselune pour contrer le complot qui pèse sur la région et découvrir qui est celle qui tire les ficelles !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Certains jeux - vidéo - sont particulièrement addictifs toute en reposant sur une recette simple ! Parfois, d'ailleurs, plus le principe est simple et facile à comprendre, plus le jeu est prenant !

    HearthStone est un jeu de Blizzard Entertainment qui est l'aboutissement de deux traditions.HearthStone - Blizzard Entertainment

    On a d'une part les jeux de cartes à jouer et à collectionner - dont le précurseur est Magic The Gathering, initié en 1993 par Richard Garfield - incluant d'autres jeux comme Netrunner, Yu-Gi-Oh ! Pokémon etc.. Dans ces jeux, les participants s'affrontent à l'aide de cartes représentants des monstres ou des pouvoirs, visant à faire tomber à zéro les points de vie de l'adversaire ! Il se crée alors un nombre de decks et de stratégies quasi illimité autant qu'il y a de combinaisons de cartes possibles !

    On a d'autre part l'univers vidéo ludique de Warcraft. Le jeu HearthStone est d’ailleurs sous-titré Heroes of Warcraft car vous incarnez un héros de la dizaine de classes de personnages du jeu, mage comme Jaina Portvaillant, druide comme Malfurion Hurlorage, prêtre comme Anduin Wrynn ou démoniste comme Gul'dan pour n'en citer que quelques uns !

    Je suis venu à ce jeu par l'entremise d'un ami, Songs - dont j'ai déjà parlé à propos de Star Wars TOR - et qui est un gamer aguerri : c'est lui qui m'a engrainé !

    Je vais maintenant décrire les fonctionnalités du jeu ! Il y a tout d'abord un mode tutoriel qui permet de se familiariser. Vous incarnez votre personnage et combattez des vilains du monde de Warcraft en commençant par le malfaisant Lardeur ! Ces ennemis sont de plus en plus forts mais cela reste raisonnable niveau difficulté.

    Puis vous avez le choix entre un mode "Entrainement" pour tester vos decks contre l'ordinateur - et où vous pourrez débloquer les classes de personnages que vous aurez vaincus, un mode "Partie" où vous affrontez d'autres joueurs en ligne - via Battle.net - en mode "classé" ou "non-classé" et enfin le mode "Arène" quand vous aurez débloqué tous les personnages !

    Vous débutez la partie avec 30 points de vie ! Vous disposez d'une capacité spéciale par classe (armure, healing etc..) et déployez vos cartes ! Vous tirez une nouvelle carte par tour de jeu et obtenez aussi un cristal de mana à chaque tour. Ces cristaux se rechargent et s'accumulent, vous permettant de jeter des sorts de plus en plus puissants !

    Vous pouvez poser des cartes monstres - qui possèdent une puissance d'attaque, des points de vie, des facultés spéciales (charge, provocation, invocation d'autres monstres etc...) ou encore poser des cartes magie - qui donnent par exemple des capacités augmentées à vos monstres, redonnent de la vie, permettent d'infliger des dégâts ! Là encore, nombre de tactiques peuvent s'ébaucher !

    Le jeu est gratuit mais comme les jeux Free-To-Play vous pouvez acheter des decks aléatoires en faisant péter la carte de crédit ! Ca reste raisonnable car vous pouvez aussi tout simplement être patient et remplir vos quêtes journalières (vaincre trois adversaires, tuer 40 monstres etc...) pour récolter de l'or et acheter vos nouveaux decks avec ensuite !

    Vous gagnez des cartes quand vos personnages augmentent de niveaux et vous pouvez alors remanier vos decks. Il est aussi possible de "sacrifier" des cartes pour obtenir de la "Poussière arcanique" et forger de nouvelles cartes.

    Enfin, dernier "bonus", le jeu est "couplé" avec World of Warcraft. J'ai ainsi pu gagner un "destrier ailé" pour mes perso du célèbre MMORPG, Tarlab et ElyraSwann dont vous pouvez suivre les aventures dans mes billets "Chroniques de World of Warcraft" !

    Un jeu simple donc mais extrêmement prenant ! Jetez vous donc dans l’arène - mais avec modération !

    Comme dirais l'autre : "C'est l'heure du duel !".

    A bientôt !


    votre commentaire
  • L'éternelle lutte du bien contre le mal est un thème usé jusqu'à la corde, pris et repris dans nombre d’œuvres - tous supports - et c'est particulièrement vrai dans le genre de la Fantasy inauguré par Tolkien, reprenant des canons épiques en cours depuis Homère !

    Diablo III - Blizzard EntertainmentLe monde de Sanctuaire voit donc s'affronter les armées de lumière et des ténèbres dans la célèbre franchise à succès de Blizzard Entertainment, à savoir Diablo -  série qui compte trois opus !

    J'avais déjà joué à Diablo premier du nom, qui sort en 1997 ! Et là, je viens de me mettre à l’Édition Deluxe - Diablo III : Reaper of Souls - qui comprend le add-on éponyme et est de ce fait constituée de cinq "Actes" et non quatre !

    Mais de quoi s'agit-il ? A la base, c'est un jeu de type Hack'n Slash où le joueur dirige à la souris un aventurier : Barbare, Chasseur de démon, Féticheur, Sorcier ou Moine - et le Croisé. Là il se déplace en exploration dans de gigantesques donjons à plusieurs niveaux, rencontre des hordes de monstres, zombies, brigands, zélateurs, démons etc et les extermine avec une puissance de feu qui ne cesse d'augmenter ! Il récolte des Points d'Expérience, des pièces d'or, des potions, des armes et armures !

    Les combats sont des déchainements d'effets pyrotechniques et sanglants - ça vole dans tous les coins et les méchants arrivent et tombent par vagues ! L'ambiance des Diablo est gothique, lugubre et funeste. On est dans un monde dévasté par la guerre et les corbeaux mangent les cadavres au détour des routes !

    Un type de jeu pas si bourrin que cela car il y a toute une phase de "gestion" et d'optimisation de son personnage ! Il existe une quasi infinité - par combinaisons - de pièces d'équipement, épées magiques, armures légendaires etc...

    Point intéressant du jeu, il est possible de jouer en équipe de quatre ! Là, le jeu prend une autre dimension !

    Diablo III a donc pour parents Donjons et Dragons autant que le jeu vidéo Gauntlet II !

    L'histoire du tome III se déroule vingt ans après le tome II : trois puissants démons - Méphisto, Diablo et Baal - ont été vaincus par les forces de l'Ange Tyrael, les Horadrims !

    Mais déjà une ancienne prophétie annonce la venue du Signe qui signifiera l'Apocalypse.

    Deckard Cain, les dernier des Horadrims, étudie ces textes, accompagné de sa nièce Leah lorsque le Signe se manifeste, la Chute d'un Ange sur Sanctuaire ! Ceci a pour conséquence immédiate de réveiller les morts !

    L'Acte I commence ainsi ! Le héros que vous incarnez doit faire le ménage ! De fil en aiguille, il découvre l'Ange Déchu et s'aperçoit que la Cabale, une secte au service d'un des trois démons précités est à l’œuvre pour hâter l'Apocalypse !

    Diablo III mènera votre personnage sur 70 niveaux de puissance - avec son extension Reaper of Soul qui met en jeu la Mort voulant récupérer l'Essence du démon Diablo ! La Pierre d'Âme Noire est au coeur de l'intrigue et Leah , la nièce de Deckard jouera un rôle important et constitue un lien avec le premier jeu de la franchise !

    Voilà, il y aurait beaucoup plus à dire sur ce jeu ! Il est possible de paramétrer le niveau de difficulté jusqu'à "Cauchemardesque", de recenser ses hauts-faits dans un Journal, de jouer à quatre etc... Il y a même un mode "Extrême" où la mort de votre perso est définitive !

    Le jeu existe sur PC et Mac et sur certaines consoles comme la PS3 et la XBox 360 !

    Il est fort possible que j'écrive des billets "Chroniques de Diablo III " pour vous relater la progression de mon Barbare Gorash !

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique