• La saga Hypérion est un monument de la littérature S-F de près d’un millier de pages. Ce nombre double avec sa suite Endymion.

    Le lecteur y suit les pérégrinations de sept pèlerins sur la planète éponyme. Ce récit mêle aventure, space-opéra, cyberpunk, émotions et suspens.

    C’est une œuvre qui compte dans le paysage de la SF moderne. A n’en pas douter !

     

    Simmons est également l’auteur de L'Échiquier du Mal, ainsi que d’Ilum, une réécriture de L’Iliade transposée dans le futur. On voit bien que cet écrivain est l’homme des Grandes Épopées.

    Mais il excelle aussi dans l’écriture de nouvelles !

     

    Parmi son œuvre de nouvelliste, il faut signaler Le Styx coule à l’envers, qui est l’objet de mon propos d’aujourd’hui, et qui rassemble douze nouvelles initialement parues dans des revues américaines au cours des années 1990.

    Dans ces récits, on trouve des réflexions sur la mort, sur la maladie (en l’occurrence le cancer), sur la guerre (Viêt-Nam et Guerre de Sécession), sur la religion (en particulier les télévangélistes américains) et sur l’enfance maltraitée.

    Le style est acerbe et le propos d’une grande intelligence.

    Enfin, il faut signaler que c’est grâce à une de ses nouvelles, présentée au cours d’un atelier d’écriture que Simmons a été révélé.

    J’aurais l’occasion de vous reparler plus en détails de cet écrivain dans de futurs articles car il figure parmi mes préférés !


    votre commentaire
  • La Forteresse de la Perle - Michael MoorcockLa Forteresse de la Perle est le second tome de la Saga d'Elric par le britannique Michael Moorcock ! De fait, c'est un add-on qui a été écrit plus tardivement que les autres tomes, en 1989, et qui s'insère donc entre Elric des Dragons et Le Navigateur sur les Mers du Destin ! On y retrouve donc l'Empereur melnibonéen toujours aussi torturé après qu'il ait vaincu son cousin maléfique Yrkoon et acquis l'épée-démon Stormbringer, durant son exil tandis qu'il parcourt les Jeunes Royaumes !

    Au début de ce tome, Elric se retrouve dans le désert, en manque des drogues qui le maintiennent habituellement en vie ! Il erre dans le Désert des Soupirs, près de la ville de Quarzhasaate ! Ce volume est donc emprunt d'un exotisme marqué et les noms des lieux ne sont pas sans évoqué le Maroc !

    L'exil d'Elric risque à ce stade de mal se terminer ! Rappelons que le Mélnibonéen a remis Yrkoon sur le trône et a laissé derrière lui sa bien-aimée Cymoril en lui promettant de revenir ! Par ces voyages, Elric espère acquérir toute la sagesse nécessaire pour une bonne gouvernance ! Trop naïf Elric ?

    Finalement, le héros est sauvé par un jeune garçon prénommé Anigh qui l'amène auprès du riche notable, le seigneur Gho. En échange d'une quête qu'il effectue pour lui, à savoir retrouver une légendaire Perle, Elric aura la vie sauve ainsi que celle du garçon... En effet, Gho lui a fait absorber un poison et menace de ne pas lui donner l'antidote à moins de lui rendre un "service" !

    Le Désert des Soupirs est un lieu récurrent dans la Saga d'Elric et on y reviendra dans La Sorcière dormante et dans L’Épée Noire ! C'est aussi le première fois qu'Elric quitte son île pour s'aventurer dans les Jeunes Royaumes ! Il est donc relativement inexpérimenté et ne manque pas de commettre des erreurs ! Heureusement, il est le Champion Éternel !

    Sa route va le mener par Quarzhasaate, qui est une ville qui défia il y a longtemps Melnibonée et qui est la seule cité qui soit encore restée debout après cette grande guerre ! Un lieu de péril donc pour l'albinos ?

    Par la suite, Elric rencontre Oone qui l'accompagnera dans le Royaume des Songes ! Ce passage est comparable à l'Enfer de Dante car les deux compagnons doivent traverser sept portes pour accéder à la Forteresse de la Perle avec autant d'épreuves sur les seuils !

    C'est donc un roman d'héroic-fantasy avec les ingrédients du genre et quelques variations ! On retrouve exotisme et onirisme ! Bref c'est dépaysant !

    On y trouve aussi des passages moralistes assez étonnants de la part d'un "débauché" comme Elric et même une réflexion philosophique !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Elric des Dragons est le premier tome du "Cycle d'Elric" qui s'inscrit dans le corpus plus vaste du "Champion Eternel" ! Ce roman et ces ensembles sont l’œuvre de l'auteur britannique de fantasy Michael Moorcock dont je vais maintenant dire quelques mots en introduction !

    Mais d'abord, préambule à l'introduction, pour la petite histoire, j'ai découvert le Elric des Dragons - Michael Moorcockpersonnage du Melnibonéen torturé Elric, non pas par les romans mais par le jeu de rôle Stormbringer à la fin des années 1980 - début des années 1990 dans la cave de deux frangins, Xavier et Pierre-Antoine B. dont le second était maître de jeu à Stormbringer ! J'incarnais un voleur de haut vol et nous croisions à tour de bras sorciers maléfiques et armes-démons à l'instar de l'épée maudite d'Elric !

    Michael Moorcock est né en 1939. Il vient à s'intéresser à la fantasy - et aux genres pulps, une SF populaire, par le biais d'Edgar Rice Burroughs dont il est un grand amateur des textes. En 1957, il devient rédacteur en chef de la revue Tarzan Adventures, à 18 ans et y publie ses premières nouvelles ces années-là, autour du héros Sojan puis des pastiches parodiant Burroughs, Le Cycle du guerrier de Mars alors que commencent les années 60.

    C'est aussi au début des années 1960 qu'il crée Elric de Melnibonée qui demeurera son héros le plus célèbre ! Il ne cessera de revenir sur ce personnage tout du long de sa carrière.

    Moorcock devient directeur de la revue New Worlds en 1964 - un mariage entre temps ! - et le restera jusqu'en 1968 avant d'être rejoint par une série de co-directeurs puis de quitter la revue au début de l'année 1969. Durant son passage à New Worlds, il révèle de jeunes auteurs dont robert Zelazny, Norman Spinrad ou John Brunner - avec des innovations souvent mal perçues par le lectorat SF de l'époque !

    La Fantasy de Moorcock est pleine de brio et de panache, fait un peu penser à celle de Robert Howard - Conan ! - mais avec des héros - anti-héros ? - mille fois plus torturés voire corrompus et/ou décadents !

    Elric est une des incarnations du Champion Éternel, un personnage qui a de multiples avatars dans le Multivers ! Il est l'Empereur en titre de l’île de Melnibonée, une île de grands guerriers féroces qui s'adonnent à la sorcellerie ! Mais désormais, après avoir dominé le monde pendant des millénaires, cette nation s'est retirée sur elle-même et est sur le déclin !

    Elric occupe donc le Trône de Rubis, est albinos et sorcier, ainsi que duelliste hors-pair mais il doit se maintenir en vie au moyen de drogues car sa santé est fragile ! Notre héros se distingue de ses compatriotes melnibonéens car il n'est pas aussi cruel qu'eux, peut être aimable et doux et rêve de plus de justice durant son règne. Il veut aussi éviter de vouer allégeance aux Seigneurs du Chaos (la Balance entre la Loi et le Chaos sont un élément essentiel de cet univers !). Elric est l'amant de sa cousine Cymoril et a pour adversaire son cousin Yyrkoon qui le trouve trop timoré et faible !

    D'ailleurs, dans ce premier roman, le cousin Yyrkoon va tenter d'assassiner Elric en recourant aux services de pirates. Il parviendra à kidnapper et à endormir Cymoril ! Elric se retrouve alors désemparé face à la traîtrise de son cousin et devra faire un pacte avec Arioch, un des Seigneurs du Chaos de cette partie - de ce plan - du Multivers ! Dans ce tome, Elric sera aussi lié à l'épée maudite Stormbringer tandis que son épée jumelle, Mournblade - si ma mémoire est bonne - s'attachera à Yyrkoon ! Ce sont en effet des épées qui contiennent l'essence d'un démon puissant pour chacune d'entre elles et pousseront leurs porteurs à l'irréparable !

    Ce premier tome n'est qu'introductif et les choses se mettront mieux en place par la suite ! Mais déjà une certaine ambiance malsaine transparaît dans ces pages !

    Pas d’inquiétudes, nous reviendrons dans cet univers partagé entre Loi et Chaos dans le futur !

    A bientôt !


    votre commentaire
  • Philip José Farmer est l'auteur de deux grandes sagas de SF de fortes renommée, d'une part Le Monde du Fleuve, d'autre part le cycle des Hommes-dieux.

    Mais l'écrit qui le fit connaitre est une nouvelle publiée dans les années 60 qui s'intitule The Lovers (en français Les amants étrangers).

    Ce texte est précurseur en ce sens qu'il introduit le thème de la sexualité de façon explicite dans la littérature de SF.

    Ce mois de septembre 2008, sort un webzine de haute tenue, la revue Univers numéro VII du site Outremonde.
    Outre une iconographie de bonne qualité et des nouvelles prenantes, l'auteur de ce blog a eu l'honneur et le plaisir d'y apporter sa contribution en fournissant un article sur l'oeuvre dont il est question ici : les amants étrangers.

    Vous y trouverez une analyse plus poussée et des pistes de lectures!

    Voici le lien où l'on peut télécharger le webzine :

                                                http://outremonde.fr/index.php?/downloads/4/31        

    Bonne lecture !


    votre commentaire
  • Philip-José Farmer était un auteur prolifique, à l'imagination débridée ! Il s'est attaqué, en les revisitant, à des personnages classiques de la littérature d'aventure ! Mais il est aussi connu surtout pour sa saga Riverworld en cinq tomes, traduit en français sous le titre Le Fleuve de l’Éternité !

    Le Monde du Fleuve - Philip-José FarmerJe vais ici vous parler du premier tome, Le Monde du Fleuve ! A vrai dire, cette saga prometteuse au départ m'a beaucoup déçu ! L'histoire soulève un tas d'énigmes et les derniers opus n'apportent pas de réponses satisfaisantes ! Les tomes 4 et 5 sont les tomes de trop à vrai dire ! Mais revenons sur le concept de départ !

    Le héros du premier tome est un personnage historique qui a réellement existé, Sir Richard Francis Burton ! Dans la vraie vie, c'était un explorateur et un aventurier - quoi de mieux pour explorer Riverworld ! Voilà qu'il se réveille nu, dans un corps de 25 ans, sur l'herbe grasse près d'un fleuve qui n'en finit pas comme les dizaines de milliards d'individus qui ont constitué l'Humanité depuis la nuit des temps ! A priori, on pourrait songer à une sorte de Jugement Dernier... On découvrira en fait qu'il s'agit d'une sorte d'expérience !

    On va donc croiser sur Riverworld toute l'Humanité depuis les hommes de Neandertal jusqu'aux hommes modernes - et toutes sortes de personnalités historiques : César, Napoléon, Einstein, Hitler, Léonard de Vinci etc... Ces êtres qui ont connu un destin d'exception renouvelleront-ils leur ascension sur Riverworld ? Rien n'est moins sûr !

    Sir Richard Burton va donc s'associer avec d'autres pour survivre et progressivement des tribus, des états, des nations vont se constituer avec les ressources limitées de cette nouvelle "planète" ! Il faudra carrément tout réinventer, repartir à zéro et utiliser le système D ! Évidemment, il y aura des guerres ! Mais pas grave car sur Riverworld, on ressuscite sans fin ! qui tire donc les ficelles ? Nos héros vont aussi chercher à le découvrir ! Ils vont construire une embarcation et remonter le Fleuve qui semble infini !

    Voilà, ce premier tome démarrait bien ! On nage en plein mystère et il y a de l'action ! Mais cela se gâtera par la suite ! Je vous en parlerais plus tard !

    A bientôt !

    PS : Le Monde du Fleuve a fait l'objet d'un jeu de rôles : Gurps Riverworld (un système générique à base d'avantages/ inconvénients ) - cela j'en suis sûr mais il me semble aussi qu'il y a eu une brève série-télé !?


    votre commentaire
  • La Saga des Princes d’Ambre est un cycle de 10 romans, écrit par Roger Zelazny.

     

    Le signe de la Licorne est le troisième volume de la série.

     

    Ambre est la seule Réalité véritable. Tous les autres mondes, les Ombres, n’en sont que des reflets.

     

    Les Princes d’Ambre ont des capacités surhumaines, une force et une résistance accrue. Ils peuvent voyager à travers les Ombres et les modeler à leur guise. Ils communiquent entre eux à travers les Atouts, mis au point par le savant Dworkin depuis devenu fou.

     

    Obéron, le roi d’Ambre a disparu et sa succession est ouverte. Corwin est écarté du trône et Eric s’empare du pouvoir.

     

    Le tome 1, Les neuf Princes d’Ambre,  s’ouvre sur le réveil de Corwin dans un hôpital d’Ombre-Terre. Amnésique, celui-ci va s’efforcer de rassembler ses souvenirs et ensuite de récupérer le trône.

     

    Dans le tome 2, Les fusils d’Avalon, Corwin obtient une arme secrète pour récupérer le trône. Mais une nouvelle menace se fait jour : les forces du Mal menacent Ambre et les Princes seront obligés d’oublier leurs différents pour un temps.

     

    De tome en tome, la mythologie d’Ambre se complexifie.

     

    Dans Le signe de la Licorne, l’ambiance « panier de crabes » est à son summum et des alliances secrètes se font jour. Un traître se cache parmi la Famille. Les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent et on en apprend un peu plus sur le Mal qui menace.

     

    Zelazny a construit ici une saga avec un grand brio. Mêlant des éléments des folklores de différentes cultures, La Saga des Princes d’Ambre plaira à tout ceux qui aiment les intrigues politiques, les complots, la lutte du Bien contre le Mal.

     

    La saga continue dans le tome 4 : La Main d’Obéron


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique