• Deathtrap Dungeon - Eidos Interactive

    Si vous pensez qu'on meurt un peu trop souvent dans les jeux vidéo, si vous êtes phobique du "Game Over" alors Deathtrap Dungeon n'est pas pour vous !

    Ce jeu d'action/aventure mêlant plateformes 3D et horreur a été développé par Asylum Studios et édité par Eidos Interactive en 1998. Il est tiré d'un Livre Dont Vous Êtes le Héros (LDVELH) de Ian Livingstone parmi les plus emblématiques, le légendaire "Labyrinthe de la Mort" où le terrible Baron Sukumvit organise une sorte de jeu morbide en lançant  des aventuriers dans les couloirs d'un dédale parsemé de quantités de pièges mortels et de monstres terrifiants ! Le jeu est sorti sur la première Playstation et sur PC - et s'inscrit dans la lignée d'un Tomb Raider

    Nos aventuriers vont débuter leur périple dans la ville de Fang, Cité des Âmes perdues, autrefois cité d'Abondance, où règne le Baron Sukumvit, horrible tyran sanguinaire. Personne n'est jamais sorti de son "Labyrinthe de la Mort" où est tapi notamment le terrible dragon rouge, Melkor. Vous dirigez votre héros et disposez de nombreuses armes pour vous défendre, armes au corps-à-corps ou armes à distances, mais avez également quelques sorts et des potions pour vous requinquer ou augmenter vos capacités. Vu le danger que représente le Labyrinthe, ce ne sera pas du luxe !

    Dans le labyrinthe, représenté en vue 3D, vous trouverez des clés pour ouvrir des portes et progresser. Dresser un plan ne sera pas non plus du superflu ! Vous aurez aussi des craies sous la main pour laisser des traces de votre passage.

    vous avez une jauge de vie qui débute à 100 points de vie. Les monstres ne tarderont pas à se mettre sur votre chemin et ils sont d'une grande diversité, reflet de l'ingéniosité cruelle du Baron : machines, dinosaures, araignées, insectes (rampants ou volants), zombies, fantômes, chevaliers, orcs, dragons, lutins, gobelins, clowns, prêtresses-guerrières, démons, hybrides homme-animal. Chaque type de monstre a ses points forts et ses points faibles voire ne peuvent être terrassés que par un type précis d'arme.

    Au départ, vous avez le choix entre deux héros : Red Lotus, la fille ou Chaindog, le gars. Et donc attendez-vous à trépasser souvent ! Le lieu n'a pas usurpé sa réputation.

    Un jeu intéressant si on fait abstraction de sa difficulté et de problèmes techniques (c'est un tantinet saccadé par exemple !). On retrouve la direction artistiques des LDVELH. Avec quelques éléments de RPG ! Heureusement, les concepteurs ont pensé à mettre des "points de sauvegarde".

    Vous progresserez dans ce jeu par "essai-erreur" et comptez une vingtaine d'heures pour le finir si vous n'avez pas lâché l'affaire avant ! Un jeu d'horreur et de fantasy mature ! Vous ressentirez une grande fierté si vous en venez à bout !

    A bientôt !

    « Toon - Steve Jackson GamesL'empire de l'éphémère - Gilles Lipovetsky »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :