• Rolling Thunder est un jeu vidéo de type "action-plateformes" - sorti en 1986, ancêtre du hit de Sega, Shinobi (qui lui doit beaucoup !) ou vous incarnez un policier qui progresse sur deux niveaux dans un scrolling horizontale en dégommant les méchants ! Ce jeu est signé de la firme d'arcade Namco !

    Rolling Thunder - NamcoLe jeu n'est pas vraiment difficile mais demande de la méthode et de la concentration. Le jeu serait par ailleurs inspiré d'un manga peu connu sous nos contrées... Il en ressort une atmosphère très films policiers américains des années 1970 genre Bulitt.

    Le héros se nomme Albatross, est grand, svelte et élancé, et fait partie d'une unité d'élite de la WCPO (World Crime Police Organization), les Rolling Thunder. Il doit délivrer Leila des mains des bandits du syndicat du crime Geldra dirigé par un humanoïde à peau verte du nom de Maboo.

    Vous disposez de deux armes : le classique pistolet et la mitraillette à tir rapide - cette dernière devant être acquise en cours de niveau. Il faut savoir gérer ces munitions car dès que vous les aurez épuisés la cadence de tir de votre arme baissera de façon alarmante !

    Vous pouvez sauter ou vous baisser ! Vous tirez toujours à l'horizontal et jamais pendant les sauts ! Deux contacts avec un ennemi suffisent à vous éliminer tandis qu'une seule balle vous tuera !

    Les ennemis portent des cagoules et sont de couleurs différentes ! Ils semblent relativement intelligents pour un jeu vidéo des années 1980 ! De plus le temps est compté ! Ces ennemis surgissent sur les côtés ou par des portes dans le décor ! Vous pouvez vous-même emprunter ces portes -pour éviter un projectile ou recharger par exemple !

    Le jeu demande donc - je l'ai dit ! - un certain doigté ! Après les deux premiers niveaux, de nouveaux ennemis apparaissent : des zombies au look de bossu, des chauves-souris géantes, des panthères noires, des "hommes-torches", tous sont rapides et délicat à éliminer !

    En bref, Rolling Thunder est un bon jeu ! J'y ai joué sur Atari ST et sur borne d'arcade ! Sur Atari ST, à cette époque, j'avais de nombreuses copies piratées de soft, pourtant, Rolling Thunder fut l'un des dix ou douze jeux dont je possédais l'original du commerce !

    Ce billet vient poursuivre ma série sur ce genre de jeu d'aventures à progression horizontale : Shinobi, Ghosts'N Goblins, Rygar, Rastan Saga, ou Tiger Road...!

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Star Wars : X-Wing marque véritablement la naissance des jeux vidéo Star Wars profitant de l'apparition d'un nouveau support permettant de stocker plus de données et notamment des cinématiques contribuant à l'ambiance : le CD-Rom. Auparavant, on avait guère eu, sur Atari 2600 qu'une adaptation de L'Empire contre-attaque ​où il fallait détruire des Quadripodes et ​Jedi Arena, un improbable jeu de combat au sabre-laser !

    Dans ​Star Wars : X-Wing ​- qui devait connaître de nombreuses suites ! - vous incarnez un pilote de l'Alliance Rebelle qui pilote donc un X-Wing mais aussi des Y-Wings, des A-Wings ou des B-Wings au fil des extensions ! Les missions se déroulent parallèlement aux évènements de ​Star Wars - Episode IV : Un Nouvel Espoir puis jusqu'à l'installation sur Hoth !

    Ce jeu est l'œuvre de Totally Games et du défunt studio LucasArts et est sorti en 1993 sous DOS !Star Wars : X-Wing - Lucasarts

    L'ambiance est bien restaurée ! En effet, le jeu intègre le système i-muse, développé par LucasArts à l'époque, qui modifie la musique qui est jouée en fonction des actions du joueur ! C'est donc très immersif !

    Le jeu a bénéficié rapidement d'une "Edition CD-Rom Collector" - car il était d'abord sorti en disquettes ! Cette édition spéciale inclut les extensions : "Imperial Pursuit" et "B-Wing". Ces jeux demeurent parmi les meilleurs simulateurs de vols spatiaux de l'époque, plus proches de l'arcade que de la simulation, et seulement égalés par la série des​ Wing Commander.

    Résumons les cinq campagnes rapidement !​ Vous aurez - en préalable à la Bataille de Yavin - à déjouer l'Opération Strike Fear en détruisant un Destroyer Stellaire, puis faire parvenir les plans de l'Etoile Noire à la Princesse Leia dans le Tantive IV. Ensuite, si vous avez la chance de survivre, vous volerez au cœur même de la tranchée de la station spatiale, reproduisant l'exploit d'un jeune fermier de Tatooine inspiré par la Force ! Enfin, vous harcèlerez les lignes d'approvisionnement de l'Empire et participerez à l'installation du QG rebelle sur Hoth ! Vous pouvez aussi vous faire la main au préalable sur des missions d’entraînement avant de vous lancer dans l'affrontement contre l'Empire !

    C'est épique, prenant, et immersif ! La difficulté est moyenne voire parfois difficile mais avec de l'acharnement, vous en viendrez à bout ! D'autant qu'il existe des codes pour finir le jeu !

    Gagnez vos galons de pilote et peignez des effigies de TIE sur la carlingue de votre X-Wing !

    A bientôt !


    2 commentaires
  • Il est des jeux vidéo qui ont un tel succès que, comme les films au cinéma, ils sont déclinés en série et en franchise ! C'est le cas de Street Fighter ! En effet, nous sommes en février 2016 et Street Fighter V sort ces jours-ci ! Je souhaite d'ailleurs bonne chance à Joris qui se lance dans une compétition amicale de ce jeu !

    Pour ma part, j'ai surtout joué à Street Fighter II - The World Warrior - qui lança Street Fighters II - Capcomvéritablement la série en 1991. J'y jouais sur borne d'arcade Capcom et sur Atari ST.

    Le jeu fut aussi et surtout développé sur la Super Nintendo. On vous propose un véritable tour du monde du fighting. Vous avez le choix entre huit personnages jouables dans ce jeu de combat, prédécesseur des Mortal Kombat et des Tekken. Chaque héros possède son arsenal de coups spéciaux ! Ainsi, par exemple, Ken et Ryu, les Japonais, peuvent lancer des boules de feu !

    Vous avez aussi Honda, le Sumotori qui vous écrasera de tout son poids, Blanka, une espèce de monstre vert indonésien qui projette des éclairs et vous sucera le cerveau, Guile le Marine, Chun-Li la Chinoise aux formes affriolantes - une des premières icônes féminines du Jeu Vidéo - , Zangief le russe capable de rivaliser avec un grizzli et Dhalsim, l'hindou !

    Une fois que vous aurez battu chacun de ces adversaires, vous affronterez les 4 boss pour espérer terminer le jeu : Balrog, Sagat, Vega et Mr Bison !

    Le jeu en lui même - l'opus II sans même parler du III et suivants - connu plusieurs extensions et suites introduisant de nouveaux personnages ! Je me souviens de Camie, la copine de Guile incarnée par Kylie Minogue au cinéma ! Car en effet, ce jeu vidéo eu droit à une adaptation cinématographique avec Jean-Claude Van Damme en Guile !

    Un jeu super fluide, à la prise en main facile ! Pour preuve, moi qui ne suis pas un pro gamer, j''étais parvenu à atteindre Mr Bison le boss ultime, sans toutefois le battre !

    J'ignore ce qu'a donné la franchise par la suite, n'ayant jamais tester l'opus III et consorts !

    Street Fighter II est le premier jeu où un boxeur affronte un sumotori sans que cela paraisse décalé !

    "Let's Fight !"

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Lorsque j'étais ado, j'avais une connaissance, Sébastien, qui travaillait comme serveur dans un bar-restaurant durant l'été et qui profitait de ses pauses pour jouer à une borne d'arcade où il pulvérisait tous les records sous mes yeux ébahis !

    Cette borne d'arcade, c'était Wonder Boy, un jeu Sega de 1986, sorte de jeu de plateformes au scrolling horizontal effréné de gauche à droit où vous dirigez un jeune sauvageon !

    Le Wonder-Boy, c'est le jeune "Tom-Tom", un enfant de la préhistoire qui part à la rescousse de sa fiancée Tanya qui a été capturé par un monstre !

    Dans ce jeu, il n'y a aucun temps mort, le garçonnet court de gauche à droite sur l'écran, jette des hachettes sur les monstres pour les dégommer - le moindre contact est mortel - , escalade le relief, saute sur des nuages, le tout en 2D ! Comme souvent dans ces jeux, il y a un enchaînement précis de gestes à mémoriser ! Et le rythme s’accroît encore lorsque le héros met la main sur un skate-board qui lui permet de filer à toute vitesse !

    Vous parcourez des forêts, des îles, des essaims de nuages en évitant serpents, escargots, guêpes et autres bestioles !

    Le jeu a été adapté par Activision sur ZX Spectrum, Commodore 64 et Amstrad CPC ainsi que par Sega sur Master System et Game Gear !

    Ce jeu inaugure toute une série de jeux "Wonder Boy". Pour ma part, je n'ai connu que le premier opus ! A signaler la musique qui fait une fois de plus partie de ces musiques obsédantes et rythmées !

    En route, garçon !

    A bientôt !


    1 commentaire
  • Bomb Jack est un jeu d'arcade de plateformes, développé par Tehkan et sorti en 1984, par la suite adapté sur les machines de salon habituelles de cette époque (Amiga 500, Atari ST, Amstrad CPC, Commodore 64 et aussi plus tard Game Boy !).

    Vous dirigez un petit bonhomme équipé d'une cape et qui a la capacité de voler et qui Bomb Jack - Tekhandoit ramasser des bombes dont les mèches s'allument rapidement et avant qu'elles n'explosent ! C'est un jeu qui demande dextérité et surtout rapidité !

    Notre super-héros évoluent dans des décors fixes de sites touristiques célèbres : le Sphinx, la Pyramide de Gizeh, l'Acropole, un château bavarois, Hollywood... Bomb Jack doit courir sur des plateformes pour sauter et attraper les bombes tout en évitant les ennemis dont la moindre contact est fatal ! Il a aussi la possibilité de léviter en maintenant le bouton de tir appuyé !

    Chaque tableau contient 24 bombes qui doivent être si possible ramassées dans leur ordre d'allumage ! Tous les 5000 points, des bonus apparaissent : bonus de score, vie supplémentaire et même partie gratuite !

    Comme dans Pac-Man, Bomb Jack a la possibilité de "manger" ses ennemis en obtenant un bonus spécial grâce à la capture de bombes. Les bombes allumées rapportent plus que les bombes éteintes !

    Les ennemis sont des boules grises, des boules noires, des oiseaux, des soucoupes volantes et des escargots. Contrairement à al plupart des jeux de l'époque basés sur les purs réflexes, Bomb Jack requiert une dose de stratégie.

    J'ai eu l'occasion d'y jouer sur Amstrad CPC mais de manière épisodique et limitée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Rampage est un jeu vidéo de destruction de masse, sorti en borne d'arcade en 1986 par les soins de la société Bally Midway, le fabricant de flippers.

    Ce jeu fait ressortir le sale gosse qui est en nous puisque vous y prenez un malin plaisir àRampage - Bally Midway détruire des quartiers urbains entiers en incarnant un des trois monstres du soft : "George", un gorille à la King-Kong, "Lizzie", un gorille à la Godzilla (dont j'ai chroniqué la dernière fois le film de 2014) et "Ralph", un loup-garou géant ! Le jeu peut en effet se jouer à trois joueurs en simultané !

    Vos monstres sont en effet trois humains qui se sont transformés et ils ne sont pas content ! Bref, vous incarnez dans ce jeu un monstre "sale, bête et méchant" ! Vous devez vous accrocher aux immeubles, les escalader, les frapper de vos poings jusqu'à ce que leurs fondations tremblent et qu'ils finissent par s'écrouler ! Attention toutefois à ne pas chuter de haut !

    L'armée est là pour défendre les populations avec son lot de soldats, tanks, bateaux et hélicoptères qui feront baisser votre jauge de vie ! Les civils, eux, vous pourrez les croquer vifs ! Vous avez même la possibilité de vous envoyer des uppercuts entre monstres !

    Ce jeu a été décliné sur un grand nombre de machines : Atari ST, Amiga 500, Amstrad CPC, Commodore 64, ZX Spectrum, Apple II, Master System, Atari 2600, Lynx, NES et Gamecube !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Teenage Queen est un jeu vidéo de poker érotique, autrement dit un strip-poker, édité par ERE Informatique et Infogrames en 1988.

    Teenage Queen - ERE InformatiqueVous êtes face à face avec une jolie lycéenne dessinée par Jocelyn Valais qui va s'effeuiller petit à petit pour peu que vous ayez une bonne main ! Le jeu de poker en lui-même nécessite un temps de prise en main mais vous comprendrez vite que vous avez intérêt à bluffer car la belle, à moins d'avoir elle-même une bonne main, se laisse avoir facilement à ce petit jeu !

    Il y a une douzaine d'étapes dans cet effeuillage et la belle vous montrera ses charmes en ponctuant la partie de ses petits rires ! Les visuels sont dessinés à la main et sont bien plus suggestifs que des digitalisations d'une quelconque pin-up !

    Si vous allez au bout du jeu, vous avez la surprise de découvrir que la belle est en réalité un robot, à l'image de l'ordinateur contre lequel vous jouez - rappelant le caractère virtuel de ces petits plaisirs !

    Un jeu sur Amiga 500 et Atari ST essentiellement qui émoustilla l'ado que j'étais à l'époque !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Du temps où j'étais lycéen, je profitais largement, durant les temps de pause, des vieux Saboteur II - Durell SoftwarePC mis à notre disposition - avant l'ère d'internet ! - dans la salle de détente ! Nous étions une vingtaine de jeunes à y jouer à des jeux de l'époque : Archon, Arkanoïd, Prohibition, L'Armure Sacrée d'Antiriad ou MGT ! Mais aussi Saboteur II !

    Dans ce jeu de Durell Software de 1987, vous dirigez Nina, la sœur du ninja du premier opus, elle-même ninja et qui infiltre un complexe parsemé de gardes armés et de pumas pour détruire l'ordinateur central ! C'est un des premiers jeux à mettre en scène un héroïne, bien avant la Lara Croft de Tomb Raider !

    Vous descendez depuis votre deltaplane, passez d'une salle à l'autre - sans scrolling - dans une vue en 2D, grimpez des échelles, récupérez 14 morceaux de codes pour détruire l'Unité Centrale ! Le complexe est assez grand mais pas démesuré non plus -mais quand même 700 écrans au total, la difficulté moyenne, pour preuve j'ai réussi plusieurs fois à l'époque à terminer le jeu - en une demie-heure - pourvu qu'on s'applique ! Le jeu dispose par ailleurs d'une gamme de couleurs assez limitée - vert, jaune, proche du monochrome !

    Une fois que vous avez détruit l'Unité Centrale, vous devez désactiver une grille et vous enfuir à moto ! Le but est de neutraliser le silo nucléaire d'un dictateur !

    Il existe par ailleurs une salle cachée avec un puit qui quand vous le touché vous donne l'énergie infinie ! Vous avez aussi un temps imparti pour réussir la mission !

    Un bon jeu mais qui passé le temps de prise en main peine à se renouveler !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Sega fut incontestablement un des grands du jeu vidéo dans la période où la firme Space Harrier - Sega japonaise sorti sa Megadrive. La console disposait de purs jeux bien fun mêlant réflexes et précision !

    Parmi ces jeux, il y eu Space Harrier, un shoot-them-up sorti en 1985 sur borne d'arcade !

    Dans ce jeu, vous dirigez Harrier, un guerrier armé d'un fusil qui lance des boules de plasma, court et vole. Le jeu est un rail-shooter en pseudo 3D. Vous progressez dans des niveaux psychédéliques, la "Fantasy Zone" et êtes assailli par des soucoupes volantes, des dragons, des boules volantes, des robots, des mammouths que vous devez dégommer toute en évitant de vous prendre un arbre ou un pilier en pleine figure ! Le moindre contact avec un tir ennemi est mortel !

    Le jeu compte 18 niveaux avec un boss à chaque fin de niveau ! La recette dans ce jeu est simple : il faut toujours bouger ! Il faut aussi ne jamais cessez d'appuyer sur le bouton de tir ! C'est assez frénétique en ce sens !

    Il y a des phases de bonus où vous montez sur le dos du dragon Uriah pour dégommer des piliers et remporter des points en plus !

    Voilà ! J'ai eu l'occasion d'y jouer sur Atari ST à l'époque et ne dépassait guère le tiers du jeu ! Très prenant mais très difficile !

    Ajoutons que le jeu est signé du développeur Yu Suzuki, qui signera Out Run par la suite !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Pac-Man est un des succès des bornes d'arcade de jeu vidéo du début des années 1980, au même titre que Space Invaders, Donkey Kong, Frogger, Asteroid ou Centipède !

    Pac-Man - NamcoCe jeu simple est l'œuvre de Toru Iwatani pour qui un bon jeu est un jeu simple et facile d'appréhension. Difficile de faire plus simple ! Vous dirigez Pac-Man, un bonhomme qui ressemble à une boule jaune ou encore à un diagramme, dans un labyrinthe qui tient tout l'écran. Pour gagner, vous devez manger toutes les pac-gommes en évitant quatre fantômes dont le contact est mortel ! Vous disposez par ailleurs de quatre pac-gommes spéciales au quatre coins du labyrinthe, qui vous permettent de gober les fantômes. Mais ceci est valable pour un court délais et les Affreux se régénèrent et se relancent à vos trousses !

    Le jeu fut donc un gros hit des salles d'arcades, fut adapté sur toutes sortes de consoles et d'ordinateurs jusqu'à nos jours! Je vais maintenant m'intéresser à la "culture Pac-Man" !

    Pac-Man fut l'objet de tout un merchandising ! Il fut en effet décliné en T-Shirts, en mugs, en peluches et même en voiture. Si le jeu original sorti en 1980, il eut droit à des suites - avec des variantes que je n'analyse pas ici - Miss Pac-Man ou Baby Pac-Man. En 1987, sort même Pac-Mania, en 3D isométrique ! Dans ce jeu, votre Pac-Man peut effectuer des bonds par dessus les fantômes et le labyrinthe tient sur plus d'un écran - il y a donc un scrolling ! J'ai eu l'occasion d'y jouer sur Atari ST et passé les premiers niveaux, on perds l'avantage des bonds car les fantômes acquièrent la même capacité !

    Pac-Man a aussi fait l'objet de deux séries animées: Pac-Man et Pac-Man et les aventures de Fantômes ! J'ai encore le générique de William Leymergie dans les oreilles !

    Enfin, la célèbre boule jaune fait son apparition sous forme de clin d'œil dans plusieurs films, à commencer par Les mondes de Ralph, accompagnée des fantômes et dans Pixels où il est un monstre envoyé par les extraterrestres et qui s'en prend à son créateur !

    Nostalgie !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Buggy Boy est un jeu de courses - de Buggy ! - sorti d'abord en borne d'arcade en 1985 Buggy Boy - Tatsumipuis sur les machines traditionnelles de l'époque à savoir Commodore 64, Amstrad CPC, Atari ST et Amiga 500. C'est un produit de la firme japonaise Tatsumi. Pour ma part, j'y ai joué sur Atari 520 ST, ma machine de l'époque du lycée !

    Vous dirigez un buggy qui doit effectuer différentes courses ! Le tracé et la configuration de la course ne font cependant pas penser à Out Run - à savoir qu'à la fin de chaque parcours vous n'arriverez pas à une bifurcation ! Dans Buggy Boy, les courses sont organisées en cinq circuits que vous devez parcourir chacun un certain nombre de fois ! Vous filez à toute allure mais l'impression de vitesse est nettement moindre que dans le jeu de Sega et de plus, il n'y a pas d'autres voitures sur la route !

    Vous avez un temps limité pour effectuer chaque tracé et celui--ci défile vite ! Vous pouvez gagner des bonus de temps en lançant votre buggy dans les airs, en roulant sur deux roues. Il faut aussi franchir des portiques et ramasser des fanions pour gagner des points ! Parfois, un ballon de foot s'invite sur le terrain et là encore shooter dedans rapporte des avantages ! Attention à ne pas louper les ponts et tomber dans les rivières ! Éviter aussi mur de briques et barrières de bois !

    A noter que la version arcade bénéficiait d'une cabine spéciale !

    Buggy Boy faisait donc partie de ces jeux qui ne paient pas de mine mais fort distrayants !

    C'était l'époque de mes 16 ans quand je fréquentais les salles d'arcades !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Terres et Conquérants - Ubi SoftTerres et Conquérants est un jeu de stratégie au tour par tour, publié en 1989 par Ubi Soft dans lequel vous dirigez les armées d'Erik le Rouge ou de Georg le Tyran. Il est l’œuvre d'un programmeur indépendant, Ismaël Mallouk - que je connaissais personnellement car nous étions dans le même lycée et j'ai donc assisté à la naissance de ce soft pour lequel il travailla d'arrache-pied.

    Le jeu est en français et disponible essentiellement sur l'Amstrad CPC 6128 - à disquette donc !

    Vous déplacez vos armées - chacun votre tour avec un nombre de déplacements limité - sur une quinzaine de cartes - mais il existe un éditeur de scénarios - comportant divers types de terrains : terre, mer, champ, lac, marécage, foret, marécage, château, village, collines et pont. Chaque sorte de terrain a des effets sur vos unités, les bloque ou leur confère des bonus/malus. Il existe par ailleurs des points stratégiques qu'il faut tous occuper pour gagner la partie !

    Les cartes ne tiennent pas sur tout l'écran et il y a un scrolling ainsi qu'un écran radar visualisant les positions des unités rouges et bleues dans le coin inférieur droit !

    vos unités comprennent des soldats, des cavaliers, des archers, des hommes-volants, des catapultes, des navires, des généraux etc... On peut aussi gagner en éliminant toute l'armée adverse !

    Terres et Conquérants - Ubi Soft

    je n'hésite pas à le dire ici, ce jeu est en quelque sorte à mi-chemin entre les jeux de stratégie - les wargames - de l'éditeur de l'époque SSI et les premiers Real-Time Strategy Games comme Warcraft premier du nom !

    Les graphismes sont de Franck Sauer et la musique de Gregory Clement ! Petite anecdote amusante, Ubi Soft a repris une affiche du film japonais Ran comme couverture de jaquette !

    Je ne sais pas ce que devient Ismaël/ Franck ?

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Captive est un jeu de rôles futuriste en 3D vue subjective développé par Mindscape en 1990, sorti d'abord sur Amiga puis sur Atari ST et MS-DOS. C'est une sorte de clone de Dungeon Master.

    Vous incarnez Trill, un prisonnier - dans une sorte de mise en abyme - qui trouve une console qui permet de contrôler à distance 4 robots qui doivent vous retrouver dans les dédales d'une série de labyrinthes et vous délivrer.

    Captive -MindscapeLa cellule de Trill est alimentée par dix générateurs enfouis au fond de bases, situées chacune sur une planète différente. Le joueur incarne donc Trill et pilote les robots, sautant de planète en planète, en détruisant les générateurs, pour finalement accéder à la station et se libérer.

    Vos 4 androïdes se composent de pièces détachées - bras, jambes, torse, tête, etc - qui encaissent des dommages localisés, peuvent être changées voire être remplacées par de meilleurs pièces améliorant ainsi vos droïdes ! Toute une panoplie d'armes est disponible, des épées aux lasers en passant par les fusils classiques à poudre ou les lances-flammes...

    Il y a une panoplie impressionnante d'ennemis allant des robots ennemis, des nains, des hovercrafts, des tanks, ED-209 type "Robocop" et autres dinosaures!

    De même les niveaux semblent générés aléatoirement et le jeu n'a pas de fin car lorsque vous atteignez enfin la cellule de Trill, le mur du fond s'ouvre et un monstre géant emporte le prisonnier ! Et c'est reparti pour un tour !

    Vous devez mettre la main sur des sondes qui vous indiquent la localisation des bases, recharger vos robots en courant en trouvant des prises électriques, améliorer vis compétences et dénicher des implants !

    Des portes vous barrent le chemin et nécessitent d'appuyer sur des combinaisons de boutons ou de trouver des codes. Il y a aussi des bornes incendies qui peuvent inonder les dédales !

    L'intégralité de l'univers de Captive est généré automatiquement par un algorithme : nom des planètes, des codes secrets, plans des bases, etc. Techniquement parlant, il y a 65536 missions différentes possibles. Étant donné qu'il faut généralement entre 3 et 6 heures pour terminer une base, cela fait entre deux et quatre millions d'heures de jeu. De ce fait, il semble que l'auteur n'ait visiblement pas prévu que le jeu puisse être terminé et qu'aucune séquence de fin n'ait été incluse.

    Un jeu auquel j'ai joué à l'époque et que bien entendu je n'ai jamais terminé - et pour cause ! En plus ma disquette de sauvegarde a fini par planter ! Ce genre de jeu qui génère frustration mais tout de même plaisant car il s'agit de faire évoluer vos robots !

    A bientôt dans le labyrinthe !


    votre commentaire
  • Je vais maintenant aborder une série de billets sur d'anciens jeux de plateformes : Wonder Boy, Tiger Road, Rastan Saga et Rolling Thunder ! Mais nous commençons avec le hit arcade de Capcom : Ghosts'N Goblins !

    Dans ce jeu de 1985, vous incarnez Arthur, un chevalier qui doit secourir sa belle des mains du démon ! Ghosts 'N Goblins - CapcomLe héros va tenter de traverser 6 niveaux, doté de son armure, en parcourant cimetières, villes fantômes et grottes. Il projette des lances sur ses ennemis morts-vivants ou démons, mais peut aussi disposer de dagues, de haches, de boucliers, de flammèches. Son armure lui donne le droit d'être touché une fois par ses ennemis - auquel cas il se retrouve en slip ! Mais un second contact le transforme en squelette !

    Un jeu assez, voire très difficile ! Les ennemis réapparaissent à l'infini et il ne faut pas traîner car il y a un timer !

    Le jeu fut porté sur ordinateurs personnels (Amstrad CPC, Commodore 64, ZX Spectrum, Atari ST, Amiga...) et consoles (NES, Playstation, Saturn, Xbox,  Game Boy Color...). Là aussi il demeure très difficile.

    Il y eut de multiples suites ! Je connais pour ma part Ghouls 'N Ghosts.

    En résumé, un jeu à l'ambiance horrifique bien sympathique mais trop ardu ! Un défi pour les gamers !

    Il existe un mode de jeu normal et un mode hardcore !

    Voilà, je fais court pour une fois !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Spacewar ! est le premier jeu vidéo de l'Histoire, en tout cas un des premiers, avec Pong ! Aujourd'hui nous sommes habitués aux ordinateurs, consoles de salon et tablettes mais avant cela il y eut les bornes d'arcade et encore avant cela, ce fut l'époque où les jeux vidéo n'existaient qu'entre les murs des universités, surtout américaines !

    Spacewar ! fut conçu en 1961 au MIT (Massachusetts Institute of Technology) - repaire deSpacewar ! - Le premier jeu vidéo cerveaux s'il en est ! - sur un ordinateur PDP-1 (Programmed Data Processor-1) de la firme DEC (Digital Equipment Corporation). L'évolution des machines joua un grand rôle dans cette génèse car en effet le PDP-1 est une machine muni d'un interrupteur marche/arrêt que l'on peut donc rapidement arrêter et relancer ! Ce n'étais pas le cas avant où il y avait besoin d'un technicien ! Le PDP-1 succède au TX-0, son ancêtre au MIT qui nécessitait l'installation dans une salle complète ! Le PDP-1 est plus compacte et est considéré comme le premier mini-ordinateur !

    Le jeu de combat spatial se joue à deux joueurs simultanément car la machine peut désormais gérer deux flux d'entrée en même temps !

    Ce PDP-1 fut prêté au MIT par la firme DEC afin que les ingénieurs et les étudiants mettent en avant ses capacités. Pour cela, Wayne Wiitanen, Steve Russell et Martin Graetz décidèrent de concevoir un jeu ! Ce fut Spacewar ! Parmi les collaborateurs, il y eu aussi Peter Samson, Dan Edwards, avec encore la participation d'Alan Kotok, Steve Piner et Robert A Saunders.

    Chaque adversaire dirige un vaisseau spatial pouvant pivoter, accélérer et tirer des projectiles. Un soleil, placé au centre de l'écran, exerce une force d'attraction qui oblige les joueurs à maîtriser leur trajectoire au moyen de leurs réacteurs. Un joueur a perdu lorsque son vaisseau entre en collision avec le soleil ou est touché par un projectile ennemi. Il est très difficile de toucher l'ennemi avec les projectiles du fait de la grande taille de l'aire de jeu et de la petite taille des vaisseaux.

    Le carburant et les projectiles sont limités, un joueur qui modifie continuellement sa trajectoire orbitale manquera de carburant si la partie dure. Sa trajectoire devient alors prévisible et le joueur adverse peut en tirer profit lorsqu'il le vise. Il est aussi possible de passer en hyperespace, disparaître et réapparaître en un autre endroit de l'écran

    Un des collaborateurs conçu même une routine pour afficher un fond étoilé authentique en termes astronomiques ! De multiples variantes furent aussi programmées !

    L'avantage d'un jeu sur fond étoilé est qu'il n'est pas gourmand en décors !

    A partir de là, des compétitions de Spacewar ! se déroulèrent sur les campus !

    Le jeu est disponible au téléchargement sur Internet.

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Kung-Fu Master est un jeu vidéo de la société Irem de 1984 auquel j'avais eu l'occasion de jouer à l'époque sur un car-ferry lors d'un séjour scolaire en Angleterre. Nous autres gamins de dix ans, rivalisions pour faire le "highest score". Ai-je précisé qu'il s'agit à l'origine d'une borne d'arcade ? Le jeu a fait ensuite l'objet d'adaptations sur consoles et ordinateurs : Atari 2600, Apple II, Commodore 64, Amstrad CPC jusqu'à plus récemment la Game Boy ! C'est un beat-them-all !

    Kung-Fu Master - IremC'est donc comme le titre l'indique un jeu de Kung-fu qui s'inspire du film Wheels on Meals - avec Jackie Chan - et aussi de certaines séquences du Jeu de la Mort avec Bruce Lee et le géant Kareem Abdul-Jabbar.

    Un maitre de Kung-Fu, Thomas se fait attaquer par des vilains qui enlèvent sa fiancée Silvia avant de s'enfuir. Thomas doit donc la délivrer - un thème classique et bateau que l'on retrouvera dans le jeu Double Dragon mais déjà présent dans Donkey Kong. Pour cela, Thomas doit parcourir les cinq niveaux d'une grande bâtisse en mettant la raclée à toute sorte de sbires !

    Parmi les sbires, il y a des hommes de main de base, des nains, des lanceurs de couteaux, divers objets comme des vases qui libèrent des dragons, des serpents ou des bombes - et aussi les boss de fin de niveau : homme armé d'un bâton, géant, magicien etc...

    Le personnage possède une jauge de vie qui peut descendre vite. Le jeu se déroule en vue de profil et les vilains arrivent de devant et par derrière, un ou deux coups - de poing ou de pied - suffisent pour les éjecter !

    Ce jeu a eu un succès énorme et est considéré comme le premier jeu de combat à progression. Une suite, Vigilante, vit le jour en 1988 mais ne connut pas le même succès !

    Voilà un jeu assez simple qui est entré au panthéon des classiques !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • ElyraSwann, mon mage elfe de sang s'est rendue à Orgrimmar où elle est descendue dans le Gouffre de Ragefeu ! Peu après, elle parle à Ureda, la Maître des mages, dans la Faille de l'Ombre qui promet de lui créer un Bâton magique si elle lui rapporte les matériaux du donjon d'Ombrecroc dans la Forêt des Pins non loin de Fossoyeuse. ElyraSwann garde cette option pour plus tard !

    Notre héroïne trouve d'autres commanditaires qui lui demandent de trouver un héritage magique de la famille Argelaine, des réserves de Bois de Frôlelune ainsi que l'Essence des Fantômes qui hantent ces lieux, dans les Royaumes de l'Est. Elle s'y rend au moyen des lignes de zeppelins entretenues par les gobelins.

    ElyraSwann arrive ensuite à Strangleronce, pays de jungles préhistoriques, dans le sud, au Chroniques de World of Warcraft IX - Dans les jungles de Strangleroncecampement orc Grom'gol, près du Récif Infâme puis elle parle au commandant Aggro'gosh et elle doit alors sécuriser la ligne de ravitaillement vers Pierrêche et détruire des œufs de raptors qui pullulent aux alentours ! Ce faisant, la jeune mage elfe de sang recueille un jeune raptor flagellant qu'elle donne au Long-Voyant Mok'Kasdan au campement. Mais ElyraSwann garde finalement ce jeune raptor - qui lui sera bien utile - et chasse ensuite des Murlocs, toujours pour sécuriser la zone ! Ce faisant, elle progresse dans sa profession (niveau 26) !

    D'autres tâches multiples l'attendent à Strangleronce ! Comme combattre les ogres locaux aux ruines de Mizzah au sud-est, ogres qui ont la fâcheuse manie de tendre des embuscades aux orques ! Puis combattre les Murlocs branchies-bistres dans les ruines de Kal'al au nord-est et enfin régler le problème avec les trolls Scalps-rouges en recrudescence d'activité et qui ont volé des caisses de vivres, résidants dans les ruines de Bal'al au nord !

    Au campement, ElyraSwann rencontre Neneth œil de Faucon, un elfe de sang qui a étudié les techniques de combat des trolls et les Scalps-rouges des ruines de Tkaski et de Bal'al qui emploient des techniques des trolls Amani des régions septentrionales. Leur magie a en effet pris une direction singulière ! Il s'agit alors de réunir des armes contre les Amani en ramenant pour commencer un Totem Scalp-rouge !

    Notre aventurière croise également au campement Nimboya, un troll allié de la tribu des Sombrelances, venu d'Orgrimmar à Strangleronce pour tenter de lever une malédiction qui a été jeté jadis lancée contre Yenniku le plus jeune fils de son chef qui a été confié aux trolls gurubashi de Zul'Gurub. Le jeune troll est-il chez les Scalps -rouge ? C'est ce que soupçonne Nimboya !

    ElyraSwann va donc chasser les trolls Scalps-rouges et leur chef Gin'Zalah, dans les ruines de Znuldula et de Zal'Kudu ! Elle doit aussi ramener à la vie un troll dont le raptor de la jeune elfe de sang a récupéré le crâne et récupérer des fétiches ! Ce faisant, elle acquiert encore de l'expérience (niveau 27 !).

    Les aventures de la magicienne à Strangleronce ne font que commencer !


    votre commentaire
  • Paperboy est un jeu vidéo d'Atari Games, sorti sur bornes d'arcade en 1984 et en 1986 sur consoles de salon ! Vous incarnez un jeune livreur de journaux à vélo qui parcourt une cité résidentielle américaine pour livrer sa presse, directement dans les boites aux lettres ou sur le pas des portes en lançant ses papiers à la volée et devant éviter toute sorte d'obstacles urbains !

    Paperboy - Atari GamesLes obstacles sont très variés : chien, voiture, poubelle, tondeuse à gazon folle, grille d'égout, skateur... Le jeu est en 2D dans une perspective isométrique. Le jeu s'étale sur une semaine où chaque jour, le gamin doit livrer les journaux aux abonnés et vandaliser les maisons des non-abonnés. Si il "oublie" un abonné ou vandalise sa demeure par erreur, il perd un client, le but ultime étant de garder tous ces abonnés au bout du septième jour !

    Le joueur ne peut pas faire demi-tour avec son vélo, ni s'arrêter. Il peut contrôler la vitesse et ralentir un peu mais pas trop. Les maisons des abonnés ont des couleurs claires et celles des non-abonnés des couleurs sombres. Il y a par ailleurs trois modes de difficultés !

    Le livreur possède un nombre limité de journaux et doit donc ramasser des piles sur le chemin. Les clients mécontents peuvent poursuivre le vélo ou créer des difficultés - des obstacles ! - le jour suivant !

    Le jeu a été conçu et programmé par John Salwitz, Dave Ralston et Russel Dawe. Les dessins ont été réalisés par Doug Snyder, le son est l’œuvre de Hal Canon. C’est Will Noble qui s’est chargé de l’animation.

    La difficulté augmente au fil des jours bien évidemment, ce qui rejoint la théorie sur les jeux vidéo émise dans le livre Philosophie des jeux vidéo - dont je vous reparlerais - de Mathieu Triclot, à savoir que ces expériences ludiques sont basées sur la perte de contrôle, ce moment ou le jeu devient trop rapide et où le gamer ne peut plus suivre ! Ce fut fréquemment le cas avec les premiers jeux vidéo de l'Histoire comme Space Invaders, Pac Man ou encore Tétris !

    Voilà, moi, pour ma part, j'ai joué à Paperboy - n'arrivant plus à me souvenir si c'était sur Amstrad CPC ou Atari ST - et trouvais ce soft très fun et bien foutu ! Mais n'ai jamais réussi à la finir, n'étant pas un pro gamer comme mon pote Gautier/Songs !

    A très bientôt !


    votre commentaire
  • Sur ce blog, dans la rubrique "Jeux vidéo"', je tente - conformément à l'adjectif "éclectique" - de m'intéresser à toutes les périodes vidéo-ludiques !

    Cette fois, nous allons remonter -presque - aux origines de ce médium, en 1981 avec un succès en borne d'arcade du géant pionnier Atari - ensuite porté sur consoles comme c'était la tradition !

    En ce temps que "les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre", les jeux vidéo n'étaient pas les superproductions qu'ils sont devenus - avec un chiffre d'affaire rivalisant avec celui du cinéma - et mobilisant des centaines de personnes pour un seul soft ! il était possible, pour des bricoleurs mettant le nez "dans le moteur" de programmer de petits jeux simples mais amusants : Pac Man, Frogger, Space Invaders, Asteroid, Donkey Kong... et Centipede !

    Centipede est donc le succès d'Atari de 1981 dont il est question ici, premier jeu à avoir attiré les joueuses vers l'arcade - dit-on ! Il a été programmé par Dona Bailey et Ed Logg. Il connut une première suite, Millipède, en 1982. Ce fut aussi principalement un succès sur Atari 2600, la console phare de l'époque, l'Amstrad CPC n'étant pas encore sorti !

    Les règles ! Vous dirigez une "tête" - avec un trackball - en bas de l'écran, qui figure un lutin. Sur le terrain, vous avez une multitude de champignons et du haut de l'écran, se déplaçant de gauche à droite et/ou inversement, vous avez un mille-patte - avec une tête et des anneaux - qui descend vers vous d'un cran chaque fois qu'il atteint un bord de l'écran ou touche un champignon.

    Le but est de dézinguer anneau par anneau ce mille-patte avant qu'il n'arrive sur vous ! Vous tirez donc dessus et si vous touchez un anneau d'une extrémité, cela crée un champignon, si vous touchez au milieu du corps de la bête, il se scinde en deux, générant deux plus petits mille-pattes avec une nouvelle tête pour la seconde bestiole !

    En plus, de cela, des mouches, des araignées et des scorpions viennent vous tracasser ! Il ne faut pas que toute cette faune vous touche !

    Pour terminer cette article, je mentionnerais l'existence de records au Guinness Book, réalisés sur la plupart des jeux de cette époque : marathon, high- score etc... Ces champions de jadis sont mis à l'honneur dans le film Pixels - de Chris Columbus - qui vient de sortir à l'été 2015 !

    Voilà, les recettes les plus simples sont souvent les meilleures !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Embarquons à nouveau avec ElyraSwann, mon mage elfe de sang qui a abordé un Zeppelin gobelin et fait route vers Durotar et sa capitale Orgrimmar !

    Là-bas, notre héroïne va parcourir les sombres cavernes rougeoyantes d'un des "Donjons" du jeu, le "Gouffre de Ragefeu" !

    Des créatures néfastes, les troggs, commencèrent à surgir de failles tectoniques dans le réseau de cavernes envahies par la lave, sous la ville d'Orgrimmar. Leurs intentions se révélèrent vite hostiles et ils refusèrent la diplomatie intentée par Maur-Totem Sinistre du peuple Tauren et le tuèrent !

    Par ailleurs, une secte fidèle au Conseil des Ombres et adoratrice de la Légion Ardente fit du Gouffre son repaire ! Cette secte répondait au nom de Lame Brûlante ! Thrall, le champion orc pris le risque d'infiltrer ce groupe pour remonter jusqu'à leurs commanditaires et maîtres puis Garrosh, qui succéda à Thrall opta pour l'élimination de la secte !

    Par la suite, les Sombres Chamans, des alliés du Marteau du Crépuscule (groupe au centre du roman Thrall - Le Crépuscule des Aspects), prirent le contrôle du gouffre et exterminèrent les troggs et le reste de la Lame Brûlante !

    Les rapports exacts entre Garrosh et les Sombres Chamans restent flous. Officiellement, ce sont des ennemis de la Horde. En réalité, les choses sont plus compliquées ! Le brave commandant orc Bagran enquête sur ces faits. Lorsqu'ElyraSwann se pose à Orgrimmar, le militaire la convoque avec trois autres aventuriers pour aller "enquêter" - à coups de haches et de sortilèges ! - dans les cavernes ! Ce dont l'équipe s'acquitte !

    Dans le Gouffre, les héros viennent en aide à des troggs attaqués par des molosses de flammes, les premiers opposants rencontrés et vite éliminés. Puis, ils affrontent un plus gros molosse, Adarogg, arraché aux Terres de Feu et maintenu sous contrôle par les Sombres Chamans.

    Le groupe mets ensuite en déroute le groupe des Sombres Chamans, les passant par le fil de l'épée ! L'opposant suivant est un ancien adepte du Marteau du Crépuscule, le chef des Sombres Chamans Koranthal qui lui aussi ne fait pas "long feu" ! Sa magie ne le sauvera pas !

    Un des anciens rituel de jadis était pour les jeunes orcs d'affronter en combat singulier un ver de lave Crassegueule ! Le groupe en défait précisément et efficacement un par la suite !

    Le boss final est le redoutable Garde de Lave Gordoth, un Sombre Chaman qui a "joué" avec des énergie élémentaires et les a laissé investir et déformer son corps ! Mais lui aussi est vaincu par nos courageux héros !

    Ceci mets un terme à la menace du Gouffre de Ragefeu ! Mais comme la Nature a horreur du vide, pour combien de temps !

    A bientôt pour d'autres aventures de mes avatars à World of Warcraft !


    votre commentaire
  • Dans la série Hitman, vous incarnez le mystérieux et redoutable Agent 47, un tueur a gages entrainé à éliminer ses cibles dans l'excellence et dont c'est la seule raison d'exister !

    Le premier opus de cette série par IO Interactive, branche d'Eidos Interactive, se nomme Hitman : Tueur àHitman : Tueur à gages - IO Interactive gages et est sorti en 2000.

    C'est un jeu d'action à la troisième personne. Vous débutez dans une cellule et ne comprenez rien sur vos origines à priori ! Puis l'agence vous confie des missions qui consistent à éliminer des cibles lourdement protégées - si possible en faisant passer ces "contrats" pour des accidents ! Par la suite, dans la franchise, vous disposez d'une jauge de discrétion mais dans le premier opus, il s'agit souvent de grosses fusillades avant de vite trouver une porte de sortie !

    Par exemple, l'un des premiers niveaux consiste à assassiner un yakuza, dans un parc, depuis un toit ! Hélicoptère, gardes du corps se lancent alors à vos trousses ! J'y ai joué à l'époque et ai eu beaucoup de mal à progresser dans cette histoire !

    Vous disposez pour remplir vos missions d'armes aussi diverses qu'un Beretta 92 ou une corde de piano ! Les zones ciblées sont d'accès restreints et vous devrez étudier le terrain ! Il est pénalisant de tuer des civils !

    L'Agent 47 gagne ainsi une sinistre réputation avec sa silhouette agrémentée d'un costume noir et son crâne dégarni ! En réalité, il est un clone crée à partir de l'ADN des plus grands criminels et donc une expérience scientifique ! Vous pourrez en découvrir plus avec le film Hitman sorti en 2007 et également le plus récent opus, bientôt sur les écrans fin août 2015 : Hitman : Agent 47 avec Rupert Friend, l'acteur de la série Homeland !

    J'aurais l'occasion de revenir sur ce sujet dans l'avenir !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Dark Earth est un projet multimédia, développé en 1997 par Multisim - pour la partie jeu de rôles papier - et par Kalisto Entertainment pour le jeu vidéo !

    C'est un univers de Dark Fantasy. L'histoire se déroule sur Terre, 300 ans après une pluie de météorites en 2054. Les bolides célestes ont fortement modifié l'écosystème - et par ce fait la civilisation - en recouvrant la planète d'un voile noir qui la plonge dans des ténèbres perpétuels. Ce monde porte désormais le nom de Sombre-Terre !

    Toutefois, il existe des trous dans le Noir-Nuage qui recouvre tout ! Sous ces trous se sont développées des cités humaines, administrées par des prêtres d'une nouvelle religion !

    L'Obscur environne tout et produit des mutations chez les plantes, les animaux et les humains ! C'est une sorte de corruption que seule la Lumière peut purifier !

    Dark Earth - Kalisto EntertainmentVous jouez, dans le jeu vidéo, un habitant d'un stallite - les cités des hommes sous les puits de lumière, bastions divisés en castes. Il y a les « prôneurs » qui organisent le culte du Soleil-Dieu et dirigent la ville, les « gardiens du feu » qui maintiennent l'ordre et combattent les créatures des ténèbres, les « bâtisseurs » qui entretiennent et agrandissent les constructions, les « nourrisseurs » qui alimentent la population, et les « fouineurs » qui survivent en récupérant ce qui peut l'être. Il y a aussi les « marcheurs» qui vivent en dehors des villes !

    Cet habitant, c'est Arkhan, un jeune gardien du feu, qui, alors qu'il arrive en retard à une réunion entre la Grande Prôneuse et des « fouineurs », surprend une conversation étrange entre son père Rysaldhar et la dîtes prêtresse : leur stallite Sparta serait sous le coup d'une menace. Plus tard, Arkhan intervient pour protéger la dirigeante d'une agression mais reçoit un coup de poignard empoisonné ! Lorsqu'il se réveille, il comprend qu'il est en train de se transformer en créature démoniaque !

    Vous, le joueur, devrez mener Arkhan dans son enquête, ponctuée de combats, sachant que le temps joue contre vous ! De plus, certaines actions peuvent accélérer votre transformation, et d'autres la retarder !

    Le jeu est à la troisième personne. Il existe un mode « Ombre » qui permet d'être plus agressif mais il y a un prix à payer ! Les graphismes et les animations sont assez bien fignolés pour l'époque !

    Un jeu moyennement difficile ! J'y avais joué à l'époque et était quasiment parvenu à la fin de l'histoire, hormis cette séquence terminale du labyrinthe avec des lames de scie façon Indiana Jones et la Dernière Croisade !

    Dark Earth illustre bien ce qu'est un projet multimédia et le transmedia storytelling ! Pourtant, cet univers n'a pas continué dans la durée !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Star Wars : Battlefront II est un FPS - un jeu de tir à la première personne - qui se déroule durant les deux premières trilogies de Star Wars. N'étant pas un hardcore gamer, ce type de jeu est d'une franche difficulté pour un joueur du dimanche comme moi ! Heureusement, il y a les cheats code ! OK, c'est déloyal et cela gâche une grande partie du jeu mais cela me sert pour vous parler de la trame narrative que j'ai pu découvrir ainsi ! Pour les mécanismes de jeu, je me baserais sur mes quelques parties sans tricher !

    Le jeu a été développé pour l'éditeur LucasArts par le développeur Pandemic Studios. Il est sorti fin 2005 surStar Wars : Battlefront II - LucasArts PC et sur consoles, XBox et Playstation 2 !

    Vous incarnez un soldat clone, CT-501, en mode "campagne" - le mode qui permet de découvrir les bases du soft - qui devient par la suite avec l'avènement de l'Empire un stormtrooper ! Vous parcourez les différents mondes des films, d'abord contre la Confédération - luttant sur Geonosis, Mygeeto, Felucia, les cieux de Coruscant puis prenant d'assaut le Temple Jedi lors de l'Ordre 66 !

    Dans la seconde partie, vous faites partie des Troupes de Choc et de la 501ème Légion, la troupe de Vador ("le Poing de Vador" - nommée ainsi dans la Revanche des Sith en hommage à un groupe de fans cosplayers) et vous matez les insurrections sur Naboo, Mustafar, Kamino et Polis Massa avant de retrouver l’Étoile Noire, le Tantive IV, Tatooine, Yavin IV et Hoth - des lieux familiers de la Trilogie Classique ! Chaque mission commence par une petite vidéo - le journal de bord de la 501ème.

    Vous devez prendre des checkpoints ! Vous disposez d'un fusil blaster et de grenade pour le trooper de base mais pouvez choisir un sniper ou un soldat lourd puis déverrouiller d'autres classes plus avancées comme le Dark Trooper - cher au jeu Star Wars : Dark Forces - ou un officier !

    L'intérêt de ce Battlefront II par rapport à l'opus I - sorti en 2004- est que vous pouvez incarner des "célébrités" : Mace Windu, Ki-Adi-Mundi, Aayla Secura, Anakin Skywalker puis Dark Vador, Boba Fett (etc...) dans ce mode "campagne" ! Il suffit pour cela de presser la touche F1 quand on vous y invite !

    Bien entendu, l'intérêt du jeu est le multijoueur en mode réseau ou par internet. Il y a aussi le mode "Conquête Galactique". Au final, vous ne contrôlerez pas que les camps de la République et de l'Empire mais aurez accès - dans les autres modes de jeu - aussi à la Confédération et à l'Alliance Rebelle !

    Côté storyline, les missions entre l'Episode III et l'Episode IV sont les nouveautés du jeu ! Vous devez abattre des Rebelles sur Naboo, les derniers Séparatistes sur Mustafar et des Clones révoltés sur Kamino !

    Voilà, il y aurait certainement beaucoup plus à dire ! Ah si ! en novembre 2015, la franchise "Battlefront" ayant été rebootée, un nouvel opus - sans numérotation - va sortir, développé par le studio Dice et qui au vue des premières vidéos de gameplay s'annonce assez impressionnant !

    May the Blaster be with you !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Taïto fut dans les années 1980, un des géants des salles d'arcades avec des bornes de jeu comme Arkanoid ou Bubble Bobble déjà chroniqués ici !

    Operation Wolf - TaïtoAvec Operation Wolf, premier jeu d'une série, Taïto réalise une borne de tir au pistolet - qui a un peu son équivalent sur ordinateurs familiaux avec Prohibition d'Infogrames. Or en réalité, le jeu d'Infogrames requiert davantage de précision que celui de Taïto. Chez la firme japonaise, vous incarnez un soldat commando - dans la lignée des films de Chuck Norris - Delta Force - ou des Rambo - et le jeu est plus défouloir : en gros vous tirez dans le tas sans compter les cartouches !

    Le but du jeu est d'infiltrer six bases militaires dans un pays ennemi et de délivrer les otages ! Or attention, si vous tuez par accident un civil ou un otage, votre jauge de vie descendra plus vite ! Des animaux, cochons, poulets traversent l'écran et les shooter vous rapporte des munitions pour votre Uzi voire des roquettes !

    Le jeu est en vue subjective ! Les soldats ennemis vous assaillent en nombre, soit du fond de l'écran soit directement au premier plan ! Ils disposent aussi de véhicules blindés roulants, de bateaux ou d’hélicoptères !

    Vous avez votre Uzi et les grenades vous permettent de nettoyer l'écran ! Vous l'aurez compris avec l'histoire des animaux qui parcourent l'écran, votre nombre de munitions est rationné ! Entre chaque stage, les villageois vous soignent et remontent votre jauge de vie !

    Précisons que le jeu est sorti en arcade en 1987 et a été - assez brillamment adapté même si le jeu ralentit par moment ! - par l'éditeur anglais Ocean Software sur divers ordinateurs personnels. Les versions Amiga, Atari ST (ma version fétiche!), Commodore 64, MSX, Amstrad CPC et ZX Spectrum apparaissent fin 1988/début 1989.

    Le jeu a eu plusieurs suites dont Operation Thunderbolt en 1988 qui permet de jouer à deux simultanément sur la borne !

    Ce jeu est un bon défouloir mais moyennement difficile !

    Une autre société, TAD, développa Cabal en 1988, un jeu de tir du même type mais sans fusil et vue à la troisième personne, aussi à deux joueurs et où on peut démolir les éléments du décor ! Contrairement à Operation Wolf et sa suite, il n'y a pas de scrolling horizontal dans Cabal !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Enter the Matrix est un jeu vidéo de combat et de tir, édité par la firme Atari en 2003 en même temps que les deux suites du film Matrix originel !

    Le soft fait le lien entre Matrix Reloaded et le court-métrage d'animation, Le Dernier Vol de l'Osiris - de laEnter the Matrix - Atari collection Animatrix - et comble les ellipses du film ! Ainsi, vous incarnez Niobé, un capitaine de Sion, interprétée dans les films par Jada Pinkett-Smith, l'épouse de Will Smith à la ville. Au début du jeu, vous entrez dans la Matrice et devez récupérer un paquet à la poste - laissé par l'équipage de l'Osiris - et à la fin du récit, vous devez couper l'alimentation de la centrale nucléaire de la ville pour permettre à Néo de rencontrer l'Architecte dans le film !

    Il y a des phases de combat et de tir - ou vous affrontez des vigiles, des flics et des Agents - en utilisant le mouvement au ralenti -"bullet time"-  propre à l'univers des Wachowski - et aussi des phases de piratage dans le réseau pour vous octroyer des bonus ainsi que des phases plus "arcade" où vous devez dégommer des Sentinelles !

    J'ai joué à ce jeu à l'époque et il est assez délicat d'utilisation ! N'étant pas un "hardcore gamer", j'avais utilisé les "cheat codes" mais m'était lassé avant la dernière mission et n'avais donc pas terminé le jeu à mon goût trop répétitif !

    Le logiciel est sorti simultanément sur les plateformes de l'époque à savoir Playstation 2, X-Box, GameCube et aussi PC !

    Le jeu a malheureusement été développé à la va-vite et cela se sent ! Nombreux bugs, réalisation pas à la pointe pour l'époque, il fut éreinté par les journalistes ! Reste l'intérêt pour les fans qui découvrent des pans inédits de l'histoire et c'est bien le seul intérêt !

    Un jeu vite oublié au final ! Atari a connu des jours meilleurs !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Shinobi est un jeu vidéo de Sega, sorti d'abord en 1987 sous forme de borne d'arcade puis en 1988 sur console Sega Master System et en 1989 sur Atari ST et Amiga 500 !

    Vous incarnez un ninja, Joe Musashi, dans ce jeu d'action à scrolling horizontale. Votre personnage peut sauter, s'abaisser et lancer des shuriken ! La moindre erreur/blessure est fatale !

    Shinobi - SegaL'histoire/ la trame de fond raconte comment une organisation criminelle appelée "Zeed" kidnappe les élèves de votre "école de ninja" ! Vous devez alors traverser 5 stages - nommés comme autant de "missions" avec à chaque fois un boss de fin qu'il faut frapper un certain nombre de fois pour en venir à bout !

    Les boss sont les suivants : Mission 1 avec un ninja gigantesque, Mission 2 avec un hélicoptère qui balance des acolytes, Mission 3 avec des statues Mandara empilées et contrôlées par un super ordinateur, Mission 4 avec un Samouraï et enfin la Mission 5 avec le "Ninja qui dirige en coulisses" !

    Au cours de ces phases, vous devez délivrer vos élèves pour finir le niveau ! Il y a plusieurs "étages" ou plans de progression et vous pouvez passer de l'un à l'autre pour vous esquiver ! Enfin, il y a un temps limite !

    Il y a aussi des phases intermédiaires en vue subjective où vous devez abattre les ninjas qui viennent du font de l'écran à coup de shuriken ! Cela vous donne des bonus pour la suite !

    Pour ma part, j'ai glissé des fortunes en pièces de 5 francs dans le monnayeur de cette borne sans jamais parvenir à la fin. Le jeu demande des réflexes et votre ninja est délicat à manier ! Il s'agit de mémoriser les bons enchainements et en cela le jeu est très répétitif d'une partie à l'autre !

    Il y aura plusieurs suites dont une intitulée Shadow Dancer ou votre ninja est accompagné d'un chien, ce qui lui permet de neutraliser certains adversaires en faisant diversion ! Dans le même genre de soft à base d'action - "run and gun", il y a le jeu Rolling Thunder de Namco !

    Ce fut la période où Sega connaissait son heure de gloire !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Assassin's Creed - "Le Credo de l'Assassin" - est une franchise - d'abord de jeux vidéo puis de comics, romans et films - initiée par UbiSoft en 2007 avec le premier opus vidéoludique du nom, Assassin's Creed !

    Le jeu se déroule à la fois au XXIème siècle et aussi - par le biais de la mémoire génétique du protagonisteAssassin's Creed - UbiSoft principal - au Moyen-Orient, durant la Troisième Croisade, au XIIème siècle !

    Tout d'abord, vous incarnez Desmond qui est kidnappé par la société pharmaceutique Abstergo qui a conçu un dispositif électronique, l'Animus, qui permet d'explorer la "mémoire génétique" des sujets testés. Desmond va donc par ce biais redécouvrir les secrets et la vie de son ancêtre, Altair Ibn La-Ahad qui faisait partie de la Secte des Assassins, sous la direction du Vieux de la Montagne, en conflit avec les Templiers en Terre Sainte !

    Altair va bafouer les trois Règles des Assassins : ne pas tuer un innocent, rester discret en toute circonstance et ne pas compromettre l'Ordre. Pour cela, il va être rétrogradé au rang de novice. Par la suite, Al Mualim, le Vénérable de la Secte, va lui confier pour mission d'assassiner neuf hommes entre les villes de Damas, Acre et Jérusalem. En vérité, il découvrira une autre raison derrière ces missions que celle de stopper la Guerre Sainte !

    Par ailleurs, au XXIème siècle, Abstergo est plus que ce qu'elle parait être : un ennemi ancestral omnipotent qui veut mettre la main sur des artefacts permettant de dominer le monde !

    La grande force de la saga Assassin's Creed - outre sa réalisation soignée et son gameplay impeccable est qu'elle dispose d'une storyline efficace qui s'étend du XIIème siècle et la Terre Sainte jusqu'à l'Italie de la Renaissance, la Guerre d'Indépendance Américaine, la Révolution Française et - pour le dernier opus en date, à sortir en octobre 2015 - la Révolution Industrielle !

    C'est une histoire basée sur l'Histoire et ésotérique à souhait ! Une méta-Histoire !

    Côté réalisation et gameplay, la prise en main est facile ! Vous devez assassiner rapidement - en vous cachant, en sautant sur les toits ! Vous pouvez courir, sauter, frapper etc...

    Bref, j'ai découvert cette série sur le tard et ai aussitôt été séduit ! Vous le serez sans doute aussi ! Le jeu se décline sur PC et la plupart des consoles !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • J'ai déjà eu l'occasion de vous parler ici d'un titre de Palace Software, le jeu vidéo Barbarian The Ultimate Warrior ! Ce que je ne vous ai pas dit c'est que ce jeu avait été développé par un certain Steve Brown qui obtint carte blanche après avoir travaillé sur un autre soft, le légendaire Cauldron en 1985.

    Cauldron - Palace SoftwareCauldron est un jeu développé sur ZX Spectrum, Commodore 64 et Amstrad CPC. Il raconte le périple d'une sorcière qui lutte contre une citrouille et parcours divers lieux représentés en 2D à la recherche de clés et d'ingrédients pour vaincre la citrouille !

    Le jeu alterne deux types de gameplay : d'une part un jeu de plateforme pour récupérer les ingrédients et d'autre part, un shoot-them-up où la sorcière chevauche son balai et récupère les clés !

    J'ai eu la possibilité de jouer à ce soft sur mon vieil Amstrad CPC 464. Le jeu est toutefois très difficile - trop ! - et j'ai vite renoncé mais le gamer qui aurait décidé de s'y investir davantage que moi aurait connu une belle expérience ludique et une satisfaction intense le jeu terminé.

    Ce logiciel - signalons-le - devait à l'origine s'inspirer d'un film d'horreur, La Nuit des masques, sorti en 1978 - mais le concepteur renonça à cette idée suite à une campagne médiatique dans les années 1980 - semblable à celle de Dumas et Pradel en France dans les années 1990 contre les jeux de rôles ! - contre les films supposés violents !

    Le jeu eut un assez bon succès - coïncidant avec les débuts des microordinateurs personnels de première génération comme Amstrad ! Il eut droit à une suite : Cauldron II - The Pumpkins Strikes Back où cette fois, vous incarnez la citrouille contre la sorcière !

    C'était l'époque où la conception des jeux vidéo était encore "artisanale" et pas le fruit d'énormes équipes !

    A bientôt !

    PS : Dans le même genre de jeu, il y eu aussi le célèbre Sorcery où il fallait transporter les bons objets sur son magicien pour détruire les bons monstres ou ouvrir les bonnes portes - tout aussi difficile - sinon plus que Cauldron ! Je vous en parlerais une autre fois ! Promis !


    votre commentaire
  • Le terrorisme fait tous les jours - pratiquement - la une des journaux mais permets aussi aux éditeurs de jeux vidéo de faire rentrer de l'argent dans les caisses ! Outrepassons ce constat cynique et revenons sur un jeu de 1988, produit par New Frontier et édité par Infogrames, Opération Jupiter, porté sur la plupart des machines de l'époque, Atari ST et Amiga 500 en tête !

    Vous prenez le contrôle d'une unité du GIGN qui doit lancer l'assaut sur un lieu public - une ambassade je crois - prise en otage par de méchants terroristes !

    Il y a plusieurs phases dans ce jeu assez répétitif ! Tout d'abord, vous devez placer vos sniper - au nombre de trois - dans les rues adjacentes autour de l'ambassade, vous faufilant sur les trottoirs, à coup de roulade, vous planquant de temps à autre, pour gagner vos repaires et pouvoir couvrir vos collègues par la suite ! Vous pouvez perdre des hommes, mal les placer ou bien au contraire dominer/couvrir tout le secteur !

    La phase suivante voit un hélicoptère déposer des hommes en rappel sur le toit qui descendent ensuite toujours en rappel sur la façade de trois étages ! Des ombres se profilent aux fenêtres et vous pouvez les dégommer avec vos tireurs embusqués ! Le seul problème, c'est que tant que vous n'avez personne infiltrer dans l'ambassade, vous ne savez pas si il s'agit de terroristes ou d'otages - alors attention à la bavure ! Et là encore vos types en rappel peuvent se faire descendre ou bien chuter !

    Ces commandos encordés peuvent ensuite surgir dans le bâtiment en cassant une fenêtre ! S'en suit ensuite une sorte de précurseur de First-Person Shooter où vous parcourez les pièces avec vos hommes - en coordination si possible ! - et descendez les méchants ! Attention car parfois ceux-ci se cachent derrière des otages ! Vous pouvez aussi permuter avec vos snipers à l'extérieur !

    Le tout est de buter tous les terroristes en perdant le moins d'hommes et d'otages possibles ! Ensuite, vous pourrez refaire le niveau avec une difficulté plus élevée !

    Un jeu prenant et assez facile - et de ce fait son intérêt s'épuise assez vite !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Le Mythe de Cthulhu a été adapté en jeu vidéo dès le début des années 1990 avec son plus célèbre représentant : Alone in the Dark, premier du nom, un survival-horror dans une maison hantée. D'autres jeux suivirent chez d'autres éditeurs !

    Call of Cthulhu - Shadow of the Comet - InfogramesCall of Cthulhu - Shadow of the Comet s'inscrit dans la double tradition du Mythe et des jeux d'aventures, type de jeux dans lequel LucasArts brilla ! Mais cette fois l'éditeur est Infogrames, un autre géant vidéoludique ! Le jeu est sorti en 1993, sous MS-DOS sur PC !

    Vous incarnez un Investigateur solitaire, John T. Parker, un photographe qui tente de se faire une réputation. Il désire prendre des clichés de la comète de Halley et se rends à Illsmouth (bourgade inspirée du Innsmouth de Lovecraft et toute aussi inquiétante !). Parker suit les traces de Lord Boleskine, un érudit en livre maudit qui a tenté d'établir un lien entre la comète et le Mythe de Cthulhu et est devenu fou ! Le terrain est donc miné et le photographe va devoir survivre à Illsmouth durant le laps de temps qui le sépare du moment du passage de l'objet céleste !

    Le jeu reprends et mêle des éléments des nouvelles du Maitre de Providence, en particulier La Couleur tombée du Ciel, Le Cauchemar d'Innsmouth et L'Abomination de Dunwich.

    J'ai eu l'occasion de jouer à ce jeu à l'époque de manière relâchée et non-assidue et donc n'ai pas réussi à le terminer, me perdant sans cesse dans la forêt voisine ! La version CD-Rom contient un "Musée" qui regroupe des objets fictifs ou réel reliés au Mythe.

    Le soft connu une suite en 1995, Prisoner of Ice. La page Wikipédia consacrée à ce soft mets aussi l'accent sur la bande sonore de qualité mais qui pour ma part ne m'a pas laissé un souvenir impérissable !

    Avec le développement de la vidéo sur le net, il est possible de trouver des courts-métrages vous montrant comment finir le jeu ! C'est un récit comme un autre que le jeu vidéo !

    Voilà, le Mythe de Cthulhu n'a pas été exploité qu'en romans et nouvelles et jeux de rôles ! Il existe de même au cinéma mais c'est une autre histoire dont je vous parlerais peut-être un jour !?

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique